Version classiqueVersion mobile

Fès, la fabrication d’une ville nouvelle (1912-1956)

 | 
Charlotte Jelidi

Deuxième partie. Élaboration du paysage architectural

VII. Médina : patrimoine et urbanisme, un mariage de raison

Texte intégral

  • 1 « What appears unique about Morocco is the deliberate preservation of the museum-medina, completely (...)

1La mise en lumière par une savante propagande de l’élaboration et de l’application d’instruments conservatoires offre, sous le Protectorat, une image d’Épinal de la politique patrimoniale, et définit le processus de préservation comme un ancrage des formes urbaines. Une partie de la communauté scientifique reprend cette idée de cristallisation urbaine et de dualité des agglomérations1, ajoutant que la politique lyautéenne serait sous-tendue par la volonté d’empêcher les Marocains d’accéder au confort à l’européenne.

  • 2 « Arrêté viziriel du 23 avril 1923 portant règlement artistique de la médina de Fès (Fès-Jedid, Fès (...)

2Louis-Hubert Lyautey demande que la politique patrimoniale du Protectorat soit menée avec une rigueur absolue à Fès, particulièrement digne d’intérêt car elle est le centre culturel et religieux du Maroc. Elle est considérée comme le « foyer des arts de l’Empire »2, qui porte en lui les traces les plus sensibles du « glorieux » passé marocain. Toutefois, en dépit d’une politique patrimoniale d’envergure, la mise sous tutelle du Maroc bouleverse considérablement le paysage médinal. L’expansion démographique, l’introduction de l’automobile, la création de la ville nouvelle, etc., induisent des mutations sociales et économiques qui influent sur sa morphologie. L’administration est contrainte de concilier son désir de conserver le patrimoine urbain et la nécessité d’accompagner son inéluctable évolution. C’est un sujet de discorde entre la municipalité – qui dit avoir pour seul souci de faciliter la vie de ses administrés – et le service des Beaux-Arts, pour qui le développement économique du Maroc ne peut supplanter la préservation de la médina.

3Parce que la politique urbanistique du Protectorat est indissociable de la politique patrimoniale – la décision même de créer des villes nouvelles étant une de ses conséquences directes – il est important d’étudier la politique patrimoniale, ses fondements, ses applications, sans oublier d’analyser de quelle manière les pouvoirs ont géré l’inévitable évolution de la médina en essayant de la rendre cohérente, tout au moins compatible avec sa politique de préservation.

La protection de la médina

  • 3 Sur ces destructions, lire N. Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique co (...)
  • 4 Cette notion est très large puisqu’elle englobe non seulement les témoignages architecturaux des Al (...)
  • 5 Sur l’émergence du tourisme au Maroc, lire notamment C. Zytnicki, H. Khazdaghli dir., Le tourisme d (...)
  • 6 « Arrêté résidentiel du 28 novembre 1912 », BO n° 5, 29 novembre 1912, p. 27 et suiv. Voir le parag (...)

4Instruits des destructions des cités précoloniales algériennes3 et nourris des débats patrimoniaux métropolitains, Lyautey et son équipe définissent un cadre institutionnel destiné à valoriser et promouvoir le patrimoine marocain4, notamment les médinas. Certes, le résident est un amateur d’art, mais il est surtout un homme pragmatique qui envisage le processus de mise en patrimoine comme un instrument de propagande et un outil de développement économique. Il considère qu’une démarche patrimoniale sécurise les populations colonisées, qu’elle contribue, dans le cadre d’une politique indigène, à les soustraire à toute idée de révolte, en même temps qu’elle est un atout pour le tourisme naissant.5 Cette doctrine se traduit rapidement par la création d’un service spécialement chargé des questions patrimoniales : le service des Antiquités, des Beaux-Arts et des Monuments historiques6 qui met au point les outils législatifs devant assurer la conservation et la restauration du patrimoine urbain (annexe 1).

Construction d’une image univoque de la médina, spécimen de cité moyenâgeuse

  • 7 Sous le Protectorat, cet « âge d’or » correspond à la fin du xiiie siècle, et nombreux sont les obs (...)

5Nombreux sont les écrivains en quête d’« authenticité » qui ont contribué à l’ancrage d’une image univoque de « la » médina, utilisée et même officialisée par l’administration française. Dès le début du Protectorat, de plus en plus d’auteurs ont l’ambition de faire revivre les splendeurs soi-disant passées et révolues de la ville, tout en évoquant les problèmes qui émergent en son sein. Cet exercice permet, de manière parfois simplement allusive, de souscrire à l’action « bienveillante » du Protectorat, qui se revendique seul à même de susciter le retour à cet âge d’or.7 Lyautey lui-même se sert de cet art, le convie, l’épaule et le guide, pour en faire un outil de sa politique.

  • 8 J. Borely, « Fès ou la Bagdad du Moghreb », 1926, p. 529.
  • 9 A. Chevrillon, Crépuscule d’islam : Au Maroc en 1905, 1999 [1906], p. 92. Cette notion de repli est (...)
  • 10 Voir notamment J. de Taillis, Le Maroc pittoresque, 1905, p. 211.

6« La » médina, telle qu’elle est donnée à voir dans cette littérature, est d’abord caractérisée par la torpeur qui paraît-il l’habite. La description de sa forme convoque le vocabulaire de l’ensommeillement. La médina, « endormie depuis des siècles », y apparaît comme un espace dominé par l’inaction. Cette cité somnolente et « recluse »8, « hermétiquement fermée »9, ceinte par des remparts, semble impénétrable aux yeux de l’observateur étranger qui la contemple de loin. Elle ne se révèle que progressivement et partiellement à lui, ce regard allogène percevant d’abord dans ses formes une aura de mystère qui retarde toute lecture rationnelle de l’espace.10 Cette représentation repose sur un fort sentiment d’altérité.

7Dans ce type d’écrits, Fès el-Bali est rattachée à une temporalité singulière, qui fait écho au passé lointain de la nation colonisatrice, plus précisément au Moyen Âge occidental. Pour ces littérateurs, l’enchevêtrement des rues et ruelles sinueuses, tortueuses, labyrinthiques, ses impasses sombres et « malodorantes » où seuls les ânes et les hommes peuvent circuler, sont autant de signes témoignant d’un décalage civilisationnel. Cette analyse, que ne tarde pas à faire sienne l’administration coloniale et qui oppose le caractère prétendument indolent de la médina à la modernité et l’avant-gardisme des villes nouvelles naissantes, ne s’apparente pas, en dépit des apparences, à un simple manichéisme. Les Français reconnaissent à ce modèle urbain des qualités esthétiques, symboliques, historiques. Mais selon eux, il aurait subi de longue date une déficience de valorisation.

8Les pouvoirs publics développent cette théorie du déclin pour valoriser et justifier la présence française. Au même titre qu’ils se donnent pour mission de « redorer » les arts indigènes, ils jugent nécessaire de « ranimer » et même parfois « ressusciter » ce passé, en valorisant la médina.

Patrimoine médinal

9La médina se révèle aux Européens tantôt comme un tout indivis et momentanément irréductible, tantôt comme une somme d’édifices remarquables. Lyautey, touché par cette perception double, explique que

  • 11 L.-H. Lyautey, « Conservation des sites et monuments historiques, Décision du 23 avril 1913 », ouvr (...)

la beauté et l’intérêt historique de l’architecture marocaine résid[e] non seulement dans [les] monuments importants, mais encore et surtout dans l’ensemble des constructions qui forment les centres et dans leurs perspectives générales.11

10Le service des Beaux-Arts considère que c’est d’abord en tant qu’ensemble urbain déterminé par ses remparts que la médina de Fès doit être valorisée. Ménagement de vues, contrôle esthétique, zones de protection le long des remparts, restauration des édifices remarquables sont autant de moyens utilisés pour défendre ses caractéristiques et la mettre en valeur.

Donner à voir la ville ancienne : le ménagement de vues

  • 12 Pour le résident général, les monuments de la médina de Fès sont des « […] chefs-d’œuvre qui ne cèd (...)
  • 13 Les propriétaires des jardins où doit passer cette voie, tous marocains, donnent gratuitement les t (...)
  • 14 « Prendre de préférence une voiture hippomobile à l’allure tranquille, pour mieux savourer le paysa (...)

11Le ménagement de vues sur la ville ancienne à l’intention des colons européens et à celle des touristes à venir participe au programme de mise en valeur de la médina. Lyautey souhaite faire du tourisme un des fers de lance de l’économie locale ; aussi ses desseins économiques s’accordent-ils avec ses visées esthétiques et patrimoniales.12 Le principal projet élaboré dans ce sens, le « tour de Fès », pour lequel le commandant Mellier, chef des services municipaux, obtient la cession des terrains au début des années 192013, concilie pragmatisme pur – le tracé de cette route longue de quinze kilomètres facilite l’accès à toutes les portes de la ville et permet aux autorités d’intervenir rapidement et n’importe où dans la ville ancienne, en cas d’émeutes – et scénographie urbaine – un des objectifs de cet aménagement étant de donner à voir la ville ancienne dans son ensemble. « L e tour de Fès » est l’une des attractions phares de la ville vantée par les guides et brochures touristiques. « Promenade admirable »14, elle devient l’excursion obligée des voyageurs désireux de découvrir la ville ancienne.

  • 15 AMF, Dossier « Lotissement IVe-Tirailleurs », Lettre n° 331 H adressée le 20 mars 1931 par le CSM a (...)
  • 16 Ce type de projet n’est pas propre à la ville de Fès. En 1914, Lyautey a demandé à Henri Prost de r (...)

12Le tour de Fès valorise la médina, la donne à voir dans son ensemble sous des angles divers. D’autres tentatives de ménagement de vues sur la ville ancienne, cette fois depuis la ville nouvelle, ont vocation à valoriser réciproquement les deux centres urbains. La position géographique des deux cités fassies leur donne la capacité de se valoriser mutuellement. La médina constitue un élément environnemental pour la ville nouvelle qui la surplombe, lui apportant un indéniable cachet, tandis que la ville nouvelle fait office de belvédère. Les pouvoirs publics tentent d’appuyer ce phénomène naturel. Dans les années 1930, par exemple, la municipalité ne s’oppose pas à la restitution de trois lots du IVe-Tirailleurs suite à la défaillance du propriétaire – bien que cette rétrocession soit un coup d’arrêt au développement de la ville nouvelle- parce qu’elle y voit d’abord l’opportunité d’y aménager un jardin ou d’y élever des villas. Elle concède que les immeubles initialement prévus masquaient complètement « la vue admirable qu’on découvre du IVe-Tirailleurs sur Fès el-Jedid et la vallée de l’oued Adham ».15 Les promoteurs privés ont finalement raison de cette initiative puisque les lots sont revendus et couverts d’immeubles. L’extension de la ville nouvelle, l’élévation sans cesse accrue de son bâti a définitivement compromis l’ambition de la municipalité et du service des Beaux-Arts de relier visuellement les deux cités et surtout de valoriser la médina depuis la ville nouvelle, de la donner à voir dans son ensemble (illustration 29, page suivante).16

Illustration 29. Panorama de Fès el-Bali.
Carte postale, Jeff Éd., coll. personnelle.

Protection ou adaptation des remparts

  • 17 Anonyme, « Les monuments historiques », dans Protectorat de la République française au Maroc, ouvr. (...)
  • 18 « Firman chérifien en date du 1er novembre 1912, relatif aux villes fortifiées et ouvrages militair (...)
  • 19 « Arrêté viziriel du 15 juin 1913 », BO n° 37, 11 juillet 1913, p. 234.
  • 20 « Loi du 2 mai 1930 relative à la protection des monuments naturels et des sites de caractère artis (...)
  • 21 « Loi n° 43-92 du 25 février 1943 », Journal officiel de la République française, 4 mars 1943.
  • 22 « Loi n° 62-903 du 4 août 1962 complétant la législation du patrimoine historique et esthétique de (...)
  • 23 Articles 4 et 5 du « dahir 19 novembre 1920 portant classement de diverses zones et sites par appli (...)
  • 24 F. Choay éd., La conférence d’Athènes sur la conservation artistique et historique des monuments hi (...)

13Parce qu’elle considère que « chaque ville est devenue, dans son ensemble, monument historique »17, l’administration porte d’abord son effort sur la préservation des enceintes urbaines. Le premier texte législatif portant protection, promulgué le 1er novembre 1912, classe les villes fortifiées et les ouvrages militaires.18 Sept mois plus tard, une zone de servitudes de deux cent cinquante mètres de large est prescrite autour de la médina de Fès19, et au cours de l’année 1914, pas moins de huit lois sont promulguées pour protéger l’intégrité des remparts, les portes de la ville et les ouvrages fortifiés. La loi de 1914 instaure la notion de « zone de protection artistique » anticipant la législation française ; puisque dans l’Hexagone, si la notion de protection des sites apparaît en 193020, ce n’est qu’en 1943 que la législation introduit un périmètre de protection de cinq cents mètres autour des objets classés21, et seulement en 1962, avec la « loi Malraux », que sont créés les secteurs sauvegardés22 qui s’apparentent aux zones de protection introduites au Maroc en 1914. Ces zones sont destinées à préserver les remparts mais aussi le paysage architectural qui les entoure. En 1920, le service des Beaux-Arts classe une zone intérieure de protection de trente mètres de large le long de l’enceinte de Fès, ainsi qu’une zone de protection extérieure.23 Dans ces espaces, aucune modification ne peut être entreprise sans l’accord du service des Beaux-Arts. Cette posture fait des émules puisqu’en 1931, la conférence d’Athènes recommande que « certains ensembles, certaines perspectives particulièrement pittoresques » soient préservés.24

  • 25 Il ajoute : « Qui sait si avec leur patine et leurs crevasses, ces murailles ne sont pas parvenues, (...)

14Maurice Tranchant de Lunel préconise en 1912 de se « borner à consolider » les murailles, « sans les restaurer, ni les démolir »25 ; « sauver tout sans rien changer » (ibid.). Toutefois, l’esthétique de la ruine ne résiste pas aux exigences politiques, sociales et économiques du Protectorat, et des chantiers de restauration et de « modernisation » sont bel et bien ouverts en médina. Même si elle souhaite les protéger, l’administration prend conscience que le développement intense du trafic automobile ne lui permet pas de conserver intactes les murailles. Cependant, elle s’attache à ce que ces inéluctables aménagements se fondent dans le cadre bâti préexistant, et Lyautey décide de faire viser par la Résidence et le service des Beaux-Arts tout projet pouvant porter atteinte à l’aspect extérieur de la ville (percement de murailles, transformation de portes, agrandissement de rues ou encore travaux d’embellissement).

  • 26 S. E. Holden, « When it pays to be medieval : historic preservation as a colonial policy in the med (...)
  • 27 Les pouvoirs publics considèrent qu’il s’agit d’une « restauration ». BNRM, Carton C 460 : « Arrêté (...)
  • 28 Une porte de « style florentin, dont le déplorable anachronisme en ce lieu n’avait pu être racheté (...)
  • 29 S. E. Holden, art. cité, 2006, p. 305.

15L’aréopage d’architectes, de techniciens et de législateurs qui travaillent autour du résident, considère que les villes marocaines représentent un type urbain vierge de toute influence occidentale. Comme l’a montré Stacy Holden26, cette chimère, qui pousse les pouvoirs publics à penser que la médina n’a subi aucun changement depuis des siècles, les mène à faire quelques reconstitutions. En 1915 notamment, le service des Beaux-Arts entreprend de transformer la porte Campini, construite par un ingénieur italien au début du xxe siècle27, à l’ouest de la place El-Baghdadi. Son style, « florentin »28, est jugé anachronique. Il est un exemple fâcheux des « emprunts le plus souvent désobligeants aux styles européens » (ibid., p. 207) dont ont usé les architectes des sultans. Le service des Beaux-Arts entreprend de la marocaniser : la voûte arrondie est remplacée par un arc outrepassé et les murs sont recouverts d’un mortier destiné à lui donner une couleur qui s’harmonise mieux avec son environnement.29

  • 30 Il est intéressant de voir à quel point cet édifice semble aujourd’hui représentatif de la médina p (...)
  • 31 « The gate emphasized French respect for Morocco’s religious traditions », S. E. Holden, art. cité, (...)

16C’est moins le percement des murailles et la construction d’une porte qui gênent les autorités que le style utilisé. Eux-mêmes procèdent à plusieurs modifications de l’enceinte, en essayant de fondre leurs aménagements dans le décor, pour ne pas dénaturer le site. En 1913, ils multiplient les emprunts au vocabulaire marocain pour édifier Bab Boujeloud, qui pourtant ressemble peu aux autres portes de la cité ancienne.30 Cette porte à trois arcs outrepassés (illustration 30) est décorée à l’occasion de la foire de Fès de 1916, couverte de faïence bleue à l’intérieur (couleur de la ville de Fès) et verte à l’extérieur (couleur de l’islam), chaque face supportant un même décor où alternent entrelacs et formes géométriques. Stacy Holden interprète la construction de cette porte comme un acte politique, un symbole de respect, accentué par le fait que l’arc principal forme un encadrement qui met en valeur le paysage médinal, en particulier la mosquée Sid Lazzar et le minaret de la medersa Bou Anania.31

  • 32 D’autres portes sont modifiées à Fès el-Jedid à la même époque, notamment Bab Jiaf et Bab Dekaken, (...)
  • 33 BNRM, Carton C 935 : « Secrétariat général du Protectorat, direction de l’Instruction publique, des (...)
  • 34 Il est prévu de réserver des emplacements, sous la voûte de la porte, pour accueillir les boutiques (...)

17Les modifications des remparts sont particulièrement nombreuses à Fès el-Jedid. Elles visent tantôt à simplifier l’accès à la Résidence, tantôt à délester la circulation entre Fès el-Bali et Fès el-Jedid, ou à faciliter le trafic entre la ville nouvelle et la ville ancienne. C’est le cas de l’aménagement de Bab Smarine, intervention lourde qui renseigne sur la nature des rapports, parfois houleux, entre le service des Beaux-Arts et la municipalité.32 Dès 1922, l’administration municipale envisage de dégager cette porte pour fluidifier le trafic et surtout empêcher les graves accidents qui s’y déroulent. Mais les prétentions des propriétaires des boutiques environnantes et, plus encore, l’opposition du service des Beaux-Arts retardent la réalisation de son projet. Le chef des services municipaux multiplie les arguments esthétiques pour convaincre les autorités de Rabat du bien-fondé de cet aménagement, expliquant qu’il offrirait aux promeneurs venant du mellah un nouvel « élément de pittoresque par l’échappée sur la rue de Fès-Djedid ».33 Et surtout, il explique que l’opération ne vise pas à détruire cet ouvrage mais, au contraire, à le remettre dans son état primitif en supprimant quatre boutiques et une maison, « verrues » qui l’obstruent du côté du boulevard Bou-Khississat.34 La porte est percée, en dépit de la désapprobation du service des Beaux-Arts, auquel il est reproché une méconnaissance du contexte fassi et de ses problèmes de circulation.

Illustration 30. Bab Boujeloud.
Carte postale, Éd. A. Pleux, coll. personnelle.

18Les échanges commerciaux et les migrations pendulaires entre la ville nouvelle et la médina saturent rapidement le réseau routier, en particulier celui de Fès el-Jedid où ils transitent nécessairement. C’est pour remédier à ce problème que les autorités entreprennent ces modifications. Les remparts de Fès el-Bali sont moins touchés par les percements, mais une partie de ses fortifications subit un autre sort, conséquence indirecte de l’expansion coloniale : le déclassement pour permettre à la cité de s’étendre (annexe 2).

Classement et restauration des monuments historiques

  • 35 Ce classement est réglementé par le « dahir du 26 novembre 1912 », doc. cité.

19Après les remparts, ce sont des monuments de Fès que l’administration intègre dans la liste du patrimoine de l’Empire.35 La promulgation des classements accompagne les campagnes de restauration ou parfois leur succède. Les pouvoirs publics assurent que, comme en France, c’est avant tout l’intérêt historique, technique et artistique des monuments qui motive le classement et la restauration de ces objets. Sur ce socle de valeurs repose la politique d’intervention du Protectorat sur les monuments historiques marocains, même si sa formulation a été très empirique dans les années 1910.

Classement : des édifices religieux aux monuments laïcs

  • 36 À noter qu’aucun édifice lié à la communauté israélite n’est classé sous le Protectorat. Ce n’est q (...)
  • 37 Voir la liste des monuments et sites classés dans la médina de Fès sous le Protectorat en annexe.

20Les premiers édifices fassis classés monuments historiques sont liés au culte musulman.36 Il s’agit des medersas Attarine, Bou Anania, Cherratine, Mesbahia et Seffarine classées par dahir, le 20 février 1915.37 Ce choix est motivé autant par l’état de délabrement de ces constructions que par la politique indigène du Protectorat.

  • 38 « Dahir chérifien du 26 novembre 1912 », doc. cité ; « dahir du 13 février 1914 relatif à la conser (...)
  • 39 L.-H. Lyautey dir., ouvr. cité, 1914, p. 203.
  • 40 « Loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques », Journal officiel, 4 janvier 1914.
  • 41 « Dahir du 28 janvier 1916 », BO n° 127, 7 février 1916, p. 140.
  • 42 BO n° 1713, 24 août 1945, p. 571.

21Une fois encore, la législation du Protectorat, promulguée à partir de 191238 et inspirée des lois tunisienne et italienne39, anticipe la législation métropolitaine, puisque ce n’est qu’à partir de 191340 que l’État peut, en métropole, porter atteinte à la propriété privée en imposant le classement. Au Maroc, les propriétaires des édifices à classer n’ont pas la possibilité de s’opposer aux pouvoirs publics. Mais la plupart des édifices classés appartiennent aux Habous, ce qui dispense l’administration de montrer sa souveraineté. Il faut attendre 1916 pour qu’un édifice laïc, en l’occurrence le fondouk Nejjarine41, soit classé. Puis la typologie des objets classés ne cesse de s’étoffer. En 1945, la législation est renforcée par le dahir du 21 juillet42 qui développe la notion de protection des sites à caractère artistique, historique, légendaire ou pittoresque, et des architectures régionales.

Restauration ou reconstitution des monuments historiques

  • 43 « Arrêté du directeur de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et Monuments historiques instituant (...)

22Le service des Beaux-Arts a aussi vocation à restaurer et mettre en valeur le patrimoine bâti. Dès le début du Protectorat, un budget est prévu à cet effet sur fonds d’emprunt, et à partir de 1925, c’est le comité pour la Restauration des monuments historiques, dirigé par le directeur de l’Instruction publique, qui se réunit deux fois par an pour dresser le programme des restaurations à entreprendre.43 Progressivement, le service des Beaux- Arts met au point ses méthodes de travail.

  • 44 M. Tranchant de Lunel, « Les restaurations de monuments historiques au Maroc », 1916.
  • 45 M. Tranchant de Lunel, ouvr. cité, 1924, p. 195.

23Pour restaurer les édifices, il impose l’emploi de matériaux et de techniques de construction indigènes.44 Cette démarche, le Protectorat aurait voulu l’entreprendre dès 1912, mais il ne disposait pas toujours des moyens nécessaires. Les années 1910 sont une ère de tâtonnements. Ainsi, lors des premières restaurations, il est arrivé que « des mosaïques aux tons de tôle émaillée [soient] placées en bouche-trous sur certains piliers, où ils juraient passablement avec les nuances exactes de ce qui demeurait de l’ancienne décoration ».45 Pour pouvoir utiliser les savoir-faire locaux anciens qui, selon elle, sont en cours d’extinction, l’administration, plus précisément le service des Arts indigènes, organise la formation des artisans marocains, afin de reconstituer « une main-d’œuvre perdue » (ibid., p. 199).

  • 46 L.-H. Lyautey dir., ouvr. cité, 1914, p. 210.
  • 47 P. Ricard, Maroc, 1954, p. 320.

24La restauration des édifices anciens n’exclut pas leur adaptation aux nouveaux besoins des Fassis. Mais d’une manière générale, les pouvoirs publics sont déchirés entre ces deux processus de préservation et de modernisation. Avant d’être un site à potentiel touristique, la médina est un lieu de vie. Les pouvoirs publics n’ont pas pour ambition de cristalliser le cadre architectural précolonial. Ils désirent avant tout conserver sa « couleur locale ».46 Ils ne sont pas opposés à l’évolution de certains éléments de la médina si elle ne dénature pas l’aspect général du décor. Toutefois, les différents quartiers de la ville de Fès sont différemment touchés par ces mutations. Et si d’importantes modifications sont entreprises à Fès el-Jedid et au mellah, à Fès el-Bali, « la ville noble »47, l’intervention des services du Protectorat est plus parcimonieuse et fait plus difficilement l’unanimité.

Opérations d’urbanisme, constructions nouvelles et patrimoine médinal

25Les pouvoirs publics ne s’opposent pas à l’évolution de cet espace ancien, mais ils désirent contrôler les moindres étapes de ce processus.

La protection de la couleur locale et le contrôle de l’esthétique en médina

  • 48 L’arrêté municipal n° 45 du 24 mars 1916 et l’arrêté municipal n° 106 du 18 décembre 1920.

26Les premiers textes législatifs concernent le mellah, le quartier de Sidi- Bounafa et celui de Bou-Touil, où sont concentrés les Européens et qui, par conséquent, sont les plus sujets aux transformations architecturales. Quelques Occidentaux, impatients de voir la ville nouvelle sortir de terre, ont commencé à construire en médina. Les pouvoirs publics estiment qu’il est urgent d’agir pour éviter l’occidentalisation de la ville ancienne et sa perte de typicité. Conformément aux arrêtés municipaux qui portent règlement de voirie, d’hygiène et d’architecture pour ces quartiers48, les demandes d’autorisation de voirie sont visées par les pouvoirs publics.

Les promoteurs privés et le contrôle esthétique

  • 49 BNRM, Carton A 1370 : « Contrôle des municipalités, bureau administratif des Plans de villes, corre (...)
  • 50 Article 3, « Arrêté viziriel du 23 avril 1923 portant règlement pour la protection artistique de la (...)
  • 51 De même, à Marrakech, les propriétaires doivent se conformer au « genre marocain local (El béni Mar (...)

27Le représentant local du service des Beaux-Arts exige « des musulmans qu’ils continuent à bâtir selon la tradition », et des Européens « qu’ils s’en tiennent pour l’aspect extérieur de leurs constructions à une adaptation du style marocain ».49 Pour ce faire, l’administration encourage l’utilisation des techniques et du vocabulaire décoratif local (corniches, moucharabiehs, tuiles vernissées, bois peints, sculptés ou cloutés, etc.) dans le style « El béni fassi [sic] »50, en rapport avec le quartier. Les pouvoirs publics anticipent les critiques de leurs détracteurs, en affirmant que cette démarche ne s’apparente pas à une muséification de la médina, mais que, bien au contraire, elle « ne gêne en rien l’accroissement de la ville » et ne constitue pas une entrave pour les « nécessités sociales ou économiques nouvelles ».51

28Cette législation est appliquée à partir de 1925, après réorganisation du service des Beaux-Arts, lorsque l’examen des autorisations de construire en médina devient régulier. Toutefois, pour les agents du Protectorat encore trop peu nombreux, la tâche est immense tant la ville est vaste. Les pouvoirs publics expliquent que l’application de la législation dépend avant tout

  • 52 BNRM, Carton F 140, Statistiques des inspecteurs du service des Beaux-Arts dans la protection artis (...)

[…] du zèle de l’inspecteur, car il ne suffit pas d’apposer un visa sur des lettres et des plans dans le silence du bureau, il faut aller sur les lieux, parfois dans des conditions fort pénibles à cause de la distance, y aller et en revenir. Le résultat dépend de la ténacité et de la constance de celui qui la recherche, autant que de son goût et de sa perspicacité.52

  • 53 Le droit ne s’applique pas aux sujets et protégés étrangers encore nombreux dans les années 1920, e (...)

29Autant il est facile de contrôler les constructions dans les principales rues de Fès el-Bali, autant il est difficile de vérifier tout ce qui se passe dans ses nombreuses ruelles. Il est malaisé de faire respecter la législation.53

  • 54 BNRM, Fonds des beaux-arts, dossier non coté « Beaux-Arts protection du site de Fès », Lettre n° 61 (...)

30Par ailleurs, la loi laisse plus de libertés aux propriétaires et architectes de Fès el-Jedid, autorisés à construire des immeubles de type européen, au grand regret de Jules Borely, au motif que le quartier a des qualités esthétiques moins importantes que Fès el-Bali et que son architecture doit faire la liaison entre la partie la plus ancienne de la médina et la ville nouvelle, puisqu’il est, de par sa situation géographique, un pont entre ces deux entités urbaines.54

Les édifices publics : un style architectural officiel pour la médina

31Le service des Beaux-Arts ne parvient pas toujours à imposer aux promoteurs privés le style qu’il désire, mais il a a priori tout le loisir d’imposer ses vues lors de la construction des nombreux bâtiments publics ou à destination du public en médina, construits par les services du Protectorat. Mais les Beaux-Arts définissent-ils une formule architecturale ?

Illustration 31. Immeubles de l’avenue Bou Khississat.
Photographie de l’auteur, 2008.

Illustration 32. Place Seffarine, medersa de Jacques Marmey.
Photographie de Muriel Girard.

  • 55 Créé à la fin des années 1910, ce collège est destiné à instruire les fils de l’élite marocaine pou (...)
  • 56 « Colonial officials wanted the building to suggest the perpetuation of the urban elite’s tradition (...)
  • 57 Jules Borely note qu’« il est vain d’espérer assimiler une école moderne à des monuments du Moyen-â (...)

32Deux projets architecturaux présentés par René Canu, dans un style similaire et à une dizaine d’années d’intervalle, et qui soulèvent des appréciations fort différentes du service des Beaux-Arts, permettent d’esquisser une réponse. Il s’agit du collège de Moulay-Idriss et de l’école professionnelle près de Bab Dekaken projetés dans un style néo-marocain. Le service des Beaux-Arts estime que le style développé par Canu est adapté au collège qui a vocation à instruire l’élite indigène55, alors que le projet pour l’école de Bab Dekaken, qui reprend pourtant les mêmes éléments décoratifs, est refusé. En effet, alors que le collège, comme le note Stacy Holden, doit suggérer « la perpétuation des privilèges traditionnels de l’élite urbaine »56, l’école professionnelle est une école modèle, qui se veut à la pointe de la technique.57 La différence d’appréciation est liée à l’usage des édifices, puisque dans les années 1930, d’autres projets architecturaux d’inspiration marocaine voient le jour sans que le service des Beaux-Arts ne s’y oppose. Les pouvoirs publics sont donc favorables au développement d’un style néo-marocain, à condition qu’il s’adapte à la destination de l’édifice et à son environnement.

  • 58 L. Vaillat, ouvr. cité, 1931, p. 58.

33Les édifices construits par Auguste Cadet et Edmond Brion le long de la percée Bou Khississat entre Fès el-Jedid et le mellah (illustration 31), avec leur « caractère mitigé d’Orient et d’Occident »58, sont considérés par les pouvoirs publics comme une réussite. Dans cet ensemble architectural à usage d’habitation et de commerce financé par le service des Habous, l’artisanat local est mis à contribution. Les loggias avec balustrades en bois ouvragé évoquent les maisons du mellah tout proche. D’autres éléments ornementaux d’inspiration locale sont employés, en particulier les auvents de bois recouverts de tuiles vernissées et les plâtres sculptés de motifs végétaux et abstraits entrelacés. Cette ornementation, finalement assez discrète, insère visuellement ces édifices dans leur cadre. Elle contribue, comme les patios que possèdent certains de ces immeubles en référence aux cours des palais de la médina, à créer une ambiance « pittoresque » qui intègre l’ensemble à la ville ancienne.

  • 59 Architecte des Habous du Nord de 1933 à 1943.

34Certaines des architectures que les autorités ont cherchées à intégrer dans le cadre médinal préexistant remplissent si bien cette fonction qu’aujourd’hui, on a tendance à nier leur histoire. Exemplaire est à ce titre le complexe Seffarine, qui mêle rénovation et constructions neuves réalisées au cours des années 1930 et 1940 par Jacques Marmey59, autour de la place auquel il emprunte son nom. La nouvelle bibliothèque, l’extension de la medersa Mohamed-V et les quelques boutiques adjacentes (illustration 32, page précédente), où Marmey a réinterprété un vocabulaire ornemental marocain (moucharabiehs, plafond en cèdre, etc.) tout en employant des techniques constructives occidentales (le béton armé pour les chaînages et certains planchers), forment un ensemble cohérent qui s’intègre au paysage urbain local.

35Pour l’administration, les nouveaux édifices publics construits dans la ville ancienne doivent nécessairement se fondre dans leur environnement bâti. Pourtant, les directives qu’elle donne sont réduites. Elle se contente de favoriser l’usage des techniques de construction et matériaux locaux. Pour la morphologie et le décor des édifices, l’avis du service des Beaux- Arts évolue selon l’emplacement et l’usage du bâtiment.

Les industries médinales confrontées aux normes de salubrité publique

  • 60 En France, c’est seulement le 19 décembre 1917 qu’est promulguée la loi sur les établissements clas (...)
  • 61 « Dahir du 13 octobre 1933, modifiant le dahir du 28 août 1914 », BO n° 1101, 1er décembre 1933, p. (...)
  • 62 BNRM, Carton D 650 : « Contrôle des municipalités, bureau d’Études législatives, plan d’aménagement (...)
  • 63 Au nord, près de Bab Guissa, et au sud, aux alentours de Bab Ftouh, de Fekharine, et quelques lots (...)
  • 64 « Dahir du 20 août 1941 approuvant et déclarant d’utilité publique la délimitation dans la ville an (...)

36Si l’esthétique des médinas est l’une des principales préoccupations des pouvoirs publics, l’hygiène est également primordiale dans les choix architecturaux et urbanistiques. Or, lorsque débute le Protectorat, de nombreuses petites et moyennes industries (huileries, fabriques de savons, minoteries, etc.) sont installées en médina, le long de l’oued Fès ou à proximité des portes de la ville, en particulier à Bab Guissa et Bab Ftouh, c’est-à-dire au nord et au sud de la ville ancienne sur des emplacements qui facilitent le transport des matières premières et des produits finis. La municipalité est consciente des problèmes de salubrité et de sécurité que posent ces industries. Aucune législation ne règle la question des entreprises polluantes installées en médina avant la promulgation de la loi de 191460, alors même que la mécanisation de ces établissements se développe, la traction animale laissant progressivement place aux moteurs électriques. De fait, de nombreuses industries polluantes sont tolérées dans la ville ancienne. Une modification de la législation régularise même la situation en assimilant, à partir de 193361, les industries de première et deuxième catégories à celles de troisième catégorie autorisées légalement en médina. Cette loi laisse se développer tous les types d’industries de manière plus ou moins anarchique, au risque de voir se « transformer la moitié de la médina en secteur industriel ».62 La concentration de ces établissements à l’intérieur de zones déterminées63 est le compromis adopté en 1941.64

  • 65 Sur cette question, lire le chapitre ii, « Le “patrimoine français” et le dahir de 1941 ».

37La capacité d’accueil de ces quartiers réservés à l’industrie s’avère pourtant rapidement insuffisante, et la législation, si elle circonscrit les établissements insalubres, ne règle pas le problème des industries créées avant l’instauration de la loi. Les services municipaux déclarent ainsi devoir aiguiller les industries indigènes polluantes vers le Grand Secteur industriel de la ville nouvelle. Aucune procédure particulière n’est engagée, mais chaque fois qu’un propriétaire marocain demande l’autorisation de délocaliser son industrie, elle lui est accordée, même lorsque la vente des terrains est susceptible d’être soumise au dahir du 17 février 1941.65 La municipalité revendique alors le caractère chérifien de ces terres, faisant primer leur caractère collectif. Ces interprétations de la législation montrent que l’administration peine à gérer les établissements insalubres en médina. Les conceptions hygiénistes du Protectorat se heurtent aux bénéfices politiques, sociaux et économiques de ces installations et aux capacités financières de la municipalité.

La trame viaire de la ville ancienne

38L’adaptation de la voirie aux nouvelles pratiques de la population de la médina est problématique. Il est admis par les habitants et les autorités que la trame viaire de Fès assure en grande partie son pittoresque. Mais les résidents se plaignent souvent de son incompatibilité avec les usages introduits par l’industrialisation, plus précisément avec les nouveaux modes de transport et les règles de salubrité prônées par les pouvoirs publics. Au début du Protectorat, l’administration se refuse à engager de coûteuses opérations d’urbanisme pour percer de grandes artères comme le pouvoir colonial l’a fait à Alger, mais chaque fois qu’elle en a l’opportunité, elle n’hésite pas à apporter de légères modifications, à rectifier le tracé d’une voie ou à en élargir une autre.

  • 66 BNRM, Carton A 1476 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, accidents, in (...)
  • 67 Pierre Loti et les voyageurs après lui ont fait l’éloge de ce lieu qui participe hautement à l’attr (...)

39En 1918, l’administration profite de la destruction par le feu de quatre cent quatre-vingts échoppes66 de la kissaria et des souks de Fès situés à côté de la mosquée Karaouiyine pour aligner les nouvelles boutiques. Les autorités prévoient de donner au centre commercial, nerf économique de la ville et lieu à fort potentiel touristique, un nouvel aspect.67 Ils ambitionnent moins de reproduire ces bâtiments à l’identique que de recréer une certaine idée du style indigène.

40De telles modifications restent exceptionnelles à Fès el-Bali, alors qu’à Fès el-Jedid ou au mellah, la trame viaire subit de réelles métamorphoses. Dans les années 1920, la Grande-Rue de Fès el-Jedid est élargie et le boulevard Bou-Khississat est percé. Ces aménagements, les plus importants dans leur genre à Fès sous le Protectorat, permettent de relier la place du Commerce – le cœur de la vie européenne au début du Protectorat, où le commerce des colons se concentre – et la future ville nouvelle à Fès el-Bali.

  • 68 Un de ses collaborateurs, Albert Deguez, inspecteur de l’Urbanisme, affirme : « O n pourrait dire [ (...)
  • 69 Le recouvrement de l’oued avait été envisagé sous le Protectorat, sans être réalisé, faute de moyen (...)

41Cet aménagement ne soulève aucune objection, alors que les autorités n’ont jamais trouvé de consensus au sujet de l’évolution de la trame viaire de Fès el-Bali. Le conflit qui opposa le service des Beaux-Arts et le service d’Urbanisme dans les années 1940, Henri Terrasse et Michel Écochard en tête, témoigne de la confrontation de deux conceptions différentes de l’avenir de la médina. Les premiers sont persuadés que percer la médina est une atteinte à son pittoresque, tandis que les seconds, qui placent les questions sociales au-dessus de toute considération esthétique, affirment que la ville ancienne est désormais inadaptée au mode de vie et qu’il est nécessaire d’y apporter d’importantes modifications. Parce qu’il souhaite que la médina s’adapte aux nouveaux besoins de sa population, Écochard préconise de la percer.68 Avec Henri Terrasse, il s’engage dans un véritable duel, puis la question reste dans les limbes jusqu’à ce que, bien après la fin du Protectorat, l’oued Boukhareb soit recouvert pour permettre aux véhicules d’entrer au cœur de la ville ancienne.69 Finalement, à Fès el-Bali, l’intervention des pouvoirs publics sur la trame viaire est bien plus limitée qu’au mellah ou à Fès el-Jedid.

42Comme les autres anciennes capitales makhzéniennes, Fès a gardé les spécificités constitutives de sa morphologie les plus ostensibles, ses remparts et sa trame viaire. En d’autres termes, elle a conservé son essence au regard des descriptions qui inondent la littérature française depuis le début du xxe siècle, et ce en dépit des modifications qu’elle a subies pour faciliter la circulation et absorber une partie de l’accroissement de la population.

Diversité des solutions dans la crise de l’habitat indigène

  • 70 Propos de M. Écochard rapportés par J. Dethier, ouvr. cité, 1970, p. 16.

43Après la décolonisation, nombreux sont les observateurs qui considèrent que la politique d’aménagement du Protectorat n’a pas su tenir compte des pénuries de logement et de l’émergence des bidonvilles. Ces analyses reposent en grande partie sur les écrits de Michel Écochard, en particulier sur Casablanca, le roman d’une ville (1955). Son examen de l’évolution des politiques urbaines au cours des quarante premières années du Protectorat est jugé légitime, au vu du poste qu’il a occupé à partir de 1946 ; ainsi, son idée selon laquelle « pendant trente-cinq ans, [l’administration française] a oublié les Marocains »70 a eu une grande influence.

44Les archives permettent une analyse plus nuancée du problème, dans la mesure où, contrairement aux textes doctrinaux, elles donnent à voir la part que chacun des protagonistes (administrations centrale et locale, représentants des populations indigènes) a prise dans le processus de création de nouvelles zones de logements, et l’influence des contingences économiques et politiques locales sur leur développement.

45Dès le début du mandat français, la question du logement indigène est régulièrement mise à l’agenda des commissions municipales, notamment à Fès. La médina et le mellah sont rapidement confrontés au surpeuplement et aux divers problèmes qu’il induit : accroissement du prix des loyers, promiscuité, dégradation du bâti, etc. Les Marocains peuvent, au regard de la loi, construire et vivre en ville nouvelle, mais peu en ont les capacités financières ou simplement le désir. Seule une partie des membres de la classe aisée fassie, des commerçants pour la plupart « européanisés », habitent en ville nouvelle. Or la patrimonialisation de la médina et du mellah entrave, du moins contraint leur développement. Le classement des murailles, la création de zones non ædificandi sont autant d’interdictions faites aux habitants de la ville ancienne, Marocains et Européens confondus, de construire à proximité de l’enceinte. De fait, progressivement, le logement en ville ancienne devient problématique.

46Ici, politique patrimoniale et politique sociale se confrontent. Devant les demandes insistantes des membres des commissions municipales indigènes, les pouvoirs publics sont pourtant tenus de trouver des compromis. Deux réponses à la crise du logement s’offrent à eux : l’agrandissement des villes anciennes et la création de nouveaux quartiers extra-muros. Ils privilégient longtemps la première solution, la croyant suffisante, avant de se rendre à l’évidence que Fès, comme les autres villes nouvelles du Maroc, a besoin d’un programme d’envergure pour répondre au problème croissant de la paupérisation de l’habitat indigène.

Extension de la médina : une remise en cause de sa patrimonialisation

47Au cours du Protectorat, les jardins qui entourent la médina disparaissent peu à peu sous la pression foncière. Ce processus est le fruit de projets privés – nombreux sont les Marocains qui lotissent à titre individuel – mais également de démarches publiques, les autorités locales étant résolues, sous l’impulsion des Marocains, à créer des lotissements réservés à cette population.

Au mellah, des extensions avortées

  • 71 Voir page 56-57 note 54.
  • 72 Voir plus haut page 57.

48L’extension du mellah de Fès est envisagée dès l’instauration du Protectorat. Sur les terrains de la Kechla des Djelaba donnés aux israélites en dédommagements des atrocités commises en avril 191271, un petit lotissement de vingt-quatre lots est élevé. Des constructions sont rapidement entreprises, mais elles s’avèrent insatisfaisantes, et les terrains sont repris en 1917 par l’État contre une indemnité. Quelques édifices publics y seront alors bâtis72.

Illustration 33. Mellah, place du Commerce, vers 1930.
Carte postale, Lévy Neurdein réunis, coll. personnelle.

  • 73 L’ensemble de ce secteur est compris entre le palais du sultan, le Crédit foncier et le café-glacie (...)
  • 74 BNRM, Salle des plans, Plan de lotissement dressé par le service des Travaux municipaux de la ville (...)
  • 75 BNRM, Carton A 1690 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, organisation (...)

49Au début des années 1920, la municipalité envisage de compléter l’aménagement de ce secteur73 par la création d’un lotissement74 accolé aux murailles, le lotissement dit « Tazi ». Les lots dont la façade principale donne sur la place du Commerce accueillent des magasins et des hôtels (les magasins Paris-Maroc, le Maroc-Hôtel et la Compagnie algérienne, achevés en 1923)75, les autres sont réservés à l’habitation. La construction de ces édifices a été laborieuse, à cause de la proximité du palais du sultan, qui s’oppose au projet. Mais les pouvoirs publics, conscients de l’importance du lotissement, entreprennent avec succès de rassurer le sultan, lui garantissant sa tranquillité. Le secteur de la place du Commerce devient un centre économique et social (illustration 33).

  • 76 BNRM, Carton D 43 : « Dahirs relatifs aux plans et règlement d’aménagement – plans, pièces en arabe (...)
  • 77 Sortes de huttes constituées d’une maçonnerie pour les fondations et les murs, et recouvertes de ro (...)
  • 78 BNRM, Carton A 1046 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle financier, bureau du Contrôl (...)
  • 79 BNRM, Carton A 997 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, personnel de l (...)

50Le lotissement Tazi est plus le fruit d’une opportunité que la réponse à un problème qui s’accentue et devient dès le début des années 1920 l’une des préoccupations des pouvoirs publics. La surpopulation menace le mellah, victime de son succès. Un projet d’extension est rapidement approuvé par l’administration76 et la communauté juive de Fès, qui prévoient de construire, dans un premier temps, et pour une durée de dix ans, des bâtiments en rez-de-chaussée, en matériaux légers, pisé et briques crues, et des noualas77, puis finalement des constructions en dur. Mais le projet est ajourné à cause d’un nombre insuffisant d’agents administratifs disponibles à Fès78 ; au service des Travaux municipaux notamment, il manque au moins un géomètre et un dessinateur pour « mettre sur pieds les études que réclament les extensions de la ville nouvelle et du mellah ».79

  • 80 « Les israélites et la ville nouvelle », La vigie marocaine, 11-12 février 1924.
  • 81 BNRM, Carton A 1371 : « Bureau administratif des Plans de villes, affaires traitées, affaires en in (...)
  • 82 L’« arrêté viziriel du 31 décembre 1921 » (BO n° 481 du 10 janvier 1922) ordonne une enquête en vue (...)

51La presse se fait largement l’écho de la situation de ce quartier, appelant l’administration à « décongestionner et évacuer en partie cet infect mellah qui est un danger permanent d’épidémies diverses ».80 Les israélites relancent le projet, par pétition, en 1926.81 Le plan proposé par la municipalité est identique à celui de 1921. Il prévoit – sur soixante-quatre lots à bâtir, répartis sur cinq îlots – un développement du mellah vers le sud, entre l’oued Zitoun et le cimetière israélite, et impose le déclassement d’une partie des zones de servitudes établies à l’intérieur des remparts de Fès.82 Une zone non ædificandi de six mètres est prescrite pour séparer le mellah de l’enceinte du cimetière, ainsi qu’un couloir de verdure isolant le nouveau quartier de la route passant au sud. Après de nombreuses discussions au sein de la section israélite de la commission municipale, le projet avorte pourtant de nouveau. Cette fois, ce sont les représentants de la communauté israélite qui ne se satisfont pas de la configuration proposée qui coupe le mellah en deux quartiers distincts, séparés par le cimetière.

  • 83 AMF, PV de séance du medjless israélite de Fès, 4 mars 1938.

52Aucune autre proposition n’est présentée. La communauté se résigne à abandonner le dessein d’agrandir le mellah, pensant que la migration vers la ville nouvelle d’une fraction fortunée de la population israélite laissera vacants un nombre suffisant de foyers. Pourtant, à la fin des années 1930, l’extension du mellah est remise à l’ordre du jour par la municipalité83 qui prend conscience que cette migration est loin de compenser la poussée démographique. Le nombre de mal-logés, dans des maisons délabrées ou même dans des caves, s’accroît inexorablement. Les services municipaux envisagent de déporter le tracé de la route de Taza qui dégagerait un terrain de six hectares pour étendre le mellah. Le medjless se rallie au projet, mais cette fois Rabat émet des réserves et invite le chef des services municipaux à trouver une solution qui ne remettrait pas en cause le processus de patrimonialisation, l’extension telle qu’elle est projetée risquant de brouiller la vue sur la ville ancienne. Finalement, le mellah n’est pas agrandi.

53Les priorités de l’administration sont fluctuantes, tantôt l’action sociale prime, tantôt c’est la conservation du site. Aucune solution ne fait l’unanimité ; tout au moins, aucune ne rassemble tous les suffrages au moment où les ressources budgétaires sont favorables à la réalisation des projets.

Les nouveaux lotissements de Fès el-Bali

  • 84 AMF, PV de séance de commission municipale de Fès, medjless el-Baladi, section musulmane, 15 juin 1 (...)
  • 85 BNRM, Carton A 1713 : « Commission municipale de Fès, renouvellement des membres de la section musu (...)

54Les Marocains de confession musulmane appartenant à l’élite sont également nombreux à demander la création de lotissements dans la médina et ses abords, par le biais du medjless el-Baladi. En 1927, un représentant du medjless explique : « Nous ne voulons pas être les gardiens d’antiquités. […] Nous savons que vous aimez le « kedim » [l’ancien], mais cela nous est égal. Nos femmes, nos enfants étouffent dans ce pot de chambre de la médina : nous voulons sortir, nous voulons respirer. »84 Les requêtes de l’élite fassie, qui se multiplient au cours des années 1930-193585, ne restent pas sans réponse. Pour ménager les susceptibilités, pour préserver une paix alors plus que fragile, les pouvoirs publics acceptent que soient lotis des quartiers près de la ville ancienne.

55Dans les années 1920-1930, dans le quartier du Douh, plusieurs lotissements sont créés par la municipalité. Alors que le service des Beaux-Arts, qui veut protéger les jardins situés à cet endroit, souhaite voir s’élever des villas enserrées dans une nature luxuriante, la municipalité cède aux prétentions du medjless en imposant des surfaces constructibles supérieures à celles proposées par le service des Beaux-Arts. La renonciation de l’administration locale – contre l’avis de l’autorité supérieure – face à la pression de l’élite fassie marque le prélude de la disparition progressive mais inéluctable de ces jardins, bien qu’elle aille à l’encontre de la doctrine officielle.

Illustration 34. Lotissement Bab Khoukha.
AMF, Dossier n. r., s. d.

  • 86 Ce secteur est indifféremment nommé par les pouvoirs publics : secteur de Bab Ftouh, secteur de la (...)
  • 87 Cette idée d’architecture et d’urbanisme pacificateurs est partagée par l’ensemble de son équipe. A (...)
  • 88 Les services municipaux veulent ainsi éviter toute « vexation qu’ils auraient exploitée afin de cré (...)
  • 89 BNRM, Carton D 43 : « Dahirs relatifs aux plans et règlement d’aménagement – plans, pièces en arabe (...)

56Ce nouveau secteur est rapidement saturé. D’autres lotissements (l’un, extra-muros, près de la gare de Bab Ftouh, un autre, intra-muros, près de la porte Khoukha et le lotissement Tamdert) sont donc projetés à l’intérieur et à l’extérieur des remparts, entre Bab Ftouh et Bab Khoukha86 (illustration 34). Fort de l’enseignement de Lyautey qui aimait répéter qu’un « chantier vaut un bataillon »87, l’administration tient compte des répercussions de sa politique urbaine sur son image auprès des administrés. Symbole de « bienveillance » à l’égard de la population indigène, ces lotissements sont pensés comme un des moyens de garantir l’alliance des élites marocaines88 et de se prémunir des désirs d’indépendance qui augmentent depuis la promulgation du dahir berbère. Les pouvoirs publics désirent que ce secteur soit à la fois respectueux du cadre urbain dans lequel il s’inscrit et adapté aux nouvelles conditions de vie de ses habitants. Les habitations sont ainsi conçues dans un « style indigène »89 et les voies qui les desservent sont suffisamment larges pour faciliter la circulation.

  • 90 AMF, PV de séance de la commission municipale de Fès du 13 janvier 1938.
  • 91 Article 6 du « dahir du 14 juin 1933 relatif aux lotissements », BO, 7 juillet 1933, p. 610 et suiv (...)
  • 92 La largeur des rues est réduite à huit et dix mètres. « Dahir du 28 février 1936 approuvant et décl (...)

57Mais la réussite des lotissements intra- et extra-muros est remise en cause par les pouvoirs municipaux eux-mêmes.90 Avant 1933, c’est à la municipalité qu’il incombe légalement de viabiliser les terrains, sans qu’elle dispose toujours des ressources budgétaires nécessaires. Après la promulgation du dahir sur les lotissements91, ce sont les propriétaires qui doivent viabiliser les lots. Pourtant, ces derniers rechignent à la tâche, espérant que la municipalité finira par se substituer à eux. Alors, la surface de voirie est légèrement revue à la baisse92 dans le but de faciliter la viabilisation des terrains et donc le développement de ces quartiers. Les lotissements ainsi créés ne répondent pas pleinement aux besoins des automobilistes ni aux aspirations initiales de la municipalité, qui considère, in fine, cette expérience comme un semi-échec.

58La ville ancienne est le lieu de la confrontation de deux doctrines urbaines élaborées sous le Protectorat : la conservation d’un site urbain et l’amélioration des conditions de vie. L’administration qui refuse d’abandonner l’un ou l’autre de ses objectifs préconise de façonner, au cas par cas, des solutions hybrides, des compromis qui n’éludent ni les considérations sociales ni ses desseins patrimoniaux. Au-delà de la doctrine, la réalisation de ces lotissements reste assez laborieuse. Ils sont numériquement insuffisants et souvent inadaptés au véritable problème du logement.

Des logements insalubres isolés aux bidonvilles : un problème inextricable

  • 93 La crise touche le logement européen dans de bien moindres proportions.

59Pour régler les problèmes d’habitat marocain, la municipalité envisage, en 1937, d’aménager à la lisière de la ville nouvelle un quartier indigène réservé aux ouvriers qui y travaillent.93 Dans un premier temps, elle projette le développement de ce quartier à l’ouest de la ville, près du quartier de l’Hippodrome, mais les services centraux refusent, jugeant les terrains trop proches du centre-ville. Toutefois, trouver un autre emplacement n’est pas chose aisée.

  • 94 Voir plus haut page 82.
  • 95 Chiffres issus d’un recensement effectué en septembre 1937. AMF, PV de séance de la commission muni (...)
  • 96 Deux bidonvilles situés près du camp de Dar el-Debibagh et du terrain de l’aviation regroupent une (...)
  • 97 « Dahir du 8 juillet 1938 relatif à l’assainissement des villes et des centres urbains », BO n° 134 (...)
  • 98 AMF, Dossier « Habitat indigène », Lettre n° 494 adressée le 12 janvier 1939 par le CSM au directeu (...)

60La crise du logement qui touche Fès n’est pas comparable à celle des grandes villes de la côte puisque quarante mille personnes à Casablanca et quinze mille à Rabat vivent dans des bidonvilles à la même époque. Cependant, un nombre grandissant de « bicoques » sont édifiées autour de la médina et près du centre-ville, le plus souvent sur des terrains loués par de riches propriétaires.94 En 1937, la municipalité répertorie deux cent quatre-vingt-neuf masures abritant sept cent soixante-douze personnes95, une population d’ouvriers journaliers, de petits employés et commerçants, marocains pour la plupart, installés à Fès depuis quelques mois.96 Pour répondre aux exigences du dahir du 8 juillet 193897 qui prescrit la destruction des bidonvilles du Maroc, la municipalité somme les propriétaires des terrains sur lesquels ils sont installés de procéder à la démolition de ces taudis. Si la plupart s’exécutent, quelques-uns refusent et progressivement, l’administration assiste, impuissante, au regroupement des bidonvillois expulsés sur les terrains de ces deux irréductibles que sont Si Abdallah Ben Souda, juge au tribunal chérifien de Rabat98, et Si Omar Hadjoui, un Marocain qui réside avenue de France. L’administration renonce à engager une procédure judiciaire à l’encontre de ces personnes influentes, comme l’y oblige pourtant la loi. En janvier 1939, elle décide de ne pas procéder à leur évacuation sous prétexte que la saison ne s’y prête pas. En réalité, elle n’applique pas la loi parce qu’elle n’est pas capable de proposer rapidement des solutions de relogement et surtout parce que, diplomatie oblige, elle ne veut pas risquer de se mettre à dos l’élite marocaine à laquelle appartiennent les deux propriétaires.

  • 99 J. Borely, ouvr. cité, 1950, p. 242.

61L’existence de ces bidonvilles et leur développement posent la question de la création d’un quartier réservé aux travailleurs marocains. Car même si quelques rares agents du Protectorat admirent ce type de constructions rudimentaires, comme Jules Borely qui décrit un bidonville de Casablanca comme un « petit chef-d’œuvre de ville arabe »99, même si d’autres ont parfois eux-mêmes organisé la construction de logements précaires – comme ceux qui sont situés aux abords immédiats de la ferme expérimentale, à deux kilomètres au nord de la ville nouvelle –, les pouvoirs publics tentent de régler ce problème, pour de raisons tant sanitaires que politiques.

Villes nouvelles marocaines

  • 100 Les plans sont dressés par Albert Laprade, mais, en 1917, le projet est repris par Auguste Cadet et (...)

62Peu à peu, la construction d’une nouvelle ville réservée aux ouvriers marocains apparaît comme la seule alternative possible au développement des bidonvilles. Plusieurs villes de ce type ont déjà été construites au Maroc et peuvent servir de modèle, en particulier la cité indigène de Casablanca100, développée à partir de 1916. Pourtant, en dépit de ces expériences, la création de cette ville nouvelle marocaine est une opération longue et complexe.

  • 101 AMF, PV de séance de la commission municipale française de Fès, 9 décembre 1937.

63La première question qu’elle soulève est celle de son implantation, de son degré de voisinage avec la médina. Si l’éloignement entraîne inévitablement une hausse considérable des dépenses liées aux travaux d’assainissement et d’édilité, il est à craindre que « […] la proximité de la ville ancienne […] ne porte, par un exode trop rapide, un coup sensible à la prospérité [de la] population ».101 À cette difficulté s’ajoute l’épineuse question du type d’habitat à privilégier. Et même si les autorités ont conscience de l’urgence du projet, elles peinent à préciser ses orientations.

La « cité marocaine de Dokkarat », un quartier ouvrier

64En 1937, la municipalité propose de créer une cité ouvrière entre Bab Boujeloud et Bab Rouafa, option rejetée par le medjless au motif que beaucoup d’ouvriers marocains travaillent en ville nouvelle et que les loger près de la médina les obligerait à faire de trop longs trajets pour se rendre à l’usine. La municipalité prend en compte ces remarques et c’est finalement un terrain makhzen d’une dizaine d’hectares au nord-ouest de la ville nouvelle qui est retenu. Il est très éloigné de la médina, mais il est à proximité du Grand Secteur industriel projeté.

  • 102 « Arrêté municipal n° 325, du 5 décembre 1942, portant règlement du lotissement dit « de Douar Dokk (...)

65La première mouture du plan dessiné par l’ingénieur municipal prévoit une première tranche de quatre cents logements, maisons et immeubles bas, destinés à abriter les quatre cents familles qui habitent les bidonvilles de Fès. L’administration se rallie au projet, non sans mal, un vif débat sur le type de logement à construire (noualas ou logements en dur, avec ou sans un espace réservé aux animaux, etc.) ayant opposé municipalité et résidence. L’ouverture du chantier est retardée par l’entrée en guerre de la France. Le conflit franco-allemand rallonge les délais de livraison des matériaux, jusqu’à occasionner une pénurie à partir de 1940. Pour éviter une durcification anarchique de l’habitat précaire du douar Dokkarat, la municipalité organise l’occupation temporaire des lieux. Elle autorise les habitants à bâtir des logements provisoires102 avant que les matériaux soient à nouveau disponibles pour poursuivre le chantier.

  • 103 BNRM, Carton E 681 : « Direction générale des Travaux publics, circonscription de l’Urbanisme et de (...)
  • 104 BNRM, Carton E 681, PV de la séance constitutive de la section locale indigène de Fès, OCH, 13 octo (...)

66En attendant, le projet est étoffé sous la houlette de l’office chérifien de l’Habitat (OCH), organisme qui a pour vocation de se substituer aux initiatives locales en établissant un programme à l’échelle du territoire sous tutelle. Créé le 1er juin 1944, dans un pays ébranlé par la guerre, l’OCH regroupe une section européenne et une section indigène. Il est l’héritier de deux structures, à l’action plus restreinte : l’office chérifien de l’Habitat indigène créé le 20 novembre 1940 et l’office chérifien de l’Habitat européen (OCHE) qui a vu le jour en 1942. L’OCH décide de porter ses efforts sur Casablanca et Fès, où le manque de logement est particulièrement aigu.103 Alors que son financement est issu des Caisses d’épargne et de crédit de prévoyance indigène, son administration est assurée localement par des comités permanents chargés de trouver des solutions adaptées à la situation locale.104

  • 105 Il est admis que les édifices publics seront entièrement pris en charge par le service des Habous.
  • 106 BNRM, Carton E 681, PV de séance de l’OCH, 13 octobre 1944.

67Le nouveau programme que propose de réaliser l’OCH est plus ambitieux que celui que la municipalité a entériné en 1937. Il comprend cinq cent soixante-sept logements de deux pièces avec cuisine et latrines, ainsi que des équipements et espaces publics : une zone de verdure, des latrines publiques, un lavoir, quarante-cinq boutiques, un hammam, une mosquée, un poste de garde et une infirmerie.105 Ce qui devait être, à l’origine, un petit secteur réservé aux nécessiteux Marocains s’est ainsi mué, en l’espace de quatre années, en projet de ville nouvelle marocaine. Si bien que Mohamed El Marnissi, président de la commission municipale mixte indigène de Fès, invite l’administration à autoriser tous les Marocains, y compris les plus aisés, à y construire leur propre logement. Les pouvoirs publics se réjouissent que ce quartier ait conquis l’élite fassie et donnent leur accord de principe, précisant tout de même que leur premier souci est de supprimer les bidonvilles en relogeant les Marocains les plus déshérités.106

68La typologie des édifices n’est pas sans rappeler la médina. Avec sa mosquée, son hammam, ses fontaines et ses logements peu ouverts sur la rue, la nouvelle cité utilise les codes urbains marocains. Pour accentuer cette identité, la plupart des habitations sont réparties le long de ruelles fermées à chaque extrémité par un arc en plein cintre.

  • 107 AMF, Dossier : « Ville nouvelle marocaine », Lettre n. r. adressée le 11 août 1951 par Michel Écoch (...)
  • 108 J. Delarozière, A. Deguez, K. Hodel, « Fès », 1951, p. 24.

69La création du douar Dokkarat a vocation à résoudre le problème des bidonvilles, de résorber en particulier ceux de la ville nouvelle, en logeant les ouvriers indigènes du Grand Secteur industriel. Éloigné de la médina, il n’est pas investi par la population qui travaille à Fès el-Bali ou Fès el-Jedid. C’est donc pour « décongestionner la Médina surpeuplée »107 et loger l’excédent de population, évalué à soixante mille personnes108, que débute, au début des années 1950, la construction d’une nouvelle cité marocaine.

La nouvelle ville marocaine : Aïn Khaddous et la trame Écochard

  • 109 Ces silos à grains ont été construits par la Coopérative agricole marocaine et leur plan a été dres (...)

70Sous l’impulsion de Michel Écochard, la nouvelle cité marocaine d’Aïn Khaddous est projetée à l’ouest de la médina. Elle est assez éloignée de la ville nouvelle, dont elle est séparée par de vastes terrains inconstructibles et par l’oued Fès. Une prison, un centre d’épidémiologie, un marché au bétail, des abattoirs et d’imposants silos à grains109 achèvent cette séparation au sud de la ville nouvelle marocaine. Cette cité a vocation, à terme, à rejoindre le lotissement Ben Debbab et à constituer avec lui le faubourg de la médina de Fès.

  • 110 Comme le prévoient le cahier des charges du lotissement Casbah Ben Debbab du 10 juin 1950 et l’arrê (...)
  • 111 Cette terminologie que nous avons volontairement empruntée au programme et au plan du quartier doit (...)
  • 112 « Nouveau et brillant succès des ventes de lots à bâtir à Kasbah Ben Debab [sic] », Courrier du Mar (...)

71Le lotissement de la Casbah Ben Debbab, qui est destiné à faire corps avec la ville nouvelle marocaine, a été projeté au nord à côté de la casbah du même nom, en 1944. Dans ce quartier, situé en dehors du périmètre municipal, les villas d’inspiration moderne côtoient110 des maisons avec jardins de type « riad traditionnel »111, tandis que les édifices publics (mosquée, dispensaire, hammam, kissaria, école et école coranique, fondouk et café maure) sont construits par des architectes européens dans un style hispano-mauresque sobre, évoquant les édifices bâtis à la même époque en médina. Les premières ventes de terrains témoignent de l’engouement des Marocains pour ce nouveau quartier, puisque les enchères s’envolent, certains lots partant à plus de six mille francs français le mètre carré, prix jamais égalé à Fès.112 Cette spéculation, qui contamine de nouveau le Maroc après la guerre et est accentuée ici par la faible disponibilité de terrains à proximité de la médina, empêche les ouvriers marocains d’accéder à ce quartier. Soucieux d’imposer une certaine mixité sociale au sein de la ville nouvelle marocaine, les pouvoirs publics et les urbanistes décident d’adopter un type d’habitat permettant de loger un maximum de familles et veillent à ce qu’une partie des terrains soit cédée au service de l’Habitat.

  • 113 M. Écochard affirme que « tout est contenu dans un petit livre appelé La charte d’Athènes », ouvr. (...)
  • 114 Il rencontre Le Corbusier en 1946. Voir M. Ghorayeb, art. cité, 1994, p. 168.
  • 115 Le Corbusier, ouvr. cité, 1957 [1943], p. 27.
  • 116 M. Écochard, « Urbanisme et construction pour le plus grand nombre », 1950.
  • 117 « Dahir du 28 avril 1952 approuvant et déclarant d’utilité publique le plan et règlement d’aménagem (...)

72Fortement influencé par les travaux des Congrès internationaux d’architecture moderne et La charte d’Athènes113, Michel Écochard tente, à l’instar du Corbusier114, d’apporter une réponse aux problèmes posés par la civilisation « machiniste ».115 Il propose une formule d’habitat minimum116 permettant de loger à moindre coût la population urbaine qui ne cesse de croître parallèlement à l’industrialisation du Maroc. Écochard et son équipe définissent un nouvel « habitat de type marocain » permettant de construire rapidement et à faible coût des logements adaptés au mode de vie des Marocains. Ils détaillent un programme urbain reproductible dans toutes les villes de l’Empire : une trame sanitaire équipée de la voirie, de l’eau et des égouts, basée sur une « cellule d’habitat minimum fixée après enquête et divers essais » (ibid.) à 8 × 8 m. Une partie des terrains sont cédés au service de l’Habitat qui construit des centaines de logements, des entrepôts, des ateliers et des boutiques.117 Les autres sont acquis individuellement par des Marocains, libres d’édifier des constructions provisoires (noualas ou baraques) qu’ils peuvent remplacer, lorsque leur niveau de vie s’élève, par des logements en dur.

  • 118 La nouvelle cité marocaine d’Agadir, la cité du Méchouar à Rabat, les Carrières centrales à Casabla (...)
  • 119 J.-L. Cohen, M. Eleb, ouvr. cité, 1998, p. 320.
  • 120 BNRM, Carton E 691 : « Direction générale des Travaux publics, circonscription de l’Urbanisme et de (...)

73Toutefois, bien qu’adoptée dans les principales villes marocaines118, la trame 8 × 8 m, dite « trame Écochard », ne recueille pas l’assentiment de tous. Les urbanistes peinent à trouver la solution idéale conciliant conditions de vie décentes pour la population et économies. Certains regrettent que les cellules d’habitation n’aient pas été ramenées à 6 × 8.119 Mais pour Écochard, une réduction trop importante de la surface de la cour pourrait tenter les Marocains de la couvrir pour en faire une pièce d’habitation supplémentaire, au risque de compromettre la salubrité du logement. Certes, Écochard milite pour un « habitat pour le plus grand nombre », mais il trouve que la cellule de 8 × 8 n’est pas pleinement satisfaisante ; il propose de baser le plan d’aménagement de la nouvelle ville marocaine de Fès sur une trame de 9 × 9, c’est-à-dire une trame qui regroupe des logements sur rez-de-chaussée de 81 mètres carrés d’emprise et de 36 mètres carrés de surface habitable. Chacune de ces habitations est composée de trois pièces avec dépendances.120 Le chef du service de l’Habitat s’attendait à ce qu’Écochard propose un lotissement avec des cellules de 8 × 8, qui correspondent à 64 mètres carrés d’emprise et 19,5 mètres carrés de surface habitable. Cette différence de 16,5 mètres carrés habitables par logement est désapprouvée par le chef du service de l’Habitat qui, avec des crédits limités, veut construire le maximum de logements possible. Quant à l’ingénieur du service de l’Habitat, il propose de réaliser des économies sur les enduits, les sols et les dallages et, si cela est insuffisant, de revoir à la baisse le nombre de logement.

  • 121 Voir M. Écochard, « L’habitat de type marocain », L’architecture d’aujourd’hui, n° 35, spécial Maro (...)
  • 122 Écochard explique au chef du service de l’Habitat que, dans la mesure où il veut « créer une ville (...)

74En réalité, Michel Écochard a toujours défini la cellule de 8 × 8 m comme surface minimum, et explique que « toute combinaison multiple de 8 peut être adoptée pour avoir une habitation plus grande ».121 Pour illustrer cette variabilité des surfaces de construction, il présente en mai 1951, dans la revue L’architecture d’aujourd’hui, un standard d’habitations de huit mètres sur neuf (ibid., p. 41). Il insiste aussi pour que quelques logements de 9 × 9 soient prévus pour attirer la population dans ce nouveau quartier.122 Mais l’autorité supérieure ne le suit pas.

75Quant aux façades des édifices de cette cité, sur un ou deux niveaux, elles sont d’une grande simplicité ; seules les baies à arcs en plein cintre viennent rompre leur orthogonalité. Comme au douar Dokkarat, les pouvoirs publics ont voulu inscrire esthétiquement cette nouvelle cité dans le prolongement de la médina. Ainsi, les logements qu’ils ont construits sont peu ouverts sur l’extérieur et plutôt centrés sur leur patio. Quant aux constructions privées, organisées de la même manière autour d’une cour, elles possèdent un décor légèrement plus chargé que celui des logements de l’OCH (portes de bois clouté, encorbellements, etc.).

76Rapidement, des milliers d’habitants peuplent ce faubourg, sans pour autant que soient réglés tous les problèmes d’habitat, dont les séquelles sont encore visibles aujourd’hui, puisque les bidonvilles, en dépit des initiatives publiques, n’ont cessé de s’étendre à travers l’agglomération. Les autorités du Protectorat ont tardé à percevoir la gravité de la crise du logement lié à l’exode de populations rurales attirées par l’afflux des capitaux étrangers. Et quand elles ont pris conscience de l’ampleur du phénomène, elles ont eu parfois quelques difficultés à concilier politique patrimoniale et nécessité de répondre à cette crise.

77L’agglomération fassie est souvent présentée, sous le Protectorat, et perçue rétrospectivement comme un espace duel composé de deux entités urbaines que tout oppose : la médina, symbole d’un âge d’or révolu dont les caractéristiques esthétiques et historiques imposent la conservation, et la ville nouvelle, paradigme de l’urbanisme avant-gardiste. Cet antagonisme, formulé par les pouvoirs publics pour affirmer leur respect de la culture marocaine et se démarquer de l’expérience algérienne, induit une image lissée de la politique urbaine menée par l’État colonial. Un large pan de l’histoire des agglomérations marocaines sous le Protectorat est ainsi occulté. Préservation et création urbaine fondent la politique urbanistique française au Maroc. Mais contrairement au poncif véhiculé par la propagande, l’aménagement urbain n’est pas un processus exclusif à la ville nouvelle.

78La ville ancienne de Fès subit des modifications, mais n’est pas radicalement transformée. Le service des Beaux-Arts s’assure qu’elles ne la dénaturent pas. Pour cela, il est constamment obligé de s’opposer à l’administration municipale, plus encline à aménager la médina pour l’adapter aux nouvelles conditions de vie de ses habitants. Les modifications sont importantes, mais peu sont structurelles. Aussi, progressivement, la ville ancienne, même modernisée, n’est plus en adéquation avec l’évolution de la société. Les pouvoirs publics sont obligés de créer des lotissements extramuros, puis de nouvelles villes marocaines, dans le but préserver la médina. Les tentatives de conciliation de ces deux mécanismes a priori opposés, la conservation du bâti précolonial et sa nécessaire évolution, donnent lieu à de virulents débats qui perdurent après la décolonisation.

Notes

1 « What appears unique about Morocco is the deliberate preservation of the museum-medina, completely dissociated from the “modern” city leaving intact until 1956 », J. Roger, « The symbolic signifiance of the moroccan city », 1984, p. 347.

2 « Arrêté viziriel du 23 avril 1923 portant règlement artistique de la médina de Fès (Fès-Jedid, Fès-Bali [sic]) », BO n° 550, 8 mai 1923, p. 579.

3 Sur ces destructions, lire N. Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, 2004.

4 Cette notion est très large puisqu’elle englobe non seulement les témoignages architecturaux des Almohades, des Mérinides et autres dynasties, mais aussi les ruines romaines du Chellah ou de Volubilis, etc., la valorisation du patrimoine antique étant, comme dans le reste du Maghreb, un moyen de légitimer la présence française. Lyautey affirme : « […] en Afrique du Nord, nous retrouvons partout sur nos pas la trace de Rome : ce qui prouve bien que nous sommes à notre place, c’est-à-dire au premier rang de la civilisation », propos de L.-H. Lyautey cités par P. Ricard, Les merveilles de l’autre France : Algérie, Tunisie, Maroc, les monuments, les habitants, 1924, p. 2. Sur cette question, voir N. Oulebsir, ouvr. cité, 2004, et M. Bacha, Le patrimoine monumental en Tunisie pendant le Protectorat, 1881-1914, étudier, sauvegarder, faire connaître, 2005.

5 Sur l’émergence du tourisme au Maroc, lire notamment C. Zytnicki, H. Khazdaghli dir., Le tourisme dans l’Empire français. Politiques et imaginaires (xixe-xxe siècles), 2009, en particulier les contributions de T. Boutbouqalt et M. Hillali.

6 « Arrêté résidentiel du 28 novembre 1912 », BO n° 5, 29 novembre 1912, p. 27 et suiv. Voir le paragraphe sur la réorganisation du service des Beaux-Arts p. 23.

7 Sous le Protectorat, cet « âge d’or » correspond à la fin du xiiie siècle, et nombreux sont les observateurs qui s’accordent à dire que, depuis le xviiie siècle, l’art marocain n’a cessé de décliner. M. Tranchant de Lunel, par exemple, affirme en 1912 que les « monuments ont été négligés depuis six cents ans », art. cité, 1912, p. 269.

8 J. Borely, « Fès ou la Bagdad du Moghreb », 1926, p. 529.

9 A. Chevrillon, Crépuscule d’islam : Au Maroc en 1905, 1999 [1906], p. 92. Cette notion de repli est présente dans la grande majorité des descriptions des médinas de l’Empire. « Toutes les villes, à l’abri de leurs murailles, vivaient d’une vie particulariste », J. Ladreit de Lacharrière, La création marocaine, 1930, p. 131.

10 Voir notamment J. de Taillis, Le Maroc pittoresque, 1905, p. 211.

11 L.-H. Lyautey, « Conservation des sites et monuments historiques, Décision du 23 avril 1913 », ouvr. cité, 1953, t. I, p. 264.

12 Pour le résident général, les monuments de la médina de Fès sont des « […] chefs-d’œuvre qui ne cèdent en rien aux merveilles d’Andalousie, et qui, par leur nombre et le cadre qu’ils empruntent aux rues pittoresques de Fès el-Bali, constituent un trésor inestimable pour l’art et le tourisme », L.-H. Lyautey dir., ouvr. cité, 1914, p. 204.

13 Les propriétaires des jardins où doit passer cette voie, tous marocains, donnent gratuitement les terrains nécessaires à son emprise. BCO, Fonds Prosper Ricard, Liasse 554 : « Notice sur le tour de Fès », document manuscrit par Prosper Ricard.

14 « Prendre de préférence une voiture hippomobile à l’allure tranquille, pour mieux savourer le paysage […] au moment où le soleil commence à se coucher, de façon à être à l’heure du Moghreb à la terrasse du terre-plein des Mérenides [sic] quand [de] tous les minarets montent les religieux appels à la prière des Muezzins de la médina et de Fès- Djedid », anonyme, Visitez Fez la mystérieuse et ses environs, 1938-1939, non paginé.

15 AMF, Dossier « Lotissement IVe-Tirailleurs », Lettre n° 331 H adressée le 20 mars 1931 par le CSM au secrétaire général du Protectorat.

16 Ce type de projet n’est pas propre à la ville de Fès. En 1914, Lyautey a demandé à Henri Prost de réfléchir aux moyens de mettre en valeur la médina en créant de belles perspectives. Prost crée ainsi des points de vue remarquables sur la médina depuis le belvédère de l’Aguedal et le Triangle de vue. S. Munoz, ouvr. cité, 1985, p. 148.

17 Anonyme, « Les monuments historiques », dans Protectorat de la République française au Maroc, ouvr. cité, 1922, p. 209.

18 « Firman chérifien en date du 1er novembre 1912, relatif aux villes fortifiées et ouvrages militaires », BO n° 2, 8 novembre 1912, p. 9.

19 « Arrêté viziriel du 15 juin 1913 », BO n° 37, 11 juillet 1913, p. 234.

20 « Loi du 2 mai 1930 relative à la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque », Journal officiel de la République française, 4 mai 1930.

21 « Loi n° 43-92 du 25 février 1943 », Journal officiel de la République française, 4 mars 1943.

22 « Loi n° 62-903 du 4 août 1962 complétant la législation du patrimoine historique et esthétique de la France et tendant à faciliter la restauration immobilière », Journal officiel de la République française n° 185, 6-7 août 1962, p. 7813-7815.

23 Articles 4 et 5 du « dahir 19 novembre 1920 portant classement de diverses zones et sites par application du dahir du 13 février 1914 relatif à la conservation des monuments historiques, etc. », BO n° 423, 30 novembre 1920, p. 2017.

24 F. Choay éd., La conférence d’Athènes sur la conservation artistique et historique des monuments historiques, 2002, p. 104.

25 Il ajoute : « Qui sait si avec leur patine et leurs crevasses, ces murailles ne sont pas parvenues, à l’heure actuelle, à l’apogée de leur beauté ? », M. Tranchant de Lunel, art. cité, 1916, p. 269.

26 S. E. Holden, « When it pays to be medieval : historic preservation as a colonial policy in the medina of Fez, 1912-1932 », 2006.

27 Les pouvoirs publics considèrent qu’il s’agit d’une « restauration ». BNRM, Carton C 460 : « Arrêté résidentiel n° 27 imputant sur l’emprunt d’une dépense de 500 000 FF pour la restauration de la porte Campini », s. d.

28 Une porte de « style florentin, dont le déplorable anachronisme en ce lieu n’avait pu être racheté par les proportions grandioses », M. Tranchant de Lunel, ouvr. cité, 1924, p. 61.

29 S. E. Holden, art. cité, 2006, p. 305.

30 Il est intéressant de voir à quel point cet édifice semble aujourd’hui représentatif de la médina pour les Européens.

31 « The gate emphasized French respect for Morocco’s religious traditions », S. E. Holden, art. cité, 2006, p. 303.

32 D’autres portes sont modifiées à Fès el-Jedid à la même époque, notamment Bab Jiaf et Bab Dekaken, mais la transformation de Bab Smarine est la mieux documentée.

33 BNRM, Carton C 935 : « Secrétariat général du Protectorat, direction de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Monuments historiques, budget 1939 », Lettre n° 5610 adressée le 26 mai 1932 par M. Lemaire, CSM, au secrétaire général du Protectorat.

34 Il est prévu de réserver des emplacements, sous la voûte de la porte, pour accueillir les boutiques déplacées. Voir « Urbanisme à Fès-Djedid », La presse marocaine, 26 juillet 1932.

35 Ce classement est réglementé par le « dahir du 26 novembre 1912 », doc. cité.

36 À noter qu’aucun édifice lié à la communauté israélite n’est classé sous le Protectorat. Ce n’est qu’en 1999 que la synagogue Danan, située au mellah, est classée. Décret n° 1-99- 135 du 1er mars 1999, BO n° 4674, 18 mars 1999.

37 Voir la liste des monuments et sites classés dans la médina de Fès sous le Protectorat en annexe.

38 « Dahir chérifien du 26 novembre 1912 », doc. cité ; « dahir du 13 février 1914 relatif à la conservation des monuments historiques, des inscriptions et des objets d’art et d’antiquité de l’Empire chérifien, à la protection des lieux entourant ces monuments, les sites et monuments naturels », BO n° 70, 27 février 1914, p. 126-129.

39 L.-H. Lyautey dir., ouvr. cité, 1914, p. 203.

40 « Loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques », Journal officiel, 4 janvier 1914.

41 « Dahir du 28 janvier 1916 », BO n° 127, 7 février 1916, p. 140.

42 BO n° 1713, 24 août 1945, p. 571.

43 « Arrêté du directeur de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et Monuments historiques instituant un comité pour la restauration des monuments historiques », 13 août 1925.

44 M. Tranchant de Lunel, « Les restaurations de monuments historiques au Maroc », 1916.

45 M. Tranchant de Lunel, ouvr. cité, 1924, p. 195.

46 L.-H. Lyautey dir., ouvr. cité, 1914, p. 210.

47 P. Ricard, Maroc, 1954, p. 320.

48 L’arrêté municipal n° 45 du 24 mars 1916 et l’arrêté municipal n° 106 du 18 décembre 1920.

49 BNRM, Carton A 1370 : « Contrôle des municipalités, bureau administratif des Plans de villes, correspondances départ, 1921-1923 », Lettre n° 18 AMP adressée le 8 janvier 1923 par de Sorbier de Pougnadoresse, secrétaire général adjoint du Protectorat, destinataire inconnu.

50 Article 3, « Arrêté viziriel du 23 avril 1923 portant règlement pour la protection artistique de la Médina de Fès (Fès-Jedid en Fès-Bali), BO n° 550, 8 mai 1923, p. 580.

51 De même, à Marrakech, les propriétaires doivent se conformer au « genre marocain local (El béni Marrakchi [sic]) ». Voir D. Rivet, ouvr. cité, 1996, p. 150.

52 BNRM, Carton F 140, Statistiques des inspecteurs du service des Beaux-Arts dans la protection artistique des villes marocaines, s. d. (1929), document probablement signé par Jules Borely.

53 Le droit ne s’applique pas aux sujets et protégés étrangers encore nombreux dans les années 1920, et qui sont généralement de grands promoteurs immobiliers. Et la mésentente de la France avec les divers consulats, en particulier anglais et américain, ne permet pas de généraliser le contrôle de l’urbanisme en médina, voir BNRM, Carton F 140, Rapport de l’inspecteur régional de Fès, 1926.

54 BNRM, Fonds des beaux-arts, dossier non coté « Beaux-Arts protection du site de Fès », Lettre n° 6164 AM adressée le 30 septembre 1933 par Emmanuel Durand à Jules Borely.

55 Créé à la fin des années 1910, ce collège est destiné à instruire les fils de l’élite marocaine pour pouvoir asseoir le contrôle de la France. Notons que cette initiative est un échec. Le collège devient en effet l’un des terreaux du nationalisme marocain.

56 « Colonial officials wanted the building to suggest the perpetuation of the urban elite’s traditional privileges », S. E. Holden, art. cité, 2006, p. 305.

57 Jules Borely note qu’« il est vain d’espérer assimiler une école moderne à des monuments du Moyen-âge en affublant ces façades de quelques éléments du décor marocain ». BNRM, Carton E 811, Lettre n° 1106 adressée le 23 juillet 1922 par Jules Borely au CSM.

58 L. Vaillat, ouvr. cité, 1931, p. 58.

59 Architecte des Habous du Nord de 1933 à 1943.

60 En France, c’est seulement le 19 décembre 1917 qu’est promulguée la loi sur les établissements classés dangereux, insalubres ou incommodes.

61 « Dahir du 13 octobre 1933, modifiant le dahir du 28 août 1914 », BO n° 1101, 1er décembre 1933, p. 1187.

62 BNRM, Carton D 650 : « Contrôle des municipalités, bureau d’Études législatives, plan d’aménagement de Fès, plan 1936-1942, quartier de Bab Ftouh – Bab Khoukha, secteur industriel, secteur Hippodrome, secteur Gare, la ville nouvelle… », Note du CSM, n. r., s. d. (probablement 1941).

63 Au nord, près de Bab Guissa, et au sud, aux alentours de Bab Ftouh, de Fekharine, et quelques lots dans le quartier de Bab Khoukha, en liaison avec la gare de Bab Ftouh.

64 « Dahir du 20 août 1941 approuvant et déclarant d’utilité publique la délimitation dans la ville ancienne de Fès de zones à l’intérieur desquelles pourront être installés certains établissements insalubres, incommodes ou dangereux compris dans les 2e et 3e catégories », BO n° 1512, 11 octobre 1941, p. 1011.

65 Sur cette question, lire le chapitre ii, « Le “patrimoine français” et le dahir de 1941 ».

66 BNRM, Carton A 1476 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, accidents, incendies, sinistres, etc., déclarés dans les différentes municipalités, 1920-1932 », Télégramme adressé le 24 juillet 1918 par le chef du service des Habous en mission à Fès au directeur des Affaires chérifiennes de Rabat.

67 Pierre Loti et les voyageurs après lui ont fait l’éloge de ce lieu qui participe hautement à l’attrait de la ville de Fès.

68 Un de ses collaborateurs, Albert Deguez, inspecteur de l’Urbanisme, affirme : « O n pourrait dire [qu’]entre la beauté et le social, nous avons choisi le social. Mais il n’est pas dans notre esprit de détruire le beau, le beau fait partie du social car la qualité des lieux qu’on fréquente touche au sens affectif, nous marque profondément. » A. Deguez, Aspects d’un urbanisme à Fès, conférence prononcée le 16 février 1961, document inédit.

69 Le recouvrement de l’oued avait été envisagé sous le Protectorat, sans être réalisé, faute de moyen, mais aussi parce que cette solution ne faisait pas l’unanimité. Ibid., p. 7.

70 Propos de M. Écochard rapportés par J. Dethier, ouvr. cité, 1970, p. 16.

71 Voir page 56-57 note 54.

72 Voir plus haut page 57.

73 L’ensemble de ce secteur est compris entre le palais du sultan, le Crédit foncier et le café-glacier au nord, le rempart intérieur de la ville au sud et à l’est, le cimetière israélite et enfin l’aqueduc du sultan à l’ouest.

74 BNRM, Salle des plans, Plan de lotissement dressé par le service des Travaux municipaux de la ville de Fès, 24 octobre 1921.

75 BNRM, Carton A 1690 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, organisation et fonctionnement des services municipaux, 1912-1924 », Lettre n° 128RV adressée le 5 février 1923 par le CSM, le capitaine Le Guevel, au résident général.

76 BNRM, Carton D 43 : « Dahirs relatifs aux plans et règlement d’aménagement – plans, pièces en arabe, 1917-1934 », sous-chemise Extension du mellah de Fès, déclaration d’utilité publique (BO n° 488, p. 350). Par la lettre n° 71 BA adressée le 25 janvier 1922 au secrétaire général du Protectorat (études législatives), le chef du SBA approuve le plan d’extension du mellah.

77 Sortes de huttes constituées d’une maçonnerie pour les fondations et les murs, et recouvertes de roseau.

78 BNRM, Carton A 1046 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle financier, bureau du Contrôle administratif, travaux municipaux ordre général, aménagement des différentes municipalités », Lettre n° 1830 AM, adressée le 22 mai 1922 par le secrétaire général du Protectorat au CSM.

79 BNRM, Carton A 997 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, personnel de la municipalité de Fès, réglementation et gestion, 1919-1929 », Lettre n° 663 RV2 adressée le 21 mai 1921 par M. Wattin, CSM, au directeur des Affaires civiles.

80 « Les israélites et la ville nouvelle », La vigie marocaine, 11-12 février 1924.

81 BNRM, Carton A 1371 : « Bureau administratif des Plans de villes, affaires traitées, affaires en instance, autorisation de bâtir, plans, 1921-1927 », sous-chemise Affaires traitées au bureau du Plan, 1921-1927.

82 L’« arrêté viziriel du 31 décembre 1921 » (BO n° 481 du 10 janvier 1922) ordonne une enquête en vue de ce déclassement.

83 AMF, PV de séance du medjless israélite de Fès, 4 mars 1938.

84 AMF, PV de séance de commission municipale de Fès, medjless el-Baladi, section musulmane, 15 juin 1927, document cité par M. Yakhlef, ouvr. cité, 1990, p. 218.

85 BNRM, Carton A 1713 : « Commission municipale de Fès, renouvellement des membres de la section musulmane, 1912-1931 » ; AMF, PV de la commission municipale française de Fès, 18 janvier 1932 ; BNRM, Carton A 1635 : « Service du Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, renouvellement partiel de la commission municipale, 1926-1936 », Note n. r. du secrétariat général du Protectorat, administration municipale, 1936.

86 Ce secteur est indifféremment nommé par les pouvoirs publics : secteur de Bab Ftouh, secteur de la gare de Bab Ftouh et secteur de Bab Khoukha.

87 Cette idée d’architecture et d’urbanisme pacificateurs est partagée par l’ensemble de son équipe. Albert Laprade affirme quelques années plus tard que le but d’un urbaniste est de créer des « cadres de vies euphorisants » contre « la violence et l’ennui », A. Laprade, « La pénétration de l’art dans la société de demain », 1965, p. 3-4.

88 Les services municipaux veulent ainsi éviter toute « vexation qu’ils auraient exploitée afin de créer un état d’esprit hostile », AMF, PV de séance de la commission municipale française de Fès, 9 janvier 1939.

89 BNRM, Carton D 43 : « Dahirs relatifs aux plans et règlement d’aménagement – plans, pièces en arabe, 1917-1934 », Règlement d’aménagement d’un lotissement de commerce et d’habitation indigène au quartier de Bab Ftouh, 8 février 1932.

90 AMF, PV de séance de la commission municipale de Fès du 13 janvier 1938.

91 Article 6 du « dahir du 14 juin 1933 relatif aux lotissements », BO, 7 juillet 1933, p. 610 et suiv. Au sujet de cette loi, lire A. Grillet, Traité pratique des lotissements au Maroc, 1938.

92 La largeur des rues est réduite à huit et dix mètres. « Dahir du 28 février 1936 approuvant et déclarant d’utilité publique des modifications apportées aux plan et règlement d’aménagement du secteur à usage de commerce et d’habitation indigènes de Bab Koukha [sic] dans le quartier de Bab Ftouh à Fès. »

93 La crise touche le logement européen dans de bien moindres proportions.

94 Voir plus haut page 82.

95 Chiffres issus d’un recensement effectué en septembre 1937. AMF, PV de séance de la commission municipale de Fès, 9 décembre 1937.

96 Deux bidonvilles situés près du camp de Dar el-Debibagh et du terrain de l’aviation regroupent une cinquantaine de personnes, la plupart militaires rattachés au 8e Saphis. La municipalité refuse d’intervenir pour un problème qui est du ressort de l’office de l’Habitat militaire.

97 « Dahir du 8 juillet 1938 relatif à l’assainissement des villes et des centres urbains », BO n° 1342, 15 juillet 1938, p. 927-928.

98 AMF, Dossier « Habitat indigène », Lettre n° 494 adressée le 12 janvier 1939 par le CSM au directeur des Affaires civiles.

99 J. Borely, ouvr. cité, 1950, p. 242.

100 Les plans sont dressés par Albert Laprade, mais, en 1917, le projet est repris par Auguste Cadet et Edmond Brion. C’est sous la direction de ces derniers que la cité se développe jusqu’à la fin des années 1930.

101 AMF, PV de séance de la commission municipale française de Fès, 9 décembre 1937.

102 « Arrêté municipal n° 325, du 5 décembre 1942, portant règlement du lotissement dit « de Douar Dokkarat », au Grand Secteur industriel de Fès.

103 BNRM, Carton E 681 : « Direction générale des Travaux publics, circonscription de l’Urbanisme et de l’Habitat, bureau technique, construction de bâtiments administratifs et d’immeubles locatifs, 1945 », dossier « Immeuble, rue de Russie, Toulon », Décision prise au cours de la réunion du 7 août 1944, PV de la réunion constitutive de la section locale de l’office chérifien de l’Habitat, habitat indigène, du 13 octobre 1944.

104 BNRM, Carton E 681, PV de la séance constitutive de la section locale indigène de Fès, OCH, 13 octobre 1944.

105 Il est admis que les édifices publics seront entièrement pris en charge par le service des Habous.

106 BNRM, Carton E 681, PV de séance de l’OCH, 13 octobre 1944.

107 AMF, Dossier : « Ville nouvelle marocaine », Lettre n. r. adressée le 11 août 1951 par Michel Écochard, destinataire inconnu.

108 J. Delarozière, A. Deguez, K. Hodel, « Fès », 1951, p. 24.

109 Ces silos à grains ont été construits par la Coopérative agricole marocaine et leur plan a été dressé par l’ingénieur du Génie rural, Lalanne, en janvier 1954. Voir AMF, SAB, Dossier « Société coopérative agricole marocaine ».

110 Comme le prévoient le cahier des charges du lotissement Casbah Ben Debbab du 10 juin 1950 et l’arrêté municipal permanent n° 419 du 14 juin 1950 fixant les dispositions spéciales auxquelles sont soumises les constructions à édifier dans le quartier dit « Casbah Ben Debbab ».

111 Cette terminologie que nous avons volontairement empruntée au programme et au plan du quartier doit souligner le caractère marocain de la cité. Le terme riad est utilisé pour désigner des villas de haut standing avec cour intérieure, la kissaria désigne ici l’espace commercial et le fondouk, un hôtel.

112 « Nouveau et brillant succès des ventes de lots à bâtir à Kasbah Ben Debab [sic] », Courrier du Maroc, 31 juillet 1951. « Une vente de lots municipaux à Kasbah Ben Debbab a provoqué une flambée d’enchères », Courrier du Maroc, 10 avril 1953.

113 M. Écochard affirme que « tout est contenu dans un petit livre appelé La charte d’Athènes », ouvr. cité, 1955, p. 98.

114 Il rencontre Le Corbusier en 1946. Voir M. Ghorayeb, art. cité, 1994, p. 168.

115 Le Corbusier, ouvr. cité, 1957 [1943], p. 27.

116 M. Écochard, « Urbanisme et construction pour le plus grand nombre », 1950.

117 « Dahir du 28 avril 1952 approuvant et déclarant d’utilité publique le plan et règlement d’aménagement de l’extension de la ville marocaine de Fès, 1er quartier », BO n° 2066, 30 mai 1952, p. 777.

118 La nouvelle cité marocaine d’Agadir, la cité du Méchouar à Rabat, les Carrières centrales à Casablanca, etc. Au sujet des Carrières centrales, premier quartier marocain basé sur la trame 8 × 8, voir J.-L. Cohen, M. Eleb, ouvr. cité, 1998, p. 318-321, et L. Capannini, « Habitat collectif méditerranéen et dynamique des espaces ouverts, cas d’étude en Europe et en Afrique », 2005.

119 J.-L. Cohen, M. Eleb, ouvr. cité, 1998, p. 320.

120 BNRM, Carton E 691 : « Direction générale des Travaux publics, circonscription de l’Urbanisme et de l’Habitat, bureau technique, construction d’immeubles israélites à Fès et à Sefrou, 1952 », Lettre n° 919/1 SHA/BT2 adressée le 11 décembre 1951 par M. Parinet, ingénieur des Ponts et Chaussées, chef du service de l’Habitat, à M. Écochard, chef du service de l’Urbanisme.

121 Voir M. Écochard, « L’habitat de type marocain », L’architecture d’aujourd’hui, n° 35, spécial Maroc, mai 1951, p. 40.

122 Écochard explique au chef du service de l’Habitat que, dans la mesure où il veut « créer une ville nouvelle d’un caractère qui pendait à la médina et inciter les habitants à la quitter, il paraissait indispensable de les attirer par la construction d’un premier bloc de logements assez spacieux ». Propos rapportés par le chef du service de l’Habitat, BNRM, Carton E 691, Lettre n° 1072/2 SHA/BT2, adressée le 8 juillet 1952 par l’ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur du service de l’Habitat, au directeur des Travaux publics de Rabat.

Table des illustrations

Légende Illustration 29. Panorama de Fès el-Bali.Carte postale, Jeff Éd., coll. personnelle.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Illustration 30. Bab Boujeloud.Carte postale, Éd. A. Pleux, coll. personnelle.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/976/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Illustration 31. Immeubles de l’avenue Bou Khississat.Photographie de l’auteur, 2008.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/976/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Illustration 32. Place Seffarine, medersa de Jacques Marmey.Photographie de Muriel Girard.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/976/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Illustration 33. Mellah, place du Commerce, vers 1930.Carte postale, Lévy Neurdein réunis, coll. personnelle.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/976/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Illustration 34. Lotissement Bab Khoukha.AMF, Dossier n. r., s. d.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/976/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 582k

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search