Version classiqueVersion mobile

L’humanitaire en questions

 | 
Irène Herrmann

Chapitre I. L’émergence de l’humanitaire moderne ou l’épanouissement d’une charité universelle à l’occidentale (1859-1914)

Texte intégral

1Si la générosité envers autrui est en quelque sorte atemporelle, sa traduction humanitaire est, quant à elle, hautement historicisée. À travers l’exemple du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), on s’interrogera sur les conditions de son émergence puis de son enracinement, tout en soulignant les fondements chrétiens, nationalistes et racistes de cette initiative que ses promoteurs voulaient universaliste. Le second président du CICR, Gustave Moynier (1826-1910), illustre parfaitement ce paradoxe apparent, puisqu’il fut parallèlement vice-consul du Congo, au moment où s’y déroulaient des massacres mémorables qu’il ne songea pourtant pas à dénoncer.

Présentation

2Retracer l’histoire, et surtout la préhistoire, de l’humanitaire moderne incite à aborder un problème qui, à bien des égards, s’apparente à un paradoxe pluriel. En effet, comment expliquer qu’une action inspirée de principes moraux aussi anciens et précédée d’exemples multiples ait émergé dans la seconde moitié du xixe siècle seulement ? Mieux encore, pourquoi a-t-elle vu le jour dans un pays neutre, officiellement épargné par l’horreur des combats ? Et dans ces circonstances, comment se fait-il qu’elle ait malgré tout séduit des puissances et des décideurs qui n’étaient pas à son origine ? En résumé : pourquoi à ce moment-là, à cet endroit-là et avec ce succès-là ?

  • 1 François Alexis présente ainsi une exception notable à cette règle.
  • 2 Cette historiographie « officielle » a donné lieu en particulier à cinq ouvrages : P. Boissier, His (...)

3Bizarrement, ces interrogations fondamentales sont peu traitées par la littérature, pour des raisons parfaitement révélatrices des conditions dans lesquelles s’est élaborée l’historiographie de la Croix-Rouge. Il est vrai que l’institution chapeautant ce mouvement, à savoir le Comité International de la Croix-Rouge ou CICR, n’a ouvert ses archives au public que depuis 1996. Jusqu’alors, le récit de sa création puis de son évolution était le fait de personnes dûment autorisées qui, en règle générale, n’étaient pas des historiens1 mais des employés – juristes, anciens délégués ou autres administrateurs, personnellement impliqués dans le fonctionnement de l’organisation2. Cet état de fait a alors plusieurs conséquences notables sur la manière de relater les événements. D’une part, le point de vue exposé est rarement neutre : certains écrits sont extrêmement critiques et semblent moins refléter la réalité que la déception de leurs auteurs face à des déconvenues individuelles ; mais la majorité des travaux publiés dans ce contexte sont infiniment laudatifs, et trahissent le souci de consolider la renommée de la maison. D’autre part, la plupart des auteurs concernés sont suisses. Cette particularité, liée à la politique d’embauche du CICR, qui a longtemps favorisé les nationaux, est grandement responsable du silence entourant les conditions d’émergence de la Croix-Rouge.

4Après 1996, ce panorama épistémologique se modifie sensiblement. Sans doute, la littérature institutionnelle n’est-elle pas stoppée pour autant. Mais la possibilité d’accéder désormais librement à la documentation suscite un vif intérêt chez les chercheurs qui publient des travaux plus analytiques et nuancés sur ce thème. Toutefois, pour l’essentiel, ces œuvres se concentrent sur les activités de secours mises en place au xxe siècle. Cette spécialisation correspond non seulement à la mode historienne, qui privilégie alors nettement le contemporain – voire l’immédiat –, mais elle se justifie également par l’accumulation de conflits majeurs, et partant d’avancées humanitaires déterminantes, qui prennent place durant ces cent années-là. Quoi qu’il en soit, cette focalisation chronologique signifie que les professionnels ont accordé encore moins d’attention aux causes de la création du CICR que ne l’avaient fait leurs prédécesseurs.

  • 3 D. Palmieri, « Post Tenebras Lux. New Perspectives on the Foundation of the Red Cross », dans W. U. (...)

5Pour comprendre ce qui a bien pu se passer dans la tête et dans l’entourage des fondateurs de la Croix-Rouge, il semble donc nécessaire de reprendre les travaux existants, même s’ils font surtout état d’une légende dorée. Dans la mesure où cette dernière a souvent été élaborée peu de temps après les faits, elle constitue une source de renseignements précieuse sur la manière dont on entendait consolider l’œuvre nouvellement lancée. En outre, il est aujourd’hui possible de confronter cette lecture embellie et héroïsée des origines avec la documentation d’archives. L’une dans l’autre, ces deux mines d’information, jointes aux rares études actuelles3, permettent sans nul doute de se faire une idée assez précise des raisons ayant présidé à l’invention de l’humanitaire moderne. Sur cette base, il s’agira donc de répondre aux questions posées en élargissant à chaque fois le spectre d’analyse, en allant du plus étroit au plus large. En d’autres termes, on commencera par explorer la personnalité et le milieu socioreligieux des figures tutélaires de la Croix-Rouge. Ensuite, on explorera l’environnement national dans lequel est intervenue cette création, avant de se pencher sur l’époque et le monde où elle a commencé à déployer ses effets. À chacun de ces niveaux d’analyse, la confrontation entre les enseignements traditionnels et les indications tirées des sources devrait permettre d’émettre des hypothèses et, in fine, résoudre le problème de départ : pourquoi l’humanitaire moderne est-il apparu dans le dernier tiers du xixe siècle, dans un pays neutre, chez des bourgeois peu au fait de la misère et des souffrances infligées à autrui ?

L’humanitaire, une question d’individus ?

  • 4 La littérature concernant Henry Dunant est abondante. Citons, parmi les dernières publications : C. (...)
  • 5 J. Pous, Henry Dunant, l’Algérien, Genève, Grounauer, 1979.

6Alors que, dans la plupart des pays, les grandes figures tutélaires de l’humanitaire sont des femmes, qu’elles soient saintes, religieuses, profondément croyantes ou, plus simplement, emplies d’amour aussi maternel qu’universel, les personnages qui peuplent les récits fondateurs de la Croix-Rouge sont tous des hommes. Dès le début du xxe siècle, les écrits se concentrent même sur un seul d’entre eux : Henry Dunant (1828-1910)4. À l’origine, et toujours selon une narration devenue désormais mythique, rien ne prédestinait ce bourgeois de Genève à devenir le père de ce large mouvement de charité institutionnalisée. Sans doute, il était imprégné de principes chrétiens, mais il ne différait pas, en cela, d’une grande partie de ses compatriotes et contemporains. Au début des années 1850, il était parti pour l’Algérie comme employé de la Compagnie genevoise des Colonies suisses de Sétif5. En 1858, Dunant décide de lancer sa propre entreprise et crée la Société des Moulins de Mons-Djémila. Mais son initiative africaine est freinée par des problèmes administratifs. Et c’est pour parler de cette affaire à l’empereur Napoléon III que le Suisse – qui vient d’ailleurs d’acquérir la nationalité française – se rend sur le champ de bataille de Solférino. Cette démarche n’est pas vraiment surprenante : les monarques détiennent le pouvoir ultime et sont un recours précieux quand il s’agit de débloquer une situation enlisée. En outre, les combats militaires sont alors des spectacles prisés des civils qui, au tournant des années 1850-1860, trouvent de quoi satisfaire leur curiosité morbide à la faveur de la deuxième guerre d’indépendance italienne.

  • 6 Genève, Imprimerie Jules-Guillaume Fick, 1862, pour la première édition.

7Pour autant, Dunant n’est pas un habitué. Il est désorienté et désemparé par l’horreur qui se présentera à ses yeux : en une seule journée, on compte près de 35000 militaires tués ou blessés. Or, les armées en présence ne dénombrent que trois médecins épaulés de six assistants. Dans une ambiance apocalyptique, le Genevois ne rencontre pas Napoléon. En revanche, il se joint aux populations locales qui, avec des moyens extrêmement limités, tentent de sauver les agonisants laissés sur place. Sans formation adéquate et totalement bouleversé par l’expérience, il est sans doute moins efficace qu’on a pu le prétendre. Son action décisive intervient quelques années plus tard. Encore sous le coup de l’émotion, il entreprend en effet de relater les terribles moments qu’il vient de vivre dans un ouvrage significativement intitulé : Un souvenir de Solférino6.

8Dans ce livre, publié à compte d’auteur en 1862, Dunant ne se borne pas à retracer les événements et les sentiments qu’ils ont provoqués. Il y fait également deux propositions majeures : en premier lieu, il suggère la création, en temps de paix, de sociétés de secours nationales permanentes, auxiliaires des armées, qui se chargeraient des soins à prodiguer aux militaires meurtris pendant les combats. Ensuite, et c’est sans doute son innovation la plus ambitieuse, il préconise que ces différentes clauses soient scellées par « un principe international, conventionnel et sacré ». L’œuvre, largement diffusée dans la haute société genevoise, suisse et européenne rencontre un accueil très favorable. L’auteur n’hésite pas à payer de sa personne et à venir exposer ses idées avec conviction. Il attire ainsi l’attention d’une vénérable association caritative locale, la Société genevoise d’Utilité publique, dirigée par le juriste Gustave Moynier (1826-1910).

9Ce dernier est immédiatement enthousiasmé par le projet de son concitoyen. Pour faciliter la concrétisation de ce beau plan, il stimule en février 1863 la création d’une « Commission spéciale de la Société [genevoise d’Utilité publique] en faveur des militaires blessés pendant les guerres », officiellement baptisée « Comité international de Secours aux Blessés ». L’internationalisme ainsi affiché se réfère uniquement au rayonnement que l’on entend donner à ce groupe dans la mesure où, pour le reste, tous ses membres sont non seulement citoyens de Genève, mais aussi très peu nombreux. La présidence a été confiée à un héros suisse, le général Guillaume-Henri Dufour (1787-1875), unanimement acclamé dans sa patrie pour avoir résolu la guerre civile dite du Sonderbund (1847) en moins de trois semaines, grâce à des techniques de combat apprises dans les hautes écoles napoléoniennes sous le Premier Empire. On lui adjoint deux chirurgiens réputés : Théodore Maunoir (1806-1869) et Louis Appia (1818-1898), ce dernier ayant d’ailleurs exercé son art sur les champs de bataille italiens. Gustave Moynier fait bien entendu partie de l’organisme, qui est complété par Dunant, officiellement chargé du secrétariat et officieusement affecté aux relations publiques où il excelle.

10Le Comité des cinq, pour reprendre une des appellations qu’on lui accole à l’époque, organise une conférence internationale censée faire connaître à la fois son existence et ses objectifs. Du 26 au 29 octobre 1863, Genève accueille les représentants de seize États européens et ceux de plusieurs associations philanthropiques, réunis pour « examiner les moyens de promouvoir à l’insuffisance du service sanitaire dans les armées de campagne ». À cette occasion, dix résolutions sont approuvées, qui servent de base à la création des sociétés de secours évoquées dans Un souvenir de Solférino. De manière générale, l’initiative suscite l’enthousiasme des participants et des membres du Comité des cinq qui se promettent de transformer l’essai, soit de ne pas se borner à reconnaître la similarité de leurs points de vue, et décident de monter une seconde rencontre, au cours de laquelle les pays intéressés s’engageraient légalement à réaliser les objectifs qu’ils venaient de coucher sur papier.

11Et de fait, moins d’une année plus tard, la ville sert à nouveau de cadre à une conférence – diplomatique, cette fois. Vingt-quatre délégués de seize États sont conviés aux débats qui débouchent, le 22 août 1864, sur une convention de dix articles, connue sous le nom de (Première) Convention de Genève, et dont les points principaux sont les suivants :

  • 7 https://ihl-databases.icrc.org/dih-traites/INTRO/120?OpenDocument (30 décembre 2016).

ARTICLE 1. - Les ambulances et les hôpitaux militaires seront reconnus neutres, et, comme tels, protégés et respectés par les belligérants, aussi longtemps qu’il s’y trouvera des malades ou des blessés. […]
ART. 2. - Le personnel des hôpitaux et des ambulances […] participera au bénéfice de la neutralité […]
ART. 3. - Les personnes désignées dans l’article précédent pourront, même après l’occupation par l’ennemi, continuer à remplir leurs fonctions dans l’hôpital ou l’ambulance qu’elles desservent […]
ART. 5. - Les habitants du pays qui porteront secours aux blessés seront respectés et demeureront libres […]
ART. 6. - Les militaires blessés ou malades seront recueillis et soignés, à quelque nation qu’ils appartiennent. […] Seront renvoyés dans leur pays ceux qui, après guérison, seront reconnus incapables de servir […]
ART. 7. - Un drapeau distinctif et uniforme sera adopté pour les hôpitaux, les ambulances et les évacuations. Il devra être, en toute circonstance, accompagné du drapeau national. Un brassard sera également admis pour le personnel neutralisé […] Le drapeau et le brassard porteront croix rouge sur fond blanc.7

12Ce texte est clairement centré sur le sort des militaires blessés, et reflète ainsi une époque où les conflits armés constituent le pire des maux remédiables, et l’agonie sur les champs de bataille le pire des sorts possibles. Dès lors, ce traité comporte de nombreuses lacunes et néglige, notamment, toutes les autres victimes potentielles de catastrophes. Inversement, il prévoit l’immunité des populations civiles impliquées dans les soins prodigués sur le théâtre de la guerre, et fait ainsi preuve d’idéalisme, voire de naïveté, quant aux possibilités d’instrumentalisation et de détournement qu’offrent des clauses aussi généreuses. Il n’empêche, ces quelque dix articles constituent la première régulation multilatérale et pérenne des combats. En raison de son objet, et surtout, de sa portée à la fois universelle et permanente, cette convention est traditionnellement considérée comme l’acte fondateur du droit humanitaire international moderne.

  • 8 G. Mützenberg, Henry Dunant, le prédestiné, Genève, Robert Estienne, 1984.

13De même, la littérature institutionnelle se plaît à en attribuer l’initiative, les caractéristiques et le succès subséquents aux qualités d’Henry Dunant. Ce dernier est en effet un communicateur hors pair, et une grande partie de l’enthousiasme provoqué par son ouvrage est due à une publicité qu’il a lui-même orchestrée, en faisant le tour des cours européennes. Lors de ces voyages, il charme facilement ses interlocuteurs. Rapidement, il est entouré de dames du monde et peut se targuer d’avoir l’oreille des puissants. À ces talents sociaux, il faut ajouter une foi inébranlable dans la justesse de sa cause. Certains des auteurs classiques estiment que cette confiance provient d’une sensibilité hors du commun, qui aurait été avivée par une visite faite, dans son enfance, aux prisonniers de Toulon. Tous s’accordent à l’inscrire dans le protestantisme particulier du Genevois8. À l’instar de nombreux citoyens aisés de cette ville, l’entrepreneur est un adepte du Réveil, cette mouvance religieuse imprégnée de romantisme, qui prône un rapport plus intime et plus direct avec Dieu. En 1852, Dunant a même lancé l’Union chrétienne des jeunes gens et il participe, quelque trois années plus tard, à la fondation de l’Alliance universelle des Unions chrétiennes de jeunes gens. Le moins que l’on puisse dire est donc qu’il est impliqué dans une résurgence confessionnelle repérable dans la plupart des pays réformés et qu’il est persuadé des bienfaits du christianisme en général comme de la philanthropie en particulier.

  • 9 Le héraut de ce courant littéraire est l’écrivain Robert de Traz (1884-1951).

14À toutes ces prédispositions personnelles, la littérature ajoute souvent l’influence d’un hypothétique « esprit de Genève »9. Ce concept éminemment flou et modulable qualifie, au choix, un souci fondamental de l’humain et une préoccupation soutenue pour tout ce qui concerne la liberté, soit, transposé en termes modernes, un sens inné pour les droits de l’homme. Si certains commentateurs en font remonter l’émergence à Calvin, voire avant, la plupart d’entre eux se « contentent » de faire débuter leur démonstration par Rousseau pour la terminer avec les activités internationales de Genève, aux xxe et xxie siècles. Tout, à commencer par l’expulsion de Jean-Jacques hors de sa ville natale, indique qu’une telle filiation est une construction propre à ancrer des idéaux nouveaux dans une tradition imaginée, plutôt qu’à prouver l’existence d’un génie du lieu anachroniquement flatteur. Dans leur démonstration, les auteurs traditionnels « oublient » nombre de faits dérangeants, susceptibles de relativiser sensiblement cette interprétation très individualiste des origines de l’humanitaire moderne.

15Tout d’abord, ils omettent souvent de préciser que Dunant a rapidement été éjecté du Comité des cinq et qu’il a même été contraint de quitter Genève, où il ne remettra plus jamais les pieds. Ou s’ils mentionnent son départ, ils évitent d’en creuser les causes, de telle sorte que les circonstances ayant mené à son exil définitif restent encore largement méconnues. Les événements se précipitent en 1867. À cette date, ses affaires algériennes périclitent. En parallèle sinon en conséquence, on liquide le Crédit genevois, établissement financier dont Dunant était administrateur. Ce dernier est non seulement ruiné, ce qui est mal vu dans sa ville, mais accusé de faillite frauduleuse, ce qui est rédhibitoire. Dans cette atmosphère de scandale, il est sommé de démissionner du Comité international. Difficile de savoir si ces ennuis pécuniaires et judiciaires ont été la cause ou l’occasion de ce renvoi. Le fait est que, depuis le début de l’année 1864, Dunant gênait ses collègues de la Croix-Rouge. Dès le début de leur action, ils découvrent que leur secrétaire est incontrôlable et prend des décisions importantes sans en discuter préalablement avec eux. D’embarrassante, la situation devient rapidement venimeuse, de telle sorte qu’une grande partie des ennuis subséquents de Dunant sont aujourd’hui attribués à la malveillance délibérée de ses anciens partenaires. Quoi qu’il en soit, il est définitivement exclu du Comité le 8 septembre 1867. À partir de ce moment, les affaires du mouvement passent incontestablement entre les mains d’une autre personnalité, qui demeurera à la tête du CICR jusqu’en 1910 : Gustave Moynier.

16Jusqu’à la fin du xixe siècle ou, plus sûrement encore, jusqu’à l’attribution du premier Prix Nobel de la paix à Dunant, en 1901, Moynier est considéré comme le véritable inventeur de l’humanitaire et de la Croix-Rouge. Cette réputation, quoiqu’effacée par la gloire tardive de son rival, n’est pas totalement usurpée. Sans doute, ce n’est pas un visionnaire auteur d’un ouvrage devenu emblématique ; sans doute, ce n’est pas un idéaliste prêt à tout pour transformer ses rêves en réalités. Un tel homme aurait pu créer un mouvement, mais il aurait été incapable de l’ancrer durablement. Or, c’est précisément ce que son concurrent parviendra à faire. C’est sous la houlette de Moynier que le Comité affronte sa première véritable épreuve du feu. Ce test n’intervient pas vraiment lors de la bataille de Sadowa qui, en 1866, signe la rupture entre l’Autriche et la Prusse. La Convention est alors trop jeune.

  • 10 D. Palmieri, « De la persuasion à l’auto persuasion : le CICR et le droit humanitaire », Revue suis (...)

17En revanche, c’est le cas de la guerre franco-prussienne de 1870-71, lors de laquelle les membres du Comité des Cinq se rendent compte des abus que le traité autorise10, voire stimule, notamment dans le domaine de la neutralisation des populations impliquées dans les soins aux blessés. Mieux encore, ses promoteurs usent de leur droit d’initiative humanitaire pour se lancer, comme d’autres l’avaient fait avant eux, dans la transmission d’informations concernant les prisonniers de guerre. Quelques années plus tard, pendant la guerre dite d’Orient (1875- 1878), l’organisme prend la mesure d’autres lacunes. Désormais désigné sous son nom actuel de Comité international de la Croix-Rouge, l’organisme reconnaît l’opportunité d’intervenir durant les conflits fratricides. Cette possibilité lui est soufflée par le Monténégro, qui signe la Convention et demande l’envoi de délégués du CICR pour l’aider dans sa lutte contre l’Empire ottoman… dont il fait toujours officiellement partie. Lors de ce conflit, les envoyés genevois sont confrontés aux souffrances que les belligérants font subir aux civils qui, de facto, constituent une nouvelle catégorie de victimes à considérer.

  • 11 V. Harouel, « Les projets genevois de révision de la Convention de Genève du 22 août 1864 [1868-189 (...)

18Logiquement, c’est sous la direction de Moynier que le CICR entreprend de réviser ce qui compose alors l’essentiel du droit humanitaire international. Ces tentatives mêlent habilement ambitions éthiques et sens des réalités : les avancées sont lentes et éminemment progressives11, de façon à ne pas braquer les puissances signataires, qui sont souvent soucieuses de ne pas abandonner trop de prérogatives conçues comme nationales. Après plusieurs propositions timides, trente États alors considérés comme « civilisés » signent une nouvelle convention à Genève, le 11 juillet 1906. Ce document élargit, précise et réoriente sensiblement le texte qu’il remplace. D’une part, il prévoit des clauses de rapatriement et/ou d’ensevelissement des dépouilles. Mais d’autre part, il abandonne la neutralisation des habitants impliqués dans les secours : cette mesure s’est avérée inapplicable et a suscité un nombre inquiétant de violations délibérées du droit si difficilement établi. À la faveur d’une navigation prudente dans les eaux troublées de cette fin de xixe siècle, alors que le nationalisme et l’impérialisme européens s’exacerbent, Moynier est arrivé à sauver son vaisseau du naufrage et est même parvenu à le faire admettre comme un élément crucial de la politique mondiale. Si, à la veille de la Grande Guerre, la structure du Comité international de la Croix-Rouge demeure très réduite, puisqu’elle dénombre une dizaine de personnes, ni son existence ni son influence ne sont remises en cause.

19Ce succès presque inespéré est essentiellement dû à la personnalité et à l’habileté de Moynier. Car sans être l’inventeur du mouvement, il est celui qui lui permettra de se transformer en aventure durable, au contraire d’autres entreprises humanitaires, comme les initiatives prises lors de la guerre de Crimée. Plusieurs facteurs ont contribué à cette réussite. En premier lieu, on peut citer la fortune du philanthrope. À l’origine, les entreprises du CICR sont financées par ses créateurs, qui paient leurs publications comme nombre de leurs réunions en puisant dans leurs propres réserves. À cet appréciable confort économique s’ajoute une longévité remarquable. Cofondateur du Comité des Cinq, Moynier en prend la présidence en 1864 et exercera ce mandat jusqu’à sa mort, en 1910. En d’autres termes, il a à la fois le temps de lancer des initiatives et de veiller à leur réalisation ; il peut même se payer le luxe de faire plusieurs tentatives, de revenir sur ses pas et de réorienter le tir si nécessaire. Durant ce demi-siècle, il déploie un incontestable sens de l’organisation.

  • 12 Ces conférences internationales de la Croix-Rouge [plus tard, et du Croissant-Rouge] voient la part (...)

20Sous sa houlette, la Croix-Rouge adopte les structures qui sont encore largement les siennes aujourd’hui. Visiblement inspiré par la hiérarchisation de la vie associative helvétique, où une société faîtière, nationale, chapeaute des filières cantonales, habituellement réunies lors de rencontre (pluri-) annuelles, Moynier donne au mouvement des institutions comparables. L’œuvre – pour reprendre la terminologie de l’époque – est guidée par un Comité international qui est lui-même, comme on le sait déjà, uniquement composé de Suisses, voire de Genevois. Ce dernier suscite la création et avalise la fondation de sociétés nationales sinon locales de la Croix-Rouge. Celles-ci s’assemblent lors de conférences, tenues en principe tous les quatre ans12. Lors de ces rencontres, des délégués discutent de la politique générale à suivre et des développements à stimuler. Le Comité assure l’exécution de ces décisions et garantit leur visibilité médiatique. Ses membres, et surtout son président, détiennent ainsi un pouvoir relativement important. En dépit d’un ordonnancement apparemment égalitaire, où les différentes composantes se partagent les prérogatives et les responsabilités, la maison-mère domine l’ensemble. Mieux encore, elle est régie par un système strictement pyramidal qui confère une place déterminante au président, dont dépendent non seulement les grandes tendances du mouvement mais aussi son rôle sur la scène européenne voire mondiale.

21Dans ce cadre, Moynier n’hésite pas à faire peser ses convictions et jouer ses relations. Sans doute est-il moins mondain que Dunant. Il n’empêche, il participe pleinement à la construction de cet espace international de la seconde moitié du xixe siècle, parsemé d’associations savantes et scandé de conférences où les États dits civilisés tentent de régler leurs problèmes communs par la loi ou l’action concertée plutôt que par la violence et la répression. Il représente régulièrement la Suisse lors des congrès internationaux de bienfaisance (1856, 1857, 1862) et stimule la création de l’Institut de droit international à Gand, en 1873. Que le siège de cet établissement se trouve en Belgique n’est pas le fruit du hasard. Moynier cultive en effet des liens assez resserrés avec le roi Léopold II, qui semble vouloir profiter de ses lumières pour éclairer son entreprise de colonisation du Congo, que ce soit en matière de commerce ou de « civilisation ». Le Genevois fonde d’ailleurs en 1879 un périodique au titre évocateur : L’Afrique explorée et civilisée. Il poursuit cette activité journalistique jusqu’en 1889, soit juste avant d’être nommé consul de l’État indépendant du Congo en Suisse. Il occupe donc ce poste tandis que se produit un véritable massacre de la population indigène, dûment révélé par la presse au milieu des années 1890. Il faut toutefois attendre 1904 et la nomination d’une commission d’enquête internationale pour que Moynier troque son titre pour celui de vice-consul, sans doute moins compromettant.

22A posteriori, cet engagement peut paraître étrange, pour ne pas dire paradoxal. Il s’explique pourtant partiellement par les convictions religieuses professées par Moynier. Tout comme Dunant, il est convaincu des vertus universelles du christianisme et estime qu’il importe de faire connaître leur excellence à l’ensemble de la planète. Nombre de ces principes ont, bien entendu, une coloration protestante. Mais dans l’ensemble, il s’agit de notions plus générales, prônant la générosité et l’amour du prochain, à l’instar des qualités tant vantées par le Réveil. Cette foi réformée renouvelée est ici au carrefour des préoccupations coloniales, humanitaires mais aussi sociales de Moynier qui, tout comme ses autres collègues du Comité international, n’est pas seulement un individu dont les qualités personnelles justifient et fondent l’influence dans l’œuvre de la Croix-Rouge, mais également le représentant d’un milieu spécifique, celui de la haute bourgeoisie conservatrice de Genève.

  • 13 I. Herrmann, Genève entre république et canton. Les vicissitudes d’une intégration nationale (1814- (...)
  • 14 F. Ruchon, Histoire politique de Genève, t. II, Genève, 1953, p. 9-253.

23Même si tous les membres du CICR n’étaient pas directement issus de l’ancienne aristocratie de la Cité, ils lui étaient indéfectiblement liés, au moins par des alliances matrimoniales et une communauté de valeurs. Le plus souvent, ils se rattachent au monde des affaires genevoises, caractérisé par des investissements dans le luxe et les marchés lointains. Ses membres jouissent le plus souvent de fortunes considérables et toujours de réseaux aussi denses qu’étendus. Mais ces hommes florissants sont également (les descendants d’) une génération humiliée13. De fait, en 1846, Genève a connu une révolution radicale qui a écarté leurs familles du pouvoir politique, désormais aux mains de gens moins aisés et moins bien ancrés dans les institutions de la ville. Les grands bourgeois déchus sont contraints d’abandonner les positions gouvernementales et se rabattent soit sur le négoce ou la banque, soit sur l’enseignement universitaire14. Cette reconversion suscite un ressentiment diffus et une soif de revanche évidente. Après quelques années d’hébétude, certains des anciens dirigeants de la Cité, ou leurs successeurs, se ressaisissent et décident de se battre avec les armes électorales que leur offre la démocratie. D’autres encore se lancent dans des entreprises nouvelles, qu’ils jugent dignes de compenser leur inactivité politique involontaire, et de retrouver la gloire perdue de leurs ancêtres, voire de leur patrie.

24C’est dans ce contexte que Moynier décide de promouvoir les idées de Dunant, susceptibles de lui donner un rôle et une influence qu’il n’aurait plus pu se façonner par la magistrature. Or, l’accueil chaleureux que lui réserve cette élite déchue n’est sans conteste pas uniquement dû à la valeur intrinsèque du projet ni de ses deux principaux promoteurs. Certes, l’esprit visionnaire de l’un et l’incroyable sens pratique de l’autre se mélangent en une alchimie particulièrement efficace. De même, leur ambition fait indubitablement écho aux valeurs prônées par le Réveil protestant, que ce groupe considère avec bienveillance sinon ferveur. Mais l’entreprise paraît surtout propre à redorer leur blason et à redonner à la cité de Calvin le rayonnement qui fut le sien – et celui de leurs ancêtres ! – autrefois. Sans surprise, le Comité des Cinq puis le CICR peuvent compter sur un appui sans faille, une solidarité plurielle, à la fois sociale, souvent familiale et toujours minoritaire. L’œuvre d’entraide internationale peut se fonder sur un désir impérieux de vengeance locale, et c’est cet assemblage oxymorique qui en rend le socle si solide. Mieux encore, les modalités de recrutement au sein des instances dirigeantes de la Croix-Rouge permettent de perpétuer cet alliage, puisque les membres se cooptent et choisissent en règle générale des proches pour venir les seconder au sein du Comité. C’est dans cette interaction entre des individus et leur milieu que réside, semblerait-il, la meilleure explication de l’enracinement genevois du CICR. En tout état de cause, elle fournit une clé de compréhension plus plausible que n’importe quel hypothétique « esprit de Genève » tant vanté par la littérature et d’ailleurs contredit par l’éclatement d’une émeute fort peu démocratique en 1864, au moment même où se signait la toute première convention. Néanmoins, il faut immédiatement ajouter que cet enracinement n’aurait jamais donné de pousses viables et durables s’il n’avait pas été rapidement couvé par les autorités suisses.

L’humanitaire, une question nationale (helvétique) ?

  • 15 C. Cotter, (S’) aider pour survivre. Humanitaire et neutralité helvétique durant la Première Guerre (...)

25Rares sont les témoins ou les spécialistes d’histoire de la Suisse qui ne mentionnent pas le caractère helvétique du CICR15. La plupart du temps, les ouvrages classiques qui relatent les débuts de l’organisation établissent même une adéquation implicite entre le Comité international de la Croix-Rouge et la Confédération, puisque c’est dans le canton suisse de Genève que l’institution a été imaginée, réalisée et finalement conservée. Cette équivalence est favorisée par au moins deux phénomènes concomitants, relevant à la fois des premiers principes humanitaires défendus par l’œuvre et de la politique étrangère, voire du nation branding conçu par Berne. D’une part, on se plaît à suggérer l’existence d’une certaine analogie entre les buts du CICR, soucieux de secourir les victimes des conflits, et le traditionnel droit d’asile helvétique. Depuis la fin du Moyen Âge, des milliers d’hommes et de femmes ont en effet trouvé refuge en Suisse, après avoir fui leur pays d’origine pour des raisons religieuses et/ou politiques. Néanmoins, la plupart du temps, leur séjour n’y a été que provisoire, les autorités locales se contentant de garder soit les plus prometteurs soit les plus vulnérables. En outre, l’arrivée de ces immigrants et leur accueil étaient moins le résultat de mesures légales que de potentialités pratiques. L’ultra-fédéralisme du pays, soit son découpage en petits États autonomes mais peu puissants favorisait l’installation de ces populations qui, si elles étaient chassées d’un premier canton, pouvaient déménager dans un autre, à quelques kilomètres de là. On le constate : le lien avec l’humanitaire était plutôt ténu.

  • 16 Ibid.

26D’autre part, et de manière nettement plus convaincante, les auteurs aiment assimiler la neutralité suisse à celle par laquelle se caractérise le Comité international dès sa fondation16. Le désengagement militaire de la Suisse puise ses sources dans les Temps modernes, mais ne trouve une confirmation officielle et internationalement reconnue qu’à l’issue des congrès post-napoléoniens. Le 20 novembre 1815, les grandes puissances victorieuses se portent garantes de la neutralité perpétuelle du pays. Le concept n’est pas défini, de sorte qu’on ignore les prérogatives et les devoirs qui lui sont rattachés. Une chose est pourtant certaine : il s’agit bel et bien d’un principe de politique extérieure, impliquant que la Confédération s’abstienne d’intervenir dans les guerres – à condition que ces dernières ne menacent ni sa souveraineté ni son intégrité territoriale. En cas contraire, elle a la possibilité voire l’obligation de se défendre par les armes. La similitude des notions est cette fois plus nette, même si elle reste rarement détaillée.

  • 17 Dufour est président du CICR de février 1863 à mars 1864, puis président honoraire jusqu’à son décè (...)

27Généralement, la littérature préfère évoquer cette ressemblance pour mieux appuyer un autre élément, susceptible de conforter l’adéquation entre l’institution et l’État qui l’a vu naître, à savoir la belle entente supposée régner entre elles. Deux faits tirés de l’histoire des débuts du CICR viennent alors donner du poids à cette argumentation. En premier lieu, la Confédération helvétique a en effet invité les États à la conférence diplomatique d’août 1864. Mieux encore, elle a accepté d’être la gardienne officielle de la Convention de Genève. En outre, on sait que les autorités nationales entretenaient des contacts étroits avec les membres du Comité, et plus spécifiquement avec leurs présidents. Le général Dufour17, on le sait aussi, était considéré comme un héros national pour avoir sauvé sa patrie des affres d’une interminable guerre civile. À ce titre, il avait l’oreille et la confiance des plus hauts dirigeants suisses. Moynier, qui prendra sa suite est également puissant à Berne. Il est notamment un proche du ministre Jakob Dubs (1822-1879). En outre, son activité dans les grandes conférences internationales du temps lui assure un contact régulier avec le gouvernement auquel il sert de porte-parole ou mieux encore de courroie de transmission entre la Suisse et le reste du monde dit civilisé. Plus tard, ces liens vont même devenir si étroits qu’ils en seront pratiquement « incestueux ». Le troisième président, Gustave Ador (1845-1928) siégera dans l’exécutif national entre 1917 et 1919. Quant au quatrième, Max Huber (1874-1960), il avait été longtemps juriste de la Confédération. Quoi qu’il en soit, on observe dès 1864 un flux constant d’informations entre Berne et Genève. Et si cette circulation ne signifie pas obligatoirement collaboration, elle indique l’importance qu’attachaient les deux partenaires à ne pas se contredire, voire à rester associés – que ce soit effectivement ou symboliquement.

28Tous ces éléments sont exacts, mais on peut se demander dans quelle mesure ils reflètent une entente réelle, voire une entière communauté d’intérêts, objective ou ressentie. Car cette interprétation hautement irénique et helvétique des choses semble entrer en contradiction avec d’autres faits tout aussi incontestables. Cette lecture, éminemment privilégiée par les auteurs institutionnels, n’est que difficilement compatible avec certaines de leurs autres assertions. Ainsi, comment peut-on concilier la place déterminante accordée à « l’esprit de Genève », avec cette symbiose entre la Suisse et le CICR ? Ou avec la fierté que les membres du Comité éprouvaient pour leurs propres origines sociales et locales ? En outre, comment rapprocher cette union avec l’indépendance revendiquée du Comité international de la Croix-Rouge ? Enfin et surtout, comment faire coïncider cette relation supposément harmonieuse avec les différents épisodes qui la démentent formellement ?

29Contrairement à ce que peut laisser penser la littérature classique, le Comité des Cinq ne s’est pas immédiatement tourné vers Berne. Sans doute savait-il que l’ambition internationale de son œuvre impliquait de mettre l’entreprise sous la protection d’une puissance. Pourtant, son premier choix ne se porte pas sur la Suisse mais sur… la France. Si cette option peut, a posteriori, sembler étrange, elle est le résultat de considérations parfaitement logiques. Décidés à donner à leur œuvre une portée inédite, les Genevois s’adressent au monarque le plus puissant du continent. À cette date, juste après le succès de la réunification italienne, ce prince est Napoléon III. En outre, depuis 1859, Dunant a acquis la nationalité française. Et, enfin, Guillaume-Henri Dufour connaît bien l’empereur dont il a été le professeur à l’école d’officiers suisses de Thoune. Quoique flatté et touché par l’honneur qui lui est fait, le souverain décline l’offre.

30Napoléon III voyait-il dans son éventuelle intervention une contradiction avec l’internationalisme proclamé de l’entreprise ? Estimait-il le comité trop insignifiant pour s’en préoccuper activement ? Après l’échec, en décembre 1863, de son grand congrès européen censé réviser les traités de Vienne, jugeait-il le moment peu propice à ce type d’engagement ? Estimait-il qu’une nation neutre serait mieux à même de porter les idéaux d’impartialité des Genevois ? En l’absence de sources concluantes, il est difficile de trancher. Et tout en confirmant l’intérêt qu’il prend à l’initiative et le soutien qu’il lui apportera, il suggère pourtant de confier le rôle qu’on avait voulu attribuer à la France à un pays connu pour son désengagement : la Confédération. Comme on le sait, la Suisse reprendra effectivement le flambeau. Mais ce dont on a moins conscience est qu’au départ, l’enthousiasme helvétique est plutôt modéré. Les autorités sont divisées sur l’opportunité de se profiler sur la scène internationale. Aucune menace directe ne plane alors sur leur pays, si bien que les ministres les plus audacieux ne voient pas pourquoi ils devraient attirer l’attention des États sur leur patrie, tandis que les plus frileux craignent de réveiller les convoitises annexionnistes des pays voisins. Et c’est à contrecœur, pour ne pas blesser l’empereur, que le gouvernement finit par organiser la conférence qui débouche sur la Convention dont elle consent à être la dépositaire.

  • 18 Archives du CICR [désormais ACICR] A PV, Séance du Comité du 9 décembre 1876. Voir également D. Üre (...)
  • 19 Lettre du colonel H. Ziegler au département militaire fédéral, E. Müller, de Grindelwald, 18-23 jui (...)

31Si, dans l’ensemble, ces débuts peu engageants ne préfigurent pas la suite des relations entre le CICR et la Confédération, ils ne constituent pas une exception. De fait, les contacts entre ces deux instances sont scandés de problèmes, voire de crises, qui témoignent de rapports complexes, comprenant des épisodes de rivalité, de défiance, d’agacements et d’incompréhension mutuelle. Dans ce panorama, on peut dégager plusieurs types de situations. Toute une série de difficultés sont liées à (la violation de) l’indépendance du Comité. Ainsi, Berne ne se prive parfois pas d’intervenir directement dans les affaires de l’institution. Tel est notamment le cas en 1870. En pleine guerre franco-prussienne, alors que Dufour envisage d’ouvrir un hôpital à Bâle, ville suisse jouxtant la frontière franco-allemande, afin de recueillir des militaires blessés des deux camps, il se voit opposer une fin de non-recevoir, les autorités fédérales disant redouter les contagions comme les actes contraires à la neutralité helvétique. De façon corrélée, de nombreux États tiers ont l’impression que le CICR est placé sous le contrôle du gouvernement suisse, ce qui provoque des embarras, sinon du ressentiment. Certains d’entre eux estiment que la Confédération, en tant que gardienne de la Convention, est une interlocutrice plus valable pour exprimer son mécontentement vis-à-vis de l’institution genevoise. Ainsi, les premières démarches entreprises par les Ottomans pour troquer l’insigne de la croix rouge contre le croissant s’effectuent-elles, sans en informer le Comité au préalable18. Mais l’irritation que peuvent éprouver ses membres face à ce qu’ils perçoivent comme un abus de pouvoir, sinon une véritable usurpation, n’est pas une exaspération à sens unique. À Berne aussi, des membres du gouvernement national s’impatientent de la place grandissante qu’occupe le CICR. Moynier, surtout, focalise l’animosité de la haute administration qui fustige ce « Nationalgenfer », ce Genevois national19.

32Cette aigreur est bien entendu signe de frictions et d’ajustements parfois pénibles. Paradoxalement, elle indique également l’importance prise par la Croix-Rouge dans le jeu politique helvétique. En d’autres termes, elle confirme plus qu’elle n’infirme ce lien entre les deux instances. Ce faisant, elle nuance toutefois sensiblement l’idée d’une harmonie immédiate et absolue. Bien au contraire, elle permet de comprendre ces rapports comme une véritable construction, comme le résultat d’efforts et donc comme une action dont les protagonistes escomptaient des profits à plus ou moins long terme.

33Les tiraillements observés montrent non seulement l’intérêt des autorités fédérales pour l’institution, mais s’insèrent dans une véritable politique de promotion humanitaire, faite de réalisations et de discours idoines, bien loin de l’indifférence des débuts. Ainsi, quatre années après l’organisation de la conférence diplomatique de Genève, le gouvernement helvétique donne la preuve évidente de son changement d’attitude, en passant ouvertement d’une posture plutôt résignée et passive à une attitude entreprenante voire proactive. De manière positive, il met sur pied des conférences, destinées à améliorer l’efficacité de la première Convention. Il intervient dans ce but en 1868 déjà, reprend le dossier en 1869, en 1873 et en 1874, puis avec une vigueur renouvelée au tournant du siècle, faisant bientôt de l’amélioration de ce traité un objectif majeur de la politique internationale helvétique.

34De façon plus insidieuse, la Confédération manifeste toujours plus ouvertement son désir de garder un certain leadership européen dans l’orchestration des tentatives visant à humaniser les conflits armés. Elle se montre toujours plus agacée par les initiatives prises dans ce sens par d’autres États. Elle s’irrite ainsi des tentatives faites par l’Italie et plus encore par celles de la Russie, qui s’efforce durant le dernier quart du xixe siècle de réguler la guerre, notamment en interdisant des armes que son industrie ne parvient pas à produire. C’est d’ailleurs sous la houlette du dernier des tsars, Nicolas II, que sont projetées deux réunions internationales tenues à La Haye. La première a lieu en 1899 et vise à « rechercher les moyens les plus efficaces d’assurer à tous les peuples les bienfaits d’une paix réelle et durable et de mettre avant tout un terme au développement progressif des armements actuels ». Parmi les points soumis à la sagacité des délégués figure la révision de la Convention de Genève. Berne manœuvre alors habilement pour conserver la haute main sur ce processus. Et, de fait, cette refonte ne se produira pas en Hollande mais en Suisse, et comme on le sait, seulement sept années plus tard, en 1906.

35En 1907, la deuxième conférence de La Haye confirme les avancées humanitaires qui viennent d’être ratifiées à Genève. Ce fait donne aux députés helvétiques une stature internationale incontestable, puisqu’ils représentent dès lors une nation phare dans le domaine de la réglementation de l’assistance en temps de guerre. Cette étiquette n’est pas uniquement décorative à un moment où on cherche à définir les droits et les devoirs des État neutres. Au contraire de pays tels que la Belgique ou les Pays-Bas, auxquels on attribue des compétences dans la codification des conflits armés, la Suisse se profile comme la patrie de l’humanitaire par excellence. Berne assoit ainsi une réputation mondiale qu’elle ne cessera désormais de soigner. Ce faisant, elle raffermit son association avec le Comité international de la Croix-Rouge. Toutefois, pour plus d’efficacité, elle ne se contente pas de le consolider dans la pratique mais accentue encore l’importance qu’elle lui accorde dans le discours.

36De fait, les édiles suisses n’ont pas attendu le tournant des xixe et xxe siècles pour mentionner l’humanitaire dans les messages qu’ils adressent à leur population. Dès les années 1870, au plus tard, ils affirment un lien entre les destinées de la Confédération et celles de la Croix-Rouge. Cette entreprise discursive s’opère essentiellement par des amalgames sémantiques délibérés, que ceux-ci concernent des concepts, des symboles ou encore des valeurs considérées comme identitaires. Ainsi, à l’instar d’une bonne partie de l’historiographie traditionnelle, l’État exploite des similitudes de signifiants. Il joue lui aussi sur le terme de neutralité qui était, on s’en souvient, l’un des principes clé grâce auxquels le CICR prétendait qualifier son action. Mais ce mot était impropre, comme le Comité des Cinq l’admettait en octobre 1863 déjà :

  • 20 Commission spéciale de la Société [d’utilité publique de Genève] en faveur des militaires blessés d (...)

Nous estimons qu’il convient de maintenir l’expression de neutralité, laquelle comprend un ensemble de droits et de devoirs suffisamment clairs, de préférence au mot inviolabilité, qui désigne un caractère plutôt qu’un droit et qui modifierait essentiellement la portée de la convention20

37Par neutralité, il entendait surtout décrire son impartialité au milieu des conflits, l’inviolabilité des personnels soignants et son indépendance face aux États. Ce concept n’avait donc que peu de rapport avec le désengagement militaire de la Confédération. Néanmoins, et en dépit de vives discussions sur la question, ce flou lexicologique ne sera jamais vraiment rectifié mais, au contraire, savamment entretenu et propagé, d’un côté comme de l’autre. Pour le CICR, l’ambiguïté permet d’arrimer solidement l’ancrage helvétique de l’institution et lui offre ainsi la possibilité de concrétiser ses ambitions internationales, en laissant la Confédération se charger des indispensables démarches diplomatiques. Pour les instances dirigeantes du pays, cette confusion donne un exemple d’analogie concret et facilite ainsi une démonstration axiologique bien plus vaste.

38En effet, les publications officielles s’efforcent non seulement de provoquer une association mentale entre la Croix-Rouge internationale et le gouvernement suisse, mais avec l’ensemble du pays. En une synecdoque significative, Berne s’applique rapidement à attribuer l’initiative de la convention à l’ensemble de la Suisse. En outre, la plupart des textes ne manquent pas de souligner la similarité de l’emblème du CICR avec le drapeau helvétique. Mieux surtout, ils témoignent d’un fort désir de nationaliser l’humanitaire. De fait, nombre d’écrits officiels se plaisent alors à affirmer le caractère « naturellement » humanitaire de la population locale. Cette dernière serait modestement exemplaire par sa capacité à faire cohabiter dans un esprit de paix chrétienne ce qu’on appelait alors des races différentes et par son aptitude à utiliser cette tranquillité providentielle pour venir en aide aux victimes de la (regrettable) belligérance européenne. Une telle leçon sous-tend déjà le Message que Jakob Dubs, alors président de la Confédération, adresse au parlement national, le 8 décembre 1870. Tandis que les combats font rage aux portes de la Suisse neutre, il affirme :

  • 21 Message du Conseil fédéral à la haute Assemblée fédérale concernant le maintien de la neutralité su (...)

[L]a Suisse a, dans cette guerre, manifesté le caractère particulier de sa nationalité en restant neutre. Mais elle n’a pas été un simple spectateur oisif et curieux de cette grande lutte ; par son intervention diplomatique pour l’adoption des articles additionnels à la Convention de Genève, par l’envoi d’un grand nombre de ses médecins sur les champs de bataille, par le soin qu’elle a pris des blessés des deux nations belligérantes, et par les secours qu’elle a donnés simultanément aux Allemands expulsés et aux Strasbourgeois, elle a montré qu’elle prenait une part active aux souffrances de ses voisins et elle a prouvé qu’elle savait remplir ses devoirs d’État neutre non-seulement avec loyauté, mais encore avec humanité.
La Suisse neutre a eu, elle aussi, sa mission dans cette guerre. Il serait absurde de vouloir contester, au point de vue de la formation des États, l’importance du principe de la nationalité, basé sur la différence des races. Ce principe se fonde sur la nature même et se trouve par conséquent justifié. Mais il est certain, d’autre part, que les diverses races ne doivent pas nécessairement vivre ensemble dans un état d’antagonisme, mais qu’au contraire en se réunissant dans la liberté elles se complètent les unes par les autres, et qu’en définitive au-dessus de la différence des races il y a la communauté de la nature humaine. Ces dernières vérités seront de plus en plus généralement reconnues à mesure que la civilisation fera des pas en avant. En attendant, la Suisse, dont cette union des races est le caractère essentiel, a le devoir de veiller au maintien de son principe et de le faire prévaloir d’une manière digne au milieu des guerres de races ; partout où elle le peut, elle doit s’efforcer de frayer la route à des appréciations plus humaines sur le terrain du droit des gens. C’est dans ce sens que le Conseil fédéral a compris la mission que la Suisse avait à remplir, et c’est à ce point de vue qu’il désire voir juger ses actes21.

39L’intérêt de cette allocution ne réside pas seulement dans son contenu ou sa précocité, mais aussi dans son mode de diffusion. De fait, si ce texte est incontestablement destiné aux députés helvétiques, il est également publié dans les journaux et la très officielle Feuille fédérale qui retranscrit les décisions et autres documents que le gouvernement suisse veut transmettre au public. En d’autres termes, les propos tenus ne visent pas uniquement la Confédération mais aussi l’étranger. Dès la fin des années 1860, le discours sur l’humanitaire est en effet essentiellement conçu pour persuader les puissances environnantes qu’elles seraient bien avisées de ne pas envahir la Confédération. Il le fait de manière directe en soulignant l’avantage que revêt pour chaque belligérant la présence d’un État susceptible d’organiser des secours à large échelle en cas d’hostilités sur le vieux continent – réservant ainsi à la Suisse une mission spécifique et une position unique dans le monde. Indirectement, cette rhétorique donne accès aux raisons qui ont subitement poussé les autorités helvétiques à jouer presque agressivement la carte de l’humanitaire. En effet, la tournure, la véhémence et l’ancienneté de cette récupération national (ist) e des ambitions caritatives genevoises prennent tout leur sens dans leur contexte d’émergence soit, pour l’essentiel, dans les événements qui ont marqué l’histoire européenne au lendemain même de la signature de la Convention de 1864.

  • 22 C. Calmes, Création et formation d’un pays. De 1815 à nos jours, Luxembourg, 1989, p. 378 et passim(...)

40Bizarrement, la plupart de ces explications n’impliquent pas le sort de la Suisse mais… du Luxembourg22. Ce petit État, neutre depuis 1839, est au centre de négociations internationales qui, dans la seconde moitié des années 1860, résonnent douloureusement aux oreilles des autorités helvétiques. Toujours aussi curieusement, le premier responsable de ces alarmes est l’ancien élève de Guillaume-Henri Dufour et ami de la Croix-Rouge : Napoléon III. Pour prix de sa non-intervention dans le conflit austro-prussien de 1866, ce dernier entend obtenir le grand-duché, dont l’existence était pourtant garantie par les grandes puissances européennes. Sans doute, l’éclatement de la guerre de 1870-71 contrarie ses plans. Mais l’intégrité territoriale luxembourgeoise n’en est pas assurée pour autant. Le 3 décembre 1870, Bismarck informe les États chargés de la sauvegarde de la neutralité luxembourgeoise que la Prusse s’apprête à ne pas respecter le désengagement militaire du pays. À cette occasion, le gouvernement helvétique comprend, à l’instar de ses collègues, que les armées allemandes sont prêtes à envahir le grand-duché. Pire encore, les autorités suisses jugent que, si cette invasion se produisait, aucune puissance européenne ne se déclarerait disposée à contre-attaquer, quels qu’aient pu être les traités et les obligations prises à cet égard. Loin d’être un phénomène anecdotique, la menace pesant sur le Luxembourg signale ainsi à Berne que tout petit État est vulnérable et que la neutralité, en tant que telle, n’est pas un gage de sécurité suffisant.

  • 23 Cette dernière expression a d’ailleurs été forgée par un des membres fondateurs du CICR, Louis Appi (...)

41Dans ces conditions, les autorités se sont employées à imaginer les moyens de préserver la Confédération. Bien entendu, une part non négligeable de ces efforts vise à élargir les pouvoirs de l’État central et à réorganiser l’armée. Mais on accorde également une attention soutenue à la dimension symbolique. Parmi d’autres méthodes, on s’engage ainsi à donner un parfum particulier, unique, à la neutralité. En l’occurrence, la neutralité helvétique doit servir àhumaniser la guerre23. Il ne s’agit nullement d’arrêter les conflits, puisqu’un tel objectif serait considéré comme utopique et doublement contre-productif. Mettre fin à la belligérance mondiale, en admettant que cela soit possible, réduirait d’autant ce qui semblait faire la spécificité de la Suisse, conçue comme le seul pays susceptible de donner l’exemple d’une coexistence pacifique entre ethnies ; et diminuerait ce qui paraissait garantir l’utilité, c’est-à-dire l’inviolabilité de la neutralité helvétique, à savoir l’humanitaire.

42Par ce biais, on comprend pourquoi l’idée même d’humanitaire a pu s’implanter en Suisse aux alentours de 1870 : sur un continent tiraillé d’aspirations nationalistes, le secours institutionnel aux blessés se présente à la fois comme une composante et une défense identitaires majeures. L’assistance aux victimes vient donner une touche émotionnelle et morale majeure à la construction d’un sentiment d’appartenance helvétique qui, faute de langue ou de religion communes, s’est jusqu’alors essentiellement focalisé sur le politique. En outre, la Croix-Rouge est considérée comme la garante de l’inviolabilité du territoire, puisque seule une Confédération pacifique est en mesure de remplir sa « mission » envers les blessés et les mourants sur les champs de bataille. En d’autres termes, l’universalisme de l’idéal humanitaire a pu être reconverti à des fins purement helvétiques. Ainsi, si l’œuvre du CICR a pu bénéficier du soutien de Berne, ce n’est pas en raison d’une similitude de projets mais à cause d’une convergence d’intérêts. Ce simple constat laisse encore ouverte la question de savoir pourquoi, dans ces conditions éminemment égocentriques, cet idéal de générosité a finalement ému l’ensemble de l’Europe, voire du monde – ce qui pousse à explorer les conditions internationales de sa réception.

L’humanitaire une question internationale ?

43En règle générale, la littérature ne s’interroge guère sur les motifs ayant pu pousser les pays dits civilisés à prendre des engagements limitant leurs choix et leur liberté d’action en temps de guerre. De manière implicite, elle donne à penser que l’idéal humanitaire a été internationalement loué et accepté parce qu’il était bon, dans un sens aussi moral qu’effectif du terme. Tous ces textes considèrent l’assistance aux blessés comme un signe de générosité, inscrite dans l’héritage judéo-chrétien de la plupart des grandes puissances de la fin du xixe siècle. Mieux encore, ils y voient la preuve des progrès effectués et du respect croissant des individus. Enfin, ils rejoignent souvent l’argumentation dominante des élites politiques en place avant la Première Guerre mondiale, qui affichaient une confiance absolue dans les vertus de la civilisation. Sans doute les auteurs n’en ont-ils plus une conception strictement singulière, qui évaluait les améliorations sociétales selon une aune de mesure unique. On sent toutefois que le secours aux militaires et le souci d’adoucir les conflits armés sont vus comme un trait caractéristique de sociétés particulièrement avancées, ce qui permet d’opérer une inversion significative de l’argumentation. Dès lors, ce n’est pas parce que ces pays étaient civilisés qu’ils avaient signé la Convention, mais c’est en le faisant qu’ils avaient prouvé leur degré de civilisation.

  • 24 I. Herrmann, « Humanitaire », dans O. Christin, Dictionnaire des concepts nomades en sciences socia (...)

44Mais autant ces explications touchent au sublime et sont par ailleurs très flatteuses pour la Suisse, Genève et les fondateurs du CICR, autant il apparaît maintenant qu’elles sont inexactes et partielles. D’une part, on sait que les concepteurs genevois de la Croix Rouge et leurs soutiens helvétiques obéissaient à des motivations beaucoup moins nobles que les buts officiels du mouvement pouvaient le laisser penser. D’autre part, les études lexicologiques24 montrent que l’humanitaire a été longtemps et généralement mal vu… hors de Suisse. Enfin, on se souvient que les idées des Genevois n’étaient pas spécialement nouvelles, mais qu’elles n’avaient jamais vraiment fait mouche auparavant.

45Ainsi, il faut admettre que l’« excellence » des principes prônés par la Croix-Rouge ne suffit pas à expliquer le succès qu’ils rencontrent en Europe, voire dans le reste du monde. Dès lors, on peut penser qu’à l’instar des raisons de l’intérêt helvétique, les causes de l’enthousiasme suscité par l’œuvre des Genevois peuvent se repérer à travers l’analyse du terreau dans lequel ils ont pu s’implanter et qui, en cette seconde moitié de xixe siècle, est marqué tant par le nationalisme que par le colonialisme.

  • 25 R. Brauman, « Un humanitaire désenchanté ? », conférence tenue à l’Université de Genève le 17 févri (...)

46Sans entrer dans les détails d’un thème excessivement vaste, on observe rapidement que l’humanitaire est étroitement – et même contradictoirement – associé à l’explosion des nationalismes sur le vieux continent. De fait, si l’on en croit la légende dorée de la Croix-Rouge, Henry Dunant aurait conçu son projet d’assistance universelle à la vue du spectacle de la bataille de Solférino. Or, ce combat constitue l’un des événements clés de la seconde guerre d’indépendance italienne, qui est elle-même l’un des premiers grands conflits armés déclenchés en Europe pour faire aboutir un projet national – donnant même le signal de mouvements de « renaissance » similaires en Allemagne ou sur les marges de l’Empire russe. Mais cet affrontement entre troupes autrichiennes, françaises et sardes n’est pas seulement un pas décisif dans la réunification de la botte, c’est aussi un massacre épouvantable. Le taux de victimes, on le sait, est terriblement élevé (environ 12,5 %). Mais surtout, les quelque 40000 militaires touchés, ont été tués ou grièvement blessés en une seule journée. Le spécialiste de l’humanitaire Rony Brauman estime qu’il s’agit là du bilan le plus sanglant du xixe siècle25. Le fait est que les pertes sont excessivement lourdes. Toutefois, le pourcentage atteint est bien plus bas que ceux des affrontements les plus notables de l’ère napoléonienne : à Marengo et à Eylau, la Grande Armée laisse près de 20 % de ses hommes derrière elle ; à la bataille de Leipzig et à la Moskova, plus du quart des soldats sont abandonnés.

47Ce qui a frappé, en 1859, n’était donc peut-être pas seulement le nombre de morts et d’invalides, mais également trois éléments concomitants. En premier lieu, il est indéniable que l’atrocité de Solférino a été symboliquement amplifiée par le nom du chef des troupes françaises : nul doute que Napoléon III faisait penser à son oncle et que l’on redoutait de le voir reprendre une funeste « tradition familiale ». Cette association était elle-même favorisée par un deuxième phénomène, lui aussi susceptible de conférer une résonance accrue à la bataille. Celle-ci a en effet éclaté après que le vieux continent – ou du moins sa partie occidentale – a connu près de cinquante années sans guerres internationales d’envergure. Enfin, la rapidité avec laquelle s’est produite cette véritable boucherie prouve douloureusement les progrès accomplis dans le domaine de l’armement. Il suffit désormais de quelques heures pour anéantir des bataillons entiers et cette considération ne manque pas d’affoler certains contemporains. Dès lors, le moins que l’on puisse dire est que ce Solférino a réveillé de très mauvais souvenirs et alarmé les consciences. Nationalisme ou pas, personne ne songe à voir se reproduire les carnages qui avaient scandé le début du siècle, d’autant qu’un tel recommencement impliquerait nécessairement une progression dans l’horreur.

48C’est donc avec un certain soulagement que l’on accueille l’idée de Dunant. Si elle n’est pas nouvelle, au moins le contexte de cette seconde moitié du xixe siècle lui donne-t-il une utilité voire une opportunité inimaginable. Cette coïncidence d’événements, d’émotions et de valeurs contribue à expliquer pourquoi la plupart des pays belligérants européens ont reconnu l’importance de la Croix-Rouge. En 1863, la bataille de Gettysburg, aux États-Unis, vient encore renforcer et propager cette conviction. L’affrontement fait en effet 32,4 % de victimes dans les rangs des Confédérés et montre ainsi que les craintes suscitées par le perfectionnement de l’arsenal militaire sont parfaitement justifiées. Curieusement, ce qui fera décisivement pencher la balance en faveur de la convention de Genève est la délimitation géographique de ces guerres nationalistes. Par définition, ou presque, ces conflits se produisent essentiellement entre pays, voire provinces, se considérant comme civilisés. En d’autres termes, ils se déroulent surtout sur le sol européen. Or, si cette circonstance participe du climat d’inquiétude générale, elle implique aussi qu’une partie du globe, vue comme barbare ou archaïque, est susceptible d’assister aux dissensions entre États dits avancés. Et c’est sans doute ce double élément qui explique l’abnégation des gouvernements, subitement disposés à rogner leurs prérogatives et leur souveraineté pour adhérer à des principes humanitaires. Ainsi, si leur acceptation est paradoxalement liée à l’affirmation des nationalismes, elle est plus étrangement encore encouragée par le colonialisme.

  • 26 G. Moynier, « La Croix Rouge chez les nègres », Bulletin international des Sociétés de secours aux (...)

49À l’origine, le colonialisme constitue plutôt une dimension contingente de l’humanitaire. On se rappelle que Dunant se trouvait sur le champ de bataille de Solférino pour parler de ses affaires coloniales avec l’Empereur, ce qui prouve, à tout le moins, qu’il ne voyait aucune contradiction entre son entreprise en Algérie et son appel au secours des militaires blessés. De manière plus fondamentale peut-être, Gustave Moynier menait des réflexions parallèles sur la meilleure façon d’humaniser les conflits et de civiliser l’Afrique. Et s’il affiche un scepticisme face à l’utilité de son œuvre au Congo, ce doute ne résulte pas d’une prise de conscience, établissant une antinomie fondamentale entre ces deux pans de son activité, mais bel et bien l’expression d’une déception face à la réceptivité des « nègres26 ». Que les principaux fondateurs du mouvement aient été impliqués pratiquement et intellectuellement dans le colonialisme illustre l’importance de cette idéologie et la nécessité d’évaluer, même superficiellement, son influence sur l’œuvre de la Croix Rouge – qui paraît pourtant lui être en tout point opposée. Il ne s’agit donc pas, ici, de présenter un rapide historique de la mainmise opérée par les nations se prétendant civilisées sur des continents entiers, mais de relever succinctement certains de ses phénomènes les plus significatifs.

50De nombreux auteurs estiment actuellement que le colonialisme est le méfait le plus ancien et le plus durable de tous les temps. C’est dire qu’il ne commence pas au xixe siècle, loin de là. À cette époque, les Européens s’attaquent au dernier continent qui leur résistait encore : l’Afrique. Bien entendu, l’objectif de cette conquête est pluriel. Le but premier de cet assujettissement est sans conteste économique, et les envahisseurs, tout comme leurs commanditaires, comptent profiter des ressources agricoles ou minières des contrées dont ils se sont emparés. À ces profits tangibles, les puissances peuvent ajouter des bénéfices de nature hybride, à la fois politique et symbolique. De fait, gagner des territoires immenses et lointains est une manière de démontrer son pouvoir et de prouver son savoir-faire militaire, puis de s’arroger une place de choix dans la hiérarchie des États européens.

  • 27 R. Brauman, « Mission civilisatrice, ingérence humanitaire », Le Monde diplomatique, septembre 2005

51Néanmoins, dans la plupart des cas, ces motivations intéressées et égocentriques ne sont pas exposées telles quelles au public. Il est vrai qu’elles devaient paraître évidentes et, à ce titre, ne demandaient pas forcément des explicitations. On préfère généralement les camoufler derrière des considérations plus altruistes27. Officiellement, et souvent sincèrement, les États, voire les particuliers engagés dans l’entreprise, disent vouloir civiliser les régions qu’ils ont ainsi soumises, en ouvrant les populations concernées aux bienfaits de la technique, de l’instruction occidentale et du christianisme. En un mot, une grande partie de l’Afrique est dominée au nom du progrès et de la civilisation. En accord avec cette ambition, conçue comme éminemment généreuse, la diffusion de ce noble idéal ne se fait pas uniquement par la force des armes, même si la violence et la contrainte restent une constante incontournable. On procède également par échange de biens ou à la faveur d’un incontestable impérialisme culturel. De façon plus piquante encore, les colons croient aux vertus communicatives de l’exemple. Cette conviction découle de leur vision raciste et hiérarchisée du monde : puisqu’ils représentent la partie civilisée du globe dont il faut atteindre le niveau d’avancement, celle-ci doit nécessairement servir de modèle universel.

52Dans ce cadre argumentatif, l’humanitaire occupe une place et un rôle de pivot axiologiques. Il permet tout d’abord de présenter les guerres européennes – des explosions de barbarie sans pareille –, comme étant menées de manière particulièrement progressive. Il dédouane ainsi leurs protagonistes, dont il prouve la civilisation, et les légitime dans leur volonté de « policer » le monde sauvage. On aboutit alors à une réflexion circulaire où l’humanitaire est à la fois une condition et une ambition de la colonisation. Bien entendu, ce raisonnement n’a été qu’accessoire dans la conquête de l’Afrique comme dans la promotion de l’aide aux victimes. Néanmoins, à la faveur de l’importance accordée à la notion de civilisation – au singulier –, il s’en dégage une corrélation étroite entre colonisation et humanitaire. Ce lien inscrit la Croix-Rouge dans son époque et contribue puissamment à expliquer l’engouement dont elle a immédiatement joui et dont elle bénéficiera tout au long de l’aventure coloniale. Quand les Guerres mondiales viendront freiner puis stopper cette entreprise, les pays de l’humanitaire auront intégré son action comme ses valeurs, de telle sorte qu’il continuera à prospérer, même si l’une de ses causes initiales était en passe de disparaître.

Conclusion

53L’analyse des circonstances dans lesquelles a émergé l’humanitaire moderne permet non seulement de comprendre ce phénomène comme une entreprise de son temps mais donne également un aperçu des multiples facettes qui le composent et continuent, nolens volens, de marquer les activités ultérieures de la Croix-Rouge, même si elles s’insèrent dans une réalité très différente de celle qui a occasionné la naissance puis l’implantation de cette aide institutionnalisée aux victimes des combats.

54Car l’aventure dans laquelle se lancent les cinq Genevois jouit clairement d’une conjoncture favorable, leurs ambitions et leurs actions étant en adéquation avec l’état d’esprit régnant dans les années 1860-1870. Le retour des guerres meurtrières sur le vieux continent, surtout, fait de l’entreprise une réponse prisée à la recrudescence des craintes immenses que ces combats suscitent. En outre, cette initiative s’enracine dans un substrat social particulièrement favorable, uni à la fois par un devoir de loyauté familiale et par une volonté de revanche politique, issue de la révolution radicale de 1846 à Genève. L’œuvre ainsi créée vient à point pour légitimer les dérives guerrières du nationalisme, auxquelles il ôte une partie de son parfum sulfureux et barbare. Cette opération est d’autant plus importante qu’elle permet de justifier plus aisément le colonialisme dans ses efforts de civilisation et ses prétentions corrélées d’exemplarité comme de supériorité.

55De manière sans doute paradoxale mais compréhensible, il semble que le rôle dont s’est emparé le Comité international de la Croix-Rouge ait été accepté par la majorité des États considérés comme « avancés » pour des raisons apparemment ambivalentes. D’une part, les puissances occidentales ont souscrit à la création d’un organisme désireux de limiter leurs prérogatives bellicistes, parce que ce projet émanait d’un pays neutre, peu susceptible de monter des expéditions armées contre leurs voisins immédiats ou dans le but de conquérir du territoire et des richesses dans le monde extra-européen. Mais d’autre part, le désengagement militaire de la Confédération et son incapacité à se lancer dans l’aventure coloniale n’auraient sans doute pas suffi à convaincre les signataires de la (première) Convention de Genève, si ce programme humanitaire n’avait pas été porté par des acteurs partageant leurs valeurs. Eux aussi étaient persuadés des bienfaits que le monde civilisé pouvait/devait apporter au reste de la planète. Eux aussi estimaient que les fondements de cette mission mondiale résidaient dans les convictions religieuses de ses initiateurs. Ils restaient ainsi absolument pénétrés de l’universalisme des préceptes chrétiens au nom desquels ils agissaient.

56L’inscription de la création du CICR dans son contexte historique et idéologique permet ainsi de rectifier des préjugés tenaces sur l’humanitaire. À l’origine, en dépit de sa neutralité et de son universalisme proclamés, il ne s’agit donc pas d’un idéal antinational ou anticolonial, ni pacifiste ou parfaitement laïc. L’humanitaire préconisé par les cinq Genevois est en effet un objectif inspiré d’une conception judéo-chrétienne de la civilisation. Il est d’ailleurs qualifié d’« œuvre » et exhale un parfum messianique très puissant. Mieux encore, il donne une impression d’élection, soit de supériorité et d’unicité. Reste maintenant à savoir comment une institution, fondée sur la conviction de son indépassable excellence, a pu affronter l’émergence d’autres organismes, eux aussi voués à l’aide aux victimes, et enracinés, eux aussi, dans un héritage confessionnel plus ou moins assumé.

Notes

1 François Alexis présente ainsi une exception notable à cette règle.

2 Cette historiographie « officielle » a donné lieu en particulier à cinq ouvrages : P. Boissier, Histoire du Comité international de la Croix-Rouge, De Solférino à Tsushima, Paris, Librairie Plon, 1963 ; A. Durand, Histoire du Comité international de la Croix-Rouge. De Sarajevo à Hiroshima, Genève, Institut Henry-Dunant, 1978 ; C. Rey-Schyrr, De Yalta à Dien Bien Phu. Histoire du Comité international de la Croix-Rouge, 1945-1955, Genève, CICR, Georg Éditeur, 2007 ; F. Perret et F. Bugnion, De Budapest à Saïgon. Histoire du Comité international de la Croix-Rouge, 1956-1965, Genève, CICR, Georg Éditeur, 2009. F. Blondel, De Saïgon à Hô Chi Minh-Ville : action et transformations du CICR 1966-1975, Genève, CICR, 2016.

3 D. Palmieri, « Post Tenebras Lux. New Perspectives on the Foundation of the Red Cross », dans W. U. Eckart et P. Osten, éd., Schlachtschrecken, Konventionen. Das Rote Kreuz und die Erfindung der Menschlichkeit im Kriege, Freiburg, Centaurus Verlag, 2011, p. 17-26.

4 La littérature concernant Henry Dunant est abondante. Citons, parmi les dernières publications : C. Chaponnière, Henry Dunant, la Croix d’un homme, Paris, Perrin, 2010.

5 J. Pous, Henry Dunant, l’Algérien, Genève, Grounauer, 1979.

6 Genève, Imprimerie Jules-Guillaume Fick, 1862, pour la première édition.

7 https://ihl-databases.icrc.org/dih-traites/INTRO/120?OpenDocument (30 décembre 2016).

8 G. Mützenberg, Henry Dunant, le prédestiné, Genève, Robert Estienne, 1984.

9 Le héraut de ce courant littéraire est l’écrivain Robert de Traz (1884-1951).

10 D. Palmieri, « De la persuasion à l’auto persuasion : le CICR et le droit humanitaire », Revue suisse d’histoire 61-1 (2011), Bâle, p. 55-73.

11 V. Harouel, « Les projets genevois de révision de la Convention de Genève du 22 août 1864 [1868-1898] », Revue internationale de la Croix-Rouge 834 (juin 1999), p. 365-386 ; V. Harouel, Genève – Paris, 1863-1918 : le droit humanitaire en construction, Genève, Société Henry Dunant, CICR, Croix-Rouge française, 2003.

12 Ces conférences internationales de la Croix-Rouge [plus tard, et du Croissant-Rouge] voient la participation de représentants des États ayant signé la/les Convention(s) de Genève et de représentants de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (ainsi que du Magen David Adom) dûment reconnues.

13 I. Herrmann, Genève entre république et canton. Les vicissitudes d’une intégration nationale (1814-1846), Genève et Québec, 2003, p. 333-339.

14 F. Ruchon, Histoire politique de Genève, t. II, Genève, 1953, p. 9-253.

15 C. Cotter, (S’) aider pour survivre. Humanitaire et neutralité helvétique durant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat, Université de Genève, 2016, introduction et passim.

16 Ibid.

17 Dufour est président du CICR de février 1863 à mars 1864, puis président honoraire jusqu’à son décès en 1875.

18 Archives du CICR [désormais ACICR] A PV, Séance du Comité du 9 décembre 1876. Voir également D. Üregen, Le Croissant-Rouge, outil de modernisation ou reflet d’un empire à la dérive ? Des débuts difficiles aux guerres balkaniques 1868-1913, mémoire de master, Université de Fribourg, 2010.

19 Lettre du colonel H. Ziegler au département militaire fédéral, E. Müller, de Grindelwald, 18-23 juin 1897, Documents diplomatiques suisses, vol. 4, Berne, 1994, p. 546.

20 Commission spéciale de la Société [d’utilité publique de Genève] en faveur des militaires blessés durant les guerres, séance de la Commission du 20 octobre 1863, dans Procès-verbaux des séances du Comité international de la Croix-Rouge, 1863-1914, Genève, 1999, p. 24.

21 Message du Conseil fédéral à la haute Assemblée fédérale concernant le maintien de la neutralité suisse pendant la guerre entre la France et l’Allemagne (du 8 décembre 1870), in Feuille fédérale, Berne, 1870, volume III, p. 860.

22 C. Calmes, Création et formation d’un pays. De 1815 à nos jours, Luxembourg, 1989, p. 378 et passim.

23 Cette dernière expression a d’ailleurs été forgée par un des membres fondateurs du CICR, Louis Appia.

24 I. Herrmann, « Humanitaire », dans O. Christin, Dictionnaire des concepts nomades en sciences sociales, Paris, 2010, p. 233-243.

25 R. Brauman, « Un humanitaire désenchanté ? », conférence tenue à l’Université de Genève le 17 février 2009, http://www.unige.ch/450/ conferences/grandesconferences-1/brauman.html (30 décembre 2016).

26 G. Moynier, « La Croix Rouge chez les nègres », Bulletin international des Sociétés de secours aux militaires blessés 41 (janvier 1880), p. 5-7.

27 R. Brauman, « Mission civilisatrice, ingérence humanitaire », Le Monde diplomatique, septembre 2005.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search