Version classiqueVersion mobile

Les mises en guerre de l'État

 | 
Sylvain Berstchy
, 
Philippe Salson

Introduction

Sylvain Bertschy, Philippe Salson et Blaise Wilfert-Portal

Texte intégral

1À partir de l’été 1914, les sociétés européennes sont brusquement saisies par la guerre et, ce faisant, par l’État. C’est en son nom que des millions d’hommes vont s’affronter, sous l’uniforme, et que s’opère une gigantesque « mobilisation » des corps, des esprits et des ressources. Omniprésent dans la littérature scientifique, le terme « mobilisation » mérite à l’évidence d’être interrogé. D’abord parce qu’il désigne une pratique militaire – la convocation dans les casernes des hommes ayant pour devoir de participer à la défense nationale – et que, de ce fait, il ne dit rien des modalités d’implication de celles et ceux qui n’ont pas à s’y soumettre. Que signifierait, pour reprendre un exemple étudié dans l’ouvrage, la mobilisation des asiles d’aliénés ? Dans le cas d’espèce, il n’y a ni convocation, ni participation directe à la défense nationale. Trop restrictif, le substantif est souvent associé à un adjectif qui en élargit le sens : mobilisation industrielle, mobilisation économique, mobilisation idéologique, culturelle, etc., sans que l’expression gagne en précision en l’absence de définition. Par ailleurs, la « mobilisation » est une catégorie d’entendement de l’encadrement militaire qui opère une double réduction : elle circonscrit l’intense participation des acteurs et des institutions à l’effort de guerre à la militarisation, et elle la cantonne à la seule question du succès ou non de l’incorporation des hommes. Le caractère intrinsèquement normatif de la notion justifie qu’on ait préféré, dans cet ouvrage, penser en termes de « mises en guerre ». L’expression a pour principal mérite de ne pas limiter l’analyse au seul champ militaire ni de préjuger des réussites ou non (à l’aune de quoi ?) de ces adaptations à l’état de guerre, tout en permettant de rompre avec les schèmes de pensée militaires. De la même manière, elle invite à dépasser la seule idée d’« entrée en guerre » pour y substituer une approche plus processuelle qui insiste sur le caractère chronologiquement différencié des engagements, des investissements, des modes de participation au conflit. Penser en termes d’entrée en guerre conduit à insister sur ce qui serait un début, le commencement d’une nouvelle époque, les premières fois pour reprendre le thème d’un colloque organisé à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne en 2014. L’année 1914 apparaît alors comme un moment de rupture. Ce qui nous intéresse ici n’est pas le « moment 14 » ou le résultat (l’efficacité de la mobilisation ou non) que de comprendre comment l’État fait la guerre et ce que la guerre fait à l’État, bref de voir l’État comme une organisation agie et agissante dans le nouveau contexte guerrier.

  • 1 En plus des projets en ligne sur le site, [http://www.crid1418.org/agenda/] (consulté le 26 décembr (...)
  • 2 À la suite du manifeste publié par A. Becker et S. Audoin-Rouzeau, « Vers une histoire culturelle d (...)
  • 3 P. Bourdieu, Sur l’État. Cours au collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d’agir - Seuil, 201 (...)

2Une telle approche participe pleinement de l’écriture d’une histoire sociale et sociopolitique de la guerre en continuité avec les projets menés par le CRID 14-18 depuis plus de dix ans1 et offre, selon nous, la possibilité de renouveler l’historiographie par le décentrement des enjeux culturels, hégémoniques dans la recherche sur la Grande Guerre depuis les années quatre-vingt-dix2. Elle nécessite au préalable de préciser ce que l’on désigne par État, à savoir l’ensemble des agents et des institutions qui luttent pour et travaillent à la concentration de ressources organisationnelles, matérielles et symboliques leur permettant de revendiquer avec succès le monopole de la violence physique et symbolique légitime et d’en assurer les conditions de reproduction. Mais l’État n’est pas un bloc, une entité homogène agissant d’un seul tenant, c’est un espace social structuré par des oppositions liées aux types de capitaux détenus par les agents qui en participent et à leurs intérêts. En d’autres termes – et l’ouvrage en donnera plusieurs exemples – l’État est un champ de forces dans lequel les acteurs détenteurs des ressources organisationnelles (par exemple les juristes et le droit romain) luttent pour dire ce qui est bien pour le monde social dans son ensemble, pour énoncer l’officiel3.

3Lorsqu’elles entrent en guerre en 1914, ces instances de production de l’officiel que sont les États n’ont jamais été aussi puissantes pour ce qui concerne l’Europe. Le début du xxe siècle hérite en cela de plusieurs décennies de montée en puissance des institutions étatiques. Les mises en guerre de l’État en 1914 s’inscrivent en effet dans un mouvement diachronique qui ne peut être limité aux seules bornes chronologiques de la Grande Guerre. Comprendre les décisions prises, les stratégies élaborées, les solutions imaginées dans la sphère étatique, au sens large, pour répondre aux exigences de la guerre, nécessite de replacer ces évolutions dans le processus d’étatisation des sociétés européennes qui s’accélère à partir de 1880. Comment penser, par exemple, ce qui se joue en situation de guerre dans les communes sans revenir aux transformations des relations entre pouvoirs locaux et pouvoir central au xixe siècle ?

  • 4 M. Mann, The Sources of Social Power, vol. 2, The Rise of Classes and Nation States, 1760-1914, Lon (...)
  • 5 G. Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001 ; J.-F. B (...)
  • 6 M. Mann, The Sources of Social Power, vol. 2, ouvr. cité, p. 505 et suivantes.

4Effectivement, après la forte croissance des appareils militaires des États modernes, de la première moitié du xviie siècle à 1815, le xixe connaît un net recul du poids social, économique et réglementaire de l’État. À partir des années 1860-1870, ce poids s’accroît de nouveau fortement, sans retrouver avant longtemps les niveaux relatifs de 1800. Cet accroissement correspond cette fois à une extension de ses domaines d’action civile4, autour des réseaux de communication physique et symbolique (en France à partir des années 1870-1880 : le plan Freycinet en 1878, les réformes de l’armée, de l’école, etc.), à un élargissement de ses prérogatives à la régulation de la société industrielle (lois sur le travail des enfants et des femmes de 1841 et 1874, sur l’assurance contre les accidents de travail de 1898), puis à la prise en charge directe de certaines activités productives. Au terme de ces décennies d’expansion et de transformation, avec bien sûr des succès contrastés, l’État est doublement transformé, d’une part par sa capacité à saisir et rendre mobiles des ressources à une échelle inédite et, d’autre part, par sa capacité, toute neuve, à modeler en profondeur la vie quotidienne de ses sujets. La puissance publique peut désormais réaménager une partie des dynamiques sociales, assigner aux individus des identités5 et territorialiser le lien social au point de « naturaliser » le pouvoir d’État par la fiction des « sociétés » nationales ou « nations »6.

  • 7 P. Fridenson éd., 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977 ; R. Wall, J. Winter éd (...)

5La seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe ont pu ainsi être présentés comme un temps de « nationalisation » ; c’est-à-dire d’étatisation, au nom de la « nation », des sociétés européennes. C’est notamment dans cette perspective que peut se comprendre la capacité des principaux pays belligérants de la Grande Guerre à faire face à un conflit d’une ampleur incomparable, mais aussi, réciproquement, la tendance du conflit à dépasser tout ce qui avait été vécu jusqu’alors, puis, passé les premiers chocs, les énormes charges qu’impose son prolongement. Cette nationalisation qui peut aussi contribuer à rendre compte, jusque dans ses inégales réussites, de la capacité des États les plus engagés dans le conflit à inventer de nouvelles formes d’organisation pour faire face à une guerre de très longue durée, peu ou pas anticipée7. Devant l’évidente force du lien entre processus de nationalisation des sociétés et succès de la mise en guerre des différentes forces sociales qui les composent, l’idée, ici, est aussi de réintroduire du mystère. Le constat des réussites étatiques, plus ou moins manifestes, ne doit pas faire oublier que les possibilités d’échec restent ouvertes en 1914. On verra d’ailleurs que l’absence de mise en guerre de certains secteurs sociaux est plus qu’une simple possibilité, elle est, pour partie, une réalité.

  • 8 C. Maier, Recasting Bourgeois Europe : Stabilization in France, Germany, and Italy in the Decade af (...)
  • 9 H. Schulze, État et nation dans l’histoire de l’Europe, Paris, Seuil, 1996 ; c’était déjà la perspe (...)
  • 10 S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier confli (...)

6Dans une certaine mesure, l’historiographie de l’État entre le milieu du xixe siècle et 1914 peut inciter à penser la Grande Guerre comme une confirmation, un renforcement et une accélération de ces décennies d’étatisation, même si nombre des innovations liées au temps de guerre sont ensuite démantelées dans l’espoir, au sein des élites politiques et économiques libérales8, d’un « retour à la normale ». C’est notamment la piste suivie par des historiens qui voient dans la Grande Guerre un choc entre des États nationaux à vocation expansionniste, lancés sur une trajectoire de nationalisation et d’affirmation de puissance destructrice9. Ainsi – alors qu’est posée dans le débat historiographique la question de la capacité des populations à endurer l’incroyable violence des combats, des occupations et des privations –, les réponses formulées reprennent le schème du choc des États-nations. Ces derniers réussiraient effectivement à obtenir l’engagement, et donc le consentement, de la majorité des populations parce qu’ils sont majoritairement approuvés et soutenus par celles-ci, et donc parce qu’ils sont des États légitimes10. Autrement dit, la force du sentiment national serait une clé d’explication du déclenchement et de la poursuite du conflit.

  • 11 A. Loez, « Militaires, combattants, citoyens, civils : les identités des soldats français en 1914-1 (...)
  • 12 S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000 ; S. Audoin-Rouzea (...)
  • 13 Dans une large mesure d’ailleurs, cette culturalisation de la guerre était un prolongement plutôt p (...)
  • 14 F. Rousseau, Service militaire au xixe siècle : de la résistance à l’obéissance. Un siècle d’appren (...)

7Une des manières d’illustrer les problèmes que pose cette lecture est de s’interroger sur l’expression « soldat-citoyen » qui traverse l’historiographie actuelle de la Grande Guerre11. L’accord sur l’usage de la formule cache selon nous bien des ambiguïtés sur ce qu’elle désigne. Chez de nombreux auteurs12, l’interprétation est en substance la suivante : les combattants sont certes des soldats soumis à l’autorité militaire, mais aussi des citoyens dotés d’une volonté autonome, qui ont souvent, au long de la guerre, négocié leur engagement et exercé leur liberté d’opinion. Cela les conduit évidemment à penser la mobilisation générale et, plus largement, la participation à la guerre comme une multitude de choix personnels. Pour eux, la nationalisation des sociétés est avant tout le produit d’une « révolution identitaire » à l’origine de « communautés imaginées » – pour parler comme Benedict Anderson –, qui sont autant de communautés nationales13. Il est pourtant une autre manière d’envisager le processus de nationalisation des sociétés européennes. On peut notamment estimer que l’efficacité du cadre national-étatique s’explique moins par les imaginaires que par des pratiques incorporées. Les « soldats-citoyens » sont alors perçus comme des hommes mus par des modes de pensée, des dispositions à agir hérités d’une socialisation – par exemple dans le cadre scolaire ou dans le cadre du service militaire – « à » et « par » l’État14. En rendre compte suppose de s’interroger moins sur les motivations (supposées) des acteurs que sur les moteurs et modalités concrètes de leur participation, de poser la question du « comment » davantage que celle du « pourquoi » et, in fine, de s’appuyer sur des travaux empiriques portant sur des acteurs ou des organisations bien identifiées, à une échelle réduite.

  • 15 Sur cette prise de position qui vise à rompre avec les lectures exotiques de la guerre pour restitu (...)

8Les textes réunis ici s’intéressent justement aux mises en guerre de l’État considérées comme l’ensemble des processus par lesquels l’irruption de l’événement se traduit – ou ne se traduit pas – dans les structures, les actes et les manières de faire de la puissance publique. Ils se concentrent en conséquence sur les éventuelles ruptures et les ajustements, parfois limités, sur les situations de passage liées à la situation de guerre. La réflexion est donc restreinte à des enquêtes précises portant sur des objets abordés de manière empirique, dans leurs dimensions les plus concrètes et ordinaires15.

  • 16 Sur ce point, voir N. Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent (...)
  • 17 E. Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, traduit p (...)
  • 18 Les « points de veto » sont des obstacles que les réformes doivent franchir pour transformer l’ordr (...)
  • 19 Voir G. Noiriel, État, nation et immigration, ouvr. cité.

9C’est d’abord au plus près du noyau dur de l’action étatique que les contributeurs et contributrices traitent la question des mises en guerre, en interrogeant, d’une part, les modes de participation au conflit, et d’autre part, le travail d’administration des populations civiles et militaires. Qu’il s’agisse de la rue d’Ulm (Nicolas Mariot) ou de l’école dans le Nord-Pas-de-Calais (Jean-François Condette), les recherches révèlent la force avec laquelle les institutions d’appartenance des fractions intellectuelles de l’État les incitent à faire, en acte ou en discours, la leçon, et plus précisément une leçon de patriotisme16. Mais si, chez les enseignants, l’essentiel du travail consiste à assurer la continuité du service public d’instruction et à produire une « pédagogie de guerre », les normaliens se voient, eux, promus au rang de « modèles de l’engagement patriotique » et paient un lourd tribut à la cause. Dans le temps plus long de la guerre, trajectoires collectives et individuelles s’ajustent cependant aux conditions d’un conflit qui s’éternise : les premiers s’efforcent de « normaliser » le fonctionnement quotidien des écoles quand les seconds élaborent, avec l’appui du directeur de Normale, des stratégies d’évitement du combat de plus en plus efficaces. À rebours de ce qui est observé dans les champs scolaire et universitaire, les textes de Marie Derrien (sur les asiles d’aliénés) et de Valériane Milloz (sur le dispositif pénitentiaire militaire) montrent, de manière assez contre-intuitive, que ces deux « institutions totales »17 échouent largement à se transformer. Les contradictions internes à l’armée constituent le principal « point de veto »18 sur lequel achoppent les velléités de réforme du système pénitentiaire, en revanche les tensions entre les collectivités locales et le ministère de la Guerre expliquent pour l’essentiel que le fonctionnement des asiles ne soit pas transformé par le conflit. Alors qu’en France, les pénuries sont responsables de la détérioration des conditions d’existence dans les asiles et les prisons militaires, elles autorisent, en Allemagne, le commandement suprême à opter pour des mesures des plus coercitives avec l’instauration d’un service civil des travailleurs, étudié par Marie-Bénédicte Vincent à l’échelle de la ville de Fulda. L’intensification des pratiques d’encadrement et de contrôle des populations civiles apparaît alors à la fois comme un cas idéal-typique de maximisation de l’État et comme un puissant vecteur de délégitimation de la bureaucratie prussienne. Cette accélération du processus d’étatisation se retrouve dans l’étude que proposent Irene Guerrini et Marco Pluviano, sur les « foyers du soldat » créés en Italie bien avant la guerre et réactivés ensuite par le clergé catholique pour « organiser le temps libre » de la troupe. L’entreprise s’institutionnalise à la suite du désastre de Caporetto, lorsque l’état-major italien et des philanthropes protestants américains s’en emparent et articulent plus étroitement logiques d’assistance, tentatives d’éducation populaire et pratiques de contrôle social. Ces expériences qui se donnent à voir comme des lieux de « fabrique de la citoyenneté » offrent aux fascistes un modèle d’encadrement des classes populaires, dont ils s’emparent après la marche sur Rome (1922). C’est justement sur l’émergence de pratiques assistancielles que se penche Peggy Bette, dans le cas des emplois réservés aux veuves de guerre, à la manufacture des tabacs de Morlaix. Si le recrutement préférentiel n’est pas nouveau, il est systématisé et normalisé, conduisant à un renversement des logiques d’embauche. Les pratiques de faveurs et passe-droits sont abolies par la définition de règles précises que la direction de la manufacture se fait fort de respecter scrupuleusement, transformant de fait le statut de la veuve de guerre, qui passe d’une posture d’assistée à celle d’ayant droit. Et cette transformation n’a rien d’anodin. Pour faire reconnaître leur droit sur l’État et justifier de leur créance, pour endosser cette identité nouvelle d’« ayants droit » parce que veuves de guerre, les femmes dont Peggy Bette retrace les parcours sont contraintes de se « mettre en papier » et en récit pour justifier leur demande. De ce point vue, leur histoire offre, comme d’autres (notamment celle des pensionnés), un exemple paradigmatique de la logique de nationalisation des sociétés ou, pour le dire avec les mots de Jürgen Habermas, de la manière dont l’État colonise le monde vécu des hommes et des femmes ordinaires19.

  • 20 Pour Pierre Bourdieu, l’État est un tout dans lequel les fonctions sociales sont indissociables des (...)

10Les institutions publiques, autour de ce noyau dur de l’action étatique, c’est-à-dire de l’État au plus près de ses institutions centrales, sont donc considérées comme des structures agies et agissantes, transformées par la guerre, que les acteurs tentent d’ajuster à la situation. L’État qui se dévoile ici est celui qui contrôle, régule, réprime, éduque et assiste dans un même mouvement, effaçant du coup la différenciation des rôles entre sa main gauche et sa main droite20. Ces missions sont assurées par les agents étatiques habituels, mais pas seulement : ainsi de nouvelles organisations confessionnelles prennent en charge, du moins en partie, l’organisation du temps libre du soldat en Italie et des nouveaux venus qui endossent, dans le Nord-Pas-de-Calais, le costume d’instituteur.

  • 21 M. Dobry, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, 3e é (...)

11Le fait pourrait passer pour anecdotique s’il ne posait la question des relations entre mises en guerre de l’État et processus de désectorisation au sens où l’entend Michel Dobry, à savoir une séquence durant laquelle des espaces sociaux interconnectés mais relativement autonomes, les acteurs qui les animent traditionnellement et les normes qui les régissent de façon routinière, entrent en collusion et s’interpénètrent21. Cette relative fluidité des espaces sociaux et l’intervention, dans des domaines de juridiction bien institués, d’agents qui en temps de paix n’en participent pas, ouvrent alors de nouvelles marges de manœuvre et travaillent la frontière entre régime d’action publique et régime d’action privée. Stéphane Le Bras, dans le cas du négoce des vins languedociens, souligne les relations ambiguës – intéressées et conflictuelles – entre ce monde du négoce et l’armée. Relations qui trouvent une forme d’institutionnalisation avec la création, en 1917, du comité consultatif commercial des vins réunissant des responsables du négoce local et des militaires. Ensemble, ils œuvrent à définir les nouvelles règles de fonctionnement du secteur et à faciliter l’approvisionnement des troupes. Le Bureau national des charbons, étudié par Pierre Chancerel, offre un exemple paradigmatique de cette interpénétration entre régime d’action publique et régime d’action privée. Créé en 1916 à l’initiative du ministère de l’Armement pour réguler l’approvisionnement, il recrute des agents qui ne sont pas des fonctionnaires mais des mobilisés recrutés pour leur compétence professionnelle et dont les méthodes de travail ont plus à voir avec le monde de l’entreprise qu’avec les habitudes du ministère. On voit comment l’approvisionnement (en vin comme en charbon) prend la forme d’une délégation de mission publique à des acteurs privés et offre à ces derniers des ressources pour ménager leurs propres intérêts quand, en retour, l’État profite de l’expertise d’hommes du métier. Technicien, organisateur et régulateur de l’effort de guerre, l’État apparaît ici comme un enjeu, un capital dont la valeur augmente en temps de guerre pour des acteurs qui, traditionnellement, entretiennent des relations plus distanciées avec lui. Cette reconfiguration des relations entre acteurs est particulièrement nette dans le cas de la médecine de guerre, abordée ici à travers l’étude du Groupement des services chirurgicaux et scientifiques (GSCS) par Sylvain Bertschy et François Buton. Créé en avril 1917, le GSCS, rassemblant cliniciens mobilisés à des postes subalternes et savants fondamentalistes, est une tentative de réforme en acte, de normalisation de la médecine et de la chirurgie aux armées. L’enquête insiste sur le rôle central joué par le capital d’État accumulé au cours de la guerre par le directeur du groupement. Au-delà de l’institution militaire elle-même, les aspirations réformatrices en matière d’administration des blessés et malades de guerre se déploient dans bien d’autres secteurs et notamment dans celui de l’enseignement technique. En témoigne la création, à Lyon, de deux écoles de mutilés : l’école Joffre et l’école Foch. La présentation qu’en fait Gérard Bodé suggère que l’extension de l’initiative municipale à ce nouveau public est une condition de félicité d’une entreprise de réforme de l’enseignement technique envisagée dès avant la guerre par Édouard Herriot. Dans les deux cas, la séquence 1914-1918 constitue, à n’en pas douter, une période d’expérimentation pour les réformateurs qui, grâce à leur expérience passée et leur capital social et politique, obtiennent autorisations et financements pour mener leurs projets.

  • 22 Pour une vue d’ensemble sur la question, voir J.-L. Briquet, « Notables et processus de notabilisa (...)

12Bien loin de ces opportunités suscitées par l’extension des domaines de juridiction de l’État, l’analyse révèle l’existence d’espaces de déprise des institutions et agents de l’État central qui ne parviennent pas à faire face à tous les enjeux et toutes les demandes. Cette déprise est particulièrement marquée dans les territoires occupés où les services de l’État sont partis ou mis en sommeil, ce qui favorise, comme le souligne Philippe Salson, le renforcement ou le retour à des formes bien connues d’actions notabiliaires22. À Laon et à Saint-Quentin, dans le département de l’Aisne, les municipalités peuvent s’affranchir des obligations légales pour apporter des réponses différenciées à la vulnérabilité sociale croissante de la population. Par manque de personnel qualifié, elles font appel aux « bonnes volontés » des familles bourgeoises qui trouvent dans cette expérience les moyens de conforter leur position sociale. De l’autre côté du front, Alex Dowdall montre que les prérogatives municipales connaissent également une extension significative, notamment dans le domaine du ravitaillement. Les municipalités, socialistes comme libérales, sont amenées à intervenir sur le marché alimentaire de manière contraignante par la fixation de prix ou par l’établissement de boucheries et épiceries municipales. Cette requalification des modes d’intervention municipale à l’occasion de la guerre fait directement écho au travail de Fabio Degli Esposti sur la municipalité socialiste de Bologne, dont les élus semblent d’autant plus moteurs que l’ambitieux programme d’assistance qu’elle développe renvoie au municipalisme souvent théorisé au sein des cercles de réflexion socialistes avant la guerre. Pour autant, l’équipe municipale intervient sous la surveillance de l’armée et ses initiatives sont sérieusement concurrencées par une bourgeoisie libérale locale inquiète de voir ses ennemis politiques se constituer une clientèle politique.

13Plus encore peut-être que la déprise de l’État à l’échelle locale, « phénomène de circonstance », les perspectives transnationales proposées par Blaise Wilfert-Portal renouvellent les cadres d’interprétation du processus d’étatisation : à rebours d’une interprétation dominante en socio-histoire de l’État, sa réflexion montre tout l’intérêt qu’il y a à se déprendre d’une conception trop stato-centrée de la dynamique d’étatisation. Ce texte, par sa dimension programmatique et non empirique, occupe une place à part dans l’économie de l’ouvrage. Par les nombreuses pistes de recherche qu’il ouvre, il offre un stimulant contrepoint qui permet notamment de repenser la dialectique des rapports entre étatisation et fait guerrier. Ni la construction des États-nations impériaux, ni la guerre – qui en est un des moteurs – ne se résument en une fermeture des États sur leurs frontières nationales. Au contraire, circulations et transferts de savoirs, de techniques et de personnes en constituent des conditions de possibilité mal connues qui justifieraient de lancer une série d’enquêtes prolongeant les objectifs de ce volume.

Notes

1 En plus des projets en ligne sur le site, [http://www.crid1418.org/agenda/] (consulté le 26 décembre 2017), voir les actes des précédents colloques : R. Cazals, E. Picard, D. Rolland éd., La Grande Guerre : pratiques et expériences, Toulouse, Privat, 2005 ; A. Loez, N. Mariot éd., Obéir/désobéir : les mutineries de 1917 en perspective, Paris, La Découverte, 2008 ; F. Bouloc, R. Cazals, A. Loez éd., Identités troublées : 1914-1918, Toulouse, Privat, 2011. Sur l’histoire sociale de la guerre, voir aussi F. Rousseau éd., La Grande Guerre des sciences sociales, Outremont (Québec), Athéna éditions, 2014, et le carnet de recherche Lectures sociales de la guerre, en ligne : [http://lsg.hypotheses.org] (consulté le 23 octobre 2016).

2 À la suite du manifeste publié par A. Becker et S. Audoin-Rouzeau, « Vers une histoire culturelle de la première guerre mondiale », Vingtième siècle, vol. 41, no 1, 1994, p. 5-8. Cette histoire culturelle de la guerre s’est cristallisée autour du Centre de recherche de l’Historial de Péronne si bien qu’on a pu parler, de manière un peu abusive, d’« école de Péronne » bien que d’école il n’y eût guère. Sur cette histoire culturelle de la guerre et les débats qui l’ont opposée au CRID 14-18, voir F. Buton, A. Loez, N. Mariot, P. Olivera, « 1914-1918  : retrouver la controverse », La Vie des idées, 10 décembre 2008, en ligne, [http://www.laviedesidees.fr/1914-1918-retrouver-la-controverse.html] (consulté le 26 décembre 2017) ; P. Olivera, « Histoires de violences et violence (sociale) de l’histoire », L’ordinaire de la guerre, F. Buton et al. éd., no 53 d’Agone, 2014, p. 11‑36.

3 P. Bourdieu, Sur l’État. Cours au collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d’agir - Seuil, 2012, t. 1, p. 60.

4 M. Mann, The Sources of Social Power, vol. 2, The Rise of Classes and Nation States, 1760-1914, Londres, Cambridge University Press, 1986, notamment le chapitre 14 ; C. A. Bayly, La naissance du monde moderne, 1780-1914 [2004], Paris, Éditions ouvrières, 2006 ; S. Kott, L’État social allemand : représentations et pratiques, Paris, Belin, 1995.

5 G. Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001 ; J.-F. Bayart, Le gouvernement du monde, Paris, Fayard, 2004.

6 M. Mann, The Sources of Social Power, vol. 2, ouvr. cité, p. 505 et suivantes.

7 P. Fridenson éd., 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977 ; R. Wall, J. Winter éd., The Upheaval of War : Family, Work and Welfare in Europe, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1986 ; R. Chickering, S. Forster éd., Great War, Total War : Combat and Mobilization on the Western Front, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 ; J. Horne éd., State, Society and Mobilization in Europe during the First World War, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

8 C. Maier, Recasting Bourgeois Europe : Stabilization in France, Germany, and Italy in the Decade after World War I [1977], Princeton, Princeton University Press, 2015.

9 H. Schulze, État et nation dans l’histoire de l’Europe, Paris, Seuil, 1996 ; c’était déjà la perspective de J. Joll et H. Hearder, The Origins of the First World War, Londres, Longman, 1985, au moment où l’historiographie commençait à s’orienter vers une explication de la Grande Guerre en termes de mentalités collectives : A. Prost, J. Winter, Penser la Grande Guerre, Paris, Seuil, 2004, chap. 4. C’est aussi, d’une certaine manière, la perspective de C. Charle, La crise des sociétés impériales : Allemagne, France, Grande-Bretagne, 1900-1940. Essai d’histoire sociale comparée, Paris, Seuil, 2001.

10 S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier conflit mondial », Pour une histoire culturelle, J.-P. Rioux, J.-F. Sirinelli éd., Paris, Seuil, 1997, p. 251-271 ; J. Horne éd., State, Society and Mobilization in Europe during the First World War, ouvr. cité, p. 3 et suivantes.

11 A. Loez, « Militaires, combattants, citoyens, civils : les identités des soldats français en 1914-1918 », Pôle Sud, vol. 36, no 1, 2012, p. 67-85.

12 S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000 ; S. Audoin-Rouzeau, C. Prochasson, Sortir de la Grande Guerre. Le monde et l’après-1918, Paris, Tallandier, 2015 ; N. Beaupré, Les écrivains combattants français et allemands de la Grande Guerre (1914-1920), essai d’histoire comparée, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 10 Nanterre, 2002 ; L. V. Smith, Between Mutiny and Obedience : The Case of the French Fifth Infantry Division during World War I, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 1994 ; E. Saint-Fuscien, Obéissance et autorité dans l’armée française de 1890 à la fin de la Première Guerre mondiale : discours et pratiques, thèse de doctorat d’histoire, École des hautes études en sciences sociales, 2008.

13 Dans une large mesure d’ailleurs, cette culturalisation de la guerre était un prolongement plutôt paresseux de la culturalisation de l’histoire de la nationalisation initiée par les historiens du nationalisme et de la nationalisation des années soixante-dix aux années quatre-vingt-dix, d’Anthony Smith à Benedict Anderson, pour lesquels les « nations », phénomènes modernes ou plus anciens, « n’existaient » – mais existaient bien tout de même – que dans les esprits, sous la forme d’ethnicités ou de communautés imaginées.

14 F. Rousseau, Service militaire au xixe siècle : de la résistance à l’obéissance. Un siècle d’apprentissage de la patrie dans le département de l’Hérault, thèse de doctorat d’histoire, Montpellier, ESID-CNRS, 1998 ; A. Loez, 14-18. Les refus de la guerre : une histoire des mutins, Paris, Gallimard (Folio), 2010 ; M. Marly, L’âme des régiments. Le corps des sous-officiers : promotion, recrutement et discipline dans les rangs de l’armée française (1872-1914), thèse de doctorat d’histoire, Université Lille 3, 2015.

15 Sur cette prise de position qui vise à rompre avec les lectures exotiques de la guerre pour restituer au mieux le fonctionnement de l’ordre social en temps de guerre, voir F. Buton et al. éd., L’ordinaire de la guerre, ouvr. cité.

16 Sur ce point, voir N. Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, notamment le chapitre 6, « Le sens du sacrifice », p. 327-341.

17 E. Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, traduit par L. Lainé et C. Lainé, Paris, Minuit, 1972.

18 Les « points de veto » sont des obstacles que les réformes doivent franchir pour transformer l’ordre institutionnel. Ils peuvent se matérialiser sous forme de normes juridiques mais relèvent plus largement de l’incorporé, du « déjà là », de ce qui se fait (peut se faire) ou non. Leur intensité et leur résistance sont donc variables. Sur la notion et ses usages, voir J. Lagroye, M. Offerlé, Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2010, p. 65-69.

19 Voir G. Noiriel, État, nation et immigration, ouvr. cité.

20 Pour Pierre Bourdieu, l’État est un tout dans lequel les fonctions sociales sont indissociables des fonctions régaliennes, d’où l’image de la main gauche (le social) qui ne peut agir que de concert avec la main droite (le contrôle et la régulation), voir par exemple Sur l’État, ouvr. cité.

21 M. Dobry, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, 3e édition, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 (chap. 4 notamment). Il ne s’agit pas de transposer telle quelle l’approche de Michel Dobry, bâtie pour l’après-1945, à l’Europe de 1914. Si à l’évidence les processus de différenciation sectorielle et d’autonomisation des secteurs y sont moins avancés, la question de leur transformation par la guerre mérite d’être posée.

22 Pour une vue d’ensemble sur la question, voir J.-L. Briquet, « Notables et processus de notabilisation dans la France des xixe et xxe siècles », plate-forme Politika, 13 juin 2017. En ligne : [https://www.politika.io/fr/notice/notables-processus-notabilisation-france-xixe-xxe-siecles] (consulté le 2 janvier 2018).

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search