Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 229-230


Texte intégral

1Après ce long détour par la formation du concept et les méthodes de lecture afférentes, il nous faut revenir à la simplicité de ce que Foucault a dit et écrit au sujet de cet ensemble intriguant de faits nommé « christianisme », parfois déplié par le philosophe aux dimensions d’un Occident non moins problématique. De la préface à Folie et déraison (1961) au dernier cours au Collège de France Le courage de la vérité (1983-1984), nous n’assistons pas à l’affinement progressif d’une même approche conceptuelle, mais plutôt à une série d’essais et d’erreurs, qui ressemble à un brouillon sans cesse repris, sans cesse raturé.

2Notre parcours désormais chronologique croisera bien entendu les partages que les deux premières parties de notre recherche ont mis en lumière, mais il tentera de rester au plus près de ce que nous dit Foucault, en mettant désormais de côté la question des méthodes et des sources. Le discours tantôt intrigué tantôt offusqué de l’historien de métier devant les recherches de Foucault peut souvent se révéler stérile : opposer à la subjectivité du philosophe l’objectivité de l’érudition méticuleuse, se contenter de pointer les oublis, les interprétations partielles, voire les anachronismes, risque d’effacer l’expérience de pensée que constitua pour lui la lecture des textes chrétiens – surtout quand aucune nouvelle intelligibilité de l’histoire n’est proposée à la place, sinon son inépuisable complexité.

3Afin d’éviter les redites avec ce qui précède, nous avons fait le choix de nous concentrer sur les deux principales périodes où les références au christianisme sont à la fois nombreuses et resserrées autour des mêmes hypothèses : les études consacrées à la folie et à la littérature entre 1961 et 1966, et les cours au Collège de France de 1979-1980 à 1983-1984. Nous avions là deux ensembles à la fois plus cohérents et plus riches que les analyses finalement insatisfaisantes de la confession ou du pastorat. Hasards ou jeux de la mémoire, ces deux ensembles ont en commun de considérer le christianisme comme une totalité historique, dont l’apparition à un moment de l’histoire a fait rupture. Tout le travail d’interprétation de Michel Foucault sera précisément de tracer avec le plus de netteté possible cette ligne de partage, et d’abord, de lui assigner son lieu : dans quel domaine à la fois pratique et réflexif le christianisme a-t-il innové ? En quoi et dans quelle mesure s’est-il progressivement arraché à l’Antiquité gréco-romaine ?

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.