Version classiqueVersion mobile

L’humanitaire en questions

 | 
Irène Herrmann

Chapitre IV. L’humanitaire, un concept « magnétique »

Texte intégral

1L’humanitaire est un argument rhétorique puissant. Cette force lui vient de sa charge morale positive, qui en fait un « concept magnétique », au même titre que d’autres termes irrémédiablement attirants ou repoussants. Cette propriété étonnante recèle d’abondantes possibilités politiques qu’il s’agit de décrypter. Mieux encore, elle exerce aussi une influence notable sur les sciences sociales qu’elle circonscrit en un ensemble de limites dont il importe de prendre conscience. Ces phénomènes conceptuels dépassent largement le seul cas de l’humanitaire, à l’instar de la controverse Péan-Kouchner qui, en février 2009, a signalé les contours et les usages des valeurs considérées comme fondamentalement bonnes ou mauvaises.

Présentation

  • 1 Un exemple récent et parlant est la question des violences sexuelles et de leurs victimes dans le c (...)

2Parmi les multiples bornes qui circonscrivent l’humanitaire, la plus fondamentale est celle qui constitue la base de ce secours à autrui, à savoir le fait qu’elle est une limite en elle-même. La tâche à accomplir dans ce domaine est infinie, puisque les conflits continuent et les victimes se multiplient. À cela s’ajoute l’évolution des pratiques guerrières comme des sensibilités, qui incitent les observateurs à prêter une attention toujours plus soutenue à des souffrances longtemps peu envisagées comme telles1. Cette spécificité peut naturellement être considérée comme un handicap majeur, puisqu’elle condamne l’aide à demeurer incomplète. Mais elle peut également être considérée comme un atout, ce qui s’observe sur le plan juridique et, de manière plus éclatante encore, au niveau rhétorique.

3L’évolution du droit international humanitaire témoigne d’une prise en compte très précoce de cette caractéristique. Dans l’ensemble, ce corps de lois a évolué de façon à protéger des catégories de plus en plus larges de personnes. Les modalités de cet accroissement s’apparentent à un jeu constant entre ce que l’on pourrait exiger – l’inatteignable idéal humanitaire –, ce que l’on exige à travers les conventions, et enfin ce que l’on obtient dans la réalité. Bien entendu, les résultats effectifs sont inférieurs aux prescriptions, elles-mêmes bien en deçà du projet humanitaire ultime, quel qu’il soit. Car ce dernier s’éloigne au fur et à mesure qu’on s’en approche. Et c’est au nom de cette cible sans cesse mouvante que les juristes du CICR vont élaborer des règles toujours plus contraignantes, en sachant pertinemment que les États ne les respecteront pas entièrement, mais n’oseront pas commettre trop d’entorses. Autrement dit, cette logique permet de tabler sur une amélioration des pratiques, puisqu’elle compte sur une marge de violations plus ou moins constantes, dans une dynamique où le droit comme ses objectifs ultimes s’élèvent.

4Mais si cette inaccessibilité essentielle de l’humanitaire a des pouvoirs notables dans le domaine juridique, puisqu’elle autorise l’accroissement régulier des normes internationales en vigueur, elle lui donne des facultés encore plus remarquables sur le plan rhétorique. L’usage discursif de l’humanitaire a en effet des répercussions sur le plan politique et scientifique. Dès lors, il a semblé judicieux de terminer cet ouvrage en abordant la facette conceptuelle du problème. Loin d’être anecdotique, cet aspect de la question dépasse largement les simples indications lexicographiques et permet d’appréhender différemment la plupart des difficultés générées par et dans les secours institutionnalisés aux victimes. Cette approche fournit l’occasion de revenir sur des phénomènes déjà évoqués, qui prennent dès lors une dimension nouvelle. De fait, il s’agit de présenter ici la capacité de conviction dont est investie cette aide, au-delà des champs de bataille ou des populations directement concernées. Ce chapitre se veut donc aussi une conclusion, incitant à s’interroger sur l’importance englobante de l’humanitaire et sur sa signification. Pour ce faire, on se fondera essentiellement sur la période contemporaine, ce qui implique de se pencher brièvement sur l’évolution du Comité international de la Croix-Rouge depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

5Durant la deuxième moitié du xxe siècle, l’humanitaire connaît trois bouleversements majeurs ou trois phases durant lesquelles le CICR est fortement chahuté et sa position jadis dominante profondément remise en question. Dans l’ensemble, chacun de ces changements s’annonce de manière similaire, assez semblable à ceux qui avaient secoué l’institution au lendemain de la Grande Guerre. Tout d’abord, il s’accompagne de réflexions sur les limites désormais bien connues de l’organisme et, partant, de doutes sérieux sur son utilité. Dans ce climat intellectuel, on assiste à l’arrivée de nouveaux acteurs, désireux de rendre l’assistance aux victimes plus efficace et moins timorée. Cette apparition parfois tonitruante dans le champ occasionne des réajustements parfois pénibles et détermine, à terme, la redéfinition de domaines de compétence comme la reconfiguration des actions entreprises.

6En principe, le déclenchement de ces dynamiques vient de l’extérieur, de telle sorte que le Comité international paraît le plus souvent réactif plutôt que proactif. Néanmoins, cette image ne correspond pas toujours à la réalité. De fait, ces mutations sont régulièrement anticipées au sein de l’institution, même si celle-ci n’en fait pas état, afin de ne pas afficher des faiblesses susceptibles d’alimenter les reproches. D’ailleurs, cette situation est exactement celle qui caractérise la structure genevoise autour de 1945. Bien avant la cessation des hostilités, ses membres avaient commencé à envisager l’après-guerre, dans l’espoir qu’il soit moins pénible que la dizaine d’années éprouvantes traversées au lendemain de la Der des ders. D’une part, il s’agissait de faire aboutir les projets concernant la protection des civils. D’autre part, et plus largement, on ressentait le désir de se ménager une place dans le nouveau système international. Ces deux ambitions impliquaient un rapport contradictoire à la Confédération. Pour peser d’un poids plus important sur la scène mondiale, le CICR devait à la fois se rapprocher et se détacher la Suisse. L’organisation devait soutenir les efforts que l’État serait prêt à fournir pour réviser les conventions dont il était le gardien, tout en veillant à ne plus être assimilé à lui.

  • 2 M. Renkens, Le Don Suisse (1944 à 1948) : une étude de la distribution de ses fonds en faveur des p (...)
  • 3 Le président Car Jacob Burckhardt, nommé en 1946 à la place de Max Huber, cède son fauteuil, en 194 (...)

7Finalement, le problème se dénouera sans trop de frictions, en raison des difficultés où se trouvait Berne elle-même. La neutralité helvétique avait irrité les vainqueurs, de telle sorte que le pays était totalement isolé. Dans ces conditions, les autorités politiques décideront de jouer résolument la carte humanitaire en créant une structure dépendant directement d’elles : le Don suisse, dont l’objectif avoué était de distribuer de l’argent aux victimes des combats2. Dans ce contexte, elles acceptent aussi de convoquer une conférence diplomatique chargée d’élargir le « droit de Genève ». C’est donc sous la houlette officielle de la Confédération que sont ratifiées les quatre Conventions de Genève d’août 1949 qui, cette fois, incluent dûment les non-combattants. Mais, du côté gouvernemental, le besoin de contrôler les agissements du Comité international est moins accusé. Quant aux instances dirigeantes de l’institution, elles se contentent du lest qui leur est ainsi laissé. C’est donc un CICR plus indépendant et doté de prérogatives considérablement accrues qui aborde la Guerre froide et les crises liées à la décolonisation3.

  • 4 D. Palmieri, « Le Comité international de la Croix-Rouge et les organisations pour les réfugiés », (...)

8La scène de l’entraide internationale est alors clairement dominée par les Nations unies. Ces dernières se sont imposées dès la fin du Second Conflit mondial, alors qu’une urgence humanitaire d’ampleur insoupçonnée planait sur l’ensemble de la planète. Les organismes onusiens prennent la situation en mains, de telle sorte que le CICR se replie souvent sur les victimes dont aucune structure ne désirait se charger, comme les réfugiés possiblement gênants parce qu’éventuellement compromis dans des crimes de guerre4. La cristallisation des tensions entre le bloc de l’Ouest et de l’Est amène toutefois les décideurs à abandonner le terrain de l’aide humanitaire d’urgence au profit du développement. Tout d’abord, les Soviétiques récusent les actions planifiées à New York, censées être téléguidées par les USA. En outre, le soutien des populations sur la longue durée peut facilement se muer en opération de diffusion idéologique. Pour cela, il « suffit » de former des experts locaux favorables à son propre camp. Dans ce cadre, la Croix-Rouge peut insensiblement réaffirmer son utilité, en tant qu’instance neutre, engagée pour des durées très limitées.

  • 5 M.-L. Desgrandchamps, « Revenir sur le mythe fondateur de Médecins sans frontières : les relations (...)

9Mais précisément, cette impartialité affichée agace un nombre croissant de gens. Tel est du moins l’argumentaire ex post qui servira à expliquer la naissance d’un nouveau courant humanitaire, à la fin des années 1960, tandis que le « Tiers-monde » est ensanglanté par les (conséquences des) guerres d’indépendance. Les tenants de cette tendance se regroupent au sein de Médecins sans Frontières. Ils refusent la discrétion constitutive du CICR ainsi que sa volonté de ne traiter qu’avec des États. En outre et en complément à cette posture politique, ils privilégient nettement la dimension curative des problèmes qu’ils tentent de résoudre. Les fondateurs de ce mouvement ont abondamment commenté sur les divergences déontologiques avec le CICR. Il est probable que celles-ci aient en effet joué un rôle ; mais d’autres causes ont sans doute été tout aussi influentes. En allant du particulier au général, on observe que le leader charismatique de MSF, Bernard Kouchner, avait lui-même travaillé à la Croix-Rouge avant de critiquer la « loi du silence » qui la gouverne5. Dans ces conditions, difficile de savoir si sa dénonciation répondait à une désapprobation préalable momentanément étouffée ou si elle succédait à des problèmes personnels avec les membres du Comité international. Ensuite, on note que la création des French Doctors date de la démocratisation des études et de l’arrivée massive de jeunes médecins sur le marché du travail, qui ne pouvait les employer tous. Enfin, comment ne pas remarquer que ces événements coïncident avec l’achèvement définitif de l’expérience coloniale française et qu’ils viennent redonner une « importance planétaire alternative » à la patrie des droits de l’homme ?

  • 6 Cette confusion des genres donne naissance à des oxymores tels que celui d’« intervention militaire (...)

10Après des débuts tonitruants, le rayonnement de Médecins sans Frontières est assez vite obscurci par des tensions et des ennuis internes, de telle sorte que les craintes du CICR face à ce rival imprévu sont de courte durée. Elles confortent l’institution genevoise dans l’idée de produire des Protocoles additionnels qui, en 1977, prévoient en particulier la protection officielle des populations affectées par des conflits civils. Quoi qu’il en soit, l’alarme la plus grave se produit une quinzaine d’années plus tard, quand la chute du Mur de Berlin détruit le contexte qui garantissait un monopole humanitaire certain. La fin de la Guerre froide stimule une recrudescence inquiétante de conflits internes. Ensuite et surtout, elle occasionne un retour tumultueux des Américains puis des pays occidentaux dans le domaine des secours d’urgence. Débarrassés de la vieille concurrence Est-Ouest, ces nouveaux protagonistes pratiquent ardemment la confusion des genres et brouillent les limites entre l’humanitaire, le développement… et l’intervention militaire6. Sans entrer dans les détails d’une évolution qui se poursuit encore et reste parfois peu déchiffrable, cet élargissement pluriel souligne la nature tentaculaire de l’humanitaire. Dès lors, la multiplication exponentielle des acteurs engagés dans les secours et l’impérialisme de leurs systèmes de valeurs permettent de saisir avec éclat les implications et la puissance de l’humanitaire en dehors même de son champ d’application immédiat.

11Parmi les démarches méthodologiques susceptibles de révéler l’empire de l’humanitaire au-delà du domaine spécifique de l’aide d’urgence institutionnalisée, il a semblé judicieux d’explorer l’approche conceptuelle. Appréhender l’humanitaire par les termes qui le désignent et par le rôle qu’on lui attribue dans le discours est en effet une manière de dépasser les pratiques et de comprendre pour quelles raisons la notion est convoquée, à l’extérieur du cercle restreint des personnes qu’elle concerne au premier chef. Les mots et leurs usages rhétoriques sont en effet des indicateurs précieux de la notoriété attachée à un phénomène, c’est-à-dire de son importance pour la société qui les manie. Dans le cas présent, il s’agira tout d’abord de voir à quelle catégorie de mots appartient l’humanitaire, ce qui en fait la spécificité, en détermine le fonctionnement… et devrait permettre d’expliquer tant l’ampleur que les incontestables limites de l’engouement dont l’humanitaire, vu comme une action générée par des valeurs particulières, est l’objet aujourd’hui.

L’humanitaire, un concept magnétique ?

  • 7 I. Herrmann, « From polemical topics to magnetic concepts : humanitarianism and anti-Semitism in Sw (...)

12Un simple survol de la presse et des publications scientifiques récentes suffit à se convaincre du succès incroyable de cette notion. En français surtout, on observe une intensification subite et abrupte de l’emploi du terme depuis le milieu des années 1980. Entre 1982 et 1995, l’usage du terme triple. Cet accroissement spectaculaire reflète, bien entendu, l’explosion puis le débordement sémantique de l’humanitaire, accentués par la Perestroïka et l’effondrement de l’Union soviétique. Toutefois, cette évolution exponentielle ne caractérise pas seulement la littérature, scientifique ou non ; elle se repère aussi dans le monde politique, quels que soient les sujets abordés au demeurant. Et cette particularité ne manque pas d’intriguer. Mieux encore, on note que son usage y est moins descriptif qu’instrumental. En d’autres termes, le discours parlementaire, les programmes électoraux ou manifestes convoquent la notion dans des contextes qui ne la concernent guère, voire pas du tout. En scrutant plus précisément l’emploi du terme, on observe qu’il est exploité pour deux de ses propriétés majeures. En premier lieu, et de façon très générale, on note qu’il s’apparente moins à un mot neutre qu’à un concept, c’est-à-dire un terme renvoyant à un ensemble de pensées et de références qu’il subsume. Dès lors, l’important est moins le vocable adopté que ce vaste panorama axiologique qu’il évoque. Or, en l’occurrence et en second lieu, cette configuration se distingue par un pouvoir tout à fait singulier : l’humanitaire subjugue, il est inconcevable de lui résister ou de s’y opposer. C’est pourquoi on peut dire qu’il est un concept magnétique. D’autres notions partagent cette spécificité. Ainsi, les droits de l’homme se profilent aussi comme une expression contre laquelle il est difficile de se prononcer, même quand elle est brandie à mauvais escient. À l’inverse, il existe de nombreux termes exerçant un magnétisme négatif. On citera ici, pêle-mêle, le racisme, la pédophilie ou encore le génocide. Tous ces phénomènes ne se rapportent pas forcément à l’humanitaire mais ils possèdent, eux aussi, la capacité d’orienter le discours par la répulsion qu’ils sont censés inspirer7.

  • 8 R. Koselleck, Vergangene Zukunft : Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt am Main, 1979, p. (...)

13Sans doute ces éléments auraient-ils pu entrer dans l’une des multiples catégories conceptuelles mises en évidence par Reinhardt Koselleck. Et, de fait, ils affichent des similitudes certaines avec ce que le philosophe appelait des Kampfbegriffe, des concepts polémiques. Ceux-ci se caractérisent par leur capacité à biaiser le débat politique en introduisant des sous-entendus polémiques destinés à gêner l’adversaire, comme l’a fait la notion de Staatsburger en Allemagne8. Toutefois, à son habitude, ce penseur n’a pas démontré d’où leur venait ce pouvoir ni comment il fonctionnait. En outre et surtout, les Kampfbegriffe qu’il décrit ont un potentiel polarisant moins important que les concepts magnétiques puisque leur force se déploie sur des périodes et des territoires bien plus vastes.

14Par ailleurs, il est vrai que les concepts magnétiques présentent des analogies avec les asymetrische Gegenbegriffe, les contre-concepts asymétriques. Ces derniers, récemment redécouverts et réanalysés par des chercheurs gravitant autour de l’Université de Konstanz, regroupent schématiquement l’ensemble des termes opposant le je (ou le nous) au vous. À ce titre et sans grande surprise, les notions se rapportant au « je » charrient souvent des connotations positives, et leur opposé des valeurs négatives. L’exemple le plus flagrant à cet égard est sans doute la paire ami/ennemi, abondamment commentée par Koselleck, où les termes renvoyant à soi sont dotés d’une charge favorable rappelant les concepts magnétiques positifs, tandis que les éléments désignant les autres sont souvent négatifs et provoquent eux aussi une antipathie nécessaire. Mais, là encore, les travaux sur ces dyades se sont surtout concentrés sur les interactions à l’intérieur des tandems asymétriques étudiés ou sur les modalités de leur asymétrie, plutôt que sur les logiques qui sous-tendent les connotations qu’on leur attribue et les conséquences qu’elles peuvent avoir sur les sociétés dans lesquelles elles s’expriment. En outre, il apparaît que les contre-concepts asymétriques ne recoupent qu’imparfaitement les concepts magnétiques. D’une part, ils n’ont pas tous des sous-entendus éthiques, comme l’indique le couple moi/eux. D’autre part et de manière corrélée, ce qui les caractérise n’est pas leur pouvoir magnétique. Ce dernier demeure donc largement à décrypter.

  • 9 À savoir 0,00112 % pour l’antisémitisme et 0,00118 % pour l’humanitaire (https://books.google.com/n (...)

15Pourquoi certains concepts peuvent-ils être considérés comme magnétiques, quel a été leur parcours sémantique, d’où vient leur étonnante spécificité, comment fonctionnent-ils et qu’implique leur usage ? Telles sont certaines des questions auxquelles il s’agit de répondre ici. Pour plus de clarté, on se fondera essentiellement sur deux cas excessivement parlants. Bien entendu, une place capitale sera accordée à l’humanitaire puisque c’est cette notion et son usage discursif qui ont donné l’intuition d’une catégorie particulière de concepts. Mais se limiter à l’humanitaire serait réducteur, et tout engage à envisager un concept répulsif. Parmi les multiples exemples possibles, il a semblé judicieux de se pencher sur l’antisémitisme pour plusieurs raisons. Tout d’abord, du point de vue discursif, il n’existe pas de contre-concept « naturel » à l’humanitaire. Ensuite, sur un plan plus quantitatif, les deux termes apparaissaient à une fréquence similaire dans la littérature francophone à l’orée des années 20109. Enfin, à un niveau qualitatif, on observe que ces deux notions sont souvent accolées, sans forcément interagir l’une avec l’autre.

16Dans ce cadre, on relève même un incident aussi piquant que révélateur. En 2009, Pierre Péan publiait un volume controversé : Le monde selon K. Le livre était une attaque en règle du ministre des affaires étrangères et ancien membre fondateur de Médecins sans frontières Bernard Kouchner. L’une des accusations les plus remarquées concernait les activités humanitaires que l’homme avait menées en Afrique ou, plutôt, le fait qu’elles aient été organisées contre financements. Non content de répondre directement à ce reproche, l’offensé s’attachera essentiellement à dénigrer son adversaire, en suggérant que son agressivité viendrait d’un sentiment antijuif. Dès lors, le débat public concernera moins la nature « intéressée » de l’aide apportée par Kouchner que l’antisémitisme réel ou supposé de Péan. Si l’anecdote concerne très peu le Comité international de la Croix-Rouge, elle donne un aperçu éclairant des idées qui circulent sur le secours institutionnalisé aux victimes et, surtout, des jeux rhétoriques, politiques voire académiques auxquels elle peut se prêter. Mieux encore, elle permet de comprendre que cette assistance n’est pas la seule à exercer un pouvoir rhétorique polarisant, mais qu’elle se meut dans un univers axiologique traversé par d’autres concepts magnétiques, susceptibles d’interagir avec l’humanitaire et de l’influencer en retour. C’est donc sur cette base qu’on interrogera tout d’abord la nature de ces concepts particuliers, avant de décortiquer leurs ressorts pour ensuite se tourner vers leurs usages politiques comme leur fonctionnement. En dernière analyse, il ne s’agit pas de voir ce que les sociétés contemporaines nous disent de l’humanitaire, mais bien ce que l’humanitaire nous dit des sociétés contemporaines.

Nature et formation des concepts magnétiques

  • 10 P. Péan, Le monde selon K., Paris, Fayard, 2009, p. 276..

17Le déroulement de la controverse Péan-Kouchner illustre bien l’idée qu’il existe des concepts possédant un pouvoir spécial. En effet, une grande partie de cette dispute n’est pas fondée sur des faits, en eux-mêmes peu problématiques ou invérifiables. D’un côté, tout travail mérite salaire et pourquoi l’humanitaire, qui est une tâche souvent délicate, épuisante, chronophage voire dangereuse, ne serait-il pas rémunéré ? De l’autre, les accusations d’antisémitisme portées contre Péan sont déduites de son usage du mot « cosmopolitisme »10, lui-même employé par les Nazis pour désigner ce qu’ils considéraient comme un défaut majeur des Israélites. La trame se noue donc au niveau des idées que les termes peuvent susciter, à savoir sur le plan des concepts. Mieux encore, il y a là opposition entre différentes notions phares ou, plus précisément, entre la connotation qui se dégage d’elles. Ici, le concept d’antisémitisme est considéré comme un repoussoir évident, à l’instar d’autres termes plus ou moins reliés, tels que génocide, pédophilie ou terrorisme, qui constituent selon tous des réalités épouvantables. Il est dégainé alors que Kouchner est attaqué sur la véracité de sa mission humanitaire considérée, quant à elle, comme un bien absolu, tout comme l’amour du prochain et/ou le respect des droits humains, qui sont généralement conçus comme des attitudes éminemment souhaitables pour tout individu, toute société.

18De manière quasi tautologique, les premiers termes paraissent ignobles parce qu’ils sont perçus comme fondamentalement mauvais tandis que les seconds semblent attirants parce qu’on les trouve foncièrement bons et beaux. Autrement dit, ces notions ont un poids moral considérable et c’est ce dernier qui les rend magnétiques. Cependant, toutes les notions morales n’ont pas le même poids, selon l’espace dans lequel elles sont déployées. La laïcité, si valorisée en France, est finalement assez peu goûtée ailleurs, où on lui préfère souvent des termes connexes tels que la neutralité religieuse. La neutralité, précisément, est l’élément-clé de la culture et du discours politiques suisses. Aucune décision internationale, quelle que soit son envergure, ne doit contrevenir à ce principe, même si le pays n’est pas menacé de guerre, même quand la résolution n’a aucun lien avec le désengagement militaire. Mais, là encore, cette notion perd de sa valeur hors de l’espace helvétique, et elle est même carrément méprisée dans de nombreux États, tels que la Russie. Cela signifie qu’un concept peut être partiellement magnétique, puisque certains peuvent sentir son pouvoir là où d’autres n’éprouvent rien.

  • 11 « The Assembly has followed the events of December 1995 in Gudermes [la violation du cesser-le-feu (...)

19Quelques recherches empiriques laissent penser que cet aspect limité caractérise davantage les notions vues comme bonnes que celles qu’on estime mauvaises. Il semble par exemple régner une certaine unanimité internationale en matière de terrorisme, que la très grande majorité des gouvernements réprouvent. Le phénomène est si détesté qu’il permet de faire passer des mesures autrement impensables. C’est au nom des atrocités perpétrées par des « rebelles » sur des civils russes qu’en 1996 la Suisse demande et obtient d’intégrer Moscou au Conseil de l’Europe – alors même que cette organisation prône la promotion de la démocratie, de l’état de droit et des droits de l’homme, tandis que l’Armée russe est alors elle-même engluée dans une guerre particulièrement sale contre la Tchétchénie11

20Actuellement, les notions les plus attrayantes ou les plus répugnantes semblent être celles qui se rapportent au champ sémantique de l’intégrité individuelle : elles concernent des thèmes qui touchent à l’ensemble des sociétés humaines et, par ce biais, paraissent atteindre l’universel. Et de fait, tout se passe comme si elles résumaient ce que l’humanité entière considère, considérera et a toujours considéré comme Bien ou comme Mal. N’importe qui semble pouvoir s’identifier à des absolus qui touchent au ressenti de chacun en tant qu’individu. De ce principe découle un mécanisme fondamental des concepts magnétiques : plus leur poids moral est reconnu par un nombre important de personnes, moins il est contesté dans l’espace et dans le temps, plus il sera puissant. En d’autres termes, comme les concepts les plus magnétiques se rapportent au statut d’être vivant appartenant à notre espèce, on tend à croire que ces notions sont, en quelque sorte, universelles et atemporelles.

  • 12 The Concise Oxford Dictionary of English Etymology, Oxford, 1966.

21Pourtant, une simple étude lexicologique montre que ce n’est pas forcément le cas. Le terme d’humanitaire est attesté pour la première fois en 1819. Il apparaît en anglais où le vocable humanitarian désigne un courant religieux qui nie la nature divine du Christ12. Cette signification prédomine jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, quand un autre sens, issu du français, devient d’un usage plus courant encore. De fait, de l’autre côté de la Manche, le mot d’humanitaire avait émergé au cours des années 1830, dans une acception qui ne semblait rien devoir à l’anglais. L’adjectif était clairement dérivé du terme immémorial d’humanité dont il reflétait les deux significations principales.

  • 13 Robert historique de la langue française, Paris, 1998.

22D’une part, le terme se référait à l’humanité des Lumières, comprise comme un équivalent laïque de la charité. D’autre part, humanitaire dérivait du sens étymologique d’humanité, considérée comme l’ensemble des individus vivant, ayant vécu ou étant appelés à vivre sur notre planète. À ce titre, humanitaire recouvrait l’idée d’une entreprise ou d’une cosmogonie destinée à la terre entière13. À la base, les deux acceptions n’étaient pas fondamentalement antagoniques et l’emploi en semble souvent indifférencié. Toutefois, dans le deuxième tiers du xixe siècle, alors que se répandent les aspirations nationalistes et s’élaborent les philosophies sociales de type supranational, l’appréhension globale du terme, désignant le souci de la totalité des gens, va progressivement se détériorer.

  • 14 V. Harouel, « De l’utilisation du mot “humanitaire”… », http://www.grotius.fr/de-l%E2%80%99utilisat (...)

23Chez la plupart des auteurs, l’adjectif acquiert alors une connotation péjorative14 qui se lit dans l’invention du mot « humanitarisme ». Il s’agit alors de dénoncer l’excès et la complaisance. Puisqu’on peut difficilement faire le bien de tous les habitants de la planète, cette prétention ne peut demeurer qu’au stade des intentions et servir avant tout à glorifier celui qui s’en revendique. L’emploi du terme contient en germe un reproche politique majeur, adressé à celui qui, se préoccupant plus des souffrances générales que des souffrances nationales, se cantonne à l’inaction et freine la charité qu’il aurait pu exercer envers les ressortissants de son propre État.

24Rapidement, le mépris sous-jacent à cette compréhension des choses contamine l’autre signification d’humanitaire, de telle sorte que le terme est de moins en moins employé… en France. En Suisse, pourtant, cette évolution sémantique ne semble pas avoir troublé les acteurs politiques ou, plutôt, leurs traducteurs. Le mot est en effet utilisé dès 1863 dans le discours public helvétique. Initialement, il semble avoir simplement servi à retranscrire des termes allemands plus nuancés tels que Gemeinnützig (d’utilité publique) ou Wohltätig (charitable). À l’instar de ces deux mots, on s’en empare pour qualifier tout phénomène philanthropique. Insensiblement, il permet également de décrire les entreprises visant à améliorer le sort des populations souffrantes sur le plan international.

  • 15 I. Herrmann, « Humanitaire », loc. cit.

25Dans ce cadre, le néologisme « Humanitär » se répand, donnant à l’allemand un mot spécifique pour se référer à ce qui constitue aujourd’hui l’humanitaire (Meyers Konversationslexikon). En français, les deux usages coexistent longtemps, de telle sorte que dans les documents officiels suisses il faut attendre le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, sinon la fin des années soixante, pour voir le terme acquérir de façon quasi exclusive le sens qu’il conserve majoritairement de nos jours et qui fait de l’humanitaire l’aide d’urgence apportée par des organisations ou des États à des personnes victimes de désastres provoqués par l’homme ou la nature15.

  • 16 G. Karmazyn, « L’“antisémitisme” : une hostilité contre les Juifs. Genèse du terme et signification (...)
  • 17 Voir en particulier son ouvrage le plus connu : Der Sieg des Judenthums über das Germanenthum – Vom (...)

26À l’inverse, le terme d’antisémitisme désigne très rapidement la crainte et la haine spécifiques qui le caractérisent encore aujourd’hui. Sans doute, le mot est inventé dès 1860 pour illustrer les propos d’Ernest Renan, qui décrétait l’infériorité des « races sémites », à savoir les populations parlant une langue telle que l’araméen, l’arabe ou hébreu16. Mais dès 1876, sous la plume du publiciste allemand Wilhelm Marr17, il acquiert son sens actuel, et se focalise uniquement sur les Juifs. Au contraire de l’humanitaire, toujours, le sentiment ainsi nommé ne date pas du xixe siècle mais se fonde sur des phénomènes bien plus anciens. Tout d’abord, il se nourrit de l’antijudaïsme traditionnel, attesté avant l’ère chrétienne en Égypte, apparemment dans le cadre de tensions ethniques/communautaires et en réponse à la répulsion avouée des Juifs envers les adorateurs d’animaux. Dès le ier siècle, cet antagonisme s’intensifie sous le poids de partis pris religieux. Tout d’abord, les Israélites sont assimilés aux chrétiens, réputés pour fomenter des désordres. Puis, quand leur croyance devient majoritaire, on accuse les Juifs de refuser la conversion au christianisme et d’être responsables de la mort du Christ. Au Moyen Âge, ces reproches débouchent sur une discrimination plurielle qui cantonne les tenants de la foi mosaïque dans des secteurs économiques restreints, et notamment dans le prêt à intérêt – donnant ainsi lieu à l’émergence de préjugés financiers tenaces.

  • 18 J. T. Gross : Fear : Anti-Semitism in Poland after Auschwitz : An Essay in Historical Interpretatio (...)

27Sur cette base, on accuse bientôt les Juifs de dominer le monde grâce à leurs richesses. À l’âge des nationalismes, cet élément prend une saveur inédite, puisque les Israélites sont alors tenus pour apatrides et soupçonnés de trahir les nations dans lesquelles ils exercent leurs activités. Ceci explique pourquoi l’antisémitisme est alors essentiellement un argument de gauche… avant de virer à droite sous l’effet d’une double évolution. Tout d’abord, les idéaux marxistes exercent un grand pouvoir d’attraction sur de nombreux Juifs, à tel point que les opposants au communisme opèrent un amalgame prometteur entre ce système de pensée et les Israélites. Ensuite, on assiste à la floraison des théories de supériorité raciale, bientôt appuyée par le développement du darwinisme social puis de la génétique. La manifestation extrême de cette évolution, qui se présente comme une addition de ces différentes formes de haine antisémite est la Shoah. Ce drame ne met pas fin à la haine anti-juive. Rarement, cette dernière continue à se manifester directement, comme en témoignent plusieurs pogroms perpétrés après-guerre en Pologne18 ; il s’exprime davantage de manière détournée, notamment sous couvert d’antisionisme.

28En fait, durant la seconde moitié du XXe siècle, l’antisémitisme tend à être considéré comme honteux alors que l’humanitaire connaît un engouement sans précédent. Toutefois, il apparaît que durant la même période le sens de ces deux concepts a alors peu changé. De ce constat découlent deux observations. D’un côté, il implique que si leur magnétisme n’est pas forcément universel il n’est pas non plus atemporel. De l’autre, on peut en déduire que les mutations observées se produisent au niveau du poids moral, qui aurait varié selon les lieux et les époques…, pour des raisons qu’il reste à décrypter.

Les ressorts des concepts magnétiques

29La controverse Péan/Kouchner, et plus particulièrement sa référence aux années trente, laisse à penser que la première raison susceptible d’expliquer des variations dans ce qui paraît fondamentalement bon et attirant ou mauvais et repoussant est l’expérience historique. La chose est particulièrement évidente dans le cas de l’antisémitisme. Depuis les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, la haine anti-juive est considérée comme un sentiment susceptible de mener au génocide ou au moins de le justifier, ce qui suffit amplement à expliquer le discrédit officiel dont il jouit. Parallèlement, certains auteurs rattachent la popularité actuelle de l’humanitaire à la quantité incroyable de conflits ayant ensanglanté la planète aux XXe et même au XXIe siècles. À première vue, l’argumentation semble irréfutable d’autant qu’elle est renforcée par l’idée solidement ancrée, voulant que le passé nous enseigne des leçons et incite le monde à ne pas répéter des erreurs avérées.

  • 19 L. Dinnerstein. Antisemitism in America, New York, 1994.

30Toutefois, un examen légèrement plus approfondi incite à relativiser ces capacités d’apprentissage et à nuancer l’effet des événements sur les systèmes de pensée des acteurs sociaux. Ainsi, on le sait, l’Holocauste n’a pas mis fin aux persécutions anti-Israélites et même aux USA, certains États ont continué à pratiquer une politique ouvertement discriminatoire bien après 194519. Par ailleurs, il n’existe pas de relation de cause à effet entre l’intensification des conflits armés et l’accroissement de l’intérêt pour l’humanitaire. Toute la Guerre froide l’illustre assez. En fait, il faut même attendre l’effondrement du bloc soviétique pour assister à l’envol de cet intérêt spécifique pour les victimes. Bien entendu, cela ne signifie pas que les événements et leur mémoire ne jouent aucun rôle dans la « moralisation » de certains concepts : les sursauts de l’histoire restent un ressort déterminant dans le renforcement du magnétisme. Mais ces objections montrent que d’autres éléments entrent en jeu, et semblent même indiquer l’importance d’une composante spécifique, à savoir les idéologies.

31Ces dernières sont étroitement associées à l’usage des termes employés pour exprimer les configurations de valeurs qu’elles préconisent. Ce lien a été clairement établi par le politologue et philosophe Michael Freeden, qui en donne la définition suivante :

  • 20 M. Freeden, « Conceptual imprecision and unintentionality : The real world of political language », (...)

[Ideologies] are configurations of particular conceptions of each of the political concepts that they contain. [De ce fait, they] wish to impose control on political language… [and] the understandings prevailing in [a] society’s language20.

32Cette description s’applique particulièrement bien à l’antisémitisme. Comportement accepté tant par la gauche anticapitaliste que la droite nationaliste du début du xxe siècle, cette haine est valorisée au plus haut point par le nazisme, qui comprend l’éradication des Juifs comme une prémisse indispensable à la sauvegarde de la civilisation… Le moins que l’on puisse dire est que le IIIe Reich a pesé lourd dans l’appréciation du concept, puisque c’est à travers son jugement et ses actions qu’il s’est chargé d’un magnétisme particulièrement puissant, que celui-ci soit positif puis négatif. De manière peut-être moins évidente, il apparaît qu’un mécanisme similaire se décèle à l’examen de l’humanitaire.

33Classiquement, la littérature sur le sujet tend à présenter la domination de la notion et des tentatives de développement, dans la seconde moitié du xxe siècle, comme le résultat d’entreprises de sabotage de l’humanitaire menées par les pays d’Europe de l’Est, peu soucieuses de reconnaître l’utilité d’une pratique compassionnelle pétrie de christianisme et foncièrement partiale. Ces analyses se fondent sur des faits avérés, tels que les critiques prononcées à l’encontre du CICR, accusé d’avoir délaissé les prisonniers de guerre soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale, alors même que l’URSS n’avait pas signé la Convention de 1929 qui aurait permis de les protéger. Elles prennent aussi appui sur l’attitude suspicieuse des autorités de Moscou et de ses satellites face aux propositions d’aide d’urgence dans la plupart des cas où l’affrontement Est-Ouest a dégénéré en conflit armé. Cependant, en explorant l’évolution conceptuelle de l’humanitaire, au-delà du rideau de fer, on est amené à pondérer ce jugement. L’examen du discours communiste incite en effet à interpréter cette obstruction incontestable, non pas comme la preuve d’un rejet principiel des secours aux victimes mais plutôt comme l’expression d’un heurt fondamental entre deux compréhensions divergentes de l’humanitaire.

  • 21 Sources : Bolshaya Sovetskaya Enciklopediya (http://slovari.yandex. ru/dict/bse), ainsi que les aut (...)

34En russe, le mot le plus proche d’humanitaire, gumanitarnyi (Гуманитарный) désigne surtout l’humanisme tandis que le terme dérivé de gumanizm (гуманизм) décrit les actions d’aide aux victimes. Ce « croisement sémantique » représente bien plus qu’une simple curiosité lexicologique et fait écho aux particularités du concept en Union soviétique. En effet, et comme on le sait, l’empire des tsars avait été parmi les premiers à organiser des secours institutionnalisés aux militaires blessés, au milieu du XIXe siècle. À la même période, des penseurs développent un humanisme russe qui, sur la base d’un christianisme messianique, ambitionne de sauver la planète des maux qui l’affectent. Les bolcheviques reprennent ensuite ce double héritage et le fusionnent dans un humanisme dit socialiste. Cette réflexion envisage les souffrances des individus comme un ensemble dont il faut libérer l’humanité tout entière. Bien entendu, dans l’immensité des afflictions possibles, les horreurs des combats ne représentent qu’une part minime et les communistes préfèrent se préoccuper des victimes d’injustices socio-économiques. Dès lors, tout porte à croire que l’attitude intransigeante de Moscou ne résulte pas d’une indifférence pour les secours à autrui, mais d’un double décalage. D’une part, les Soviétiques, comprenant l’humanitaire comme l’aide apportée à tout être désireux de se libérer de ses souffrances, en ont estimé les apports plus rapidement que les Occidentaux, auxquels il semblait néfaste. D’autre part, si « l’humanitaire à l’occidentale » a pu bénéficier des retombées positives de cette cosmogonie générale, il n’a jamais eu la priorité sur d’autres valeurs ou d’autres combats qui leur semblaient plus fondamentaux encore21.

35Ces écarts ne suggèrent pas l’éventuelle « avance » des pays de l’Est ni le « retard » potentiel de l’Ouest, mais signalent un phénomène crucial : l’idéologie organise la hiérarchie des valeurs et c’est en fonction de cette classification que s’évalue ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Si, pendant le xixe siècle et une bonne partie du xxe, on a communément fustigé l’aide universelle aux victimes, c’est parce qu’on la jugeait préjudiciable à la nation de ceux qui s’en faisaient les chantres. Inversement, si l’URSS a longtemps prisé l’humanitaire, c’est qu’il constituait un pan de l’humanisme socialiste, et partant, devenait un porte-drapeau du communisme lui-même. En d’autres termes, en dépit de la nature apparemment inaltérable de ce qui est considéré comme bien ou mal, cette taxinomie s’établit en fonction de valeurs supérieures apparemment indépendantes de la sphère morale. Aujourd’hui, les connotations dominantes sont clairement celles des vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide. De ce fait, la plupart des concepts magnétiques portent cet héritage qui tend actuellement à se confondre avec une appréciation universelle.

36Cette impression d’unanimité est le résultat de plusieurs phénomènes. Tout d’abord, elle est générée par un réflexe récurrent, voulant que les membres d’une société donnée tendent à considérer leurs propres valeurs cardinales comme devant guider l’ensemble de la planète. En l’occurrence, ce travers est d’autant plus facile que les absolus en question se rapportent à l’être humain qui, on le conçoit aisément, représente le plus petit dénominateur commun de… l’humanité. On ne peut toutefois pas faire abstraction des idéaux qui sous-tendent cet intérêt pour l’intégrité corporelle et/ou psychologique des gens. En effet, il porte la marque de l’individualisme, toujours plus prégnant dans les pays occidentaux depuis la fin des Temps modernes. Or, ces États ont renforcé leur position dominante dans le monde pendant la seconde moitié du xxe siècle et se sont même débarrassés de la concurrence communiste après 1991. Cette posture leur permet de contaminer les autres axiologies moins anthropo-centrées ou, au moins, détermine les rapports internationaux. Ainsi, alors même que la Douma est connue pour son antisémitisme virulent, celui-ci n’apparaît pas quand les parlementaires russes s’adressent à leurs collègues européens. Pareillement, quelle que soit leur méfiance à l’encontre des organisations humanitaires, accusées de camoufler un interventionnisme humiliant et indésirable, ces doutes ne sont généralement pas exprimés en dehors des frontières nationales.

37Ce constat signifie que les concepts magnétiques ne sont pas des catégories absolues, éthiques, mais relatives, émiques. Certains termes sont magnétiques dans certains milieux, à certaines époques et non autrement. Dans ce cadre, on constate que plus les éléments déterminant le pouvoir de ces concepts convergent, c’est-à-dire plus les religions, idéologies, cultures et autres Weltanschauungs s’accordent à leur donner une signification morale similaire, plus leur magnétisme sera grand. Toutefois, des notions telles que la liberté, qui est pourtant vantée par la plupart des cosmogonies disponibles, ont finalement assez peu de pouvoir rhétorique. Cette simple remarque incite à se pencher sur d’autres éléments susceptibles d’éclairer les étonnantes capacités de ces concepts, et notamment d’observer en détail leurs usages et leur fonctionnement.

Usages et fonctionnement politiques des concepts magnétiques

  • 22 Le 6 février 2009. Voir : http://www.arretsurimages.net/dossier. php?id=130 (30 décembre 2016).

38Si la querelle entre Péan et Kouchner peut être considérée comme un cas d’école pour l’étude des concepts magnétiques, c’est parce qu’elle a été à la fois médiatisée et politisée. De fait, la critique de l’action humanitaire kouchnérienne a mené à des explications en chambre ; et l’évocation de l’antisémitisme présumé de Péan le pousse à quitter un plateau de télévision en pleine émission22… et le débat public. Le monde politique, relayé par celui de la presse écrite ou non, se présente ainsi comme une arène bien pratique pour traquer les mécanismes qui sous-tendent l’emploi de ces concepts dans la mesure où ils semblent y être mis en évidence – sans pour autant représenter le seul espace dans lequel ils déploient leurs effets. Dans cette enceinte, les recherches empiriques montrent que toutes les notions, pourtant considérées comme irrémédiablement bonnes ou mauvaises, ne possèdent pas forcément de pouvoir magnétique. Comme on l’a vu, la liberté, mais aussi la générosité, sont assez peu efficaces. Contrairement aux concepts trop spécifiques qui n’exercent leur magnétisme que dans un cercle restreint, de pures notions éthiques s’apparentent à des armes émoussées, dénuées de tout pouvoir de conviction. Car chacun sait qu’il est bien de faire le bien et mal de faire le mal. En revanche désigner des réalités ou des attitudes personnifiant le bien ou le mal a le pouvoir de favoriser l’identification et, partant, d’attirer ou de repousser violemment. C’est pourquoi les concepts les plus magnétiques sont non seulement ceux dont la valeur morale est reconnue par le plus grand nombre, mais aussi ceux qui incarnent le plus clairement ces valeurs, interpellent ceux à qui ils sont adressés et sont dès lors susceptibles de susciter une réaction. Ces différents éléments contribuent à expliquer pourquoi les concepts magnétiques sont couramment utilisés en politique, où leurs pouvoirs de conviction rhétorique exceptionnels font à la fois florès et merveille. Là encore, ceux qui ont attiré la plus grande attention sont les notions répulsives, telles que la pédophilie, le terrorisme ou bien sûr l’antisémitisme. Leur simple évocation permet en effet, soit de discréditer une décision, soit de clore un débat, soit les deux…

  • 23 Ce point est mis en lumière par Cliff Stoll. http://www.wired.com/ wired/archive/2.10/godwin.if_pr. (...)

39Mentionner le racisme présumé d’un adversaire politique fait peser un soupçon non seulement sur sa personne mais aussi sur ses projets, même si ces derniers ne sont en rien concernés par le problème. Pareillement, on connaît la reductio ad Hitlerum, qui désigne le discrédit jeté sur toute argumentation, pour peu qu’on parvienne à l’attribuer à Hitler. Cette règle rappelle indéfectiblement la loi de Godwin qui postule que toute discussion électronique va voir, à un moment ou un autre, apparaître une référence au nazisme. L’intérêt réside ici moins dans l’aboutissement incontournable que cette règle attribue à tout chat sur Internet, mais le fait que cette évocation soit précisément ce qui met fin au débat numérique ainsi entamé23.

40La présentation de concepts magnétiques positifs a des effets similaires. Ainsi, dire qu’une cause est humanitaire constitue une manière de s’assurer du soutien d’une grande partie de la population, même si les moyens utilisés démentent clairement cette prétention, comme dans le cas des interventions militaires en Irak ou en Afghanistan. Ces opérations, et le soutien qu’elles rencontrent, représentent une confrontation conceptuelle fascinante, puisqu’elles associent un terme hautement positif (humanitaire) avec une notion plutôt négative (l’invasion armée). Le moins que l’on puisse dire est que l’attrait de l’un a permis d’atténuer le dégoût de l’autre. Tandis qu’une association inverse, conjuguant un phénomène conçu comme foncièrement bon avec un élément perçu comme totalement mauvais pourrit l’ensemble ainsi composé. Dans l’arène politique, nul n’approuverait ouvertement la proposition d’exterminer des gens au prétexte qu’une telle solution serait plus humaine que les souffrances dont ils sont accablés de leur vivant…

41Parallèlement à cet usage affirmatif, consistant à appliquer directement un concept magnétique à une résolution donnée, on observe le recours fréquent à un emploi négatif ou « à rebrousse-poil », revenant à inverser le magnétisme des concepts employés. Car s’il est suicidaire de prétendre ouvertement trouver du charme à la pédophilie ou de déclarer qu’il est mauvais de secourir des victimes, il peut en revanche s’avérer extrêmement payant d’en accuser ses adversaires. Mieux encore, il peut être avantageux d’exploiter les mécanismes discursifs qu’autorise la large gamme de contre-concepts asymétriques que connaissent les notions magnétiques, en raison même de leur nature polarisatrice. À cet égard, la recherche empirique montre qu’il existe globalement trois cas de figure. Tout d’abord, on comprend que ces notions ont toutes des opposés, qui se traduisent en français par le préfixe anti. Deuxièmement, elles ont également des contraires, comme le serait par exemple le terme de philosémite, en contraste avec celui d’anti-antisémite. Enfin, elles peuvent simplement être niées, à l’instar de tout mot grec, précédé d’un alpha privatif, comme l’illustre ce tableau :

Concept magnétique
Positif (humanitaire)
Concept magnétique
Négatif (antisémitisme)
Opposé Anti-humanitaire Anti-antisémitisme
Contraire Barbare (cruel, égoïste, indifférent, etc.) Philosémite
Négation Non humanitaire Non antisémite

42En dépit de nombreuses similarités, on observe que l’usage de ces différents types de négation est, politiquement parlant, plus efficace dans le cas des concepts magnétiques positifs. Ainsi, affirmer qu’une décision n’est pas humanitaire ne permet habituellement pas de la faire rejeter. Mais il suffit de prétendre qu’elle est anti-humanitaire, sinon barbare, pour la discréditer entièrement. Par contre, les concepts magnétiques négatifs offrent, dans ce cadre, une latitude beaucoup moins grande. Il n’y a pas grand bénéfice à assurer qu’un acte ne relève ni du terrorisme ni de principes qui lui sont opposés. Tout le monde est supposé partager ce point de vue, de telle sorte que la résolution qu’il sous-tend sera acceptable, mais pas nécessairement acceptée. Ces différences sont résumées dans le tableau ci-dessous :

Concept magnétique positif
Résultat rhétorique
Concept magnétique négatif
Résultat rhétorique
Opposé Refusé Accepté
Contraire Refusé Acceptable
Négation Acceptable Acceptable

43Non seulement cette asymétrie supplémentaire révèle une nouvelle particularité des concepts magnétiques, mais elle trahit une propriété capitale du champ moral dans lequel ils se déploient et qu’ils balisent. Le déséquilibre dans l’usage des négations provient de la place qu’occupent ces notions sur une échelle menant, schématiquement parlant, de l’extrême mal à l’extrême bien ou plutôt, du lieu où l’on y situe la frontière entre le tolérable et l’intolérable.

44L’usage et le fonctionnement des concepts magnétiques indiquent que cette limite se trouve plus près de ce qui passe pour le Mal que du Bien. Si l’antisémitisme, le génocide ou la pédophilie paraissent insupportables, il suffit de s’en écarter un peu pour entrer dans la sphère du tolérable. L’humanitaire est au contraire considéré comme un idéal presque inatteignable, de telle sorte qu’une attitude non-humanitaire n’est réprouvée par la société que si elle est vue comme anti-humanitaire.

45Sans surprise, cette asymétrie se retrouve dans l’emploi polémique des concepts magnétiques, ainsi que l’illustre une fois encore la controverse Péan-Kouchner. Ainsi, s’il suffit d’avancer quelques faits attestant l’antisémitisme supposé d’un adversaire politique, il faut bien plus que quelques actions à connotation humanitaire discutable pour discréditer un ennemi. En réalité, et le fait souligne une autre particularité des concepts magnétiques, on ne peut combattre efficacement les notions positives qu’en leur opposant des concepts négatifs, soit des termes dont la signification morale semble inverse. Dès lors, pour prouver qu’une action n’est pas humanitaire, il est généralement peu rentable d’énumérer des faits soulignant son caractère néfaste pour les populations concernées : l’intention était bonne, dira-t-on, et c’est l’essentiel. En revanche, si vous suggérez que cette entreprise généreuse était en réalité motivée par l’appât du gain, tout le monde se rangera à vos côtés.

46La réfutation d’une telle argumentation suit une logique similaire : il est vain de vouloir répliquer à une attaque magnétique sur un mode purement factuel. La seule manière de répondre est de rétorquer en dégainant un autre concept magnétique. Kouchner, accusé de ne pas pratiquer l’humanitaire de manière désintéressée, a peu élaboré sur ce thème et beaucoup plus misé sur l’antisémitisme de Péan. Quoique cette assertion ne soit pas liée au reproche formulé et ne l’ait donc pas disculpé, elle a suffi à faire taire la polémique, sans que rien ne soit véritablement réglé. Or, il ne s’agit pas d’une exception, mais d’un exemple tout à fait typique de fonctionnement des concepts magnétiques.

Conclusion intermédiaire

47La charge morale qui caractérise les concepts magnétiques détermine non seulement leur pouvoir discursif mais également la manière de les aborder. Ou plus exactement, c’est cette appréhension qui détermine leur capacité à orienter le discours, voire à délimiter le champ du pensable. Car ces notions ne se contentent pas de polariser le discours, elles le tronquent et le déforment. Bien entendu, ces mécanismes sont particulièrement visibles et repérables en politique où elles sont clairement exploitées à des fins qui sont souvent sans rapport évident avec leur signification première. De fait, la capacité des concepts magnétiques à laisser tout adversaire sans argumentation valable, pousse parfois à un emploi intéressé et/ou insincère. Car il paraît avantageux d’exposer ces notions éminemment éthiques, sans y croire, pour le succès d’un idéal suprême, lui-même moins avouable que le fait de vouloir faire le bien ou d’éviter le mal. Il y aurait là une distance entre ce qu’on peut dire, qui est acceptable, et ce qu’on fait, qui est accepté.

48Or, il semble que plus cet écart est grand et sensible, plus le magnétisme du concept utilisé est susceptible de s’amoindrir. De fait, en employant un mot non pas pour sa signification mais pour ses potentialités rhétoriques, on risque de l’appliquer à des réalités très différentes, qui finissent par délayer son sens. Cette dilution émousse alors le pouvoir inhérent au concept, puisqu’il est utilisé dans un contexte inadéquat, impropre à faire résonner clairement les impératifs moraux qui faisaient sa force. De là à dire que la popularité des concepts magnétiques entraîne non seulement leur banalisation mais aussi celle des valeurs qu’ils sous-entendent, il n’y a qu’un pas peut-être difficile à franchir. Toutefois, on peut estimer que l’emploi toujours plus courant de concepts toujours moins magnétiques serait susceptible de signaler des changements dans notre horizon moral.

49Sachant que le pouvoir des concepts magnétiques se déploie dans tout domaine rhétorique, on doit admettre que le politique n’est pas la seule sphère du discours et les règles qui s’y appliquent sont susceptibles de toucher tout domaine rhétorique. Cela signifie notamment que les sciences humaines sont soumises elles aussi à l’emprise et aux règles des concepts magnétiques. Mais comme les controverses piquantes y sont moins courantes qu’au sein des parlements ou sur les plateaux de télévision, leur magnétisme est non seulement moins ostensible, mais aussi moins exploité que subi. De manière schématique, on peut considérer que le traitement des réalités correspondant aux concepts magnétiques a des effets, tant sur le plan du discours historique que de la réception qui lui est alors réservée, celle-ci influençant alors celui-là, en une dynamique hautement interactive. Ces divers éléments peuvent être résumés de la manière suivante :

50Parfois, la distorsion introduite par l’analyse nécessairement tronquée de ces concepts particuliers est peu perceptible. Sans doute, elle apparaît avec clarté quand elle s’axe autour de termes dont le magnétisme échappe au récepteur, parce que ce dernier vit dans un environnement temporel ou idéologique différent. Cette hypothèse, qui confirme la relativité des valeurs considérées comme absolues, connaît un corollaire évident. De fait, il est difficile de déceler de l’intérieur la relativité de valeurs décrétées absolues et encore plus ardu de les étudier de manière « scientifique », en examinant leurs bons et mauvais côtés. Tel est bien entendu le cas de l’humanitaire, considéré comme un bien universel, et dont l’attrait actuel ne laisse toutefois pas d’interroger.

Notes

1 Un exemple récent et parlant est la question des violences sexuelles et de leurs victimes dans le cadre de conflits armés, une thématique véritablement née avec les guerres en ex-Yougoslavie, alors même que la violence sexuelle en temps de guerre est aussi vieille que cette dernière.

2 M. Renkens, Le Don Suisse (1944 à 1948) : une étude de la distribution de ses fonds en faveur des pays européens : entre critères humanitaires, intérêts nationaux et contraintes politiques, mémoire de licence, Université de Lausanne, 2004.

3 Le président Car Jacob Burckhardt, nommé en 1946 à la place de Max Huber, cède son fauteuil, en 1948, à Paul Ruegger, un ancien diplomate suisse « qui va donner une nouvelle impulsion au CICR dont il cherchera à élargir le champ d’action, qu’il s’agisse des types de situations (tels les troubles intérieurs), des types de victimes (tels les réfugiés ou les détenus politiques) ou encore des types d’activités », C. Rey-Schyrr, op. cit., p. 36.

4 D. Palmieri, « Le Comité international de la Croix-Rouge et les organisations pour les réfugiés », art. cit. ; sur la question d’une possible aide apportée par le CICR à des criminels de guerre, voir G. Steinacher, Nazis on the Run : How Hitler’s Henchmen Fled Justice, Oxford-New York, Oxford University Press, ; et pour une vision contradictoire, I. Herrmann et D. Palmieri, « Refugees on the Run. ICRC Travel Documents in the Aftermath of the Second World War », Contemporanea 16-1 (2013), p. 91-109.

5 M.-L. Desgrandchamps, « Revenir sur le mythe fondateur de Médecins sans frontières : les relations entre les médecins français et le CICR pendant la guerre du Biafra (1967-1970) », Relations internationales 146 (été 2011), p. 95-108.

6 Cette confusion des genres donne naissance à des oxymores tels que celui d’« intervention militaire humanitaire ».

7 I. Herrmann, « From polemical topics to magnetic concepts : humanitarianism and anti-Semitism in Switzerland », Journal of Political Ideologies 1469-9613, 15-1 (2010), p. 51- 68.

8 R. Koselleck, Vergangene Zukunft : Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt am Main, 1979, p. 111 et sq.

9 À savoir 0,00112 % pour l’antisémitisme et 0,00118 % pour l’humanitaire (https://books.google.com/ngrams/graph?content=humanitaire%2Can- tis%C3%A9mitisme&case_insensitive=on&year_start=1800&year_ end=2008&corpus=19&smoothing=2&share=&direct_ url=t4%3B%2Chumanitaire%3B%2Cc0%3B%2Cs0%3B%3Bhu- manitaire%3B%2Cc0%3B%3BHumanitaire%3B%2Cc0%3B. t4%3B%2Cantis%C3%A9mitisme%3B%2Cc0%3B%2Cs0%3B%3Ban- tis%C3%A9mitisme%3B%2Cc0%3B%3BAntis%C3%A9mi- tisme%3B%2Cc0).

10 P. Péan, Le monde selon K., Paris, Fayard, 2009, p. 276..

11 « The Assembly has followed the events of December 1995 in Gudermes [la violation du cesser-le-feu par des troupes russes] and the recent events in Pervomayskoye [prise d’otage par des Tchétchènes] with deep concern. It […] firmly condemns the taking of hostages as an act of terrorism and a flagrant violation of human rights […] The apparently indiscriminate use of force cost the lives of many innocent people and violated international humanitarian law. […]There will be no peace in the region, nor an end to terrorist attacks, without a political solution based on negotiation and on European democratic values ». (http:// www.assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/AdoptedText/ta96/ EOPI193.htm).

12 The Concise Oxford Dictionary of English Etymology, Oxford, 1966.

13 Robert historique de la langue française, Paris, 1998.

14 V. Harouel, « De l’utilisation du mot “humanitaire”… », http://www.grotius.fr/de-l%E2%80%99utilisation-du-mot-%C2%ABhumanitaire%C2%BB/ (23 novembre 2016)

15 I. Herrmann, « Humanitaire », loc. cit.

16 G. Karmazyn, « L’“antisémitisme” : une hostilité contre les Juifs. Genèse du terme et signification commune », http://www.phdn.org/ antisem/antisemitismelemot.html (30 décembre 2016).

17 Voir en particulier son ouvrage le plus connu : Der Sieg des Judenthums über das Germanenthum – Vom nichtconfessionellen Standpunkt aus betrachtet. Bern, Rudolph Costenoble, 1879.

18 J. T. Gross : Fear : Anti-Semitism in Poland after Auschwitz : An Essay in Historical Interpretation, New York, Princeton, Random House, Princeton University Press, 2006.

19 L. Dinnerstein. Antisemitism in America, New York, 1994.

20 M. Freeden, « Conceptual imprecision and unintentionality : The real world of political language », communication présentée lors du colloque européen European Conceptual History Research Project sur « Defining Political Concepts in Europe », Université d’Oxford, 17-18 nov. 2006 ; voir aussi : M. Freeden, Ideology : a Very Short Introduction, Oxford, 2003, p. 54.

21 Sources : Bolshaya Sovetskaya Enciklopediya (http://slovari.yandex. ru/dict/bse), ainsi que les autres dictionnaires et encyclopédies accessibles sur le site slovari.yandex.ru. Pour Pirogov, voir supra.

22 Le 6 février 2009. Voir : http://www.arretsurimages.net/dossier. php?id=130 (30 décembre 2016).

23 Ce point est mis en lumière par Cliff Stoll. http://www.wired.com/ wired/archive/2.10/godwin.if_pr.html (30 décembre 2016).

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search