Version classiqueVersion mobile

L’humanitaire en questions

 | 
Irène Herrmann

Chapitre III. La pratique humanitaire ou l’art du dilemme (1930-1945)

Texte intégral

1L’humanitaire passe aujourd’hui pour l’une des activités et des ambitions les plus nobles qui soient. Cette réputation pousse ses promoteurs, ses bénéficiaires et la plupart des témoins à minimiser les problèmes que le secours à autrui est susceptible de poser. Or, les ressources à disposition sont dérisoires face aux souffrances à soulager. De ce fait, aider son prochain fait apparaître de nombreux préjugés et rime souvent avec concurrence victimaire, instrumentalisation politique, impuissance ou arbitraire. L’(in)action du CICR face à la Shoah, ses raisons, sa condamnation répétée, les justifications et les remords qu’elle a suscités montrent que ces dilemmes sont non seulement dommageables mais inhérents à la pratique humanitaire.

Présentation

2Au lendemain de la « grande crise » post bellum, soit durant la seconde moitié des années 1920, les autorités du Comité international de la Croix-Rouge ont pu estimer que leur action se déployait sans entraves majeures et parviendrait rapidement à couvrir l’ensemble des situations conflictuelles observées dans le monde. De fait, la planète semble plus pacifique, réduisant d’autant les besoins financiers inhérents aux secours. Ensuite, et de manière corrélée, les structures concurrentes sont moins présentes. Les Américains se sont repliés dans un isolement qui pousse les œuvres charitables à se concentrer sur les problèmes intérieurs et affaiblit la Société des Nations, tout comme les formations qui lui sont associées. D’ailleurs, après la mort de Gustave Ador, en 1928, le CICR établit un accord avec la Ligue, qui répartit les tâches humanitaires à accomplir. L’institution genevoise est désormais en charge de l’urgence en temps de guerre mais, surtout, elle obtient clairement la préséance sur son ancienne rivale dans l’orientation de l’humanitaire : les bornes circonstancielles posées à son travail sont ainsi largement compensées par le rôle dirigeant qu’elle joue au sein du mouvement.

  • 1 Il s’agit de la Convention [de Genève] relative au traitement des prisonniers de guerre, signée le  (...)

3Enfin, l’organisation suisse reprend la haute main sur le développement du droit international en faveur des victimes des combats. En 1929, c’est sous son impulsion qu’une nouvelle conférence diplomatique est tenue à Genève afin d’élaborer une Seconde convention1. Cette dernière entérine les initiatives lancées pour alléger le sort des prisonniers de guerre. Ces entreprises semi-officielles, tentées depuis le conflit franco-prussien de 1870-71 et reconnues d’utilité publique durant la Première Guerre mondiale, sont dès lors inscrites dans la loi. Parallèlement, les délégués chargent le CICR de se pencher sur le sort des populations civiles, dans l’espoir d’arriver rapidement à garantir légalement leur sécurité durant les conflits armés. Il est prévu de présenter un projet idoine lors de la réunion des différents acteurs de la Croix-Rouge, qui doit avoir lieu en 1934, à Tokyo. Une fois l’inviolabilité des non-combattants gravée dans le marbre des conventions internationales, toutes les victimes de la belligérance seraient finalement protégées, au nom de la civilisation.

  • 2 R. Brauman, « Résonance de l’Holocauste sur « le deuxième âge » de l’humanitaire », Université de G (...)

4Mais ces espoirs sont rapidement douchés par le mardi noir, la crise économique et, surtout, par l’incroyable séduction des idéaux démagogiques qui alimentent efficacement la vague déferlante de ce qu’on n’appelle pas encore les totalitarismes. Les années 1930 sont marquées d’événements et de circonstances qui rappellent douloureusement les limites de l’humanitaire Croix-Rouge : les secours ne se déroulent pas de la manière dont l’auraient souhaité les promoteurs, les bénéficiaires et même les observateurs contemporains ou futurs de l’aide ainsi envisagée. Les répercussions de telles situations peuvent être catastrophiques pour les victimes qui reçoivent une aide totalement dérisoire, voire aucune. Pire encore, elle est parfois cruellement contre-productive, quand elle fait plus de mal que de bien. Mais d’après Rony Brauman, le cas le plus atroce, celui qui constitue un indépassable absolu, une limite au sens mathématique du terme, est le génocide, dont le but premier et ultime est de tuer son adversaire, quoi qu’il fasse ou quel qu’il soit, par tous les moyens possibles, aussi atroces soient-ils2.

  • 3 Bulletin international des Sociétés de la Croix-Rouge 184 (octobre 1915), p. 438.

5À l’aube des années 1930, le Comité international a déjà été le témoin de plusieurs massacres de ce type. Gustave Moynier, on le sait, était (vice-) consul du Congo quand l’exploitation de ce territoire a conduit les représentants de la couronne belge à commettre des exactions terribles, provoquant la mort de plusieurs millions de personnes au tournant des xixe et xxe siècles. Si le carnage est alors attesté, son intention génocidaire l’est moins, au contraire de l’effroyable boucherie commanditée entre 1904 et 1907 par les colonisateurs allemands à l’encontre des Hereros et des Namas. Toutefois, le CICR demeure muet, si ce n’est qu’il loue l’efficacité de la Deutsches Rotes Kreuz, dans ce qu’il considère, là encore, comme une simple opération de police de la métropole face à une rébellion d’indigènes. Les choses changent radicalement en 1915. Non pas que les Genevois aient empêché les Turcs de détruire les Arméniens. Mais ils sont alors sortis de leur silence. Bravant même le mot d’ordre de discrétion et d’impartialité, ils lancent un appel public qui dénonce ouvertement l’extermination tentée par les Ottomans3.

6D’un côté, le CICR aborde ainsi les années 1930 avec une conscience accrue de l’aporie humanitaire que représente tout génocide. De l’autre, cet avantage est dissous dans un ensemble de problèmes majeurs qui se profilent comme des exemples manifestes d’autres limites qui, pour être surmontables, n’en sont pas moins handicapantes voire paralysantes dans le climat régnant avant et pendant le second conflit mondial. Mieux que toute autre, peut-être, cette période et surtout l’époque de la guerre, se présentent ainsi comme un moment susceptible de révéler avec acuité la plupart des freins et bornes mises à l’activité humanitaire, qui génèrent autant de dilemmes, frustrations, gaspillages de ressources ou échecs, et dont le manque de moyens financiers n’est qu’un exemple parmi bien d’autres.

7Tandis que le CICR avait longtemps été dirigé par des hommes à poigne, et conforté ainsi la structure strictement hiérarchisée de l’institution, il aborde la décennie 1935-1945 avec une direction plus hésitante et légaliste. L’organisme reste pyramidal, mais il est désormais contrôlé par le Zurichois Max Huber (1874-1960), qui fut jadis juriste de la Confédération. Contrairement aux présidents précédents, il ne peut pas compter sur la loyauté sociale et familiale si utile en temps de crise. En outre, il est beaucoup plus conscient des devoirs et obligations du Comité international envers les autorités helvétiques. Ces considérations le rendent extrêmement prudent et circonspect. Or, comme le fonctionnement de l’organisation ne change pas, c’est l’ensemble des activités humanitaires mises en œuvre sous sa gouverne qui s’en ressentent. Cette pusillanimité se manifeste quand, bien au contraire, le contexte ambiant aurait requis de la fermeté sinon de l’audace, voire une certaine inventivité afin de mieux déjouer les entraves inhérentes aux régimes politiques qui se développaient aux portes de la Suisse.

  • 4 Lors de la quatorzième conférence internationale de la Croix-Rouge tenue à Bruxelles en 1930.

8Les différents fascismes, tout comme le système communiste, n’hésitent pas à s’inspirer de la maxime selon laquelle la fin justifie les moyens. Cette conduite générale a des conséquences notables sur les possibilités de secours à apporter en temps de guerre. Du point de vue juridique tout d’abord, cela signifie que le droit international n’a qu’une valeur très relative. Il n’est élaboré, ratifié et appliqué que dans la mesure où ces actions peuvent servir la cause de l’État. Cette philosophie est parfaitement illustrée par l’attitude du Japon qui, en 1934 et comme convenu quatre ans auparavant4, héberge une conférence internationale de la Croix-Rouge censée mettre sur pied une convention chargée de garantir la protection des civils. La réunion est fructueuse et les délégués éblouis par la splendeur de l’accueil somptueux qui leur est fait. Pourtant, ces hôtes exceptionnels viennent alors d’envahir la Mandchourie (fin 1931-début 1932), causant la mort de très nombreux Chinois, militaires ou non. Pire encore, au cours de la seconde guerre sino-japonaise, déclenchée peu après la réunion de Tokyo, se produira ce qu’on appelle le siège de Nankin, qui s’apparente à un immense massacre de non-combattants. Bien entendu, il est probable que les participants nippons à la conférence humanitaire n’aient pas décidé eux-mêmes des exactions commises par la suite sur des populations sans défense. Il n’empêche, tant l’une que les autres ont été avalisées par le même gouvernement. Ce qui lui importait le plus était l’intention dissimulée derrière l’organisation d’une conférence de la Croix-Rouge : réaffirmer la grandeur de leur empire et son appartenance aux nations dites civilisées.

9Le rapport au droit et à la réalité est ainsi totalement bouleversé, dépendant d’autres objectifs souvent très agressifs et toujours parfaitement égocentriques. Il s’accorde mal avec une législation fondée sur le principe que pacta sunt servanda, les traités doivent être respectés, en vertu d’une garantie de réciprocité. En fait, l’entrée en jeu d’acteurs tels que l’Italie mussolinienne ou l’Allemagne nazie menace de ruiner tout l’édifice construit depuis 1864. Et, si elle ne le détruit pas entièrement, c’est que les dirigeants de ces pays estiment avantageux de se soumettre à certaines règles édictées par le droit international humanitaire, ne serait-ce que pour pouvoir bénéficier, eux aussi, d’avantages qu’il était susceptible de leur assurer. Dans ce cadre, la plupart des prisonniers de guerre anglo-saxons seront relativement bien traités par les puissances de l’Axe. De même, elles tendront à permettre le rapatriement des blessés graves comme la circulation des colis d’approvisionnement. Mais l’acheminement des secours reste pénible et dépend de la bonne volonté des belligérants. Cet arbitraire est encore nettement plus accentué quand il s’agit d’acquiescer à des requêtes sortant du cadre des conventions de Genève. Comme le texte de Tokyo n’avait finalement été ratifié que par l’Allemagne, l’aide aux civils demeure complètement optionnelle ; et comme tous les protagonistes de ce conflit sont essentiellement préoccupés du sort réservé aux militaires, les secours aux non-combattants sont relativement rares et clairement insuffisants. La chose est d’autant plus vraie pour les visites de camps de détention, où sont retenus les « ennemis du régime », sans parler des camps d’extermination, totalement inaccessibles et dont l’existence même est tenue secrète.

  • 5 I. Herrmann et D. Palmieri, « Des humanitaires en eaux troubles. Le Comité international de la Croi (...)

10La multiplication des centres de détention pour opposants politiques allemands, après l’arrivée d’Hitler, inquiète rapidement les autorités du Comité international de la Croix-Rouge5. Il adresse ainsi de nombreuses demandes à Berlin et obtient, en effet, le droit d’entrer à Dachau. Cet assentiment est peut-être dû à la personnalité du premier délégué envoyé sur place : Carl Jacob Burckhardt (1891-1974). Ce dernier est en effet fasciné par les hommes de pouvoir et peu effarouché par les idéologies d’extrême droite. Son rapport d’inspection est d’ailleurs plutôt positif, ce qui explique sans doute que deux autres membres de l’institution, Guillaume Favre et Georges Chessex, obtiennent la possibilité de refaire le voyage en 1938. L’éclatement de la Seconde Guerre mondiale augmente drastiquement la nécessité de ces visites, tout en les rendant bien plus difficiles sinon impossibles. En 1940, le chef de la délégation du CICR à Berlin est autorisé à entrer à Buchenwald où on lui montre les quartiers réservés aux internés civils. Il s’agit alors de populations ressortissant de pays ennemis et résidant sur les territoires du Reich. Réduites à vivre dans des conditions précaires, elles sont toutefois mieux traitées que les prisonniers politiques ou les Juifs, dont le Comité commence à s’occuper spécifiquement en 1942, soit l’année même où les Nazis lancent la « solution finale ».

11L’institution genevoise décide alors d’intensifier ses expéditions de colis en direction des camps où sont parqués des Israélites. Surtout, elle prend contact avec différents responsables des camps de concentration afin de pouvoir rendre compte des conditions de détention qui y règnent. Les discussions, longues et pénibles, débouchent le 23 juin 1944 par l’envoi du délégué Maurice Rossel à l’intérieur de l’enceinte de Theresienstadt, préalablement nettoyée et « épurée » en prévision de l’inspection du Suisse. Finalement, la seule opération d’envergure en faveur des Juifs interviendra durant les toutes dernières semaines de la guerre, quand le Comité négocie la possibilité de faire enfermer des représentants du CICR dans certains camps afin d’en ménager la libération depuis l’intérieur. Cette mesure courageuse ne touche néanmoins qu’une partie infime des déportés. Dans l’ensemble, l’action du Comité international de la Croix-Rouge en faveur des populations juives ou tsiganes touchées par la Shoah est restée si modeste qu’elle ressemble à de l’inaction, ouvrant un abîme entre ce qui est attendu de l’humanitaire et ce que, en l’occurrence, l’humanitaire a livré.

  • 6 Les deux premières études externes à se fonder sur des archives du CICR ont été celles de J.-Cl. Fa (...)

12Dès lors, la question qui se pose est à la fois toute simple et formidable : pourquoi une organisation dédiée au secours des victimes n’a-t-elle pas fait davantage pour soulager le sort des millions d’êtres humains exterminés par les Nazis ? En d’autres termes, et pour atténuer le reproche implicite de cette interrogation : quelles sont les causes de cette passivité et que nous apprennent-elles, tant sur les acteurs que les observateurs de l’humanitaire ? Le problème est si important, si dérangeant qu’il a suscité une littérature extrêmement abondante et foisonnante, allant du pamphlet assassin au panégyrique ou d’une approche excessivement généraliste sinon caricaturale à l’exploration minutieuse de minuscules détails6. Dans cette profusion, il a semblé judicieux d’adopter une démarche inductive, soit de décrypter un événement précis pour en tirer le plus d’enseignements généraux possible. En l’occurrence, il a paru indiqué de se fonder sur la visite de Rossel à Theresienstadt. En effet, c’est l’une des seules opérations du CICR spécifiquement focalisées sur les Juifs. Ensuite, et sans doute pour cette raison, elle est devenue emblématique et particulièrement bien documentée, tant par la littérature officielle que par des chercheurs qui entendent s’en détacher.

  • 7 S. Farré et Y. Schubert, « L’illusion de l’objectif. Le délégué du CICR Maurice Rossel et les photo (...)

13L’épisode est rapidement évoqué dans l’histoire institutionnelle, qui ne lui accorde que peu d’attention. L’essentiel du récit consacré aux activités de la Croix-Rouge durant la Seconde Guerre mondiale se focalise alors sur les secours apportés aux militaires blessés et/ou prisonniers. Au début des années 1980, cet événement est relaté bien plus longuement dans l’ouvrage de Jean-Claude Favez : Une mission impossible ? Ce livre, expressément rédigé pour faire la lumière sur l’attitude du Comité international face aux persécutions raciales allemandes, souligne la rapidité et surtout l’inutilité de l’inspection du camp tchèque. Toutefois, la critique demeure assez mesurée tant il est vrai que ce travail a non seulement été commandité mais également relu par les hautes instances du CICR lui-même. Comme souvent, cette attitude très/trop modérée a suscité une réaction opposée, très/trop sévère. Des auteurs ont profité de l’ouverture des archives pour faire une étude plus approfondie des circonstances dans lesquelles Rossel avait effectué sa mission et ont surtout analysé en détail les documents qu’il en avait ramenés. Contrairement à l’habitude, il est non seulement revenu en Suisse avec un rapport sur les conditions de détention mais aussi plusieurs dizaines de photos étonnantes7. Ces images sont prises à distance et ne permettent guère d’illustrer efficacement le récit de la vie dans le camp. Plus étrangement encore, quelques-unes d’entre elles représentent le délégué en pied, posant devant tel ou tel élément de décor…

  • 8 http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/ un-vivant-qui-passe/

14Ces incongruités, jointes à l’inefficacité évidente de l’inspection, ont conduit les chercheurs à s’interroger sur les motivations de l’envoyé et, à travers lui, sur l’état d’esprit du Comité face à l’antisémitisme allemand. À l’extrême limite, la désinvolture apparente de Rossel est censée refléter une certaine connivence idéologique des instances de Genève avec les maîtres du IIIe Reich. Cette interprétation logique doit beaucoup à une œuvre cinématographique, plus artistique qu’historienne, de Claude Lanzmann. Lors du tournage de son immense opus, Shoah, le réalisateur avait filmé un entretien qu’il avait mené avec Rossel, en 1979. Finalement, ces séquences ne seront pas intégrées dans ce (très) long-métrage. En revanche, elles seront reprises, agencées et présentées comme un documentaire à part entière : Un vivant qui passe, sorti en salles en 1997. Quoique l’auteur ait alors déclaré avoir livré un document brut8, sans laisser percer sa propre subjectivité, l’interview est présentée de telle manière qu’il n’est pas possible d’ignorer les œillères du protagoniste et les allusions appuyées aux bornes de l’institution qui l’a engagé. À cet égard, l’œuvre de Lanzmann constitue un point de départ idéal pour qui cherche à explorer les limites pratiques, mentales et instrumentales de l’humanitaire à travers la visite qu’effectua, le 23 juin 1944, l’envoyé du CICR, Maurice Rossel, dans la prison-ghetto de Theresienstadt, quelques semaines après le débarquement des Alliés en Normandie.

Les limites pratiques

  • 9 90 délégués en novembre 1943 ; 123 en octobre 1944 ; 147 en février 1945. Source : Revue internatio (...)

15Les limites pratiques sont, sans doute, les entraves sur lesquelles la littérature scientifique s’est le plus concentrée, en tout cas depuis la chute du mur de Berlin. De manière extrêmement générale, on peut définir cette notion comme le résultat de la différence existant entre les besoins des victimes et les moyens pratiques mis à disposition pour les aider. Bien entendu, on pense alors surtout au caractère nécessairement fini et difficilement extensible de l’argent récolté pour porter assistance. Même quand les sommes réunies sont importantes, elles restent souvent dévolues à des régions ou des problèmes spécifiques, de telle sorte que l’abondance de numéraire ne rime pas forcément avec efficacité humanitaire et encore moins avec exhaustivité. À cela s’ajoute, régulièrement, le manque de savoirs et d’énergie disponibles. Durant la Seconde Guerre mondiale, le CICR compte des délégations (représentations) sur les cinq continents. Mais hors de Suisse, son personnel est réduit à une grosse centaine de personnes9 qui, bien évidemment, ne peuvent suffire à l’immensité de la tâche que la planète attend d’elles, à commencer par les visites aux centaines de milliers de prisonniers de guerre. Enfin, en admettant que le Comité international ait accès aux ressources et aux bonnes volontés nécessaires, rien n’indique que les pays concernés se plient au jeu et acceptent une activité vue comme susceptible de réduire leurs chances de gagner un conflit total.

  • 10 Lanzmann et Rossel parlent d’Auschwitz comme d’un tout, alors que le complexe concentrationnaire es (...)

16Curieusement, Lanzmann ne s’appesantit guère sur cet aspect crucial de la question. Il semble même dire que les choses vont plutôt bien de ce côté. Il n’aborde pas le problème pourtant fondamental du soutien pécuniaire. En revanche, il laisse penser que les contraintes du Comité, forcé de se rabattre sur des employés parfois fort peu professionnels ou débutants, ne s’appliquent pas au cas de Rossel. À en croire le documentaire, le représentant du CICR aurait été actif en Allemagne depuis 1942 et aurait ainsi joui d’une expérience certaine, à la fois de la guerre et des captifs. Mieux encore, toujours selon le film, le délégué aurait même une connaissance, furtive mais réelle, des camps de concentration. En effet, il est censé avoir voulu visiter Auschwitz10 en 1943. Et, s’il n’arrive alors pas à entrer dans le camp, il parvient néanmoins à parler avec son commandant, montrant ainsi une curiosité et une détermination évidentes, doublées d’un soupçon louable, en un temps où le nom de ce lieu sinistre n’évoquait pas grand-chose et n’avait bien entendu pas encore acquis le statut de symbole du mal absolu qui le caractérise aujourd’hui. Dès lors, le spectateur est en droit de croire qu’en 1944 Rossel est déjà parfaitement aguerri et, au minimum, susceptible de discerner la tromperie crasse du spectacle que les dirigeants de Theresienstadt ont monté pour faire croire à des conditions d’existence décentes à l’intérieur du camp. Le seul obstacle réel, mis à l’expédition du Suisse, serait donc la détermination cruelle et la force manipulatrice des Nazis.

17Sachant que les méthodes atroces et impitoyables des autorités nationales-socialistes étaient bien connues, il se dégage de ce panorama des problèmes pratiques une image très négative tant du délégué que de l’institution qu’il représentait. Considérant que l’une comme l’autre devaient s’attendre à une tromperie de haut vol, tout en possédant les ressources pratiques pour ne pas se laisser duper, l’auteur laisse planer une question particulièrement dérangeante. Il ne s’agit dès lors plus de savoir comment le Comité international de la Croix-Rouge, par le truchement de Rossel, a bien pu se faire berner et livrer un rapport neutre, sinon carrément complaisant, sur l’atmosphère régnant dans le camp tchèque mais bien de comprendre pourquoi une telle chose a été possible. Toutefois, la prémisse de base est ici biaisée, et force est d’admettre que les embûches étaient considérables à tous les niveaux de l’entreprise, à commencer par la personnalité de Maurice Rossel lui-même.

18Ce dernier, apparemment interrompu par Lanzmann au milieu d’un dîner de famille, s’engage visiblement sans préparation dans la discussion avec le réalisateur. Telle est du moins la conclusion que l’on peut tirer après quelques minutes de film seulement. D’emblée, l’ancien collaborateur du CICR commet en effet plusieurs erreurs chronologiques finalement lourdes de sens. Contrairement à ses propres déclarations, il n’a pas été engagé en 1942 mais en février 1944. La différence est de taille. D’une part, cela signifie qu’il n’a qu’une expérience extrêmement maigre des conflits armés, de l’Allemagne et bien entendu des camps. Au moment de son départ pour Theresienstadt, il n’a vu qu’une dizaine d’endroits, abritant non pas des déportés mais des prisonniers de guerre. D’autre part et par conséquent, il n’a pas encore développé de curiosité sur ce qui peut bien se passer à Auschwitz. C’est après, et non avant, son inspection de la forteresse tchèque qu’il prendra l’initiative d’aller voir ce lieu (27 septembre 1944), dont les Alliés comme les neutres se souciaient très peu. Enfin, impréparé et éberlué, il rédige un rapport de débutant : il applique la grille de lecture fournie par le CICR et aborde dans son texte les dix-sept points qui structurent classiquement les comptes rendus rédigés après les visites à des prisonniers de guerre.

19Il y a ainsi une inadéquation totale entre le document remis à Genève et la réalité entraperçue sur le terrain. Rossel dit avoir ressenti la bizarrerie de la mise en scène que les Nazis lui ont préparée. Mais il est alors trop novice pour comprendre d’où elle vient. Consciemment ou non, c’est sans doute ce malaise qui l’incite à prendre des photos apparemment parfaitement incongrues. En outre, cette réponse inappropriée n’est apparemment pas remise en cause par le Comité qui l’a sollicitée. En tout cas, les archives ne permettent pas d’affirmer que la séance de « debriefing » organisée au retour de Rossel en Suisse ait donné lieu à des discussions susceptibles d’attirer l’attention de membres plus expérimentés qui, sous l’image du camp Potemkine et en deçà des relations totalement décalées produites par Rossel, auraient su comprendre l’extrême gravité de la situation. Il est vrai que le CICR est lui-même totalement inadapté à ces circonstances et aurait été bien incapable de gérer la certitude de l’annihilation des Juifs – réalité à laquelle seule une infime minorité de contemporains voulaient/pouvaient croire.

20Contrairement à ce qu’on a pu penser a posteriori et à l’impression laissée par l’attribution du Prix Nobel de la paix au Comité international de la Croix-Rouge en 1944, l’institution genevoise est soumise à d’importantes contraintes, qui bornent son action durant tout le Second Conflit mondial et restreignent même les opérations qu’elle est en mesure de lancer au profit de ses bénéficiaires traditionnels, tels que les militaires blessés et les prisonniers de guerre. A fortiori, ces limites se font sentir avec une acuité décuplée, quand il s’agit d’autres victimes, à l’instar des déportés ou des populations soumises à des persécutions raciales. L’organisation elle-même soulignera quatre types d’entraves, considérées comme susceptibles d’expliquer, de justifier voire d’excuser l’abîme séparant l’horreur génocidaire nazie et les soulagements insignifiants qu’elle avait pu/su apporter.

  • 11 Rapport du Comité international de la Croix-Rouge sur son activité pendant la Seconde Guerre mondia (...)

21Durant et après le conflit, le CICR communique abondamment sur l’ampleur de la tâche réalisée. Il adopte un point de vue quantitatif délibérément sensationnel. On apprend ainsi qu’entre 1939 et 1947, ses envoyés ont parcouru plus de 16 millions de kilomètres, distribué plusieurs centaines de milliers de tonnes de colis, ouvert 76 délégations, rempli près de 200 missions spéciales et, surtout, organisé plus de 10000 visites de camps11. Mais le plus impressionnant sans doute, est que cette œuvre colossale a été accomplie par un nombre relativement restreint de personnes, puisque le personnel employé hors de Suisse s’élève à moins de 150 collaborateurs !

  • 12 Ce qui était du reste vrai. Ainsi, la délégation du CICR à Berlin ne compte qu’une quinzaine de per (...)

22Ce discours est triplement valorisant/déculpabilisant. D’une part, il met en relief le travail ainsi effectué et interdit toute accusation d’attentisme ou d’indifférence face aux souffrances d’autrui. D’autre part, il porte en lui la notion d’exploit, tant il est vrai que l’effectif très réduit des délégués laisse imaginer une activité inlassable et écrasante12. Dès lors, en creux, se profile une déduction lancinante : face à de telles charges et avec des moyens humains notoirement insuffisants, l’institution genevoise a fait tout ce qu’elle a pu, et même davantage. Comment aurait-elle eu le temps et l’énergie de se vouer aux déportés ? N’aurait-ce pas été au détriment des prisonniers de guerre et autres combattants dans le besoin, eux-mêmes si valorisés dans des sociétés d’après-guerre, désireuses de noyer leurs mauvais souvenirs dans la glorification des héros agissants, militaires ou résistants, et peu soucieuses de se remémorer le sort de victimes conçues comme passives ?

23À cette argumentation à la fois factuelle et rhétorique, le Comité adjoint immédiatement des éclaircissements de type juridique. À la fin de la guerre, les critiques se multiplient. Sans doute, cette situation n’est pas sans rappeler l’issue du premier conflit mondial, où l’humanité avait englobé le CICR dans son dégoût des hostilités et relégué l’organisme au rang de structure désormais (heureusement) inutile. Mais les accusations formulées un quart de siècle plus tard sont fondées sur des reproches bien plus tangibles et nécessitent un traitement énergique. Tandis que les Soviétiques fustigent l’impuissance de la Croix-Rouge face au sort des prisonniers de guerre russes en Allemagne et des partisans, les Américains commencent à questionner son inaction face à la Shoah. Le Comité fait alors appel à l’un de ses membres les plus brillants : Marguerite Cramer. Quoiqu’elle se soit elle-même beaucoup préoccupée des non-combattants, et aurait notamment voulu que le CICR lance un appel pour blâmer les exactions commises contre eux, cette juriste reste loyale à son institution et fabrique une défense convaincante. Dans l’ensemble, la réponse élaborée tourne autour d’une idée simple : les conventions ont été respectées et les reproches concernent donc des catégories de victimes dont la protection n’était pas prévue par le droit existant, sinon carrément impossible. Et, de fait, les détenus soviétiques n’avaient officiellement pas à être soutenus car l’URSS n’avait pas signé l’accord de 1929, de telle sorte que les Nazis avaient refusé la visite des camps qui leur étaient réservés, de même que Staline avait interdit toute aide de Genève en faveur des prisonniers de guerre allemands en Russie. Plus largement, le droit international humanitaire ne prévoyait rien pour les civils, excepté quelques clauses peu contraignantes issues des conférences de La Haye. Dans ce cadre, il devenait très difficile de porter secours aux membres des différentes résistances. Bien entendu, cette considération était d’autant plus valable pour les populations que le IIIe Reich avait décidé d’exterminer.

24Inutile de préciser que le raisonnement élaboré par Marguerite Cramer est parfaitement justifié et plausible. Toutefois, il néglige opportunément de mentionner la possibilité d’user d’initiative « humanitaire », pourtant inscrite dans les textes fondateurs, dès la seconde moitié du xixe siècle. Vu la valeur incontestable de la rédactrice et connaissant son propre combat pour la cause des civils, cet oubli ne peut être autre chose que délibéré. À y regarder de plus près et en se fondant sur l’expédition de Maurice Rossel à Theresienstadt, on observe qu’il dissimule bien plus que le manque de courage des hautes instances du Comité ; il camoufle en effet des limites politiques, sans doute moins humiliantes mais susceptibles d’affaiblir considérablement la position déjà très précaire de l’institution dans le panorama mouvant de l’humanitaire après la Seconde Guerre mondiale.

25De fait, contrairement à ce que peut laisser croire son résultat décevant, la visite du 23 juin 1944 n’est pas une initiative inopinée, réalisée en l’espace de quelques jours ou quelques mois. Le Comité avait demandé à inspecter des camps de concentration depuis septembre 1942 déjà. Ce qui frappe alors n’est pas l’autorité de l’institution genevoise mais plutôt sa faiblesse, puisqu’elle dépend entièrement de la bonne volonté des gouvernements pour accomplir les tâches (extra-) conventionnelles qu’elle s’assigne. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que les Nazis aient fait traîner la demande et que l’inspection soit finalement limitée à Theresienstadt, lieu de transit avant l’extermination, où s’entassaient des Juifs célèbres ou riches, susceptibles de payer à prix d’or ce bref répit et passer les avant-derniers instants de leur vie dans des conditions légèrement moins épouvantables que celles des autres Israélites. Longtemps, le CICR s’est contenté de suggérer l’obstruction pourtant bien réelle faite à ses efforts pour accéder aux déportés. Il est vrai qu’une telle ligne argumentative aurait été susceptible d’avoir un effet doublement contre-productif.

26Tout d’abord, admettre que l’institution avait sollicité les Allemands pendant près de deux années avant d’obtenir une seule inspection, qui plus est dans un camp Potemkine, aurait été tout sauf glorieux. Ses détracteurs auraient été tentés d’interpréter cette lenteur comme une preuve supplémentaire du désintérêt de l’organisation pour le sort des victimes de la Shoah. Cette défense n’aurait donc pas permis de résorber la polémique à ce sujet. En outre et surtout, elle aurait risqué de ternir la réputation d’efficacité du CICR. Au lieu de voir l’exploit, les observateurs, même bienveillants, auraient risqué de ne retenir que l’échec d’un éléphant accouchant d’une souris, et menacé de retirer leur confiance à un organisme se laissant piéger dans une embuscade aussi grossière. Bien entendu, aucun document écrit ne vient confirmer expressément ces réflexions. Mais on ne voit pas pourquoi, sinon, les membres auraient minimisé les obstacles incontestables et quasi insurmontables que les Nazis avaient dressés pour cacher leur entreprise génocidaire.

27À moins que les autorités du Comité international de la Croix-Rouge n’aient redouté une question somme toute naturelle au vu des efforts consentis pour pouvoir visiter des camps de concentration. Comment se fait-il, en effet, qu’après une négociation aussi longue et ardue, l’organisation n’ait pas dépêché l’un de ses ténors, tels que Carl Jacob Burckhardt, voire le chef de la délégation à Berlin ? Chacun d’entre eux s’est sans doute déclaré indisponible, l’un en raison d’un conflit d’agenda, et l’autre pour cause de vacances ! Mais pourquoi avoir envoyé un jeune homme de 25 ans, parfaitement novice de surcroît ? Pour Lanzmann, la réponse est simple : l’institution a choisi de se faire représenter par Maurice Rossel parce que celui-ci était antisémite et incarnait bien son état d’esprit à l’égard des Juifs. Cette analyse, qui paraît sous-estimer les limites pratiques avec lesquelles doit composer l’humanitaire, a le mérite de souligner l’importance des limites mentales inhérentes à toute opération de secours, quelque généreuse, impartiale et absolue elle puisse sembler.

Les limites mentales

28Comme toute action humaine, l’aide à autrui est nécessairement marquée par ceux qui sont à l’origine de sa réalisation. En d’autres termes, elle s’effectue à l’intérieur d’un cadre défini non seulement par ses bornes pratiques mais aussi par les croyances et les convictions de ses promoteurs, elles-mêmes conditionnées par leur milieu géographique, culturel, social ou historique. La chose est d’autant plus vraie, on le sait, pour les membres du Comité international de la Croix-Rouge. Loin de privilégier les excentriques, considérés comme ingérables, l’institution requiert une uniformité de vues et de comportement, consolidée par une fidélité de type familial. Cette exigence est apparemment maintenue même au plus fort de la guerre, quand les recrutements se raréfient – et Maurice Rossel est sans doute une illustration éclatante de ce principe, sur lequel se fonde d’ailleurs Lanzmann, qui entreprend ainsi de parler de l’état d’esprit du CICR tout entier en décrivant celui de l’infortuné délégué.

29De fait, le cinéaste insiste beaucoup sur cet aspect-là des choses. Tout se passe même comme s’il avait délibérément minimisé les problèmes pratiques auxquels a été confrontée l’institution genevoise, pour mieux faire ressortir les limites mentales qui, de ce fait, deviennent les principaux obstacles à l’action de Rossel en particulier et du CICR en général. Le film livre une image peu flatteuse de l’employé. Il paraît obtus, incapable de voir « par-dessus les murs » ou, en l’occurrence, par-delà la mascarade sinistre que lui proposent les dirigeants de Theresienstadt. Néanmoins, son aveuglement ne tiendrait pas uniquement à l’habileté dissimulatrice des Nazis mais aussi, voire surtout, à ses propres ornières intellectuelles et idéologiques. Tout au long de l’entretien, Rossel se montre sensible au racisme. Il relève ainsi avec une certaine admiration les yeux bleus du commandant d’Auschwitz. Surtout, il établit un lien étroit entre Juifs et richesse, paraissant accréditer un préjugé antisémite tenace, selon lequel les Israélite sont avares, avides et indéfectiblement attirés par l’argent, quel que soit au demeurant leur propre degré de prospérité matérielle. Difficile, dès lors, de ne pas tisser une corrélation entre ces préventions au parfum nauséabond et l’inutilité de la visite effectuée à Theresienstadt. Non pas que le Suisse ait eu la possibilité d’imaginer l’horreur de la Shoah. Mais ses ornières l’auraient incité à envisager le camp comme la confirmation de son idée peu reluisante des Israélites. Son aveuglément raciste semble même en faire un élément irrécupérable, puisque l’interview de 1979 prend fin au moment où, après s’être fait donner la leçon par Lanzmann, l’ancien délégué persiste et dit qu’il signerait à nouveau le même rapport.

30La question qui taraude nécessairement le spectateur est alors de comprendre pourquoi le Comité international de la Croix-Rouge n’a pas envoyé un représentant plus digne de l’universalisme et de l’impartialité professés par l’institution. Et la réponse s’insinue au fil des minutes, notamment en raison des démonstrations d’amitié répétées de Rossel pour le chef de la délégation du CICR à Berlin, Roland Marti, qui l’a engagé et a déterminé son départ pour le camp tchèque. Or, cet homme, loin d’occuper une position négligeable au sein de l’organisation genevoise, joue au contraire un rôle crucial dans le déploiement de la politique humanitaire. Il est en effet chargé des relations avec les autorités nazies et avec la société nationale allemande de la Croix-Rouge, la Deutsches Rotes Kreuz, elle-même entièrement soumise au parti national-socialiste. Pour effectuer ces tâches épineuses, il fallait un homme avec lequel les dirigeants du Reich puissent accepter de discuter efficacement, soit une personne expérimentée représentative des principes du Comité international.

31Dès lors, la solution se présente sous la forme d’un raisonnement gigogne. Tout se passe comme si Rossel, un petit employé encore novice, avait été dépêché à Theresienstadt par son supérieur hiérarchique, avec l’aval d’une organisation conservant une méfiance traditionnelle à l’égard des Juifs. Bien entendu, le reportage se garde de présenter clairement le jeune délégué comme une synecdoque du CICR. Mais si le manque d’ouverture comme la prégnance d’aprioris antijudaïques n’en font pas une institution nazie, elles semblent avoir notablement contribué à son indifférence et à son apathie à l’égard des victimes de la Shoah – deux sentiments qu’Un vivant qui passe illustre de manière particulièrement convaincante.

  • 13 ACICR G44/13, 7 décembre 1944.

32L’interprétation de Lanzmann n’est pas dénuée de fondements, mais elle est peut-être légèrement exagérée. En premier lieu, il est probable que Rossel était moins obtus qu’il n’y paraît. À plusieurs reprises, il relève lui-même sa gaucherie et son inaptitude à comprendre la pièce de théâtre mise en scène pour lui. Toutefois, le fait même qu’il relève son incompétence démontre un certain esprit critique et réduit d’autant son incapacité. Mieux encore, cette honnêteté n’est pas seulement une excuse a posteriori, face à la révélation de l’horreur qu’il n’avait pas su déceler. Les archives de l’institution, ouvertes avant la diffusion du film, trahissent elles aussi une personnalité sans doute moins superficielle et crédule qu’il n’y paraît. Dans plusieurs rapports faits au CICR, il admet avoir fait semblant d’être stupide, d’avoir joué de la réputation balourde des Suisses pour pouvoir se tirer d’affaire plus facilement. En décembre 1944, il fait cette confession révélatrice : « J’ai eu à faire l’ahuri, l’idiot, rôle pour lequel j’ai heureusement des dispositions naturelles13. »

33En second lieu, l’antisémitisme du délégué est probablement moins déterminant que ce qui ressort du reportage. Sans doute, ses propos dédaigneux au sujet des Prominenten, c’est-à-dire des Juifs aisés supervisant la vie du camp de concentration, peuvent choquer. Ils tranchent en tout cas fortement avec la prudence adoptée aujourd’hui dès qu’il s’agit de formuler des opinions sur les Israélites. On note toutefois que ces jugements si connotés, parce qu’ils font écho à des préventions racistes millénaires, sont surtout exprimés à l’encontre des déportés riches. Ce constat incite à considérer un angle de lecture supplémentaire, à savoir le point de vue social. On peut en effet rapprocher les commentaires faits sur les Juifs des diverses remarques égrenées sur le milieu dans lequel ont évolué les uns et les autres. Rossel ne manque pas de souligner la modestie de sa condition. Par contraste, ses allusions à la fortune des dirigeants allemands prennent un sens qui rejaillit sur son appréciation très négative des Prominenten.

34À travers ce prisme particulier, l’antisémitisme de Rossel constitue moins la cause que la conséquence de ses ressentiments sociaux. Peut-être est-ce pour cela que, même en 1979, il ne songe pas à le dissimuler. De toute manière, il est probable qu’il devait trouver ses préjugés antijudaïques ni pires ni moindres que ceux de l’ensemble de ses contemporains qui s’intéressaient finalement fort peu au sort des Juifs, sans pour autant vouloir et délibérément favoriser leur destruction. Le plus plausible reste toutefois qu’il estimait ne pas cultiver de tels aprioris racistes, non pas seulement en raison de cette myopie dont il se jouait lui-même, mais à cause des actions accomplies après l’inspection de Theresienstadt. Ce n’est pas dans cette barrière mentale qu’il faut voir les raisons de la « cécité » de Rossel, et encore moins de sa passivité, puisque, comme on le sait, il va tout faire pour visiter Auschwitz par la suite – ce qui ne signifie pas que le CICR, en tant que tel, n’ait pas été influencé par des œillères analogues.

  • 14 P. Boschetti, Les Suisses et les nazis : le rapport Bergier pour tous, Genève, 2004.

35Le manque d’ouverture reproché au délégué peut sans doute être étendu à l’institution qui l’a embauché. Ne s’agit-il pas d’une organisation fondée sur une idée chevaleresque de la guerre, présupposant que les gouvernements auxquels elle s’adresse finiront par respecter des règles qu’elle n’a pas le pouvoir de leur imposer ? Pire encore, ces normes ne sont-elles pas gardées par la Confédération helvétique, à la neutralité douteuse14 et, on l’a vu, à la réputation de lourdeur bien assise ? Néanmoins, tout comme Rossel, les dirigeants du CICR ne sont pas sans ignorer ces reproches et savent qu’une naïveté affichée est parfois un excellent moyen d’atteindre son but. Mieux encore, ils évitent soigneusement de fétichiser ces lois, et s’ils regrettent leur violation, ils savent se réjouir quand on se contente de commencer à les appliquer, car ce début est préférable à rien. C’est notamment à ce réalisme et à ce pragmatisme, dissimulés sous un idéalisme affiché, que le Comité international doit sa survie. En-deçà de grands principes moraux, ses membres ont su garder les pieds sur terre et trouver les moyens de leur réinvention permanente. En 1944, cette capacité a déjà été exploitée à de nombreuses reprises. Et si les guerres mondiales semblent constituer des moments tristement privilégiés pour les humanitaires, elles ne sont pas sans risques. Les réticences des États totalitaires à reconnaître les Conventions de Genève peuvent faire douter de leur utilité et inciter les acteurs sociaux à tisser des réseaux d’aide parallèles qui se passent plus ou moins complètement des services du CICR. Sa longévité contredit donc en elle-même son manque supposé d’intelligence institutionnelle.

36Curieusement peut-être, le soupçon d’antisémitisme est beaucoup plus justifié. Les archives du CICR sont constellées de lettres ou autres documents privés qui prouvent l’antisémitisme de certains de ses membres, même les plus progressistes. Ainsi, Marguerite Cramer, qu’on ne peut pourtant guère accuser d’étroitesse d’esprit, relève dans sa correspondance l’origine israélite de ses interlocuteurs. Il est vrai que cette mention n’est pas forcément négative, mais qu’elle apparaisse suffit à révéler que, dans ce milieu imprégné de valeurs grandes-bourgeoises et protestantes, les Juifs sont repérés comme tels. La connotation donnée à cette information varie alors selon les motivations et surtout les sources d’inspiration des membres du Comité. Globalement, on peut déceler deux ressorts principaux, distincts ou non. Pour certains membres, alimentés d’antijudaïsme religieux, cette mise en évidence demeure relativement neutre et n’est d’ailleurs pas réservée aux tenants de la foi mosaïque ; le même traitement est appliqué aux catholiques. En signalant la confession des uns et des autres, on souligne surtout leur appartenance à des réseaux de loyauté extérieurs. Au pire, on recommande ainsi une certaine retenue voire, à l’extrême, une certaine méfiance moins ethnique que familiale.

  • 15 Daniel Palmieri cite plusieurs des personnalités du Comité international de la Croix-Rouge membres (...)

37Cette discrimination est souvent beaucoup plus catégorique quand elle puise ses racines dans un anticommunisme virulent. En effet, selon un mythe répandu depuis le début du xxe siècle au moins, on établit facilement une adéquation entre judaïté et mouvements d’extrême gauche. Cette croyance n’est pas opposée mais complémentaire à l’équivalence posée entre Israélites et richesse. Leur point commun est que les Juifs s’efforceraient de devenir les maîtres du monde, que ce soit en contrôlant les finances ou en déstructurant totalement le fonctionnement des pays considérés comme civilisés. Selon ce credo, ils auraient commencé par soutenir les anarchistes avant de se tourner vers le nouvel « archennemy » de l’Occident : les bolchéviques. Cette alliance ferait des Juifs un danger majuscule non seulement pour les valeurs de démocratie mais aussi de charité chrétienne… Ainsi, pour des raisons historiques et sociétales, le CICR compte un grand nombre de dirigeants susceptibles de prêter foi à cet amalgame effrayant. Certains d’entre eux sont même impliqués personnellement dans la lutte contre l’internationalisme de type soviétique. L’avocat Théodore Aubert (1878-1963), qui a été délégué du Comité, est aussi le fondateur de l’Entente internationale anticommuniste (EIA) qui, comme son nom l’indique parfaitement, regroupe des hommes influents et les unit dans un combat virulent contre l’URSS, son idéologie tout comme ceux qui l’encouragent. Dans le contexte de solidarités multiples qui caractérise l’institution, son exemple est suivi par plusieurs de ses collègues15. Et même ceux qui ne font pas partie de ce cercle, somme toute assez restreint, peuvent partager certains des préjugés qui l’animent.

  • 16 R. Baudendistel, Between Bombs and Good Intentions. The International Committee of the Red Cross (I (...)
  • 17 Voir J.-Cl. Favez, op. cit., p. 96-99.

38Cet état d’esprit a sans conteste des répercussions sur la politique de l’organisation genevoise avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, il contribue à expliquer la faveur dont jouiront les fascistes italiens, en dépit des exactions commises tant dans la péninsule que pendant le conflit en Éthiopie16. En outre, alors que le Congrès juif mondial (CJM) avait rapidement pris contact avec Burckhardt pour parler du lancement de la « solution finale », cette nouvelle est restée confidentielle et ne servira pas de levier pour intensifier les négociations avec les Nazis17. La révélation explosive du CJM a-t-elle été noyée dans le flot de renseignements contradictoires concernant le sort des Juifs déportés à l’Est ? Le fait est que l’antisémitisme latent régnant au sein du Comité a pu diminuer la vigilance du CICR face aux informations reçues.

39Toutefois, il semble exagéré de prétendre que cet antijudaïsme chrétien et politique soit le fondement même de son action clairement insuffisante en faveur des victimes juives. Il serait même carrément faux d’interpréter cette passivité comme une attitude délibérément adoptée pour nuire aux Israélites, en secondant sciemment les efforts d’extermination nazis. D’une part, on sait que des membres du Comité international ont été profondément choqués en voyant des images montrant la sortie des camps de la mort, alors même qu’ils étaient au contact d’immenses souffrances humaines et imprégnés de l’antijudaïsme ambiant. D’autre part et surtout, l’attentisme de l’organisation s’explique de manière moins hypothétique par des pressions parfaitement tangibles, dues à son environnement géopolitique. En effet, si la pusillanimité du CICR a éventuellement été encouragée par le protestantisme et l’anticommunisme prévalant dans l’institution, il est en revanche absolument certain qu’elle a été voulue et entretenue par les plus hautes instances de la Suisse, au nom de leur neutralité commune…

40On sait que depuis l’accession de Gustave Ador au Conseil fédéral, en 1917, le CICR et son pays hôte, dépositaire des Conventions de Genève, avaient cultivé des liens toujours plus étroits et « incestueux ». Cette endogamie atteint d’ailleurs immédiatement des sommets vertigineux, puisqu’en 1919 le même Gustave Ador est nommé président de la Confédération helvétique, sans pour autant abandonner totalement les fonctions qu’il exerce au sein du Comité international. Sans doute a-t-il alors pu constater (et pour cause !) les avantages que l’organisation tirait de la proximité avec Berne. Quand il s’agira d’ouvrir ses postes-clés à des Suisses, il plaidera pour engager des gens proches du pouvoir fédéral. Et de fait, au début des années 1920, il propose un siège à Giuseppe Motta, ministre des affaires étrangères, ainsi qu’à Max Huber, ancien juriste officiel de l’État. En 1940, le ministre de l’intérieur, Philipp Etter (1891-1977) est lui aussi choisi.

  • 18 I. Vonèche Cardia, Neutralité et engagement, les relations entre le Comité international de la Croi (...)

41Mais deux années plus tard, ce sont les instances dirigeantes helvétiques elles-mêmes qui nomment le membre du CICR Edouard de Haller délégué du Conseil fédéral aux œuvres d’entraide internationale18. Il devient ainsi l’antenne officielle du gouvernement dans l’organisation, censé renseigner les autorités sur les décisions prises à Genève et, inversement, susceptible de communiquer rapidement les desiderata de Berne au Comité international de la Croix-Rouge. Sa présence est en contradiction flagrante avec l’indépendance supposée du CICR et avec sa neutralité. De manière truculente, cet argument est pourtant régulièrement convoqué pour orienter les projets humanitaires élaborés à Genève. En effet, le délégué aux œuvres d’entraide ne manque pas de rappeler que l’organisation internationale doit son statut, sinon son existence et par conséquent sa neutralité, à la Suisse. Dès lors, toute action irréfléchie aurait des répercussions fâcheuses non seulement pour l’institution mais pour le pays qui l’abrite et ses habitants. La conclusion du syllogisme était alors facile à trouver : de Haller enjoignait la structure à une prudence renouvelée, si elle ne voulait pas que la Confédération soit envahie.

42La chape de plomb (suisse) qui écrase les dirigeants du CICR se révélera avec une acuité toute particulière à l’occasion de ce que l’historiographie a nommé le non-appel. Au milieu de l’année 1942, le Comité avait en effet envisagé produire un texte officiel où il témoignerait publiquement contre les dérives du conflit mondial. Dans ce document il aurait montré son inquiétude pour les prisonniers de guerre non protégés par la Convention de 1929 et, surtout, pour le sort des civils, bombardés, affamés, pris en otages, déportés et massacrés. Même si l’Allemagne nazie aurait eu de quoi se sentir spécialement visée, elle n’était pas spécifiquement mentionnée et une bonne partie des accusations auraient pu concerner tous les belligérants. Au terme d’une première consultation, les membres semblent vouloir publier ce document, soit sortir de leur discrétion coutumière pour exercer un rôle de garant moral, que l’organisation avait déjà joué à plusieurs reprises, notamment à l’occasion du génocide arménien.

43Mais lors de la réunion censée entériner cet appel, le 14 octobre 1942, les rares personnes informées du sort affreux réservé aux Juifs n’en parlent pas. Plus révoltant encore, certaines d’entre elles, comme le fameux Burckhardt, se prononcent contre une dénonciation publique des excès commis sous couvert d’hostilités. En l’état actuel des recherches et des archives à disposition, il est difficile de savoir ce qui a motivé leur silence et leur très cruel manque de courage. Mais le fait qu’elles n’aient pas signalé leurs connaissances, qui auraient confirmé la réalité du projet génocidaire nazi, a sans conteste réorienté les débats sur des questions susceptibles de paraître totalement secondaires aujourd’hui. Le procès-verbal de la journée montre que les participants ont relevé l’inutilité du procédé, indiquant – sans doute à juste titre – que les états d’âme du Comité international de la Croix-Rouge ne changeraient rien à la manière de mener le combat. Pire même, certains se sont inquiétés des répercussions qu’une telle déclaration pourrait avoir sur les domaines d’activité du CICR, craignant que les belligérants n’usent de mesures de rétorsion en compliquant, voire en interdisant, les tâches que l’institution remplissait jusqu’alors avec succès, en particulier en faveur des prisonniers de guerre. Ces considérations ne sont toutefois pas décisives car elles sont contrebalancées par des voix qui estiment, avec Marguerite Cramer, qu’une annonce de ce genre serait utile a posteriori, afin de prouver que l’organisation n’est pas restée indifférente pendant la durée du conflit.

44Dès lors, c’est un autre élément qui a dû peser dans la discussion. Celui-ci n’apparaît pas dans les sources, le secrétaire de la séance ayant opportunément omis de retranscrire la totalité de son déroulement. Mais ce thème se déduit sans grand problème, quand on examine l’identité des membres présents et l’origine des plus réticents à abandonner l’appel. De fait, on observe que le Conseiller fédéral Philipp Etter avait assisté aux débats. Ce fait prend tout son sens quand on sait que c’est la première et la dernière fois qu’il se rendra au CICR pendant la durée du conflit ! En outre, on note que les seuls membres à approuver clairement la démarche sont des Genevois. Bien entendu, ils sont liés par cette loyauté sociale déjà décrite et peuvent considérer la Croix-Rouge comme une entreprise familiale presque séculaire. De manière quasi tautologique, ce constat signifie qu’ils ne viennent pas du reste de la Suisse et, au contraire de leurs collègues, n’ont pas forcément été choisis en raison de leur proximité avec Berne. De là à penser qu’ils ont subi de très fortes pressions helvétiques pour abandonner un appel potentiellement menaçant pour l’intégrité du pays, il n’y a qu’un pas. Or, un faisceau bien convaincant de présomptions laisse penser que ce pas peut être allégrement franchi.

45Tout se passe comme si le « non-appel » avait été obtenu au forceps en vertu d’une logique circulaire : l’activité du Comité international est fondée sur des Conventions dont la Suisse est la gardienne. S’il irrite les belligérants, ceux-ci risquent de s’en prendre à la Confédération dont la ruine signerait l’anéantissement du CICR… Rien n’indique la justesse de ce raisonnement et, vu l’utilité de la Confédération dans les montages financiers du Reich, on peut même estimer qu’il était faux. Mais il est probable que peu de contemporains avaient conscience de cette spéciosité, et l’institution genevoise se trouvait ici prise à son propre piège : elle qui avait tout fait pour qu’on l’écoute à Berne croyait désormais devoir lui rendre la pareille. De ce point de vue, il est évident que l’organisation était pétrie de limites mentales fondamentales, et que ces bornes ont joué un rôle déterminant, en façonnant son (désir d’) action.

46Néanmoins, comme on le sait, les gens du Comité n’étaient pas stupides et n’étaient pas aveuglés par leur antisémitisme au point de ne rien tenter pour secourir des Juifs. D’ailleurs, n’avaient-ils pas dépensé des trésors d’énergie pour parvenir à pénétrer dans le camp de Theresienstadt ? Dans ces conditions, la question reste entière de savoir pourquoi ils y ont finalement envoyé quelqu’un dont on connaissait parfaitement l’inexpérience et qui pouvait facilement passer pour « un ahuri, un idiot », menaçant de décrédibiliser l’institution tout entière. Il semble qu’une grande partie de ces réponses se trouvent dans un troisième type de limites, que l’on pourrait qualifier d’instrumentales.

Les limites instrumentales

47Contrairement aux différentes ornières explorées jusqu’à présent, qui présentent des contours relativement clairs et des conséquences immédiates, les limites en question sont bien plus subjectives et prennent souvent une dimension mémorielle, puisqu’il s’agit des bornes issues des potentialités de manipulation/instrumentalisation de l’humanitaire. Ce type d’entraves fait écho à la notion d’intention. Et si, pour les acteurs humanitaires, il est possible de transformer les secours en action de portée toute différente, cette potentialité s’offre aussi à ses détracteurs ou témoins, et comporte le risque de voir l’aide détournée (matériellement ou, de manière plus récurrente, symboliquement) au profit d’un message ou d’une réalisation qui peuvent lui être contraires.

48Dans un certain sens, Un vivant qui passe est une illustration convaincante de ce principe. Les erreurs factuelles de l’interviewé ne sont pas rectifiées. Bien entendu, l’entretien semble gagner ainsi en authenticité. Toutefois, ces confusions changent considérablement l’opinion qu’on peut se faire de Rossel et de ses motivations. Laisser penser que le délégué a déjà une longue expérience des camps et qu’il a même tenté d’entrer à Auschwitz avant de se rendre à Theresienstadt, transforme sa myopie en véritable cécité volontaire. D’ailleurs, l’objectif principal du film n’est en tout cas pas le respect du témoignage brut, puisque celui-ci est régulièrement coupé, soit par des commentaires ou des questions qu’on lui destine, soit par le montage lui-même. Le récit livré par Rossel sur le traitement des prisonniers de guerre allemands en mains françaises après-guerre, et dont le sort n’était parfois pas loin de ressembler à celui des prisonniers des camps de concentration, n’est ainsi pas restitué. On comprend facilement que le but de ce reportage n’est pas de recueillir les souvenirs d’un acteur de la Seconde Guerre mondiale, mais de montrer que l’humanitaire a failli face à l’horreur génocidaire nazie et de proclamer cette accusation générale à travers ce qui apparaît comme la condamnation d’un homme.

49Ce dernier passe, quant à lui, une bonne partie du reportage à tenter de se dépêtrer de l’instrumentalisation dont il a fait les frais quelque trente-cinq années auparavant. À plusieurs reprises, il insiste sur l’impression qu’il aurait alors eue d’assister à une mise en scène et sur son incompréhension face à la distance des détenus, dont aucun n’aurait tenté de lui indiquer les « réalités » se camouflant derrière cette sinistre pièce de théâtre. C’est d’ailleurs pour essayer de traquer et de débusquer des traces de vérité qu’il aurait pris les photos étranges qu’il rapportera à Genève, car, de son propre aveu, une image vaut plus que mille mots. Les Nazis pensaient-ils la même chose et redoutaient-ils de laisser percer le sordide sous la mascarade ? Le fait est qu’ils se montrent réticents. Et s’ils laissent finalement l’appareil à Rossel, c’est que le contraire aurait été hautement suspect et qu’en outre leur spectacle était en effet dûment préparé et répété.

  • 19 S. Farré et Y. Schubert, « L’illusion de l’objectif. Le délégué du CICR Maurice Rossel et les photo (...)
  • 20 C. de Keyzer, Zona, Camps de prisonniers en Sibérie, exposition au Musée international de la Croix- (...)

50Ces trente-sept clichés, dont vingt sont annexés à son rapport, ne sont pas passés inaperçus19. En règle générale, ils servent à corroborer les thèses de Lanzmann et, à tout le moins, à montrer que le délégué était d’une naïveté coupable et/ou qu’il était un dilettante total, infatué de sa propre personne. Il est vrai que ces diapositives ont de quoi surprendre, tant elles sont en décalage avec le camp de concentration qu’il était en train de visiter et les photos prises habituellement par les employés du CICR quand ils effectuent des inspections. Sur les 8000 photographies de camps de prisonniers conservées aux archives de l’institution, on ne trouve qu’un seul autre portrait de délégué, pris dans un environnement atypique, ne donnant aucune information exploitable sur l’objet de sa mission. De fait, Rossel pose devant des éléments de décor incongrus comme un kiosque à musique. Le contraste est si saisissant et le sentiment d’absurdité si insistant qu’on ne pas s’empêcher de penser qu’ils étaient voulus. Aujourd’hui encore, des artistes tentent de pallier la censure qui affecte leurs reportages en prenant des clichés de centres de détention qui finissent par évoquer, à force de retouches, de re-colorisation, de filtres et de cadrages savamment calculés, à des lieux de villégiature balnéaire20. L’outrance crée alors un décalage si dérangeant qu’il pousse à s’interroger sur les conditions même de la prise de vue, comme si le photographe signalait : attention imposture ! Rossel a-t-il voulu montrer l’irréalité des réalités qu’on lui donnait à voir ? C’est probable. Le film ne permet pas de trancher avec certitude. Tout se passe comme si le délégué avait été trop consciencieux pour consigner ses doutes dans son rapport, qui se doit, conformément aux instructions, d’être le plus descriptif possible. Il aura certainement fait part de ses soupçons oralement, en prenant soin d’y ajouter ces « preuves » photographiques.

51Ce qui est sûr, en revanche, c’est que le CICR a dû flairer la supercherie allemande, ne serait-ce qu’en raison de sa longue expérience de l’instrumentalisation dont il peut faire l’objet. Au xixe siècle surtout, il a parfois même exploité cette possibilité, comme une façon de s’agrandir et d’accroître son influence. Durant la guerre d’Orient (1875- 1878), qui opposait au début l’Empire ottoman à quelques-unes de ses provinces, le Comité effectue un véritable travail de prosélytisme. Il encourage ces territoires dans leur intention de constituer des sociétés nationales de la Croix-Rouge, en dépit de leur état officiel de sujétion. Pour lui, il s’agit d’élargir son assise et pour eux d’accomplir un pas supplémentaire vers la reconnaissance internationale d’une indépendance que les Turcs leur refusent. Une logique win-win, en somme, où aucun protagoniste n’est vraiment dupe et trouve avantage à l’artifice employé.

  • 21 R. Baudendistel, op. cit.

52Mais, la plupart du temps, l’exploitation de l’emblème, des actions ou des idéaux de la Croix-Rouge se fait au détriment de (la crédibilité de) l’institution. La chose apparaît peu de temps après la signature de la première Convention de Genève, quand on s’aperçoit qu’une partie des opérations militaires sont menées sous le couvert de son drapeau. Ce problème, difficilement soluble, se repose à chaque nouveau conflit. On peut dire qu’il est le prix du succès, car c’est bien parce que l’insigne et son symbolisme humanitaire sont connus qu’ils peuvent être détournés. Ce type d’embarras atteint un degré supérieur avec la montée des régimes totalitaires. Lors de la guerre italo-éthiopienne, les troupes fascistes commettent des atrocités sous prétexte que leurs adversaires n’auraient pas respecté le droit international humanitaire21. Quant aux visites de camps effectuées en Allemagne juste avant l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, elles présentent de graves risques de récupération. C’est en tout cas ce qui se passe avec le rapport rédigé en 1938 par le délégué Favre. Après moult négociations, ce dernier était parvenu à revoir le camp de concentration de Dachau, qui avait déjà été inspecté cinq ans auparavant. Mais le centre de détention est alors soigneusement préparé pour son arrivée, de telle sorte que ses commentaires sont plutôt positifs. Immédiatement, la propagande nazie s’emparera du document, le diffusera et le présentera comme un véritable blanc-seing délivré par le CICR – ce qui était bien entendu très éloigné des objectifs comme de la portée réelle du papier.

  • 22 D. Debons, « Conditions d’engagement et enjeux personnels de la participation de François Naville à (...)

53Mortifié, le Comité adopte alors une attitude beaucoup plus méfiante et semble vouloir éviter de se mettre dans des situations où, grâce à son renom, il sert de faire-valoir ou de gage de moralité à des entreprises qui contredisent son mandat. Deux exemples révélateurs viennent illustrer cette vigilance accrue. En avril 1943, Berlin prie l’organisation d’envoyer des délégués pour assister à l’exhumation des fosses découvertes par la Wehrmacht dans les environs de la forêt biélorusse de Katyn. Ces charniers sont remplis de dizaines de milliers d’officiers polonais exécutés. Les Nazis veulent prouver que cet assassinat de masse a été commis par les Soviétiques, alors même que ces derniers en accusent les Allemands. Peu soucieux de servir d’arbitre entre ces deux puissances, le CICR refuse cette proposition toxique22. Car on a douloureusement conscience à Genève que ce voyage ne ferait absolument pas avancer la cause humanitaire mais menacerait de la faire sérieusement reculer. Si le CICR atteste que ce sont bien les Russes qui sont à l’origine du massacre – ce qui est probable, puisque l’invitation émane de leurs opposants –, ce constat servira le IIIe Reich qui n’a de leçons à donner à personne dans ce domaine.

54Curieusement, un second cas susceptible de trahir la lucidité du Comité international face aux dangers d’instrumentalisation, est celui de Maurice Rossel. Quand après de longs mois de tergiversations et d’attente, l’institution reçoit enfin le droit de pénétrer dans la forteresse de Theresienstadt, elle n’est plus en mesure de décliner une offre tant sollicitée. Un tel rejet aurait alors pu servir de base tangible pour interdire toute visite ultérieure dans d’autres lieux concentrationnaires. Mais la réputation du camp comme le report répété des dates prévues pour son inspection font qu’on soupçonne fortement les Nazis de préparer une mascarade à grande échelle, donnant fatalement lieu à des appréciations positives dont la propagande hitlérienne s’emparera pour se « refaire une virginité » qui ne trompera personne… En d’autres termes, les hautes instances du Comité sont face à un dilemme difficilement soluble. Dans ce cadre, la désignation de Rossel prend tout son sens. Et, même si l’envoi d’un homme de second ordre, inexpérimenté, un peu naïf a été favorisé par des hasards de calendrier, c’est aussi une manière de dire : nous avons reconnu le piège que vous nous avez tendu et nous n’y entrerons pas totalement, ou plutôt, nous n’y précipitons qu’un seul d’entre nous.

55La manœuvre était habile. À tout le moins, elle n’a pas empêché la poursuite d’actions de secours, puisque le CICR a finalement pu devenir sensiblement plus efficace dans son aide en faveur des populations civiles. A posteriori, elle lui a permis de se dégager d’une partie de ses responsabilités, comme si l’inaptitude d’un homme suffisait à expliquer les déficiences d’une organisation tout entière. En tout cas, à la sortie du film de Lanzmann, ses membres ne se sont pas bousculés pour défendre leur ancien collègue. Et l’homme, pourtant peu taillé pour ces épreuves, s’est retrouvé bien isolé pour affronter les mécanismes de l’instrumentalisation mémorielle, tout comme il avait été abandonné à son sort au moment de faire face aux rouages de l’instrumentalisation humanitaire mise sur pied à Theresienstadt.

Conclusion

56La visite de Theresienstadt est sans aucun doute un incident minime dans l’immensité et l’énormité des événements qu’ont traités les acteurs humanitaires pendant la Seconde Guerre mondiale. Il n’empêche, ce cas spécifique se présente comme un concentré des innombrables limites auxquelles se heurte l’aide institutionnalisée, sans doute parce qu’il survient dans une lutte contre un génocide qui, on s’en souvient, constitue un obstacle indépassable à toute volonté de secours, quels que soit la ténacité et le savoir-faire en matière d’assistance aux victimes.

57Les premières entraves mises au développement d’opérations de secours sont d’ordre pratique. C’est en tout cas à elles que l’on pense immédiatement. Cette tendance a d’ailleurs contribué à alimenter un courant de la recherche qui se concentre sur la gestion concrète de l’urgence et renforce ainsi l’importance accordée aux moyens pécuniaires, ou à leur manque. Quoi qu’il en soit, il est certain que l’aide n’est pas gratuite et que cet aspect du problème peut être handicapant voire paralysant. Mais la question du coût n’est pas exclusivement financière. En l’occurrence, ce qui fait défaut au CICR est moins l’argent que le personnel et l’énergie nécessaires à l’accomplissement de sa tâche. En outre, la place cruciale et déjà analysée de l’intention réduit encore la place des ennuis budgétaires. À cet égard, on peut estimer que les embarras juridiques ou politiques sont plus déterminants encore. Ainsi, l’insuffisance des conventions de Genève et, surtout, l’impossibilité de les faire appliquer de façon efficace ont constitué un frein considérable aux actions de la Croix-Rouge. Or, même si l’absence de mesures coercitives valables est un écueil récurrent depuis la création du Comité, elle devient carrément invalidante durant le second quart du xxe siècle. Ce développement est lié à la multiplication des États totalitaires et à leur conception hautement idéologique du droit humanitaire, respecté non pour ce qu’il est mais à condition d’être utile au régime. L’embarras de l’institution ne provient alors pas seulement des violations inévitables que cet état d’esprit occasionne, mais principalement des atteintes qu’elles portent à son image, à sa légitimité voire à son existence. Car qui aurait besoin d’un organisme agissant selon une « législation aléatoire », suivie ou non selon les protagonistes et leurs humeurs du moment ?

  • 23 I. Herrmann et D. Palmieri, « Le geste contre la parole : le Comité international de la Croix-Rouge (...)

58Curieusement, ce danger bien réel est alors contrebalancé par une autre limite, plutôt mentale. En effet, le droit international élaboré à la fin du xixe siècle, n’est pas seulement fondé sur un idéal chevaleresque, présupposant que tout un chacun honore ses engagements. Il est également pétri de nationalisme, au parfum étrangement genevois. Et cette réalité, dont les causes ont été explorées dans le premier chapitre, a des répercussions particulièrement notables entre 1930 et 1945. Quoi qu’aient pu en dire ses concepteurs, le CICR est imprégné de valeurs protestantes, qui célèbrent sans doute la générosité et la solidarité nécessaires au geste humanitaire, mais qui entraînent aussi tout un cortège de méfiances envers les tenants d’autres systèmes de croyances, catholiques, juifs… ou communistes. Dans le cas des bolcheviques, l’esprit de clocher rejoint le patriotisme pour donner naissance à une haine peureuse23. Cette aversion contribue à expliquer la tolérance et/ou l’aveuglement du Comité face aux exactions commises par les fascistes et même les Nazis, considérés comme les meilleurs remparts face aux Soviétiques. Cette analyse si malheureuse est doublement influencée par la Confédération. D’une part, elle est clairement dictée par le nationalisme qui, en Suisse comme ailleurs, suscite une méfiance profonde face aux ambitions supranationales de l’URSS. D’autre part, elle est directement inspirée par Berne qui profite d’un conflit de loyauté crucial entre un patriotisme et une mission de secours exacerbés par le conflit, pour imposer une prudence craintive, parfois proche de la lâcheté.

59Ces barrières mentales sont enfin complétées par des limites plus fondamentales de l’humanitaire et qui constituent la base éthique de la plupart des occasions d’instrumentalisation. De fait, et presque par définition, les efforts consentis pour aider son prochain sont considérés comme nobles. Et même si d’aucuns peuvent estimer que leur cause est plus importante que la vie des individus, peu d’entre eux peuvent exprimer cette opinion ouvertement. Ou, s’ils le font, ce sera dans un cercle restreint et/ou avec l’intention de marquer durablement leurs interlocuteurs ce qui, à nouveau, tend à prouver la réputation officiellement favorable de cette générosité institutionnalisée. La moralité sous-jacente de cette pratique incite à compter sur la bonne volonté de tous, et laisse ainsi la porte grande ouverte aux abus de tout genre, pénalisant tant les victimes directes que ceux qui veulent leur prêter assistance.

60Pour ces derniers, au-delà des tracas incontestables liés à l’exploitation malintentionnée de l’aide, les répercussions de cette notoriété peuvent être doubles et parfaitement inverses. Tout d’abord, la perception de l’humanitaire comme un idéal de perfection, peut amener à souligner son caractère de limite, dans le sens mathématique du mot. On accentue alors la nature absolue de l’objectif poursuivi. C’est sur cette interprétation que compte le CICR, tant il est vrai qu’à l’impossible nul n’est tenu. Autrement dit, l’inaccessibilité presque ontologique du but humanitaire expliquerait les fautes commises pour tenter de l’atteindre, voire les excuserait. Par ailleurs, cependant, la présentation de cette aide comme un absolu a pu avoir des effets inverses. Elle a pu générer des espoirs nécessairement déçus qui ont, à leur tour, suscité des reproches tout aussi immérités. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et face à cette épreuve indépassable que constitue un génocide, les critiques les plus virulentes se sont abattues sur l’institution. Sans doute certaines étaient-elles fondées, on ne le sait que trop bien. Mais la plupart d’entre elles étaient exagérées et concernaient en réalité fort peu le CICR. En tant que héraut de l’humanitaire, ce dernier a servi de catalyseur permettant de dédouaner le reste de l’humanité de son inhumanité.

61Très heureusement, les génocides restent relativement rares, de telle sorte que le Comité international et le monde entier n’ont pas souvent l’occasion de se heurter à cette limite insurpassable de l’humanitaire. Et, si l’échec de la visite à Theresienstadt demeure ainsi exceptionnel, il a révélé d’autres bornes qui, à des degrés et des rythmes variés, pavent l’histoire de l’organisation et de son activité. De fait, ces entraves pratiques, mentales voire essentielles ne sont pas des embarras temporaires et inhabituels. Au contraire, il s’agit là de constantes, d’éléments qui relèvent de la condition même de l’humanitaire. Cela signifie que les acteurs sociaux peuvent/doivent jouer de ces limites. Celles-ci peuvent ainsi se muer en formidable atout, pour peu que l’on comprenne les phénomènes conceptuels qui les fondent.

Notes

1 Il s’agit de la Convention [de Genève] relative au traitement des prisonniers de guerre, signée le 27 juillet 1929.

2 R. Brauman, « Résonance de l’Holocauste sur « le deuxième âge » de l’humanitaire », Université de Genève, 16 novembre 2010.

3 Bulletin international des Sociétés de la Croix-Rouge 184 (octobre 1915), p. 438.

4 Lors de la quatorzième conférence internationale de la Croix-Rouge tenue à Bruxelles en 1930.

5 I. Herrmann et D. Palmieri, « Des humanitaires en eaux troubles. Le Comité international de la Croix-Rouge et les camps de concentration nazis, 1933-1939 », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps : Les humanitaires européens au xxe siècle : entre urgence et diplomatie, Paris, BDIC, juillet-septembre 2009, p. 65-74.

6 Les deux premières études externes à se fonder sur des archives du CICR ont été celles de J.-Cl. Favez, Une mission impossible ? Le CICR, les déportations et les camps de concentration nazis, Lausanne, Payot, 1988 ; et d’A. Ben-Tov, Facing the Holocaust in Budapest. The International Committee of the Red Cross and the Jews in Hungary, 1943-1945, Genève, Dordrecht, Boston, Londres, Henry Dunant Institute, Martinus Nijhoff Publishers, 1988.

7 S. Farré et Y. Schubert, « L’illusion de l’objectif. Le délégué du CICR Maurice Rossel et les photographies de Theresienstadt », Le Mouvement social (avril-juin 2009), p. 65-83 ; D. Palmieri, « To See or not to See : the International Committee of the Red Cross (ICRC) in Theresienstadt Concentration Camp », texte d’une conférence donnée à Dresde lors du colloque international Theresienstadt un Terezin – 1941 bis heute (14-15 février 2011) et aimablement communiqué par l’auteur.

8 http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/ un-vivant-qui-passe/

9 90 délégués en novembre 1943 ; 123 en octobre 1944 ; 147 en février 1945. Source : Revue internationale de la Croix-Rouge 314 (février 1945), p. 116.

10 Lanzmann et Rossel parlent d’Auschwitz comme d’un tout, alors que le complexe concentrationnaire est divisé en trois entités précises : Auschwitz I (camp de concentration), Auschwitz II-Birkenau (camp d’extermination), Auschwitz III-Monowitz (usine IG-Farben). Rossel s’est rendu à Auschwitz I.

11 Rapport du Comité international de la Croix-Rouge sur son activité pendant la Seconde Guerre mondiale (1er septembre 1939-30 juin 1947), Genève, CICR, mai 1948, t. I, p. 79.

12 Ce qui était du reste vrai. Ainsi, la délégation du CICR à Berlin ne compte qu’une quinzaine de personnes en 1944, y compris le staff administratif (secrétaires, chauffeur, gardien). Elle est en charge de visiter les centaines de milliers de prisonniers de guerre et d’internés civils emprisonnés dans le grand Reich.

13 ACICR G44/13, 7 décembre 1944.

14 P. Boschetti, Les Suisses et les nazis : le rapport Bergier pour tous, Genève, 2004.

15 Daniel Palmieri cite plusieurs des personnalités du Comité international de la Croix-Rouge membres ou sympathisants de l’EIA : « Une neutralité sous influence ? Le CICR, Franco et les victimes », Revue suisse d’Histoire 59-3 (2009), p. 279-297.

16 R. Baudendistel, Between Bombs and Good Intentions. The International Committee of the Red Cross (ICRC) and the Italo-Ethiopian War, 1935-1936, New York, Oxford, Berghahn Books, 2006.

17 Voir J.-Cl. Favez, op. cit., p. 96-99.

18 I. Vonèche Cardia, Neutralité et engagement, les relations entre le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Gouvernement suisse, 1938-1945, Lausanne, 2012.

19 S. Farré et Y. Schubert, « L’illusion de l’objectif. Le délégué du CICR Maurice Rossel et les photographies de Theresienstadt », Le Mouvement Social 2-227 (2009), p. 65-83.

20 C. de Keyzer, Zona, Camps de prisonniers en Sibérie, exposition au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, 17 mars - 18 juillet 2004.

21 R. Baudendistel, op. cit.

22 D. Debons, « Conditions d’engagement et enjeux personnels de la participation de François Naville à l’enquête de Katyn », dans D. Debons, A. Fleury, J.-F. Pitteloud, éd., Katyn et la Suisse, Genève, 2009, p. 59-76.

23 I. Herrmann et D. Palmieri, « Le geste contre la parole : le Comité international de la Croix-Rouge et le Goulag, 1920-1950 », dans G. Piron, dir., Goulag, le peuple des zeks, Genève/Gollion, Musée d’ethnographie/ InFolio Éditions, 2004, p. 137-141.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search