Version classiqueVersion mobile

L’humanitaire en questions

 | 
Irène Herrmann

Avant-propos

Valentine Zuber

Texte intégral

1Apparue à la fin du xixe siècle à Genève, dans le milieu socialement restreint de la haute bourgeoisie calviniste de cette petite cité suisse, l’exigence portée par le souci humanitaire a rapidement dépassé le simple souci de charité chrétienne envers les personnes souffrantes. Le devoir d’humanité vis-à-vis des hommes et des femmes victimes des guerres et de l’injustice sociale a connu un succès grandissant tout au long du xxe siècle. Il s’est progressivement mué en une valeur planétaire en ce début de xxie siècle, corollaire obligé de toute la politique internationale de défense des droits de l’homme, urbi et orbi. Porté résolument par le Comité international de la Croix-Rouge à son tout début, son succès s’illustre actuellement dans sa postérité, à savoir le foisonnement innombrable des ONG dont il est devenu de même la vocation première. Ces organisations relèvent désormais de toutes les obédiences – qu’elles soient religieuses ou laïques – et se développent dans toutes les parties du monde, dans tous les États et toutes les sociétés sans exception. Issu de la matrice chrétienne protestante, le domaine de l’humanitaire s’est finalement profondément sécularisé, mué en valeur morale universelle, portée à la fois par des individus, des associations ou certains États qui en ont même parfois fait l’un de leurs outils diplomatiques privilégiés.

2Face à ce phénomène mondial, il est apparu tout d’abord nécessaire à l’historienne qu’est Irène Herrmann d’en retracer à la fois la genèse théologique et philosophique et les raisons profondes de son succès planétaire. Mais l’apport principal de cet ouvrage est surtout constitué par sa posture à la fois compréhensive et sainement critique vis-à-vis de ce phénomène contemporain si massif. Il s’agit en effet pour l’auteure de questionner cette aura actuelle, cette véritable sacralisation civile du concept d’humanitaire du fait d’une appréciation unanimement positive et consensuelle. Le problème essentiel ainsi posé est de savoir comment continuer à penser l’humanitaire aujourd’hui dans la réflexion politique, si l’on prend aussi en compte ses quelques échecs historiques avérés, son horizon toujours incertain et ses apories idéologiques trop souvent masquées par ses acteurs mêmes. C’est à ce travail de relecture essentiel et séminal qu’Irène Herrmann nous conduit aujourd’hui. Loin de tout relativisme, il met en lumière les ressorts cachés de l’humanitaire, qui en font à la fois sa grandeur et sa dimension si humaine.

3La fondation de la Croix-Rouge énonce les trois principes majeurs de la pensée humanitaire : l’aide humanitaire, pour être réellement efficace, doit être institutionnalisée, s’accomplir en toute neutralité et impartialité et enfin rester essentiellement limitée dans le temps. L’énonciation de ces principes, et leur progressive application, a ainsi permis le passage d’une pensée proto-humanitaire à ce qu’est devenue finalement la pensée humanitaire actuelle.

4L’ouvrage d’Irène Herrmann obéit à l’économie suivante, structurée autour de quatre questionnements qui paraissent essentiels. Le premier s’attache à définir le contexte historique, idéologique, politique et social qui a permis l’éclosion de ce concept et de son application jusqu’à nos jours. Le deuxième interroge les objectifs, souvent inavoués, des acteurs historiques de l’humanitaire qui avaient parfois bien d’autres motivations à leur action que le seul souci humanitaire. Le troisième revient sur les limites posées à leur action par les acteurs eux-mêmes, face à leur impuissance structurelle ou ponctuelle à résoudre certaines crises. Enfin la dernière question, la plus théorique en même temps que la plus novatrice, s’intéresse à la dimension proprement morale de l’humanitaire qui peut constituer, l’auteure le prouve de manière magistrale, un obscurcissement et un frein à la réalisation de son projet initial à prétention bienfaisante et universaliste.

5 Le travail d’Irène Herrmann permet donc de revenir sur une nouvelle histoire de l’humanitaire, via l’exemple particulier du développement centenaire du CICR. Celle-ci, encore trop souvent suisso-centrée, était jusque-là de nature plus téléologique que réellement objective. Jusqu’à l’ouverture en 1996 des archives du CICR, elle se résumait souvent à une histoire de type hagiographique, esquivant les remises en cause et constituant un plaidoyer pro domo. L’auteure, qui a entrepris de déchiffrer ces nouvelles sources documentaires, s’est donc attachée à en retracer l’histoire très contemporaine après avoir passé au crible de la critique universitaire, celle, particulièrement mythifiée, des temps héroïques.

6Ce travail commence tout naturellement par une étude des milieux socio-religieux dans lesquels s’inscrivent les débuts de la Croix Rouge, revient sur le contexte national de sa création, et sur ses premiers effets à l’international. L’auteure met en évidence le rôle déterminant joué par le protestantisme de l’oligarchie genevoise. Elle montre que le succès de cette entreprise est également dû à l’appui politiquement intéressé des autorités politiques helvétiques elles-mêmes. Celles-ci y voyaient une manière d’illustrer – et de justifier à la fois – le principe de neutralité diplomatique (depuis 1815) et la pratique traditionnelle du droit d’asile.

7Même si ce soutien affiché n’a pas été exempt de conflits récurrents entre le Comité et le Conseil fédéral, il reste extrêmement fort et montre les liens entre cette forme d’humanitaire et le nationalisme ambiant. Mieux encore, l’aide ainsi institutionnalisée n’est pas contraire à l’expansion d’un colonialisme plus brutal que civilisateur. L’auteure montre ainsi que les fondateurs de l’humanitaire ne contestaient aucunement le bien-fondé de l’œuvre colonisatrice dont ils exaltaient l’épopée civilisatrice. La politique humanitaire qu’ils préconisaient était à la fois la condition et l’ambition de leur vision de la colonisation. Elle en déduit que l’idéal humanitaire n’était alors, en dépit de sa neutralité et de son universalisme autoproclamé, ni antinational ou anticolonial, ni pacifiste, ni laïc.

8 L’auteure revient sur les conflits qui se sont noués entre le CICR et les autres entreprises humanitaires, et sur la réalité des réalisations et de la pratique humanitaire du CICR lors de l’épisode majeur de la Seconde Guerre mondiale. De redoutables défis ont été opposés à cette action, en raison de l’instrumentalisation politique et de l’arbitraire étatique qui se sont exprimés dans la conduite de cette guerre. Cette dernière a été le révélateur d’une réelle impuissance du CICR à remplir sa mission, qui s’est particulièrement illustrée par son ambivalence – et son silence – vis-à-vis du phénomène inédit de la Shoah. À l’accusation d’antisémitisme porté par Lanzmann qui pointe les raisons de la faillite de l’humanitaire, Irène Herrmann apporte une analyse plus nuancée. L’antijudaïsme des membres du Comité était plus un marqueur social, comme sa méfiance ancestrale vis-à-vis des catholiques. Il était par ailleurs, plutôt de type politique (axé sur la peur du complot judéo-communiste) que spécifiquement racial.

9Le concept d’humanitaire est-il « magnétique » ? Irène Herrmann, dans cet ouvrage original au développement aussi essentiel qu’inédit, se pose cette belle et intrigante question en présentant de manière brillante les enjeux et les risques encourus par le chercheur en sciences humaines et sociales lorsqu’il s’attache à prendre pour objet d’étude un sujet particulièrement « chaud », faisant vibrer la corde sensible des contemporains. L’auteure montre ainsi l’inconfort majeur de la posture du chercheur dans ce type de situation et les limites qu’il ne peut se permettre de franchir, s’il veut rester audible et surtout convaincant. L’étude académique distanciée d’un concept magnétique aussi puissant que celui d’humanitaire, en raison de sa charge morale si unanimement positive, marque les limites de la neutralité axiologique préalablement exigée.

10L’auteure conclut son bel opus en relisant l’histoire plus contemporaine du CICR et de l’action humanitaire au niveau mondial. Le CICR paraît désormais plus indépendant et comme une singulière et essentielle partie prenante de la réaffirmation du droit international. Mais elle note aussi que son impartialité toujours affichée continue à irriter, tant dans la sphère politique qu’associative. Ce qui explique selon elle l’éclosion d’une multitude de mouvements plus militants et spécialisés. Dans un contexte international marqué par la décolonisation et l’arrivée sur le marché du travail de nombreux médecins inemployés, les mouvements de militance politique ont trouvé dans l’humanitaire des exutoires bienvenus. Cela ne contribue pas à l’éclaircissement de la notion tant les brouillages entre action proprement humanitaire, aide au développement, intervention étatique et militaire se sont intensifiés, dans les discours et dans les actes des uns et des autres.

11Une étude lexicale montre enfin une inflation étonnante dans l’usage de la notion à partir des années 1980. Pour la comprendre, l’auteure utilise, par analogie, la théorie portée par Koselleck des « concepts polémiques ». Procédant à une analyse de la fortune du terme même d’humanitaire dans le temps et l’espace, elle montre que l’idéologie contribue singulièrement à organiser la hiérarchie des valeurs d’une époque considérée. Les concepts magnétiques ne sont donc pas pour Irène Herrmann des catégories absolues mais, au contraire, toujours relatives, dans l’espace et dans le temps. Cette relativité est pourtant masquée par leur instrumentalisation politique et médiatique toujours plus grande. La charge morale dont ils sont porteurs finit par contaminer les discours politiques, mais aussi les recherches en sciences humaines.

12La mise en veilleuse tactique de l’aspect intéressé d’une démarche particulière au profit de son exaltation en tant que manifestation ultime du Bien brouille le propos. L’humanitaire rassure et, lorsqu’on le prône, on se sent forcément du bon côté. Pour l’Occident, après l’œuvre « civilisatrice », il s’agit peut-être, en mettant l’emphase sur le bénéfice de l’action humanitaire, de se racheter des méfaits de la colonisation. Il y a donc bien un aspect proprement rédemptionnel de ce concept qui en explique son incroyable succès actuel, face à un double sentiment occidental de culpabilité et de déclassement. Cet aspect intéressé propre à toute action ne devrait pourtant pas invalider le concept même et son contenu. L’intéressement reste l’un des moteurs les plus puissants de l’action. L’auteure en appelle finalement à plus de transparence et de sincérité dans la revendication humanitaire, car, selon elle, il y a fatalement une complémentarité efficace et fructueuse entre souci humanitaire et égoïsme raisonnable.

© Publications de l’École Pratique des Hautes Études, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search