Version classiqueVersion mobile

L’humanitaire en questions

 | 
Irène Herrmann

Conclusion

Texte intégral

1À ce stade, tout incite à retourner à notre question initiale, qui visait à déceler les causes de la séduction qu’exerce l’humanitaire aujourd’hui, non seulement en termes de pratiques mais surtout du point de vue de la recherche historique. L’élucidation de ce problème a conduit à explorer des phénomènes connexes apparus tout au long des cent cinquante années d’existence du Comité international de la Croix-Rouge, tels que la concurrence, les limites ou encore les implications de l’aspect moral de cette aide aux victimes. Loin d’être anecdotique, l’équivalence établie entre ces secours institutionnalisés et le Bien majuscule constitue sans doute une clé de lecture susceptible d’apporter une réponse satisfaisante.

2Tout d’abord, il est indéniable que l’assimilation de l’humanitaire à une action hautement louable constitue l’une des raisons de l’engouement dont il jouit de nos jours. N’est-il pas gratifiant de vouloir et de penser contribuer au bonheur des (autres) hommes ? Et dans la mesure où cette aide se veut générale, elle peut également toucher à l’universel, et partant, au sublime. Si les manières de remplir ce but élevé sont souvent critiquées, l’objectif lui-même reste au-dessus de tout soupçon, du moins dans les sociétés occidentales. Cette particularité explique le pouvoir d’attraction humanitaire, tout en en portant les stigmates. Selon un mécanisme magnétique désormais décortiqué, l’absolu ainsi défini ne peut pas être confronté à des composantes contraires, sous peine de ne plus être considéré comme tel. En d’autres termes, si cette générosité fondamentale pour les victimes est soumise à des reproches moraux, elle cesse d’avoir les qualités qu’on lui attribue et doit être qualifiée différemment.

3 En l’occurrence, l’étiquette humanitaire implique, en elle-même, d’occulter tout ce qui serait susceptible de la nier, tant il est vrai, par exemple, qu’un humanitaire antisémite ne serait plus considéré comme de l’humanitaire. Cette logique magnétique rend la quête de motivation extrêmement compliquée. Elle ne permet guère de dépasser l’explication par le dévouement, par le désir d’abnégation pour autrui. De fait, elle empêche de sonder les raisons qui font écho à ce don de soi et se déclinent toutes sur le thème de l’intérêt. Et pourtant, l’histoire du CICR montre que cette dimension intéressée est une composante fondamentale des entreprises de secours. Bien entendu, cette soif de profit a toujours été multiple, variant au gré des personnes et des situations de crise prises en considération. Mais de manière extrêmement générale, on note la prégnance de deux éléments saillants, qui en deçà d’une générosité incontestable, ont alimenté le besoin de déployer des trésors d’énergie, d’inventivité et souvent de courage pour aller aider des inconnus.

4À l’origine, cette volonté et les actions qui en découlent sont indissociablement liées à la notion de civilisation, puisque c’est en son nom que les États ont accepté d’empiéter sur leur propre souveraineté nationale. Ce renoncement conserve pourtant un aspect gratifiant. En acceptant les sacrifices nécessaires pour pouvoir se considérer et être considéré comme civilisé, on se tranquillise sur son propre statut. En Suisse, l’appui aux entreprises de la Croix-Rouge s’apparente à une défense efficace de la neutralité, et dans l’élite genevoise, le CICR est l’occasion de récupérer une aura de gloire internationale. Pour les individus enfin, concourir à l’aide aux victimes permet de se prouver sa propre bonté. Mais surtout, cette idée accentue l’impression réconfortante de faire partie de la solution et non du problème. Tous ces phénomènes corrélés convergent vers un même constat : l’humanitaire permet de se rassurer. Il postule et garantit un bonheur relatif puisqu’il vise à secourir plus malheureux que soi.

5Avec le temps, la Seconde Guerre mondiale et la décolonisation, la mission civilisationnelle de l’humanitaire est insensiblement remplacée par une dimension connexe, présente dès les débuts, mais dont l’importance relative s’accroît. La composante morale de l’aide, qui envisage les secours comme une action fondamentalement bonne et souhaitable pour la survie de la planète, s’impose toujours davantage. Bien entendu, cette conception des choses est régulièrement mise en cause par les tenants de l’idéologie communiste et ceux qui privilégient la notion de développement. Il n’empêche, la certitude de (vouloir) faire le bien de l’humanité tout entière continue de captiver, en dépit des sacrifices qu’elle implique. Si les États les plus avancés du point de vue technologique renoncent progressivement à « civiliser » le monde qui les entoure, ils prétendent insensiblement réparer les erreurs commises au nom de cette intention initiale. Ce désir de rachat ne caractérise pas seulement les anciennes métropoles mais également la Suisse, dont les actions d’assistance contribuent à raffermir une bonne conscience parfois chancelante. Les donateurs, notamment helvétiques, participent clairement de ce mouvement et rattrapent l’inconfort moral généré par une répartition totalement inégale des richesses en se délestant d’une petite partie de leurs ressources physiques ou financières au profit des plus vulnérables.

6En raison de l’effondrement de l’URSS, de l’interconnexion croissante du monde et de l’essor de l’humanitaire dans la voie du développement, cet aspect rédemptionnel semble plus prégnant que jamais. Cela ne signifie pas, toutefois, que la fonction sécurisante du phénomène ne soit plus appréciée. Tout porte même à croire que l’engouement actuel dont bénéficie le secours aux victimes soit alimenté par une sensation de perte de repères, par une crainte face au risque de déclassement. Dans ce cadre, l’attrait aujourd’hui si massif pour l’humanitaire ne serait que la facette positive d’une impression de peur et de désarroi. Ou plutôt, il serait l’envers d’une combinaison étrange mais efficace, mêlant sentiment de culpabilité et d’affaiblissement.

7Si cette conclusion peut sembler dérangeante, elle ne doit pourtant ni surprendre ni décevoir. Sans doute un acte de dévouement semble-t-il moins généreux lorsqu’il est intéressé. Mais peut-il en être autrement ? Et le bénéfice individuel qu’on peut en tirer rend-il l’acte moins efficace ? Pas forcément. Tout au long de son histoire, le Comité international a été mu et dirigé par des motivations qui dépassaient l’aide aux victimes. Et si ces objectifs contingents ont souvent conduit à des situations de concurrence institutionnelle, c’est bien grâce à elles que ses membres ont pu reculer les limites de leur entreprise, et de fait, améliorer l’aide apportée aux populations fragiles.

8Il n’y a donc pas une contradiction rédhibitoire mais une complémentarité nécessaire entre humanitaire et égoïsme. La seule contradiction rédhibitoire proviendrait du succès ultime de l’humanitaire, puisque l’atteinte de ses objectifs suprêmes signifierait sa fin. Ce paradoxe n’est toutefois pas près de se réaliser…

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search