Version classiqueVersion mobile

Les mises en guerre de l'État

 | 
Sylvain Berstchy
, 
Philippe Salson

Section 2.3. Des notables à l’initiative

Un raccourci pour le socialisme ? Une commune socialiste durant la Grande Guerre : Bologne, 1914-1918

Fabio Degli Esposti

Texte intégral

  • 1 Nous pouvons citer ici les travaux d’Arthur Marwick et le débat suscité par sa thèse, The Deluge. B (...)

1La Grande Guerre a souvent été considérée comme une période de profondes transformations sociales. Le débat historiographique, né avant même la fin des hostilités, a progressivement nuancé les jugements les plus radicaux : ceux qui ont traité de ces années de guerre comme d’une phase de genèse du « capitalisme organisé » ou de war socialism ont conclu que les mutations dues au conflit, certes parfois considérables, n’étaient pour la plupart que transitoires1.

  • 2 Concernant le mouvement ouvrier italien, voir L. Ambrosoli, Né aderire, né sabotare 1915-1918, Mila (...)
  • 3 F. Degli Esposti, La grande retrovia in territorio nemico. Bologna e la sua provincia nella Grande (...)

2De leur côté, les socialistes européens s’intéressaient fort peu au war socialism et retenaient surtout, de la législation extraordinaire, les aspects concernant le contrôle et la répression de la part de l’État : la fin de la guerre devait mener à la cessation des contraintes et au recouvrement d’une totale liberté d’action pour le mouvement ouvrier2. On peut néanmoins se demander si la conjoncture de guerre, avec ses mots d’ordre inspirés de l’égalitarisme et de la nouvelle fonction de guide attribuée aux pouvoirs publics dans la vie économique et sociale, a pu représenter, par exemple, pour les collectivités locales gérées par le parti socialiste, une opportunité de réaliser des projets qui autrement auraient été durement entravés voire bloqués par les contrôles gouvernementaux. En d’autres termes, la guerre pourrait-elle avoir accéléré la concrétisation de politiques de socialisme municipal ? S’il est impossible de répondre en toute certitude, le cas particulier de Bologne, gouvernée par les socialistes durant toute la guerre, peut offrir plusieurs pistes de réflexion3.

3En 1914, bien que plus petite que Rome, Milan ou Naples, Bologne comptait parmi les principales villes italiennes avec, d’après le recensement de 1911, 179 000 habitants. Les années suivantes, la population s’est accrue à un rythme assez sensible, et a franchi le seuil des 200 000 habitants durant la période de conflit.

  • 4 A. L. Cardoza, Agrarian elites and italian fascism. The Province of Bologna, 1901-1925, Princeton, (...)

4Située sur l’axe de l’antique route consulaire Emilia, avec un territoire en partie plat, en partie vallonné, la province avait une économie essentiellement agricole. On y cultivait du blé, de la betterave, du chanvre, du riz. La culture des légumes plaçait Bologne aux premières places nationales, la ville s’imposant comme « capitale agricole de l’Italie »4. L’industrie était, quant à elle, peu développée : le territoire était dépourvu de matières premières locales importantes et les plus grands ports du pays (Gênes, Venise, Livourne) étaient loin.

5Les ressources énergétiques étaient plutôt rares, elles aussi : les fleuves de l’Apennin ont en effet un régime principalement torrentiel et sont beaucoup plus pauvres en eau que ceux qui descendent des Alpes et qui, à l’époque, étaient déjà largement exploités pour la production d’énergie électrique. Outre le secteur alimentaire (le plus grand établissement de la ville était une sucrerie), une petite industrie mécanique s’était développée, principalement pour répondre aux exigences des activités agricoles.

6Signalons enfin la présence de deux établissements gérés par les forces armées : le Laboratoire pyrotechnique, employé dans la fabrication de munitions d’armes légères, et le Carnificio di Casaralta, qui préparait des conserves pour les troupes. Alors qu’elles étaient peu importantes avant la guerre, ces usines acquirent toutes deux un rôle stratégique pendant le conflit.

7Les équilibres politiques de la zone reflétaient le contexte économique global. Contrairement au socialisme européen, le socialisme italien comprenait une très forte composante rurale. Celle-ci se concentrait davantage dans les communes de la plaine, la « Basse », où se trouvaient de nombreux ouvriers agricoles et des métayers, la plupart appartenant au parti socialiste depuis des décennies. Ses organisations économiques – ligues de résistance et coopératives de travail – avaient été fondamentales pour la conquête de beaucoup d’administrations sociales.

8Dans le chef-lieu, les libéraux avaient gouverné pendant presque toute la période unitaire, de 1860 au début du xxe siècle : dans un premier temps avec les hommes appartenant à la droite (libérale modérée), dont Marco Minghetti, qui était un personnage de renommée nationale. Ensuite avec la gauche (libérale progressiste), plus attentive aux besoins du peuple, mais convaincue elle aussi de la nécessité que la bourgeoisie reste au pouvoir. Ils se sont ensuite progressivement scindés en plusieurs fractions – modérés, libéraux de gauche, radicaux – de moins en moins capables de collaborer entre eux. Le morcellement libéral bénéficia aux cléricaux et, bien sûr, aux socialistes. Ces derniers, profitant par ailleurs des discordes chez leurs adversaires, gagnèrent les élections locales (municipales et provinciales) du 28 juin 1914. Le même jour, à Sarajevo, François Ferdinand était assassiné.

La municipalité socialiste et la guerre : la politique de ravitaillement

9Pour bien comprendre quelles étaient les intentions socialistes en cas de conquête du chef-lieu, il est fondamental d’examiner leur programme électoral. La politique de ravitaillement, devenue durant la guerre un des « fleurons » de l’administration bolognaise, constituait-elle vraiment l’un des principaux objectifs de la nouvelle junte (le conseil municipal) ?

  • 5 Au sujet du programme électoral socialiste, voir N. S. Onofri, La Grande Guerra nella città rossa, (...)

10La question avait été prise en considération, tout en restant relativement secondaire : le maire désigné, Francesco Zanardi, avait surtout insisté sur la situation dégradée des finances communales, dont l’assainissement conditionnait toute initiative politique ; le futur adjoint délégué à l’éducation nationale, Mario Longhena, s’était bien évidemment penché sur la politique scolaire de la commune. Deux autres futurs adjoints, Luca Tosi Bellucci et Demos Altobelli, avaient évoqué celle du ravitaillement mais dans un document programmatique allant de la municipalisation des services publics au secteur du bâtiment populaire, et de la simplification de la bureaucratie aux rapports économiques entre les institutions publiques et les organisations du monde du travail (ligues ouvrières, coopératives de production). Le thème de la consommation était abordé essentiellement en termes de surveillance du bon fonctionnement des marchés et de prévention des fraudes. Toutefois, les deux jeunes dirigeants socialistes mentionnaient aussi l’opportunité de constituer une boulangerie municipale mais, cette fois encore, il s’agissait plus de garantir la qualité du produit que de contrôler les prix5.

11L’arrivée des socialistes au pouvoir fut, dans un premier temps, marquée par la tentative d’accroître la pression fiscale sur les classes moyennes et aisées : en augmentant la taxe sur les commerces et les reventes, en tentant – sans succès – de reformer sur une base plus progressive la taxe de famille, mais surtout en augmentant le prélèvement fiscal sur le patrimoine immobilier. Les autorités centrales freinèrent cette politique, mais ne la bloquèrent que partiellement et leur contrôle déclina au cours des années suivantes : pour faire la guerre, l’État demandait des sacrifices à tous ; donc, empêcher les institutions locales, chargées de gérer l’onéreuse politique d’assistance publique, de hausser les taxes pour recueillir les fonds nécessaires aurait été malvenu. Ainsi, au cours de la seconde moitié de 1916, quand fut instituée la « contribution d’assistance civile » (une taxe destinée à financer les diverses initiatives des institutions locales en faveur de la population), la commune de Bologne appliqua le taux maximal consenti par la loi. Les classes sociales aux revenus les plus élevés critiquèrent, bien sûr, ce choix, mais l’autorité tutélaire ne considéra pas utile d’intervenir. Les ressources obtenues devaient en effet servir à financer la distribution gratuite de pain, de farine et de lait aux familles défavorisées des appelés. Cette initiative avait déjà commencé avant le début de la guerre et s’ajoutait à l’indemnité de séparation garantie par l’État.

  • 6 Archivio Storico del Comune di Bologna (ASCB), Atti della Giunta, « Verbale della riunione del 18 s (...)
  • 7 « R. Decreto 20 dicembre 1914 n. 1374 », Raccolta delle leggi e dei decreti del Regno d’Italia, 191 (...)

12Mais revenons à l’automne 1914. Le début du conflit fut marqué par la crise économique. Celle-ci frappa lourdement les exportations agricoles italiennes, provoqua le retour au pays de centaines de milliers d’émigrants saisonniers en provenance de France, de Belgique et d’Allemagne, mais, surtout, causa une immédiate remontée des prix des céréales. Pour contenir le prix de la farine et, par conséquent, le prix final du pain, l’administration communale réagit promptement en achetant de grosses quantités de blé qui furent utilisées les mois suivants6. Quand, à la fin de l’année 1914, l’État autorisa les provinces et les communes à créer les consorzi granari provinciali (comités du blé provinciaux), chargés d’acheter du blé et de la farine en grande quantité (en recourant surtout au blé importé par l’État), et à exercer ainsi une action régulatrice sur le marché, la commune de Bologne eut un rôle phare dans l’initiative. Le maire Francesco Zanardi devint le président du comité local, et resta en charge jusqu’en 19187.

13Mais l’administration était en train d’élaborer des programmes encore plus ambitieux : à l’automne 1914, déjà, on commençait à parler de la création d’un institut de la consommation autonome (Ente autonomo dei consumi), qui aurait été en charge à la fois de la gestion directe d’activités productives dans le secteur alimentaire, des rapports avec les producteurs de produits alimentaires, et enfin de la distribution des produits. La commune, qui avait ouvert un premier débit pour la vente des fruits et du pain, décida donc de créer d’autres points de vente – les « magasins du maire », comme ils furent appelés à l’époque – destinés à couvrir les différents quartiers (urbains) grâce à un réseau de plus en plus serré : à la fin de la guerre on en comptait plus d’une vingtaine.

14Le capital initial du nouvel organisme émanait en grande partie de la commune de Bologne. Toutefois, la junte souhaitait d’autres contributions de la part des provinces et des autres instituts de bienfaisance de la ville (orphelinat, hospices de vieillards, hôpitaux), qui seraient par ailleurs ses premiers clients.

  • 8 Il s’agit du « Decreto Luogotenenziale 2 agosto 1916 n. 926, recante provvedimenti per facilitare g (...)

15La formule était totalement nouvelle : le droit administratif italien ne prévoyait pas que les entimorali (organismes sans but lucratif) assument des fonctions commerciales, sauf dans le cas des « monopoles naturels » (transports, distribution de l’eau et de l’énergie, et ainsi de suite). Toutefois la guerre avait créé un tel climat d’urgence que ni l’opposition politique de la ville ni surtout l’autorité de l’État n’intervinrent pour bloquer l’initiative. Au contraire, au vu du succès de cette dernière, le maire proposa au gouvernement de faire de l’expérience de Bologne un modèle à appliquer sur tout le territoire national. Ainsi fut lancé le decreto Luogotenenziale (décret du lieutenant du royaume) en août 19168.

  • 9 « L’Associazione dei consumatori in mano alla Camera del lavoro », L’Avvenire d’Italia, 25 décembre (...)

16Bien sûr, la junte socialiste et l’exécutif national avaient des idées assez différentes à propos de ce qui arriverait à long terme ; le décret qui autorisait la formation d’« organismes de consommation autonomes » (enti autonomi dei consumi) établissait qu’ils seraient dissous six mois après l’issue du conflit, alors que l’intention des administrateurs bolognais était claire : en faire une organisation permanente. En outre, Zanardi et ses collaborateurs avaient des projets plutôt différents sur la future organisation de la nouvelle société : la commune, qui avait eu un rôle-clé dans la naissance de celle-ci, pensait garder une fonction de contrôle, mais pas de direction. La gestion courante et l’élaboration des choix stratégiques passeraient progressivement dans les mains d’une association de consommateurs dont les bases avaient été posées au printemps 1915, et qui devait favoriser la création d’un actionnariat populaire, faisant ainsi coïncider la figure de l’actionnaire avec celle du consommateur. Formellement donc, l’administration socialiste se serait mise de côté. Mais les adversaires politiques de la junte – les libéraux, mais surtout les catholiques – saisirent parfaitement la nature politique de l’initiative : la nouvelle association avait en effet été promue par l’Union socialiste bolognaise, par la Bourse confédérale du travail, par les dirigeants des coopératives du travail et des ligues de la résistance socialiste, dont les chefs seraient sans aucun doute investis de rôles importants. L’Organisme de la consommation continuerait à être gouverné selon de rigides principes de lutte de classes9.

17Ces craintes eurent probablement quelques retombées sur l’attitude du gouvernement, au point que l’Organisme autonome de la consommation bolognais, conçu à la fin de 1914, ne fut formellement reconnu qu’en avril 1917.

18La distribution commerciale fut sans doute le principal champ d’action du nouvel organisme, mais les socialistes bolognais n’avaient aucunement renoncé à lui attribuer d’autres charges, à commencer par la charge essentielle de la panification.

19Alors qu’avant la guerre, l’objectif principal était de garantir la qualité de la denrée de base des classes pauvres, graduellement l’objectif devint celui de produire du pain à bas coût.

20Il est difficile de dire si cela fut un succès : tout d’abord, les temps de réalisation de la nouvelle installation furent plutôt longs. Les premiers projets remontaient à la fin de 1914, mais les premiers essais de panification du nouvel établissement n’eurent lieu qu’au printemps de 1917. Entre-temps les coûts avaient nettement augmenté : selon les ingénieurs communaux, le devis initial se chiffrant à un peu plus de 100 000 lires était passé à un demi-million.

21Certes, le projet avait été amplifié, les coûts des matériaux et de la main-d’œuvre avaient fortement augmenté à cause de l’inflation due à la guerre ; il n’en reste pas moins que les devis semblaient avoir été calculés quelque peu hâtivement et que, un peu comme cela s’était produit pour l’organisme autonome, la junte comptait sur le fait que les fonds, de plus en plus nécessaires pour la construction du four, composante stratégique importante pour le succès de la politique de ravitaillement, ne seraient pas bloqués par l’autorité tutélaire.

  • 10 Les données financières ainsi que celles concernant la construction du four ont été reconstituées à (...)

22De fait, le préfet de Bologne, qui n’avait aucune sympathie pour les socialistes, ne souleva jamais aucune objection ni à l’augmentation des coûts, ni à la disproportion de l’établissement dont l’importance dépassait les besoins de la ville et qui fonctionna pendant longtemps bien en deçà de ses capacités. L’opération « four municipal » se teinta également d’une valeur symbolique. Il incarnait la modernité socialiste : « le plus beau d’Italie », comme le définit le maire Zanardi10.

23Nonobstant ces concessions à l’esthétique, l’organisme autonome se fonda sur une philosophie entrepreneuriale : tout en essayant de maintenir les prix des différents produits au plus bas (le pain resta l’article de loin le plus important), il n’effectua jamais de vente au rabais, et vanta toujours un modeste actif aux bilans.

  • 11 Voir ASCB, CA, Titolo XI, b. 279, Comune di Bologna, Per la tutela dei consumi di prima necessità ( (...)

24Le cas de Bologne est très intéressant, et quelque peu différent du reste du pays, notamment en ce qui concerne les politiques de contrôle des prix, i calmieri (prix plafonds imposés). Dans toute l’Italie, les prix de base étaient fixés par les préfets (ensuite par le Commissariat général à l’approvisionnement et à la consommation), et enfin les administrations communales les adaptaient au contexte local. Cependant, l’administration socialiste bolognaise n’en fit jamais un instrument contraignant à appliquer rigoureusement : d’après la documentation, ils servaient à rendre l’augmentation des prix plus « lente », mais certainement pas à les bloquer. Les économistes libéraux affirmaient que l’unique effet des prix plafonds imposés était de faire disparaître les marchandises du marché. Et, en l’occurrence, Zanardi était parfaitement d’accord avec ses adversaires politiques. Selon lui, le succès de l’organisme autonome devait se fonder sur des coûts de gestion faibles, sur les avantages offerts par les achats en gros et, nous l’avons vu, sur le lien direct avec le monde de la production11.

  • 12 « La guerra e l’aumento dei prezzi », Il Resto del Carlino, 8 novembre 1915, p. 3 ; L’Avvenire d’It (...)

25Cela explique pourquoi, à Bologne qui, selon les statistiques officielles, fut une des villes où le coût de la vie fut le plus cher, il n’y eut pas de protestations concernant le ravitaillement : le pain et les autres produits de base – les pâtes, les graisses animales, surtout celles de porc, fleuron de la tradition culinaire bolognaise, le lait, les œufs – furent presque toujours disponibles en quantité adéquate. Ils étaient coûteux mais ne manquèrent jamais12.

La mobilisation industrielle à Bologne

26Le cas de Bologne, singulier par rapport au reste du pays, requiert sur ce terrain des rappels préliminaires. En premier lieu, les bonnes conditions du secteur agricole constituaient un réel avantage : la province était nettement autosuffisante dans de nombreux domaines, à commencer par la production du froment. Contrairement à beaucoup de villes italiennes, elle ne dépendait ni du commerce interne ni de fournisseurs externes. Le problème, à Bologne, ne consistait pas à faire arriver le blé mais à empêcher les producteurs locaux, surtout les plus importants, de le vendre ailleurs.

  • 13 C. Marcozzi, Le lavorazioni nello stabilimento militare di Casaralta durante la guerra (agosto 1914 (...)
  • 14 Sur les relations de Max Bondi avec l’administration militaire italienne, voir Archivio Centrale de (...)
  • 15 ACS, MAM, b. 257, fasc. Sigma : Sigma a CRMI, Bologna (10 avril 1917) ; Sigma a CRMI, Bologna (11 a (...)

27Le deuxième domaine est celui de la mobilisation industrielle. Dans la province de Bologne, le nombre et les dimensions des entreprises impliquées dans l’effort de guerre (la Mobilisation industrielle était une institution contrôlant même les secteurs qui contribuaient, ne serait-ce qu’indirectement, à la production d’armes) n’atteignirent jamais les mêmes proportions que dans la Lombardie, le Piémont, la Ligurie, ni même l’Ombrie ou la Campanie. Les petites entreprises du secteur mécanique reçurent des commandes de l’armée, mais leur croissance resta assez modeste. L’entreprise privée qui obtint le plus de succès fut celle du plus important entrepreneur italien, Max Bondi, qui, au cours de ces années, avait pris la tête d’un grand ensemble sidérurgique et mécanique, Ilva. Ayant promptement flairé les opportunités offertes par les fournitures militaires, Bondi s’était engagé dans plusieurs initiatives nouvelles, dont la création, à Casaralta, dans la périphérie nord de Bologne, d’un grand établissement de munitions pour les armes légères13. En exploitant de façon éhontée ses rapports avec la haute hiérarchie militaire, il avait réussi à obtenir – bien avant que l’établissement ne fût fin prêt – de gros contrats de fourniture à des conditions particulièrement avantageuses14. Quand l’établissement fonctionna à plein régime, en 1916, il employa quelque 1 800 personnes15, pour la plupart des femmes.

28Bien qu’importante, la Sigma (Société italienne générale munitions et armes) n’était certainement pas en mesure de faire accomplir à Bologne un saut de qualité dans le secteur industriel. Toutefois le rôle joué par les établissements de l’État dans la production de guerre italienne a souvent été négligé. Alors qu’avant-guerre, les activités du Carnificio di Casaralta et du Laboratoire pyrotechnique étaient modestes, elles prirent une importance stratégique décisive dès le début du conflit. Le premier augmenta fortement son activité dans le secteur alimentaire – surtout dans le traitement de la viande et la préparation de sauces pour les pâtes, produits fondamentaux dans le régime alimentaire du soldat italien. Ces produits étaient indispensables au front, car il était impossible de faire parvenir aux premières lignes une ration fraîchement préparée. Les 1 800 ouvriers étaient pour la plupart des militaires, mais il y avait également quelques centaines de femmes.

  • 16 Pour plus de détails, voir F. Degli Esposti, « L’industria bolognese nella Grande Guerra », Storia (...)

29Les usines du Laboratoire pyrotechnique produisaient la plupart des munitions destinées aux fusils et aux mitraillettes de l’armée italienne. L’établissement comprenait à la fois des secteurs qui transformaient les produits semi-finis, fournis par les entreprises sidérurgiques, dans les différentes parties qui composaient la cartouche, ainsi que des laboratoires où les différentes composantes (provenant aussi de fournisseurs externes, ce qui explique pourquoi Bondi installa son laboratoire à Bologne) étaient assemblées, chargées de poudre et emballées pour être expédiées au front. Le Laboratoire pyrotechnique travaillait en continu, jour et nuit, avec une unique pause le dimanche après-midi. L’augmentation de la force de travail, commencée pendant la phase de neutralité, s’intensifia surtout au cours de l’année 1916, puis se poursuivit en 1917 bien qu’à des rythmes plus modestes. La veille de Caporetto, l’établissement fournissait du travail à environ 12 000 ouvriers, militaires et civils confondus dont plus de la moitié étaient des femmes. Le modeste établissement s’occupant de la réparation des obus d’artillerie se développa et devint le troisième plus grand de l’État : la direction d’artillerie, où les noyaux productifs, disséminés surtout dans les zones périphériques, au-delà des vieux remparts de la ville, s’occupaient du chargement des obus. Là encore, la main-d’œuvre, comprenant une forte proportion de femmes, atteignit les deux mille salariés16.

30Bref, si le secteur privé de l’industrie n’embauchait que peu de personnel, le secteur public, lui, influa fortement sur le marché du travail de la ville et de la province. Après avoir embauché les ouvriers et les femmes de la ville, les établissements militaires recrutèrent de plus en plus massivement dans les campagnes, d’abord dans les communes limitrophes du chef-lieu, puis dans d’autres plus éloignées.

  • 17 À propos des « fabuleux salaires » des travailleurs de l’industrie de guerre, voir Archivio di Stat (...)

31Le recrutement militaire des hommes valides, l’activité agricole dans les campagnes – discontinue, bien sûr, mais très intense durant certaines phases – et la demande massive du secteur de guerre géré par l’État créèrent ainsi à Bologne des conditions absolument inhabituelles de plein-emploi, avec des salaires relativement élevés. Sans s’attarder sur les polémiques des observateurs civils de l’époque stigmatisant les « fabuleux salaires des ouvriers » et la propension de ceux-ci à mener un train de vie onéreux, il est indéniable que, dans ce contexte, les salaires des classes populaires étaient plutôt élevés et que le pouvoir contractuel des travailleurs suffisait à compenser les effets de l’inflation17.

32Ces conditions expliquent en partie le succès de la « recette » de Zanardi ainsi que les raisons pour lesquelles, dans un contexte national où les socialistes étaient les premiers à demander un contrôle sur les prix et l’introduction de formes de rationnement des produits de première nécessité, le maire de Bologne se montra réfractaire, du moins tant que cela fut possible – c’est-à-dire jusqu’à Caporetto –, à l’idée déjà proposée depuis longtemps par le Commissariat général pour la consommation, d’introduire le rationnement et la carte de rationnement.

La politique de la ville

33Les autorités de l’État, tant au niveau central que local, montrèrent un grand intérêt pour les expériences de la junte bolognaise en matière de politique de ravitaillement.

34Cela ne veut pas dire, bien sûr, qu’il existait un climat d’entente. Dès avant le début du conflit européen, à la fin du mois de juillet 1914, le parti socialiste s’était opposé avec force à une éventuelle intervention italienne. Selon ses dirigeants, la nette hostilité des masses face à la guerre (savamment orchestrée par le parti) avait influé sur la décision du gouvernement de rester neutre.

35En réalité la situation italienne était beaucoup plus complexe. En août 1914, des groupes tels que les radicaux et républicains, qui ne voulaient pas d’une Italie se rangeant du côté de « l’ennemi héréditaire » autrichien, s’étaient nettement affichés contre l’intervention. Les catholiques et de larges fractions de l’opinion publique libérale s’opposaient également à la guerre.

  • 18 « Il solenne “meeting” all’Unione Liberale Bolognese per la disciplina nazionale contro la neutrali (...)

36Les mois suivants, les choses commencèrent à changer. Les radicaux et les républicains – peu nombreux, mais plutôt bruyants – soutinrent l’adhésion italienne à la cause de l’Entente. Les nationalistes, qui jadis avaient voulu la guerre avec l’Allemagne et l’Autriche, devinrent partisans d’une intervention contre cette dernière. Les cléricaux continuèrent à se déclarer en faveur de la neutralité, tout en affirmant que, si le gouvernement décidait de faire la guerre, ils accompliraient leur devoir. Les groupes libéraux, du moins à Bologne, restèrent extrêmement prudents. L’ex-maire, le marquis Giuseppe Tanari, sénateur du royaume, affirma dans une lettre ouverte au Resto del Carlino, principal quotidien de la ville, que les décisions revenaient exclusivement au gouvernement ; tous les autres devant se limiter à obtempérer, tels des marins prêts à la manœuvre mais aux ordres d’un seul commandant18.

37Restaient donc les socialistes, minoritaires à l’échelon national mais qui représentaient, dans certaines zones, la majorité, voire une majorité écrasante qu’ils étaient prêts à exploiter pour conditionner la situation politique, du moins au niveau local. Non seulement ils promouvaient des manifestations en faveur de la paix et du maintien de la neutralité italienne, mais ils contestaient vigoureusement, parfois même violemment, les initiatives des forces politiques favorables à l’intervention, surtout celles des radicaux, des républicains et des socialistes dissidents avec lesquels, dans le passé, ils avaient collaboré sous diverses formes.

  • 19 En ce qui concerne la neutralité italienne, citons une autre référence utile : B. Vigezzi, L’Italia (...)
  • 20 ASB, GP, b. 1237, cat. 6, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, DGPS (21 avril 1915).

38L’histoire du « mois de mai radieux » a généralement été écrite de manière à souligner la mobilisation de la presse interventionniste et le contrôle des espaces de la vie publique par les groupes favorables à la guerre, minoritaires mais extrêmement actifs et agressifs19. Dans les zones comme le Bolognais, où prévalait le parti socialiste, il se passa bien souvent le contraire, même si, en avril 1915, le préfet observa, avec une satisfaction évidente, que tout en continuant à agiter les masses, les dirigeants socialistes étaient conscients qu’une tentative d’opposition à l’ordre de mobilisation générale imminent se solderait par une très dure répression20. L’hypothèse d’une entrée en guerre sans incident était donc des plus probables, et ce fut le cas.

39La formule élaborée par la direction nationale du parti, « Ni adhérer ni saboter », fut aussi adoptée par les socialistes bolognais qui l’interprétèrent comme un constant rappel au désir de paix de la masse, au refus de toute manifestation de patriotisme, mais aussi comme une invitation, pour les collectivités locales, à protéger la population des effets délétères de la guerre sur ses conditions de vie, et à en faire subir le coût aux classes sociales qui l’avaient voulue. La politique de ravitaillement fut l’expression la plus importante de cette attitude.

40Exprimer son désaccord de façon différente était devenu du reste assez difficile : pour éviter des manifestations contre la guerre, le gouvernement avait, dès le début du conflit, déclaré la province de Bologne zone en état de guerre. Par cette mesure, les autorités militaires territoriales (notamment le commandement du 6e corps d’armée, qui avait son siège à Bologne) assumaient des pouvoirs spéciaux en matière d’ordre public, tout en collaborant avec le préfet et les organes de police qui avaient une bien meilleure connaissance des différents territoires.

  • 21 Ibid., b. 1235, cat. 6, fasc. 2, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (20 octo (...)
  • 22 Ibid., b. 1276, cat. 7, fasc. 1, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (8 avril (...)

41Cette collaboration fut facilitée par la convergence d’opinions des autorités civiles et militaires sur la situation en ville et en province. En octobre 1915, le préfet Quaranta dénonçait par exemple la présence d’un lent mais inexorable travail visant à déprimer « l’esprit national » : la propagande socialiste contre la guerre, ne faisant plus de manifestations publiques, s’exprimait à présent par une « sournoise infiltration dans les consciences par des actions individuelles qui échappent à tout contrôle »21. La masse de la population se maintenait – presque étonnamment – tranquille. Le préfet jugeait toutefois nécessaire d’intervenir durement, pour frapper toute manifestation de défaitisme, en amplifiant et en généralisant la législation existante. En avril 1916, en accord avec le commandement du corps d’armée territoriale, Quaranta proposa au gouvernement un durcissement et une plus sévère application des avis du commandement suprême (mesures émanant des sommets militaires avec effets légaux) en matière de répression des manifestations d’opposition à la guerre. Le jugement de ce type de crimes reviendrait aux tribunaux militaires – et non aux tribunaux civils, jugés trop indulgents22.

  • 23 Cette expression désigne l’ensemble des groupes libéraux (des conservateurs à la gauche libérale) q (...)
  • 24 ASB, GP, b. 1220, cat. 7, fasc. 1-2, Prefetto di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (2 oct (...)

42Le pessimisme affiché par les autorités était aussi dû à l’évidente fragilité des forces politiques favorables à la guerre. Déjà, en octobre 1914, le préfet avait écrit que le « parti constitutionnel »23 était réduit à un « tas de ruines ». Chaque action politique devait être précédée d’un patient travail au niveau économique, visant à rompre les liens établis entre les collectivités locales et les organisations économiques liées au parti, afin de rétablir des espaces d’action pour les clientèles bourgeoises traditionnelles24.

  • 25 F. Degli Esposti, « Mobilitazione e militarizzazione della società civile », Militarizzazione e naz (...)

43Même les personnalités les plus modérées du monde conservateur local semblaient partager cet avis. En mai 1915, en réponse à l’hypothèse d’une intervention italienne jugée désormais de plus en plus probable, l’ex-maire Tanari avait créé le Comité de préparation civile devenu, après le 24 mai, Comité d’action civile. Ce dernier réunissait les noms les plus importants de l’aristocratie et de la bourgeoisie de la ville, appelés à créer des œuvres d’assistance aux populations civiles et militaires. La gamme des initiatives entreprises par le comité fut plutôt large : on commença par les crèches et les écoles maternelles destinées à accueillir les enfants des appelés pour passer ensuite à la création d’un atelier de confection des tenues militaires visant à offrir des postes de travail occasionnel aux femmes du peuple (en 1917, cela impliquait environ 12 000 travailleuses à domicile, disséminées dans toute la province). Un bureau de recrutement fut créé pour sélectionner le personnel féminin des établissements militaires. Les femmes étaient choisies en fonction de leurs besoins économiques et « moraux ». Mais les besoins devinrent vite si importants qu’on abandonna toute forme de sélection à l’embauche. Toujours dans le secteur de l’armement, le comité se fit le promoteur d’un groupement de petites entreprises mécaniques bolognais – qui séparément auraient eu bien du mal à entrer en relation directe avec l’autorité militaire – en vue de conclure avec l’armée des contrats pour la fourniture d’obus d’artillerie25.

  • 26 Sur la maison de rééducation pour les invalides, voir M. Gavelli et F. Tarozzi, « La casa di rieduc (...)

44Concernant l’assistance aux soldats, rappelons, outre l’organisation de nombreux hôpitaux militaires, la création d’une maison de rééducation pour les mutilés. Celle-ci visait à intégrer l’action médicale de l’institut orthopédique Rizzoli, peut-être la structure hospitalière la plus importante du pays pour ce type de soins. Les socialistes, à la tête du conseil d’administration de l’hôpital, durent accepter, à contrecœur, cette « division du travail »26.

  • 27 Sur le bureau des nouvelles aux familles, voir E. Erioli, « L’Ufficio per Notizie alle famiglie dei (...)

45Le Comité d’action civile donna enfin naissance à une autre initiative qui aura une importance nationale, le bureau pour les nouvelles aux familles des militaires qui – créé au début de la guerre par la noble bolognaise Lina Bianconcini Cavazza – facilitait les communications entre les soldats au front et leurs familles. Maintenant toujours son siège central dans le chef-lieu émilien, le bureau comptait des milliers de correspondants éparpillés dans toute l’Italie. Les imposantes archives qu’il constitua permirent, dans l’après-guerre, de reconstituer les pertes subies par l’armée italienne durant le conflit27.

  • 28 « Socialisti e borghesi giudicati dal senatore Tanari », Il Resto del Carlino, 13 août 1915, p. 4. (...)

46Parallèlement à une « mobilisation socialiste » basée essentiellement sur la politique de ravitaillement, il y eut donc une « mobilisation bourgeoise » intense dans les mondes civils et militaires. Bien entendu l’effort, dans l’engagement personnel aussi bien que financier, était souvent conditionné et limité. Tanari a affirmé que ceux qui auraient pu donner une contribution importante n’avaient pas tous fait leur devoir, et que le système de mobilisation bourgeoise ne pouvait subvenir à ses besoins qu’avec le soutien de l’État28.

47Remarquons que les diverses formes de mobilisations civiles furent conçues, et ne pouvaient fonctionner, qu’en cas de guerre brève. Seul un conflit rapide – et victorieux – aurait pu représenter une occasion de renforcement tant pour les libéraux conservateurs à la tête du pays (Antonio Salandra, Sydney Sonnino) que pour les classes dirigeantes locales, notamment les plus menacées par l’avancée socialiste.

48En 1916, cette perspective disparue, les choses changèrent : la mobilisation « bourgeoise » ne produisait aucun vrai consensus à la guerre et l’autorité de l’État ne pouvait gérer la situation qu’en recourant de plus en plus à la menace et à la répression concrète.

  • 29 Voir par exemple G. Procacci, Dalla rassegnazione alla rivolta. Mentalità e comportamenti popolari (...)

49Cela peut expliquer les velléités précoces de renforcement de la législation répressive de la part des responsables de l’ordre public bolognais mais aussi, quelques mois plus tard, l’interprétation donnée par les autorités des mouvements d’opposition nés entre la fin de 1916 et le printemps 1917, dans les campagnes puis la ville. En effet, quoique les prétextes fussent apparemment économiques – réajustement des subsides économiques des familles d’appelés, plaintes pour les approvisionnements, augmentation des salaires –, la contestation avait, selon les autorités, une valeur exclusivement politique. En demandant le retour des hommes (maris, fils, frères, pères) du front, la population exprimait la fatigue croissante que causait une guerre apparemment sans fin. Le phénomène eut une ampleur nationale, dont l’historiographie a déjà indiqué depuis longtemps la dynamique, notant, par exemple, le fait que les manifestations contre la guerre partent de la campagne, pour s’étendre ensuite aux usines de la ville29.

  • 30 ASB, GP, b. 1276, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, DGPS (14 avril 1917).

50À Bologne, les protestations – qui dans l’ensemble furent moins graves qu’ailleurs – atteignirent leur apogée en avril 1917. Unanimement, la préfecture, le commandement du corps d’armée et le commandement de la division militaire territoriale attribuèrent aux agitations un caractère politique. Quaranta en parla comme d’un premier test en vue d’évaluer le comportement des autorités, ou comme d’une grève générale « avortée » dont la trame, longuement tissée, fut abandonnée à la dernière minute. Le préfet observa toutefois qu’à cette occasion les dirigeants socialistes – du maire Zanardi aux députés des collèges bolognais – avaient fait leur possible pour contenir les oppositions et favoriser un rapide retour à la normale30.

51Ce comportement mérite d’être analysé très attentivement. L’impression est que, tout comme la mobilisation bourgeoise, la formule « Ni adhérer ni saboter » adoptée par le parti socialiste en mai 1915 ne pouvait être efficace qu’en cas de guerre courte. La propagande contre la guerre, poursuivie de façon manifeste tant auprès de l’armée que de la population civile, finissait par avoir des conséquences embarrassantes pour les dirigeants socialistes eux-mêmes. L’agitation gagnait les milieux populaires ; une partie des militants, surtout les jeunes, s’était progressivement rapprochée des anarchistes et des syndicalistes révolutionnaires, et réclamait une opposition plus ferme au conflit. Mais pour les personnalités les plus influentes du parti, la révolution n’était pas imminente. Ces différentes lectures de la situation causèrent des fractures de plus en plus évidentes, à la fois générationnelles et territoriales au sein du mouvement socialiste bolognais (et national). Comme par le passé, les sections les plus proches de la Romagne, et en particulier celles de la zone d’Imola, s’alignèrent sur des positions beaucoup plus radicales par rapport à l’organisation du chef-lieu. Le « non-sabotage » et les politiques visant à défendre les conditions de vie des masses ouvrières et paysannes étaient de plus en plus interprétées comme des formes d’acquiescement ou, pis, de coopération explicite avec les autorités de l’État et, en définitive, de soutien à la guerre voulue par la bourgeoisie italienne.

  • 31 Ibid., b. 1270, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (18 juin 1917).

52Quel comportement adopter face à ce phénomène ? À partir du printemps 1917, le préfet se fit partisan d’une ligne pragmatique, de dialogue avec les représentants socialistes réformistes qui, à Bologne, contrôlaient presque toutes les charges administratives. Frapper les dirigeants, observait Quaranta, aboutirait à amener sur la scène politique de nouveaux visages, provenant de la base et potentiellement plus extrémistes et impatients d’en découdre31. Au contraire le commandement du corps d’armée, moins enclin à saisir les subtiles raisons d’opportunité politique, préféra garder l’équation entre socialistes – tous les socialistes – et subversifs. Il fallait donc frapper durement ces derniers en punissant, sans hésitation aucune, toute forme d’opposition, ou en adoptant des mesures « préventives » comme le rappel aux armes, la suppression des exemptions du service militaire et, dans les cas les plus graves, l’envoi à la frontière.

  • 32 Voici le compte-rendu d’un discours de Zanardi lors du congrès provincial : « Il déclare que si le (...)
  • 33 Ibid., b. 1293, cat. 7, fasc. 1, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno (18 novembre 1917).

53La dernière partie de la guerre fut donc caractérisée par une polarisation croissante des positions : chez les socialistes, le courant réformiste, tout en gardant le contrôle de la situation (à Bologne le congrès provincial réfuta l’idée d’une démission de masse des charges administratives pourtant souhaitée par la direction générale du parti), fut de plus en plus âprement critiqué par les courants maximalistes et révolutionnaires32. Dans le camp bourgeois, l’autorité militaire misa de plus en plus sur le dialogue avec les groupes interventionnistes les plus extrêmes, partisans de formes de « remobilisation » de l’opinion publique où la lutte contre le « défaitisme » assumait un rôle de premier plan. Même l’opinion publique modérée – le susmentionné Giuseppe Tanari et d’autres chefs de file du libéralisme bolognais, conscients du fait que la guerre n’avait nullement représenté une occasion de réaffirmer leur influence traditionnelle – finit par épouser la ligne dure33.

*

  • 34 Ibid., Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (17 mai 1918). Voir F. Degli Espos (...)

54Le commandement du corps d’armée de Bologne fut le premier en Italie à créer expressément un bureau de presse et de propagande, à la tête duquel furent placés des officiers de tendance nettement nationaliste. Ensuite, dans le domaine de l’action politique directe, le général Segato, qui commandait le corps d’armée, montra une très vive sympathie pour les groupes patriotiques et en premier lieu pour l’Association des mutilés et des invalides qui, bien qu’essentiellement impliquée dans des tâches d’assistance, développait de plus en plus manifestement une activité politique. Selon le préfet, l’objectif non déclaré mais assez explicite de l’association était de faire du mouvement une force prépondérante de la vie politique locale. Ce dernier agissait de façon totalement impulsive et incontrôlée, méprisant souvent ouvertement les normes de sécurité publique : les mutilés se distinguaient surtout par leur comportement agressif, voire violent, envers les opposants politiques, et par certains propos clairement provocateurs. Ainsi, Benito Mussolini, considéré par les socialistes comme un apostat, fut appelé à effectuer la livraison de l’étendard de l’association nationale à la section bolognaise34.

55Les forces et les comportements qui domineraient le scénario politique italien de l’après-guerre, aboutissant à l’avènement du fascisme, étaient donc déjà bien dessinés au printemps de la dernière année du conflit.

Notes

1 Nous pouvons citer ici les travaux d’Arthur Marwick et le débat suscité par sa thèse, The Deluge. British Society and the First World War, Londres, Bodley Head, 1965 ; ainsi que A. Marwick éd., War and Social Change in the Twentieth Century : A Comparative Study of Britain, France, Germany, Russian and the United States, Londres, Macmillan, 1974, et Total War and Social Change, Londres, Macmillan, 1988. Voir également H. A. Winkler éd., Organisierter Kapitalismus. Voraussetzunge und Anfänge, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1974.

2 Concernant le mouvement ouvrier italien, voir L. Ambrosoli, Né aderire, né sabotare 1915-1918, Milan, Edizioni Avanti ! 1961 ; S. Caretti, « I socialisti e la Grande Guerra (1914-1918) », Storia del socialismo italiano, G. Sabbatucci éd., vol. 3, Guerra e Dopoguerra, Rome, Il Poligono, p. 3-131.

3 F. Degli Esposti, La grande retrovia in territorio nemico. Bologna e la sua provincia nella Grande Guerra 1914-1918, Milan, Unicopli, 2017.

4 A. L. Cardoza, Agrarian elites and italian fascism. The Province of Bologna, 1901-1925, Princeton, Princeton University Press, 1982.

5 Au sujet du programme électoral socialiste, voir N. S. Onofri, La Grande Guerra nella città rossa, Milan, Edizioni del Gallo, 1966, p. 393-418.

6 Archivio Storico del Comune di Bologna (ASCB), Atti della Giunta, « Verbale della riunione del 18 settembre 1914 », p. 1377-1380.

7 « R. Decreto 20 dicembre 1914 n. 1374 », Raccolta delle leggi e dei decreti del Regno d’Italia, 1914, p. 4726-4729. Plus généralement, sur la politique frumentaire italienne, voir R. Bachi, L’alimentazione e la politica annonaria in Italia, Bari, Laterza (Serie Carnegie), 1926 ; V. Giuffrida, G. Pietra, Provital, Approvvigionamenti alimentari d’Italia durante la guerra 1914-1918, Padoue, Cedam, 1936 ; M. Concetta Dentoni, Annona e consenso in Italia, 1914-1919, Milan, Franco Angeli, 1995.

8 Il s’agit du « Decreto Luogotenenziale 2 agosto 1916 n. 926, recante provvedimenti per facilitare gli approvvigionamenti alimentari e di merci di comune o largo consumo », Raccolta delle leggi e dei decreti del Regno d’Italia, 1916, p. 1983-1989.

9 « L’Associazione dei consumatori in mano alla Camera del lavoro », L’Avvenire d’Italia, 25 décembre 1916, p. 3.

10 Les données financières ainsi que celles concernant la construction du four ont été reconstituées à partir des actes de la junte municipale bolognaise et de la correspondance administrative de la commune de Bologne. Ces documents sont conservés aux ASCB, Carteggio amministrativo (CA), Titolo XI, busta 431, Comune di Bologna, Ufficio V (14 mai 1917) ; Comune di Bologna, Ufficio V (4 septembre 1917). Voir aussi R. Bedetti, « Il panificio pubblico », Vita cittadina, no 1-2, p. 7-10. Vita cittadina était le magazine mensuel édité par l’exécutif municipal. Pour un jugement plus flatteur sur les actes de Zanardi et de ses collègues, voir G. Miti, « Il forno del pane e l’Ente dei consumi di Zanardi. Una storia (quasi) dimenticata », Il Carrobbio, vol. 26, 2000, p. 267-322. Ce bâtiment existe encore et abrite le musée d’art moderne de Bologne (Mambo).

11 Voir ASCB, CA, Titolo XI, b. 279, Comune di Bologna, Per la tutela dei consumi di prima necessità (août 1914), ainsi que « Schema di statuto per l’Istituto autonomo dei consumi », Vita cittadina, no 4, 1915, p. 5-7. Pour un jugement des libéraux bolognais sur l’Ente autonomo, voir « L’Ente autonomo dei consumi a Bologna », La Libertà economica, no 23-24, 20 décembre 1915, p. 348-351.

12 « La guerra e l’aumento dei prezzi », Il Resto del Carlino, 8 novembre 1915, p. 3 ; L’Avvenire d’Italia, 25 février 1916, p. 3.

13 C. Marcozzi, Le lavorazioni nello stabilimento militare di Casaralta durante la guerra (agosto 1914 - dicembre 1918), Bologne, Tipografia Luigi Parma, 1920.

14 Sur les relations de Max Bondi avec l’administration militaire italienne, voir Archivio Centrale dello Stato (ACS), Ministero per le Armi e Munizioni (MAM), Decreti, b. 3, Commissione di collaudo di Artiglieria di Bologna a CRMI Bologna (28 novembre 1915). Malgré la réponse négative de la commission, quelques jours après, le sous-secrétariat aux Armes et aux Munitions a fait paraître un « décret d’auxiliarité » (decreto di ausiliarietà) en faveur de l’entreprise : « Decreto 10 dicembre 1915 n. 40, Società Italiana Generale per Munizioni ed Armi (SIGMA) ».

15 ACS, MAM, b. 257, fasc. Sigma : Sigma a CRMI, Bologna (10 avril 1917) ; Sigma a CRMI, Bologna (11 avril 1917).

16 Pour plus de détails, voir F. Degli Esposti, « L’industria bolognese nella Grande Guerra », Storia di Bologna, R. Zangheri éd., vol. 4, Bologna in età contemporanea A. Varni éd., Bologne, Bononia University Press, 2013, t. 2, p. 45-151. Les données sur les établissements sont extraites de : Dati statistici dell’attività degli stabilimenti e direzioni d’artiglieria durante il periodo bellico, luglio 1914 - ottobre 1918, Rome, 1922 ; et aussi de Ministero della Guerra, Stato Maggiore Centrale, I rifornimenti dell’esercito mobilitato durante la guerra alla fronte italiana (1915-1918), Rome, Stabilimento poligrafico per l’amministrazione dello Stato, 1924.

17 À propos des « fabuleux salaires » des travailleurs de l’industrie de guerre, voir Archivio di Stato di Bologna (ASB), Gabinetto di Prefettura (GP), b. 1275, Prefettura di Bologna a Sottosegretariato Armi e Munizioni (19 février 1917). Pour un jugement contemporain sur ces niveaux de salaire, voir celui du maire Zanardi dans ACS, PCM-GE, b. 181, fasc. 19.21.9/2 Bologna, Sindaco di Bologna a Presidenza del Consiglio (5 décembre 1918).

18 « Il solenne “meeting” all’Unione Liberale Bolognese per la disciplina nazionale contro la neutralità ad oltranza », Il Resto del Carlino, 1er octobre 1914, p. 6. Quelques mois auparavant, en privé, Tanari s’était exprimé en faveur de la neutralité, ne cachant pas sa sympathie envers les Empires centraux ; mais il avait désormais compris qu’il fallait choisir entre la neutralité et l’intervention au côté de l’Entente.

19 En ce qui concerne la neutralité italienne, citons une autre référence utile : B. Vigezzi, L’Italia di fronte alla prima guerra mondiale, Naples, Ricciardi, 1966.

20 ASB, GP, b. 1237, cat. 6, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, DGPS (21 avril 1915).

21 Ibid., b. 1235, cat. 6, fasc. 2, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (20 octobre 1915).

22 Ibid., b. 1276, cat. 7, fasc. 1, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (8 avril 1916) ; ACS, Ministero dell’Interno, Direzione generale di pubblica sicurezza, Affari generali e riservati (PS), 1916, b. 27, fasc. Affari per provincia. Ordine pubblico, Comando del Corpo d’Armata di Bologna a Comando Supremo (15 avril 1916) ; Presidenza del Consiglio dei ministri a Prefettura di Bologna (21 avril 1916).

23 Cette expression désigne l’ensemble des groupes libéraux (des conservateurs à la gauche libérale) qui représentaient les classes bourgeoises italiennes. Certains étaient des chauds partisans de la guerre tandis que d’autres, tel Giolitti, étaient plus sceptiques.

24 ASB, GP, b. 1220, cat. 7, fasc. 1-2, Prefetto di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (2 octobre 1914). Dans ses autres rapports, Quaranta releva à plusieurs reprises l’inertie des classes dirigeantes locales qui, au début du conflit, ne cachaient nullement leur perplexité sur l’issue de ce dernier et exprimaient souvent des sentiments pro-Allemands.

25 F. Degli Esposti, « Mobilitazione e militarizzazione della società civile », Militarizzazione e nazionalizzazione nella Storia d’Italia, P. Del Negro, N. Labanca, A. Staderini éd., Milan, Unicopli, vol. 2, p. 140-151.

26 Sur la maison de rééducation pour les invalides, voir M. Gavelli et F. Tarozzi, « La casa di rieducazione professionale per mutilati e storpi di guerra di Bologna (9 aprile 1916 - 3 gennaio 1922) », Una regione ospedale. Medicina e sanità in Emilia-Romagna durante la Prima Guerra Mondiale, F. Montella, F. Paolella, F. Ratti éd., Bologne, Clueb, 2010, p. 287-304.

27 Sur le bureau des nouvelles aux familles, voir E. Erioli, « L’Ufficio per Notizie alle famiglie dei militari. Una grande storia di volontariato femminile bolognese », Bollettino del Museo del Risorgimento di Bologna, vol. 50, 2005, p. 75-89.

28 « Socialisti e borghesi giudicati dal senatore Tanari », Il Resto del Carlino, 13 août 1915, p. 4. Observation du président du comité : « Certaines familles aisées, qui obtiennent de fortes rentes des terres qu’elles possèdent dans notre région, ne répondent absolument pas, ou pas comme je l’aurais souhaité, à la récolte de fonds pour les mille besoins de l’heure présente. »

29 Voir par exemple G. Procacci, Dalla rassegnazione alla rivolta. Mentalità e comportamenti popolari nella Grande Guerra, Rome, Bulzoni, 1999.

30 ASB, GP, b. 1276, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, DGPS (14 avril 1917).

31 Ibid., b. 1270, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (18 juin 1917).

32 Voici le compte-rendu d’un discours de Zanardi lors du congrès provincial : « Il déclare que si le congrès décide l’abandon de la charge publique, il obtempérera ; il considère toutefois que cela serait une grave erreur » ; « Il Congresso provinciale socialista di domenicascorsa », Squilla, no 35, 1er septembre 1917, p. 1-2.

33 Ibid., b. 1293, cat. 7, fasc. 1, Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno (18 novembre 1917).

34 Ibid., Prefettura di Bologna a Ministero dell’Interno, Gabinetto (17 mai 1918). Voir F. Degli Esposti, « Socialisti e borghesi a Bologna fra guerra e primo dopoguerra », Sotto il regime. Problemi, metodi e strumenti per lo studio dell’antifascismo, G. Albarani, A. Osti Guerrazzi, G. Taurasi éd., Milan, Unicopli, 2006, p. 206-221.

Auteur

Università di Modena

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search