Version classiqueVersion mobile

Les mises en guerre de l'État

 | 
Sylvain Bertschy
, 
Philippe Salson

Section 1.3. Main gauche et main droite de l’État : contrôle et assistance aux populations

Le renforcement du contrôle étatique sur les civils en Allemagne : le service auxiliaire patriotique à Fulda (1916-1918)

Marie-Bénédicte Vincent

Texte intégral

[…] son emploi d’avant-guerre est fichu. L’avoué chez lequel il travaillait à Cologne lui a écrit que la main-d’œuvre auxiliaire féminine s’était admirablement adaptée, qu’elle était moins chère, que Jupp, d’autre part, après les années passées au front, ne pourrait peut-être plus s’accommoder des exigences du travail de bureau… Il regrette sincèrement, les temps sont durs et… meilleurs vœux pour l’avenir !
Erich Maria Remarque, Après (Der Wegzurück).

1Alors que la littérature allemande a abondamment traité de la difficile réinsertion économique de la génération du front – entre autres du fait de la mobilisation féminine sur le marché du travail pendant la guerre –, elle est beaucoup moins prolixe sur la mobilisation des civils masculins dans le « service patriotique auxiliaire » (vaterländischer Hilfsdienst) créé en 1916. Celui-ci représente incontestablement une intensification du contrôle étatique sur les civils, lié à l’allongement de la guerre dans le contexte du blocus et de l’ascendant pris par les militaires depuis l’été 1916. La loi du 5 décembre 1916 ordonne le recensement de tous les hommes de l’arrière pour les affecter dans les secteurs vitaux de l’économie. L’enjeu de cette contribution est de voir comment, à l’échelle d’une ville, s’est fait l’enregistrement des civils, quels ont été les hommes recensés et quel a été le rôle, voire la marge de manœuvre, des autorités municipales : ont-elles coopéré avec les militaires et le Bureau de la guerre (Kriegsamt), instauré à l’automne 1916 dans le cadre du programme Hindenburg et chargé de l’application de la loi ? Nous nous demanderons pourquoi ce dispositif coercitif, qui s’est accompagné de droits sociaux, s’est soldé par un échec.

  • 1 Il s’agit de 57 cartons relatifs aux mesures prises par la ville concernant l’économie de guerre (M (...)
  • 2 Fulda a été intégrée lors du congrès de Vienne à la Hesse électorale (Kurhessen). Sur le milieu cat (...)
  • 3 Il est aussi député à la diète de la province de Hesse-Nassau de 1904 à 1913, puis de 1917 à 1919. (...)
  • 4 Georg Antoni est un juriste issu de la bourgeoisie catholique de la ville. Il a transformé Fulda pa (...)
  • 5 Siègent au Magistrat le Dr Antoni, les deux adjoints (Beigeordnete) Arnd et Fritz, et les six conse (...)
  • 6 Pour une présentation de l’administration prussienne, nous renvoyons à M.-B. Vincent, Serviteurs de (...)
  • 7 E. Oth, T. Heiler, Der Erste Weltkrieg in Fulda, Fulda, Parzeller Verlag (Dokumentation zur Stadtge (...)
  • 8 S. Weichlein, « Kleinstadtgesellschaft und katholisches Milieu. Fulda 1866 bis 1933 », Fulda in sei (...)

2La ville de Fulda a été choisie comme terrain d’enquête du fait d’archives municipales relativement fournies pour la Première Guerre mondiale1 : on s’appuiera entre autres sur un registre de recensement de la population masculine relevant du service auxiliaire établi en mars et en décembre 1917, ce qui permet de proposer une histoire sociale de la mobilisation au plus près des acteurs. Celle-ci n’a jamais été écrite, en dehors des études fondées sur les statistiques au niveau du Reich et des États. Or la situation de Fulda est intéressante, car elle conjugue une appartenance relativement récente à la Prusse à un fort particularisme, lié à l’existence d’un milieu catholique puissant depuis la refondation du diocèse en 18212. Depuis l’annexion par la Prusse de la Hesse en 1866, la ville relève d’un arrondissement dirigé par un Landrat, qui contrôle les autorités municipales élues. Le Landrat de Fulda est, de 1912 à 1919, le Freiherr Karl von Dörnberg (1863-1929), issu d’une famille de la noblesse hessoise, qui démissionne de l’administration après l’instauration de la République de Weimar. Le Landrat est aussi directeur de police (Polizeidirektor) depuis 1912 et amené, à ce titre, à rédiger pendant la guerre les rapports mensuels sur le moral de la population, sur lesquels nous reviendrons3. Les autorités municipales se composent d’un maire (Oberbürgermeister), le Dr Antoni (élu de 1894 à 1930)4, et d’un conseil (Magistrat)5, conformément à l’ordonnance sur l’autonomie municipale de 18726. Fulda compte 23 226 habitants en 1914, répartis entre 73 % de catholiques, 22,8 % de protestants et 4,2 % de juifs7. Il faut se demander comment s’effectue la mobilisation par la contrainte de cette ville qui, par son histoire et ses traditions catholiques, conserve une certaine distance face aux autorités centrales de Berlin, ne serait-ce que par la domination du parti du Centre (Zentrum) dans la vie politique locale pendant toute la période de l’Empire (Kaiserreich) : l’administration municipale de Fulda a été décrite dans l’historiographie comme « la colonne vertébrale institutionnelle de la subculture catholique » de la ville8.

Références et nouvelles orientations de l’histoire sociale de la guerre en Allemagne

  • 9 N. Patin, « La Grande Guerre : un angle mort de l’histoire allemande ? », Histoire@Politique. Polit (...)
  • 10 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, Princeton, Princeton University Press (...)
  • 11 Sur l’usage de ce paradigme, voir G. Hirschfeld, « Der erste weltkrieg in der deutschen und interna (...)
  • 12 C. Nübel, « Neue Forschungen zur Kultur und Sozialgeschichte des Ersten Weltkrieges. Themen, Tenden (...)
  • 13 R. Chickering, Freiburg im Ersten Weltkrieg. Totaler Krieg und städtischer Alltag 1914-1918, Paderb (...)

3D’après un registre municipal de 1919, Fulda et sa région ont envoyé au front lors de la Première Guerre mondiale 3 500 hommes, dont 440 sont morts : c’est dire que le conflit a bouleversé le marché du travail local. Cependant, l’histoire sociale de la ville en guerre reste encore largement à écrire. Les raisons pour lesquelles l’histoire sociale de la Première Guerre mondiale s’est moins développée en Allemagne par comparaison avec d’autres thématiques sont connues : l’historiographie a, depuis 1918, été caractérisée par une prédominance de l’histoire politique et diplomatique, en lien avec les débats concernant l’article 231 du traité de Versailles. C’est encore le cas après 1945, notamment à la fin des années 1950 du fait de la polémique liée aux publications de Fritz Fischer9. L’histoire économique et sociale de la Première Guerre mondiale n’est pas pour autant restée en friche : dans les années 1960 et 1970, les ouvrages de Gerald D. Feldman sur le monde du travail et de Jürgen Kocka sur les rapports de classe10 ont constitué des tournants décisifs, sur lesquels nous nous appuierons. Tous deux analysent les structures socio-économiques du pays et les rapports entre les groupes sociaux. Le renouvellement historiographique a consisté, dans les années 1980, à réintroduire l’étude des acteurs, notamment par une histoire du quotidien11. Cette manière de travailler s’est intéressée aux multiples « expériences de guerre », celles des simples soldats, mais aussi celles des civils (hommes, femmes et enfants). Une décennie plus tard, les historiens se sont attachés aux représentations et aux images pour écrire une histoire culturelle (Kulturgeschichte) de la Grande Guerre. Récemment, les enrichissements sont venus d’une attention portée au niveau local, permettant d’envisager toutes les répercussions du conflit sur la population civile. Dans son article de synthèse sur les renouveaux de l’historiographie12, Christoph Nübel constate que les thèmes sociaux restent encore peu nombreux, mais reconnaît l’importance de l’échelle locale pour comprendre l’imprégnation du quotidien par la guerre, en citant la monographie paradigmatique de Roger Chickering sur Fribourg (Freiburg), qui se vit comme « ville du front »13.

  • 14 R. Chickering, « World War I and the theory of total war. Reflections on the British and German cas (...)
  • 15 Ibid., p. 50.

4En abordant le thème de la mobilisation des civils par la contrainte, on est amené à revenir sur le thème de la « guerre totale » appréhendée dans sa dimension sociale. Dans Great War, Total War14, Chickering note que l’expression reste problématique pour les historiens, car elle sous-entend tant l’anticipation que l’organisation rationnelle de la mobilisation ; or celles-ci n’ont pas lieu en Allemagne, tant l’effet de surprise et l’improvisation jouent un grand rôle. Une des caractéristiques de la guerre est même la désorientation des chefs militaires et civils, confrontés à des prises de décision au sujet desquelles ils n’ont aucune certitude. Le chaos en Allemagne vient de ce que la loi prussienne sur l’état de siège de 1851 a placé le pouvoir exécutif sous l’autorité des généraux commandant les 24 districts militaires du territoire et ne rendant de comptes qu’à l’empereur (et non au Parlement, au chancelier, ou au ministre de la Guerre). Le but de la loi de 1851 était de donner une cohérence administrative dans un pays où les gouvernements des États avaient beaucoup d’autonomie ; de plus, cette loi avait fait ses preuves en 1870-1871. Ce n’est plus le cas après 1914, quand la guerre se prolonge et que les commandants militaires gênent le fonctionnement de l’économie. Selon Chickering, le front intérieur devient alors un « cauchemar bureaucratique » du fait de la fragmentation de l’autorité étatique et militaire15.

  • 16 A. Bauerkämper, E. Julien éd., Durchhalten ! Krieg und Gesellschaft im Vergleich 1914-1918, Götting (...)
  • 17 R. Bessel, « Mobilizing German society for war », Great War, Total War, R. Chickering, S. Förster é (...)
  • 18 Ibid.

5Les tentatives de régulation du marché du travail pendant la guerre ont retenu l’attention des historiens depuis les années quatre-vingt-dix, même si tous les groupes sociaux n’ont pas été étudiés avec la même intensité16. Richard Bessel souligne que la mobilisation n’a pas connu au plan économique l’ampleur qu’elle a revêtue dans les champs militaire et spirituel17. Les conséquences de la mobilisation de masse (13 millions d’Allemands appelés sous les drapeaux) ont été énormes sur le marché du travail. Un des aspects centraux pour les autorités a été de savoir comment concilier les besoins de l’armée avec ceux de l’industrie, et comment réguler la concurrence entre patrons pour obtenir et retenir les travailleurs. Dès 1914, des ouvriers ont été libérés de leurs obligations militaires pour soutenir l’effort de guerre : 1,2 million d’ouvriers sont exemptés au début de 1916, parmi lesquels 740 000 hommes classés « aptes à la mobilisation » (kriegsverwendungsfähig, abrégé k.v.) ; ils sont, au début de 1918, 2,1 millions (dont 1 million de k.v.). À cela se sont ajoutés les femmes, les étrangers et les prisonniers de guerre (1,6 million présents en Allemagne en août 1916). Malgré ces différents apports, la main-d’œuvre civile était réduite de 20 % en juillet 1918 par rapport à son niveau d’avant-guerre18. L’emploi dans les secteurs non vitaux pour la guerre a décru considérablement (par exemple dans le textile ou le bâtiment), les modèles économiques régionaux ont été perturbés (en fonction de la localisation des industries de guerre). Bessel en conclut que la phase initiale de mobilisation de la société lors des deux premières années a été couronnée de succès, alors que la phase organisée par l’État après la loi du 5 décembre 1916 a échoué.

Genèse et contenu de la loi sur le service patriotique du 5 décembre 1916

  • 19 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany, ouvr. cité, p. 149 et suivantes.
  • 20 Cette inspiration britannique est rappelée par Antoine Prost dans « Workers », The Cambridge Histor (...)

6L’étude la plus précise sur la genèse de la loi du 5 décembre 1916 reste aujourd’hui celle de Feldman19. Cette loi s’inscrit dans le contexte du « programme Hindenburg », qui n’a rien d’un programme puisqu’il ne se fonde sur aucune étude de faisabilité économique. C’est en interprétant le succès des Britanniques dans la Somme en août 1916 comme le résultat d’une mobilisation économique réussie, notamment l’enregistrement national des travailleurs (National Registration Act du 15 juillet 1915) et le contrôle des mouvements de la main-d’œuvre (Munitions of War Act du 3 juillet 1915), que Paul von Hindenburg demande, le 13 septembre suivant, au chancelier Theobald von Bethmann-Hollweg de mobiliser la population civile allemande et d’introduire des changements organisationnels au ministère de la Guerre20. Hindenburg évoque, dans son courrier, des mesures radicales telles que la mobilisation par la contrainte des femmes, le travail le dimanche, la fermeture des universités et la préparation militaire des jeunes. Ce faisant, il rencontre l’opposition du secrétaire d’État à l’Intérieur, Karl Helfferich, hostile au travail forcé des femmes et attaché à la liberté du travail, et celle de Theobald von Bethmann-Hollweg, qui considère que Paul von Hindenburg outrepasse ses compétences militaires (il le lui signifie dans une lettre du 30 septembre 1916). Le 10 octobre, le chancelier Bethmann-Hollweg est pourtant informé du projet de création d’un Bureau de la guerre (Kriegsamt) pour réguler la main-d’œuvre, les matières premières et le ravitaillement : cette institution impériale doit être placée au-dessus du ministère de la Guerre et ne rendre compte qu’au commandement suprême (OHL, Oberste Heeresleitung), privant ainsi le ministère de tout rôle dans l’économie de guerre. Le Kriegsamt est créé le 1er novembre 1916 avec, à sa tête, Wilhelm Groener. Feldman interprète cette institution comme la victoire de l’état-major et de l’industrie lourde sur le ministère.

7Si Bethmann-Hollweg accepte le principe d’une mobilisation sous contrainte de la main-d’œuvre, il veut un compromis entre l’OHL et Helfferich. De son côté, l’OHL souhaite que la mobilisation économique des civils fasse l’objet d’une loi votée rapidement par le Reichstag : les militaires veulent éviter l’image désastreuse que livrerait, face à l’étranger, un débat parlementaire long et difficile, accréditant l’idée d’absence de consensus en Allemagne, si bien que Groener est prêt à des concessions face aux syndicats. Dans l’esprit des industriels et des militaires, la loi doit restreindre la mobilité de la main-d’œuvre, mais les syndicats se saisissent de l’occasion pour faire aboutir leur revendication d’une représentation des travailleurs dans des comités paritaires. Wilhelm Groener et Karl Helfferich rencontrent les leaders syndicaux Carl Legien et Gustav Bauer le 8 novembre 1916 (Legien aurait voulu utiliser la loi pour obtenir la liberté complète de coalition pour tous les travailleurs, mais il n’obtient qu’une réponse vague de Groener). La difficulté est de faire passer la loi au Reichstag. Helfferich et Groener rencontrent le 7 novembre les chefs des fractions parlementaires : les socialistes, minoritaires, sont hostiles à une loi qui, selon eux, fait des ouvriers des esclaves ; les conservateurs veulent l’étendre aux femmes et aux jeunes et la priver de ses dispositions sociales ; quant au SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, parti social-démocrate d’Allemagne), il décide de la soutenir avec les partis bourgeois que sont les libéraux de gauche, le parti catholique du Zentrum et l’aile gauche des nationaux-libéraux. La loi est discutée par la commission du budget entre le 25 et le 28 novembre 1916 et en séance plénière le 29 novembre sans que l’OHL intervienne.

  • 21 Le texte complet de la loi peut être consulté sur le site du Musée historique allemand de Berlin : (...)

8Finalement votée le 2 décembre (par 235 voix, contre 19), la loi prend effet le 5 décembre 191621. Elle concerne tous les hommes de 16 à 60 ans, qui sont assignés à un travail dans les secteurs importants de l’économie de guerre (l’industrie d’armement, l’agriculture, la santé et l’administration). Un comité d’affectation local (Einberufungsausschuss), présidé par un militaire mais où siègent des fonctionnaires et des représentants des employés et des employeurs, décide de l’affectation des hommes recensés : il a le pouvoir de fermer ou de regrouper des ateliers, des commerces et des usines jugés non vitaux pour l’économie de guerre dans le but de « libérer » des ouvriers pour le front. Ces derniers, affectés dans les secteurs vitaux, n’ont plus le droit de changer d’emploi sauf s’ils invoquent des raisons de santé, une séparation familiale ou l’obtention de meilleurs salaires ailleurs. Les éventuelles réclamations des ouvriers à l’encontre d’une affectation ou du refus d’un employeur de leur délivrer un certificat de départ (Abkehrschein) sont examinées par un comité paritaire de conciliation (Schlichtungsausschuss). Le Reichstag conserve un droit de contrôle sur l’application de la loi à travers un comité dépendant du Kriegsamt. La loi s’inscrit dans le contexte des nouveaux rapports de force entre les militaires, la bureaucratie et le Parlement, au sens où les militaires ont dû négocier avec les partis politiques pour l’obtenir.

  • 22 G. Metzler, Der deutsche Sozialstaat : vom bismarckschen Erfolgsmodell zum Pflegefall, Stuttgart, D (...)
  • 23 J. Kocka, Klassengesellschaft im Krieg, ouvr. cité, p. 114 et suivantes.
  • 24 On peut voir la dizaine de caricatures parues dans ce journal en ligne : [http://www.simplicissimus (...)

9En dépit de sa dimension contraignante, Feldman interprète donc la loi du 5 décembre 1916 comme un triomphe pour les ouvriers. Cette interprétation domine dans l’historiographie jusqu’à aujourd’hui. Selon Gabriele Metzler, qui retrace l’histoire sur le long terme de l’État social allemand, il s’agit là d’une étape décisive22. Certes la loi veut limiter la mobilité de la main-d’œuvre, mais elle contient deux avancées sociales majeures par rapport à la législation bismarckienne : d’une part tous les individus mobilisés sont couverts socialement et jouissent du droit de coalition et de réunion, d’autre part la loi institue, dans les usines de plus de cinquante employés, des représentations des travailleurs qui annoncent les comités d’entreprise. Elle instaure, dans chaque district militaire, des comités paritaires pour régler les conflits du travail. Par ailleurs, la dimension contraignante de la mobilisation a été fortement atténuée par le paragraphe 9, qui autorise les travailleurs à changer d’emploi pour de meilleurs salaires. Kocka souligne lui aussi le caractère exceptionnel de cette loi qui est contraire aux intérêts des couches dirigeantes23 : du reste, les entrepreneurs se sont montrés extrêmement critiques face à cette intervention de l’État dans la vie des entreprises. C’est, selon Kocka, le premier sujet de politique intérieure en 1917. Le journal satirique Der Simplicissimus y consacre de nombreuses caricatures pointant les dysfonctionnements de la loi (voir illustration 1)24.

Illustration 1. Caricature du journal Der Simplicissimus (5 décembre 1916) : Wilhelm Schulz, « Mobilmachung der Arbeit » [Mobilisation du travail]

Illustration 1. Caricature du journal Der Simplicissimus (5 décembre 1916) : Wilhelm Schulz, « Mobilmachung der Arbeit » [Mobilisation du travail]

– Oui mon cher, il te faudra bientôt suer…
– Bientôt ? Merci bien, j’en transpire de peur dès aujourd’hui.

10Le fait qu’elle ait été votée au Reichstag est crucial : Kocka y voit une étape dans la « parlementarisation » du régime politique allemand.

  • 25 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, p. 308.
  • 26 S. Neitzel, Weltkrieg und Revolution 1914-1918, Berlin, Be-Bra Verlag (Deutsche Geschichte im 20. J (...)
  • 27 G. Mai, « Hilfsdienstgesetz », Enzyklopädie Erster Weltkrieg, G. Hirschfeld, G. Krumeich, I. Renz é (...)
  • 28 A. Duménil, « 5. Dezember 1916. Industrielle Mobilmachung an der Heimatfront », Der Erste Weltkrieg (...)
  • 29 Chickering, dans sa monographie sur Fribourg, ne donne que des statistiques globales pour la ville  (...)

11En revanche, le bilan économique de la loi est jugé très négatif par l’ensemble des historiens, à commencer par Feldman, qui la considère comme « nuisible » pour le marché du travail, car elle encourage le turnover des ouvriers25. Le Kriegsamt est du reste obligé de reconnaître qu’il ne peut pas contrôler la concurrence entre employeurs pour la main-d’œuvre : Groener modifie l’application de la loi les 2 et 12 février 1917, respectivement dans la marine et les chemins de fer, en interdisant aux ouvriers exemptés de quitter leur travail. Certains commandants de districts militaires, avec l’accord d’industriels locaux, ont pareillement étendu ces dispositions à d’autres industries sans consulter le Kriegsamt, notamment dans les chantiers navals, les mines de charbon et l’industrie aéronautique. Feldman en conclut que la conduite de l’effort de guerre a été marquée en Allemagne par un effondrement complet de la rationalité et que tous les groupes sociaux en compétition (armée, bureaucratie, ouvriers, patrons, agriculteurs) ont poursuivi leurs intérêts au détriment de l’intérêt général. Cette conclusion est reprise par Sönke Neitzel dans sa synthèse sur la guerre26 : si la loi du 5 décembre 1916 n’a pas eu d’effets économiques positifs, c’est que la hausse du coût de la vie a obligé chacun à travailler là où les salaires étaient les plus élevés (donc dans les usines d’armement), y compris les femmes, ce qui a déstabilisé le marché du travail. Il conclut à l’échec global de l’économie de guerre. En revanche, Gunther Mai se montre plus nuancé dans son article de l’encyclopédie de la Première Guerre mondiale : si la loi n’a pas signifié une « militarisation des relations du travail » et si ses effets pour orienter le marché du travail ont été « limités »27, elle a aggravé les tensions entre militaires, patrons, syndicats et gouvernement. Anne Duménil souligne a contrario la supériorité des pays de l’Entente, qui ont réussi à établir une meilleure coopération entre État et entreprises28. Partant de là, il nous a semblé intéressant de délaisser le niveau macroéconomique pour étudier sa mise en œuvre au niveau local29.

L’application de la loi du 5 décembre 1916 à Fulda

  • 30 O. Göbel, Die Fuldaer Katholiken und der Erste Weltkrieg. Zur konfessionellen Spezifik nationaler I (...)
  • 31 E. Oth, T. Heiler, Der Erste Weltkrieg in Fulda, ouvr. cité, 2014.
  • 32 T. Heiler, « Hungersnöte in hessischen Städten », Stadt und Stadtverderben (47. Arbeitstagung in Wü (...)

12La période de la Première Guerre mondiale à Fulda a suscité déjà quelques études. Il existe une analyse de la presse catholique de la ville pendant le conflit30. Par ailleurs, un recueil commenté de documents sur Fulda pendant la guerre a été publié, mais il ne comporte pas d’analyse du service patriotique31. En histoire sociale, on dispose de l’étude comparée de Thomas Heiler sur la situation alimentaire des villes de Hesse pendant la guerre32 : l’auteur y souligne le grand interventionnisme des municipalités pour pallier la faiblesse des « bureaux de ravitaillement » du Reich et des Länder, mais note que cet interventionnisme a suscité le mécontentement populaire, car les pénuries de denrées n’ont pas cessé. Certes, les municipalités ont organisé des soupes populaires, mais la situation alimentaire s’est dégradée en 1917. Cependant, il n’y a pas eu de grève ou de révolte de la faim en Hesse. Heiler montre que les relations entre les autorités municipales d’une part et l’administration prussienne et les militaires d’autre part étaient loin d’être harmonieuses. Ainsi, le maire de Fulda refuse en mai 1918 au président de district (Regierungspräsident) de Cassel (Kassel) de livrer les céréales demandées, par peur de la réaction des ouvriers (environ 6 000 dans la ville). C’est la première fois que la municipalité fait référence aux ouvriers et à la pression qu’ils peuvent exercer en politique (les ouvriers à Fulda n’ont jamais joué de rôle politique, à l’exception des associations catholiques gravitant dans l’orbite du Zentrum). Il est notable que les patrons, aux côtés des ouvriers, soutiennent ce refus du maire face au Regierungspräsident : tous les intérêts (patrons, ouvriers, municipalités) font bloc face aux autorités extérieures. La guerre a sans doute produit, selon Heiler, un nouveau rapport entre les citoyens et les administrations municipales qui, confrontées à des problèmes titanesques de ravitaillement, ne peuvent les régler de manière dirigiste et doivent tenir compte de la population en intégrant les ouvriers pour préserver la paix civile. Cette convergence des intérêts se retrouve-t-elle dans l’application de la loi sur le service auxiliaire ?

  • 33 Nous utilisons par la suite le carton d’archives XIX E 12, qui concerne l’application de la loi à F (...)

13Nous souhaitons montrer comment les autorités municipales de Fulda réagissent face aux injonctions du Kriegsamt en matière d’application de la loi du 5 décembre 191633. Trois points seront abordés dans l’analyse du renforcement de la contrainte étatique sur les individus : d’abord le passage du volontariat à la coercition dans la mobilisation des civils, puis la manière dont l’administration applique la loi dans ses propres rangs, et enfin la relation triangulaire qui s’établit entre les administrations municipale, centrale et militaire.

Le resserrement progressif de la contrainte sur les civils

  • 34 Ce chiffre est donné par G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, (...)
  • 35 Parmi les rares cas de propositions spontanées pour le service auxiliaire, on relève un lycéen (Pri (...)

14Alors que la mobilisation des civils avait été pensée initialement sous la forme du volontariat, il est intéressant de voir l’élaboration d’outils administratifs permettant de resserrer la contrainte économique sur les individus. La loi a été anticipée par le ministre de l’Intérieur de la Prusse, Friedrich Wilhelm von Loebell, sous la forme d’une circulaire envoyée le 29 novembre 1916 aux autorités administratives des provinces et des districts (Oberpräsidenten et Regierungspräsidenten), puis relayée par le président de district de Cassel aux autorités communales de Fulda, le 30 novembre 1916 ; elle leur enjoint « si possible de s’assurer d’ores et déjà le concours des personnes relevant du service auxiliaire » (« nach Möglichkeit schon jetzt die zur Mitarbeit im vaterländischen Hilfsdienst verpflichteten Personen zu gewinnen »), notamment pour aider au ravitaillement, mais sans encore exercer de contrainte (« Ein Zwang darf nicht ausgeübt werden »), tout en les avertissant que seront évalués précisément les besoins en personnel, en fonction des dispositions de la loi (« Auch ist bei der Bemessung des Bedarfs zu beachten, dass demnächst eine Nachprüfung des Personalbedarfs gemäss dem Hilfsdienstgesetze stattfinden wird ») et que la question de la rémunération n’est pas encore réglée (« Die Entlohnung der angenommenen Personen unterliegt einstweilen der Vereinbarung »). Il est patent que les autorités administratives espéraient une mobilisation de volontaires. Or, force est de constater que l’appel aux volontaires prévu par le paragraphe 7 de la loi se solde par un échec. À l’échelle de l’Allemagne, à la fin de février 1917, le Kriegsamt ne recense que 60 000 volontaires (dont une majorité de femmes)34. À Fulda, les propositions de volontaires sont exceptionnelles35. Le Kriegsamt est obligé de recommander aux maires et aux Landräte de faire en janvier 1917 de la propagande (Werbearbeit) dans des conférences publiques, en appelant à la rescousse les clubs patriotiques, notamment autour de la date de l’anniversaire de l’empereur. L’échec de la mobilisation volontaire est confirmé par l’étude statistique : 9 % seulement des hommes recensés en mars 1917 à Fulda dans le service auxiliaire se sont portés volontaires (freiwillig gemeldet), les autres ayant été recensés par le comité d’affectation. Le 1er mars 1917, le Bundesrat a en effet promulgué une réglementation pour faire appliquer le paragraphe 7 à la demande du Kriegsamt et avec l’approbation du Reichstag : les personnes doivent se faire enregistrer auprès des autorités communales, à l’exception de celles travaillant dans l’agriculture, les industries de guerre, le gouvernement, les Églises, les professions médicales, les transports publics et les branches de l’effort de guerre.

15Vu l’échec de l’appel au volontariat, la contrainte se resserre : le 13 novembre 1917, les maires, Landräte et Polizeipräsidenten (commissaires de police) reçoivent l’ordre du ministère de l’Intérieur de dresser des listes de tous les hommes allemands ou austro-hongrois nés après le 31 mars 1858, âgés de 17 ans révolus et n’étant pas mobilisés par l’armée, sans aucune exception (« Befreiungen vor der Meldepflicht sind nicht vorgesehen »). Pour les civils, l’obligation de recensement se fait par une carte (Meldekarte) à envoyer au comité d’affectation local (illustration 2).

Illustration 2. Carte de recensement obligatoire (Archives municipales de Fulda) : Meldekarte für Hilfsdienstpflichtige

Illustration 2. Carte de recensement obligatoire (Archives municipales de Fulda) : Meldekarte für Hilfsdienstpflichtige
  • 36 Voir la série d’affiches en ligne du Musée historique allemand, par exemple celle de mars 1917, « A (...)

16Ceux qui omettent de se déclarer sont passibles d’une amende allant jusqu’à 100 marks, ceux qui falsifient leurs données personnelles d’une peine pouvant aller jusqu’à six mois de prison et d’une amende jusqu’à 10 000 marks. La population est avertie par voie d’affichage36. Le 14 septembre 1918, le conseil municipal de Fulda reçoit ainsi 30 exemplaires de l’affiche. Par ailleurs, les autorités municipales sont tenues de compléter les registres de civils recensés (ordre donné par le Kriegsamt de Francfort le 23 novembre 1917) et de les transmettre au comité d’affectation avant le 20 décembre 1917. Le comité d’affectation de Fulda détient ainsi un fichier de toutes les cartes de recensement jusqu’à sa dissolution le 21 novembre 1918 : le fichier est alors transmis aux autorités militaires du district.

17Le 20 janvier 1918, une nouvelle étape est franchie avec des consignes données par le ministère de l’Intérieur aux autorités locales afin qu’elles limitent la délivrance, par les médecins, de certificats de complaisance permettant aux civils d’échapper à un travail physique (notamment dans la logistique et les transports, l’exemple donné est le chargement et le déchargement des trains). Le Kriegsamt de Francfort demande encore aux autorités administratives locales, le 15 avril 1918, de rappeler aux patrons l’obligation de faire connaître aux civils qu’ils emploient les dispositions du service auxiliaire patriotique, les militaires soupçonnant les entreprises de les dissimuler (« Die Kriegsamstelle muss annhemen, dass nicht alle Arbeitgeber, die in ihrem Betrieb Hilfsdienstpflichtige beschäftigen, den in Anlage beigefügten Aushang in ihren Betrieben dauernd bekannt geben ») : cette note est un indice de la résistance des employeurs face à la loi. L’accroissement de la contrainte sur les civils, entre 1917 et 1918, entraîne ainsi la production de tout un matériel de communication et d’enregistrement produit par le Kriegsamt et diffusé par la municipalité : affiches, cartes de recensement, imprimés à destination des patrons et des médecins, et registres. Il faudra s’interroger sur l’efficacité de ce dispositif administratif dans la mobilisation des civils.

L’application de la loi dans l’administration elle-même

  • 37 M.-B. Vincent, Serviteurs de l’État, ouvr. cité, p. 52.
  • 38 Sur un échantillon de plus de 350 fonctionnaires prussiens nés entre 1835 et 1895, un quart ont été (...)

18À l’échelle de la Prusse, l’administration centrale et provinciale a dû donner l’exemple et se séparer de certains fonctionnaires afin de les rendre disponibles pour le service auxiliaire. Notons ici que, d’après une circulaire du Kriegsamt du 31 mai 1917, ceux du Reich ou de Prusse qui sont affectés dans une autre administration dans le cadre du service patriotique ne sont plus payés par leur administration d’origine mais par la nouvelle. En revanche, ils conservent leur traitement en cas d’affectation dans une entreprise privée. Un registre des fonctionnaires recensés dans le service patriotique pour toute la Prusse (Nachweisung über Freistellung von Beamten für den Vaterländischen Dienst. Erlass vom 27.11.1916) comprend 361 noms, ce qui apparaît très faible rapporté au nombre total de fonctionnaires prussiens à cette date (2 200 hauts fonctionnaires en 1910, 500 000 tous grades confondus37). En particulier, on ne relève qu’un nom pour le district militaire de Cassel dont dépend Fulda. On pourrait a priori expliquer ce chiffre par le fait qu’une grande partie des fonctionnaires a déjà été mobilisée et que les effectifs de l’arrière sont si réduits qu’il n’y a plus de réserve. Dans notre thèse, nous avions constaté que la mobilisation (militaire) des fonctionnaires avait été importante38. Mais l’extrême faiblesse des effectifs recensés pour le service auxiliaire incite à penser que les administrations ne sont guère enclines à se séparer de leur personnel. Le cas de Fulda montre même qu’elles font preuve de résistance face à la loi.

19Le comité local d’affectation du service patriotique demande ainsi au conseil municipal, le 1er juin 1917, une liste de tous les fonctionnaires et employés de la ville âgés de 17 à 60 ans, relevant du service patriotique et susceptibles d’être affectés ailleurs, selon les besoins définis par le comité. Le conseil municipal répond en envoyant 105 noms. Or cette liste montre que sont recensés en très grande majorité des petits employés n’ayant pas le statut de fonctionnaire (machinistes, jardiniers, ouvriers des abattoirs et des canalisations, balayeurs, commissionnaires…), dans une moindre mesure des fonctionnaires moyens (comptables, secrétaires) et très peu de hauts fonctionnaires (cinq). L’administration municipale a donc sacrifié les non-titulaires ou les moins gradés. Un autre exemple est fourni par la négociation entre les autorités municipales et le comité d’affectation au sujet des trente-deux pompiers de la ville : sont-ils ou non concernés par la loi ? Oui, répond le comité d’affectation qui contraint, le 18 juin 1917, le conseil municipal à les déclarer disponibles pour une activité secondaire. De même, le 11 octobre 1917, le comité d’affectation soumet au conseil municipal une liste de douze artisans et commerçants relevant du service auxiliaire : le 18 octobre 1917, le conseil approuve tous les noms, sauf un, le maçon Josef Fritz, adjoint au maire. À l’instar des patrons, les administrations ont limité dans leurs rangs l’application de la loi.

Quelle coopération entre autorités municipales et militaires face aux civils ?

20Quelle a été la nature des relations entre les autorités municipales de Fulda, les militaires du Kriegsamt et le comité d’affectation local (présidé par un militaire, le capitaine Meisser) face aux civils ? La loi s’inscrit en effet dans le contexte du primat des militaires sur l’exécutif depuis l’été 1916. Mais il existe, de fait, une marge de manœuvre pour les autorités municipales en charge du recensement, par suite des « lacunes de la loi » : l’expression vient du Landrat de Fulda, le 25 mars 1917, qui appelle à une coordination des autorités pour l’appliquer. Or, on s’aperçoit que le conseil municipal s’efforce, du moins formellement, de toujours répondre aux injonctions du Bureau de la guerre. Par exemple, lorsque le Kriegsamt de Francfort demande aux comités de recrutement locaux, le 8 mars 1917, des civils pour l’agriculture, le conseil municipal de Fulda, avisé par le Landrat le 23 mars 1917, renvoie dès le 26 mars 1917 une liste de 48 noms d’ouvriers, artisans et marchands qui conviendraient. Cette réactivité témoigne d’une bonne volonté face aux militaires. Quand, le 3 août 1917, le comité d’affectation demande au conseil municipal (Magistrat) une liste de tous les petits artisans et commerçants pouvant être affectés dans le service auxiliaire sans nuire à l’intérêt général, le Magistrat fournit à nouveau une liste de 138 noms. La correspondance entre celui-ci et le comité d’affectation révèle même un certain zèle de la part des autorités municipales. Ainsi, le 28 juin 1918, le Magistrat signale au comité d’affectation des personnes « non occupées » : or celui-ci répond, le 26 juillet 1917, qu’il s’agit de personnes soit trop âgées, soit qui ont déménagé, soit incapables de fournir un travail physique sur attestation médicale… On voit ici un conseil municipal prompt à montrer sa bonne volonté pour faire appliquer la loi et se faire bien voir des militaires. On peut néanmoins se demander quelle a été l’efficacité de la mobilisation, car ce zèle administratif apparaît bien disproportionné au regard des résultats économiques. 

Le registre d’inscription de mars 1917 et son analyse statistique

  • 39 Carton XIX E 19.

21Nous allons maintenant présenter l’étude statistique du registre manuscrit de recensement des civils de Fulda (Hilfsdienst-Stammrolle der Stadt Fulda), qui comprend 805 noms inscrits en mars 1917 et 560 en décembre 191739. Pour chaque individu, le registre renseigne treize colonnes indiquant respectivement les nom, prénom et adresse, la date de naissance, la situation matrimoniale, le nombre d’enfants de moins de 15 ans, l’activité professionnelle, l’employeur et la date d’embauche, la formation professionnelle, les compétences spécifiques, les compétences linguistiques, l’éventuelle mise à disposition volontaire pour le service auxiliaire, les maladies graves, la date d’enregistrement et les éventuelles remarques faites par l’individu recensé (illustration 3).

Illustration 3. Première page du registre de recensement de Fulda en mars 1917 (Archives municipales de Fulda)

Illustration 3. Première page du registre de recensement de Fulda en mars 1917 (Archives municipales de Fulda)

22L’analyse statistique s’appuie sur un échantillon des 204 premiers noms du registre de mars 1917 allant de A à H inclus (soit 25 % du registre). En raison des difficultés de déchiffrage de ce document manuscrit, nous ne l’avons pas exploité dans son intégralité et avons considéré l’échantillon comme représentatif. L’analyse vise à comprendre quelle population a été effectivement recensée.

23Sur le plan démographique, les hommes recensés en mars 1917 sont « vieux » : tous sont nés entre 1854 et 1869 (diagramme 1), ce qui signifie qu’ils ont entre 48 et 63 ans en 1917 (les « jeunes » ayant été mobilisés par les militaires). L’année médiane de naissance pour l’échantillon est 1864 (ce qui correspond à un âge de 53 ans). Cet âge est un premier indice de la faible efficacité économique de la loi. D’autant que 83 individus de l’échantillon se déclarent gravement malades lors du recensement, soit une proportion de 40,7 %. Les affections les plus fréquemment citées sont un membre cassé (18 fois), une hernie (10 fois), des maladies de cœur (10 fois), des rhumatismes (14 fois), des maladies pulmonaires (8 fois) et des maladies nerveuses (8 fois), c’est-à-dire des maladies pouvant justifier un refus d’affectation.

Diagramme 1. Répartition des individus par année de naissance

Diagramme 1. Répartition des individus par année de naissance

24L’analyse de la situation matrimoniale des individus de l’échantillon montre par ailleurs une nette prédominance des hommes mariés (tableau 1). En outre, 47 % des hommes déclarent des enfants à charge de moins de 15 ans (diagramme 2). Or la prise en compte de la situation familiale est légalement prévue par la loi comme un motif de recours d’un civil contre une affectation forcée dans une activité éloignée du domicile. Cela signifie que près de la moitié des hommes recensés pourront théoriquement motiver de la sorte un refus d’affectation économique.

Tableau 1. Situation matrimoniale déclarée en mars 1917

Nombre d’individus En pourcentage du total
Mariés 172 84,3 %
Célibataires 12 5,9 %
Veufs 18 8,8 %
Divorcés 2 1 %
Total 204 100 %

Diagramme 2. Répartition des 96 individus déclarant des enfants à charge en mars 1917

Diagramme 2. Répartition des 96 individus déclarant des enfants à charge en mars 1917
  • 40 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, p. 304.

25L’étude des situations professionnelles inscrites dans le registre (tableau 2) montre que 93 % des individus déclarent une profession (ce qui ne signifie pas exercer un emploi en mars 1917). Le groupe le plus important est constitué par les ouvriers (46 % des individus), le deuxième par les artisans et commerçants indépendants (37 % des individus), ce qui correspond au profil socio-économique de la ville de Fulda avant la guerre. Par ailleurs, 75 % des individus occupaient déjà leur emploi avant la guerre (tableau 3), ce qui montre une certaine stabilité de la main-d’œuvre contrastant avec le fort turnover constaté à l’échelle de l’Allemagne pendant le conflit. On note ici que les groupes sociaux élevés ne sont pratiquement pas représentés dans le registre, ce qui corrobore les représentations de l’époque, telles les caricatures du Simplicissimus raillant les couches bourgeoises échappant au service auxiliaire. Celles-ci ont effectivement pu s’abriter derrière le paragraphe 8 de la loi du 5 décembre 1916, qui dispose que les métiers auxquels les comités d’affectation peuvent assigner les travailleurs doivent être adaptés à leurs postes occupés antérieurement. De plus les notables peuvent faire valoir leur participation à des organisations caritatives. En ce sens, comme le notait déjà Feldman, la barrière la plus importante à l’efficacité de la loi est l’absence d’enregistrement total de la population40 : le dispositif ne fait que reproduire les rapports de classe et les inégalités sociales.

Tableau 2. Professions déclarées en mars 1917

Nombre d’individus Pourcentage du total
Aucune profession 8 3,9 %
Employés (Angestellte) 20 9,8 %
Ouvriers (Arbeiter) 94 46,1 %
Indépendants (artisans et commerçants) 75 36,8 %
Invalides 6 2,9 %
Autres 1 0,5 %

Total

204 100 %

Tableau 3. Situation professionnelle en mars 1917

Nombre d’individus Pourcentages du total
Occupent leur emploi depuis l’avant-guerre 153 75 %
Ont changé d’emploi pendant la guerre 31 15,2 %
N’occupent pas d’emploi en mars 1917 20 9,8 %
Total de l’échantillon 204 100 %
  • 41 Le texte est : « L’entreprise fabrique des munitions et du matériel d’armement pour l’armée et des (...)
  • 42 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, p. 306.

26L’attitude des civils face au service auxiliaire peut être perçue à travers la dernière colonne du registre mentionnant les remarques faites par les individus lors de leur recensement : 83 d’entre eux (soit 41 % de l’échantillon) présentent d’eux-mêmes une excuse pour échapper à leur affectation sous contrainte. Les justifications familiales (épouse malade ou parents âgés à soutenir) côtoient les excuses professionnelles (individus travaillant déjà pour l’armée : ainsi, la plus grande industrie métallurgique locale Stanz- und Emaillierwerke Bellinger, forte de 1 200 ouvriers pendant la guerre et fournissant l’armée en casques, cartouches, masques à gaz, etc., donne un texte type à déclarer permettant d’échapper à une affectation ailleurs41). En ce sens, la plus grande déception du Kriegsamt selon Feldman ne vient pas de la dérobade des riches mais du fait que les ouvriers aient privilégié d’eux-mêmes un emploi dans les usines d’armement, plus rémunératrices que les autres branches de l’économie, et ce dès avant l’obligation de recensement dans le service auxiliaire, dont l’effet était ainsi limité. L’historien notait déjà que le réservoir de main-d’œuvre le plus important en Allemagne était la main-d’œuvre féminine42, mais que celle-ci étant exclue de la loi, le service auxiliaire ne pouvait pas produire de travailleurs supplémentaires. De fait, l’étude du registre montre que les hommes recensés à Fulda en mars 1917 sont soit vieux et malades, soit vaillants mais déjà employés dans des usines travaillant pour l’armée. Force est de conclure à l’échec économique de la mobilisation par la contrainte des civils.

Existe-il un lien entre service patriotique et mécontentement populaire ?

27L’intérêt de l’étude locale est d’approcher au plus près de la population civile recensée et de saisir ses caractéristiques socio-économiques afin de comprendre l’inefficacité de la loi du 5 décembre 1916 malgré le déploiement d’un impressionnant arsenal d’outils de pression (cartes d’enregistrement, affiches, registres). On a vu les stratégies d’évitement de la loi, que ce soit à l’intérieur de l’administration municipale, dans les entreprises ou de la part des civils, notamment chez les plus riches et les ouvriers qualifiés. Le resserrement de la contrainte sur les individus a certes eu des effets positifs en termes de droits sociaux – c’est une avancée par rapport à la couverture sociale bismarckienne de la fin du xixe siècle – mais ne s’est pas traduit par une meilleure rentabilité économique de la main-d’œuvre.

  • 43 R. Bessel, « Mobilizing German society for war », Great War, Total War, R. Chickering, S. Förster é (...)
  • 44 R. Chickering, Freiburg im Ersten Weltkrieg, ouvr. cité, p. 146-151.

28Peut-on mettre en relation l’échec du service patriotique et le mécontentement populaire grandissant en Allemagne vis-à-vis de la guerre ? L’historiographie a tenté de le faire. La loi du 5 décembre 1916 a, selon Bessel43, eu des conséquences désastreuses pour le « moral » de la population : la mobilisation totale des ressources, envisagée par les militaires, était une illusion, écrit-il, un exercice sur le papier et en aucun cas un « programme » malgré la rhétorique de Hindenburg. À l’inverse de l’effet escompté, qui était de parfaire la mobilisation de la population, le service auxiliaire a accru le désir d’en finir avec la guerre, y compris sans victoire allemande. La déception liée à l’échec de l’interventionnisme s’est conjuguée avec les mauvaises récoltes, causes de sous-alimentation, pour augmenter le mécontentement et la perte de légitimité des autorités de l’Empire. De même, Chickering établit un lien entre la loi sur le service auxiliaire patriotique et la baisse du moral de la population, car de nombreux petits ateliers ou commerces ont dû fermer dans la ville44. Ces auteurs s’accordent pour faire de 1917 un tournant dans l’évolution du moral de l’arrière et il n’est pas anodin que l’application de la loi sur le service auxiliaire patriotique ait lieu à partir de mars 1917.

  • 45 M.-B. Vincent, « Quand les fonctionnaires doutent de l’État. Le délitement de l’administration alle (...)
  • 46 Archives municipales de Fulda, carton XIX E 16.

29Certes, la catégorie du moral est à prendre avec précaution puisqu’elle est produite et utilisée par les militaires et les élites administratives (notamment les préfets de police) chargées de rédiger des rapports pour l’armée. On peut à juste titre s’interroger sur ce qui est effectivement mesuré dans ces rapports, qui sans doute en disent plus sur leurs auteurs que sur la population. Dans un article précédent centré sur la ville d’Osnabrück pendant la Première Guerre mondiale45, nous avions analysé précisément en ce sens la série des rapports mensuels sur le moral de la population établis par les autorités administratives locales à la demande des militaires, et mis au jour les doutes assaillant les fonctionnaires quant au fonctionnement de l’État bien avant la défaite. Or cette série existe aussi à Fulda (Die monatliche Berichterstattung über die Stimmung der Zivilbevölkerung und die Volksernährung46). Elle commence le 12 octobre 1916, quand le Bureau du ravitaillement (Kriegsernährungsamt) demande au ministère de la Guerre d’inclure dans les rapports mensuels envoyés au commandement militaire des éléments portant sur le moral des civils (mais aussi sur la production domestique de denrées alimentaires, la mise à disposition de ces denrées sur le marché ou par livraison à l’État et leur distribution).

30L’étude de ce matériau montre que, selon les autorités administratives, le moral de la population de Fulda devient « très défavorable » (sehr ungünstig) à partir du 3 avril 1917, alors qu’il était qualifié de « satisfaisant » (befriedigend) en octobre 1916, sans qu’une amélioration ou une détérioration survienne jusqu’à la fin de mars 1917. Le qualificatif « très défavorable » est repris le 7 mai 1917 et le 4 juillet 1917. Le 4 août de la même année, le moral est même décrit comme « de plus en plus défavorable » (immer ungünstiger). Puis il ne « change pas » jusqu’à l’été 1918, où il est jugé « très déprimé » (sehr gedrückt). Cette série confirme le tournant repéré par les autorités administratives à Osnabrück de mars-avril 1917. Sans ici affirmer qu’il renvoie automatiquement à une évolution des mentalités de la population, il révèle au moins le fort désarroi des élites administratives, qui ont l’impression de perdre le contrôle de leurs administrés. Dans notre étude sur Osnabrück, nous avions à ce sujet évoqué une crise de la bureaucratie en 1917. La présente analyse sur Fulda montre que ce tournant correspond au moment où s’applique la contrainte du service auxiliaire.

31Les autorités (hauts fonctionnaires et militaires) ont du reste établi elles-mêmes un rapport entre la loi sur le service auxiliaire et le mécontentement des travailleurs comme des patrons. Ainsi, l’Oberstleutnant Bauer s’exprime de manière très critique sur le service auxiliaire dans une lettre à l’état-major le 6 mars 1917 :

  • 47 W. Deist éd., Militär und Innenpolitik im Weltkrieg 1914-1918, Düsseldorf, Droste Verlag, 1970, doc (...)

La conséquence est une hausse inquiétante des salaires et des revendications accrues des ouvriers en matière de droits politiques. Quand maintenant un simple ouvrier spécialisé de l’industrie de l’armement touche un salaire plus élevé qu’un haut fonctionnaire ou qu’un officier d’état-major du front, cela ne peut qu’agir défavorablement sur les conditions du front comme de l’arrière. Les conséquences pour l’avenir sont imprévisibles. Le plus inquiétant est le fait que les ouvriers fassent pression pour satisfaire leurs revendications par la menace. Les milieux industriels ont déjà plusieurs fois demandé la suppression de cette loi.47

32On voit que l’interprétation de l’échec de la loi se fait sur le mode de l’opposition de classes (patrons contre ouvriers).

33On peut aussi citer la lettre du chancelier Bethmann-Hollweg au chef d’état-major le 15 mars 1917 :

  • 48 Ibid., document 220.

Je partage l’avis de Votre Excellence selon lequel la situation a empiré du fait de la loi sur le service auxiliaire dans la forme qui lui a été donnée au Reichstag. […] Il serait impossible d’annuler maintenant la loi, conformément aux souhaits de certains patrons de l’industrie lourde, ou de supprimer ou d’amoindrir les droits donnés aux ouvriers par cette loi. Les conséquences seraient imprévisibles. Les leaders raisonnables du monde ouvrier, à supposer qu’ils en acceptent le principe, perdraient complètement le contrôle de leur base. La loi sur le service auxiliaire est là, nous devons travailler avec elle et essayer d’atténuer ses effets pervers, comme ceux du paragraphe 9 alinéa 3, en accord avec les représentants des intérêts ouvriers. Nous avons la tâche, dans la situation difficile où nous nous trouvons, de renforcer les éléments patriotiques et raisonnables dans le monde ouvrier et par leur médiation de diffuser les explications et les enseignements que Votre Excellence juge nécessaires. Ce but ne peut être atteint qu’au prix de certains sacrifices auxquels les patrons doivent aussi consentir, et au prix d’un renoncement à des mesures de contraintes qui exciteraient et rendraient amers [les ouvriers].48

34La citation fait référence aux droits sociaux obtenus par les travailleurs. Mais la situation sociale semble échapper au gouvernement, qui cherche, dès lors, à temporiser, quitte à renoncer à la contrainte étatique qui était pourtant à l’origine du service patriotique. La peur d’un danger ouvrier est décelable dès 1917 et il est intéressant de voir le chancelier s’interroger sur les conséquences du service auxiliaire sur les rapports sociaux en Allemagne et en particulier sur l’opposition entre ouvriers et patrons.

*

35La contestation du service auxiliaire, tant chez les employeurs que chez les travailleurs, a accentué la crise de légitimité de la bureaucratie en 1917 : en dépit d’une tradition d’intervention étatique ancrée depuis le xixe siècle, qui fondait leur prestige professionnel dans la société wilhelminienne, les fonctionnaires prussiens comprennent qu’ils ont échoué à rendre économiquement efficace la mobilisation des civils à l’arrière, dans le service patriotique comme dans d’autres domaines (le ravitaillement notamment). La Première Guerre mondiale représente pour ces fonctionnaires une remise en cause grave, parce qu’inédite, de leur rôle de dirigeant dans la société. De fait, les fonctionnaires ont assisté passivement à la révolution de 1918 : certes le choc de la défaite et de l’abdication de l’empereur est immense, mais leur attitude doit, selon nous, être aussi reliée au désarroi antérieur provoqué par les immenses difficultés de gestion de l’économie de guerre qu’ils n’ont pas réussi à surmonter.

Notes

1 Il s’agit de 57 cartons relatifs aux mesures prises par la ville concernant l’économie de guerre (Massnahmen der Zwangsbewirtschaftung). Archives municipales de Fulda, série XIX – Erster Weltkrieg.

2 Fulda a été intégrée lors du congrès de Vienne à la Hesse électorale (Kurhessen). Sur le milieu catholique qui définit l’identité de la ville, voir S. Weichlein, « Kleinstadtgesellschaft und katholisches Milieu. Fulda 1866 bis 1933 », Fulda in seiner Geschichte. Landschaft, Reichsabtei, Stadt, W. Heinemeyer, B. Jäger éd., Fulda, Parzeller Verlag, 1995, p. 461-501.

3 Il est aussi député à la diète de la province de Hesse-Nassau de 1904 à 1913, puis de 1917 à 1919. Membre du corps étudiant Thuringia à Leipzig, il a passé le premier examen juridique en 1885 à Breslau et le second en 1891 à Berlin. Voir sa notice biographique dans T. Klein, Leitende Beamte der allgemeinen Verwaltung der preussischen Provinz Hessen-Nassau und in Waldeck 1867-1945, Darmstadt, Selbstverlag der Hessischen Historien Kommission Darmstadt und der Historischen Kommission für Hessen, 1988.

4 Georg Antoni est un juriste issu de la bourgeoisie catholique de la ville. Il a transformé Fulda par l’édification de nombreux bâtiments officiels ou municipaux.

5 Siègent au Magistrat le Dr Antoni, les deux adjoints (Beigeordnete) Arnd et Fritz, et les six conseillers municipaux (Stadträte) Göbel, Kramer, Müller, Neitzert, Schmitt et Dr Schulte.

6 Pour une présentation de l’administration prussienne, nous renvoyons à M.-B. Vincent, Serviteurs de l’État : les élites administratives en Prusse de 1871 à 1933, Paris, Belin, 2006, en particulier p. 118.

7 E. Oth, T. Heiler, Der Erste Weltkrieg in Fulda, Fulda, Parzeller Verlag (Dokumentation zur Stadtgeschichte, no 31), 2014.

8 S. Weichlein, « Kleinstadtgesellschaft und katholisches Milieu. Fulda 1866 bis 1933 », Fulda in seiner Geschichte, W. Heinemeyer, B. Jäger éd., ouvr. cité.

9 N. Patin, « La Grande Guerre : un angle mort de l’histoire allemande ? », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 22, 2014. En ligne : [https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=22&rub=dossier&item=205] (consulté le 27 décembre 2017).

10 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, Princeton, Princeton University Press, 1966 ; J. Kocka, Klassengesellschaft im Krieg : deutsche Sozialgeschichte 1914-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1973.

11 Sur l’usage de ce paradigme, voir G. Hirschfeld, « Der erste weltkrieg in der deutschen und internationalen Geschichtsschreibung », Aus Politik und Zeitgeschichte, no 29-30, 2004. En ligne : [http://www.bpb.de/apuz/28194/der-erste-weltkrieg-in-der-deutschen-und-internationalen-geschichtsschreibung] (consulté le 27 décembre 2017).

12 C. Nübel, « Neue Forschungen zur Kultur und Sozialgeschichte des Ersten Weltkrieges. Themen, Tendenzen, Perspektiven », site H-Soz-Kult, 8 juillet 2011. En ligne : [https://www.hsozkult.de/literaturereview/id/forschungsberichte-1114] (consulté le 27 décembre 2017).

13 R. Chickering, Freiburg im Ersten Weltkrieg. Totaler Krieg und städtischer Alltag 1914-1918, Paderborn, Schöningh, 2009, p. 146-151.

14 R. Chickering, « World War I and the theory of total war. Reflections on the British and German cases 1914-1915 », Great War, Total War : Combat and Mobilization on the Western Front, 1914-1918, R. Chickering, S. Förster éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 35-53.

15 Ibid., p. 50.

16 A. Bauerkämper, E. Julien éd., Durchhalten ! Krieg und Gesellschaft im Vergleich 1914-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2010, p. 7-30.

17 R. Bessel, « Mobilizing German society for war », Great War, Total War, R. Chickering, S. Förster éd., ouvr. cité, p. 437-451.

18 Ibid.

19 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany, ouvr. cité, p. 149 et suivantes.

20 Cette inspiration britannique est rappelée par Antoine Prost dans « Workers », The Cambridge History of First World War, J. Winter éd., vol. 2, The State, Cambridge, Cambridge University Press, 2014, p. 325-327.

21 Le texte complet de la loi peut être consulté sur le site du Musée historique allemand de Berlin : [www.dhm.de] (consulté le 27 décembre 2017).

22 G. Metzler, Der deutsche Sozialstaat : vom bismarckschen Erfolgsmodell zum Pflegefall, Stuttgart, DVA, 2003, p. 47 et suivantes.

23 J. Kocka, Klassengesellschaft im Krieg, ouvr. cité, p. 114 et suivantes.

24 On peut voir la dizaine de caricatures parues dans ce journal en ligne : [http://www.simplicissimus.info/index.php?id=5] (consulté le 27 décembre 2017). En particulier : 5 décembre 1916, « Mobilmachung der Arbeit » (W. Schulz), Jahrgang 21, no 36, p. 455 ; 12 décembre 1916, « Vaterländischer Hilfsdienst » (E. Thöny), 21, no 37, p. 471 ; 26 décembre 1916, « Zivildienstsorgen » (F. Reinhardt), 21, no 39, p. 499 ; 9 janvier 1917, « Unsere Schriftsteller im Zivildienst » (R. Blix), 21, no 41, p. 520 ; 13 février 1917, « Der Zivildienstpflichtige » (O. F. K. Lendecke), 21, no 46, p. 597 ; 27 février 1917, « Zivildienstpflicht » (F. Heubner), 21, no 48, p. 627 ; 10 avril 1917, « Zivildienstgesetz » (F. Schäfler), Jahrgang 22, no 2, p. 22 ; 31 juillet 1917, « Vaterländischer Hilfsdienst » (O. F. K. Lendecke), 22, no 48, p. 224.

25 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, p. 308.

26 S. Neitzel, Weltkrieg und Revolution 1914-1918, Berlin, Be-Bra Verlag (Deutsche Geschichte im 20. Jahrhundert, no 3), 2008, p. 127 et suivantes.

27 G. Mai, « Hilfsdienstgesetz », Enzyklopädie Erster Weltkrieg, G. Hirschfeld, G. Krumeich, I. Renz éd., Paderborn, Schöningh, 2003, p. 553-554.

28 A. Duménil, « 5. Dezember 1916. Industrielle Mobilmachung an der Heimatfront », Der Erste Weltkrieg. Eine europäische Katastrophe [Larousse de la Grande Guerre, 2007], B. Cabanes, A. Duménil éd., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2013, p. 237-242.

29 Chickering, dans sa monographie sur Fribourg, ne donne que des statistiques globales pour la ville : 2 319 hommes y ont été recensés en mars 1917 pour le service patriotique. Le comité local a affecté 786 hommes à l’été 1917 dans des secteurs vitaux de l’économie et le comité de conciliation a examiné 91 réclamations d’ouvriers entre juin 1917 et mars 1918. R. Chickering, Freiburg im Ersten Weltkrieg, ouvr. cité, p. 146‑151.

30 O. Göbel, Die Fuldaer Katholiken und der Erste Weltkrieg. Zur konfessionellen Spezifik nationaler Integration am Beispiel der fuldischen katholischen Publizistik 1914-1918, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2011.

31 E. Oth, T. Heiler, Der Erste Weltkrieg in Fulda, ouvr. cité, 2014.

32 T. Heiler, « Hungersnöte in hessischen Städten », Stadt und Stadtverderben (47. Arbeitstagung in Würzburg, 21.-23. November 2008), U. Wagner éd., Ostfildern, Thorbecke (Stadt in der Geschichte, no 37), 2012, p. 309-336.

33 Nous utilisons par la suite le carton d’archives XIX E 12, qui concerne l’application de la loi à Fulda.

34 Ce chiffre est donné par G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, p. 303.

35 Parmi les rares cas de propositions spontanées pour le service auxiliaire, on relève un lycéen (Primaner) du Gymnasium de Fulda le 3 mars 1917.

36 Voir la série d’affiches en ligne du Musée historique allemand, par exemple celle de mars 1917, « Aufforderung zur Anmeldung für den vaterländischen Hilfsdienst » (planche 001-012-005) : [www.dhm.de] (consulté le 27 décembre 2017).

37 M.-B. Vincent, Serviteurs de l’État, ouvr. cité, p. 52.

38 Sur un échantillon de plus de 350 fonctionnaires prussiens nés entre 1835 et 1895, un quart ont été mobilisés pendant la guerre, mais le pourcentage s’élève à 57 % dans la cohorte des plus jeunes, nés entre 1875 et 1895.

39 Carton XIX E 19.

40 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, p. 304.

41 Le texte est : « L’entreprise fabrique des munitions et du matériel d’armement pour l’armée et des objets indispensables à la consommation du peuple » (« Im Betrieb der Firma werden Munitions- und Rüstungsartikel für das Heer und unentbehrliche Gegenstände für die Volksversorgung hergestellt »).

42 G. D. Feldman, Army, Industry and Labor in Germany 1914-1918, ouvr. cité, p. 306.

43 R. Bessel, « Mobilizing German society for war », Great War, Total War, R. Chickering, S. Förster éd., ouvr. cité.

44 R. Chickering, Freiburg im Ersten Weltkrieg, ouvr. cité, p. 146-151.

45 M.-B. Vincent, « Quand les fonctionnaires doutent de l’État. Le délitement de l’administration allemande pendant la Première Guerre mondiale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 59, no 2, 2012, p. 56-83, en particulier p. 67.

46 Archives municipales de Fulda, carton XIX E 16.

47 W. Deist éd., Militär und Innenpolitik im Weltkrieg 1914-1918, Düsseldorf, Droste Verlag, 1970, document 219. L’introduction de la lettre est explicite : « Notre gouvernement a échoué pendant la guerre. » Le grade d’Obertleutnant correspond à celui de lieutenant-colonel dans l’armée française.

48 Ibid., document 220.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Caricature du journal Der Simplicissimus (5 décembre 1916) : Wilhelm Schulz, « Mobilmachung der Arbeit » [Mobilisation du travail]
Légende – Oui mon cher, il te faudra bientôt suer…– Bientôt ? Merci bien, j’en transpire de peur dès aujourd’hui.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 2. Carte de recensement obligatoire (Archives municipales de Fulda) : Meldekarte für Hilfsdienstpflichtige
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Illustration 3. Première page du registre de recensement de Fulda en mars 1917 (Archives municipales de Fulda)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Titre Diagramme 1. Répartition des individus par année de naissance
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Diagramme 2. Répartition des 96 individus déclarant des enfants à charge en mars 1917
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search