Version classiqueVersion mobile

Les mises en guerre de l'État

 | 
Sylvain Berstchy
, 
Philippe Salson

Section 2.3. Des notables à l’initiative

Entre improvisation et intervention : le rôle des autorités locales dans le ravitaillement en nourriture des villes du front français1

Alex Dowdall
Traduction de Anne-Sophie Anglaret

Texte intégral

  • 1 Cette contribution a été traduite de l’anglais par Anne-Sophie Anglaret.

1Dans sa grande étude sur l’État français durant la Première Guerre mondiale, Pierre Renouvin résumait ainsi le rôle accru du gouvernement dans l’organisation du ravitaillement :

  • 2 P. Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, Paris, Presses universitaires de France, 1925, p (...)

Pour soutenir la lutte, le pays a besoin de toutes ses forces, de toutes ses ressources. Le gouvernement distribue les rôles ; il organise la mobilisation industrielle. […] Il faut qu’il permette aux habitants de se nourrir, de se vêtir dans des conditions raisonnables. Ce n’est pas l’initiative privée qui peut y pourvoir, en temps de crise. L’État intervient ; il fait face sans cesse à ses nouveaux devoirs ; il prend en charge toute l’économie nationale. […] Par le jeu des mesures progressives, l’activité privée a disparu sous l’emprise de l’étatisme : elle est réglementée, disciplinée, étouffée. […] L’État fixe les prix, répartit les denrées, réquisitionne les produits.2

  • 3 J.-L. Robert, « The image of the profiteer », Capital Cities at War : Paris, London, Berlin, 1914-1 (...)

2La guerre créa des problèmes qui ne pouvaient être résolus par un marché libre et non réglementé. L’État intervint dans l’économie de façon spectaculaire, en s’efforçant d’être efficace et de limiter au maximum les tensions sociales résultant de conditions de vie de plus en plus difficiles. Ces interventions eurent lieu dans un contexte de développement d’un discours de moralité sociale liée à la guerre, accordant une place centrale au ravitaillement alimentaire. Les citoyens demandaient aux autorités de réduire les inégalités et de punir ceux qui faisaient des profits alors que d’autres souffraient3. La nourriture devint un problème-clé qui mit à l’épreuve la capacité de l’État à gérer les ressources, ainsi que l’investissement de la population dans l’effort de guerre.

  • 4 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Seuil, 1984, p. 81 ; (...)

3Toutefois, l’ampleur de l’intervention publique dans le ravitaillement ne fut pas le même dans toute la France. Cela peut être en partie attribué au rôle important des autorités locales dans la gestion des ressources. Avant 1914, la Troisième République avait donné des pouvoirs étendus aux autorités municipales, en leur accordant le contrôle du maintien de l’ordre, de l’emploi et des budgets et en transformant l’hôtel de ville, selon les mots de Jean-Marie Mayeur, en « foyer de vie et d’éducation politique », abritant « la réalité de la vie politique locale »4. En conséquence, après le déclenchement de la guerre, les municipalités jouèrent un rôle important dans la sauvegarde des conditions de vie des habitants. Cette tendance fut visible dans toute la France mais, de même que les effets de la crise alimentaire ne furent pas répartis équitablement à travers le pays, les modes d’intervention des autorités locales dans le ravitaillement différèrent selon les périodes et les lieux. Certaines communes, notamment celles qui se répartissaient des deux côtés du front, souffrirent davantage. Fin 1914, le front de l’Ouest s’était stabilisé dans certaines des régions les plus peuplées et les plus industrialisées de France. De nombreux grands centres urbains se trouvèrent au cœur du conflit le plus destructeur que le monde ait jamais connu. Pendant la guerre de position, ils furent intégrés aux systèmes de défense des armées adverses. Leurs habitants civils risquaient d’être tués ou blessés par les bombardements de l’artillerie et subirent l’occupation militaire des armées française, britannique et allemande. Ces villes étaient situées dans les régions administratives où l’armée disposait de pouvoirs de police étendus – la zone des armées, du côté des Alliés, et l’Etappengebiet (zone d’étape) du côté allemand ; situation qui leur valut d’être menacées par des pénuries chroniques. En dépit de ces conditions difficiles, de nombreux habitants y demeurèrent pendant la plus grande partie de la guerre. La possibilité de demeurer sur le front, exposé au feu, était due en partie au rôle joué par les autorités locales dans le maintien de conditions matérielles acceptables.

4Cette contribution se penchera sur les interventions des autorités locales dans le ravitaillement en nourriture des deux côtés du front de l’Ouest et évaluera les évolutions du pouvoir étatique, au niveau local, entraînées par les occupations militaires et l’exposition directe à la guerre. Elle tentera de déterminer si celle-ci a effectivement constitué un moment d’expansion du pouvoir municipal pour les notables du front et si certains ont été particulièrement enclins et aptes à se saisir de cette opportunité.

Les formes de la politique locale

  • 5 F. Boquillon, C. Guyon, F. Roth, Nancy : du bourg castral à la communauté urbaine, 1000 ans d’histo (...)

5La façon dont les municipalités du front réagirent aux problèmes d’approvisionnement dus au conflit dépendit, en grande partie, des formes de la politique locale d’avant-guerre. Le front de l’Ouest s’étendait sur de nombreuses zones urbaines de taille, structure sociale et orientation politique diverses. Cette contribution portera sur trois exemples. Le premier, Nancy, était l’une des plus grandes villes exposées au feu allemand dans la zone des armées alliées. Centre régional administratif, industriel et culturel important, surtout depuis l’annexion de l’Alsace-Lorraine en 1871, la ville était très clairement située à droite. Elle avait notamment élu député le candidat boulangiste Maurice Barrès en 1889 et la Ligue de la patrie française y avait joué un rôle local de premier plan durant l’affaire Dreyfus. En 1914, on comptait parmi les députés de Nancy le républicain conservateur Louis Marin et le républicain catholique populiste Émile Driant, officier retraité devenu célèbre grâce à ses livres d’aventures militaristes, écrits sous le pseudonyme de colonel Danrit. La droite avait contrôlé le conseil municipal jusqu’en 1912, date à laquelle des républicains plus modérés avaient pris la main sous la direction de Joseph Laurent, qui resta maire jusqu’à sa mobilisation en août 19145. Toutefois, lors de l’entrée en guerre, le conseil municipal était toujours dominé par des libéraux attachés au libre-échange et peu enclins à considérer l’interventionnisme d’un œil favorable.

  • 6 J. Le Goff, « Reims, ville du sacre », Les lieux de mémoire, P. Nora éd., vol. 3, Les France, Paris (...)
  • 7 P. Desportes éd., Histoire de Reims, Toulouse, Privat, 1983, p. 334-336.

6À deux cents kilomètres au nord-ouest de Nancy, Reims constituait également un centre régional influent. La situation politique y était plus complexe. Le rôle historique de sa cathédrale, lieu du sacre des rois de France, faisait de Reims un symbole important au niveau national pour les royalistes et les catholiques français6. Pourtant, dans les années précédant la Première Guerre mondiale, les radicaux et les radicaux-socialistes avaient dominé la politique locale. En 1893, la ville élut Léon Mirman, un socialiste indépendant qui deviendra, pendant les hostilités, préfet de Meurthe-et-Moselle. Sous la direction de Charles Arnould, le conseil municipal mena un programme très anticlérical jusqu’en 1906, puis adopta une politique un peu plus modérée. Le futur maire de guerre de la ville, le docteur Jean-Baptiste Langlet, fut élu en 1908 ; bien que radical et anticlérical, il était enclin au compromis et se chargea d’entretenir l’union sacrée au niveau local après août 19147. En fin de compte, la composition du conseil municipal garantit une position plutôt favorable de Reims quant à l’interventionnisme de guerre.

  • 8 M. Agulhon et al., Histoire de la France urbaine, t. 4, La ville de l’âge industriel : le cycle hau (...)
  • 9 J. Michel, « Syndicalisme minier et politique dans le Nord-Pas-de-Calais : le cas Basly (1880-1914) (...)
  • 10 J. Michel, « Les débuts de la S.F.I.O. dans le bassin houiller du Pas-de-Calais: 1905-1914 », Revue (...)
  • 11 J. Michel, « Syndicalisme minier et politique dans le Nord-Pas-de-Calais », art. cité, p. 19 et 28.
  • 12 Sur le socialisme municipal avant 1914, voir J. W. Scott, « Social history and the history of socia (...)

7La propension à l’interventionnisme était plus forte encore dans notre troisième cas d’étude – le bassin minier du Pas-de-Calais, divisé par le front entre une partie ouest, aux mains des Alliés, et une partie est, occupée par les Allemands. Cette grande agglomération industrielle se caractérisait par un certain degré d’homogénéité économique, sociale et culturelle, avec des mineurs vivant dans des communautés très soudées, soumises au fort paternalisme patronal des compagnies minières8. En 1914, la politique locale avait été en grande partie arrachée au contrôle des employeurs et un mélange atypique de syndicalisme réformiste et de socialisme indépendant faisait d’importants progrès. La figure d’Émile Basly, ancien mineur surnommé le « Tsar de Lens », qui cumulait les charges de conseiller municipal, maire de Lens, député et président du syndicat minier du Pas-de-Calais, dominait la politique locale. Il joua un rôle essentiel dans la promotion du syndicalisme réformiste parmi les mineurs du Pas-de-Calais et contribua grandement à maintenir la Fédération nationale des mineurs hors de la CGT révolutionnaire jusqu’en 19089. Son syndicalisme réformiste se doublait de socialisme parlementaire. L’influence locale de cette position politique limita les incursions dans le Pas-de-Calais du Parti ouvrier français, révolutionnaire et marxiste, de Jules Guesde, dominant dans le département voisin du Nord10. Émile Basly s’appuyait sur une large base électorale. Il remporta les votes des ouvriers en transformant les syndicats de mineurs en machine électorale, tout en faisant appel aux propriétaires et en s’assurant leur soutien tacite11. En août 1914 le bassin minier du Pas-de-Calais, fortement imprégné par le socialisme et le syndicalisme, manifestait aussi sa loyauté à l’égard de l’État. Plus que dans toute autre région du front de l’Ouest, les dirigeants politiques locaux virent dans la guerre l’occasion de développer les programmes de socialisme municipal entamés avant 191412.

  • 13 Archives départementales du Pas-de-Calais, Arras (ADPdC), 11 R 2150, le préfet du Pas-de-Calais aux (...)

8Les villes du front de l’Ouest se répartissaient donc sur tout l’échiquier politique et, à la veille de la guerre, certaines étaient plus enclines que d’autres à l’interventionnisme économique. Socialistes ou conservatrices, elles furent pourtant contraintes de prendre certaines mesures par suite du déclenchement des hostilités. Le préfet du Pas-de-Calais ne disait pas autre chose lorsqu’il souligna, immédiatement après la mobilisation, le rôle important que les maires de son département auraient à jouer dans le conflit. « Forts de l’autorité que vous donne le mandat de confiance dont vous êtes investis, leur dit-il, vous vous attacherez à resserrer les liens qui doivent unir tous vos concitoyens. » Leur fonction était de maintenir la paix et la cohésion sociale, face au poids inévitable de la guerre. La gestion du ravitaillement en nourriture serait une tâche centrale de cette mission. Le préfet les encouragea à réfléchir aux moyens d’arrêter « les spéculations avides, le renchérissement excessif des produits alimentaires de première nécessité » et les pressa d’agir en vue de garantir un ravitaillement stable, des prix justes et une distribution équitable dans leurs localités. Il leur rappela que, dans cet objectif, leurs principaux moyens d’action étaient les « lois du 19 juillet et 5 avril 1884 », les autorisant à plafonner le prix du pain et de la viande. Le préfet pressa également les maires de créer des stocks contrôlés par la municipalité, pour les vendre moins cher, et de faire appel à la générosité des commerçants afin qu’ils n’augmentent pas les prix13. L’empressement avec lequel les conseils municipaux écoutèrent cet appel et saisirent l’occasion d’élargir les responsabilités municipales fut déterminé par la nature de la politique locale. Il dépendit aussi d’un facteur plus essentiel – la situation des communes, après la stabilisation du front à l’automne 1914, du côté allemand ou allié.

Le ravitaillement du côté allié

  • 14 Archives municipales de Reims (AMR), 1 D 65, délibérations du conseil municipal, 7 septembre 1914.
  • 15 Archives nationales, Paris (AN), F/23/102, le préfet de Meurthe-et-Moselle au général en chef, 17 s (...)
  • 16 Service historique de la Défense (SHD), 16 N 2516, le préfet du Pas-de-Calais à la direction de l’a (...)
  • 17 Archives nationales du monde de travail, Roubaix (ANMT), 1994 051 1355, rapport à l’« administrateu (...)

9Les communes situées dans la zone des armées, du côté allié du front, firent toutes face aux mêmes problèmes de ravitaillement. La mobilisation, suivie par l’invasion allemande, bouleversa les réseaux de transports du nord-est de la France et provoqua une crise d’approvisionnement qui entraîna rapidement d’importantes pénuries. Pendant les premières phases de la guerre de mouvement les communes se retrouvèrent isolées et épuisèrent rapidement leurs réserves de nourriture. La mobilisation des agriculteurs affecta la production agricole locale tandis que les réquisitions, des Alliés comme des Allemands, aggravaient la situation. Lorsque les Allemands occupèrent brièvement Reims, par exemple, ils exigèrent plus de 50 000 kilos de viande et 25 000 kilos de légumes14. Mi-septembre 1914, le préfet de Meurthe-et-Moselle signala une situation d’« extrême urgence » dans son département, « ravagé par les opérations de guerre »15. La situation était tout aussi sérieuse dans le Pas-de-Calais où, mi-octobre 1914, le préfet fit savoir que les stocks étaient épuisés et demanda au gouvernement et à l’armée de prendre des mesures d’urgence16. À Nœux-les-Mines, dans le bassin minier, il était impossible de se procurer de la confiture, du beurre et des œufs, et des files d’attente de plusieurs heures se formaient devant les boulangeries17.

  • 18 Archives municipales de Nancy (AMN), 1 D 436, délibérations du conseil municipal, 15 mars 1915, 9 a (...)
  • 19 ADPdC, 11 R 878, le maire Bruay au préfet du Pas-de-Calais, 21 mai 1917.

10Après la stabilisation du front, le manque chronique de transports fiables perpétua cette crise. Les problèmes de transport prirent une importance particulière en raison de l’affaissement de la production agricole locale. Dans l’impossibilité de s’en remettre à des producteurs régionaux, les villes du front de l’Ouest furent obligées d’importer de la nourriture d’autres régions de France, alors même qu’augmentait la dépendance nationale aux produits de l’étranger. Pourtant, la priorité donnée au trafic militaire sur les routes et les chemins de fer menant au front perturbait les livraisons d’importations, causant régulièrement des pénuries locales. Nancy, par exemple, connut une pénurie de viande surgelée en mars 1915, de farine et de sucre en août 1915, de charbon en février 1917 et à nouveau de farine en juillet 191818. Les populations d’autres communes du front subirent de telles privations périodiques. Ainsi, durant l’été et l’automne 1917, les pénuries de pain entraînèrent des troubles dans le bassin minier du Pas-de-Calais et seule la distribution par les compagnies minières des denrées de leurs magasins alimentaires privés permit d’y mettre fin19.

  • 20 L’Éclaireur de l’Est, 26 octobre 1916 ; AMR, 20 W 48, « Cours des denrées alimentaires », 4 juin 19 (...)
  • 21 ADPdC, 11 R 878, rapport du préfet du Pas-de-Calais, 7 avril 1917, et sous-préfet de Béthune au pré (...)

11D’autres problèmes chroniques, comme la hausse des prix, venaient aggraver cette situation. Bien que les indications des sommes payées par les civils pour se nourrir sur le front soient éparses, les sources disponibles font clairement apparaître la tendance à la hausse des prix de la plupart des denrées. Celui du pain resta relativement stable, grâce aux limites que les préfets et les maires avaient pu fixer dès le début de la guerre. Nous le verrons plus loin, les autorités locales limitèrent également les prix de tout un éventail d’autres produits, mais ces mesures visaient à limiter l’inflation plutôt qu’à la prévenir. Ainsi, à Reims, certains produits comme les œufs et le beurre avaient augmenté de près de 90 % en juin 1917, situation pourtant meilleure que dans d’autres grandes villes françaises. Plus grave, en octobre 1916, le porc, viande la plus consommée à Reims, avait vu son prix plus que tripler par rapport à sa valeur d’avant-guerre. Cette hausse significative était sans commune mesure avec celle de 63 % enregistrée dans les autres grandes villes à l’intérieur de la France20. Cette hausse générale des prix s’accompagna de moments de graves difficultés, lorsque des pénuries locales et temporaires entraînèrent l’inflation de produits particuliers. Au printemps 1917, dans le bassin houiller du Pas-de-Calais, par exemple, la conjonction d’une médiocre récolte de pommes de terre et des réquisitions militaires généralisées entraîna une flambée du prix de cette denrée de base, qui atteignit 0,75 franc le kilogramme en avril pour chuter des trois cinquièmes le mois suivant21.

12Toutes les villes françaises, en particulier celles avec une forte concentration de travailleurs dans les industries de guerre, souffrirent de la spéculation, des difficultés d’approvisionnement et de la hausse des prix. Mais les conditions à l’intérieur de la zone des armées alliées rendirent ces problèmes plus aigus. Les pouvoirs locaux comprirent vite qu’il leur fallait agir pour compenser les effets les plus néfastes de cette tendance. Partout, les autorités municipales, en collaboration avec l’État et l’armée, intervinrent dans le libre-échange afin de garantir un ravitaillement stable, de réduire les inégalités et de prévenir l’agitation sociale. Toutefois, le ton et la nature précise de ces interventions varièrent.

  • 22 ADPdC, R 609, le ministère de l’Intérieur au sous-préfet de Béthune, 17 novembre 1916.
  • 23 ADPdC, 11 R 2123, le préfet du Pas-de-Calais au ministère de l’Intérieur, 9 février 1918 (daté par (...)

13Dans le bassin minier du Pas-de-Calais, dominé par les socialistes, l’intervention n’avait pas besoin d’être encouragée et les conseils municipaux se saisirent avec enthousiasme de cette opportunité d’étendre leurs responsabilités, allant jusqu’à agir directement dans l’approvisionnement, la distribution et le petit commerce. De nombreux conseils municipaux de la région aidèrent les commerçants à s’approvisionner, mais établirent également leurs propres commerces. Fin 1916, le ministère de l’Intérieur loua les efforts des maires de l’arrondissement de Béthune, qui avaient limité les hausses de prix « soit par la création de boucheries municipales, soit par l’organisation de la vente directe aux consommateurs de certaines denrées de première nécessité, soit même par la constitution de magasins généraux »22. Fin 1917, Béthune et Bruay disposaient de magasins municipaux vendant des biens à prix fixe et le préfet du Pas-de-Calais pressa les maires de plus petites communes de créer des commissions pour acheter de la nourriture et la céder à des commerçants privés devant la vendre à des prix contrôlés23.

  • 24 Le conseil vota l’achat de nourriture pour plus de 10 millions de francs en 1914 et 1915. Voir AMR, (...)
  • 25 Ville de Reims, Compte rendu des travaux du conseil municipal de 1912 à 1919, présenté par M. le Do (...)
  • 26 Le Courrier de la Champagne, 22 novembre 1915.
  • 27 Ibid., p. 11-12.
  • 28 AMR, 1 D 65, délibérations du conseil municipal, 8 septembre 1915. L’Éclaireur de l’Est, 12 février (...)
  • 29 Ville de Reims, Compte rendu des travaux du conseil municipal de 1912 à 1919, ouvr. cité, p. 14.
  • 30 L’Éclaireur de l’Est, 24 avril 1917.

14De semblables politiques interventionnistes furent mises en œuvre à Reims où le conseil municipal, sous la direction du républicain-radical Jean-Baptiste Langlet, apparut comme l’acteur central du ravitaillement. Non content de coordonner et d’organiser les livraisons aux commerçants privés, le conseil acheta directement la majeure partie des produits alimentaires de la ville24. Entre septembre 1914 et mars 1918, il fournit plus de 97 000 kilos de chocolat, 27 000 tonnes de charbon, 76 500 kilos de haricots et 1,1 million de kilos de pommes de terre aux commerçants restés dans la ville25. Il créa un abattoir municipal, qui devait à l’origine fournir de la viande fraîche aux boucheries privées mais qui, à partir de 1915, fut également chargé de vendre directement aux consommateurs de la viande surgelée, du café, des légumes séchés, des œufs, du beurre, des pâtes et autres produits consommables achetés par la municipalité. En mai 1915, le conseil commença à fixer les prix de la viande, après discussion avec les représentants du secteur et, en novembre 1915, il entreprit d’importer l’ensemble de l’approvisionnement en viande de la ville, que les boucheries privées vendirent ensuite à des prix contrôlés26. La dégradation des conditions, due aux bombardements, ayant entraîné la fermeture de la plupart des boucheries privées, le conseil prit progressivement leur place. Après octobre 1917, il mit également sur pied une laiterie municipale qui vendit directement aux consommateurs plus de 87 000 litres de lait à prix contrôlé27. L’intervention la plus considérable du conseil dans le ravitaillement fut peut-être la soupe populaire municipale, qui s’enracinait dans la longue tradition de charité publique. Créée en collaboration avec la bourse du travail locale au début de février 1915, elle était destinée non seulement aux pauvres de la commune, mais également aux « Rémois qui n’ont point déserté leur ville »28. Lorsque les derniers civils furent évacués de Reims en mars 1918, 1,45 million de repas avaient été distribués29. D’après un journal local, l’institution était une source de fierté dans la ville et rassurait les habitants, assurés de pouvoir se procurer un bon repas à base de soupe, de viande, de légumes, de pain, de café et de bière pour 75 centimes, même lorsqu’ils étaient « arrosé[s] par les bombes »30.

  • 31 M. Augé-Laribé, P. Pinot, Agriculture and Food Supply in France during the War, New Haven, Yale Uni (...)
  • 32 M. Augé-Laribé, P. Pinot, Agriculture and Food Supply in France during the War, ouvr. cité, p. 70.
  • 33 SHD, 16 N 2525, « Loi sur la taxation de denrées et substances, 20 avril 1916 », et note explicativ (...)
  • 34 ADPdC, R 609, le commissaire de police de Béthune au sous-préfet de Béthune, 2 août et 13 novembre  (...)
  • 35 ADPdC, 11 R 2123, « Organisations publiques d’alimentation gérées directement par les administratio (...)

15Dans le bassin minier comme à Reims, l’intervention municipale croissante dans le ravitaillement offrait l’avantage supplémentaire de faire appliquer le contrôle des prix demandé par le gouvernement. Selon une loi révolutionnaire de 1791, les maires pouvaient fixer un maximum pour le prix du pain31. En raison de son rôle central dans tous les régimes alimentaires et de la sensibilité de la population à la hausse de son coût, le pain fut soumis à un contrôle des prix dès le début de la guerre32. Face à l’inflation, le gouvernement fit adopter une loi globale sur le contrôle des prix en avril 1916. Cela permit aux préfets des départements de l’arrière de plafonner les prix d’un nombre défini de produits de consommation. Dans la zone des armées, les dispositions de la loi étaient d’une portée beaucoup plus grande et permettaient aux commandants militaires, en consultation avec les préfets, d’imposer des limites de prix pour presque toute la nourriture et la boisson vendues au front33. L’application de telles mesures était difficile. À Béthune, en août 1916, la police surprit des commerçants à vendre du lait, de l’huile végétale et du beurre plus cher qu’il n’était autorisé, ainsi que du sucre en novembre de la même année34. Toutefois, le contrôle des prix ne permettait que de réguler le commerce privé. Or, nous l’avons vu, à Reims et dans le bassin minier, une grande partie de la population se ravitaillait directement ou indirectement par le biais des autorités publiques. Les communes cédaient régulièrement aux commerçants et aux coopératives des achats en gros destinés à la revente, seulement si celle-ci se faisait dans le respect des prix contrôlés. Par ailleurs, les magasins municipaux vendaient dans les mêmes conditions, ce qui attira de plus en plus de consommateurs en difficulté tout au long de la guerre. Ainsi en mars 1918, le magasin municipal de Béthune, ville dont la population s’élevait avant-guerre à 15 300 habitants, évaluait sa clientèle à 12 000 personnes, principalement parce que toutes les marchandises y étaient vendues dans le respect des limites de prix35. Cette évolution fut une réponse efficace au problème de la vente au-dessus des prix autorisés par des commerçants privés.

  • 36 AMN, 1 D 434, délibérations du conseil municipal, 4 septembre 1914.

16À Reims et dans le bassin minier du Pas-de-Calais, les conseils municipaux se saisirent avec enthousiasme de l’opportunité d’étendre leurs responsabilités et devinrent, par des mesures délibérées, les acteurs principaux de l’approvisionnement et de la distribution de nourriture. La situation fut différente dans la ville de Nancy, politiquement plus conservatrice. La nécessité d’obtenir des provisions suffisantes s’y heurta à l’engagement idéologique de nombreux conseillers municipaux en faveur du libre-échange. M. Antoine, délégué à la supervision du ravitaillement en nourriture au conseil municipal de Nancy, souligna cette tension en déclarant, au début de septembre 1914, que le rôle du conseil municipal était d’« aider les commerçants par tous les moyens et [de] ne les remplacer que dans la plus petite mesure possible »36. Il devint néanmoins difficile de respecter ces intentions et, face à la détérioration des conditions, le conseil municipal de Nancy se trouva contraint, comme ses homologues ailleurs sur le front, de remplacer certaines fonctions du libre-échange par des formes de réglementation.

  • 37 SHD, 16 N 2516, lettre commune du maire de Nancy et du préfet de Meurthe-et-Moselle à Joffre, 27 ao (...)
  • 38 AMN, 4 H 382, « Le ravitaillement de Nancy pendant la Guerre et après l’armistice, 1914-1922 », p.  (...)
  • 39 Ibid., p. 41-42.
  • 40 AMN, 1 D 434, délibérations du conseil municipal, 28 et 30 août 1914.
  • 41 AMN, 4 H 373, et AMN, 4 H 382, « Rapport de M. Antoine, membre du conseil municipal délégué aux œuv (...)
  • 42 AMN, 1 D 435, délibérations du conseil municipal, 13 avril 1915 ; AMN, 4 H 382, rapport cité, p. 20 (...)
  • 43 AMN, 1 D 435, délibérations du conseil, 6 juillet 1915.

17Nancy commença par aider les commerçants privés à se ravitailler. Le conseil municipal organisa ainsi, à partir du 1er septembre 1914, un train hebdomadaire d’approvisionnement circulant entre Nancy et Dijon37. Finalement, il envoya également des représentants en Normandie, en Bretagne et en Suisse afin de faciliter les achats des négociants38, tentant ainsi de se placer dans la position d’un intermédiaire, dans une chaîne d’approvisionnement rationnalisée et contrôlée. Il fut finalement contraint de mettre en œuvre de vastes programmes de ventes en gros et au détail contrôlées par la municipalité. De nombreux conseillers municipaux nancéens voyaient d’un mauvais œil l’extension du rôle de la municipalité dans le ravitaillement et tentèrent d’en minimiser l’importance. Un rapport officiel soulignait, après-guerre, qu’« il ne [fallait] pas perdre de vue que la Ville de Nancy n’avait pas et ne pouvait pas faire œuvre de commerce ; elle n’intervenait que pour venir en aide aux commerçants et pour faciliter le ravitaillement de la population »39. Cette affirmation n’était toutefois pas totalement exacte concernant les activités du conseil durant la guerre. Celui-ci avait effectué ses premiers achats directs de biens à la fin d’août 1914, afin de les céder aux commerçants devant les vendre à des prix contrôlés40. À plusieurs reprises, durant le conflit, il acheta des produits comme les pâtes, le riz et les pommes de terre avec les fonds municipaux, ou les reçut des ministères et les céda en gros lors de ventes aux enchères municipales41. Il vendit également des produits, notamment de la viande, moins cher et directement aux consommateurs, afin d’exercer une pression à la baisse sur les prix au détail. Malgré les dénégations du conseil, le préfet vit dans cette pratique un magasin municipal qui ne disait pas son nom42. Enfin, le conseil chercha activement à modifier les modes locaux de consommation, en remplaçant la viande fraîche par de la viande d’importation surgelée43. À Nancy, les difficultés du ravitaillement d’une population civile sur le front étaient telles que le libre-échange ne pouvait y faire face sans aide et le conseil intervint directement, de façon répétée, à l’encontre des préférences de certains de ses membres.

18Ainsi, dans les régions du front contrôlées par les Alliés, les autorités publiques prirent de nombreuses mesures pour réglementer et compenser l’économie de marché, afin de protéger les consommateurs, réduire au maximum les inégalités et apaiser les tensions sociales. Ces interventions aboutirent à un environnement très contrôlé pour la vente au détail. Si Reims et le bassin minier se saisirent délibérément et consciemment de cette opportunité d’expansion des responsabilités municipales, à Nancy le conseil conservateur se vit forcer la main par la guerre, qui l’obligea contre son gré à intervenir dans l’économie locale. Dans tous les cas, en raison des conditions difficiles, l’intervention publique à grande échelle devint l’unique moyen d’assurer la survie des communautés civiles restées sous les bombardements. Il en fut de même du côté allemand. Toutefois, dans les territoires concernés, la gravité tout autre de la crise alimentaire conféra à l’intervention dans l’organisation et la gestion du ravitaillement une ampleur sans précédent et l’expansion des responsabilités municipales fut d’une nature différente.

Le ravitaillement en nourriture en France occupée

  • 44 M. Augé-Laribé, P. Pinot, Agriculture and Food Supply in France during the War, ouvr. cité, p. 55.
  • 45 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, Paris, Presses universitaires de Fra (...)

19Les régions du nord-est de la France occupées par l’armée allemande constituaient avant le conflit d’importants centres de production agricole, fournissant près de 20 % de la récolte de blé nationale44. Bien que suffisamment pourvues en nourriture au début de l’occupation, ces régions durent rapidement faire face à une sérieuse crise d’approvisionnement. Après septembre 1914, elles furent coupées du marché mondial et incapables d’importer de la nourriture. Leurs propres capacités de production furent réduites par l’absence de la population adulte masculine et la proximité avec le front. Les réquisitions de l’armée allemande et les restrictions de circulation aggravèrent la situation et, au début du printemps 1915, les réserves locales étaient largement épuisées45.

  • 46 ADPdC, 11 R 857, « L’année tragique de Loos-en-Gohelle sous l’occupation allemande ».
  • 47 Archives départementales de la Haute-Savoie, Annecy (ADHS), 4 M 519, rapport d’Émile Basly.
  • 48 É. Basly, Le martyre de Lens, trois années de captivité, Paris, Plon - Nourrit et Cie, 1918, p. 42- (...)
  • 49 ADPdC, M 2470, lettre de François Bertrand, secrétaire adjoint à la mairie d’Hénin-Liétard, au préf (...)

20L’hiver 1914-1915 fut particulièrement difficile. Les pénuries étaient permanentes, les prix des biens demeuraient élevés et les civils occupés furent forcés de puiser dans toutes les ressources qu’ils purent trouver. Le curé de Loos-en-Gohelle, village proche de Lens, se souvint plus tard d’un hiver « triste et sombre », qui vit la population se contenter de 110 grammes de farine de seigle par personne et par jour, distribués par l’armée allemande46. Coupées du monde extérieur et de l’État français, les communes devaient faire face aux difficultés d’une autonomie forcée. Durant cette période, les autorités municipales du bassin minier du Pas-de-Calais, dont la plupart étaient restées en place, jouèrent un rôle important en improvisant des modes de ravitaillement. À Lens, le maire Émile Basly créa dans les premiers mois de la guerre un magasin municipal vendant des produits moins chers en provenance de Lille47. Il organisa également la mouture de la farine par les femmes dans les moulins à café, après la panne du moulin municipal. Lorsque les autorités allemandes lui ordonnèrent de se débarrasser des carcasses de chevaux tués par l’artillerie, il en distribua secrètement la viande à la population48. Dans la commune proche d’Hénin-Liétard, le conseil municipal réquisitionna et battit tout le blé abandonné dans les champs environnants et le fournit en guise de farine aux boulangeries locales49. Ces mesures, prises sans consultation du gouvernement français, révèlent un degré d’autonomie et de prise de responsabilité municipale impossible à atteindre dans des circonstances normales.

  • 50 P. Scholliers, F. Daelmans, « Standards of living and of health in wartime Belgium », The Upheaval (...)
  • 51 Bayerische Hauptstaatsarchiv, Abt. IV, Kriegsarchiv, Munich (BHA), Generalkommando I B. Armee Korps (...)

21Malgré tout, le ravitaillement en France occupée demeura précaire, en grande partie à cause du refus allemand, en réponse au blocus maritime allié, de respecter l’obligation qui lui était faite par les conventions de La Haye de ravitailler les populations occupées50. Certaines unités allemandes intervinrent au niveau local lorsque les conditions devinrent particulièrement difficiles. En février 1915, par exemple, le commandant de Péronne donna l’ordre à l’armée allemande de fournir aux communes incapables de s’approvisionner elles-mêmes du riz, de la farine, des pommes de terre, du sel et du sucre, mais en aucun cas de la viande, du pain, de la confiture, des biscuits, des œufs ou des légumes51. En règle générale, les communautés occupées restaient tout de même vulnérables et, au printemps 1915, la famine de masse était réellement à craindre.

  • 52 H. McPhail, The Long Silence : The Tragedy of Occupied France in World War 1, Londres, I. B. Tauris (...)

22Le désastre potentiel fut évité en avril 1915, lorsque la Commission for Relief in Belgium (CRB) étendit ses opérations à la France occupée. Cette organisation caritative, fondée sous le patronage de Herbert Hoover, était une œuvre humanitaire d’une ampleur sans précédent et assura le ravitaillement d’environ 2,2 millions de civils français et belges occupés. La neutralité de l’organisation, originellement créée pour ravitailler les habitants de la Belgique occupée, était garantie par le patronage des ministres espagnol et américain, puis plus tard du secrétaire de la légation néerlandaise52.

  • 53 G. I. Gay, H. H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium : Documents, vol. (...)

23Prise entre les nations belligérantes, la CRB fonctionnait de façon précaire et dut ses réussites autant à la diplomatie qu’à l’organisation logistique. L’organisation se tenait à une politique de stricte neutralité et devait respecter les accords et traités signés avec les belligérants53. Problème de taille, son existence remettait foncièrement en cause la logique du blocus naval allié. Les populations civiles de France et de Belgique étaient en effet prises dans une lutte entre les nécessités humanitaires et la logique de la guerre économique.

  • 54 Ibid., p. 516-519.
  • 55 Ibid., p. 414-417 ; P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 1 (...)

24Finalement, les intérêts humanitaires l’emportèrent. Fin 1914, lorsque la CRB eut obtenu l’engagement que l’armée allemande ne réquisitionnerait pas les denrées, les expéditions commencèrent54. Les premières garanties concernaient uniquement les régions belges soumises à l’administration civile allemande. Les zones sous contrôle militaire en France et dans les Flandres occidentales étaient laissées à elles-mêmes. Face à l’aggravation de la situation, début 1915, la CRB entama une négociation entre les gouvernements français et britannique et l’armée allemande afin d’étendre ses opérations. L’accord final eut lieu en mai 1915, date à laquelle la CRB commença à agir dans toute la France occupée55.

  • 56 G. I. Gay, The Commission for Relief in Belgium : Statistical Review of Relief Operations. Five yea (...)

25Bien que largement financée par les gouvernements alliés, la CRB constituait une expérience d’humanitarisme libéral, fondé sur l’action philanthropique non gouvernementale et le libre-échange. En fin de compte, elle sut compter sur la participation des autorités locales et son système de distribution largement décentralisé permit aux municipalités d’intervenir activement dans le ravitaillement. La CRB importait de la nourriture du marché mondial dans les zones occupées où elle était ensuite distribuée par les organisations locales – le Comité national de secours et d’alimentation (CNSA) en Belgique et le Comité d’alimentation du Nord de la France (CANF) en France. Une série de comités d’importance décroissante gérait la distribution de nourriture dans les régions occupées. Au sommet, se trouvaient les comités de district, dépendant de la direction nationale du CNSA et du CANF. Intervenaient ensuite plusieurs comités régionaux, assumant chacun la responsabilité d’un entrepôt où étaient stockés les produits importés par la CRB. Enfin, les unités de base de la chaîne d’approvisionnement étaient constituées de 4 731 comités municipaux en France et en Belgique56 organisant les livraisons dans leur commune à partir de l’entrepôt régional dont ils dépendaient.

  • 57 S. de Schaepdrijver propose la même interprétation à propos de la Belgique. Voir S. de Schaepdrijve (...)
  • 58 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 71-72.

26Les comités constituaient peut-être les débouchés les plus importants du pouvoir municipal sous l’occupation allemande. Le système de ravitaillement offrait une tribune pour la vie publique et l’action municipale que l’occupation ennemie menaçait autrement d’étouffer57. Le plus souvent, le comité comprenait le maire et les conseillers municipaux d’avant-guerre, mais cooptait également des notables locaux. Ainsi, à Lens, Émile Basly et ses conseillers locaux étaient-ils secondés par des professionnels influents comme l’avocat Léon Tacquet. Les comités distribuaient les rations de la CRB dans des magasins municipaux installés dans des bâtiments centraux pour la vie de la communauté, comme les écoles et les gymnases, et dont le personnel réunissait des employés municipaux demeurés en ville mais contraints au chômage par l’occupation, comme les facteurs et les enseignants58.

  • 59 É. Basly, Le martyre de Lens, ouvr. cité, p. 49.

27De nombreux hommes politiques locaux, notamment ceux du bassin minier socialiste, accueillirent favorablement ce rôle important des municipalités dans le ravitaillement et y virent un élargissement bienvenu de leurs responsabilités. Basly considéra même que ces mesures prolongeaient les expérimentations du socialisme municipal d’avant-guerre et décrivit la distribution de pain gratuit par la boulangerie municipale comme l’un de ses « songes socialistes… que la guerre, décevante ironie, [le] forçait à réaliser »59. L’étendue réelle de cette expansion des pouvoirs municipaux doit pourtant être remise en question. Les conseils locaux, sous l’égide de la CRB, étaient certainement très actifs et interventionnistes dans le domaine du ravitaillement ; pourtant, contrairement à leurs homologues du côté allié, ils jouissaient d’une autonomie restreinte dans le choix des formes d’intervention. Leur rôle, dans un système de distribution qui les dépassait, se restreignait surtout à celui de rouages diligents chargés de mettre en œuvre les objectifs de la CRB plutôt que de définir des visées propres.

  • 60 G. I. Gay, The Commission for Relief in Belgium, ouvr. cité, p. 62.
  • 61 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 79.

28Selon l’historien officiel de la CRB, ces objectifs « étaient seulement de mettre entre les mains de tous, hommes, femmes et enfants, une ration adaptée aux besoins locaux. Dans l’urgence, l’ensemble de la population était considéré comme indigent et tous, riches comme pauvres, devinrent dépendants pour l’essentiel du ravitaillement importé par la commission »60. La CRB exigeait des comités municipaux qu’ils vendent les rations en France aux prix contrôlés. Les habitants qui en avaient les moyens, par exemple ceux qui disposaient d’économies ou étaient encore employés par la municipalité, payaient légèrement plus cher que le prix de revient. Les bénéfices étaient ensuite distribués aux chômeurs, afin qu’ils puissent acheter leurs propres rations61.

29Un système de rationnement très strict restreignait les possibilités d’achats. À partir d’avril 1915, l’objectif de la CRB était de fournir à la population la ration quotidienne suivante :

Tableau 1. Objectifs de rations de la CRB, avril 1915

Pain 250 g
Riz 63 g
Lard et saindoux 47 g
Haricots 15 g
Sucre 15 g
Café 15 g
Lait concentré 15 g
Pâtes 18 g
Sel Selon disponibilité
Viande en conserve Selon disponibilité

Source : P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 59.

  • 62 G. I. Gay, H. H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium, ouvr. cité, p. 5 (...)
  • 63 G. I. Gay, H. H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium, ouvr. cité, p. 4 (...)
  • 64 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 90.
  • 65 Ibid., p. 91 ; P. Nivet, La France occupée : 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011, p. 169-170.

30L’armée allemande, qui réquisitionnait l’essentiel de la récolte, accepta de revendre du pain et des pommes de terre à la population civile pour compléter ces rations62. D’autres mesures amélioraient le régime des membres les plus fragiles de la société. Les zones urbaines recevaient davantage de denrées, car il n’était pas possible d’y cultiver des potagers personnels comme à la campagne63. Des suppléments nutritionnels et une ration plus importante de lait étaient accordés aux enfants. Les malades et les personnes âgées avaient droit à une ration supplémentaire de biscuits et, à partir de 1918, à des compléments alimentaires artificiels. Ils étaient par ailleurs prioritaires lors des distributions de lait et de cacao64. Les soupes populaires offraient des rations complémentaires gratuites aux plus démunis et les cantines scolaires fournissaient une alimentation supplémentaire aux adolescents65.

  • 66 ADHS, 4 M 519, rapport d’Émile Basly.
  • 67 Ibid.
  • 68 À Lille, des fraudeurs ont même été poursuivis en correctionnelle. Les sanctions ont pu aller jusqu (...)
  • 69 Ibid.

31Pourtant, en raison des difficultés logistiques liées à l’importation d’une nourriture suffisante pour les territoires occupés de France et de Belgique, les objectifs de ration ne furent presque jamais atteints. Les livraisons étaient fluctuantes et les comités municipaux devaient distribuer équitablement ce qu’ils recevaient des échelons supérieurs de la chaîne d’approvisionnement. Certains prirent des mesures indépendantes pour limiter les effets de ces fluctuations. À Lens, par exemple, Basly réussit à s’approvisionner en Hollande par l’intermédiaire de la chambre de commerce de Lille. Les quantités concernées restèrent toutefois limitées66. Les comités municipaux cherchèrent également à empêcher le marché noir, cher et mal approvisionné. À Lens, plus de 400 demandes abusives de rations de la CRB ont été recensées67. Là encore, les autorités municipales n’étaient rien de plus que les exécutrices de la CRB qui appliquait ses propres règles, très strictes, pour empêcher la fraude. Toute personne surprise à vendre de la nourriture de la CRB au marché noir ou aux soldats allemands encourait une punition sévère68. À Lille, le comité local mit au point « une carte de pénalisation », imprimée sur fond bleu, distribuée à ceux qui avaient cherché à escroquer la CRB, au lieu de la carte de pain habituelle. Elle donnait droit uniquement au pain et à quelques autres produits essentiels69. La gravité de la crise alimentaire en France occupée, ainsi que l’effondrement presque total des capacités de production et du commerce au niveau local suscitèrent des solutions radicales et la CRB, ainsi que ses partenaires le CNSA et le CANF, en vint à contrôler presque tous les aspects de l’approvisionnement et de la distribution. Ce faisant, elle mobilisa les autorités locales, exigeant qu’elles jouent un rôle très interventionniste dans la vie des Français occupés. Ceux-ci reçurent leurs rations dans des bâtiments municipaux, le plus souvent de comités dominés par leurs représentants d’avant-guerre. L’indépendance de ces représentants dans la mise en œuvre du système était néanmoins limitée.

*

  • 70 Pour une étude détaillée, voir A. Dowdall, Under Fire : Civilians at the Western Front, 1914-1918, (...)

32L’étude détaillée des évolutions de la consommation des civils sur le front de l’Ouest dépasserait le cadre de cette contribution. De façon générale, il est toutefois possible d’affirmer qu’en dépit d’une situation plus grave en France occupée, la consommation tomba des deux côtés du front sous les niveaux jugés suffisants avant la guerre70. Néanmoins, l’action des autorités locales évita la catastrophe. Du côté allié, leur improvisation et leur intervention assurèrent un ravitaillement limité mais suffisant pour prévenir des troubles sociaux à grande échelle. En France occupée, où la contestation sociale était plus délicate face à un régime militaire répressif, la CRB fournit par le biais des autorités locales des rations suffisantes pour prévenir une famine de masse.

  • 71 Sur la logique totalisante de la guerre économique, voir A. Kramer, « Blockade and economic warfare (...)
  • 72 T.Bonzon, B. Davis, « Feeding the cities », Capital Cities at War, J. Winter, J.-L. Robert éd., ouv (...)
  • 73 T. Bonzon, « La société, l’État et le pouvoir local : l’approvisionnement à Paris, 1914-1918 », Gue (...)
  • 74 T. Bonzon, « Consumption and total warfare in Paris, 1914-1918 », Food and Conflict in Europe in th (...)
  • 75 T. Bonzon, « La société, l’État et le pouvoir local », art. cité, p. 27 ; T. Bonzon, B. Davis, « Fe (...)
  • 76 C. J. Gignoux, Bourges pendant la guerre, Paris, Presses universitaires de France, 1926, p. 31-32.
  • 77 M. Lheritier, C. Chautemps, Tours et la guerre : étude économique et sociale, Paris, A. Costes, 192 (...)

33L’expansion progressive de l’intervention dans le ravitaillement sur le front s’inscrivit dans une tendance nationale plus générale. Dans toute la France, les autorités publiques endossèrent des responsabilités accrues dans la gestion et la distribution du ravitaillement. La guerre économique, notamment le blocus naval allié et la guerre sous-marine allemande, faisait de la société ennemie tout entière une cible légitime, avec la faim comme arme. La France dans son ensemble devint plus ou moins une zone de guerre71. Dans tout le pays, cela conduisit les autorités locales à intervenir dans la gestion et la distribution des denrées alimentaires. À l’arrière, toutefois, l’intervention publique eut généralement lieu plus tard et dans une moindre mesure que sur le front. À Paris, comme l’a montré Thierry Bonzon, les interventions officielles du conseil municipal dans le ravitaillement furent rares au début de la guerre, à l’exception notable de l’imposition d’une limite de prix sur le pain, en raison de la réticence des conseillers et de l’idée que la guerre serait courte72. La situation changea avec la « banalisation » du conflit et l’émergence de tensions sociales suscitées par l’augmentation des prix et les pénuries73. La crise d’approvisionnement de l’hiver 1917 força la main du conseil municipal et entraîna un essor de l’intervention de la commune74. Le conseil plafonna rapidement les prix de certains produits et mit en place un système de boucheries municipales en mars 191875. Des tendances semblables furent visibles ailleurs en France. À Bourges, par exemple, le conseil municipal commença par aider les commerçants à approvisionner la ville, mais dut finalement se charger de leur vendre en gros en juillet 1918. Il planifia la mise en place d’un commerce municipal, mais ne la réalisa pas avant l’armistice76. À Tours, le conseil évita de fixer des limites de prix sur le pain jusqu’en décembre 1915, mais fut obligé d’ouvrir une boucherie municipale et de mettre sur pied un programme restreint de vente en gros durant la dernière année de la guerre77.

  • 78 W. B. Cohen, Urban Government and the Rise of the French City, ouvr. cité, chap. 10, « Municipalisa (...)

34Sur le front, nous l’avons vu, les autorités locales se montrèrent plus interventionnistes que leurs homologues de l’arrière. Du côté allié, les commerçants privés continuèrent d’exister, conservant une place importante dans le ravitaillement des communautés, mais les autorités publiques jouèrent un rôle croissant, poussées par la prise de conscience que le libre-échange ne pouvait, sans assistance, approvisionner de façon adéquate une population civile dans une zone de guerre. Ces interventions eurent parfois lieu de bon gré, comme dans le bassin du Pas-de-Calais dominé par les socialistes, ou à Reims ; elles se produisirent d’autres fois en dépit de l’idéologie de libéralisme économique régnant dans les conseils municipaux, comme à Nancy. En France occupée, les autorités locales intervinrent également, sans bénéficier des mêmes possibilités d’improvisation ou d’indépendance. Elles travaillaient avec un organisme humanitaire, afin de distribuer à grande échelle des rations contrôlées. D’un côté comme de l’autre, la guerre modifia le rôle des autorités locales dans la gestion des conditions de vie matérielles des citoyens et entraîna un accroissement majeur de leur pouvoir. Ces évolutions s’appuyèrent sur les bases jetées avant-guerre par les aspirations au socialisme municipal et à son pendant libéral, la municipalisation78. La proximité des zones de combat eut ainsi des conséquences radicales sur la nature et la localisation du pouvoir étatique et rendit les civils des deux côtés des lignes en grande partie dépendants des mesures des élus locaux, plutôt que du marché, pour le maintien du ravitaillement. Dans ce domaine comme dans d’autres, la Première Guerre mondiale peut être considérée comme une étape importante pour l’expansion des responsabilités municipales.

Notes

1 Cette contribution a été traduite de l’anglais par Anne-Sophie Anglaret.

2 P. Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, Paris, Presses universitaires de France, 1925, p. 51-52.

3 J.-L. Robert, « The image of the profiteer », Capital Cities at War : Paris, London, Berlin, 1914-1919, J. Winter, J.-L. Robert éd., vol. 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 104-132.

4 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Seuil, 1984, p. 81 ; sur l’expansion du pouvoir des autorités locales durant la Troisième République, voir V. A. Schmidt, Democratizing France : The Political and Administrative History of Decentralisation, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, et W. B. Cohen, Urban Government and the Rise of the French City : Five Municipalities in the Nineteenth Century, Basingstoke, Macmillan, 1998.

5 F. Boquillon, C. Guyon, F. Roth, Nancy : du bourg castral à la communauté urbaine, 1000 ans d’histoire, Nancy, Éditions Place Stanislas, 2007, p. 207.

6 J. Le Goff, « Reims, ville du sacre », Les lieux de mémoire, P. Nora éd., vol. 3, Les France, Paris, Gallimard, 1992, p. 649-733.

7 P. Desportes éd., Histoire de Reims, Toulouse, Privat, 1983, p. 334-336.

8 M. Agulhon et al., Histoire de la France urbaine, t. 4, La ville de l’âge industriel : le cycle haussmannien, Paris, Seuil, 1998, p. 306 et 410 ; R. Trempé, « Le réformisme des mineurs français à la fin du xixe siècle », Le Mouvement social, no 65, 1968, p. 101-103.

9 J. Michel, « Syndicalisme minier et politique dans le Nord-Pas-de-Calais : le cas Basly (1880-1914) », Le Mouvement social, no 87, 1974, p. 9-33.

10 J. Michel, « Les débuts de la S.F.I.O. dans le bassin houiller du Pas-de-Calais: 1905-1914 », Revue du Nord, no 221, 1974, p. 155-163.

11 J. Michel, « Syndicalisme minier et politique dans le Nord-Pas-de-Calais », art. cité, p. 19 et 28.

12 Sur le socialisme municipal avant 1914, voir J. W. Scott, « Social history and the history of socialism : French socialist municipalities in the 1890s », Le Mouvement social, no 111, 1980, p. 145-153 ; A. Chamouard, « Le maire socialiste, matrice du réformisme (1900-1939) », Vingtième siècle, no 96, 2007, p. 23-33.

13 Archives départementales du Pas-de-Calais, Arras (ADPdC), 11 R 2150, le préfet du Pas-de-Calais aux maires du département, 3 août 1914.

14 Archives municipales de Reims (AMR), 1 D 65, délibérations du conseil municipal, 7 septembre 1914.

15 Archives nationales, Paris (AN), F/23/102, le préfet de Meurthe-et-Moselle au général en chef, 17 septembre 1914.

16 Service historique de la Défense (SHD), 16 N 2516, le préfet du Pas-de-Calais à la direction de l’arrière, 14 octobre 1914.

17 Archives nationales du monde de travail, Roubaix (ANMT), 1994 051 1355, rapport à l’« administrateur », 19 octobre 1914.

18 Archives municipales de Nancy (AMN), 1 D 436, délibérations du conseil municipal, 15 mars 1915, 9 août 1916, 7 février 1917, 3 juillet 1918 et 11 septembre 1918.

19 ADPdC, 11 R 878, le maire Bruay au préfet du Pas-de-Calais, 21 mai 1917.

20 L’Éclaireur de l’Est, 26 octobre 1916 ; AMR, 20 W 48, « Cours des denrées alimentaires », 4 juin 1917 ; L. March, Mouvement des prix et des salaires pendant la Guerre, Paris, Presses universitaires de France, 1925, p. 176-185 et 190-191.

21 ADPdC, 11 R 878, rapport du préfet du Pas-de-Calais, 7 avril 1917, et sous-préfet de Béthune au préfet du Pas-de-Calais, 25 mai 1917.

22 ADPdC, R 609, le ministère de l’Intérieur au sous-préfet de Béthune, 17 novembre 1916.

23 ADPdC, 11 R 2123, le préfet du Pas-de-Calais au ministère de l’Intérieur, 9 février 1918 (daté par erreur de 1917).

24 Le conseil vota l’achat de nourriture pour plus de 10 millions de francs en 1914 et 1915. Voir AMR, 6 S 5, délibérations du conseil municipal, 9 mai 1916.

25 Ville de Reims, Compte rendu des travaux du conseil municipal de 1912 à 1919, présenté par M. le Docteur Langlet, maire, dans la séance du 28 novembre 1919, Reims, Imprimerie P. Gauthier, 1920, p. 13.

26 Le Courrier de la Champagne, 22 novembre 1915.

27 Ibid., p. 11-12.

28 AMR, 1 D 65, délibérations du conseil municipal, 8 septembre 1915. L’Éclaireur de l’Est, 12 février 1915.

29 Ville de Reims, Compte rendu des travaux du conseil municipal de 1912 à 1919, ouvr. cité, p. 14.

30 L’Éclaireur de l’Est, 24 avril 1917.

31 M. Augé-Laribé, P. Pinot, Agriculture and Food Supply in France during the War, New Haven, Yale University Press, 1927, p. 81 ; P. Pinot, Le contrôle du ravitaillement de la population civile, Paris, Presses universitaires de France, 1925, p. 5.

32 M. Augé-Laribé, P. Pinot, Agriculture and Food Supply in France during the War, ouvr. cité, p. 70.

33 SHD, 16 N 2525, « Loi sur la taxation de denrées et substances, 20 avril 1916 », et note explicative du ministère de l’Intérieur aux préfets, 8 mai 1916.

34 ADPdC, R 609, le commissaire de police de Béthune au sous-préfet de Béthune, 2 août et 13 novembre 1916.

35 ADPdC, 11 R 2123, « Organisations publiques d’alimentation gérées directement par les administrations municipales, 1918 », et le maire de Béthune au préfet du Pas-de-Calais, 15 mars 1918.

36 AMN, 1 D 434, délibérations du conseil municipal, 4 septembre 1914.

37 SHD, 16 N 2516, lettre commune du maire de Nancy et du préfet de Meurthe-et-Moselle à Joffre, 27 août 1914 ; SHD, 16 N 272, le préfet de Meurthe-et-Moselle au Grand Quartier général, 1er septembre 1914.

38 AMN, 4 H 382, « Le ravitaillement de Nancy pendant la Guerre et après l’armistice, 1914-1922 », p. 38.

39 Ibid., p. 41-42.

40 AMN, 1 D 434, délibérations du conseil municipal, 28 et 30 août 1914.

41 AMN, 4 H 373, et AMN, 4 H 382, « Rapport de M. Antoine, membre du conseil municipal délégué aux œuvres sociales, conseil municipal de Nancy, séance du 17 août 1915 », p. 24.

42 AMN, 1 D 435, délibérations du conseil municipal, 13 avril 1915 ; AMN, 4 H 382, rapport cité, p. 20-23 ; ADMM, 6 M 671, préfet de Meurthe-et-Moselle au ministère de l’Agriculture, 16 janvier 1916. À la différence notable que c’est une opération dans laquelle le bénéfice revient au commerçant.

43 AMN, 1 D 435, délibérations du conseil, 6 juillet 1915.

44 M. Augé-Laribé, P. Pinot, Agriculture and Food Supply in France during the War, ouvr. cité, p. 55.

45 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, Paris, Presses universitaires de France, 1928, p. 2.

46 ADPdC, 11 R 857, « L’année tragique de Loos-en-Gohelle sous l’occupation allemande ».

47 Archives départementales de la Haute-Savoie, Annecy (ADHS), 4 M 519, rapport d’Émile Basly.

48 É. Basly, Le martyre de Lens, trois années de captivité, Paris, Plon - Nourrit et Cie, 1918, p. 42-48 ; ADPdC, 11 R 857, rapport du chef de la police Bourgeois.

49 ADPdC, M 2470, lettre de François Bertrand, secrétaire adjoint à la mairie d’Hénin-Liétard, au préfet du Pas-de-Calais, 21 novembre 1918.

50 P. Scholliers, F. Daelmans, « Standards of living and of health in wartime Belgium », The Upheaval of War : Family, Work and Welfare in Europe, 1914-1918, R. Wall, J. Winter éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 141 ; P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 3 ; A. Becker, Les cicatrices rouges, 1914-1918 : France et Belgique occupées, Paris, Fayard, 2010, p. 140.

51 Bayerische Hauptstaatsarchiv, Abt. IV, Kriegsarchiv, Munich (BHA), Generalkommando I B. Armee Korps, No. 1117, ordre du général Von Xylander, Péronne, 15 février 1915.

52 H. McPhail, The Long Silence : The Tragedy of Occupied France in World War 1, Londres, I. B. Tauris, 2014, p. 55-90.

53 G. I. Gay, H. H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium : Documents, vol. 1, Stanford, Stanford University Press, 1929, p. 110.

54 Ibid., p. 516-519.

55 Ibid., p. 414-417 ; P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 15.

56 G. I. Gay, The Commission for Relief in Belgium : Statistical Review of Relief Operations. Five years, November 1, 1914, to August 31, 1919 and to Final Liquidation, Stanford, Stanford University Press, 1925, p. 8-9.

57 S. de Schaepdrijver propose la même interprétation à propos de la Belgique. Voir S. de Schaepdrijver, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, Peter Lang, p. 115.

58 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 71-72.

59 É. Basly, Le martyre de Lens, ouvr. cité, p. 49.

60 G. I. Gay, The Commission for Relief in Belgium, ouvr. cité, p. 62.

61 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 79.

62 G. I. Gay, H. H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium, ouvr. cité, p. 598-600. Voir aussi SHD, 16 N 1183, pour un accord (établi entre la CRB et l’armée allemande) d’août 1915 sur la vente à la population de farine réquisitionnée.

63 G. I. Gay, H. H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium, ouvr. cité, p. 439.

64 P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 90.

65 Ibid., p. 91 ; P. Nivet, La France occupée : 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011, p. 169-170.

66 ADHS, 4 M 519, rapport d’Émile Basly.

67 Ibid.

68 À Lille, des fraudeurs ont même été poursuivis en correctionnelle. Les sanctions ont pu aller jusqu’à des peines de quatre mois d’emprisonnement. P. Collinet, P. Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, ouvr. cité, p. 83.

69 Ibid.

70 Pour une étude détaillée, voir A. Dowdall, Under Fire : Civilians at the Western Front, 1914-1918, thèse de doctorat d’histoire, Trinity College Dublin, 2014, chap. 5.

71 Sur la logique totalisante de la guerre économique, voir A. Kramer, « Blockade and economic warfare », The Cambridge History of the First World War, J. Winter éd., vol. 2, The State, Cambridge, Cambridge University Press, 2014, p. 460-490 ; H. H. Herwig, « Total rhetoric, limited war : Germany’s U-Boat campaign, 1917-1918 », Great War, Total War : Combat and Mobilisation on the Western Front, 1914-1918, R. Chickering, S. Förster éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 289-206.

72 T. Bonzon, B. Davis, « Feeding the cities », Capital Cities at War, J. Winter, J.-L. Robert éd., ouvr. cité, p. 305-341.

73 T. Bonzon, « La société, l’État et le pouvoir local : l’approvisionnement à Paris, 1914-1918 », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 183, 1996, p. 11-15 ; T. Bonzon, « Consumption and total warfare in Paris, 1914-1918 », Food and Conflict in Europe in the Age of the Two World Wars, F. Trentmann, J. Flemming éd., Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006. Voir aussi T. Stovall, « The consumers’ war : Paris, 1914-1918 », French Historical Studies, vol. 31, no 2, 2008, p. 293-325.

74 T. Bonzon, « Consumption and total warfare in Paris, 1914-1918 », Food and Conflict in Europe in the Age of the Two World Wars, F. Trentmann, J. Flemming éd., ouvr. cité, p. 56.

75 T. Bonzon, « La société, l’État et le pouvoir local », art. cité, p. 27 ; T. Bonzon, B. Davis, « Feeding the cities », Capital Cities at War, J. Winter, J.-L. Robert éd., ouvr. cité, p. 331-333.

76 C. J. Gignoux, Bourges pendant la guerre, Paris, Presses universitaires de France, 1926, p. 31-32.

77 M. Lheritier, C. Chautemps, Tours et la guerre : étude économique et sociale, Paris, A. Costes, 1926, p. 25-27.

78 W. B. Cohen, Urban Government and the Rise of the French City, ouvr. cité, chap. 10, « Municipalisation ».

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search