Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mises en guerre de l'État

 | 
Sylvain Berstchy
, 
Philippe Salson

Contre-point. Transnationalités

Première mondialisation, internationalisme gouvernemental et champ du pouvoir transnational

Blaise Wilfert-Portal

Texte intégral

  • 1 Voir l’introduction du présent ouvrage.
  • 2 Voir notamment C. Tilly, Contrainte et capital dans la formation de lEurope : 990-1990, Paris, Aub (...)
  • 3 C’est la formule utilisée par Charles Maier pour le titre de son chapitre dans A World Connecting, (...)

1Les États, que nous avons définis en introduction comme l’ensemble des offices attachés aux pouvoirs exécutifs et leur capacité à mobiliser des ressources pour mettre en œuvre leurs décisions et assurer leur survie, leur pérennisation ou leur croissance1, n’avaient jamais été aussi puissants, en 1914, pour ce qui concerne le monde atlantique. La deuxième décennie du xxe siècle hérite en cela d’au moins cinquante années de montée en puissance des institutions étatiques. Entre la première moitié du xviie et le début du xixe siècle était née une forme d’État fondée pour l’essentiel sur l’essor de son appareil militaro-fiscal et dont le développement était lié de manière circulaire avec la guerre, intérieure et extérieure, et la conquête impériale2 – le « Léviathan 1.0 ». Après un reflux causé par la révolution libérale anglaise et française et à la période de paix inaugurée par le congrès de Vienne, les structures étatiques ont connu un nouvel essor à partir de la seconde moitié du xixe siècle, appuyé sur la « nationalisation » des sociétés nord-atlantiques – le « Léviathan 2.0 »3 – et, à travers l’exportation impériale et coloniale de leurs dynamiques démographique, économique et politique, d’une large partie du monde, même si très souvent cette étatisation s’avérait à court terme fatale pour les régimes politiques des pays entraînés dans cette révolution des formes de la domination.

  • 4 Il s’agit de Léon Daudet, dans son livre La guerre totale, Paris, Nouvelle librairie nationale, 191 (...)
  • 5 Voir notamment D. Bell, The First Total War : Napoleon’s Europe and the Birth of Modern Warfare, Lo (...)

2L’introduction de ce volume a déjà souligné que bien des historiographies nationales interprètent la Grande Guerre comme un choc des États nationaux, voire comme le degré ultime de cette nationalisation. Qu’il s’agisse d’histoire culturelle ou d’histoire sociale, la transformation de l’État libéral en État « national » au cours du second xixe siècle a été proposée comme une médiation décisive pour penser la Grande Guerre et tout particulièrement, bien sûr, les conditions de la mise en guerre de l’État. Dans une certaine mesure, cette logique pouvait être poussée plus loin, pour rendre compte de ce qu’on a pu appeler « l’État total ». L’intensification massive de l’effort de guerre dans certains pays, à partir de 1917 notamment, mais plus encore peut-être l’intensification de la propagande guerrière dans le contexte de la lutte contre l’hypothèse d’une solution pacifiste, venue de l’intérieur même des sociétés politiques des différents États engagés, a fait apparaître le syntagme de « guerre totale »4, repris ensuite par nombre d’historiens après des publicistes renommés5.

  • 6 Voir notamment J.-L. Robert, J. Winter éd., Capital Cities at War : Paris, London, Berlin, 1914-191 (...)
  • 7 Hagen Schulze évoque ainsi la période de la guerre de trente ans du xxe siècle, de 1914 à 1945, com (...)

3La Grande Guerre devient, selon cette lecture, l’occasion d’une forme de passage à la limite des logiques de l’État national, l’état d’exception permettant de réduire tendanciellement à néant les résistances individuelles et collectives à l’étatisation, pendant lequel toutes les activités civiles seraient susceptibles d’être contrôlées, orientées et mobilisées en fonction des logiques de l’effort de guerre, et donc des nécessités de la survie de l’État et de ses objectifs de puissance ; pendant lequel toutes les mobilités, toutes les circulations – très intenses dès les premières heures du conflit – sont hiérarchisées en faveur de celles qui profitent à l’État en guerre. Certaines sont purement interdites (comme le commerce ou les circulations de personnes d’ordre privé ou professionnel entre belligérants), d’autres sont orientées vers l’effort militaire, ou organisées pour articuler les logiques privées de la société industrielle et commerciale avec les impératifs de la guerre (comme les approvisionnements des armées ou des grandes agglomérations)6. Le conflit, par les formes de mise en guerre qu’il a imposées aux États belligérants, représenterait le moment d’une expérimentation logique, inscrite dans la nature même de l’État national comme l’un de ses développements possibles, de maximisation de l’État7, qui constituerait l’origine de l’État totalitaire fasciste, cette tentative de réaliser enfin réellement l’État national intégral.

  • 8 Notamment C. Charle, La crise des sociétés impériales : Allemagne, France, Grande-Bretagne, 1900-19 (...)
  • 9 C’est le cas de C. A. Bayly, La naissance du monde moderne, 1780-1914 [2004], Paris, Éditions ouvri (...)
  • 10 C. A. Bayly, La naissance du monde moderne, ouvr. cité ; C. Charle, La crise des sociétés impériale (...)

4Le conflit est alors présenté comme le produit de la rencontre brutale des dynamiques de nationalisation des différents États, par l’effet desquelles des trajectoires historiques de plus en plus nationalisées et dissonantes8 se téléscoperaient en un affrontement brutal, qui achève à son tour d’accomplir la nationalisation des sociétés européennes (notamment en précipitant la chute des empires plurinationaux, mais aussi en radicalisant les nationalisations engagées dans les États-nations) et accélère la nationalisation du reste du monde. C’est une perspective forte, solidement articulée, et qui anime quelques-unes des meilleures synthèses des dix ou quinze dernières années portant sur l’histoire de cette période, et notamment sur l’histoire de l’État9. Elle correspond particulièrement bien à la structure sociale de la science historique : le renouveau des études sur l’État national et sur la nationalisation, à partir des années 1980, s’est adéquatement moulé dans le cadre très nationalisé des communautés historiennes, chacune produisant la version locale d’une vague historiographique de grande ampleur, alors que quelques synthèses ou essais de comparaison particulièrement courageux proposaient une articulation de ces dynamiques nationales autocentrées, qui, à tout prendre, en confirmaient l’autonomie et l’individualisation10. La réflexion sur l’État en guerre, dans la continuité de cette organisation tubulaire du récit historique, devait tendre, inévitablement, à se placer dans ce cadre national a priori : chaque État belligérant se trouvait donc mis en péril par la nécessité de mobiliser des ressources à un niveau incomparable jusqu’alors, et se devait d’inventer des solutions ad hoc, parfois marquées du sceau du bricolage, de l’improvisation, mais toujours liées aux logiques internes des champs nationaux du pouvoir à l’intérieur desquels les États se trouvaient enchâssés.

  • 11 Pour une synthèse commode et affûtée, voir A. Caillé, S. Dufoix éd., Le tournant global des science (...)

5La difficulté majeure de cette interprétation, toutefois, est qu’elle ne permet pas d’intégrer vingt années de production historiographique récente, liée d’une manière ou d’une autre à ce qu’on a pu appeler un « tournant global » des sciences sociales11, et qui a contribué à compléter, nuancer, voire remettre en cause la compréhension de la nationalisation du monde atlantique comme un processus d’autonomisation nationale des champs du pouvoir, de divergence des dynamiques sociales et de fermeture des espaces nationaux. En effet, l’histoire transnationale et l’histoire globale écrites depuis un peu plus de deux décennies pour la compréhension de l’État au temps de la Grande Guerre représentent un défi, auquel sera précisément consacrée cette contribution, sous la forme d’un parcours synthétique et inévitablement sommaire, organisé en trois temps.

6Le premier proposera un récapitulatif des études ayant présenté le xixe siècle – et notamment sa fin – comme une grande époque de mondialisation, bien sûr d’abord dans le cadre de l’histoire économique, mais aussi bien au-delà : la décision d’entrer en guerre impliquait en fait, en 1914, de rompre au moins partiellement avec un monde extrêmement intégré, traversé de circulations intensives, nombreuses et multiformes, qui contredit l’idée d’un système d’États nationaux de plus en plus autonomes ou de plus en plus fermés. Le deuxième rappellera la très vaste production historiographique sur les organisations internationales, étatiques, quasi étatiques et paraétatiques qui, dès le milieu du xixe siècle, ont accompagné cette intensification des échanges et des circulations, inséparable de la naissance de la société industrielle atlantique. La mondialisation du xixe siècle, bien loin de n’avoir été qu’affaire de flux et de mobilités, a aussi été rendue possible par la production de normes, de règlements, d’institutions internationales auxquelles tous les États ont participé, d’une manière ou d’une autre, à un titre ou à un autre, tissant un réseau de collaborations denses, essentielles au bon fonctionnement de la société industrielle, que les logiques de mise en guerre ne pouvaient que déstabiliser en profondeur, mais qu’elles ne pouvaient pas non plus ignorer, et notamment pas au moment de penser des formes de mobilisation de long terme ou plus radicale. Le troisième temps visera à expliquer que – loin de se cantonner aux seules « relations internationales », extérieures aux dynamiques propres d’États nationaux en cours de réinvention – ces institutions et leur fonctionnement témoignent, à l’inverse, du fait que l’étatisation du xixe siècle a été de part en part un processus transnational dans lequel les législations, les techniques administratives, le périmètre même des agences étatiques se sont développés au gré de circulations, d’échanges, d’élaborations croisées et d’interactions complexes, qui interdisent de dépeindre les décennies antérieures au conflit comme une époque de simple nationalisation mais incitent au contraire à la décrire comme une ère d’inter-nationalisation, imposant de penser de manière sensiblement différente la question des modalités de mise en guerre des États. Je conclurai ces réflexions en posant l’idée que les mises en guerre de l’État – qu’il s’agisse du temps court de la décision de guerre, de la première mobilisation ou du temps moyen de l’installation du conflit dans la durée et de l’invention des nouvelles formes de domination imposées par l’énorme augmentation des besoins en ressources – ne peuvent être comprises sans une attention particulière à leurs dimensions transnationales et globales, les logiques d’État étant à replacer dans celles d’un champ du pouvoir transnational profondément réaménagé par la guerre.

Une « première mondialisation »

  • 12 K. H. O’Rourke, J. G. Williamson, Globalization and History : The Evolution of a Nineteenth-century (...)
  • 13 Voir aussi P. J. Cain, A. G. Hopkins, British Imperialism, 1688-2000 [1992], Harrow, Pearson, 2002  (...)
  • 14 J. Osterhammel, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichtedes 19. Jahrhunderts, Munich, C. H. Beck, (...)
  • 15 Voir A. McKeown, « Global migration, 1846-1940 », Journal of World History, vol. 15, no 2, 2004, p. (...)
  • 16 H. Blais, Mirages de la carte : l’invention de l’Algérie coloniale, xixe-xxe siècle, Paris, Fayard, (...)
  • 17 D. Headrick, The Invisible Weapon : Telecommunications and International Politics 1851-1945, Oxford (...)
  • 18 E. S. Rosenberg éd., A World Connecting, ouvr. cité, notamment le chapitre 4 : S. C. Topik, A. Well (...)

7Depuis une vingtaine d’années, nombre d’études – en rupture avec l’idée selon laquelle les décennies qui précèdent la Première Guerre mondiale marqueraient une fermeture nationale croissante – ont montré combien la seconde partie du xixe siècle avait été marquée par une intensification remarquable des circulations de personnes, de capitaux, de marchandises, d’abord dans l’espace atlantique mais aussi à l’échelle mondiale, au point de converger vers l’idée que le monde avait alors connu sa « première mondialisation ». Cette période voit en effet se produire, entre les années 1850 et la Grande Guerre, une formidable expansion du commerce, de la circulation des capitaux et des migrations, soutenue par l’amélioration sans précédent des transports et des communications, des voies ferrées à la TSF, en passant par la navigation à vapeur, la télégraphie et le téléphone, une remarquable stabilité financière, l’expansion impériale et, bien sûr, le plein développement de la révolution industrielle et des révolutions agricoles. Kevin H. O’Rourke et Jeffrey G. Williamson le montrent de manière particulièrement percutante12 : la baisse massive des coûts de transport permit alors, malgré le retour du protectionnisme à partir des années 1880, une convergence inouïe des prix des marchandises à l’échelle de l’économie atlantique, de même que les migrations massives, principalement d’Europe vers l’Amérique, contribuaient très fortement à la convergence du coût du travail et du prix de la terre, et que la circulation des capitaux – facilitée par la généralisation de l’étalon-or autour du centre financier mondial de Londres et l’étonnante extraversion de l’économie britannique – accompagnait et accélérait à la fois ces mouvements en portant les excédents de capitaux des pays industrialisés aux marchés saturés de l’Europe de l’Ouest vers les pays neufs et leurs économies en forte expansion13. Naturellement, si les Européens, leurs capitaux, leurs populations, leurs États et leurs marchandises ont joué un rôle de premier plan dans ce moment sans précédent, accroissant encore la centralité de l’espace atlantique et nourrissant les transformations de l’économie mondiale, ils doivent aussi à des dynamiques propres aux pays d’Asie (notamment à l’Asie de l’Est, marquée par une augmentation formidable du commerce inter-asiatique) la mise en place d’un modèle industriel spécifique14 et des migrations largement comparables par leur ampleur à celles de l’espace atlantique15. Le développement du tourisme international, des villes d’eaux aux villes de plaisirs, des villes-musées aux grands sites de pèlerinage, suivant les itinéraires recommandés par Thomas Cook ou les guides Baedecker, la consommation mondiale des produits tropicaux, la circulation massive des journaux, des livres, des cartes postales, des télégrammes et des lettres, la multiplication des cartes16 et des rapports d’exploration, la réticulation mondiale du télégraphe17, les voies de navigation maritimes et la connexion étroite des ports du monde entier, les migrations paysannes et ouvrières intra- et intercontinentales, autant de dynamiques qui dessinent alors un monde traversé de flux, fortement relié et interdépendant18, même s’il est tout sauf « plat », égalitaire et bienheureux.

  • 19 C. Strikwerda, « The troubled origins of European economic integration : International iron and ste (...)

8Et il ne s’agit pas que de flux : au cœur même de l’Europe bientôt ravagée par la guerre, des entreprises s’allient, s’intègrent, fusionnent de part et d’autre des frontières politiques, même dans des domaines sensibles pour la défense nationale, comme l’acier et le charbon. Carl Strikwerda a montré comment, à la veille du conflit, l’économie européenne était de plus en plus intégrée, qu’il s’agisse de la main-d’œuvre ou des entreprises et des entrepreneurs, autour des activités charbonnières, d’extraction du fer et de la sidérurgie, entre la Belgique, le Luxembourg, les Lorraine française et allemande et la Ruhr. L’interpénétration économique des différentes régions frontalières peut alors parfois être très forte19.

  • 20 Voir notamment B. Eichengreen, Globalizing Capital : A History of the International Monetary System(...)
  • 21 Cité par P. Ziegler, The Sixth Great Power. Barings, 1762-1929, Londres, Harper Collins, 1986, p. 3 (...)

9L’intégration financière de l’économie atlantique est accomplie alors elle aussi, favorisée par l’étalon-or, le système stabilisé des banques centrales, la centralité de l’économie britannique pour la circulation de capitaux et de biens, la valeur du sterling arrimé à l’or, la connivence étroite du monde des banquiers privés, avec les hauts fonctionnaires des administrations financières, ou encore l’immédiateté des connexions internationales grâce au télégraphe et au téléphone qui permettent, dès le début du xxe siècle, de passer des ordres d’achat presque instantanés entre les Bourses de Paris et de New York20. Cette intégration poussée – qui a permis des décennies de stabilité financière et d’austérité budgétaire des États, propice à l’exportation de capitaux – fait craindre à une bonne partie des acteurs de la finance que la guerre européenne soit un désastre d’une ampleur inouïe : on connaît les réticences du ministre des Affaires étrangères, Lord Edward Grey, ancien de la banque Baring et membre de l’aristocratie britannique, à appuyer le principe de l’entrée en guerre de son pays contre l’Allemagne, notamment par crainte d’un effondrement du système financier international ; on connaît aussi les lamentations de certains banquiers comme Gaspard Farrer qui, le 4 août, se plaint à un correspondant américain de la Baring, son établissement, de l’inconséquence gravissime des décisions politiques qui viennent d’être prises : « Je trouve extrêmement mortifiant de voir tout l’édifice du crédit, construit durant des générations, être réduit en pièces en une nuit », se lamente-t-il, craignant non seulement pour la City de Londres, mais encore pour l’ensemble du système bancaire21.

  • 22 Notamment dans Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? [2004], traduit par A. Duthoo, Paris, Aubier, 2006
  • 23 Voir, parmi d’autres, Runaway World : How Globalisation is Reshaping our Lives, Londres, Profile Bo (...)
  • 24 En dernier lieu, La globalisation, une sociologie, Paris, Gallimard (Essais), 2009.
  • 25 G. Sapiro éd., L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisati (...)
  • 26 R. Baldwin, P. Martin, Two Waves of Globalisation : Superficial Similarities, Fundamental Differenc (...)
  • 27 Voir notamment B. Gills, A. G. Frank, The World System : Five Hundred Years Or Five Thousand ? Lond (...)
  • 28 J. H. Bentley, « Hemispheric integration, 500-1500 C.E. », Journal of World History, vol. 9, no 2, (...)
  • 29 C. A. Bayly, La naissance du monde moderne, ouvr. cité ; R. F. Hamilton, H. H. Herwig, Decisions fo (...)

10On peut, bien sûr, tiquer à cette idée d’une globalisation déjà un peu ancienne, qui contrevient tant à une bonne part du récit qui sous-tend notamment les sciences sociales de la globalisation. Parmi tant d’autres, Ulrich Beck22, Anthony Giddens23, Saskia Sassen24, mais aussi dans son domaine Gisèle Sapiro25, ont tous affirmé le caractère foncièrement national du temps d’avant (avant l’entre-deux-guerres pour Sassen ou Sapiro, avant les années quatre-vingt pour Beck et Giddens), pour mieux mettre en valeur la modernité transnationale ou globale du temps présent. Si « notre » globalisation n’est pas la première, alors il faut la repenser26 et réaménager le rapport que les sciences sociales – en cela souvent bien proches de la vulgate journalistique – aiment entretenir avec l’historicisation de leurs objets, évacuée la plupart du temps dans des propos liminaires pour mieux mettre en évidence la radicale nouveauté du temps présent, et donc l’utilité et la légitimité du discours « nouveau » sur lui. Mais il faut inverser ici la remarque : nombre d’historiens tiqueront, à juste titre mais à front renversé par rapport à l’hostilité des sciences sociales de la globalisation, à l’idée que la globalisation de la fin du xixe siècle ait pu être la « première ». Vieille question insoluble que celle de l’origine, ou que celle de la « première fois », bien sûr, mais elle est, dans le cas qui nous occupe, particulièrement significative. D’aucuns plaident que la première mondialisation de notre histoire est celle que constitue l’extension des Homo sapiens sur l’ensemble de la surface du globe, ou presque27, ce qui revient de facto à gommer l’intérêt de la question de la mondialisation ; d’autres, plus significativement, affirment que plusieurs mondialisations de nature différente se sont produites en se concaténant, depuis la « mondialisation archaïque » des grands empires agricoles théocratiques du haut Moyen Âge28, jusqu’à la globalisation « moderne », celle qui nous concerne ici, avec l’extension de la société atlantique au vaste monde à partir de 1850, en passant par la « proto-globalisation » des premières guerres mondiales à foyer européen depuis le milieu du xviie siècle29.

  • 30 Et d’ailleurs bien connue de nombre d’observateurs de cette époque, qu’ils l’aient présentée comme (...)

11Il reste que, première, deuxième ou troisième mondialisation, la fin du xixe et le début du xxe siècle sont bien marqués par une formidable intensification des flux de personnes, de marchandises et de capitaux. L’ampleur des effets de ces mobilités est alors sans précédent : c’est cette mise en mouvement massive qui permet l’industrialisation des États-Unis, la conquête de l’Ouest canadien, l’achèvement de la relégation des Indiens d’Amérique, la croissance rapide des économies et des villes d’Amérique du Sud, la mise sous tutelle de l’ensemble de l’Afrique et la mise en exploitation intensive d’une part de ses territoires et de ses populations, le peuplement rapide et l’industrialisation de la Mandchourie, l’exploitation de l’Inde, l’invention de l’Australie et le boom laitier de la Nouvelle-Zélande, le déploiement du deuxième réseau ferré français (grâce à l’émigration italienne) et le financement de la modernisation de l’État hollandais (grâce à l’exploitation de Java), la guerre russo-japonaise et le développement du tourisme, l’effondrement de l’Empire céleste et le développement mondial des Chinatowns, le déploiement de l’anarchisme comme le succès de la bicyclette et la quasi-immédiateté de l’information. Cette réalité circulatoire d’un monde bien plus mobile et connecté qu’on ne l’écrivait encore récemment30 peut donc paraître, dans le cadre d’une histoire structurellement liée au nationalisme méthodologique, s’opposer tout à fait à la représentation des décennies précédant la Grande Guerre comme celles de la montée en puissance d’États nationaux engagés dans la logique de plus en plus autonome et spécifique de leur nationalisation, qui fonde leur capacité à mobiliser des ressources, à encadrer leurs populations, à redessiner les débats politiques et sociaux autour d’enjeux internes et, par ailleurs, de plus en plus protectionnistes, dominés par la xénophobie et le darwinisme social.

  • 31 « Par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la producti (...)
  • 32 C’est dans une large mesure l’interprétation que proposait Arno Mayer dans La persistance de l’Anci (...)

12L’opposition, évidemment, disparaît si cette intensification mondiale des flux est présentée comme générateur de la nationalisation, sur le mode de la réaction : dans un univers caractérisé par la construction d’une société civile universelle, celle de la société industrielle capitaliste – la révolution bourgeoise mondiale qu’évoque Karl Marx dans le Manifeste du parti communiste, pour louer sa capacité à faire disparaître les nations et les nationalismes, ces fossiles condamnés à l’oubli31 –, la montée en puissance de l’État national pourrait alors être comprise comme la manifestation d’une réaction, d’une riposte à la mondialisation, par laquelle les élites d’État européennes auraient fait converger dans le nationalisme les mécontentements paysans et ouvriers face à l’ouverture d’une concurrence mondiale profondément déstabilisante et la résistance des élites traditionnelles, attachées à la terre et aux formes anciennes du pouvoir aristocratique et religieux, à la mondialisation libérale et bourgeoise32. Dans cette perspective, la Grande Guerre marquerait la victoire, pour une trentaine d’années, d’une forme d’État illibéral, résolument hostile à l’indépendance de la société civile et commerciale, interventionniste et potentiellement totalitaire mais elle imposerait aussi, puisque l’autonomie de la société civile et la mondialisation de la société industrielle seraient étroitement liées, un coup d’arrêt massif à la mondialisation. L’État national contre la mondialisation, et la mise en guerre de l’État comme rupture de la dynamique de la société civile mondiale.

  • 33 C’est le cas dans C. S. Maier, « Léviathan 2.0 », A World Connecting, E. S. Rosenberg éd., ouvr. ci (...)

13Cette lecture, par ailleurs très rarement menée à son terme33 puisque les types d’historiographie qu’elle connecte s’ignorent assez largement, pourrait subsumer le « tournant global » dans le legs de l’histoire sociale et culturelle de la nationalisation, en cantonnant la « première mondialisation » dans le rôle de « meilleur ennemi de l’État national ». Or l’idée que la mondialisation de la société industrielle à la fin du xixe siècle ait été une affaire de libre jeu des forces du marché et soit restée orthogonale au pouvoir d’État, voire résolument hostile à lui, ne résiste pas à l’analyse historique, et notamment à bon nombre de travaux issus de l’histoire transnationale et globale récente.

L’internationalisme étatique atlantique

  • 34 Terme utilisé notamment par John Boli pour décrire le système des organisations non gouvernementale (...)
  • 35 C’est le terme choisi par D. Rodogno, B. Struck, J. Vogel, Shaping the Transnational Sphere : Exper (...)

14La société de la « première mondialisation » ne peut se réduire au laisser-faire et au libre jeu des forces du marché. Son fonctionnement, les flux qui l’animent, les liens à distance qui l’articulent ont fait l’objet, au cours du xixe siècle, à partir des années 1850 et de manière croissante à partir des années 1870, d’un grand nombre de régulations et de normalisations qu’il a fallu inventer. Le tissu dense de la sociabilité, des associations, des organisations et des professions, on le sait, contribue à faire tenir les sociétés libérales, au xixe siècle, malgré la fiction de sociétés régulées par le marché et l’individualisme ou par le face-à-face entre l’individu et l’État : cette démonstration, faite depuis longtemps dans le cadre des histoires nationales des sociétés libérales, l’a également été, quoique plus récemment, pour ce qui concerne la société internationale, en mettant au jour le tissu très dense des organisations non gouvernementales qui, à partir du deuxième tiers du xixe siècle, initient, selon les auteurs, une véritable « culture mondiale »34 ou une « sphère transnationale »35 animée de circulations et d’interactions intenses. Il faut pourtant souligner aussi que la construction de ce tissu international est bien loin de se limiter aux organisations non gouvernementales, et donc à une dynamique de la société civile, qui serait le pendant du développement du libre marché : elle concerne aussi au premier chef les États et leurs organisations, dès le milieu du xixe siècle.

  • 36 C. Tapia, J. Taieb, « Conférences et congrès internationaux de 1815 à 1913 », Relations internation (...)
  • 37 M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism : Culture, Society, (...)
  • 38 J. Osterhammel, Die Verwandlung der Welt, ouvr. cité, notamment le chapitre 9, « Mächtesysteme, Kri (...)

15On connaît ces analyses pour ce qui touche à la formalisation des relations à partir du congrès de Vienne, sous la forme des conférences internationales36 ; mais il faut aller plus loin, et suivre Madeleine Herren lorsqu’elle affirme l’existence d’un internationalisme gouvernemental, fondamental pour l’invention de politiques de coopération multilatérales à prétention mondiale et donc pour l’ensemble du système politique international au cours de la seconde moitié du xixe et du début du xxe siècle37. Contrairement à une chronologie répandue qui fait naître les organisations internationales après 1945, dans le contexte de l’ONU, voire après 1918 dans la mouvance de la SDN, de nombreuses organisations internationales, étatiques et paraétatiques, sont nées dès le milieu du xixe siècle et, même si l’histoire en est souvent complexe et l’ascension parfois très résistible, les États, c’est-à-dire en fait les acteurs-réseaux qui les animent, y ont tenu un rôle tout à fait décisif. À ce titre, la vaste nébuleuse des institutions qui ont facilité, permis et orienté la « première mondialisation » fait pleinement partie du système global des États dont parle Jürgen Osterhammel dans son histoire du xixe siècle, dont on aurait bien tort pourtant d’imaginer qu’il se limite au jeu des relations diplomatiques ou militaires entre les puissances ou à la seule logique de l’impérialisme38.

  • 39 Sur ce point, à nouveau P. J. Cain, A. G. Hopkins, British Imperialism, ouvr. cité, notamment le ch (...)
  • 40 Sur l’instabilité fondamentale de la société industrielle atlantique jusqu’au milieu du xixe siècle (...)
  • 41 C. Murphy, International Organization and Industrial Change, ouvr. cité, p. 147 et suivantes.
  • 42 Le grand livre de J. Osterhammel, Die Verwandlung der Welt, ouvr. cité, tout en étant imprégné de l (...)
  • 43 C’est depuis longtemps la perspective de certains politistes de premier plan, bien sûr, et en premi (...)

16L’affaire est mieux connue maintenant, même s’il reste beaucoup à découvrir : à partir des années 1850, l’accélération de la croissance économique de l’ouest de l’Europe et de l’Amérique du Nord, étroitement liée à l’intensification des circulations à l’échelle mondiale, s’accompagne non seulement de la conclusion d’un grand nombre d’accords de libre-échange entre des États atlantiques et de la poussée impériale formelle et informelle imposée par l’effet profondément déstabilisant du libre-échange39 mais aussi de l’installation d’unions internationales, essentielles pour parvenir à instaurer des normes à vocation universelle, sans lesquelles la société industrielle capitaliste ne pouvait se stabiliser40 : entre l’Union télégraphique internationale, en 1865, et la Grande Guerre, ce sont plus de trente organisations qui sont créées pour constituer les fondements d’un système international des normes et des réseaux, dans le domaine des circulations matérielles (poste, voies ferrées, navigation fluviale, navigation maritime, réseaux télégraphiques), des conditions de la mesure (statistiques, poids et mesures), des formes de propriété (la propriété industrielle en 1883, la propriété intellectuelle en1886), mais aussi concernant le droit du travail, dans les années 1890, puis les droits de l’homme à partir des années 1900. Malgré le très célèbre « retour » du protectionnisme à partir des années 1880, souvent présenté comme le début d’une forme de déglobalisation, la multiplication des accords de tous types dans des domaines cruciaux pour l’organisation de la production industrielle et l’installation de véritables administrations internationales pour les mettre en œuvre a permis la structuration d’un vrai marché atlantique41 appuyé sur ce que certains ont pu désigner comme une « culture mondiale ». Contrairement aux perspectives classiques, encore d’ailleurs bien vivantes42, les relations internationales englobent, ou devraient englober, non seulement toutes les relations non étatiques entre les États, celles qui relèvent notamment de la société industrielle atlantique et de ses dynamiques43, mais aussi l’ensemble des arènes où ces relations transnationales ont été facilitées, canalisées, réorientées, encadrées, et dans lesquelles les États avaient une part en réalité essentielle.

  • 44 C’est au fond la perspective de l’analyse de ce mouvement en termes de « communauté épistémique » ; (...)
  • 45 Voir M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism, M. H. Geyer, (...)
  • 46 W. T. Stead, The United States of Europe on the Eve of the Parliament of Peace, New York, Doubleday (...)
  • 47 M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism, M. H. Geyer, J. Pa (...)

17Même si elles étaient liées d’abord à des dynamiques propres à la société industrielle, il s’agissait en effet non seulement de nébuleuses d’experts issus de la société civile et rassemblés en « communautés épistémiques » par une conviction libérale et internationaliste44, mais aussi surtout d’organisations formalisées, structurées, constituées souvent de fonctionnaires détachés des appareils de certains États signataires. On pourrait penser, évidemment – en suivant en cela la démonstration de Madeleine Herren45 – que ces organisations étaient essentielles pour les « petits » pays comme la Suisse, la Belgique mais aussi pour les États-Unis, alors eux-mêmes puissance mineure sur le plan diplomatique elles constituent alors des arènes internationales où ils peuvent être présents pour faire entendre leur voix voire contribuer directement à l’orientation de la politique mondiale, malgré la modestie de leur position dans le système des États de la fin du xixe siècle, au point que Berne, aux yeux d’un journaliste comme William T. Stead, pouvait passer, en 1898, pour la capitale du continent parce que cinq des grandes unions y étaient installées46, ou que Bruxelles, au cours des années 1900-1910, recevait le surnom de « district fédéral du monde »47. En réalité, ces institutions représentaient également des enjeux d’importance pour les grandes puissances, et c’est pourquoi d’ailleurs, non sans quelque paradoxe apparent, leur localisation était très souvent liée à la neutralité et à la modestie du pays hôte, pour éviter d’être le jouet d’une puissance qui aurait pu en tirer un profit excessif, voire exclusif.

  • 48 C’est nettement le cas de l’Union internationale de Berne, établie par un traité multilatéral en 18 (...)

18Si les conditions de leur genèse ont souvent été chaotiques – parfois liées d’abord à une demande de régulation issue d’acteurs privés qui souhaitaient voir leurs activités, bouleversées par la révolution industrielle et l’accélération des circulations internationales, se stabiliser et se normaliser – et donc construites dans un premier temps en dehors du cadre des États du fait de leur indifférence pour les sujets abordés ou de leur réticence à légiférer, sur le plan national comme international48, elles ont nécessité l’implication des différents pouvoirs, d’abord de l’ouest de l’Europe bien sûr, qui ont permis de les officialiser et de leur donner la force de traités internationaux, mais aussi d’agences publiques indépendantes, dotées de budgets et de personnels propres, pour veiller à la mise en œuvre des traités, à leurs extension et approfondissement. Qu’il se fût agi de la participation directe des diplomates et des fonctionnaires de haut rang aux négociations, à la signature des traités et à la gestion des agences, ou bien encore de la délégation de représentation publique et du pouvoir de négocier à des acteurs privés, connus pour leurs réseaux ou leur expertise sur les sujets abordés, les États européens se sont massivement saisis de ces institutions pour y participer, les contrôler, les orienter ou les paralyser, parce que l’enjeu était grand, et qu’il n’a cessé de croître au fil des décennies, jusqu’à la Grande Guerre.

  • 49 Sur ce point, voir, en dernier lieu, P. Rabault-Feuerhahn, W. Feuerhahn éd., La fabrique internatio (...)
  • 50 Parmi bien d’autres exemples, le congrès international des éditeurs, étudié par T. Loué, « Le congr (...)

19D’autres arènes internationales, qui comptaient beaucoup pour les États, pour leurs représentants – et pour ceux qui, d’une manière ou d’une autre, étaient intéressés à la mobilisation de logiques d’État dans la régulation de la société industrielle atlantique –, ont également été très étudiées au cours des dernières décennies, même s’il reste beaucoup à faire. L’époque est alors à la multiplication des expositions internationales, devenues progressivement expositions universelles, depuis la Great Exhibition de Londres en 1851 jusqu’à la démesure de l’Exposition parisienne de 1900 et des très nombreuses autres des années 1900-1914 ; chacune est l’objet d’un investissement massif des autorités étatiques, non seulement du pays hôte, mais aussi, évidemment, de tous ceux qui y participent, envoient des délégations, diligentent des fonctionnaires pour l’organisation en amont, la constitution des jurys internationaux ou la participation aux très nombreux congrès qui accompagnent les expositions universelles sur des sujets d’une impressionnante variété très souvent liés aux politiques publiques49. La présence de représentants de l’État, encadrant ou non des acteurs privés revêtus d’autorité publique ou présentés comme des porteurs de l’excellence de leur pays à l’occasion d’une exposition internationale, d’une rencontre professionnelle ou de voyages d’études à l’étranger, est une constante des logiques des États atlantiques de la fin du xixe et du début du xxe siècle50.

  • 51 Ce qui rend aussi la lecture de la séquence terrible de l’été en termes de « malentendus de classe  (...)
  • 52 Les éditeurs de The Mechanics of Internationalism assument l’ambiguïté du terme, qui accole en quel (...)
  • 53 Voir notamment M. Koskenniemi, J. Crawford éd., The Cambridge Companion to International Law, Cambr (...)
  • 54 F. de Martens, Traité de droit international, traduit du russe par A. Léo, Paris, Chevalier-Maresq, (...)
  • 55 Voir par exemple P. Kazansky, « Théorie de l’administration internationale », Revue générale de dro (...)

20Ce tissu dense d’unions, d’organisations, de rencontres éphémères mais régulières, de contacts interétatiques à tous les échelons de la hiérarchie, si l’on y ajoute les conférences internationales, si nombreuses à partir des années 1870 notamment pour permettre le déploiement des projets coloniaux et impériaux des puissances européennes sans replonger le continent dans la guerre, montre que le « système des États » de la fin du xixe et du début du xxe siècle est irréductible aux seuls enjeux diplomatiques liés aux alliances et aux entrées en guerre51, et que ce foisonnement institutionnel fortement articulé, désigné par Martin H. Geyer et Johannes Paulmann comme une « mécanique de l’internationalisme »52, est alors l’un des modes d’existence de l’État national-impérial. C’est pourquoi cette époque marque aussi la naissance du droit international et le développement d’une forme d’administration internationale qui engage les administrations étatiques bien au-delà des seuls ministères des Affaires étrangères. La création d’un Institut de droit international, dès 1873, consécration institutionnelle de la Revue de droit international et de législation comparée créée en 1869, au terme de la première grande décennie internationaliste du siècle, indique que l’enjeu de ce droit, parmi les juristes, est alors devenu important53. En effet, la question internationale occupe dorénavant le centre de la scène du système mondial des États, soumis à la très forte pression des nouvelles puissances européennes et de la poussée coloniale à l’échelle mondiale. Dès 1883, on débat de la pertinence de tenir la souveraineté absolue pour le cœur de l’indépendance d’un État54 ; une théorie de l’administration internationale se développe, qui confirme l’idée de l’institutionnalisation de la coopération internationale déterminée par les États, et qui mène à l’étude des fonctions des organisations internationales55. Un premier congrès international des sciences administratives, organisé à l’occasion de l’Exposition universelle de 1910 à Bruxelles, est l’occasion de la mise en place d’un Musée international administratif, d’une Commission permanente des congrès internationaux de sciences administratives, composée alors de représentants de vingt-deux pays, qui institutionnalise l’internationalité des administrations étatiques à l’échelle mondiale, même si l’Europe y est surreprésentée et la forme du monde biaisée par les dominations coloniales.

  • 56 Sur ce point, voir M. Schulz, « Did norms matter in nineteenth-century international relations ? », (...)
  • 57 Pour tout ceci, M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism, M. (...)

21La création de la Cour permanente d’arbitrage, entre les deux conférences de la paix de La Haye, en 1899 et 1907, témoigne de l’importance considérable de l’internationalisme étatique. Elle signifie en effet l’intégration du principe de l’arbitrage (par un tiers ou par le « concert européen » des puissances) – issu des accords de Chaumont (1814), Paris (1815) mais aussi et surtout du congrès de Vienne – mis en œuvre avec une passable efficacité au cours de l’essentiel du xixe siècle, dans le nouveau cadre des organisations internationales. L’acquis de ces organisations est alors présenté comme un nouvel ordre mondial intégrant à la fois les principes du « concert européen », appuyés sur l’idée de « civilisation », et les logiques de coopération techniques, institutionnelles et règlementaires qu’elles ont élaborées56. L’empan des sujets et pratiques encadrés par la législation internationale et ses organisations permanentes est impressionnant : de la poste aux migrations, de la propriété littéraire à la lutte contre les épidémies, de la coordination des droits civils à la protection des travailleurs étrangers, des conventions sur le commerce à l’établissement de normes bibliographiques internationales, de la coordination des sciences administratives à la structuration du marché du sucre, en passant par la télégraphie, les brevets, l’échange d’informations parlementaires, la construction des statistiques et bien d’autres encore57.

  • 58 C’est précisément la multilatéralisation qui permet de dépasser nombre de conflits, de lisser les a (...)

22Le champ d’application de l’internationalisme d’État apparaît donc à peu près illimité à la veille de la Grande Guerre, et rien n’indique que sa dynamique soit alors en train de s’essouffler, au contraire. L’activisme des gouvernements et de leurs administrations y est remarquable, et le moins que l’on puisse déduire de cette structuration forte du « système des États » – irréductible aux étroites lectures diplomatiques qui en sont faites, surtout dans le cadre de la réflexion sur les conditions de déclenchement de la Grande Guerre – est que les élites d’État des pays européens, de nombre d’États américains et asiatiques, et même parfois de représentants des États et des pouvoirs dominés par les empires, avaient pris l’habitude de travailler ensemble, instauré des routines et investi des capitaux nombreux et variés dans la mise en œuvre de ces liens. Les hauts fonctionnaires qui depuis des décennies avaient contribué à le structurer et les diplomates qui le fréquentaient s’y rencontraient, le revêtant régulièrement de la légitimité politique majeure des accords internationaux en apposant leur signature sur leurs conventions constitutives ou leurs actes additionnels. Les nombreux experts qui y exerçaient, ou y avaient exercé à un moment ou à un autre, et qui, très fréquemment, le faisaient au nom d’un des États cosignataires, ne pouvaient pas ignorer l’énorme investissement que le système international avait représenté, ni l’importance qu’y revêtait le multilatéralisme comme principe politique général mais aussi et surtout comme technique de dépassement des conflits58, ni même l’extraordinaire intérêt de la coopération pacifique (même si souvent conflictuelle) au long cours pour le bon fonctionnement des États nationaux impériaux atlantiques.

23Deux questions peuvent découler immédiatement de cette description de l’internationalisme étatique de la Belle Époque. La première porte sur le sens à donner à cet internationalisme avant 1914. Comment le comprendre, comment le penser dans le contexte de la nationalisation des sociétés, de la construction des États nationaux impériaux, qui caractérise l’histoire atlantique depuis le milieu du xixe siècle ? S’agissait-il d’une forme d’excroissance d’appareils administratifs exubérants, poussés à croître et à capter toujours plus de ressources publiques en inventant des causes internationales plus ou moins creuses, ou d’un terrain de jeu pour libéraux d’un autre âge, attardés dans leurs rêveries manchestériennes et qui n’auraient rien compris à l’évolution populiste des États atlantiques – ou qui, l’ayant fort bien comprise, auraient cherché à instaurer une forme de gouvernement technocratique mondial pour lutter contre la démocratisation ? La deuxième question, liée à la première, porte sur les conséquences de la Grande Guerre sur cette internationalité. Mettre les États en guerre, c’était inévitablement rompre cet internationalisme étatique patiemment construit, fondé sur le principe du multilatéralisme qui semblait pourtant avoir atteint, précisément au cours de la décennie 1905-1914, un point de non-retour, au-delà duquel toute guerre d’importance serait impossible. Mais faut-il, sous prétexte que l’essentiel de l’historiographie de la Grande Guerre a présenté l’effort de mobilisation déployé par les États comme un processus national étudié dans un cadre national, accepter sans autre discussion l’idée que l’entrée en guerre de l’été 1914 marque la dissolution de cette internationalité étatique, rétrospectivement frappée d’irréalité par la dure logique de la belligérance qui donnerait à voir dans sa nudité première le principe des relations internationales, celui de la lutte des nations pour leur survie ?

Genèse transnationale de l’État national

24À la première question, on peut répondre en avançant l’idée que, contrairement au sens commun, la construction de l’État national-impérial a été transnationale de part en part. Il faut, pour cela, dépasser la seule perspective des études transnationalistes consacrées aux migrations, aux circulations de capitaux, aux mobilisations transnationales non gouvernementales, aux congrès internationaux et aux organisations internationales, qui s’attachent à des objets immédiatement perçus comme internationaux – souvent d’ailleurs relégués, dans le passé, du côté de l’histoire économique ou de l’étude des relations internationales, donc à la marge des très nationales études historiques – pour s’attacher à montrer combien des dynamiques centrales de leur nationalisation sont fondamentalement transnationales.

  • 59 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe, xviiie-xxe siècle, Paris, Seuil, 1999.

25Anne-Marie Thiesse, dans La création des identités nationales59, a décrit d’une certaine manière la scène primitive de cette logique, en montrant comment la naissance des nationalismes européens – soit, dans sa définition, des projets politiques visant à faire exister des « nations », c’est-à-dire des ensembles culturels assignés par leurs inventeurs à des populations données dont ils se présentent comme des porte-parole et pour lesquelles ils réclament un État, ou au nom desquelles ils demandent une plus grande place dans l’État –, au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, avait été un processus transnational, marqué à la fois évidemment par la concurrence (les « nations » européennes contre le classicisme de Versailles et de Paris) mais encore par la collaboration intensive, à l’échelle du continent, entre linguistes, historiens, grammairiens, philosophes et publicistes de tout poil, tous à divers titres entrepreneurs culturels et donc aussi politiques. Ce « cosmopolitisme du national », pour reprendre sa formule, constitua la matrice de la production des « nations », non seulement comme des discours sociaux mais aussi comme des systèmes institutionnels (musées des arts et traditions populaires, académies savantes, universités, expositions universelles, écoles, bien d’autres encore) situés à l’intersection du marché des biens culturels, en pleine ascension, et des appareils d’État. À l’origine de la nationalisation, donc, la concurrence et la coopération transnationales.

  • 60 D. Matasci, L’école républicaine et l’étranger, ouvr. cité, notamment les troisième et quatrième ch (...)
  • 61 P.-A. Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en E (...)
  • 62 Voir notamment G. Noiriel, Réfugiés et sans-papiers : la République face au droit dasile, xixe-xxe(...)

26Damiano Matasci a montré, dans une récente étude, tout ce que la construction de la politique scolaire de la Troisième République doit aux enjeux de concurrence entre les États européens et atlantiques alors que se généralise la dynamique de l’instruction obligatoire, mais aussi aux importations de réformes et de modèles venus de l’étranger et à la circulation active des hauts fonctionnaires français à l’intérieur de la « sphère transnationale » de l’instruction publique atlantique60. Paul-André Rosental a décrit dans le détail comment la politique migratoire française de la Troisième République, pour tout ce qui touchait par exemple à la protection sociale à apporter aux travailleurs étrangers en France, s’inscrivait dans une logique transnationale complexe, à la fois du point de vue des communautés épistémiques engagées dans sa théorisation, mais aussi du point de vue de la législation et des agences étatiques chargées de la mettre en œuvre61. Mettant en cause la nouveauté supposée de la question transnationale actuelle, mais aussi l’univocité du modèle très fort de la « tyrannie du national » proposé par Gérard Noiriel, dans le sillage notamment d’Abdelmalek Sayyad62, il décrit comment l’instauration d’un nouveau clivage structurant pour la politique migratoire, celui qui oppose les immigrants réguliers et irréguliers, qui s’accompagne d’une forte augmentation du travail bureaucratique de la frontière et produit donc de l’institution étatique (bureaux, fonctionnaires, systèmes de contrôle, de comptage et de classement, directives et circulaires, opérations de régularisation et d’expulsion…), s’inscrit dans une logique panatlantique de mise sous contrôle progressif des flux migratoires, mais aussi dans une nébuleuse intellectuelle commune, engagée dans une réflexion collective, sinon apaisée, sur les conditions de l’encadrement des migrations et les droits et devoirs des migrants, et enfin dans un système de négociations internationales, à la fois bilatérales et multilatérales. De ce point de vue, l’étatisation se trouve non seulement liée à des régimes circulatoires transnationaux (de migrants, d’expertise, de controverses politiques…) mais encore inscrite dans le système étatique international que j’ai décrit précédemment.

*

  • 63 P.-A. Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux », art. cité, p. 344.

27L’intrication de ces dynamiques se lit particulièrement bien dans le cas, décrit par Rosental, de l’accord franco-italien sur la circulation des travailleurs, en 1904 : cet accord, péniblement négocié, impliquait la réciprocité des droits sociaux des résidents de l’autre pays dans le pays hôte, au moment où la France adoptait le principe de l’égalité des droits pour les nationaux et les étrangers en situation régulière, à condition de réciprocité. Même si l’asymétrie des deux pays, du point de vue migratoire, devait davantage profiter aux ressortissants italiens, les négociateurs français étaient décidés à passer un accord pour prendre de vitesse la Suisse et l’Allemagne qui réfléchissaient à une solution identique. Leur objectif était d’obtenir des compensations dans d’autres domaines comme la création, par l’État italien, d’un système d’assurance sociale nécessaire, du point de vue français, pour équilibrer les coûts de production et les conditions de la concurrence industrielle. Cela a pu aboutir dans les années suivantes, notamment parce que l’État italien s’y était engagé dans le cadre de ces négociations63.

28Cet exemple, particulièrement éclairant, montre comment des dispositifs de régulation, de contrôle et de gestion de mobilités transnationales – en l’espèce celle des migrants –, mis en place en France autour de 1900, produisaient des logiques de frontières nationales, de nationalisation et de bureaucratisation, mais dépendaient aussi de congrès internationaux d’experts, de négociations internationales menées par des diplomates et des hauts fonctionnaires de différents ministères, participaient du grand jeu européen et contribuaient directement, à leur tour, à « stato-nationaliser » les populations du royaume d’Italie.

  • 64 Pour la politique sociale, il faut bien sûr évoquer M. Herren, Internationale Sozialpolitik vor dem (...)
  • 65 Sandrine Kott montre combien cette intrication étroite concerne aussi bien sûr l’entre-deux-guerres (...)

29Même si les études ne sont pas encore très nombreuses64, on pourrait ajouter d’autres exemples décrivant cette matrice transnationale de l’État national, au moins pour la fin du xixe et le début du xxe siècle65.

  • 66 Voir par exemple J. de Jong, « The principles of steam : Political transfer and transformation in J (...)
  • 67 Emmanuel Lozerand décrit ainsi la construction de la science littéraire nationale japonaise et, à t (...)
  • 68 Le cas de la mise sous tutelle de l’administration fiscale ottomane et de sa transformation par une (...)
  • 69 Voir W. E. J. Tips, Gustave Rolin-Jaequemyns and the Making of Modern Siam : The Diaries and Letter (...)

30Ces logiques valent aussi pour les États non atlantiques fortement déstabilisés par l’expansion européenne mais engagés dans une lutte pour la survie qui impliquait l’importation de méthodes occidentales, comme le Japon ou l’Empire ottoman : de nombreuses enquêtes – tout en étant attentives aux logiques historiques propres à des régions du monde dominées par des États anciens, puissants et dépositaires d’un riche passé d’innovation institutionnelle et étatique – ont montré le rôle décisif de l’importation active de concepts, de doctrines, de méthodes politiques, mais aussi de techniques administratives et d’organisations institutionnelles pour placer les autorités locales en position de résister à la mise en péril que représentait la poussée occidentale66, parfois selon des configurations tri- ou quadripolaires67, parfois même dans un cadre officiellement international, notamment pour tout ce qui concernait l’administration de la dette et la « modernisation » fiscale des pays surendettés68. Et même les États non européens les moins mis sous tutelle, comme la Thaïlande, comme le royaume de Siam transformèrent alors leur forme de gouvernement et leur administration, notamment pour faire face à la menace des puissances impériales avoisinantes. Ils articulaient ainsi les traditions de la monarchie siamoise, les dynamiques réformatrices locales – issues du développement de la société urbaine et de formes de mobilisation politique anciennes – et l’importation de pratiques européennes, notamment sous la direction du roi Chulalongkorn et de son conseiller Gustave Rolin-Jaequemyns. Ce dernier, juriste, homme politique et diplomate belge avait été, dans les années 1870, l’éditeur de La Revue du droit international et de législation comparée et le fondateur de l’Institut de droit international de Gand69.

  • 70 À condition bien sûr de rappeler que ces mobilités ne leur étaient pas réellement extérieures, mais (...)
  • 71 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985, notamment le chapitre 2, « Les jeux (...)
  • 72 C. Tilly, Contrainte et capital dans la formation de l’Europe, 990-1990, ouvr. cité.

31Le tableau d’ensemble paraît donc très clair : bien loin d’être contradictoires avec l’augmentation des flux, l’intensification des mobilités, la transnationalisation des sociétés et l’internationalisation des luttes politiques, la croissance des États et leur montée en puissance s’y trouvaient étroitement corrélées. En effet, leur puissance dépendait notamment de la vigueur des économies qu’ils encadraient, de la mobilité et de la mobilisation de leurs populations, de la cohérence et de la performance de leurs réseaux d’information. L’inflation législative, la croissance des appareils d’État, l’extension progressive du domaine d’intervention des pouvoirs publics servait dans une large mesure à tirer pleinement profit des mobilités liées à la « première mondialisation »70, même si cela impliquait de les orienter, de les cantonner, de les limiter parfois. C’était déjà la logique mise en évidence par Fernand Braudel71 au sujet des monarchies européennes de l’époque moderne : l’intensification du commerce et, bien sûr, d’abord celui de l’Atlantique ; puis par Charles Tilly pour l’ensemble du millénaire d’histoire de l’État européen, entre 990 et 199072 : l’augmentation de la capacité de contrainte des États est fortement corrélée à leur capacité à concentrer, orienter et taxer les capitaux et, plus largement, à profiter des activités marchandes et capitalistes, que ce soit dans la logique de l’État militaro-fiscal à l’époque moderne, ou de l’État national libéral à l’époque contemporaine. Cette capacité à tirer profit de l’intensification des circulations s’est elle-même construite dans un cadre transnational, où la concurrence entre les États, la circulation des agents et des savoirs administratifs, la négociation et la production internationales des normes permettent de parler d’une construction transnationale de l’État.

  • 73 Pour une vision synthétique de ce mouvement historiographique, voir P.-Y. Saunier, Transnational Hi (...)
  • 74 Il ne s’agit pas de développer ce point considérable ici, par manque évident de place. Le rôle des (...)

32Rien d’étonnant, donc, à ce qu’une partie de l’historiographie contemporaine, inscrite dans le « tournant global », propose une histoire revisitée des « nations » atlantiques, insistant sur la dynamique foncièrement transnationale et globale de leur solidification et de leur montée en puissance : Sebastian Conrad, Jürgen Osterhammel, Ian Tyrell, Carl Guarneri ou Thomas Bender, Daniel Laqua, Christophe Verbruggen et Vita Deneckere73, par exemple, ont permis, d’une manière ou d’une autre, une relecture transnationale de l’histoire du second Reich allemand, de l’Amérique contemporaine ou de la Belgique de la Belle Époque, qui ne consiste nullement à relativiser l’importance des dynamiques de nationalisation ou la croissance de l’État mais, au contraire, à bien comprendre comment elles étaient étroitement liées à des mobilités, à des circulations transnationales, à des relations à distance et des effets systémiques de grande taille, tous irréductibles aux logiques « internes » à un espace national mais qui contribuaient, de manière apparemment paradoxale, à donner consistance à la forme nationale de la domination. C’est aussi, d’une certaine manière, la conclusion qu’il faut tirer pour l’histoire de l’État, de la formidable floraison historiographique liée au « tournant impérial » : même si elle est loin de se réduire à ce seul aspect, l’énorme avancée qu’a représentée l’imperial turn a permis notamment de comprendre dans quelle mesure l’histoire de l’étatisation et de la nationalisation des populations européennes avait été inséparable de la possession, de l’administration et du développement des empires coloniaux, mais aussi des logiques de l’impérialisme dans leur ensemble74.

Un champ du pouvoir transnational et sa mise en guerre

33Venons-en maintenant à la seconde question posée par l’internationalisme étatique d’avant 1914, celle de son étrange disparition, historique ou historiographique.

  • 75 Ce qui aboutit aussi bien sûr à surestimer massivement l’originalité de la Grande Guerre comme inve (...)
  • 76 P. Fridenson éd., 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977 ; J. Horne éd., State, (...)
  • 77 J. Winter éd., The Cambridge History of the First World War, vol. 2, The State, Cambridge, Cambridg (...)
  • 78 Sur ce point, toutefois, voir M. Horn, Britain, France, and the Financing of the First World War, M (...)

34La mise en guerre de ces États, inscrits, donc, dans des configurations transnationales et internationales, impliquait inévitablement des choix complexes, coûteux, qui, parce qu’ils reposaient notamment sur l’imposition d’une logique binaire, celle qui oppose l’ami et l’ennemi, rompaient avec des décennies de multilatéralisme, de coopération technique, administrative, économique et intellectuelle, désarticulaient des réseaux serrés de circulations de biens, de capitaux, d’informations et de personnes, essentiels pour nombre de ressortissants de ces États mais aussi, parfois, pour leur propre stabilité. On ne peut pourtant qu’être frappé de l’absence de la question transnationale dans l’historiographie consacrée à la mise en guerre longue de l’État75. Qu’il s’’agisse du précoce L’autre front, sous la direction de Patrick Fridenson, du renouveau de ce thème à la fin des années 1990, sous la direction de John Horne, ou autour de Roger Chickering76, ou même d’études plus récentes (et notamment bien sûr de la nouvelle Cambridge History of the First World War, sous la direction de Jay Winter77, qui, malgré l’annonce liminaire selon laquelle les évolutions des États en guerre étaient « vraiment transnationales », se résume en fait, au mieux, à une histoire comparée de quatre à cinq États), la dimension transnationale de l’entrée en guerre, de l’organisation de l’effort de guerre, de la mobilisation de l’économie78 et de l’organisation de la production, notamment industrielle, l’articulation internationale des transformations institutionnelles vécues par les États en guerre ou encore les dimensions transnationales de la mobilisation des élites lettrées dans le cadre de la propagande de guerre, sont peu étudiées.

  • 79 E. Greenhalgh, Victory through Coalition. Britain and France during the First World War, Cambridge, (...)
  • 80 Elle n’aborde la question que dans son chapitre le plus rapide, le dernier, « Politics and bureaucr (...)

35Même un ouvrage comme celui d’Elizabeth Greenhalgh79, explicitement orienté vers la question des conditions de la collaboration franco-britannique pendant le conflit et qui insiste tout particulièrement sur les mécanismes de la coopération, le travail spécifique que représentent la coordination de réseaux, la production de lieux d’échange, de langages communs et d’outils de travail partageables, se concentre à peu près exclusivement sur la coopération militaire, laissant dans l’ombre l’essentiel de la coordination internationale de l’effort de guerre à l’échelle atlantique, du côté de l’Entente80.

  • 81 N. Lambert, Planning Armageddon : British Economic Warfare and the First World War, Cambridge, Harv (...)

36Même si elle ne s’inscrit pas dans le cadre de l’histoire transnationale et globale, Planning Armageddon81, une importante étude qui porte sur les conditions d’entrée en guerre de la Grande Bretagne en 1914-1915, offre pourtant un éclairage particulièrement net sur les difficultés de la mise en guerre de l’État dans le contexte de la transnationalité et de l’internationalité de la Belle Époque, et laisse imaginer ce que pourrait apporter une étude transnationale et globale de la mise en guerre de l’État dans ce conflit. Suivant une perspective classique dans les études sur les causes et les conditions de l’entrée en guerre, Nicholas Lambert raconte, à partir d’une enquête très neuve, comment l’Amirauté britannique, tirant les conclusions des débats du début des années 1910 sur l’intrication des économies modernes, avait élaboré un plan de guerre économique massive, fondé sur la mobilisation de l’hégémonie navale britannique et sa domination informelle sur un grand nombre de pays potentiellement neutres, visant à étouffer le Reich allemand en quelques semaines. L’Amirauté était parvenue à obtenir tous les blancs-seings nécessaires pour agir dans ce sens dès les premières heures du conflit, sans en référer aux autorités civiles. Ce plan d’action prévoyait l’application d’un blocus financier, commercial, agricole à l’échelle mondiale de l’Allemagne, ce qui impliquait aussi son intervention dans à peu près tous les domaines concernés, l’énorme mobilisation d’informations et le considérable déploiement de moyens.

  • 82 Ibid., notamment p. 497-499.

37Or, Lambert montre qu’au bout de deux semaines, avant même qu’aient eu lieu les premiers affrontements militaires majeurs sur le continent, la stratégie de l’Amirauté suscitait une levée de boucliers de la part des banquiers, des hommes d’affaires, immédiatement frappés dans leurs activités bien au-delà des secousses créées immédiatement par l’instabilité monétaire, bancaire et commerciale liée à la déclaration de guerre, mais aussi de nombre de hauts fonctionnaires, ulcérés par la mainmise de l’Amirauté sur leurs domaines d’action et la déstabilisation massive que le plan de guerre économique suscitait, bien au-delà des seuls liens avec l’Allemagne, en remettant en cause l’ensemble des relations économiques, diplomatiques et militaires établies au cours des décennies précédentes avec un très grand nombre de pays. Des militaires échouaient ainsi, d’une part, face aux acteurs privés de l’économie atlantique globalisée, en partie pilotée depuis Londres ; d’autre part, face aux hauts fonctionnaires des ministères civils, qui mesuraient les dégâts d’une politique unilatérale mettant en cause tant le fonctionnement habituel de l’État britannique que l’ensemble des liens qu’il avait pu tisser avec leurs homologues des autres États de la mondialisation atlantique, américain et hollandais notamment. Dans le contexte de l’internationalisme étatique, tout n’était donc pas possible. L’imposition de logiques de guerre trop brutales devait être tempérée par la préservation, et surtout la reconfiguration des articulations transnationales de l’État britannique. Le gouvernement britannique s’y efforça en mettant en place un blocus négocié avec les neutres, objectif qui nécessita plus de dix-huit mois de travail précis et patient82. Le cas britannique illustre les tensions très fortes et la complexité des conflits engendrés par l’entrée en guerre en ce qu’elle représentait non pas la poursuite de la politique de l’État national par d’autres moyens, ou son passage à la limite, comme il est coutume au fond de la représenter dans une bonne part de l’historiographie, mais au contraire une rupture avec des décennies de construction internationale des structures étatiques et d’organisation transnationale de l’économie, parfois très complexe à mettre en œuvre malgré le simplisme des options offertes par le régime binaire de la belligérance.

38Le livre de Lambert permet aussi de rappeler une évidence wébérienne concernant la logique de l’État, mais dont il faut pousser au bout la démonstration dans une perspective transnationale : à y regarder de près, l’État n’existe pas, du moins comme un acteur unique, coordonné et cohérent ; il s’agit toujours en réalité d’un système de rapports de force entre des acteurs variés, non seulement à l’intérieur de l’institution elle-même, entre ses différentes agences, ses différents ministères, ses différents services, ses différentes strates, mais encore face aux instances parlementaires, exécutives et judiciaires qui déterminent le contenu de la politique menée, en relation avec les partis, les groupes de pression et les pouvoirs régionaux et locaux, tout ce qu’on a pu appeler le « champ politique ». Mais il faut aussi prendre conscience, si l’on parle des acteurs humains et non humains de ces institutions, du degré de porosité des frontières de l’État : nombre d’acteurs revêtus de l’autorité d’une institution de l’État ne le sont qu’à un moment de leur vie ; tous, aussi profondément investis dans une trajectoire politique ou une carrière de fonctionnaires soient-ils, sont dans le même temps des acteurs de la société civile, à travers leurs liens familiaux, leur patrimoine, leurs investissements, leurs consommations ; tous interagissent avec des figures éminentes d’activités économiques, syndicales, religieuses, culturelles, dont les occupations relèvent de logiques de marché, de logiques de champ, et s’inscrivent dans les dynamiques de la société industrielle et marchande de l’Europe atlantique de la Belle Époque. Tous arbitrent donc entre différentes positions, entre différentes appartenances, synchroniques ou diachroniques, et le pouvoir d’État n’est à ce titre qu’une forme de pouvoir parmi d’autres, qu’une forme d’organisation parmi d’autres, dont le périmètre et la puissance dépendent de rapports de force internes au champ que représente le système constitué par tous ceux qui disposent d’un pouvoir, d’une chance de faire prévaloir leurs points de vue et leurs projets. Dans ce champ du pouvoir, comme le désignait Pierre Bourdieu, celui d’État n’en est qu’une forme parmi d’autres, que les acteurs sont susceptibles, à certains moments, d’utiliser, de soutenir ou de faire grandir pour faire prévaloir leurs points de vue, ou bien de contester, de limiter voire de combattre. Penser les mises en guerre de l’État, c’est donc penser ce que la guerre fait aux champs nationaux du pouvoir.

  • 83 P. Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992. Que (...)
  • 84 Le capital international n’apparaît à aucun moment comme décisif pour la production du statut des é (...)

39La difficulté naît de ce que la théorie du champ du pouvoir a été conçue dans une perspective très différente de celle qui anime le « tournant global ». Le point de vue de Pierre Bourdieu, comme ceux de Max Weber et d’Émile Durkheim avant lui, était assez étroitement national-méthodologique : l’équivalence entre la « société » et la population encadrée par un État est, selon lui comme pour bien d’autres, une forme de postulat, rendu en quelque sorte inévitable par la dépendance aux productions statistiques des agences d’État, elle-même inhérente à une sociologie s’appuyant beaucoup sur une analyse morphologique et structurale quantitative. Il ne laisse donc guère de place aux multiples liens sociaux liant les membres d’une « société » à des acteurs situés en dehors des frontières nationales, et ce, pas seulement dans ses marges frontalières ; guère de place non plus à la question du capital international ou transnational dans le pouvoir des dominants ou des subversifs, qu’il s’agisse de la littérature83 ou de la haute fonction publique84.

  • 85 Gisèle Sapiro parle de « l’ancrage national des champs », et, en bonne logique, présente sa rapide (...)
  • 86 Voir notamment G. Sapiro, « Introduction », L’espace intellectuel en Europe, G. Sapiro éd., ouvr. c (...)
  • 87 Contrairement à l’analyse de Pierre Bourdieu en termes de « méta-champ ».

40Reconnaissant implicitement ou explicitement ces limites, des sociologues se réclamant de Bourdieu ont proposé une articulation de la théorie des champs avec le « tournant global », et notamment des champs nationaux du pouvoir, à l’échelle internationale. Toutefois, pour Gisèle Sapiro ou Yves Dezalay, les dynamiques transnationales et internationales restent secondes par rapport aux dynamiques nationales, non en ce qu’elles seraient d’importance moindre, mais en ce qu’elles viennent, en quelque sorte, s’ajouter aux dynamiques nationales, et notamment à l’évidence de la structuration nationale des champs, produit d’un État lui-même naturellement national85. Héritiers en cela d’une perspective sociologique nationale-méthodologique, ils sont par ailleurs limités par leur usage de la chronologie, typique des travaux de sociologie intéressés à la double question de la nationalisation et de la globalisation : situant la mondialisation ou l’internationalisation dans une chronologie courte (les années 1920-1940 pour l’internationalisation de la vie intellectuelle chez Sapiro86, la domination américaine à partir du développement des grandes fondations mais surtout après 1945, chez Dezalay), et lui opposant une époque d’avant, principalement nationale et coloniale, où l’État national représentait la forme principale, sinon exclusive, de la domination institutionnalisée, ils séquencent inévitablement, selon un même schéma, l’articulation entre national, international et transnational. Ce faisant, le modèle qu’ils proposent pour articuler champ du pouvoir et transnationalité rend impensable la croissance synchronique des transnationalités de la société industrielle, de l’État national et de l’internationalisation étatique, pendant toute la période qui précède la Grande Guerre. Ce modèle échoue à restituer les logiques par lesquelles l’État national impérial représente alors l’une des formes du pouvoir social à l’intérieur d’un champ du pouvoir transnational, et pas nécessairement la dominante87.

41Pour dépasser cette limite, et donc parvenir à penser dans une perspective transnationale à la fois l’entrée en guerre, les transformations des États dans la poursuite d’un conflit long et inédit par son ampleur et les conditions dans lesquelles ceux-ci sont ensuite sortis de l’état de guerre, il faut proposer une articulation de l’apport du tournant global avec la tradition sociologique, qui permette de rouvrir les terrains d’enquête trop vite fermés par le nationalisme méthodologique.

  • 88 J.-F. Bayart, Le gouvernement du monde. Une critique politique de la mondialisation, Paris, Fayard, (...)
  • 89 Ibid., notamment dans le chapitre 3, « Les fondements sociaux de la mondialisation », p. 134 et sui (...)
  • 90 Notamment M. Mann, The Sources of Social Power, Londres, Cambridge University Press, 1986.
  • 91 S. Kott, « Dynamiques de l’internationalisation : l’Allemagne et l’Organisation internationale du t (...)
  • 92 Voir par exemple les travaux de Leslie Sklair et Niilo Kauppi.
  • 93 Celle-ci a en effet offert des explications culturalistes et psychologisantes largement invérifiabl (...)

42De ce point de vue, l’idée de champ du pouvoir transnational (et pas seulement international) paraît la plus efficace, et la plus prometteuse. Jean-François Bayart, dans les premiers chapitres de son Gouvernement du monde88, a proposé l’un des seuls récits historiques à l’échelle mondiale qui réellement permette d’esquisser (c’est un récit rapide, compte tenu du format du livre) l’articulation entre la densification des circulations mondiales et l’intensification du pouvoir de l’État, en recourant précisément à la notion de champs historiques transnationaux89, seule façon, à mon sens, de situer le rôle de l’État et de l’étatisation comme l’une des ressources disponibles, avec ses coûts et ses avantages, à l’intérieur des luttes mondiales pour le pouvoir social. Dans la lignée de Michael Mann90, des travaux de Sandrine Kott sur l’intrication du champ du pouvoir allemand dans les logiques complexes de l’internationalisation91, mais aussi de ceux qui travaillent sur la transnationalité des groupes sociaux92 pour une période récente ou très récente, on pourrait ainsi peut-être renouveler la compréhension de la Grande Guerre en l’envisageant comme un moment de reconfiguration de l’État national impérial à l’intérieur du champ du pouvoir mondial, de manière à sortir de l’histoire diplomatique, fût-elle raffinée, du récit plurinational centré sur quatre ou cinq belligérants ou du mentalisme panique de l’histoire culturelle93.

Notes

1 Voir l’introduction du présent ouvrage.

2 Voir notamment C. Tilly, Contrainte et capital dans la formation de lEurope : 990-1990, Paris, Aubier (Histoires), 1992, mais aussi P. Mathias, P. O’Brien, « Taxation in Britain and France 1715-1810 : A comparison of the social and economic incidence of taxes collected for the central government », Journal of European Economic History, vol. 5, no 3, 1976, p. 601-650, et J. Brewer, The Sinews of Power. War, Money and the English State, 1688-1783, Londres, Routledge, 1989.

3 C’est la formule utilisée par Charles Maier pour le titre de son chapitre dans A World Connecting, 1870-1945, E. S. Rosenberg éd., Cambridge, Harvard University Press, 2012, chap. 1, notamment p. 27.

4 Il s’agit de Léon Daudet, dans son livre La guerre totale, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1918, et bien sûr d’Erich Ludendorff, qui utilise le terme dans l’écriture de ses Mémoires dès 1918 (Der Totale Krieg paraîtra en 1935).

5 Voir notamment D. Bell, The First Total War : Napoleon’s Europe and the Birth of Modern Warfare, Londres, Bloomsbury, 2008. Sur la notion de guerre totale et son caractère asymptotique, voir J. Kocka, Facing Total War : German Society, 1914-1918, Cambridge, Harvard University Press, 1984.

6 Voir notamment J.-L. Robert, J. Winter éd., Capital Cities at War : Paris, London, Berlin, 1914-1919, vol. 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

7 Hagen Schulze évoque ainsi la période de la guerre de trente ans du xxe siècle, de 1914 à 1945, comme celle de l’État national total : H. Schulze, États et nations dans l’histoire de l’Europe, Paris, Seuil, 1996, chap. 3.

8 Notamment C. Charle, La crise des sociétés impériales : Allemagne, France, Grande-Bretagne, 1900-1940. Essai d’histoire sociale comparée, Paris, Seuil, 2001, et tout particulièrement le chapitre 4, « Dynamiques sociales comparées ».

9 C’est le cas de C. A. Bayly, La naissance du monde moderne, 1780-1914 [2004], Paris, Éditions ouvrières, 2006, et de C. S. Maier, « Leviathan 2.0 », A World Connecting, E. S. Rosenberg éd., ouvr. cité.

10 C. A. Bayly, La naissance du monde moderne, ouvr. cité ; C. Charle, La crise des sociétés impériales, ouvr. cité ; H. Schulze, États et nations dans l’histoire de l’Europe, ouvr. cité ; E. Hobsbawm, Nations and Nationalism since 1780 : Programme, Myth, Reality, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, entre autres.

11 Pour une synthèse commode et affûtée, voir A. Caillé, S. Dufoix éd., Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013.

12 K. H. O’Rourke, J. G. Williamson, Globalization and History : The Evolution of a Nineteenth-century Atlantic Economy, Boston, MIT Press, 2001.

13 Voir aussi P. J. Cain, A. G. Hopkins, British Imperialism, 1688-2000 [1992], Harrow, Pearson, 2002 ; J. Belich, Replenishing the Earth : The Settler Revolution and the Rise of the Angloworld, Oxford, Oxford University Press, 2011.

14 J. Osterhammel, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichtedes 19. Jahrhunderts, Munich, C. H. Beck, 2009, p. 20 ; K. Sugihara, Japan, China and the Growth of the Asian international Economy, 1850-1949, vol. 1, Oxford, Oxford University Press, 2005.

15 Voir A. McKeown, « Global migration, 1846-1940 », Journal of World History, vol. 15, no 2, 2004, p. 155-189.

16 H. Blais, Mirages de la carte : l’invention de l’Algérie coloniale, xixe-xxe siècle, Paris, Fayard, 2014.

17 D. Headrick, The Invisible Weapon : Telecommunications and International Politics 1851-1945, Oxford, Oxford University Press, 1991.

18 E. S. Rosenberg éd., A World Connecting, ouvr. cité, notamment le chapitre 4 : S. C. Topik, A. Wells, « Commodity chains in a global economy ».

19 C. Strikwerda, « The troubled origins of European economic integration : International iron and steel and labor migration in the era of World War I », The American Historical Review, vol. 98, no 4, 1993, p. 1106-1129.

20 Voir notamment B. Eichengreen, Globalizing Capital : A History of the International Monetary System, Princeton, Princeton University Press, 2008, mais aussi P. J. Cain, A. G. Hopkins, British Imperialism, ouvr. cité, et Y. Cassis, Les capitales du capital : histoire des places financières internationales, 1780-2005, Paris, Honoré Champion, 2008.

21 Cité par P. Ziegler, The Sixth Great Power. Barings, 1762-1929, Londres, Harper Collins, 1986, p. 320 (traduction personnelle).

22 Notamment dans Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? [2004], traduit par A. Duthoo, Paris, Aubier, 2006.

23 Voir, parmi d’autres, Runaway World : How Globalisation is Reshaping our Lives, Londres, Profile Books, 2011.

24 En dernier lieu, La globalisation, une sociologie, Paris, Gallimard (Essais), 2009.

25 G. Sapiro éd., L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation, xixe-xxie siècle, Paris, La Découverte, 2009, notamment le chapitre 3, qui aborde l’internationalisation de la vie intellectuelle au cours des années 1920 (mais le sous-titre de l’ouvrage évoque aussi très clairement cette mise en perspective chronologique implicite et très convenue).

26 R. Baldwin, P. Martin, Two Waves of Globalisation : Superficial Similarities, Fundamental Differences, Cambridge, National Bureau of Economic Research, 1999.

27 Voir notamment B. Gills, A. G. Frank, The World System : Five Hundred Years Or Five Thousand ? Londres, Routledge, 2014.

28 J. H. Bentley, « Hemispheric integration, 500-1500 C.E. », Journal of World History, vol. 9, no 2, 1998, p. 237-254 ; et, bien sûr, les chapitres de C. A. Bayly, A. Bennison, T. Ballantyne dans Globalization in World History, A. G. Hopkins éd., Londres, Pimlico, 2002.

29 C. A. Bayly, La naissance du monde moderne, ouvr. cité ; R. F. Hamilton, H. H. Herwig, Decisions for War, 1914-1917, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

30 Et d’ailleurs bien connue de nombre d’observateurs de cette époque, qu’ils l’aient présentée comme une malédiction ou comme une bénédiction ; le cas de Norman Angell, auteur de The Great Illusion, est célèbre, qui théorise en 1910 l’impossibilité, dans un monde aussi étroitement intriqué que celui du début du xxe siècle, de toute guerre de grande ampleur.

31 « Par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. Au grand regret des réactionnaires, elle a enlevé à l’industrie sa base nationale. Les vieilles industries nationales ont été détruites et le sont encore chaque jour […]. Les œuvres intellectuelles d’une nation deviennent la propriété commune de toutes. L’étroitesse et l’exclusivisme nationaux deviennent de jour en jour plus impossibles » ; p. 9-10 de l’édition électronique de J.-M. Tremblay, en ligne : [https://www.ucc.ie/archive/hdsp/Literature_collection/Manifest_French.pdf] (consulté le 17 janvier 2018).

32 C’est dans une large mesure l’interprétation que proposait Arno Mayer dans La persistance de l’Ancien Régime : l’Europe de 1848 à la Grande Guerre, Paris, Aubier, 2010, reprenant en cela pour une part le diagnostic de John Hobson sur l’impérialisme britannique comme produit d’une tendance profondément vicieuse de l’économie britannique à l’exportation de capitaux, du fait de la sous-consommation dans laquelle un système politique fermé maintenait l’essentiel des catégories populaires. C’est aussi la lecture de Craig Murphy, qui voit dans la course à la guerre le fourvoiement des libéraux de l’internationale industrielle qui se laissent fasciner par le décorum et la morgue aristocratiques : C. Murphy, International Organization and Industrial Change : Global Governance since 1850, Cambridge, Polity Press, 1994, p. 152.

33 C’est le cas dans C. S. Maier, « Léviathan 2.0 », A World Connecting, E. S. Rosenberg éd., ouvr. cité, notamment pour ce qui concerne les révolutions politiques en Chine, en Russie, en Turquie, en Iran et au Mexique avant la Grande Guerre, p. 213 et suivantes.

34 Terme utilisé notamment par John Boli pour décrire le système des organisations non gouvernementales et leur contribution aux systèmes des relations internationales depuis le deuxième tiers du xixe siècle : J. Boli, G. M. Thomas, Constructing World Culture : International Nongovernmental Organizations Since 1875, Stanford, Stanford University Press, 1999.

35 C’est le terme choisi par D. Rodogno, B. Struck, J. Vogel, Shaping the Transnational Sphere : Experts, Networks and Issues from the 1840s to the 1930s, New York, Berghahn Books, 2014.

36 C. Tapia, J. Taieb, « Conférences et congrès internationaux de 1815 à 1913 », Relations internationales, no 5, 1976 ; voir aussi M. Schulz, « Did norms matter in nineteenth century international relations ? », An Improbable War ? The Outbreak of World War I and European Political Culture Before 1914, H. Afflerbach, D. Stevenson éd., New York, Berghahn Books, 2012.

37 M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism : Culture, Society, and Politics from the 1840s to the First World War, M. H. Geyer, J. Paulmann éd., Oxford, Oxford University Press, 2001.

38 J. Osterhammel, Die Verwandlung der Welt, ouvr. cité, notamment le chapitre 9, « Mächtesysteme, Kriege, Inernationalismen ».

39 Sur ce point, à nouveau P. J. Cain, A. G. Hopkins, British Imperialism, ouvr. cité, notamment le chapitre « The terms of the trade : expansion and imperialism », dans la première partie.

40 Sur l’instabilité fondamentale de la société industrielle atlantique jusqu’au milieu du xixe siècle et l’intense construction de réseaux informels et formels qui s’y déploient, de la part d’acteurs publics comme privés, voir P. Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997.

41 C. Murphy, International Organization and Industrial Change, ouvr. cité, p. 147 et suivantes.

42 Le grand livre de J. Osterhammel, Die Verwandlung der Welt, ouvr. cité, tout en étant imprégné de lectures et orientations transnationalistes et globalistes, réitère au fond une présentation très diplomatique du « système des États » du xixe siècle.

43 C’est depuis longtemps la perspective de certains politistes de premier plan, bien sûr, et en premier lieu celle développée par R. Keohane, J. Nye, Transnational Relations and World Politics, Boston, Harvard University Press, 1972, mais les auteurs présentaient cette évolution comme récente, liée au développement des entreprises multinationales et à la forme économique et libre-échangiste de l’empire américain, alors que les périodes précédentes étaient dominées par les seuls jeux interétatiques.

44 C’est au fond la perspective de l’analyse de ce mouvement en termes de « communauté épistémique » ; voir, pour une synthèse critique sur cette forme d’analyse de l’internationalité des années 1850-1950, S. Kott, « Une “communauté épistémique” du social ? Experts de l’OIT et internationalisation des politiques sociales dans l’entre-deux-guerres », Genèses, vol. 71, no 2, 2008, p. 26-46.

45 Voir M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism, M. H. Geyer, J. Paulmann éd., ouvr. cité, notamment p. 133, et surtout son ouvrage Hintertüren zur Macht : Internationalismus und modernisierungsorientierte Aussenpolitik in Belgien, der Schweiz und den USA 1865-1914, Oldenbourg, Oldenburg Wissenschaftsverlag, 2000.

46 W. T. Stead, The United States of Europe on the Eve of the Parliament of Peace, New York, Doubleday & McClure Company, 1899, p. 36.

47 M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism, M. H. Geyer, J. Paulmann éd., ouvr. cité, p. 140.

48 C’est nettement le cas de l’Union internationale de Berne, établie par un traité multilatéral en 1886, et rapidement solidifiée grâce à la création d’un bureau permanent, à Berne (le BIPI), qui a nécessité plus de trente années de campagnes, de mobilisations, de manœuvres et de coups de force de la part d’écrivains, d’éditeurs, de journalistes et de juristes, avant de réellement mobiliser les diplomates et les ministères de leur État d’appartenance. Voir sur ce point I. Löhr, Die Globalisierung Geistiger Eigentumsrechte : Neue Strukturen Internationaler Zusammenarbeit, 1886-1952, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2010.

49 Sur ce point, voir, en dernier lieu, P. Rabault-Feuerhahn, W. Feuerhahn éd., La fabrique internationale de la science, no 12 de la Revue germanique internationale, 2010.

50 Parmi bien d’autres exemples, le congrès international des éditeurs, étudié par T. Loué, « Le congrès international des éditeurs. Autour d’une forme de sociabilité professionnelle internationale (1896-1938) », Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, actes du colloque international de Sherbrooke, J. Michon et J.-Y. Mollier éd., Québec-Paris, Presses de l’Université Laval - L’Harmattan, 2001 ; ou les congrès internationaux sur la pédagogie et les réformes scolaires, étudiés par D. Matasci, L’école républicaine et l’étranger. Une histoire internationale des réformes scolaires en France, 1870-1914, Lyon, ENS Éditions, 2015.

51 Ce qui rend aussi la lecture de la séquence terrible de l’été en termes de « malentendus de classe » proposée par Charle dans son chapitre intermédiaire de La crise des sociétés impériales finalement bien malaisée à suivre : présenter l’intercompréhension entre les hommes de pouvoir européens comme très difficile, du fait de la différence radicale de leur habitus de classe et des anticipations que celui-ci produit revient à ignorer que les élites républicaines, les gentlemen de l’empire britannique et les junkers prussiens étaient en contact régulier depuis des décennies, qu’ils avaient appris à travailler ensemble depuis longtemps, très souvent sans heurt majeur. Aucun de ces groupes sociaux n’a été brusquement mis en contact avec ses équivalents étrangers au moment de la crise de l’été 1914, et tous les fonctionnaires et décideurs politiques de ces pays avaient appris depuis longtemps, malgré leurs différences sociales et l’asymétrie de leurs positions dans leurs divers champs du pouvoir, à inventer des échelles de commensurabilité pour parvenir aux très nombreux accords auxquels ils parvinrent de manière tout à fait régulière à l’âge des empires.

52 Les éditeurs de The Mechanics of Internationalism assument l’ambiguïté du terme, qui accole en quelque sorte les logiques de l’internationalité institutionnelle et celles des entreprises politiques prétendant viser l’unification du monde, les internationalismes.

53 Voir notamment M. Koskenniemi, J. Crawford éd., The Cambridge Companion to International Law, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, et bien sûr M. Koskenniemi, The Gentle Civilizer of Nations : The Rise and Fall of International Law 1870-1960, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; H. Lauterpacht, Memorial Lectures, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

54 F. de Martens, Traité de droit international, traduit du russe par A. Léo, Paris, Chevalier-Maresq, 1883-1887.

55 Voir par exemple P. Kazansky, « Théorie de l’administration internationale », Revue générale de droit international public, no 9, 1902.

56 Sur ce point, voir M. Schulz, « Did norms matter in nineteenth-century international relations ? », An Improbable War ? H. Afflerbach, D. Stevenson éd., ouvr. cité.

57 Pour tout ceci, M. Herren, « Governmental internationalism », The Mechanics of Internationalism, M. H. Geyer, J. Paulmann éd., ouvr. cité.

58 C’est précisément la multilatéralisation qui permet de dépasser nombre de conflits, de lisser les affrontements, de dépasser les logiques de guerre, comme dans le cas de la connexion du système ferroviaire français avec le système ferroviaire allemand à la fin du xixe siècle, qui n’est acquise que parce qu’elle est négociée dans un contexte multilatéral engageant de nombreux pays européens ; sur ce point, voir C. Murphy, International Organization and Industrial Change, ouvr. cité, p. 220.

59 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe, xviiie-xxe siècle, Paris, Seuil, 1999.

60 D. Matasci, L’école républicaine et l’étranger, ouvr. cité, notamment les troisième et quatrième chapitres de l’ouvrage.

61 P.-A. Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du xixe siècle à nos jours », Annales HSS, vol. 66, no 2, 2011, p. 335-373, en ligne : [https://www.cairn.info/revue-annales-2011-2-page-335.htm] (consulté le 17 janvier 2018). Voir aussi A. Zolberg, « The great wall against China : Responses to the first immigration crisis, 1888-1925 », Migration, Migration History, History, J. et L. Lucassen éd., Berne, Peter Lang, 1999, et D. Feldman, « Migrants, immigrants and welfare from the Old Poor Law to the Welfare State », Transactions of the Royal Historical Society, vol. 13, 2003, p. 79-104.

62 Voir notamment G. Noiriel, Réfugiés et sans-papiers : la République face au droit dasile, xixe-xxe siècle, Paris, Hachette littératures, 1998.

63 P.-A. Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux », art. cité, p. 344.

64 Pour la politique sociale, il faut bien sûr évoquer M. Herren, Internationale Sozialpolitik vor dem Ersten Weltkrieg : die Anfänge europäischer Kooperation aus der Sicht Frankreichs, Berlin, Duncker & Humblot, 1993 ; sur l’histoire de la fiscalité, un des outils majeurs des États modernes, voir H. Nehring, F. Schui éd., Global Debates about Taxation, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007.

65 Sandrine Kott montre combien cette intrication étroite concerne aussi bien sûr l’entre-deux-guerres, à partir du cas des fonctionnaires et syndicalistes allemands engagés dans le BIT : « Dynamiques de l’internationalisation : l’Allemagne et l’Organisation internationale du travail (1919-1940) », Critique internationale, vol. 52, no 3, 2011, p. 69‑84.

66 Voir par exemple J. de Jong, « The principles of steam : Political transfer and transformation in Japan, 1868-1889 », European Review of History : Revue européenne d’histoire, vol. 12, 2005, p. 269-290, parmi bien d’autres, pour le cas japonais. Je remercie Nicolas Delalande de m’avoir suggéré cette référence, de même que celle de la note 64 concernant l’histoire de la fiscalité.

67 Emmanuel Lozerand décrit ainsi la construction de la science littéraire nationale japonaise et, à travers elle, celle d’une université de type européen, à travers l’importation de modèles allemands, français et anglais, dont la mise en concurrence et l’articulation complexe aux logiques du champ du pouvoir japonais produisirent une forme d’institution littéraire nationale à la fois spécifique et parfaitement comparable avec celles des concurrents occidentaux. E. Lozerand, Littérature et génie national. Naissance d’une histoire littéraire dans le Japon du xixe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

68 Le cas de la mise sous tutelle de l’administration fiscale ottomane et de sa transformation par une commission internationale multilatérale à partir de 1881 est étudié notamment par C. Tunce, Sovereign Debt and International Financial Control. Middle East and the Balkans, 1870-1914, Londres, Palgrave Macmillan, 2015. Je remercie à nouveau Nicolas Delalande pour cette référence précieuse, et d’une manière générale pour sa lecture stimulante et riche d’une version antérieure de ce chapitre.

69 Voir W. E. J. Tips, Gustave Rolin-Jaequemyns and the Making of Modern Siam : The Diaries and Letters of King Chulalongkorn’s General Adviser, Bangkok, Cheney, 1996.

70 À condition bien sûr de rappeler que ces mobilités ne leur étaient pas réellement extérieures, mais qu’ils contribuaient aussi beaucoup à les stimuler et les entretenir.

71 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985, notamment le chapitre 2, « Les jeux de l’échange ».

72 C. Tilly, Contrainte et capital dans la formation de l’Europe, 990-1990, ouvr. cité.

73 Pour une vision synthétique de ce mouvement historiographique, voir P.-Y. Saunier, Transnational History, Theory and History, New York, Palgrave Macmillan, 2013.

74 Il ne s’agit pas de développer ce point considérable ici, par manque évident de place. Le rôle des empires coloniaux dans la Grande Guerre est par ailleurs l’un des aspects les moins mal connus de l’histoire globale de la Grande Guerre. Qu’il suffise de citer pour guide, dans ces vastes bibliothèques que représente l’histoire impériale, le livre dirigé par Antoinette Burton, After the Imperial Turn : Thinking with and through the Nation, Durham, Duke University Press, 2003, qui offre par ailleurs un point de vue en quelque sorte post-impérial, permettant d’en tirer le plus grand profit tout en en pointant les éventuelles limites.

75 Ce qui aboutit aussi bien sûr à surestimer massivement l’originalité de la Grande Guerre comme invention d’un corporate government, ou d’un État corporatiste, où s’articulent étroitement logiques privées et publiques. Un regard sur la construction du système des organisations internationales depuis 1850 montre que cette coordination, certes complexe et incertaine, est en réalité permanente, à partir du moment où, dans un contexte de paix relative, la concurrence interétatique se joue de plus en plus sur des critères de développement économique et de prospérité des populations et où se déploient des politiques publiques de développement économique, sinon systématiques, du moins de plus en plus cohérentes, y compris dans un contexte de laisser-faire libéral.

76 P. Fridenson éd., 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977 ; J. Horne éd., State, Society and Mobilization in Europe during the First World War, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 ; R. Chickering, S. Förster éd., Great War, Total War, ouvr. cité.

77 J. Winter éd., The Cambridge History of the First World War, vol. 2, The State, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

78 Sur ce point, toutefois, voir M. Horn, Britain, France, and the Financing of the First World War, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2002.

79 E. Greenhalgh, Victory through Coalition. Britain and France during the First World War, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

80 Elle n’aborde la question que dans son chapitre le plus rapide, le dernier, « Politics and bureaucracy of supply », pour insister précisément sur le fait que les civils, notamment autour d’Eric Geddes, de Joseph Maclay, d’Étienne Clémentel et de Jean Monnet, avaient plus vite et mieux réussi leur coordination transnationale que les militaires. Rien d’étonnant à cela, si l’on replace l’histoire des États avant 1914 dans leur bain transnational : les hauts fonctionnaires et nombre d’hommes politiques avaient appris depuis longtemps à créer, animer et dynamiser ces réseaux.

81 N. Lambert, Planning Armageddon : British Economic Warfare and the First World War, Cambridge, Harvard University Press, 2012.

82 Ibid., notamment p. 497-499.

83 P. Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992. Que Baudelaire ait publié beaucoup plus de textes liés à Edgar Poe qu’à sa propre poésie ; que l’industrialisation de l’édition littéraire (considérée par Bourdieu comme essentielle pour comprendre la naissance de la logique du champ littéraire) soit liée à Louis Hachette et à son importation massive d’auteurs et de méthodes issus du système littéraire londonien, ne donne aucune place à la moindre forme de transnationalité dans les évolutions qui rendent compte de la naissance du champ littéraire.

84 Le capital international n’apparaît à aucun moment comme décisif pour la production du statut des élites d’État dans P. Bourdieu, La noblesse d’État, Paris, Minuit, 1989, par exemple.

85 Gisèle Sapiro parle de « l’ancrage national des champs », et, en bonne logique, présente sa rapide discussion de ce que fait la perspective transnationale à la théorie des champs en développant successivement la nationalisation des champs par l’État, les stratégies d’internationalisation et les conditions d’émergence de champs transnationaux ; voir « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l’histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 200, no 5, 2013, p. 70‑85. L’ensemble de l’analyse d’Yves Dezalay tend à présenter les « courtiers de l’international » comme des intermédiaires entre champs du pouvoir nationaux, et à les situer précisément parmi ceux qui ont accumulé un fort pouvoir national ; il parle ainsi très significativement d’une « internationale des élites nationales » ; voir Y. Dezalay, « Les courtiers de l’international. Héritiers cosmopolites, mercenaires de l’impérialisme et missionnaires de l’universel », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 151-152, no 1, 2004, p. 4-35.

86 Voir notamment G. Sapiro, « Introduction », L’espace intellectuel en Europe, G. Sapiro éd., ouvr. cité.

87 Contrairement à l’analyse de Pierre Bourdieu en termes de « méta-champ ».

88 J.-F. Bayart, Le gouvernement du monde. Une critique politique de la mondialisation, Paris, Fayard, 2004, notamment le chapitre 2.

89 Ibid., notamment dans le chapitre 3, « Les fondements sociaux de la mondialisation », p. 134 et suivantes.

90 Notamment M. Mann, The Sources of Social Power, Londres, Cambridge University Press, 1986.

91 S. Kott, « Dynamiques de l’internationalisation : l’Allemagne et l’Organisation internationale du travail (1919-1940) », art. cité.

92 Voir par exemple les travaux de Leslie Sklair et Niilo Kauppi.

93 Celle-ci a en effet offert des explications culturalistes et psychologisantes largement invérifiables à la violence nouvelle de la guerre. B. Wilfert-Portal, « Aux sources d’une histoire controversée. Une lecture de 14-18, retrouver la guerre de S. Audoin-Rouzeau et A. Becker », L’ordinaire de la guerre, no 53 d’Agone, 2014, p. 37‑59.

Lire

Open access