Version classiqueVersion mobile

L’humanitaire en questions

 | 
Irène Herrmann

Chapitre II. La politique humanitaire ou la guerre des (bonnes) intentions (1914-1939)

Texte intégral

  • 1 G.E.M. Anscombe, Intention, Cambridge (Mass.), Londres, 1957.

1L’aide humanitaire répond sans doute à une volonté sincère de soulager la détresse d’autrui. Toutefois, cette motivation agit rarement seule ; mieux encore, elle n’est souvent pas la première raison des secours. Ce simple constat ouvre un large champ d’investigation. Quels avantages personnels peut-on trouver à assister des victimes ? Quelles sont les conséquences de cette utilité réflexive sur le sort des populations souffrantes ? Les réponses à la plupart de ces questions renvoient à la notion d’intention, développée par Gertrude Elizabeth M. Anscombe1 ; un concept dont la valeur heuristique sera testée sur l’exemple du conflit engagé au sein même du mouvement de la Croix-Rouge à la sortie de la Première Guerre mondiale.

Présentation théorique et thématique

2La convention de Genève de 1864 est un texte visant à la régulation des combats sur une base internationale et prévoit, dans les faits, de confier cette opération de contrôle à des sociétés civiles attachées aux armées des pays signataires. Ainsi, les promoteurs de ce document recourent doublement au monde extérieur. Et celui-ci accueille favorablement cette initiative privée car elle intervient à un moment où une telle entreprise semble souhaitable, voire nécessaire. Cet assentiment général ne signifie pourtant pas que tous les acteurs sociaux aient alors eu connaissance de la proposition suisse ou que les parties concernées l’aient trouvée parfaite. Des États, tels que la Russie ou l’Italie, répondant à des impulsions et aux objectifs comparables, se sont manifestés durant le dernier tiers du xixe siècle. Et parmi ceux qui avaient salué l’entreprise du Comité des Cinq, nombreux seront les insatisfaits, persuadés que l’allégement des souffrances causées par la guerre pourrait être mieux codifié et réalisé s’il était confié à leurs soins.

3Cette situation engendre deux dynamiques consécutives. Tout d’abord, on observe le développement d’une intense activité législative, visant à compléter la réglementation des conflits armés. Ensuite, et surtout dès le début de la Première Guerre mondiale, on assiste à la métamorphose de maints organismes charitables en structure d’assistance aux victimes des combats ainsi qu’à l’apparition plus circonstancielle de nouveaux groupements exclusivement consacrés à ce but. Dans ce contexte foisonnant, le Comité international de la Croix-Rouge n’est plus, tant s’en faut, le seul acteur humanitaire en jeu. Ce simple constat ouvre des pistes de recherche fascinantes. En effet, dire que le CICR se retrouve avec des partenaires dont les buts avoués sont similaires au sien permet de s’interroger sur la manière dont s’organisent les rapports entre protagonistes dans un domaine voué à la générosité, à l’abnégation et au partage. Autrement dit, on peut se demander si ces nobles sentiments se répercutent sur des acteurs engagés dans le même secteur, et donc de potentiels concurrents. La question mérite d’être posée.

4Sans grande surprise, la littérature institutionnelle du CICR n’évoque pas ce sujet. Ce silence a plusieurs causes. Tout d’abord, cette documentation est centrée sur le Comité international de la Croix-Rouge et peine à voir les autres protagonistes impliqués dans le champ humanitaire. Tout au plus mentionne-t-elle les différentes sociétés nationales de la Croix-Rouge. Et, même si ces dernières sont officiellement placées sur un pied d’égalité avec l’institution genevoise, elles sont considérées comme des filiales, orientées vers la « maison mère » helvétique. Les liens sont alors vus comme harmonieux, régulés grâce à la préséance incontestée du CICR et à l’observation de plusieurs principes communs, tels que l’humanité ou l’indépendance. À cela s’ajoute l’idéalisme des auteurs de cette historiographie « maison ». La plupart d’entre eux sont des chercheurs directement impliqués dans le (bon) fonctionnement de l’organisation qu’ils décrivent. Dès lors, ils sont animés de motivations nobles et répugnent à envisager, voire révéler, l’existence de luttes, de concurrence ou de jalousies entre des groupuscules voués au soulagement des malheurs d’autrui.

5Curieusement, les études externes contemporaines ont longtemps manifesté le même type de scrupules, pour des raisons différentes toutefois. À l’orée des années 2010, l’analyse des courants humanitaires est devenue un objet privilégié des historiens en quête de dynamiques transnationales. Occupés à se débarrasser de l’approche nationale, qui avait caractérisé une grande partie de la production scientifique précédente, ces chercheurs ont redécouvert les mouvements, transferts et circulations reliant les hommes au-delà des frontières politiques. Cette tendance les a non seulement menés à reprendre/explorer des sujets délaissés, mais également à valoriser les échanges ainsi mis en évidence. Ils se sont ainsi emparés de l’humanitaire, vu comme un phénomène susceptible d’illustrer brillamment la volonté et la capacité des acteurs sociaux à enjamber les limites géographiques, culturelles ou militaires ; ils ont aussi succombé à la tentation de sublimer les intentions de ceux qui semblaient s’être ainsi opposés à l’ordre national ambiant. Par conviction méthodologique, ces travaux cultivent donc une vision dialogique, égalitaire et fructueuse des échanges et négligent généralement des dimensions moins iréniques, telles que le conflit, la domination voire l’écrasement.

  • 2 J. Paulmann (éd.), Dilemmas of the Humanitarian Aid in the Twentieth Century, London, Oxford Univer (...)
  • 3 A. Cooley, J. Ron, « The NGO Scramble : Organizational Insecurity and the Political Economy of Tran (...)

6Rapidement, on s’est toutefois aperçu qu’il ne suffisait pas de dépasser le carcan imposé par les États pour éviter l’affrontement effectif ou symbolique. Car cet aspect est indissociable des rapports entre collectivités ou individus, et il serait étrange que les relations relevant du transnational échappent à cette règle. Dès lors, on a été amené à se demander dans quelle mesure elle affecte des structures dont le but sinon l’organisation interne favorisent les interactions humaines, et il a semblé intéressant de scruter la manière dont cette dimension conflictuelle se combine avec des valeurs de don ou de partage. Ce questionnement paraît d’autant plus légitime que l’aide humanitaire souffre d’un déséquilibre endémique entre les besoins pléthoriques des populations souffrantes et les moyens, physiques ou pécuniaires, nécessairement circonscrits. Ce n’est sans doute pas un hasard si la plupart des ouvrages récents se sont tout d’abord concentrés sur les « dilemmes de l’humanitaire »2, renvoyant ainsi aux choix parfois pénibles découlant de cette insuffisance structurelle, avant de parler des rivalités observables entre promoteurs de l’aide. Jusqu’à présent, les travaux insistent essentiellement sur les antagonismes financiers3.

  • 4 A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, t. 1, Paris, Le Robert, 1998 (2), p. (...)
  • 5 Les lignes qui suivent s’inspirent directement de I. Herrmann, « Décrypter la concurrence humanitai (...)

7Bien entendu, l’argent est aussi le nerf de l’humanitaire. Mais est-ce le seul ? Pourquoi serait-ce le seul ? En d’autres termes, il semble légitime de s’interroger sur ce qu’on peut appeler la concurrence humanitaire. En jouant sur la dualité étymologique du terme « concurrence », lequel signifie à la fois le fait de cheminer ensemble dans la même direction et la rivalité qui peut résulter dans la poursuite d’un même objectif4, il s’agirait de voir comment interagissent des organisations humanitaires, lorsqu’elles sont amenées à se côtoyer sur des terrains identiques. Or, on le sait, ce phénomène n’est pas difficile à débusquer. Les dernières décennies du xixe siècle sont marquées par la fondation de sociétés diversement philanthropiques. Pendant la Première Guerre mondiale, certaines de ces associations se lancent dans les secours aux soldats. Elles côtoient alors les sociétés nationales de la Croix-Rouge ainsi que le CICR. Mais le cas de promiscuité humanitaire le plus épineux se présente à l’issue de la Der des Ders, quand l’institution genevoise voit apparaître la Ligue des sociétés de la Croix-Rouge dans son champ d’activité5.

8De cette coexistence naissent immédiatement des tensions qui, à première vue, peuvent sembler étranges. Elles interviennent à un moment où se manifeste un immense besoin d’humanitaire, ce qui signifie que toutes les bonnes volontés sont en principe bienvenues. En outre, la Grande Guerre a alors permis l’accumulation d’un précieux savoir-faire humanitaire. Enfin, la planète se croit entrée dans une ère pacifique et exprime un grand désir de solidarité humaine. La question légitime qui se pose est toute simple : dans ces conditions, pourquoi ce conflit interne entre Croix-Rouge a-t-il éclaté ?

  • 6 A. Durand, Histoire du Comité international de la Croix-Rouge. De Sarajevo à Hiroshima, Genève, 197 (...)
  • 7 D. P. Forsythe, The Humanitarians : The International Committee of the Red Cross, Cambridge, New Yo (...)

9La littérature susceptible de dire pourquoi des organismes dédiés à la solidarité universelle se sont si âprement combattus se divise globalement en deux catégories. On trouve tout d’abord une production institutionnelle, publiée dans les années 1970, qui minimise beaucoup le conflit et le classe parmi les querelles inexplicables6. On dispose ensuite d’une littérature scientifique sur les institutions en question – surtout le CICR. Cette production, apparue dès l’ouverture des archives au grand public dans les années 1990, évoque certains épisodes de cette lutte entre Croix-Rouge7. Au-delà des différents épisodes, dont ils ne démêlent d’ailleurs pas l’écheveau, les différents auteurs tendent à attribuer cette mésentente à une divergence de vues fondamentale quant aux buts de l’humanitaire.

10Au total, cette littérature restreinte donne des informations fragmentaires et partiellement contradictoires, qui incitent à se replonger dans les archives. Celles de la Ligue sont malheureusement très lacunaires en raison de pertes liées à de nombreux déménagements. Celles du CICR sont beaucoup plus riches mais aussi plus opaques : elles sont constituées de papiers circulant entre des personnes habituées à se fréquenter régulièrement et qui, de toute évidence, réglaient les questions délicates de vive voix, à l’abri de procès-verbaux indiscrets. Cette documentation, avec ses apports et ses limites, pousse à son tour à fixer les cadres provisoires du questionnement ici esquissé.

11D’un point de vue chronologique, elle engage à se concentrer sur les années 1918-1923, soit depuis l’apparition même du projet de créer une Ligue des sociétés de la Croix-Rouge jusqu’au moment où le CICR a remporté de manière décisive la première manche de son conflit avec elle. D’un point de vue thématique, les lacunes des archives de la Ligue imposent d’approcher le phénomène à travers la vision qu’en a développée le CICR. Il n’est pas question, bien entendu, de prendre parti pour le Comité international mais de décrypter la concurrence humanitaire à travers l’une de ses principales composantes.

12En tenant compte de ces restrictions, on peut se pencher à nouveau sur ce conflit en suivant trois étapes : explorer d’abord les événements qui ont jalonné cette crise, en commençant par sa préhistoire, puis décrypter les stratégies qu’elle a suscitées, avant d’examiner les pressions qui l’ont sous-tendue. Au-delà des réponses trouvées, il importera non seulement de voir ce que ces tensions révèlent du phénomène de concurrence et du fonctionnement de l’humanitaire en général, mais également de comprendre l’influence que la perception de l’humanitaire, en tant qu’idéal en action, peut avoir sur l’appréhension des mécanismes de concurrence susceptibles de se développer en son sein.

Les antécédents

13La concurrence humanitaire commence par se manifester dans le domaine législatif. De fait, si l’initiative des Genevois a eu du succès, c’est qu’elle entrait parfaitement dans les vues des contemporains. Et cet à-propos devait, à son tour, stimuler l’inventivité des acteurs sociaux concernés. L’idée de Dunant, visant à remplacer les conventions militaires ad hoc par des traités internationaux pérennes est ainsi rapidement reprise par les États. Les gouvernements les plus intéressés à élaborer ce droit proviennent de pays vulnérables en raison d’une situation géopolitique récente et précaire ou à cause d’un retard notable dans la technologie militaire. La plupart du temps, ces dirigeants unissent d’ailleurs leurs efforts, afin de se ménager un rôle décisif dans ce champ-là.

14L’exemple le plus significatif, on le sait, est donné par la Russie. Incapables de moderniser suffisamment leur industrie lourde, les tsars se trouvent dans l’impossibilité de rivaliser avec les armes toujours plus performantes inventées par leurs voisins. Qu’à cela ne tienne, à défaut de produire eux-mêmes ces engins de mort, ils œuvrent pour les faire interdire. Bien entendu, ils n’évoquent pas leur propre impéritie mais des valeurs de générosité et d’humanité qui ressemblent étrangement aux notions mobilisées par le Comité des Cinq. Il est probable que les empereurs croyaient eux-mêmes aux justifications qu’ils proposaient, comme l’illustre la Déclaration de Saint-Pétersbourg, qui, en 1868, entendait interdire les balles explosives, considérées comme exagérément cruelles. Il n’empêche, les monarques savaient que cette posture morale leur permettrait de combler un éventuel désavantage stratégique, puisqu’ils prendront la précaution de confier l’organisation des conférences de droit humanitaire à des pays neutres, peu susceptibles d’être accusés d’intéressement dans l’élaboration de règles visant à réguler la manière de faire la guerre.

15En 1874, à l’initiative d’Alexandre II, une conférence est organisée à Bruxelles. Elle débouche sur la rédaction d’un projet « concernant les lois et coutumes de la guerre ». L’article 35 de ce texte stipule :

  • 8 https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/Treaty.xsp?documentId=0474964C976342E3C1256314004 (...)

ART. 35.
Les obligations des belligérants concernant le service des malades et des blessés sont régies
par la Convention de Genève du 22 août 1864, sauf les modifications dont celle-ci pourra être l’objet8.

16Ce document incluait ainsi la Convention de Genève dans un ensemble beaucoup plus vaste tendant, lui aussi, à « humaniser la guerre » ou, en tout cas, à codifier son déroulement afin qu’elle ne dégénère pas en massacre des populations militaires et civiles. Mais ce document ne sera jamais ratifié, fût-ce en raison de l’apaisement temporaire des menaces de conflit armé sur le vieux continent ou, plus sûrement encore, à cause de l’exacerbation des nationalismes, rendant toute limitation des prérogatives régaliennes particulièrement insupportable.

  • 9 V. Harouel, « Les projets genevois de révision de la Convention de Genève… », loc. cit.
  • 10 Après la guerre de 1870-71, et au regard des violations commises à l’encontre de la Convention de G (...)
  • 11 Voir D. Palmieri, « De la persuasion à l’auto persuasion… », loc. cit.

17De fait, cette dernière hypothèse est étayée par l’étrange activité législative des membres du CICR9. Très rapidement ces derniers, épaulés par les autorités fédérales, avaient reconnu la nécessité de réviser les clauses de la Convention de 1864, et chaque alarme internationale les confortait dans cette conviction. Toutefois, après une première phase relativement audacieuse, où ils pensent inclure les victimes de la guerre en mer, voire imposer la création d’un tribunal chargé de juger les violations commises à l’encontre de cet embryon de droit humanitaire international10, leurs propositions se font insensiblement plus timorées. Sans doute cette pusillanimité pourrait-elle être interprétée comme le résultat d’une situation de monopole, le Comité international n’ayant apparemment plus besoin d’être proactif pour survivre. Tout indique cependant que cette analyse est par trop optimiste. En réalité, les Genevois craignent d’importuner les Grandes Puissances ou, pire même, de souligner les défauts de leur entreprise en déclarant vouloir l’améliorer11. Ou les deux. Quel que soit le motif exact de leur extrême prudence, celle-ci trahit la faiblesse de l’édifice légal monté par l’institution. Ses auteurs appréhendent clairement de le voir s’effondrer et les dirigeants retourner à des arrangements bilatéraux, tels qu’ils avaient existé avant lui.

18La précarité du droit de la Croix-Rouge diminue à l’orée du xxe siècle, quand le tsar Nicolas II décide de réunir une conférence diplomatique à La Haye pour réduire les risques de guerre et contrôler le développement de l’armement. En 1899, est ainsi signée une Convention qui constitue une actualisation et une internationalisation tant du ius ad bellum que du ius in bello. Dans ce cadre, la Convention de Genève est dûment mentionnée, tous les participants au congrès estimant qu’elle doit absolument être révisée. Cette attention est alors non seulement comprise comme une légitimation et un encouragement à poursuivre l’aide aux blessés de guerre, elle est également perçue comme un ultimatum comportant le risque de perdre la préséance dans le domaine, si l’on n’obtempérait pas.

19C’est dans ce contexte de « concurrence productive » que les dirigeants suisses organisent une rencontre, au cours de laquelle les délégués des « États civilisés » élargissent le spectre et rectifient les travers de la Convention de 1864. Ce document, plus complet et plus réaliste, est ratifié en 1906, soit juste une année avant la tenue de la Seconde Conférence de La Haye. Cette fois, une convention entière est consacrée à l’adaptation du droit de Genève à la guerre maritime. Ce texte équivaut à une certaine forme de reconnaissance, autant de l’institution genevoise que de son œuvre juridique et surtout pratique. Sur ce dernier point, au moins, le Comité international de la Croix-Rouge n’avait pas à craindre les rivalités. Ce n’est qu’au courant de la Première Guerre mondiale que des organismes vont s’occuper de tâches similaires aux siennes, provoquant alors collaborations, indifférence, agacement voire hostilité.

  • 12 Il s’agit de l’Agence internationale des prisonniers de guerre (AIPG). Les procès-verbaux de cette (...)

20L’éclatement du conflit, en août 1914, donne le signal du départ pour le développement ou la création de structures caritatives directement impliquées dans les secours à apporter aux soldats. Le CICR lui-même n’est pas en reste, puisqu’il fonde immédiatement un service dédié aux prisonniers de guerre12 dont il s’efforce de déterminer la localisation afin de permettre le contact avec les familles. Le siège genevois est, on le sait, en relation étroite avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge, elles-mêmes censées prêter main-forte aux différentes armées. Sur le terrain, leurs membres doivent composer avec les représentants d’organisations privées de plus ou moins grande envergure, allant de sociétés caritatives aux objectifs étroitement circonscrits à ces géants que sont déjà la Rockefeller Foundation ou la YMCA.

  • 13 C. Cotter, op. cit., p. 478.

21L’immensité des besoins humanitaires incite tous ces acteurs à se concerter. Il s’agit de partager les expériences et les savoir-faire, afin d’éviter la répétition des erreurs et d’augmenter l’efficacité de l’aide proposée. De même, cette communication vise à améliorer la répartition des tâches et des subsides, tant il est vrai que les doublons sont inutiles, voire carrément irritants, dans un panorama caractérisé par un manque endémique de (moyens de) secours. On ménage ainsi une certaine complémentarité entre les gens et les missions qu’ils assument. Toutes les parties concernées se félicitent d’ailleurs de cette entente, bien conscientes, comme le dit l’historien Cédric Cotter qu’« il y a de la misère pour tout le monde13 » et qu’une attitude différente susciterait une profonde incompréhension, voire du mépris ou de la haine, parmi les populations souffrantes et leurs dirigeants.

22Mais si les nécessités humanitaires sont infinies, tel n’est pas le cas des possibilités ni des motivations. Quand l’argent vient à manquer et que les civils courbent eux-mêmes sous le poids des privations, il devient plus difficile de récolter des dons en faveur de combattants indiscriminés. Soit les offrandes se précisent, soit elles se tarissent, soit les deux à la fois. Dans les pays neutres, ces entraves sont moins nettes même si, en Suisse, l’encerclement par les belligérants comme le caractère global de la guerre mondiale rendent l’approvisionnement pénible et la paupérisation générale parfaitement sensible. Mais là n’est sans doute pas le problème principal. La difficulté essentielle réside dans le désengagement militaire de la Confédération ou, plutôt, dans le fait qu’elle partage ce statut géopolitique avec d’autres contrées, européennes ou non.

23Comme les autorités helvétiques l’avaient compris dans le dernier tiers du xixe siècle, l’activité humanitaire constitue une garantie supplémentaire, mais non absolue, du respect de l’intégrité nationale des États neutres. La plupart d’entre eux finissent par épouser cet avis, dont la pertinence semble confirmée, au plus tard, par l’invasion de la Belgique. Cette similarité engendre inévitablement une compétition dans les secours offerts, car ces derniers sont dès lors impropres à conférer une utilité particulière au désengagement des États qui les soutiennent. Cette situation de concurrence s’observe clairement au niveau des gouvernements, qui tentent de remplir le maximum de fonctions diplomatiques possibles, comme puissance protectrice ou facilitateurs de rencontres internationales. Et ce contexte a également des répercussions majeures sur le fonctionnement du Comité international de la Croix-Rouge ou, plus précisément, sur l’Agence internationale des Prisonniers de Guerre qu’il dirige.

24De fait, le CICR entretient des relations compliquées, pour ne pas dire carrément mauvaises, avec certaines sociétés nationales issues de pays neutres. Le désengagement a alors des répercussions très diverses sur ces échanges, comme l’illustrent les exemples de la Suède et des États-Unis. Dans le premier cas, les tensions dérivent d’une rivalité plurielle. Tout d’abord, cet organisme est en compétition avec la Croix-Rouge danoise, à laquelle le CICR donne davantage de responsabilités et de crédit. Sur cette base s’est développée une concurrence avec l’institution genevoise elle-même, incitant Stockholm à la multiplication d’initiatives particulières, prises sans en informer le siège. Nolens volens, cette attitude trahit l’importance de se montrer utile sinon incontournable dans le champ humanitaire, et donc indispensable en tant que puissance neutre.

25L’American Red Cross (ARC) suit une logique similaire, mais inversée. Aux débuts du premier conflit mondial, elle doit plutôt asseoir son influence au détriment de la YMCA. Cela dit, ses rapports avec la Suisse sont bons : elle octroie facilement de l’argent à l’Agence internationale des Prisonniers de Guerre, dont elle ne manque pas de chanter les louanges. Peu susceptible d’être envahie, l’Amérique peut compenser son désengagement militaire par une contribution notable aux œuvres d’entraide européennes. En 1917, les choses changent doublement. D’une part, les États-Unis entrent en guerre. Dès lors, ils ne se soucient plus guère de financer et de respecter un organisme qui vient au secours des belligérants, quels qu’ils soient. Ils emploient leur immense fortune à créer des structures susceptibles d’apporter un soutien humanitaire à leurs compatriotes seulement. Au milieu de l’année 1918, ils fondent ainsi un comité dont les fonctions ressemblent à s’y méprendre aux tâches de l’Agence internationale des Prisonniers de Guerre, sinon qu’il ne s’occupe que des captifs venus des USA. D’autre part, l’ARC est toujours plus influencée par son président, Henry Pomeroy Davison (1867-1922), qui connaît mal le CICR et l’estime inefficace voire contre-productif. Les liens avec lui se raréfient et s’enveniment durant les derniers mois du conflit.

26Cet épisode prouve, si besoin était, que la position de monopole que le Comité international croyait pouvoir occuper ne lui est alors pas garantie. La mésintelligence régnant entre Genève et Washington montre qu’il n’est pas nécessaire de partager les mêmes ambitions pour aboutir à une rivalité féroce. Toutefois, jusqu’à l’armistice, la position cruciale du CICR ne semble pas mise en danger. Pour cela, il faut attendre la cessation totale des combats. À peine le monde est-il sorti de la Der des ders que l’institution voit son autorité contestée et vaciller. Et ce n’est pas le moindre des paradoxes de l’histoire humanitaire que la plus grande menace contre le système instauré par le Comité international de la Croix-Rouge se profile juste après quatre années de boucherie, durant lesquelles il avait déployé une activité sans précédent, justement saluée par la plupart des témoins et couronnée d’un Prix Nobel de la paix, attribué en 1917 encore.

La grande crise après la grande guerre14

  • 14 Pour les paragraphes qui suivent, et surtout pour des références plus spécifiques, voir là encore I (...)
  • 15 Archives du CICR [désormais ACICR], CR1 2bis : La mission du CICR pendant et après la guerre, du 27 (...)
  • 16 Dans ce domaine, le CICR entre aussi en compétition avec des organismes nationaux ou internationaux (...)

27Fin 1918, le CICR réfléchit aux moyens de soulager la souffrance d’après-guerre, c’est-à-dire « en quoi son œuvre devait se modifier et quelle tâche il aurait désormais à remplir15 ». Il décide d’élargir le spectre de son aide, traditionnellement réservée aux blessés et prisonniers de guerre pour y englober les victimes de famine et d’épidémies et les réfugiés16, notamment par le biais de missions de secours à l’étranger. Dans ce cadre, il demande aux sociétés nationales de présenter leur avis sur l’activité de la Croix-Rouge en temps de paix. En février 1919, Henry Pomeroy Davison, protégé du président Wilson et, on le sait, homme fort de la très puissante Croix-Rouge américaine, présente au CICR un plan de transformations qu’il mûrit lui aussi depuis l’automne 1918.

28Pour lui, le Comité est une structure certes respectable mais désormais désuète. Non seulement le Comité international lui semble efficace. Mais surtout, Davison pense que l’activité du CICR, et plus précisément sa spécialisation dans les problèmes de guerre, est en passe de devenir surannée dans un monde désormais voué à vivre en paix. Davison se propose donc d’englober le Comité international dans une Ligue des sociétés de la Croix-Rouge, organisme qui ne porte pas encore ce nom mais qu’il appelle de ses vœux. Il s’agirait là d’une structure moderne, compatible avec l’ossature et les idéaux de la Société des Nations (SDN), solidement hiérarchisée et dirigée par les cinq grands vainqueurs de la guerre que sont les États-Unis, la Grande Bretagne, la France, l’Italie et le Japon ; une institution orientée vers des activités de paix, telles que la diffusion de notions d’hygiène et la propagation de savoirs en matière de santé publique.

29Tout d’abord, le CICR ne voit dans les propositions américaines qu’une simple suggestion émanant d’une Croix-Rouge du camp des vainqueurs. Cet accueil déçoit Davison qui, sans en avertir le Comité international, fonde le 5 mai 1919 la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge. Or, cette création scinde le Comité international en deux camps : d’un côté se profile un mouvement, assez minoritaire, qui pense que la Ligue est en effet l’avenir du CICR. De l’autre, une majorité, soutenue par le président du Comité et ancien conseiller fédéral Gustave Ador (1845-1928), estime au contraire que la Ligue causera la disparition pure et simple du CICR.

30Cet antagonisme paralyse l’action du Comité et aboutit à une situation de coexistence des deux organismes. Et même la nomination d’un des dirigeants du CICR, William Rappard (1883-1958) au poste de secrétaire général de la Ligue est impropre à réduire ce clivage qui, à son tour, déclenche plusieurs types de problèmes. On discerne ainsi une rivalité grandissante, notamment dans le domaine du secours aux enfants. Tant le Comité que la Ligue s’évertuent à couvrir ce champ d’action et se disputent les faveurs des organismes déjà engagés sur ce terrain. La pénible sortie de Première Guerre mondiale augmente et diversifie toutefois les besoins humanitaires, de telle sorte que cette compétition n’est pas forcément la principale difficulté à laquelle se heurtent les deux structures.

31Par manque de communication, elles se retrouvent parfois à traiter les mêmes souffrances. Ces cas de doubles emplois caractérisent particulièrement la lutte contre le typhus, où tant le CICR que la Ligue et la SDN s’attellent à la tâche. Sur le terrain, ils entravent mutuellement leurs efforts humanitaires. Plus largement, ils entraînent des demandes de fonds ou d’assistance destinés au soulagement des mêmes maux, menaçant ainsi de discréditer l’ensemble de l’œuvre de la Croix-Rouge. Cet inconvénient est accentué par les confusions que génère la similarité des noms utilisés pour désigner les différentes structures humanitaires. Même le premier secrétaire général de la SDN, Sir Eric Drummond (1876-1951), ne semble pas faire de différence entre Comité international de la Croix-Rouge et Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge. Et dans le public, l’amalgame est encore plus répandu.

32Il en résulte un grand manque de crédibilité pour le monde Croix-Rouge et l’idée que quelque chose doit changer. Toutefois, ce qui fait bouger les choses n’est pas l’ensemble des dysfonctionnements qu’entraîne la coexistence de ces deux institutions, mais leur affaiblissement simultané, au début de 1921. De fait, pour les deux organisations, 1920 a été une année financièrement difficile. La Ligue n’a reçu que 170000 £ sur les 8 millions que la Croix-Rouge américaine lui avait fait miroiter. Et, de son côté, le CICR se voit contraint de demander pour la première fois une subvention de 150000 francs au gouvernement suisse. Et ce sont surtout ces problèmes qui déterminent les deux institutions à s’accorder en avril 1921 pour la création d’un organe censé coordonner leurs actions : la Commission mixte.

33Celle-ci lance plusieurs projets communs, dont la plupart seront pourtant voués à l’échec. Ainsi commence-t-elle immédiatement par lancer un appel à la paix universelle qui, on ne le sait que trop bien, ne sera jamais respecté. Ensuite, elle supervise la création d’un Comité international de secours à la Russie. Mais les compromissions qu’elle est alors amenée à faire avec les autorités soviétiques disqualifient l’entreprise. Enfin, elle projette en 1921 de créer un organisme d’aide en cas de catastrophe naturelle, mais celui-ci débouche sur une menace de récupération de la Ligue par la SDN. À cet égard, Sir Claude Hill (1866-1934), directeur général de la Ligue, écrit une missive dûment commentée par le CICR :

  • 17 CR 109/b : élargissement du CICR, 5 : Mémorandum sur l’extension des actions de la CR, du 24 mai 19 (...)

La lettre de Sir Claude […] ainsi que l’insistance qu’il y met à demander au Comité international d’entamer immédiatement des conversations avec la Ligue pour établir […] un plan d’extension officiel au temps de paix des activités de la Croix-Rouge tendrait à prouver que Sir Claude pressent le danger qu’il y aurait à laisser la SDN prendre les devants dans l’établissement, en dehors de la C[roix] R[ouge], de l’œuvre internationale de temps de paix17.

34Face à ce risque, la Ligue propose sa fusion avec le CICR. En apparence, c’était un pas supplémentaire fait en direction de la création d’une Croix-Rouge unifiée et puissante ; en réalité, cet élan sera miné par deux attitudes convergentes. D’une part, de nombreuses sociétés nationales de la Croix-Rouge sont hostiles à la Ligue, trop interventionniste à leur gré ; d’autre part, le CICR profite de cette défiance pour s’assurer le soutien exclusif de ces mêmes sociétés. Lors de la XIe conférence internationale de la Croix-Rouge, en août 1923, le CICR accomplit avec succès le programme que lui fixait Gustave Ador :

  • 18 G. Ador, Lettres à sa fille Germaine et à son gendre Frédéric Barbey, publ. par F. Dubosson et alii(...)

Démolir [la Ligue] en offrant aux + R. [Croix-Rouges] de s’associer à nos travaux mieux que par le passé18.

35Au bout de cinq ans de concurrence, cet appui garantit au CICR non seulement la survie – ce qui était l’enjeu en 1919 –, mais aussi l’indépendance par rapport à la Ligue, et surtout la prééminence sur elle : en 1923, le CICR reste bel et bien la plus importante des organisations humanitaires.

36Cet exemple montre que la concurrence humanitaire se décline en une multitude d’attitudes allant de la coexistence à la confrontation, en passant par la collaboration. Mieux encore, ces attitudes ne s’excluent pas mais peuvent être menées conjointement. Dans ce panorama, et pour prendre position par rapport à la littérature théorique, l’argent semble plutôt motiver les rapprochements que les inimitiés. Ce constat incite à nuancer le propos et à creuser la réalité, notamment en explorant les stratégies élaborées par le CICR dans cette guerre après la guerre.

Les stratégies et leurs motivations

  • 19 Premier alinéa du Pacte de la Ligue des sociétés de la Croix-Rouge : « On compte que cette Ligue tr (...)
  • 20 Le CICR « contribue à préparer un rapprochement des peuples en dehors de toute influence gouverneme (...)

37Parmi les différentes stratégies adoptées par le CICR, le discours occupe une place de choix. Pour communiquer sur son rôle depuis la fondation de la Ligue, le Comité international développe une rhétorique parfaitement concurrentielle, empreinte à la fois de solidarité et de rivalité. Dans l’ensemble, les propos tenus par les deux protagonistes restent courtois et paraissent souligner leur belle entente organisationnelle19. Mieux encore, tous deux déclarent poursuivre en bonne harmonie un objectif commun : celui de soulager l’humanité souffrante. Cependant, le Comité dit immédiatement ne pas concevoir sa mission sans universalité. Cette précision n’est pas anodine et souligne, par opposition, le fait que la Ligue n’est pas, quant à elle, universelle, puisqu’elle n’était initialement composée que de représentants des pays vainqueurs de la Grande Guerre20. Quand, en mars 1922, la Ligue décide d’ouvrir amplement ses portes aux pays du camp vaincu, le CICR rétorque en accordant une importance accrue à deux autres concepts : tout d’abord la neutralité – qui s’oppose à une Ligue dominée par les Anglo-Saxons ; et l’ancienneté – qui contraste avec le peu d’expérience dont peut se targuer la Ligue.

  • 21 ACICR, PV/CICR, vol 9, Procès-verbal de la séance de l’assemblée du CICR du 10 février 1920.

38Mais plus que dans le discours, c’est dans la répartition des activités que se décèlent les plus flagrants désaccords entre les deux organismes. Pour Davison, leurs compétences humanitaires se répartissaient selon une ligne de partage simple : les activités de guerre étaient réservées au CICR et les activités de paix à la Ligue. Cette dernière pensait ainsi tirer son épingle du jeu, parce que la guerre de 1914-1918 était censée être la dernière. C’est dans le cadre de cette répartition d’ailleurs que le CICR se chargera classiquement du rapatriement des prisonniers de guerre et de l’enrayement des épidémies ainsi propagées. Mais le Comité international n’était pas satisfait de se voir confiné au rôle de vénérable ancêtre voué à ne s’occuper que des derniers rebondissements du conflit mondial. À la division guerre/paix, il préférait la paire help/health – selon l’expression de Gustave Ador21. C’est en accord avec cette philosophie que le CICR décide d’assumer toutes sortes de tâches dépassant le mandat fixé par la Convention de Genève et empiétant sur les activités de secours que s’était attribuées la Ligue, telles que l’aide aux enfants ou l’assistance prêtée aux réfugiés russes.

39Enfin, le CICR multiplie l’établissement de missions alors que la Ligue n’envoie que des délégations ponctuelles, essentiellement en Pologne. L’objectif du CICR est bien entendu d’être là où l’exige la résolution des problèmes ; mais il s’agit aussi d’acquérir une visibilité, surtout auprès des Croix-Rouge nationales qui constituent le soutien politique du CICR. On voit que l’activité du CICR vise non seulement à soulager les victimes mais aussi à grignoter des prérogatives et de la popularité sur la Ligue. Dans ce cadre et dans un contexte d’internationalisation dominé par la SDN, le CICR comprend qu’il doit définir une tactique et se pose la question des partenaires nécessaires à la continuation de ses activités. Dès 1919, il conclut des alliances avec certains organismes tels que les scouts ou le Save the Children Fund ; à partir de 1920, il pratique l’entrisme, notamment au sein de la SDN ou de l’OIT, où 18 % de ses délégués [représentants à l’étranger] seront également actifs. Enfin, il décide de recruter de nouveaux membres sur la base de leur visibilité au sein des organisations internationales, ce qui pose la question de sa composition.

  • 22 ACICR, CR64, 185 bis, Rapport de M. Clouzot à la séance du Comité du 11 mai 1922, f°2.

40La constitution jusqu’alors entièrement genevoise de l’organe directeur du CICR, soit le Comité à proprement parler, était un problème récurrent depuis 1887. En 1921, le conseiller fédéral Giuseppe Motta (1871-1940) ironise même à ce sujet en déclarant, avec une légère pointe de dépit : « Le CICR n’est pas un Comité suisse, ce n’est pas un Comité Genevois, c’est un Comité de quartier22 ».

41Pour pallier cet exclusivisme criant voire embarrassant, on se décide dès 1918 à accepter des femmes (du même quartier !) telles que Marguerite Cramer (1887-1963) puis Pauline Chaponnière-Chaix (1850-1934). En 1923, on se propose d’accueillir des Suisses bien introduits dans les organismes internationaux et/ou dans les rouages du pouvoir helvétique, tels que le juriste de la Confédération Max Huber (1874-1960), l’avocat spécialiste des conciliations internationales Aloys de Meuron (1854-1934) et, en signe d’ouverture confessionnelle comme de courtoisie, le mordant et catholique Giuseppe Motta. Si le CICR « botte ainsi en touche », c’est qu’il redoute de ne plus garder le contrôle sur les membres et de devoir accepter des personnalités, certes célèbres et efficaces, mais insensibles aux charmes de la neutralité ou, logiquement, de la loyauté sociofamiliale. Une de ses figures de proue explique à cet égard de manière significative :

  • 23 ACICR, CR 109a, 17, Lettre de Lucien Cramer sur l’internationalisation, du 6 juin 1922.

Nous ouvrons ainsi une brèche qui permettra peut-être à des étrangers de marque […] de forcer l’entrée d’une association qu’il serait bien difficile de leur tenir fermée. Le principe de la cooptation que nous maintenons il est vrai, nous permettrait-il de résister d’une façon efficace et durable à une demande qui nous serait adressée par un Albert Thomas ou un Sir Eric Drummond ? Qu’est-ce qui empêcherait le Sénateur Ciraolo, dont nous connaissons actuellement les visées ambitieuses, de venir s’établir à Genève dans ce but ? […] [Il se propose d’élargir le Comité dans un sens différent à] des personnes de nationalité suisse, domiciliées à Genève ou ailleurs, qui seraient en mesure de participer d’une façon régulière ou productive aux travaux du CICR. Je crois en effet que ce serait de bonne politique de nous adjoindre ceux de nos Confédérés qui seraient en mesure de travailler activement avec nous à la poursuite de notre grand idéal23.

42Toutes ces stratégies visent à contenir la Ligue et à octroyer une place accrue au CICR dans le domaine des secours. Dès lors, pour revenir sur la littérature scientifique existante, il semble que la cause de la mésentente entre Croix-Rouge ne vienne pas d’une opinion divergente sur les buts visés mais au contraire des espaces de chevauchement entre les compétences de la Ligue et celles du Comité international. Ce cas pose plus largement la question des effets de la concurrence sur les organismes qui lui sont soumis. La concurrence semble inciter le CICR à se moderniser. Mais la plupart des activités mises en place étaient déjà prévues avant la fondation de la Ligue, et cette concurrence coûte au CICR une énergie formidable, qui aurait peut-être été mieux investie dans l’aide aux victimes. La question reste donc de savoir pourquoi le Comité a sacrifié tant de forces à cette lutte.

  • 24 ACICR, 0 Commixt PV1, Procès verbal du 13 septembre 1922, f°243.

43Les motivations du CICR n’apparaissent pas clairement dans les sources. Toutefois, en examinant les pressions exercées sur le Comité, on parvient à dégager un ensemble de raisons susceptibles d’expliquer l’attitude du CICR face à la Ligue. À cet égard, la première cause de mésentente à venir à l’esprit est, sans conteste, liée à des problèmes d’efficacité qui, on le sait, étaient nombreux. Mais on se souvient que les difficultés pratiques avaient plutôt contribué à rapprocher les deux institutions. En outre, l’efficacité était difficilement mesurable et, de ce fait, n’est pas au centre des préoccupations des deux Croix-Rouge – selon le principe tout à fait fondamental et persistant : « [que] la question du succès obtenu est très difficile à apprécier et qu’il n’y [a] pas lieu de poser la question sous cet angle24 ».

44Dès lors, il est légitime de se demander jusqu’à quel point ce sont les pressions externes subies par le CICR qui ont fondé cette concurrence. Au départ, la communauté internationale, par le biais de la SDN essentiellement, semble avoir favorisé la Ligue contre le CICR, ne serait-ce qu’en raison du caractère anglo-saxon de la Ligue. Mais dès 1922 au moins, l’actualité européenne évolue dans un sens favorable au Comité international, car les guerres ne cessent pas, de telle sorte que les organisations issues de pays neutres, telles que le CICR, ont le vent en poupe.

45En outre, Berne joue elle aussi toujours plus nettement la carte du Comité. Il est vrai que le CICR est à l’origine du choix de Genève comme siège de la SDN ; mieux encore, il sert à justifier l’entrée de la Suisse neutre dans cette même Société des Nations. Parallèlement, le Comité international permettait aux Suisses de se sentir bons et utiles, et donc d’être moins portés à protester contre leurs propres difficultés économiques ou sociales. En d’autres termes, il avait une utilité en politique intérieure que les autorités fédérales savaient/voulaient favoriser. Mais en dernière analyse, la guerre entre les Croix-Rouge s’est développée en leur sein, entre des acteurs sociaux porteurs de traditions et d’ambitions spécifiques. L’arrivée de la Ligue dans le champ humanitaire a immédiatement provoqué des réflexes de rejet qui puisent leurs racines dans l’histoire du CICR et dans celle du groupe social qui le représentait. Le CICR, en 1918, n’est pas un ensemble récemment réuni par un même idéal, comme l’est la Ligue, mais – on le sait bien – un groupe social voire familial soudé depuis plusieurs générations et qui, à travers l’humanitaire, exprime des valeurs de charité dont il estime être le meilleur garant.

46Dans ces conditions, on comprend que la Ligue ait paru doublement illégitime : d’une part, elle ne pouvait compter sur aucune tradition et l’usage du nom de la Croix-Rouge par la Ligue a donc été ressenti comme une usurpation d’un capital moral amassé depuis plus d’un demi-siècle à Genève. D’autre part et surtout, les membres de la Ligue n’étaient pas issus du même groupe social : un élément qui semble vite crucial, notamment à Gustave Ador dont il faut attendre le décès pour qu’une réconciliation s’amorce entre les deux institutions. L’action humanitaire est donc mêlée de motivations individuelles, sociales, nationales et internationales. Parfois, ces différents niveaux de motivation entrent en conflit soit avec ceux de leurs concurrents, soit entre eux-mêmes. Si les deux Croix-Rouge, aux ambitions et aux actions si charitables se sont fait la guerre, c’est par fierté et préjugés nationaux ; par refus de partager les dividendes moraux de leur incontestable générosité. Cette réponse pousse à son tour à formuler plusieurs hypothèses en guise de conclusion intermédiaire.

Conclusion

  • 25 Il s’agit là d’un effet comparable à celui du discours perlocutoire en rhétorique, théorisé dans l’ (...)

47À travers cet exemple particulier, on voit que l’humanitaire comporte une lourde charge morale et que ses résultats sont difficiles à évaluer. Pour ces deux raisons, l’humanitaire est un domaine d’activité qui permet de poursuivre des objectifs allant au-delà du soulagement des victimes. En bref, les acteurs humanitaires visent non seulement des résultats mais des effets ou, pour reprendre les termes de Gertrude Elizabeth M. Anscombe, ils poursuivent des intentions25. En l’occurrence, aider son prochain est aussi un moyen d’œuvrer pour le renom de la Suisse et de Genève. Ce fonctionnement donne une importance accrue aux acteurs humanitaires. Il explique pourquoi leur réputation est si importante et, par contrecoup, permet de mieux comprendre l’effarement du CICR lorsque la Ligue a prétendu se revendiquer du nom de la Croix-Rouge. Ce mécanisme donne également une grande signification aux intentions humanitaires. Celles-ci peuvent être de nature transnationale, visant, au-delà de l’aide apportée, à construire une paix future. Mais elles peuvent également être de nature plus institutionnelle ou nationale – et quand les effets escomptés s’opposent, cette situation mène à des conflits, comme celui qui a éclaté entre les Croix-Rouge à l’issue de la Grande Guerre. Tout se passe donc comme si acteurs, pratiques et intentions humanitaires s’articulaient à l’image du schéma suivant. Celui-ci illustre l’importance accordée aux répercussions escomptées – indirectes et symboliques – de l’aide, qui représentent une sorte de « retour sur investissement » détourné, inhérent aux secours apportés.

48Ces causes de conflit sont pourtant rarement dicibles parce qu’elles paraissent incompatibles avec la solidarité qui préside à l’élan humanitaire. Dans ces conditions, l’enthousiasme transnational n’est pas la seule cause du manque de littérature sur la concurrence humanitaire. En l’occurrence, les valeurs bénéfiques attribuées aux interactions humaines se doublent d’un tabou farouche, qui veut ignorer que même la générosité la plus sincère et la plus bénéfique peut être intéressée.

49Mais l’impossibilité à penser ce qui apparaît comme un oxymore, sinon une contradiction morale, provient d’une perception assez étroite de la notion d’intéressement, communément conçue comme la poursuite d’objectifs exclusivement profitables à ceux-là mêmes qui l’ont orchestrée. Toutefois, rien n’empêche de monter des opérations qui soient bénéfiques à la fois à leurs initiateurs et à leurs récipiendaires. En outre, il est probable que sans cette composante d’autosatisfaction, au moins morale sinon spirituelle, l’humanitaire n’existerait pas. Elle en forme une facette indispensable voire constitutive, même si elle peut parfois apparaître comme une limite.

Notes

1 G.E.M. Anscombe, Intention, Cambridge (Mass.), Londres, 1957.

2 J. Paulmann (éd.), Dilemmas of the Humanitarian Aid in the Twentieth Century, London, Oxford University Press, German Historical Institute, 2016.

3 A. Cooley, J. Ron, « The NGO Scramble : Organizational Insecurity and the Political Economy of Transnational Action », International Security 27 (2002), p. 5-39 ; T. Vaux, « Humanitarian Trends and Dilemmas », Development in Practice 16 (juin 2006), p. 240-254.

4 A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, t. 1, Paris, Le Robert, 1998 (2), p. 837-838.

5 Les lignes qui suivent s’inspirent directement de I. Herrmann, « Décrypter la concurrence humanitaire : le conflit entre Croix-Rouge(s) après 1918 », Relations internationales 151 (2012-2013), p. 91-102.

6 A. Durand, Histoire du Comité international de la Croix-Rouge. De Sarajevo à Hiroshima, Genève, 1978, p. 144.

7 D. P. Forsythe, The Humanitarians : The International Committee of the Red Cross, Cambridge, New York, 2005 ; J. F. Hutchinson, Champions of Charity : War and the Rise of the Red Cross, Boulder, Westview Press, 1997 ; C. Moorehead, op. cit.

8 https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/Treaty.xsp?documentId=0474964C976342E3C12563140043A163&action=openDocument

9 V. Harouel, « Les projets genevois de révision de la Convention de Genève… », loc. cit.

10 Après la guerre de 1870-71, et au regard des violations commises à l’encontre de la Convention de Genève, Gustave Moynier propose la création d’une « institution judiciaire internationale propre à prévenir et à réprimer les infractions à la Convention de Genève ». Ce projet n’aboutit pas ; voir Bulletin international des sociétés de secours aux militaires blessés 11 (avril 1872), p. 121-131.

11 Voir D. Palmieri, « De la persuasion à l’auto persuasion… », loc. cit.

12 Il s’agit de l’Agence internationale des prisonniers de guerre (AIPG). Les procès-verbaux de cette agence ont été édités et commentés par Daniel Palmieri : https://www.icrc.org/fr/publication/4220-les-proces-verbaux-de-lagence-internationale-des-prisonniers-de-guerre-ge-neve-21 (30 décembre 2016).

13 C. Cotter, op. cit., p. 478.

14 Pour les paragraphes qui suivent, et surtout pour des références plus spécifiques, voir là encore I. Herrmann, « Décrypter la concurrence humanitaire… », loc. cit.

15 Archives du CICR [désormais ACICR], CR1 2bis : La mission du CICR pendant et après la guerre, du 27 novembre 1918.

16 Dans ce domaine, le CICR entre aussi en compétition avec des organismes nationaux ou internationaux ; voir Daniel Palmieri, « Le Comité international de la Croix-Rouge et les organisations pour les réfugiés », Relations internationales 152 (2012), p. 17-28.

17 CR 109/b : élargissement du CICR, 5 : Mémorandum sur l’extension des actions de la CR, du 24 mai 1922 [note confidentielle, sans signature].

18 G. Ador, Lettres à sa fille Germaine et à son gendre Frédéric Barbey, publ. par F. Dubosson et alii, lettre à Frédéric Barbey, du 23 août 1923, p. 953. Nous soulignons.

19 Premier alinéa du Pacte de la Ligue des sociétés de la Croix-Rouge : « On compte que cette Ligue travaillera en parfait accord avec le Comité international, qu’elle coopérera avec lui, et que […] elle apparaîtra comme son complément naturel. Cette coopération conduirait à une union organique avec le Comité international ».

20 Le CICR « contribue à préparer un rapprochement des peuples en dehors de toute influence gouvernementale, de tout groupement politique, par la seule volonté de ceux qui, par-dessus les frontières, veulent faire entendre l’appel de la charité universelle, convaincus que le monde ne peut subsister qu’en […] établissant entre les hommes de toute nationalité et de toute race, des relations d’entraide et de confiance mutuelle », Revue internationale de la Croix-Rouge, 1921, p. 91. Nous soulignons.

21 ACICR, PV/CICR, vol 9, Procès-verbal de la séance de l’assemblée du CICR du 10 février 1920.

22 ACICR, CR64, 185 bis, Rapport de M. Clouzot à la séance du Comité du 11 mai 1922, f°2.

23 ACICR, CR 109a, 17, Lettre de Lucien Cramer sur l’internationalisation, du 6 juin 1922.

24 ACICR, 0 Commixt PV1, Procès verbal du 13 septembre 1922, f°243.

25 Il s’agit là d’un effet comparable à celui du discours perlocutoire en rhétorique, théorisé dans l’ouvrage fondateur de G.E.M. Anscombe, Intention, Oxford, Blackwell, 1957.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search