Version classiqueVersion mobile

L’humanitaire en questions

 | 
Irène Herrmann

Introduction

Texte intégral

Un concept et des questions

1Peu de phénomènes sont aussi prisés, analysés, commentés, critiqués ou récupérés que l’humanitaire. Un simple survol de la presse suffit pour donner un aperçu de cette popularité, le plus souvent teintée de considérations morales et de jugements positifs. L’engouement pour la chose se lit dans l’emploi pléthorique du mot. L’adjectif, substantivé ou non, sert à désigner des réalités où se profile le besoin d’organiser, voire d’institutionnaliser, une aide aux victimes. Habituellement, il qualifie des situations lointaines, dans le temps ou dans l’espace. Dans un contexte plus proche, on parlera plus volontiers de nécessité sociale. En outre, l’humanitaire s’énonce généralement du point de vue du sauveur plutôt que du secouru, et entretient ainsi un déséquilibre discursif fondamental qui range le locuteur comme son destinataire dans un même camp et l’objet de son énoncé dans un autre. Ce dernier est alors présenté comme un problème auquel les deux premiers peuvent apporter une solution.

2En d’autres termes, l’humanitaire comporte deux particularités propres à susciter l’engouement indubitable dont il jouit. Tout d’abord, il est l’expression d’un sentiment généreux, d’un souci louable pour son prochain. Ensuite, il fait appel à des qualités nobles sans chatouiller la mauvaise conscience ni réveiller un inconfortable sentiment de culpabilité. Pour toutes ces raisons, on serait même tenté de penser que la fortune actuelle du concept est aussi immémoriale que l’empathie fondamentale dont il semble être issu. En réalité, les statistiques font apparaître une situation bien différente. Dans la langue française, l’usage du mot augmente légèrement à la fin des deux guerres mondiales. Mais c’est seulement à la chute du mur de Berlin que la courbe de son emploi devient exponentielle. À l’instar de ce qui se produit dans le monde anglo-saxon, la littérature francophone du début des années 2000 résonne d’humanitaire, et témoigne d’une mode irrésistible, sans aucun équivalent antérieur.

3Derrière ce simple constat quantitatif se dessinent des questions fascinantes. De manière globale, les changements qu’il indique suggèrent non seulement des modifications narratives, mais aussi et surtout des évolutions dans la définition et la perception de ce qu’on appelle humanitaire. En d’autres termes, il trahit l’existence d’un phénomène susceptible d’évoluer dans le temps et avec lui. Dans ces conditions, on peut se demander comment s’est développée cette réalité qu’on appelle aujourd’hui l’humanitaire, quels sont les circonstances et les acteurs sociaux qui ont déterminé son émergence puis, subitement, son incroyable popularité. Mais surtout, cette historicité permet d’explorer ce qui se cache derrière l’incroyable notoriété de l’humanitaire et se poser une question sans doute inconfortable mais indispensable : les idéaux altruistes suffisent-ils à expliquer l’engouement dont jouit ce type d’assistance aux personnes souffrantes et, si non, par quels intérêts propres sont mus ceux qui la soutiennent ? Autrement dit, en quoi cette action est-elle utile non pas seulement à ceux dont elle entend soulager les maux, mais surtout à ceux qui l’ont conçue, entreprise ou louée ?

Une longue préhistoire

  • 1 A. Destexhe, L’Humanitaire impossible, ou Deux siècles d’ambiguïté, Paris, 1993.

4Pour la plupart des auteurs, l’humanitaire, en tant qu’aide institutionnalisée portée aux victimes, trouve son origine dans les réflexions engagées au sein des religions monothéistes. Alain Destexhe1, ancien collaborateur belge de l’organisation « Médecins sans frontières » souligne ainsi la place déterminante de la compassion dans le judaïsme. Tout croyant y est incité à exercer la tsedaka, soit une aumône destinée à sortir les plus nécessiteux de leur misère. L’importance accordée à ce principe peut s’expliquer par les difficultés que les communautés israélites ont rencontrées dès le iiie siècle avant notre ère. Depuis lors, l’antisémitisme, quel qu’en soit le motif spécifique, dessine les contours de cette charité obligatoire. Ces attaques haineuses rendent bien entendu la solidarité confessionnelle nécessaire. Mais elles incitent également à en limiter les récipiendaires aux seuls tenants de la foi mosaïque. En outre, comme ces derniers n’ont pas le droit d’exercer toutes les professions et sont rapidement exclus du métier des armes, ce devoir de générosité ne s’exerce qu’en faveur de ce qu’on appellerait aujourd’hui les populations civiles.

  • 2 Somme théologique (1266-1273), Ia, IIae, qu. 65, art. 2 : les vertus morales peuvent-elles exister (...)
  • 3 De Jure belli Hispanorum in barbaros, 1532.
  • 4 Tractatus de legibus ac deo legislatore, 1612.

5Paradoxalement, si cette entraide est fortement stimulée par l’antijudaïsme ambiant, elle inspire également des penseurs chrétiens. Sur ce socle moral, ils développent des observations largement influencées par l’activité des ordres et par l’évolution des conflits. Dès la fin du Moyen Âge, une partie du clergé régulier se spécialise dans la bienfaisance. Les Franciscains ou les Filles de la Charité, pour ne mentionner qu’eux, jouent un rôle social déterminant, sur lequel les dirigeants comptent pour régler une bonne partie des problèmes posés par les catégories les plus miséreuses et les plus vulnérables de leurs États. Parallèlement, les guerres médiévales occasionnent des victimes dont le spectacle semble toujours plus dérangeant. Ainsi, au xiiie siècle, les conflits apparaissent dans le chapitre que Thomas d’Aquin (1225-1274) consacre à la charité2. Quelque deux cent cinquante années plus tard, Francisco de Vitoria (1492-1546) établit des règles visant explicitement à humaniser la guerre, en plaidant pour la modération des vainqueurs et la limitation des violences inutiles3. Pour lui, il est nécessaire d’épargner les non-combattants. Ce faisant, il esquisse une distinction majeure, reprise à la Renaissance par le Jésuite Francisco Suarez (1548-1617), qui théorise cette différenciation en termes d’innocents et de coupables4.

  • 5 Éthique à Nicomaque
  • 6 Laelius de amicitia, 44 avant J.-C.
  • 7 De iure belli ac pacis, 1625.
  • 8 Le Droit des gens ou principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des Nati (...)

6La Guerre de Trente Ans, un conflit politico-religieux qui ruine durablement l’espace germanique et fait périr près du quart de la population d’Europe centrale, est l’occasion d’un approfondissement comme d’une inflexion sensible des réflexions sur l’aide à déployer en faveur des victimes des conflits armés. Quand la Réforme provoque la fermeture des couvents, les préoccupations concernant le bien-être des gens passent des ordres à l’État. En pays protestant, c’est désormais au Prince de veiller sur ses sujets les plus fragiles. Cette considération encourage une mutation majeure de la pensée humanitaire qui n’est désormais plus seulement une affaire commentée par le clergé mais intéresse toujours plus de laïcs. Sans doute ces philosophes ne sont-ils pas les premiers à s’exprimer sur un hypothétique devoir de solidarité détaché de considérations chrétiennes. Il suffit pour cela de penser aux œuvres d’Aristote5 ou de Cicéron,6 qui prônaient une telle obligation entre les hommes. C’est néanmoins au début du xviie siècle que cette nécessité morale, énoncée en dehors du cadre ecclésiastique classique, rejoint la réflexion sur les comportements à adopter durant les combats. En 1625, le juriste Hugo Grotius (1583-1645) publie le premier ouvrage sur le droit de la guerre, dans lequel il énumère les personnes qu’il convient de protéger des exactions ou, à tout le moins, de laisser en vie7. Trois catégories retiennent alors son attention : les enfants, les femmes et les ministres du culte. Plus d’un siècle après cet écrit, le penseur neuchâtelois Emer de Vattel (1714-1767) rallonge notablement cette liste en lui ajoutant les malades, les infirmes, les vieux et les militaires faits prisonniers8.

7Les expériences épouvantables accumulées entre 1618 et 1848 n’influencent pas seulement les théoriciens mais également les pratiques. Car les souverains ont aussi compris qu’ils avaient tout à perdre dans des conflits illimités, où des contrées, des populations et des armées entières sont saccagées. Après ce bain de sang, on voit donc émerger des codes qui régulent la conduite des belligérants durant les batailles. Ces accords sont le plus souvent bilatéraux et ponctuels. Il n’empêche, ils tendent à limiter les souffrances infligées aux civils. Ils fixent aussi le comportement à adopter envers les combattants. Il s’agit alors moins de montrer sa magnanimité que son sens de l’économie : des pays ravagés rapportent finalement peu à celui qui les a conquis ; et former des hommes au métier des armes revient vite très cher, de telle sorte que la vie d’un soldat peut être considérée comme un bien précieux qu’il convient de ne pas dilapider en vain.

8Dans ce cadre, la Révolution française, ses idéaux comme ses moyens de défense changent considérablement la donne. Tout d’abord, la laïcité affirmée du régime et sa volonté de renouveau achèvent de détruire les structures d’entraide traditionnelles, sans que l’interdiction des ordres soit compensée par l’installation d’organismes susceptibles d’en reprendre les tâches caritatives. Ensuite, les techniques mises en place pour défendre les acquis de la jeune République, et plus particulièrement le système de la conscription, entraînent une dégradation nette dans le domaine de l’assistance aux victimes. De fait, les armées puisent désormais dans un vivier humain pratiquement infini. Les hommes perdent alors de leur valeur, puisqu’il est moins cher de les remplacer que de les soigner. Sur les champs de batailles napoléoniens, on compte davantage de vétérinaires que de médecins. Sans surprise, la mortalité y est effarante. Le quart des participants à la bataille de Leipzig, en octobre 1813, est soit tué, soit blessé.

  • 9 D. Barau, La cause des Grecs : une histoire du mouvement philhellène (1821-1829), Paris, 2009.

9Là encore, les contemporains réagissent. On assiste alors à l’« invention » d’une diplomatie multilatérale fondée sur un équilibre plus ou moins précaire et parfaitement inéquitable des forces en présence sur le continent européen. Par le biais de rencontres et de discussions régulières, on tente de prévenir l’éclatement de conflits armés ou, à tout le moins, d’en accélérer l’issue. La guerre, en tant que telle, n’est ni interdite ni bridée par des lois au contenu humanitaire. De fait, plusieurs régions du vieux continent sont le théâtre de violents combats, que des particuliers s’efforcent d’adoucir par des mesures diversement improvisées et ponctuelles. Les conflits sanglants qui ponctuent l’indépendance de la Grèce stimulent dans l’Europe chrétienne des années 1820 une ferveur politico-religieuse vibrante, qui se concrétise en une série d’initiatives caritatives destinées à venir en aide aux populations hellènes9. Après la révolte de la Pologne, en 1830, des comités de secours se mettent place pour soutenir les insurgés catholiques contre le tsar. Dans l’ensemble, il s’agit d’œuvres privées, constituées à cette occasion pour défendre une cause et pallier le manque de structures d’assistance institutionnalisées.

Les mythes des origines

10Pour que cette lacune soit considérée comme telle et pour que divers acteurs sociaux s’interrogent sur la nécessité de créer des organismes officiellement destinés à soulager les soldats, il faudra attendre encore une vingtaine d’années et le déclenchement d’un conflit majeur : la guerre de Crimée. Entre 1854 et 1856, elle fait intervenir de nombreux protagonistes réunis dans deux camps opposés. D’un côté, on trouve l’Empire russe, soit la plus grande puissance continentale de l’époque, et de l’autre, la Sublime Porte qui, soutenue par une coalition formée par la France, le Piémont-Sardaigne et le Royaume-Uni l’emporte au bout d’une trentaine de mois particulièrement éprouvants. Sans doute les progrès accomplis dans l’armement sont-ils parfois à l’origine du caractère dévastateur des affrontements, mais la mortalité très élevée de ce conflit est surtout due à la maladie, au froid, à la faim ou aux épouvantables conditions d’hygiène régnant dans les armées, plutôt qu’aux blessures elles-mêmes. Or, cette situation est largement connue du public occidental. En effet, l’amélioration des transmissions a favorisé la diffusion des informations, et le lectorat français ou anglais est abreuvé de dépêches, voire de véritables reportages, qui dénoncent avec véhémence l’incurie des autorités militaires et les souffrances inutiles des soldats. En outre, l’évolution des techniques fait de cette guerre le premier conflit à être photographié, ce qui ne manque pas de frapper les esprits. Enfin, la multiplicité des acteurs impliqués a clairement favorisé le bouillonnement des idées.

11Toutes ces raisons contribuent à expliquer pourquoi on assiste alors à l’émergence d’une pensée qu’on peut qualifier de « proto-humanitaire », soit une réflexion centrée sur la nécessité de structurer durablement les soins prodigués aux blessés au nom de principes charitables. À moins que l’idée n’ait été « dans l’air » et que la guerre de Crimée n’ait été l’occasion bien plus que la cause de son expression. De fait, cette pensée n’apparaît pas seulement chez les Britanniques, qui jouissaient d’une presse relativement libre, d’une technologie avancée et d’une véritable opinion publique, mais aussi chez les Russes, qui ne disposaient d’aucun de ces atouts-là. Dès lors, on peut également estimer que les circonstances tragiques de Crimée se sont additionnées à d’autres phénomènes plus généraux, tels qu’un changement de génération, voire une importance accrue accordée à l’individu et/ou aux responsabilités étatiques, pour déboucher sur une préoccupation similaire quoique distincte pour le sort des militaires souffrants.

  • 10 M. Bostridge, Florence Nightingale The woman and her legend, Londres, 2009.

12Classiquement, on estime que l’impulsion première vient de Florence Nightingale (1820-1910)10, une infirmière issue de la haute société anglaise, scandalisée par ce qu’elle apprend des conditions d’existence régnant au sein des troupes de Sa Majesté. Les dépêches font état non seulement d’une morbidité et d’une mortalité alarmantes parmi les régiments britanniques, mais insistent également sur la supériorité des services sanitaires engagés dans l’armée française. Fin 1854, la jeune femme décide d’organiser des escadrons de soignantes, chargées de soulager ses compatriotes, victimes des combats et surtout des maladies. Même si le travail de ces quelque quarante volontaires n’est pas immédiatement couronné de succès, il constitue une expérience riche en enseignements. Cette expédition démontre l’importance déterminante des conditions d’hygiène dans le taux de survie des soldats. Elle prouve aussi l’utilité d’une amélioration notable et officielle des organismes de santé. Accueillie en véritable héroïne à son retour, en 1857, Florence Nightingale sera impliquée dans la création d’une formation infirmière digne de ce nom et dans l’établissement d’une Commission royale pour la santé dans l’armée qui veille, notamment, à parfaire la préparation des médecins militaires.

  • 11 http://mj.rusk.ru/show.php?idar=801320 (30 décembre 2016).
  • 12 N. I. Pirogov, Sevastopol’skiya pis’ma 1854-1855, Saint-Pétersbourg, M. Merkushev, 1907 ; Lev Trots (...)

13Les autorités russes se lancent, elles aussi, dans une entreprise comparable. En raison d’une censure féroce et d’un système social strictement hiérarchisé, l’initiative revient à un membre de la famille impériale : la belle-sœur du tsar et grande-duchesse Elena Pavlovna (1807- 1873)11. En novembre 1854, cette dernière fonde les Sœurs de l’Exaltation de la Croix. Il s’agit d’une communauté composée de plusieurs dizaines de soignantes envoyées en Crimée et placées sous le contrôle du docteur Nikolaï Pirogov (1810-1881), un chirurgien de renom12. Pendant le conflit, ces femmes se dévouent au chevet non seulement des victimes de leur propre camp mais également des soldats ennemis, pour peu que ceux-ci acceptent d’embrasser la foi orthodoxe. Sur cette base, les chercheurs russes tendent à affirmer l’antériorité du projet de secours mis en place par la maison Romanov, et partant, revendiquent la paternité – ou doit-on dire la maternité ? – de l’humanitaire moderne ; une prérogative qui leur est disputée par les auteurs anglo-saxons qui estiment que la princesse s’est contentée d’imiter Florence Nightingale.

  • 13 I. Ross, Angel of the Battlefield : The Life of Clara Barton, New York, 1956.

14Cette dispute académique n’éclaire pas vraiment les conditions dans lesquelles est apparue cette forme particulière d’aide aux militaires invalides. En revanche, elle trahit au moins trois phénomènes hautement révélateurs. Tout d’abord, elle confirme la fortune actuelle du concept humanitaire, tant il est vrai que seul l’échec est orphelin, personne ne songeant à s’attribuer une invention considérée comme inutile ou néfaste. Ensuite, elle suggère une association symbolique claire entre humanitaire et vertus féminines. Dans ces deux pays, les figures fondatrices sont des dames, tout comme aux États-Unis où la naissance de ce mouvement est officiellement due à Clara Barton (1821- 1912), qui s’impliqua dans la Guerre de Sécession avant de devenir la fondatrice de la Croix Rouge américaine13. Enfin, et de manière plus significative encore, cette controverse ex post montre le besoin de trouver une origine claire, soit un point de départ, à un phénomène dont on établit ainsi la nouveauté.

15Dans ce cadre, on peut reconnaître la préséance russe. L’intervention anglaise représentait sans doute une avancée notable par rapport aux pratiques courantes du xixe siècle. Mais elle n’était pas totalement inédite et son spectre d’action se limitait, pour l’essentiel, à des soins prodigués par des ressortissant(e) s d’une puissance à leurs compatriotes. À cet égard, l’initiative d’Elena Pavlovna allait plus loin, puisque les secours n’étaient pas uniquement destinés aux seuls sujets de l’Empire mais aux souffrants, sans distinction admise de nationalité. On se souvient, en revanche, que l’assistance répondait à des considérations religieuses qui, bien souvent, ont passablement réduit le spectre des victimes susceptibles d’en profiter. En d’autres termes, si les actions menées au début des années 1850 peuvent être considérées comme le commencement de l’humanitaire moderne, elles ne possèdent que peu de ses principes typiques. Que ce soit en pratique ou même en théorie, elles ne se veulent pas neutres et universellement admises – raison pour laquelle une majorité de travaux attribuent cette naissance aux hommes qui, moins de dix ans plus tard, furent à l’origine de la Croix-Rouge.

La Croix-Rouge comme fondement

  • 14 J. F. Hutchinson, Champions of Charity : War and the Rise of the Red Cross, Boulder, 1996 ; C. Moor (...)

16Tout ouvrage sur l’évolution de l’humanitaire moderne comporte au moins quelques paragraphes sur l’œuvre pionnière de la Croix-Rouge. Parfois, l’organisation est simplement évoquée dans une longue généalogie plus ou moins téléologique qui voit l’histoire comme une addition de progrès devant nécessairement amener à la situation en question. L’ancienneté de l’institution et ses apports sont alors rapidement mentionnés comme un héritage louable mais dépassé. Cette façon de faire caractérise nombre d’études concentrées sur les développements intervenus dans l’aide internationale après la chute du mur de Berlin. Reste qu’en général la place accordée à cette institution est bien plus importante14. D’une part, il s’agit d’une structure encore très active et dont il est par conséquent nécessaire de tenir compte. D’autre part et surtout, elle est en effet la première à avoir tenté de réguler l’aide aux militaires blessés sur une base non seulement multilatérale et circonstancielle mais universelle et pérenne.

  • 15 A. François, Le berceau de la Croix-Rouge, Genève, Paris, 1918.

17En vertu du même tropisme national que celui dont sont affectés les chercheurs anglais ou russes, qui revendiquent sincèrement la paternité de l’humanitaire moderne, le rôle fondateur de la Croix-Rouge est essentiellement reconnu, analysé voire forgé par les commentateurs suisses15. Afin de donner plus de légitimité à leur propos, ils soulignent l’importance cruciale des notions qui n’apparaissent pas avant sa création. Bien entendu, cette manière de voir les choses est biaisée. Mais au-delà de son chauvinisme sous-jacent, elle n’est pas totalement dénuée de pertinence, ce qui explique d’ailleurs pourquoi cette version est généralement reconnue et acceptée. De fait, même si les objectifs de ses instaurateurs étaient limités, ils contenaient en germe tous les éléments distinctifs de cette aide spécifique aux victimes.

18Initialement, les créateurs de la Croix-Rouge voulaient « simplement » que les États dits civilisés s’accordent pour soigner les militaires blessés sur le champ de bataille. Toutefois, ce désir recelait au moins quatre nécessités (et potentialités) étonnantes, qui sont encore les signes distinctifs du phénomène aujourd’hui. En premier lieu, l’aide ainsi programmée se voulait institutionnalisée, bien loin des impulsions ad hoc qui avaient prévalu jusque-là. Ensuite, ses promoteurs entendaient qu’elle soit neutre et fasse fi des préférences nationales ou confessionnelles, telles qu’elles avaient pu se manifester pendant la guerre de Crimée. Par voie de conséquence, il convenait également qu’elle soit impartiale et soit donc répartie équitablement entre les belligérants. En revanche et enfin, pour éviter de transformer l’assistance en ingérence, les secours seraient ponctuels.

  • 16 A. Vallaeys, Médecins Sans Frontières, la biographie, Paris, 2004.

19Autrement dit, si les buts premiers de la Croix-Rouge s’inscrivent clairement dans le prolongement d’une préhistoire humanitaire millénaire et se fondent tout aussi évidemment sur les expériences d’assistance faites en Crimée, ils permettent l’ouverture d’un champ d’action et de réflexion qui est celui de l’humanitaire moderne. Ainsi, tout en étant fortement imprégnés par leur contexte d’élaboration, ils contiennent en germe l’essence des évolutions futures et, à leur manière, sont compatibles avec les déclinaisons ultérieures du phénomène. Sans aucun doute, l’œuvre de la Croix-Rouge est typique d’un humanitaire « à la suisse » qu’elle a puissamment contribué à forger, mais elle n’est pas inconciliable avec une compréhensible multiplication des organismes de secours pendant les guerres mondiales. Elle ne s’oppose pas non plus aux deux évolutions marquantes de la seconde moitié du xxe siècle. Elle n’est ainsi pas incompatible avec une phase plus française inaugurée au tournant des années 1960 et 1970, et symbolisée par l’action de Médecins sans Frontières16. De même, elle permet de comprendre les mutations qui mèneront à l’humanitaire américain, tel qu’il s’est déployé après l’effondrement de l’Union soviétique. Dès lors, cette modernité et cette plasticité, jointes à une étonnante précocité et à une appréciable longévité, font de la Croix-Rouge une institution captivante. Mieux encore, elles transforment cette structure caritative en véritable terrain d’exploration sur lequel il est loisible de fonder une recherche visant à explorer le développement et les limites aussi bien pratiques que morales de l’humanitaire moderne.

20Pour toutes ces raisons, on peut estimer que la Croix-Rouge constitue un bon terrain d’investigation principal pour saisir les ambiguïtés de l’humanitaire tout au long de son histoire récente. Mieux encore, à la faveur de l’ancienneté du mouvement, on est en mesure d’adresser une question spécifique à chaque période envisagée. Tout d’abord, et très classiquement, on est en droit de se demander pourquoi, dans quel contexte idéologique, social et politique, cette conception éminemment moderne a vu le jour, et surtout, quelles circonstances particulières, quels intérêts ont contribué à assurer sa survie jusqu’à nos jours. Pour ce faire, il s’agira essentiellement de suivre les ambitions et les réalisations des fondateurs de la Croix-Rouge, en une enquête allant des années 1860 à la Grande Guerre. Dans un deuxième temps, on s’interrogera sur les intentions sous-jacentes à l’humanitaire, ou plus précisément, sur les objectifs qu’on tente d’atteindre par-delà l’humanitaire. Pour ce faire, on s’arrêtera sur les années qui suivent immédiatement la « Der des ders », durant lesquelles la Croix-Rouge a vu l’émergence d’autres institutions caritatives supposément universelles témoignant des convoitises intrigantes que suscite l’organisation des secours à l’échelle mondiale. La Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement, les horreurs de la Shoah offriront l’occasion de se pencher sur le problème fondamental et récurrent des bornes de l’humanitaire, que celles-ci soient pratiques ou éthiques. Enfin, dans un chapitre conclusif, on élargira le propos en explorant la dimension hautement morale du phénomène. Paradoxalement, celle-ci représente à la fois l’une de ses entraves les plus importantes mais aussi la principale cause de l’engouement extraordinaire dont l’humanitaire jouit aujourd’hui et qui, par sa démesure, est à l’origine des questions traitées au cours des pages suivantes.

Notes

1 A. Destexhe, L’Humanitaire impossible, ou Deux siècles d’ambiguïté, Paris, 1993.

2 Somme théologique (1266-1273), Ia, IIae, qu. 65, art. 2 : les vertus morales peuvent-elles exister sans la charité ?

3 De Jure belli Hispanorum in barbaros, 1532.

4 Tractatus de legibus ac deo legislatore, 1612.

5 Éthique à Nicomaque

6 Laelius de amicitia, 44 avant J.-C.

7 De iure belli ac pacis, 1625.

8 Le Droit des gens ou principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des Nations et des Souverains, 1758.

9 D. Barau, La cause des Grecs : une histoire du mouvement philhellène (1821-1829), Paris, 2009.

10 M. Bostridge, Florence Nightingale The woman and her legend, Londres, 2009.

11 http://mj.rusk.ru/show.php?idar=801320 (30 décembre 2016).

12 N. I. Pirogov, Sevastopol’skiya pis’ma 1854-1855, Saint-Pétersbourg, M. Merkushev, 1907 ; Lev Trotsky, Sochineniya, seriya II… tom VIII, Politicheskie siluety : N. I. Pirogov, consultable sur Internet à l’adresse : http://www.magister.msk.ru/library/trotsky/trotm203.htm (30 décembre 2016).

13 I. Ross, Angel of the Battlefield : The Life of Clara Barton, New York, 1956.

14 J. F. Hutchinson, Champions of Charity : War and the Rise of the Red Cross, Boulder, 1996 ; C. Moorehead, Dunant’s dream. War, Switzerland and the history of the Red Cross, Londres, 1999.

15 A. François, Le berceau de la Croix-Rouge, Genève, Paris, 1918.

16 A. Vallaeys, Médecins Sans Frontières, la biographie, Paris, 2004.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search