Version classiqueVersion mobile

Les mises en guerre de l'État

 | 
Sylvain Berstchy
, 
Philippe Salson

Section 2.1. Entre quête de profit et quête de protection

Le négoce des vins languedociens face à la mise en guerre de l’État (1914‐1920). Opportunités, résistances et engagements

Stéphane Le Bras

Texte intégral

  • 1 P. Fridenson éd., 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977.
  • 2 G. Canini éd., Les fronts invisibles : nourrir, fournir, soigner, Nancy, Presses universitaires de (...)

1L’histoire de la Première Guerre mondiale, en dépit de ses renouvellements, s’est assez peu concentrée sur les questions du ravitaillement. Ainsi, en 1977, en plein cœur des mutations que connaissent les sciences sociales en général et l’histoire en particulier, de nouvelles thématiques relatives à la Grande Guerre sont investies, notamment les questions d’économie en temps de guerre dans l’ouvrage 1914-1918, l’autre front de la collection Cahiers du « Mouvement social »1. Mais les questions de ravitaillement sont peu évoquées, indirectement en tout cas. Quelques années plus tard, Les fronts invisibles : nourrir, fournir, soigner viennent compléter l’effort historiographique d’étude des relations entre le front et l’arrière2, mais seuls quelques articles traitent du ravitaillement et, lorsque c’est le cas, le vin n’y est abordé que de manière très rapide.

  • 3 En 1915, on recense 79 questions écrites posées au gouvernement concernant le vin (auxquelles on pe (...)
  • 4 F. Cochet, « 1914-1918 : l’alcool aux armées. Représentations et essai de typologie », Guerres mond (...)
  • 5 Voir F. Buton et al. éd., L’ordinaire de la guerre, no 53 d’Agone, 2014.
  • 6 Pour une mise en perspective plus vaste et récente, voir C. Lucand, Le pinard des poilus. Une histo (...)

2Pourtant le vin du poilu, le « pinard », est omniprésent pendant la guerre, tant dans les écrits des soldats, les débats parlementaires3 que dans les représentations qui leur sont associées4. Et si l’historiographie récente tente de mieux saisir cet ordinaire de la guerre5, il paraît pertinent de comprendre comment les poilus sont quotidiennement approvisionnés en vin6 et comment le marché des vins supporte cet effort. À cet effet, il faut nécessairement saisir dans quelle mesure – et avec quels effets, mais également face à quelles résistances – l’État met en œuvre le ravitaillement en vin des armées et d’évaluer quelles en sont les conséquences sur le commerce des vins languedociens, premier fournisseur national.

  • 7 Voir G. Garrier, Le phylloxéra : une guerre de trente ans, 1870-1900, Paris, Albin Michel, 1989.
  • 8 A. Stanziani, « La falsification du vin en France, 1880-1905 : un cas de fraude agro-alimentaire », (...)
  • 9 J. Sagnes éd., La révolte du Midi viticole : cent ans après, 1907-2007, Perpignan, Presses universi (...)

3C’est là un questionnement central, car depuis le tournant du xxe siècle, le marché des vins en Languedoc est frappé par une récurrence de crises qui l’ont rendu instable et ont poussé l’État à intervenir, de manière plus ou moins efficace, afin de gommer les irrégularités des cours. En effet, la crise phylloxérique et ses conséquences désastreuses pour la filière ont entraîné des pratiques frauduleuses qui avaient pour but de continuer, dans un contexte de chute drastique de la production nationale, à répondre à une demande constante. Ainsi, le marché s’est gonflé de vins de mauvaise qualité et falsifiés (vins de raisins secs, vins de sucre)7. Or, avec la reprise de la production et la poursuite de ces pratiques, le marché des vins,dont le Languedoc est le principal producteur, a dû faire face à un déséquilibre structurel, gonflé par les vins artificiels et le retour à des rendements importants. Dans ce contexte, l’État est intervenu de deux façons. Tout d’abord en multipliant les textes de loi encadrant la qualité des produits, ensuite en restreignant des pratiques jusque-là libres8, enfin en régulant les conditions de production et d’échanges à la suite des grandes manifestations du printemps 1907 dans le Languedoc9.

  • 10 R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1981, p. 74.

4De fait, la mise en guerre de l’État, et son tournant interventionniste10, s’inscrit dès lors dans la continuité d’une dynamique récente, mais elle projette les négociants en vins languedociens dans une situation nouvelle où ils sont indispensables, en tant que rouage principal entre l’offre et la demande, mais également sous surveillance, en raison de leurs inclinaisons individualistes et spéculatives.

5C’est cette tension que cette contribution cherche à explorer à travers les perturbations induites sur le marché des vins lorsqu’il est mis en guerre par l’État, puis par l’étude des stratégies de verrouillage du marché par la puissance publique et de leurs conséquences.

Gênes, perturbations et déstructuration de la filière vitivinicole languedocienne dans l’État en guerre

  • 11 Voir J. Winter, « L’effort de guerre » (p. 409-419) et « Nourrir les populations » (p. 581-590), J. (...)

6Classiquement, le discours commercial s’accompagne des plus grandes précautions et de la plus grande méfiance quant aux événements ou aux décisions politiques qui pourraient venir rompre l’ordre commercial routinier. Et effectivement, quand la guerre est déclarée, le négoce languedocien, au même titre que l’ensemble des autres secteurs économiques français11, subit de plein fouet les conséquences de la mobilisation dans un premier temps, puis de la longueur du conflit, notamment dans les transports.

La mobilisation : contraintes et soumissions à l’ordre

  • 12 Voir par exemple le dossier « La Grande Guerre, toujours présente », La Vie des idées, 2009, en lig (...)

7L’historiographie classique et les débats qui l’ont construite, puis renouvelée12, ont montré que les Français avaient affronté l’ordre de mobilisation avec des sentiments contrastés, évoluant d’une personne à l’autre et parfois même, pour le même individu, d’une période à l’autre. Il en va de même dans la filière vitivinicole où la mobilisation suscite des positionnements ambivalents.

  • 13 Créé en 1900, ce syndicat est le principal représentant patronal du négoce régional. Il regroupe al (...)
  • 14 Bulletin mensuel du Syndicat (BMS), août-septembre 1914, p. 121.
  • 15 Leurs fils perdent la vie au combat. Voir le site Internet Mémoire des hommes et les fiches « Morts (...)
  • 16 Archives départementales de l’Hérault (ADH), 8 M 309, fonds de la chambre de commerce de Béziers (C (...)
  • 17 Information transmise par Mme Salasc. Entretien en mars 2013.
  • 18 ADH, 14 ETP 117, fonds Xe région, Seconde Guerre mondiale, note manuscrite, novembre ou décembre 19 (...)
  • 19 ADH, 8 M 309, lettre de J. Viste à la CCB, 6 avril 1919.
  • 20 La Journée vinicole, 13 mars 1958.
  • 21 Voir en ligne : [http://www.memoiredemontbazin.fr/des-hommes/guerre-1914-18/morts-pour-la-france/] (...)
  • 22 G. Macone, Sète, mémoire en image, t. 4, Saint-Avertin, Alan Sutton, 2006, p. 49.
  • 23 Archives municipales de Frontignan, 3 F 13, lettre de Louis Koester, 24 août 1916.
  • 24 Voir à ce sujet E. Morin-Rotureau, 1914-1918 : combats de femmes. Les femmes, pilier de l’effort de (...)
  • 25 M. Jeanjean, Vigne et vin en Languedoc-Roussillon : l’histoire de la famille Jeanjean, 1850-2006, T (...)

8Ainsi, dès août 1914, Marius Leroy d’Audéric, président du Syndicat régional du commerce des vins et spiritueux du Midi13, s’exprimant à titre individuel et collectif, tient à saluer « tous ceux de nos collègues qui ont répondu à l’appel de la Patrie et sont aujourd’hui sous les armes pour défendre la cause juste et sacrée de notre drapeau »14. En effet, tout comme un large pan de la société française, le négoce des vins est amputé d’une partie de ses forces vives par la mobilisation. De fait, elle le touche de plusieurs manières et à tous les niveaux : maisons réputées dans les grands centres d’expédition (« Caffarel » ou « G. Warnery » à Sète15) ou rurales comme « A. Dessup » à Gabian16 ; patrons de ces maisons (M. Roux à Sète17, G. Malet à Montpellier18, J. Viste à Saint-Chinian19) ou successeurs à l’instar de Maurice Taillan à Sète20 et Marcel Collière à Montbazin21 ; jusqu’aux employés tels Auguste Malaval, ouvrier de chais pour « B. Tous » à Sète qui est mobilisé à l’hôpital militaire de la ville22, ou François Guirand qui travaille dans les vignes du négociant Louis Koester23. Les conséquences sont particulièrement préjudiciables dans les petites maisons qui doivent fermer leurs portes (c’est le cas pour J. Viste et A. Dessup), tandis que les autres fonctionnent avec de grandes difficultés au début de la guerre. Très souvent, selon un schéma classique bien connu dans d’autres secteurs24, ce sont les épouses qui prennent le relais, dans des conditions parfois ardues. Ainsi, à Saint-Félix-de-Lodez, Cécile Jeanjean remplace son mari dans la gestion quotidienne des affaires familiales. En dépit de son efficacité, son époux, Maurice, continue depuis le front de donner ordres et conseils et reçoit des lettres de mécontentement de ses clients ou partenaires, pointant plus ou moins ouvertement ce qu’ils considèrent comme le peu de capacités de son épouse25.

  • 26 À Sète, pendant la Belle Époque, ils représentent environ 10 à 15 % des maisons de négoce implantée (...)
  • 27 Archives municipales de Sète, NC, Rapport du commissariat de police de Sète, 28 décembre 1915.
  • 28 ADH, 2 R 911, affaires militaires et organismes en temps de guerre, fonds du conseil de guerre de l (...)

9Il faut enfin évoquer le cas des négociants allemands ou d’origine allemande qui se retrouvent dans une situation fâcheuse. Ces derniers sont relativement nombreux dans la région, venus majoritairement s’installer dans la seconde moitié du xixe siècle afin de capter et de valoriser des circuits commerciaux qui s’étaient établis entre la région et l’Europe germanophone depuis le xviiie siècle26. À Sète, Louis Koester jouit d’une position sociale de premier plan. Fils d’un négociant originaire d’Hanovre venu s’installer à Sète au milieu du xixe siècle, il est un sportif reconnu, fondateur du tournoi de joutes locales et président de nombreuses associations sportives, particulièrement investi dans les œuvres sociales protestantes de la ville. Pourtant, lorsque son père fuit la ville au début de la guerre, et bien qu’il soit de nationalité française, Louis est suspecté par les autorités locales27, ce qui affecte son commerce, dont les coordonnées disparaissent des répertoires officiels. À Lunel, les frères Boring, originaires d’Alsace, qui mènent un commerce de tartres et lies de vin et de négoce des vins sont arrêtés pour espionnage en août 1914. Le rapport final d’enquête indique que cette arrestation s’est faite sous la pression d’une foule « acharnée » et qu’il a « fallu protéger » les Boring, inscrits sur le carnet B dès la période de tension politique d’avant-guerre28. Les accusations sont nombreuses, fruits de suspicions infondées (on leur reproche de parler allemand entre eux, de se promener avec des appareils photo, d’avoir loué ou acheté des propriétés à Montpellier et à Lunel à proximité d’ouvrages militaires), de jalousies commerciales en raison de réussites récentes et du passé trouble des frères qui ont fait faillite en Alsace au tournant des années 1910. Finalement, les Boring bénéficient d’un non-lieu en octobre 1914. Les archives ne permettent pas de savoir ce qu’ils sont devenus, mais il y a fort à parier que le discrédit commercial entraîné par une telle affaire les a poussés à quitter la région et à abandonner le commerce des vins. Dans ces deux cas, la mobilisation et son corollaire, l’entrée en guerre, sont particulièrement préjudiciables aux négociants d’origine germanique, mais aussi, dans une moindre mesure à l’ensemble du négoce qui, traditionnellement, travaillait avec l’Allemagne. L’ordre militaire, imposé par l’État, implique ainsi de nouvelles conditions commerciales porteuses de difficultés pour l’ensemble de la filière.

La « crise des transports » et ses effets (1914-1920)

  • 29 On annonce pour les trois départements du Languedoc une campagne supérieure à 25 millions d’hectoli (...)

10Ces difficultés sont renforcées par la mobilisation matérielle à laquelle doivent faire face le négoce des vins et, par répercussion, la filière dans son ensemble. Chevaux, voitures, wagons, charrettes sont réquisitionnés par l’armée pour assurer le transport des troupes, l’approvisionnement du front et le ravitaillement civil, qui se mettent en place dès le début de la guerre. C’est, alors que s’ouvre la période critique des vendanges et que la campagne s’annonce comme l’une des plus prolifiques des dix dernières années29, une source de contraintes et d’inquiétudes pour le commerce des vins.

  • 30 ADH, 10 R 363, affaires militaires et organismes en temps de guerre, fonds de la section économique (...)
  • 31 Voir notamment G. Galtier, Le vignoble du Languedoc méditerranéen et du Roussillon. Étude comparati (...)

11En effet, pour acheminer les vendanges puis les vins, une multitude de moyens de transport sont exploités et nécessaires entre partenaires commerciaux. Leur accaparement par les services militaires porte un grand préjudice au commerce des vins, qui se retrouve alors dépourvu de ses moyens traditionnels d’expédition30. Cette situation est d’autant plus préjudiciable que les transports ferrés (expédiant entre 90 et 100 % des marchandises locales hors de la région selon les études31) sont les plus touchés : par la désorganisation dans un premier temps, puis par la pénurie par la suite.

  • 32 Il s’agit de wagons plats sur lesquels on peut entreposer des fûts, des produits, de la marchandise
  • 33 H. Bornecque et J. Le Henaff, Les chemins de fer français et la guerre, Paris, Chapelot, 1922, p. 1 (...)
  • 34 Circulaire ministérielle, affichée dans les gares le 8 août 1914, article 4.
  • 35 Loi du 5 août 1914.

12Dès lors, dès août 1914, l’état de guerre met « en souffrance » de nombreux wagons-réservoirs ou plateformes32, abandonnés alors qu’ils acheminaient des marchandises ou qu’ils revenaient avec des fûts vides. En effet, dès le 31 juillet, les compagnies de chemin de fer ont perdu leur indépendance dans la gestion de leur réseau33, tandis que l’article 4 de l’arrêté de mobilisation suspend tout envoi ou réception de marchandises34. Outre la question purement matérielle, se pose logiquement celle de la responsabilité de ces vins. Légalement, ils sont la propriété des acheteurs, mais dès le début de la guerre, un moratoire suspend les créances et protège les négociants mobilisés ou pris dans le conflit35. Les négociants languedociens sont face à une alternative, dans les deux cas préjudiciable : récupérer leurs vins avec les frais que cela entraîne ou les vendre sur place, au plus offrant, un choix synonyme là aussi de pertes.

  • 36 Aux Archives de l’Hérault, plus d’une dizaine de cotes y sont consacrées pour la seule sous-série R (...)
  • 37 ADH, 10 R 366, affaires militaires et organismes en temps de guerre, fonds de la section économique (...)
  • 38 ADH, 10 R 363, minute préfectorale, 18 octobre 1916.
  • 39 P. Gervais, La viticulture en France de 1913 à 1923. Avant, pendant et après la guerre, Paris, Chim (...)
  • 40 Les barricailleurs sont des négociants vendant par petites quantités, dans des barriques, d’où leur (...)
  • 41 ADH, 10 R 363, minute préfectorale, 12 mai 1917.
  • 42 Ces derniers disposent de bons de priorités qui donnent lieu à des dérives et des contestations nom (...)

13En conséquence, malgré les efforts des représentants syndicaux dont l’intense lobbying permet une atténuation de ces mesures et un retour – irrégulier toutefois – à des expéditions quasi quotidiennes, la filière entre, jusqu’en 1920, dans ce que l’on appelle à partir de 1916 « la crise des transports », et dont l’ampleur se mesure à l’abondance des archives36. Les transports ferrés destinés à la clientèle traditionnelle du négoce languedocien sont principalement congestionnés et paralysés par le manque de matériel roulant qui leur est normalement dévolu. En effet, en raison des réquisitions de l’armée, les wagons-réservoirs pour le ravitaillement commercial ne sont obtenus qu’au compte-gouttes, tandis que les expéditions par plateformes sont réduites à une portion plus que congrue pendant le conflit37, pénalisant les maisons spécialisées dans les vins de qualité envoyés en bouteilles ou bombonnes. Dans le même temps, le prix de location des wagons-réservoirs explose dans la région, passant de 4 francs à 14 francs en quelques mois, en 191638, alors que les droits de circulation connaissent la même envolée (1,5 franc l’hectolitre à 10 francs entre 1914 et 191839). On peut ainsi estimer que la guerre a été particulièrement dévastatrice pour le commerce des vins de qualité. En effet, désormais, en raison des difficultés à expédier ces vins au-delà des frontières de la région, les maisons qui faisaient traditionnellement de la « barricaille »40 se mettent à commercer, en grande quantité, des vins de qualité plus médiocre et moins valorisante. Par ailleurs, en dépit de la mise en œuvre de solutions de décongestion comme l’instauration d’un parc de 400 wagons-réservoirs par le ministère du Ravitaillement en 191741, la situation d’asphyxie et de tensions demeure jusqu’en 1920, renforcée par le retour des négociants démobilisés après 191842.

14Mais si cette crise perdure, c’est essentiellement parce que le vin, dans le cadre de la guerre, est devenu un véritable enjeu national.

Le pinard, enjeu crucial pour l’État et le négoce méridional

15Fort logiquement, dès la fin de juillet puis avec le début du conflit, toutes les énergies politiques et militaires sont tournées vers un effort de guerre classique avec, comme priorités, la mobilisation puis la concentration des forces armées françaises. Très vite toutefois, le conflit ouvre de nouvelles perspectives, telles que l’approvisionnement sur le long terme d’effectifs militaires démesurés et la nécessaire cohésion nationale face aux agressions ennemies.

Le ravitaillement en vin au cœur des processus de rationalisation et d’interventionnisme

16Incontestablement, la Première Guerre mondiale est une étape majeure dans la mainmise de l’État sur différents secteurs économiques qui, jusque-là, jouissaient d’une liberté commerciale très nette et sur des marchés où la loi de l’offre et de la demande régissait, quasi à elle seule, les transactions. C’est notablement le cas pour les vins de consommation courante. Cela étant, lorsque s’ouvre le conflit, les transactions commerciales entre l’armée et les négociants languedociens sont déjà anciennes.

  • 43 F. X. Meigner, L’alimentation du soldat pendant la campagne de 1812, mémoire de master sous la dire (...)
  • 44 L. Baudens, « Souvenirs d’une mission médicale à l’armée d’Orient », Revue des deux mondes, t. 7, 1 (...)
  • 45 ADH, 2 R 629, affaires militaires et organismes en temps de guerre, intendance, garnisons, réquisit (...)
  • 46 ADH, 2 R 562, affaires militaires et organismes en temps de guerre, intendance, adjudication des fo (...)
  • 47 Archives de la Banque de France (ABDF), Inspection de la succursale de Montpellier, 1889-1891.

17Depuis les guerres napoléoniennes43, pour la période contemporaine, l’armée est en effet l’un des plus gros clients du négoce languedocien. Les témoignages évoquent la distribution régulière de vins aux troupes combattantes, notamment hors d’Europe44, et les illustrations mettent en lumière sa présence dans le rata à la fin du xixe siècle. Les archives permettent également de retrouver des exemples de livraisons lors du siège de Sète en 1815-181645, pour l’armée d’Afrique en Algérie au milieu du xixe siècle ou l’expédition marocaine de 190946. Certains marchands locaux fondent ainsi une partie de leur fortune sur la fourniture de vins aux armées à la fin du xixe siècle, telle la maison montpelliéraine « J. Perrier » qui dispose de succursales à Lunel, Sète ou Rivesaltes et a fait fortune en étant l’un des principaux adjudicataires des armées du Tonkin et de la Cochinchine47.

  • 48 ADH, 10 R 395, affaires militaires et organismes en temps de guerre, Première Guerre mondiale, appr (...)
  • 49 Bulletin officiel du ministère de la Guerre. Alimentation en campagne, volume arrêté à la date du 2 (...)
  • 50 Archives du Sénat, commissions sénatoriales relatives à la Première Guerre mondiale, commission de (...)
  • 51 Au minimum, car à ces 25 centilitres règlementaires, les soldats peuvent en ajouter 25 autres rembo (...)
  • 52 Voir P. Vala, « L’avenir viticole de la France après la guerre ; le vin et l’hygiène ; le vin au fr (...)
  • 53 La Vie poilusienne, no 2, 1916, dont la une est titrée « Le pinard ».
  • 54 La Baïonnette du 14 décembre 1916, dont le numéro entier est consacré au pinard.
  • 55 Rapport Lebert, p. 3.
  • 56 ADH, 10 R 50, affaires militaires et organismes en temps de guerre, Première Guerre mondiale, dons (...)
  • 57 Ces vins, livrés sur plusieurs mois, permettent d’accroître la ration quotidienne des poilus (voir (...)
  • 58 ADH, 10 R 50, circulaire préfectorale à destination des maires du département, 18 novembre 1914. Ma (...)
  • 59 Ibid., lettres du préfet au ministère de l’Intérieur, novembre et décembre 1914.

18Au début du conflit, les transactions entre le service du ravitaillement et le négoce local s’inscrivent donc dans la continuité d’un partenariat régulier, comme l’indique un document de 1909 faisant la « liste des négociants en vins avec lesquels il pourrait être traité à la mobilisation »48. Elles n’ont aucun caractère extraordinaire, s’opérant de gré à gré ou sous la forme d’adjudication publique selon des cahiers des charges assez stricts. Ce sont des transactions classiques donc, quand plusieurs éléments viennent rompre cette routine commerciale. En avril 1914, une première instruction alloue de manière régulière un quart de litre de vin pour la ration normale journalière (et un autre quart pour la ration forte) à chaque « soldat bivouaqué »49. Surtout, en octobre 1914, une décision du ministère de la Guerre prévoit d’octroyer ce quart journalier à chaque soldat mobilisé dans la zone des armées50, soit près d’un million de litres par jour au minimum51. Cette décision est la résultante de plusieurs facteurs. Tout d’abord, alors que la guerre s’enlise, elle permet de satisfaire la troupe pour qui le vin devient vite un élément constitutif de son identité, permettant de rompre le chagrin, de combattre l’ennui ou de renforcer la sociabilité52, sans oublier une dimension patriotique comme le rappellent certains journaux de tranchées53 ou la presse d’alors54. C’est aussi la conséquence d’une initiative de la part de la filière viticole languedocienne qui a décidé de livrer, sous la tutelle des préfets, 200 000 hectolitres gratuitement aux armées dès septembre 191455. Ces vins, particulièrement appréciés par les soldats56, permettraient de donner goût aux vins du Midi à ceux qui n’en avaient pas l’habitude et d’envisager de pouvoir écouler une récolte importante57. Ici, les acteurs de la filière profitent d’une démarche d’abord spontanée semble-t-il (dès septembre 1914), puis relayée et organisée en novembre 1914 par l’autorité préfectorale58, jouant sur la fibre patriotique et l’élan de solidarité qui suit l’entrée en guerre. Ainsi, très rapidement prise en charge et exploitée par le ministère de l’Intérieur59, la démarche est généralisée par les pouvoirs publics. Les dons – gérés au niveau local par les maires à la tête de commissions de sélection et de réception – sont placés sous la responsabilité de l’Intendance militaire qui en assure l’enlèvement, le transport et le remboursement des différents frais. Se met dès lors en place une organisation efficace visant à expédier vers le front un minimum de 1 % de la récolte annuelle comme le réclame le préfet avec autorité et subtilité dans sa circulaire de novembre : « Il a paru, à titre d’indication, que la contribution, d’ailleurs libre et illimitée, de chacun à ce beau mouvement de solidarité patriotique, ne pourrait guère être inférieure à 1 % de la récolte. »

  • 60 Service historique de la Défense (SHD), 16 N 2644, Grand Quartier général, direction de l’arrière, (...)
  • 61 Dans l’Hérault, à la fin du conflit, il y a 9 commissions (Montpellier, Sète, Béziers, Clermont-l’H (...)
  • 62 L. Le Fur, « Pour le ravitaillement des armées. Les stations-magasins », Revue des deux mondes, 86e(...)

19Dans la pratique, ces vins offerts viennent s’ajouter au quart de vin régulier et permettent d’augmenter les rations gratuites dès le tournant de 191560. Dès lors, plusieurs stations-magasins disséminées sur le territoire national sont équipées pour recevoir et traiter des vins majoritairement en provenance du Languedoc, toujours achetés de gré à gré ou par le biais d’adjudications publiques par des commissions de réception du service de ravitaillement locales aux fonctions très strictement réglementées61. En 1916, chaque station-magasin expédie entre 900 et 1 400 hectolitres par jour au front alors que la ration régulière est passée à 0,5 litre en juillet62.

  • 63 BMS, juillet 1915 - janvier 1916, p. 189.
  • 64 Des commissions départementales d’évaluation, réunies par les préfets, proposent les prix d’achat à (...)
  • 65 Dans le même temps, on crée en août 1915 une inspection générale du ravitaillement au même moment q (...)
  • 66 Comme ceux des XVe, XVIIe, XVIIIe régions et de l’Afrique du Nord, concernés par ces mesures.
  • 67 Rapport Lebert, p. 5.
  • 68 Ibid., p. 12-13.
  • 69 Décret du 1er septembre 1917, JORF. Lois et décrets, 4 septembre 1917, p. 6972. Malheureusement, en (...)
  • 70 Voir à ce sujet les plaintes récurrentes dans le BMS pendant et après la guerre.

20Entre-temps, après une période de désorganisation et de flottements, le ministère de la Guerre, par l’intermédiaire de l’Intendance militaire, met en œuvre une politique interventionniste et régulatrice afin de permettre l’acheminement régulier de vins de bonne qualité vers le front. Cela passe par plusieurs mesures. La plus marquante est, face aux faibles quantités et à la médiocre qualité des échantillons proposés par les négociants, la mise en place, à partir de l’été 1915, du système des réquisitions. Présentées dans un premier temps comme « exceptionnelles »63, elles deviennent dès septembre la règle avec un quota bien établi (1/5 puis 1/4 devant la récolte déficitaire qui s’annonce en 1915, 1/3 en 1917) et un déroulement précis64. Au besoin, le reste des marchandises est acheté selon les modalités classiques. Dans ce contexte très net de rationalisation du ravitaillement, dont la maîtrise économique et logistique devient alors très clairement un enjeu constitutif de la victoire65, les vins languedociens et leurs expéditions sont désormais strictement encadrés. Dorénavant, le ravitaillement, largement assuré par le biais des réquisitions, se fera dans un cadre précis : qualité, degré, quantité des vins seront déterminés à l’avance par l’Intendance militaire, tandis que le sous-intendant de la XVIe région66 devra effectuer, avec un officier d’administration affecté spécialement au service des vins, des tournées de contrôle, durant lesquelles les vins seront pesés et échantillonnés67. Enfin, devant le déficit de la récolte, on décide également de faire appel à la production des autres régions et également d’en importer d’Italie, d’Espagne, du Portugal, voire d’Argentine68. Pour encadrer le ravitaillement, en 1917, un comité consultatif commercial des vins est instauré, réunissant les responsables de l’approvisionnement des armées et les grandes figures patronales du négoce national et méridional69. Son objet est d’étudier les diverses questions intéressant le ravitaillement national en boissons (vins, cidres, bières) en concertation avec la section des boissons, nouvellement créée à la direction du Ravitaillement. En étroite collaboration, ils doivent examiner les demandes d’approvisionnement des coopératives militaires et les conditions des contrats passés entre vendeurs (propriétaires et négociants) et acheteurs militaires. Dans l’optique du ravitaillement civil, le comité consultatif doit aussi coordonner l’importation des vins étrangers. Mais la section des boissons veille également à limiter les dérives liées à la spéculation, dont sont traditionnellement rendus responsables les négociants. Ainsi, alors que l’on demande aux responsables patronaux de participer au contrôle de l’approvisionnement civil et militaire, dans le même temps, les conditions quotidiennes d’exercice des négociants sont – dans un contexte de très forte hausse des cours – de plus en plus attentivement encadrées. Sans doute, en acceptant d’en faire partie, les membres de la commission, dont le Sétois Jean Prats pour le Languedoc, cherchent-ils à ménager les intérêts de la profession face aux pressions de l’État et à ses impératifs. De leur côté, en intégrant dans des organes décisionnels publics des représentants de secteurs privés, les pouvoirs publics semblent, quant à eux, vouloir mobiliser et valoriser au maximum les compétences professionnelles, tout en donnant l’impression de ménager, eux aussi, les intérêts professionnels par le biais de l’instrumentalisation de la représentativité. Quoi qu’il en soit, il n’en demeure pas moins que cette conduite est très clairement perçue comme une incursion de plus en plus profonde de l’État au sein d’une filière particulièrement éprise de libéralisme, attitude jugée néfaste aux conditions de réalisation des transactions et présentée comme une atteinte sérieuse aux libertés commerciales, même en temps de guerre70.

21Par conséquent, cet effort de régulation et de rationalisation du ravitaillement viticole marque incontestablement une étape cruciale dans l’interventionnisme étatique sur le marché des vins. Surtout, ce verrouillage du marché a pour effet de faire redoubler le mécontentement d’un négoce qui, dès le début du conflit, faisait état, en dépit de ses bonnes paroles rassurantes dans la lignée de la cohésion nationale d’alors, de ses inquiétudes et contrariétés.

Effort de guerre et solidarité dans la filière vitivinicole : mythes et réalités

  • 71 J.-J. Becker, « L’union sacrée, l’exception qui confirme la règle », Vingtième siècle, no 5, 1985, (...)
  • 72 Voir par exemple l’article de P. Barral dans l’Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, ouvr. c (...)

22Dans un article où il définit l’« Union sacrée » comme reposant « en 1914 sur la puissance du sentiment national, sur la conviction unanime des Français que tout devait être momentanément subordonné aux nécessités de la défense nationale », Jean-Jacques Becker revient sur une notion plus nuancée qu’il n’y paraît71. Ce consensus politique trouve sa réponse à l’échelon économique et social dans une implication de tous en faveur d’un effort de guerre largement partagé72. Dans le commerce des vins languedociens toutefois, cette adhésion nationale autour d’intérêts communs auxquels il faudrait sacrifier les intérêts particuliers porte à débat et remet en question la réalité d’un effort collectif accepté par tous, rompant avec des présupposés – l’unanimisme de l’effort de guerre – pourtant profondément ancrés dans la mémoire collective encore de nos jours.

  • 73 Voir les discours politiques et publics à l’été 1914. Voir, à ce sujet, B. Cabanes, Août 1914. La F (...)

23Ainsi, dès le début de la guerre, alors que le consensus national vient d’être rendu nécessaire par l’agression allemande73, les négociants cherchent à ménager un espace mental dans lequel pourraient se concilier la défense des intérêts nationaux par leur participation à l’effort commun et la protection de leurs intérêts propres auxquels ils sont si fermement attachés. À cet égard, l’intervention du président du syndicat régional, lors de la première réunion post-mobilisation, est particulièrement révélatrice. Si Leroy d’Audéric rend hommage aux négociants combattants, il rappelle immédiatement :

  • 74 BMS, août-septembre 1914, p. 121-122.

[…] pour qu’ils [les négociants mobilisés] accomplissent leur devoir à la frontière, le nôtre est tout tracé. Nos efforts doivent tendre à assurer la reprise de la vie commerciale, nous devons apporter notre concours le plus absolu à l’œuvre commune et c’est dans un large esprit de solidarité que nous devons envisager la solution du problème économique qui se pose devant nous.74

24Il s’agit donc bien, dans l’intérêt des Français et « en patriotes », précise-t-il, de retrouver un semblant de normalité dans le jeu commercial. Le compromis est ici évident : pendant que certains combattent au front, nous combattons à l’arrière ; avec une nuance de taille toutefois : tout en préservant nos intérêts économiques. Dès lors, de fait, l’ensemble des interventions, dans le Bulletin mensuel du Syndicat, tournent autour de la défense du commerce des vins et de son activité : lutte contre les compagnies ferroviaires, lobbying auprès des administrations par l’entremise des élus méridionaux, critique de l’interventionnisme de l’État, plaintes et désapprobations régulières et nombreuses.

  • 75 La Revue vinicole, 12 novembre 1914.
  • 76 M. Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988, p. 485.
  • 77 BMS, décembre 1914 - janvier 1915, p. 141-142.
  • 78 ADH, 10 R 50, liste des négociants de Frontignan offrant des vins à l’hôpital militaire de l’artill (...)
  • 79 Ce qui va à l’encontre de la thèse de Marcel Lachiver sur le coup de publicité de la viticulture mé (...)
  • 80 Projet d’un organisme commun de transport, mise en œuvre d’une caisse corporative d’escompte et de (...)
  • 81 ADH, 10 R 50, lettre du préfet, 21 décembre 1914.

25Ainsi, au-delà des formules – récurrentes – d’union nationale, l’une des fonctions premières des négociants, à savoir le rôle de régulateur des marchés par le biais de la spéculation, et d’une stricte adaptation au jeu de l’offre et de la demande, refait rapidement surface, mettant en lumière l’individualisme profond d’une large partie des membres de la profession. Les dons de vins – pourtant encouragés par la presse75 et qui sont, selon Marcel Lachiver, « un coup de génie [qui fit] plus d’effets qu’une campagne publicitaire »76 – sont eux-mêmes sujets à débat et mettent en lumière les réticences d’un commerce pourtant prompt à faire sa propre publicité. En effet, alors que les demandes de dons affluent des régions dévastées ou du front, le président du Syndicat des vins de Montpellier indique que si certains adhérents souhaitent s’investir dans une telle démarche, cela ne sera pas sous l’égide du syndicat. Dans les faits, il craint que ce type d’actions ne se généralise et que les dons (au front ou aux blessés) deviennent préjudiciables à une profession qui dit souffrir déjà suffisamment du conflit77. Les archives prouvent que de nombreux négociants participent à ces dons, notamment pour ravitailler la XVIe armée, d’origine languedocienne, ou les hôpitaux militaires78, au moins jusqu’au printemps 191579. Mais si l’effort de solidarité est réel, il s’opère surtout au niveau individuel, selon les inclinations de chacun. À l’échelon syndical, la solidarité ne concerne que la profession80. D’ailleurs, le préfet de l’Hérault écrit en décembre 1914, au ministre de l’Intérieur, au sujet de cette campagne : « Après un accueil apparemment enthousiaste, elle avait rencontré divers obstacles, notamment par le monde du Commerce […] trop disposé à prêter l’oreille à certaines suggestions d’inertie. »81

  • 82 Ibid., correspondances entre les maires, le préfet et l’intendance militaire, octobre-décembre 1914
  • 83 BMS, juillet 1915 - janvier 1916, p. 189.
  • 84 Pour 1917, les besoins s’élèvent à 6 millions d’hectolitres ; 10 millions pour 1918 selon les prévi (...)
  • 85 L. Secondy et al., Les Héraultais dans la guerre de 14-18, Villeveyrac, Papillon Rouge, 2014. Les a (...)
  • 86 Par exemple la maison « Alquié et Cie » est devenue « plusieurs fois millionnaire » pendant la guer (...)

26Cette inertie dénoncée par le préfet se poursuit jusqu’à l’été 1915 et explique en partie la mise en place des réquisitions. En effet, en dépit des rapports continus entre le service du Ravitaillement et les représentants des négociants, les transactions se déroulent dans des conditions difficiles, avec dès l’automne 1914 des tensions palpables au sujet des dates d’enlèvement et de la responsabilité du paiement de certains frais, notamment ceux liés à la circulation des marchandises, que les négociants refusent de prendre à leur compte82. À la séance de dégustation du 30 juin 1915, seuls cinq échantillons sont présentés à la commission de réception, soit à peine 11 800 hectolitres, contre les 27 000 hectolitres règlementairement attendus pour cette adjudication83. Par ailleurs, la qualité de ces produits est médiocre, les négociants conservant ceux qui sont de meilleure qualité pour d’autres transactions, beaucoup plus rentables. Cette attitude, dont on peut interroger les motivations (rejet des méthodes transactionnelles militaires ? instrumentalisation de la pénurie ?), provoque une nette dégradation de l’image des négociants, dont les activités classiques de spéculation sont particulièrement mal perçues et comprises dans une période de restrictions et de difficultés. Leur réputation est d’autant plus détériorée qu’en raison du verrouillage du marché, mais également de la croissance de la demande militaire84 et du maintien de la demande civile, les cours flambent : de 12-15 francs l’hectolitre en moyenne en 1914-1915, ils passent à 40 francs en 1916 puis dépassent les 100 francs en 1917. De rapides fortunes se forment, parfois illégalement avec l’émergence d’un marché noir encore mal connu85, d’autres se renforcent. Après-guerre, les rapports d’inspection de la Banque de France évoquent d’ailleurs les nombreuses fortunes qui se sont bâties ou rebâties après des périodes de difficultés pendant les hostilités86.

  • 87 Rapport Lebert, p. 20-22.
  • 88 Nous reprenons ici les termes employés par le rapport, sans véritablement savoir, en l’état de nos (...)
  • 89 Ibid.
  • 90 Pour plus de précisions, voir B. Touchelay, « Taxer les bénéfices de guerre ou confisquer les profi (...)
  • 91 Cette hyperspéculation est mesurable indirectement dans les rapports de la Banque de France. On y v (...)

27Dans ce contexte, l’État prend deux mesures distinctes, mais qui prouvent son désir de continuer à mieux encadrer les transactions militaires et la spéculation. La première est la création, par le gouvernement Viviani en octobre 1915, de la sous-intendance du ravitaillement en vins, sise à Montpellier. Dans ce que le sénateur André Lebert, spécialiste du ravitaillement, appelle « un désir de centralisation »87, les fonctions de cette sous-intendance dépassent rapidement ses prérogatives originelles, uniquement héraultaises. On lui adjoint alors les départements de l’Aude, de l’Aveyron, du Gard, du Tarn et des Pyrénées-Orientales dirigés depuis trois sous-services, qui, installés à Montpellier, Narbonne et Nîmes, veillent au bon fonctionnement des commissions de réception. Si le personnel administratif est recruté parmi des « officiers aguerris »88, gestionnaires à même de diriger une structure d’une telle envergure, Lebert insiste sur les qualités nécessaires des ouvriers et notamment leurs « capacités professionnelles ». Il regrette toutefois le faible nombre d’employés (150 pour la sous-intendance de l’Hérault, qui doit gérer 1,2 million d’hectolitres en 1915-1916) et surtout les rotations, trop nombreuses selon lui, nuisibles à la bonne marche du service, car, explique-t-il, « on ne substitue pas un manœuvre quelconque à un homme de chai »89. À cette structure s’ajoutent le service du transit de Sète (pour les vins importés) et le service central des wagons-réservoirs créé en décembre 1915 pour gérer la rotation des expéditions, soit au total 433 membres, depuis le sous-intendant adjoint, principal gestionnaire, jusqu’aux hommes de troupe qui servent de manutentionnaires. C’est là un outil efficace, bien que sous-dimensionné selon le sénateur, apte à mieux contrôler transactions, réquisitions et expéditions. En quelque sorte, c’est une structure de substitution et de limitation aux activités classiques du négoce local. La seconde mesure, bien plus contraignante et source d’inquiétudes, est la loi du 1er juillet 1916 sur les bénéfices extraordinaires. Cette mesure, également appelée « impôt sur les bénéfices de guerre », vient compléter l’armature fiscale en pleine maturation en France et vise l’ensemble des bénéfices réalisés entre le 1er août 1914 et dix-huit mois après la guerre90. Ici, les négociants apparaissent bien comme les principales cibles dans la filière ; fournisseurs réguliers et exceptionnels de l’État, ils sont seuls concernés, les producteurs en étant eux exemptés. Entre 50 % et 80 % des bénéfices supplémentaires aux bénéfices normaux sont alors taxés, ce qui, en soi, est un contrôle fort des pratiques spéculatives qui construisent la profession. Si la spéculation est admise comme en témoigne le plancher de 50 %, c’est l’hyperspéculation qui est ici visée, devenue courante à partir de la hausse spectaculaire des cours lors de la campagne de 1915-191691. Ici aussi, cette mesure cherche à la fois à répondre à un impératif d’effort collectif patriotique et à contrôler des agents économiques qui sortent, par appât du gain, avidité, mais également habitude, du cadre du consensus national.

*

28Au terme de cette étude, il paraît indéniable que, comme dans de nombreux autres secteurs, la Première Guerre mondiale représente un tournant quant à la relation entre les négociants en vin et l’État. Sources de tensions, la stabilité et la maîtrise de ce marché – matérialisées dans le contrôle des circuits d’approvisionnement militaire – sont au cœur des enjeux de cette relation qui voit l’État s’imposer, dans la continuité de ses premières interventions au début du siècle, comme le régulateur du marché des vins, rôle qu’il parachève dans les années trente avec l’instauration d’une législation viticole régulatrice, le Statut viticole.

29Pour les négociants, les effets de la guerre sont multiples et contradictoires. Certains y ont fait fortune et le syndicat régional, par son action de lobbying et son intercession dans la bonne marche du ravitaillement, y a acquis une légitimité à laquelle il aspirait depuis sa création en 1900. Mais à l’inverse, d’autres maisons ont terriblement souffert du conflit, engrangeant des pertes dont elles ne se relèveront pas, notamment dans le secteur de la barricaille ou des petites maisons rurales. Surtout, l’image du négociant, déjà écornée par la fraude des années 1890-1900 (« l’intermédiaire-parasite »), est troublée par une attitude finalement peu compatible avec le discours consensuel d’effort collectif national.

  • 92 Sur l’entre-deux-guerres, voir J.-M. Bagnol, Le Midi viticole au Parlement : Édouard Barthe et les (...)

30En définitive, la mise en guerre de l’État permet une redéfinition des rôles sur le marché des vins et marque très nettement une nouvelle orientation sur celui-ci, préfigurant les décennies à venir où émergent de nouveaux acteurs intimement liés à l’État – telles les caves coopératives – et un meilleur contrôle-régulation des circuits de distribution par les pouvoirs publics92.

Notes

1 P. Fridenson éd., 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977.

2 G. Canini éd., Les fronts invisibles : nourrir, fournir, soigner, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1984. Voir les contributions de Pierre Barral sur l’intendance (p. 69-78) ou de Jacques Grasser sur le ravitaillement de Verdun (p. 350-370).

3 En 1915, on recense 79 questions écrites posées au gouvernement concernant le vin (auxquelles on peut ajouter des questions spécifiques sur les alcools ou les wagons-réservoirs). Voir Journal officiel de la République française (JORF), Tables, année 1915, Paris, Imprimerie des journaux officiels, 1916.

4 F. Cochet, « 1914-1918 : l’alcool aux armées. Représentations et essai de typologie », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 222, no 2, 2006, p. 19-32.

5 Voir F. Buton et al. éd., L’ordinaire de la guerre, no 53 d’Agone, 2014.

6 Pour une mise en perspective plus vaste et récente, voir C. Lucand, Le pinard des poilus. Une histoire du vin en France durant la Grande Guerre (1914-1918), Dijon, EUD, 2015 et C. Ridel, L’ivresse du soldat. L’alcool dans les tranchées. 1914-1918, Paris, Vendémiaires, 2016. Les deux auteurs envisagent – de manière rapide et sous l’angle de l’approvisionnement du front, non du marché – les questions du ravitaillement.

7 Voir G. Garrier, Le phylloxéra : une guerre de trente ans, 1870-1900, Paris, Albin Michel, 1989.

8 A. Stanziani, « La falsification du vin en France, 1880-1905 : un cas de fraude agro-alimentaire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 2, 2003, p. 154-186.

9 J. Sagnes éd., La révolte du Midi viticole : cent ans après, 1907-2007, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2008.

10 R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1981, p. 74.

11 Voir J. Winter, « L’effort de guerre » (p. 409-419) et « Nourrir les populations » (p. 581-590), J. Horne, « Ouvriers, mouvements ouvriers et mobilisations industrielles » (p. 601-611), ou P. Barral, « Les campagnes » (p. 651-663), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, S. Audouin-Rouzeau, J.-J. Becker éd., Paris, Bayard, 2004.

12 Voir par exemple le dossier « La Grande Guerre, toujours présente », La Vie des idées, 2009, en ligne, [http://www.laviedesidees.fr/+-La-Grande-Guerre-toujours-presente-+.html] (consulté le 28 décembre 2017), ou plus récemment le débat entre Nicolas Mariot et Emmanuel Saint-Fuscien sur l’entrée en guerre des Français, « Au-delà de la “contrainte” ou du “consentement” », Nonfiction.fr, juin 2014, en ligne, [https://www.nonfiction.fr/article-7136-debat___au_dela_de_la__contrainte__ou_du__consentement___12.htm] (consulté le 28 décembre 2017). Pour l’historiographie plus classique, voir par exemple J.-J. Becker, 1914, comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, ou J. Maurin, Armée, guerre, société : soldats languedociens, 1889-1919, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.

13 Créé en 1900, ce syndicat est le principal représentant patronal du négoce régional. Il regroupe alors la grande majorité des maisons de négoce languedociennes.

14 Bulletin mensuel du Syndicat (BMS), août-septembre 1914, p. 121.

15 Leurs fils perdent la vie au combat. Voir le site Internet Mémoire des hommes et les fiches « Morts pour la France », en ligne : [http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr] (consulté le 28 décembre 2017).

16 Archives départementales de l’Hérault (ADH), 8 M 309, fonds de la chambre de commerce de Béziers (CCB), lettre d’A. Dessup, 3 mai 1920.

17 Information transmise par Mme Salasc. Entretien en mars 2013.

18 ADH, 14 ETP 117, fonds Xe région, Seconde Guerre mondiale, note manuscrite, novembre ou décembre 1941.

19 ADH, 8 M 309, lettre de J. Viste à la CCB, 6 avril 1919.

20 La Journée vinicole, 13 mars 1958.

21 Voir en ligne : [http://www.memoiredemontbazin.fr/des-hommes/guerre-1914-18/morts-pour-la-france/] (consulté le 28 décembre 2017).

22 G. Macone, Sète, mémoire en image, t. 4, Saint-Avertin, Alan Sutton, 2006, p. 49.

23 Archives municipales de Frontignan, 3 F 13, lettre de Louis Koester, 24 août 1916.

24 Voir à ce sujet E. Morin-Rotureau, 1914-1918 : combats de femmes. Les femmes, pilier de l’effort de guerre, Paris, Autrement, 2004.

25 M. Jeanjean, Vigne et vin en Languedoc-Roussillon : l’histoire de la famille Jeanjean, 1850-2006, Toulouse, Privat, 2006, p. 63.

26 À Sète, pendant la Belle Époque, ils représentent environ 10 à 15 % des maisons de négoce implantées dans la ville.

27 Archives municipales de Sète, NC, Rapport du commissariat de police de Sète, 28 décembre 1915.

28 ADH, 2 R 911, affaires militaires et organismes en temps de guerre, fonds du conseil de guerre de la XVIe région, dossier « Frères Boring », 1914.

29 On annonce pour les trois départements du Languedoc une campagne supérieure à 25 millions d’hectolitres, soit la plus importante de ce premier xxe siècle et supérieure de 25 % à la moyenne annuelle jusque-là (20 millions d’hectolitres environ).

30 ADH, 10 R 363, affaires militaires et organismes en temps de guerre, fonds de la section économique de la XVIe région, transports, minute préfectorale, 30 octobre 1916.

31 Voir notamment G. Galtier, Le vignoble du Languedoc méditerranéen et du Roussillon. Étude comparative d’un vignoble de masse, Montpellier, Causse-Graille-Castelnau, 1958.

32 Il s’agit de wagons plats sur lesquels on peut entreposer des fûts, des produits, de la marchandise.

33 H. Bornecque et J. Le Henaff, Les chemins de fer français et la guerre, Paris, Chapelot, 1922, p. 12.

34 Circulaire ministérielle, affichée dans les gares le 8 août 1914, article 4.

35 Loi du 5 août 1914.

36 Aux Archives de l’Hérault, plus d’une dizaine de cotes y sont consacrées pour la seule sous-série R, relative aux organismes en temps de guerre. C’est l’une des occurrences les plus nombreuses.

37 ADH, 10 R 366, affaires militaires et organismes en temps de guerre, fonds de la section économique de la XVIe région, transports, lettre de l’attaché d’intendance de la VIIIe région, 24 octobre 1916. On y retrouve de nombreuses lettres de protestations face aux modalités de rotation et d’acquisition des wagons, mais également d’entrepôt des vins, qui attendent parfois plusieurs semaines, dans des conditions déplorables, synonyme d’altération des vins.

38 ADH, 10 R 363, minute préfectorale, 18 octobre 1916.

39 P. Gervais, La viticulture en France de 1913 à 1923. Avant, pendant et après la guerre, Paris, Chimie et Industrie, 1924, p. 7-8.

40 Les barricailleurs sont des négociants vendant par petites quantités, dans des barriques, d’où leur nom. Ils vendent généralement des vins de bonne qualité.

41 ADH, 10 R 363, minute préfectorale, 12 mai 1917.

42 Ces derniers disposent de bons de priorités qui donnent lieu à des dérives et des contestations nombreuses. Voir ADH, 1 M 1135, fonds du préfet, administration générale des départements, difficulté du commerce en 1919, et 8 M 309.

43 F. X. Meigner, L’alimentation du soldat pendant la campagne de 1812, mémoire de master sous la direction de C. Brice, Université de Paris-Est-Créteil, 2012.

44 L. Baudens, « Souvenirs d’une mission médicale à l’armée d’Orient », Revue des deux mondes, t. 7, 1857, p. 892.

45 ADH, 2 R 629, affaires militaires et organismes en temps de guerre, intendance, garnisons, réquisitions, fournitures pour l’approvisionnement du siège de la place de Sète, 1815-1816.

46 ADH, 2 R 562, affaires militaires et organismes en temps de guerre, intendance, adjudication des fournitures de vin pour l’armée d’Afrique (1848-1850), achat direct aux viticulteurs du Midi (1909).

47 Archives de la Banque de France (ABDF), Inspection de la succursale de Montpellier, 1889-1891.

48 ADH, 10 R 395, affaires militaires et organismes en temps de guerre, Première Guerre mondiale, approvisionnement, liste des négociants, 1909. Il est intéressant de voir que les chiffres ainsi que le nombre de négociants recensés démontrent la sous-estimation de la durée du conflit et de la mobilisation humaine.

49 Bulletin officiel du ministère de la Guerre. Alimentation en campagne, volume arrêté à la date du 2 avril 1914, Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1914, p. 64. La ration forte correspond à une ration complémentaire distribuée sur ordre du commandement.

50 Archives du Sénat, commissions sénatoriales relatives à la Première Guerre mondiale, commission de l’armée, rapports devant la commission, « Rapport sur le ravitaillement en vin des armées » par A. Lebert, 20 novembre 1916 (Rapport Lebert), p. 3.

51 Au minimum, car à ces 25 centilitres règlementaires, les soldats peuvent en ajouter 25 autres remboursés par les ordinaires. Dès le début de 1915, 12,5 cl sont ajoutés à cette ration gratuite. Par ailleurs, les soldats peuvent également se fournir auprès des coopératives militaires quand elles existent.

52 Voir P. Vala, « L’avenir viticole de la France après la guerre ; le vin et l’hygiène ; le vin au front », conférence faite, le 26 mars 1916, à l’Association française pour l’avancement des sciences, Revue de la viticulture, 1916.

53 La Vie poilusienne, no 2, 1916, dont la une est titrée « Le pinard ».

54 La Baïonnette du 14 décembre 1916, dont le numéro entier est consacré au pinard.

55 Rapport Lebert, p. 3.

56 ADH, 10 R 50, affaires militaires et organismes en temps de guerre, Première Guerre mondiale, dons de vins, lettre du général Grossetti, 16e corps d’armée, 28 novembre 1914.

57 Ces vins, livrés sur plusieurs mois, permettent d’accroître la ration quotidienne des poilus (voir JORF, Question de M. Mourier au ministre de la Guerre posée le 11 février 1915, p. 977).

58 ADH, 10 R 50, circulaire préfectorale à destination des maires du département, 18 novembre 1914. Mais cette démarche n’est pas propre au Languedoc, on la retrouve dans d’autres régions où l’on produit du vin : Sud-Ouest ou Anjou par exemple.

59 Ibid., lettres du préfet au ministère de l’Intérieur, novembre et décembre 1914.

60 Service historique de la Défense (SHD), 16 N 2644, Grand Quartier général, direction de l’arrière, ravitaillement, ration de vin, correspondances, février-mars 1915.

61 Dans l’Hérault, à la fin du conflit, il y a 9 commissions (Montpellier, Sète, Béziers, Clermont-l’Hérault, Bédarieux, Saint-Pons, Pézenas, Lunel, Ganges). Leur fonctionnement, complexe, mériterait une étude à lui seul, notamment à partir des nombreuses archives disponibles aux ADH sur celle de Saint-Pons (cotes 10 R 401 à 408).

62 L. Le Fur, « Pour le ravitaillement des armées. Les stations-magasins », Revue des deux mondes, 86e année, t. 32, 1916, p. 173.

63 BMS, juillet 1915 - janvier 1916, p. 189.

64 Des commissions départementales d’évaluation, réunies par les préfets, proposent les prix d’achat à la commission centrale d’évaluation des réquisitions à Paris. Celle-ci prend la décision finale. Les réquisitions sont ensuite sous la responsabilité des maires (loi du 3 juillet 1877) qui les répartissent, dans leur commune, selon les détenteurs de vin (au-delà de 10 hectolitres par récolte). L’armée paye alors immédiatement 1/10 des marchandises, puis le reste lors des retiraisons. Ces opérations sont placées sous le contrôle de la Commission centrale des réquisitions.

65 Dans le même temps, on crée en août 1915 une inspection générale du ravitaillement au même moment que les entrepôts militaires, puis en octobre de la même année un comité consultatif d’action économique dans chaque région de corps d’armée.

66 Comme ceux des XVe, XVIIe, XVIIIe régions et de l’Afrique du Nord, concernés par ces mesures.

67 Rapport Lebert, p. 5.

68 Ibid., p. 12-13.

69 Décret du 1er septembre 1917, JORF. Lois et décrets, 4 septembre 1917, p. 6972. Malheureusement, en l’état actuel, nous ne disposons d’aucune information sur l’activité réelle de ce comité, outre sa présentation dans les textes officiels.

70 Voir à ce sujet les plaintes récurrentes dans le BMS pendant et après la guerre.

71 J.-J. Becker, « L’union sacrée, l’exception qui confirme la règle », Vingtième siècle, no 5, 1985, p. 111-122.

72 Voir par exemple l’article de P. Barral dans l’Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, ouvr. cité.

73 Voir les discours politiques et publics à l’été 1914. Voir, à ce sujet, B. Cabanes, Août 1914. La France entre en guerre, Paris, Gallimard, 2014.

74 BMS, août-septembre 1914, p. 121-122.

75 La Revue vinicole, 12 novembre 1914.

76 M. Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, Fayard, 1988, p. 485.

77 BMS, décembre 1914 - janvier 1915, p. 141-142.

78 ADH, 10 R 50, liste des négociants de Frontignan offrant des vins à l’hôpital militaire de l’artillerie, lettre de F. Castan au directeur des services agricoles, 8 octobre 1914, ou vins offerts par les communes de l’Hérault, 13 mars 1915 ; ADH, 10 R 51, lettre de Jean Meyer, 11 janvier 1915. Ce dernier négociant biterrois livre un wagon-réservoir entier à l’hôpital de Mende.

79 Ce qui va à l’encontre de la thèse de Marcel Lachiver sur le coup de publicité de la viticulture méridionale. En effet, les livraisons gratuites se poursuivent après le décret de Millerand de l’automne 1915, notamment à l’appel de la Confédération générale des vignerons. Surtout, l’attitude des négociants dans ce contexte semble fortement nuancer les hypothèses de l’auteur et il faut rappeler que ces dons se font à l’origine sous l’impulsion des préfets.

80 Projet d’un organisme commun de transport, mise en œuvre d’une caisse corporative d’escompte et de crédit, relais d’offres de services.

81 ADH, 10 R 50, lettre du préfet, 21 décembre 1914.

82 Ibid., correspondances entre les maires, le préfet et l’intendance militaire, octobre-décembre 1914.

83 BMS, juillet 1915 - janvier 1916, p. 189.

84 Pour 1917, les besoins s’élèvent à 6 millions d’hectolitres ; 10 millions pour 1918 selon les prévisions officielles.

85 L. Secondy et al., Les Héraultais dans la guerre de 14-18, Villeveyrac, Papillon Rouge, 2014. Les auteurs évoquent des négociants biterrois dont la fortune rapide fait l’objet de nombreux soupçons (voir p. 200-201). Ces dérives sont également abordées par P. Purseigle, Mobilisation, sacrifice, citoyenneté. Angleterre-France. 1900-1918, thèse de doctorat d’histoire, Université de Toulouse, 2006, p. 218-219.

86 Par exemple la maison « Alquié et Cie » est devenue « plusieurs fois millionnaire » pendant la guerre, notamment grâce au ravitaillement de la Suisse en vins (ABDF, Sète, 1921). J. Beaufort, pour sa part, est présenté en 1922 comme un négociant « ayant fait deux fois faillite mais qui s’est bien repris pendant la guerre » (ABDF, Sète, 1922). À Béziers, c’est J. Bouttes, dont la fortune est évaluée à 1 million de francs, qui « a beaucoup gagné pendant la guerre » (ABDF, Béziers, 1930).

87 Rapport Lebert, p. 20-22.

88 Nous reprenons ici les termes employés par le rapport, sans véritablement savoir, en l’état de nos travaux, s’il s’agit de militaires de métier ou de civils engagés dans le conflit. Probablement les deux, les seconds étant régulièrement employés par l’Intendance militaire dans des secteurs où ils avaient des compétences : gestion des stocks, des employés, des ouvriers, des achats, de la comptabilité, etc.

89 Ibid.

90 Pour plus de précisions, voir B. Touchelay, « Taxer les bénéfices de guerre ou confisquer les profits illicites, deux légitimités distinctes », L’entreprise, le chiffre et le droit. Itinéraires parallèles, itinéraires croisés, J.-G. Degos et S. Trebucq éd., Bordeaux, Centre de recherche en contrôle et comptabilité internationale, IAE - Université de Bordeaux 4, 2005, p. 367-383.

91 Cette hyperspéculation est mesurable indirectement dans les rapports de la Banque de France. On y voit de nombreux négociants soupçonnés par les inspecteurs de s’être enrichis pendant la guerre. Cependant, il faut être prudent, car elle concerne non seulement le vin, mais également le matériel roulant, dans lequel les négociants en vins investissent massivement pendant le conflit (afin de profiter de la demande provoquée par la guerre essentiellement).

92 Sur l’entre-deux-guerres, voir J.-M. Bagnol, Le Midi viticole au Parlement : Édouard Barthe et les députés du vin de l’Hérault (années 1920-1930), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2011.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search