Version classiqueVersion mobile

Fès, la fabrication d’une ville nouvelle (1912-1956)

 | 
Charlotte Jelidi

Deuxième partie. Élaboration du paysage architectural

V. Architectes de Fès-nouvelle : pluralité des maîtres d’œuvre

Texte intégral

  • 1 « 20 années de Protectorat », Afrique du Nord illustrée, 21 mai 1932, n° 577, p. 54.

1Le Maroc, parce qu’il est défini par le pouvoir colonial comme un « pays neuf », où tout serait à construire, laisse espérer de larges perspectives économiques aux Européens. Campagnes de presse, films publicitaires, affiches, etc., incitent les ressortissants français à y venir. Les professionnels du bâtiment sont particulièrement sensibles à ces appels. En 1932, soit vingt ans après l’instauration du Protectorat, les pouvoirs publics recensent au Maroc quelque trois cents entrepreneurs et cent architectes européens1, impressionnante armada, d’autant que cette statistique n’intègre pas les fournisseurs de matériaux qui proposent aussi des projets de construction.

2Fès, capitale déchue, participe modestement à ce rutilant tableau. Elle n’exerce que peu d’attrait auprès de la première génération d’architectes venus s’installer au Maroc. L’éclosion de la nouvelle agglomération est tardive par rapport à celle des autres villes. Lorsque les premiers terrains de Fès-nouvelle sont vendus en 1916, aucun architecte libéral diplômé n’est implanté dans cette ville, les professionnels préférant installer leurs bureaux à Casablanca ou Rabat où des chantiers s’ouvrent chaque jour. Cette carence permet à des individus diplômés et parfois douteux de conquérir le marché de la maîtrise d’œuvre à Fès.

3La maîtrise d’œuvre n’est pas professionnalisée au début du Protectorat et les contours des métiers du bâtiment sont mal définis et souvent poreux. Ainsi, on distingue à Fès trois types de maîtres d’œuvre qui, avec l’accord des pouvoirs publics locaux, ont pris part à la fabrication de la ville nouvelle : les architectes diplômés par le gouvernement, les personnes qui exercent un métier dans le domaine de la construction, les propriétaires dépourvus de références professionnelles en la matière qui, sous certaines conditions, peuvent être autorisés à produire leur projet.

Propriétaires : des compétences mises en question

4À Fès, il n’est pas rare que des propriétaires, pour des raisons essentiellement économiques, choisissent de dessiner les plans et prévoient parfois d’exécuter les travaux, tâches habituellement dévolues aux architectes et aux entrepreneurs. L’autorité locale est tenue, en théorie, d’exiger d’eux les capacités nécessaires à une telle substitution afin de garantir une esthétique architecturale et des conditions d’hygiène convenables. En réalité, elle adapte continuellement ses exigences au contexte, revoyant ses prétentions selon l’évolution du développement urbain et l’emplacement du lot concerné.

Professionnels du bâtiment

5En dehors des quartiers de standing (Aïn Khèmis et Habitation et Commerce), il arrive que des propriétaires qui sont des professionnels du bâtiment (entrepreneurs, ingénieurs, dessinateurs, etc.) soient autorisés à projeter eux-mêmes leur immeuble ou villa. Ils ont les connaissances techniques requises pour dresser les plans et, le cas échéant, pour diriger les travaux. Le respect des normes de construction et l’intégration de leur édifice dans son environnement sont les deux seules exigences formulées par l’autorité qui vise le projet.

6Certains propriétaires travaillent pour l’administration, ce qui n’est pas sans poser de problèmes. En tant que représentants de l’administration, ils sont soumis à une forte pression de leurs supérieurs hiérarchiques qui attendent d’eux une exemplarité sans faille. Tout agent du Protectorat est sommé de montrer l’exemple, dans sa fonction comme dans sa vie privée. Le contrôle de la réalisation de ces édifices est donc particulièrement minutieux ; le projet est supervisé par le chef des services municipaux, qui se montre intransigeant avec son personnel alors même qu’il peut être conciliant avec les autres propriétaires.

  • 2 Lucien Janin, né le 2 juillet 1891, est nommé conducteur des Travaux publics de quatrième classe l (...)
  • 3 AMF, SAB, Dossier « Lot n° 104 du secteur d’HC », Lettre n. r. adressée le 23 mars 1921 par Lucien (...)
  • 4 AMF, SAB, Dossier « Lot n° 104 du secteur d’HC », Lettre n. r. adressée le 28 mars 1921 par le CSM (...)

7En 1921, un fonctionnaire conducteur des Travaux publics, Lucien Janin2, las d’habiter en médina dans des conditions de confort et de salubrité difficiles3, demande l’autorisation d’édifier une habitation salubre en ville nouvelle. Au cours du chantier, il ne respecte pas les plans qu’il a dessinés et qui ont reçu l’agrément de la municipalité. Le chef des services municipaux exige une mise en conformité soulignant que la qualité de fonctionnaire lui fait « presque un devoir de donner le bon exemple ».4 L’administration transige moins avec ses agents, puisqu’ils connaissent, mieux que quiconque, les documents d’urbanisme qu’ils sont, par ailleurs, chargés de faire respecter.

Autorisations accordées à des propriétaires dénués d’aptitudes particulières

  • 5 Le service des Beaux-Arts modifie le dessin des façades qui ne semblent « pas être suffisamment bi (...)

8Dans 10 % des cas, des propriétaires dépourvus de connaissances techniques particulières dans le domaine de la construction – tailleurs, entrepreneurs de transport, instituteurs, épiciers, industriels, etc. – ont édifié leur logement ou atelier de travail dans la ville nouvelle de Fès ; cela a été autorisé uniquement dans des quartiers d’habitation destinés aux classes moyennes et ouvrières, ou dans des secteurs de petites industries. Les pouvoirs publics n’estiment pas nécessaire l’intervention d’hommes de l’art, ni un investissement esthétique particulier, ni une grande technicité dans les quartiers périphériques.5

9Pour les secteurs de villas destinés aux propriétaires modestes, la municipalité examine tous les plans, y compris ceux réalisés par des non-initiés qui ne disposent pas toujours des ressources financières nécessaires pour faire appel à un spécialiste. S’allouer les services d’un architecte grèverait le budget des personnes aux faibles ressources, au risque de freiner l’essor de la ville. Pour éviter cet écueil, les services municipaux prennent le temps de conseiller les propriétaires lorsque le projet présenté ne correspond pas à leur politique architecturale ou aux prescriptions du cahier des charges. Leurs recommandations concernent peu le décor, généralement cantonné à sa plus simple expression (moulures discrètes sur les corniches, auvent couvert de tuiles vernissées pour les villas). La qualité approximative de plusieurs plans, réalisés à main levée par le propriétaire, témoigne de l’indulgence des pouvoirs publics.

  • 6 BNRM, Carton A 1425 : « Contrôle des municipalités, bureaux technique et administratif des Plans d (...)

10Les compromis qu’accepte de faire la municipalité sont à l’origine de débats virulents au sein de l’administration du Protectorat. Henri Prost lui-même en réprouve le principe. Il s’inquiète de la qualité déplorable de certains projets soumis à l’administration.6 Ces projets obligent l’architecte municipal chargé de leur approbation à les remanier. Pour éviter ce surcroît de travail aux fonctionnaires, il propose que les projets soient exécutés par un architecte « compétent et responsable » (ibid.). L’administration dans son ensemble soutient cette analyse dans ses déclarations même si, dans les faits, la municipalité continue à accorder son approbation à des plans réalisés par des propriétaires visiblement maladroits. Dans les années 1910, les demandes d’autorisation de bâtir ne sont pas assez nombreuses pour qu’elle se permette de les rejeter sans nuire à l’avenir de Fès-nouvelle, voire totalement le compromettre. Malgré les critiques et les craintes exprimées par l’administration centrale contre ce phénomène et en allant à l’encontre de ses propres convictions, la municipalité est contrainte d’encourager, dans certains quartiers, la construction quel que soit le maître d’œuvre, indulgence qui perdure jusqu’à la fin des années 1930.

Entrepreneurs : une profession controversée

11Au début du mandat français, la ville de Fès séduit les entrepreneurs, bien plus que les architectes. Ils sont nombreux à s’y établir pour créer leur entreprise. Les membres de cette profession, qui rassemble des individus d’origines et de formations fort différentes, ont tendance à diversifier leurs activités. Beaucoup d’entrepreneurs de travaux sont également fournisseurs de matériaux, surtout dans les années 1910.

  • 7 Il s’agit de J. Piérroti (né en Corse et installé à Fès depuis 1913), Raoul Aquadro (né en Algérie (...)
  • 8 Il s’agit de la Compagnie marocaine.
  • 9 BNRM, Carton C 242 : « Direction de l’Agriculture, du Commerce et de la Colonisation, importation (...)

12En 1914, alors que la première pierre de la ville nouvelle n’est pas encore posée, cinq entrepreneurs européens de maçonnerie et terrassement7 et un dépositaire de matériaux8 y sont déjà installés.9 Arrivés au Maroc dès l’instauration du Protectorat, ces vieux Marocains sont venus à Fès avec l’espoir que les travaux de la ville nouvelle commenceraient sans tarder. En attendant, ils travaillent en médina où ils concurrencent parfois les maalemine locaux. Les premiers entrepreneurs européens de Fès sont les pionniers de cette ville ; tous ont participé au développement de la ville nouvelle en tant que maître d’œuvre pour des tierces personnes. Ils ont également contribué à son essor de façon directe, puisqu’à l’exception de J. Piérroti, chacun de ces entrepreneurs a acheté l’un des vingt-cinq premiers lots mis en vente à Fès-nouvelle en 1916 pour y établir son logement et ses bureaux.

  • 10 Le ciment, dans les années 1910, est importé de Yougoslavie, d’Italie, d’Angleterre et surtout de (...)
  • 11 Les briques comme les tuiles sont essentiellement issues de la production française et espagnole.

13Ils fournissent eux-mêmes les matériaux nécessaires à la finalisation des projets de leurs clients, mais progressivement les deux activités se dissocient grâce à l’établissement d’entreprises spécialisées dans la fourniture d’éléments de construction. Au début des années 1920, une dizaine de négociants de fer, tôle ondulée, zinc, chaux, ciment10, briques11, bois, approvisionnent les chantiers de Fès-nouvelle.

14Arrivée d’Algérie ou de métropole, la première génération d’entrepreneurs établie à Fès produit peu ou pas de plan pour la ville nouvelle dans les années 1910. Ce n’est qu’à la fin des années 1920 que s’opère un réel basculement, à une époque où la multiplication des chantiers de construction attire de nouveaux entrepreneurs, mieux organisés et au fait des nouvelles techniques constructives. L’un de ces nouveaux entrepreneurs monte une société de transports pour faciliter l’approvisionnement de ses chantiers ; ses concurrents s’équipent des outils les plus modernes pour devenir l’une des sociétés de travaux les plus compétitives sur le marché fassi, etc. Ces entrepreneurs essayent ainsi de contrôler toutes les activités liées à leur profession. Et c’est surtout entre les années 1925 et 1930 que des entrepreneurs fassis proposent des projets d’architecture au bénéfice de leurs clients.

  • 12 BNRM, Carton 520 : « Chambre de commerce de Fès, 1920-1928, PV délibérations », Bulletin de la cha (...)

15La défense des intérêts de cette profession est assurée par la chambre d’agriculture, de commerce et d’industrie dont un quart des membres sont entrepreneurs de travaux ; elle milite auprès des autorités locales pour que les propriétaires dénués de compétences ne soient plus autorisés à construire eux-mêmes, et qu’il leur soit imposé un architecte, ou à défaut un « homme de l’art ou en l’espèce un entrepreneur ».12 Tous commencent à craindre une crise dans leur secteur d’activité, non pas qu’ils aient à subir une baisse du nombre de chantiers, mais parce que la quantité d’entrepreneurs ne cesse de croître.

  • 13 C. Mengin, « L’organisation de la profession, les enjeux », 1997.

16Parallèlement, les mêmes débats secouent la profession en métropole.13 Entre la guerre, les deux tiers des architectes patentés n’ont pas de diplôme, situation qui mécontente les architectes diplômés par le gouvernement, lesquels tentent d’imposer une réglementation leur assurant le monopole de la maîtrise d’œuvre. De part et d’autre de la Méditerranée, les pouvoirs publics, conscients des problèmes engendrés par les personnes non qualifiées qui produisent des constructions, écoutent les recommandations des architectes, sans pour autant proposer des solutions. En 1941, la loi statuant sur la fonction d’architecte met fin, tardivement et quasiment simultanément avec la métropole, à l’usurpation du titre par les entrepreneurs de Fès et aux projets dressés par des propriétaires. Elle précise en effet que nul « entrepreneur, industriel, fournisseur de matières ou d’objets employés dans la construction, courtier ou marchand de biens immobiliers » ne peut exercer le rôle d’architecte. Cette loi, parce qu’elle est respectée, marque la fin des atermoiements des autorités et la finalisation du processus de professionnalisation des architectes.

Architectes : la professionnalisation d’une activité

17La figure de l’architecte, privé et/ou civil, apparaît comme particulièrement influente, bien qu’elle soit parfois très controversée. Architectes officiels, architectes libres, entrepreneurs généraux de travaux publics, marchands de matériaux, ingénieurs, géomètres, etc., le Maroc attire toutes sortes de personnes plus ou moins qualifiées qui prétendent à la qualité d’architectes et revendiquent, à ce titre, le droit de pratiquer sans entrave cette activité.

18Au regard de la loi alors en vigueur, ils ne sont pas obligés de justifier d’une quelconque formation pour le faire. Mais nombreux et divers sont les incidents survenus dans l’agglomération de Fès, terreau des querelles entre architectes du Protectorat et architectes libres au cours des années 1910-1920 ; l’usurpation du titre d’architecte, l’incompétence manifeste de certains requérants, les débats quant à la participation des architectes officiels aux projets privés, etc., incitent les services centraux de Rabat à envisager une clarification de ce statut par une révision et un renforcement de la réglementation.

Les « usurpateurs » de titre et de l’impuissance de l’administration

19La terre vierge que représente le Maroc dans l’imaginaire de nombreux Européens attire des personnes en quête d’aventures, mais aussi des escrocs de toutes sortes à la recherche d’argent facile. La filière de la construction, et plus particulièrement le domaine de l’architecture, n’échappe pas à cette conjoncture. Des individus sans formation spécifique s’autoproclament architectes et profitent de l’absence de réglementation de la profession pour abuser leurs clients en utilisant un titre auquel rien ne leur permet de prétendre. La ville de Fès est particulièrement touchée par ce problème.

  • 14 Voir en particulier BNRM, Carton A 1690 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle adminis (...)

20En 1921, un dénommé René Prévot adresse plusieurs courriers14 au chef des services municipaux pour se plaindre des employés du Protectorat qui travaillent pour une clientèle privée. Il déplore que ces fonctionnaires entravent l’activité des architectes libres de la ville qui peinent à s’imposer face à des professionnels qui ont la confiance du public et de l’administration. Prévot expose sa situation personnelle :

  • 15 BNRM, Carton A 1690, Lettre n. r. datée du 12 avril 1921, adressée par René Prévot au CSM.

Nous avons créé un cabinet d’architecte à Fès. Pendant deux années nous avons attendu, avec nos ressources personnelles, qu’il soit donné des lots de construction en adjudication […] nous espérions recueillir le fruit de notre longue attente, nous avons été surpris d’apprendre que le Protectorat nous faisait une concurrence déloyale par l’entremise de ses agents.15

  • 16 Il s’agit en fait de l’inspecteur vérificateur au service régional d’Architecture de Fès, M. Crouz (...)

21Il accuse les fonctionnaires de proposer leurs services lorsque les futurs acheteurs se présentent à l’administration municipale pour consulter les plans de lots mis en vente. Ses accusations visent tout particulièrement « l’architecte municipal ».16 Il reproche aussi aux fonctionnaires de pratiquer des honoraires bas, et surtout, de travailler pour leur clientèle privée pendant leurs heures de bureau avec le matériel de la municipalité (ibid.). Ces accusations, particulièrement graves, parce qu’elles soutiennent que toute l’administration locale est corrompue. Les plus hautes instances prennent connaissance de son courrier et son contenu génère d’importants échanges épistolaires entre le résident général, Henri Prost, le directeur général des Travaux publics et le chef des services municipaux. Il amorce un débat général sur le statut d’architecte.

  • 17 Circulaire citée par Henry Boyer, IFA, Fonds Laprade, 403 AP 6, Lettre adressée par Henry Boyer à (...)
  • 18 AMF, Dossier « Service des Plans de villes », Lettre n° 295 AC, adressée par le directeur des Affa (...)

22La municipalité constate rapidement que Prévot se prétend de la profession sans posséder aucun diplôme. Les pouvoirs publics font alors bloc pour dénoncer ce type d’usurpation ; toutefois, la législation, lacunaire, ne leur permet pas, dans les faits, d’empêcher ces pratiques. Seule une circulaire résidentielle précise qu’un architecte doit « savoir élaborer un plan, diriger des travaux et vérifier et régler les comptes ».17 L’administration locale n’est donc pas en mesure d’interdire à quiconque de lui soumettre ses projets, ni de les rejeter s’ils répondent aux documents d’urbanisme, quel que soit le statut du requérant. Confrontés à ce vide juridique, les pouvoirs publics se contentent de signifier à Prévot qu’un projet de loi vient d’être mis à l’étude et que prochainement « seuls les architectes diplômés auront le droit de présenter aux services municipaux les demandes d’autorisations de bâtir ».18 Il lui est notifié qu’à ce titre, lui et toutes les personnes dans sa situation ne seront plus admis à présenter des plans aux services municipaux. Cette riposte ne dupe pas René Prévot qui a parfaitement conscience de l’impasse à laquelle est confrontée l’administration. Il sait que tant qu’aucun dahir n’est promulgué, il peut poursuivre ses activités, si gênantes soient-elles pour les autorités. Certes, il est débouté de sa requête, puisque les agents officiels continuent à pouvoir travailler pour des clients privés, mais jusqu’en 1925, les services municipaux valident les plans qu’il présente.

23Unanimement, les pouvoirs publics déplorent l’usurpation du titre d’architecte, mais peinent à doter leur politique des moyens juridiques nécessaires à son interdiction. Les questions soulevées par le cas René Prévot sont très enrichissantes pour les autorités du Protectorat. Non seulement il leur fait prendre conscience des dangers que font encourir les usurpateurs de son espèce à la municipalité, mais surtout il leur permet de s’interroger sur l’éthique des agents du Protectorat qui ont des activités annexes et privées. Si cette affaire ne permet pas encore de clarifier le statut et la fonction des différents types d’architectes, elle introduit un débat décisif pour la professionnalisation de cette activité.

Architectes du Protectorat

24Au début du Protectorat, les architectes officiels ont des activités multiples et une clientèle extrêmement variée, puisqu’il est courant que des architectes de la Résidence, des architectes régionaux ou municipaux, exécutent des projets architecturaux pour des Européens ou des Marocains, en médina comme en ville nouvelle. La compatibilité de ces deux types de travaux, publics et privés, est débattue très tôt, l’impartialité des architectes de l’administration étant fortement mise en doute par leurs concurrents du civil.

Constitution controversée d’une clientèle privée

  • 19 BNRM, Carton A 1425, Lettre confidentielle n° 1694, doc. cité.
  • 20 BNRM, Carton A 1425, sous-chemise Service des Plans de villes, architectes municipaux, 1912-1922, (...)

25Les fonctionnaires de l’État rattachés au service régional d’Architecture sont autorisés à travailler pour des particuliers à la demande de la commission municipale, au début du Protectorat, à un moment où aucun architecte diplômé n’était encore établi dans l’agglomération fassie. Cette dérogation aux règles administratives, prise localement à la demande de la commission municipale et en présence du maréchal Lyautey19, répond à une situation de crise particulièrement aiguë à Fès. Cette solution a également été adoptée à Meknès et dans la plupart des villes des régions du Sud marocain alors confrontées au même problème : le manque de professionnels qualifiés, qui préfèrent la sécurité financière que leur offrent les chantiers du littoral atlantique. Cette décision est approuvée par les divers services du Protectorat, locaux et centraux. Henri Prost lui-même justifie cette pratique selon lui indispensable, estimant qu’elle est préférable aux usurpations de titre qui produisent « d’ignobles bâtiments dont nous n’avons malheureusement que trop d’exemples sous les yeux » (ibid.). Adrien Laforgue partage ces vues et ajoute20 que, face à la crise, il est possible et même indispensable de déroger aux règles administratives habituelles. Tous deux souhaitent que les agents du Protectorat compétents continuent à travailler pour des commanditaires privés jusqu’à ce qu’un nombre suffisant d’architectes diplômés publics soit recensé dans les villes concernées par une pénurie.

  • 21 BNRM, Carton A 1425, Note confidentielle n. r. adressée, à Casablanca, le 31 juillet 1920, par le (...)

26L’administration se montre conciliante avec les agents de Fès, mais elle est visiblement plus soupçonneuse envers les fonctionnaires des grandes agences, en particulier celle de Casablanca, où la profession subit une véritable « gangrène morale ».21 En 1920, le chef adjoint du service topographique des Plans de villes, chargé d’établir un projet de réorganisation de la section topographique, constate un rendement curieusement inférieur à la normale. Après enquête, il impute cela à des travaux particuliers exécutés par quelques agents du service pendant leurs heures de bureau (ibid.). Le chef du service est directement mis en cause. Les pouvoirs publics tolèrent la constitution d’une clientèle privée uniquement lorsqu’elle se fait sur le temps personnel de ses employés et qu’elle est motivée par une réelle nécessité, comme contrecarrer le travail des usurpateurs de titre. Or ce n’est pas le cas à Casablanca puisque la capitale économique ne connait pas de pénurie d’architectes civils.

27À Fès, Marcel Jourdan et Léon Dumas, architectes au service des Beaux-Arts, M. Varaine du service des Ponts et Chaussées, Antoine Marchisio, architecte municipal puis chef du service régional d’Architecture, Gaston Demange, du service des Travaux publics, ou encore Boris Nazaroff, géomètre projeteur contractant aux Travaux municipaux, ont tous travaillé pour des particuliers alors qu’ils étaient fonctionnaires du Protectorat.

28Cette situation n’est pas sans susciter une polémique dans la société civile. « L’affaire Marchisio » illustre les conflits et débats autour de cette question. Antoine Marchisio, architecte municipal à Fès, a travaillé épisodiquement pour des particuliers, ce qui n’est pas contraire aux conditions fixées lors de son recrutement. En médina, un de ses clients, indélicat, a fait construire sans autorisation une passerelle reliant deux bâtiments et lorsque celui-ci est poursuivi pour ne pas avoir observé la législation, il compromet Marchisio en affirmant que ce dernier lui a donné verbalement sa permission. Marchisio est finalement blanchi, mais cette affaire met en débat la compatibilité des fonctions attribuées par le Protectorat avec l’exercice privé de l’architecture, et plus précisément leur impartialité et leur capacité à concilier les intérêts de la collectivité et les intérêts privés des propriétaires pour lesquels ils travaillent occasionnellement. Certains agents du Protectorat examinent, dans l’exercice de leur charge, les autorisations de bâtir. La constitution de cette double clientèle, parce qu’elle induit une position de juge et partie, remet donc potentiellement en question l’intégrité de l’administration.

  • 22 BNRM, Carton 520 (cote provisoire) : « Chambre de commerce de Fès, 1920-1928 », PV de la séance du (...)

29À la demande des architectes patentés de Fès, la chambre mixte de commerce, d’agriculture et d’industrie émet, en 1922, le souhait que les fonctionnaires « ne soient plus admis à concurrencer les architectes privés ».22 Des architectes patentés s’installent progressivement à Fès, ce qui nécessite de rééquilibrer les rôles afin, notamment, d’assurer l’équité du contrôle de l’architecte et la bonne marche des services. Progressivement sont cloisonnées la pratique privée de l’architecture et les fonctions administratives des agents du Protectorat.

Architectes régionaux et municipaux

  • 23 BNRM, Carton A 997 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, personnel de (...)

30Au cours des premières années du Protectorat, la ville de Fès est rattachée au service régional d’Architecture de Meknès-Fès qui est réorganisé le 1er mars 1920, lorsqu’il est scindé en deux agences régionales : l’une est située à Meknès, l’autre à Fès.23 Antoine Marchisio, à la tête de celle de Fès, étudie et exécute les édifices publics du territoire régional, et examine les autorisations de bâtir.

  • 24 Voir notamment BNRM, Carton A 1425, Lettre n. r., adressée le 10 avril 1920 par A. Marchisio au di (...)
  • 25 BNRM, Carton A 1425, Lettre n. r. adressée le 20 avril 1920 par Henri Prost au directeur des Affai (...)

31Toutefois, le salaire proposé est jugé insuffisant par la plupart des architectes municipaux et régionaux qui demandent son relèvement, afin d’obtenir une rétribution en rapport avec le surcroit de travail qui leur est imposé.24 Henri Prost, appelé à se prononcer sur la question, est conscient de la surcharge de travail de ces architectes, liée en particulier à l’examen des demandes d’autorisation de bâtir. Ce pénible travail ne peut être confié « qu’à un architecte bien doué, capable de conseiller ses confrères ».25 Il est très ingrat, « source d’ennuis continuels » (ibid.), parce qu’il rend le fonctionnaire impopulaire. Mais les autorités hésitent à permettre la rétribution par honoraires, en plus d’un traitement fixe, lorsque l’architecte édifie un bâtiment municipal, puisque les budgets municipaux sont serrés.

  • 26 BNRM, Carton A 363 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle financier, budget de la vill (...)

32Pour des raisons purement économiques, le personnel de ces services d’architecture est sans cesse réduit, à tel point qu’il peine à accomplir les tâches qui lui sont dévolues. En 1924, le chef de la municipalité note que cette carence a « probablement dépassé les limites du raisonnable »26, entraînant un « relâchement » de la surveillance des constructions et demande, à maintes reprises, le recrutement d’un nouvel employé. Ces réclamations ne sont pas suivies d’effet. Les agents du protectorat, las d’effectuer un travail sans cesse plus pénible puisque le personnel manque chaque année davantage, sont nombreux à céder à l’appel du privé.

Agences d’architectes

33Entre 1912 et 1956, plus d’une soixantaine de personnes portant le titre d’architecte ont travaillé, parfois de manière épisodique, à Fès-nouvelle. Ils sont issus d’horizons divers, le plus souvent des écoles d’ingénieurs ou des Beaux- Arts. Le nombre d’architectes patentés est proportionnel au développement, réel ou attendu, du milieu urbain dans lequel ils s’installent ; or la désignation de Rabat comme nouvelle capitale de l’Empire chérifien rend Fès moins attractive, et son développement, les années suivantes, ne parvient pas à compenser cette désaffection. La plupart des intervenants exercent leur profession dans d’autres villes du Maroc – principalement Meknès, Casablanca, Rabat, Tanger, Oujda ou encore Port-Lyautey –, certains n’ont édifié qu’une ou deux constructions dans la ville européenne, d’autres y ont travaillé plus régulièrement sans nécessairement s’y établir. Ces architectes sont généralement engagés par d’importantes sociétés ou des particuliers fortunés, des clients qui souhaitent faire appel à des personnalités renommées, dont la presse se fait alors l’écho, notamment Marius Boyer, les frères Élias et Joseph Suraqui, ou, plus tard, Henri Tastemain.

  • 27 Pendant trente-trois ans, cet architecte édifie en ville nouvelle plus de cent édifices.

34Douze architectes patentés domiciliés à Fès ont construit en ville nouvelle entre 1912 à 1956 (tableau 6). La plupart sont des hommes jeunes, tout juste diplômés, qui débutent leur carrière. Le premier architecte à ouvrir ses bureaux dans l’ancienne capitale makhzénienne est Pierre Aynié. Longtemps, il est l’un des rares architectes indépendants à travailler à Fèsnouvelle. Puis, progressivement, des agents du Protectorat ouvrent leur bureau et viennent le concurrencer, comme Gaston Demange.27 Dans les années 1920, plusieurs architectes viennent s’installer dans la ville qui commence enfin à prendre son essor. Les pouvoirs publics sont satisfaits de les voir enfin investir la capitale du Nord. Mais le vide juridique ne leur permet pas de donner le monopole de la construction à cette profession, concurrencée par les vendeurs de matériaux qui continuent à proposer des projets à moindre coût.

  • * Nous dressons ces listes à partir des permis de construire consultés aux AMF. Dans la mesure où ce (...)

Note **
Tableau 6. Professionnels possédant une agence d’architecte à Fès sous le Protectorat.

Juillet 1941 : réglementation du titre et de la profession

  • 28 « Dahir du 1er juillet 1941, portant création d’un Ordre des architectes et réglementant le titre (...)
  • 29 « Arrêté viziriel du 1er juillet 1941 pour l’application du dahir du 1er juillet 1941 portant créa (...)
  • 30 En France, la profession est réglementée le 31 décembre 1940, en même temps qu’est créé l’Ordre de (...)
  • 31 Notons toutefois que cette loi ne concerne nullement les « constructeurs marocains » qui travaille (...)

35Le cadre nébuleux qui régit la profession d’architecte n’est clarifié qu’après de longues années28, émaillées par divers débats plus vigoureux les uns que les autres. Comme en métropole, c’est sous Vichy, en 1941, que la profession connaît le profond bouleversement auguré vingt ans plus tôt. Le 1er juillet 194129, soit quelques mois après la France30, le titre et la profession d’architecte sont codifiés dans l’Empire chérifien, en même temps qu’est fondé l’Ordre des architectes qui regroupe tous les techniciens patentés exerçant régulièrement au Maroc.31

  • 32 Article 1 de l’arrêté viziriel du 1er juillet 1941, p. 717.
  • 33 À titre de comparaison, en Tunisie, le Code des obligations et des contrats, promulgué en 1906 et (...)

36Pour la première fois sont définis avec précision la fonction et le statut de l’architecte32, cet « artiste technicien qui compose les édifices, en détermine les proportions, les distributions, les décorations, en prescrit les moyens de réalisation, en dirige l’exécution, en apprécie et règle les dépenses ».33 Désormais, seules les personnes préalablement autorisées par les services du Protectorat peuvent porter le titre d’architecte et exercer cette profession au Maroc. Pour garantir la probité des architectes, les contrôles sont multipliés et les demandes de titre ne peuvent être validées qu’après avis du conseil de l’Ordre nouvellement créé par les services de la Résidence.

37Les conditions requises pour être agréé à pratiquer sont également précisées par cette loi. Il faut être diplômé ou posséder le titre d’architecte. Mais les personnes qui payent patente depuis au moins cinq ans à dater du 1er septembre 1939 peuvent aussi poursuivre leur activité, de même pour « les constructeurs qui auront conçu et exécuté d’importantes œuvres architecturales ». Les agents de l’État ou des municipalités depuis plus de cinq ans sont aussi dispensés de présenter un diplôme. Si le demandeur est fonctionnaire depuis moins de cinq ans, il a l’obligation de se soumettre aux « épreuves d’un examen d’État ». C’est également ce qui est prévu pour les personnes non patentées collaborant, depuis au minimum dix ans, avec des architectes diplômés. La réglementation s’est adaptée à tous les types de techniciens qui pratiquent la profession à cette époque, afin de permettre à toute personne compétente de poursuivre son travail dans des conditions meilleures.

  • 34 La liste est publiée chaque année au Bulletin officiel.

38À partir de 1941, les autorités doivent donc impérativement vérifier que les personnes qui signent un plan sont inscrites sur la liste des architectes autorisés, dressée annuellement par l’Ordre des architectes.34 Cette loi est appliquée avec soin. À partir de 1941, plus aucune autorisation de bâtir n’est accordée dans la ville nouvelle de Fès à un non-professionnel. Les architectes diplômés comme les agents du Protectorat regrettent que cette législation ait été promulguée tardivement, lorsque le centre de Fès et celui des autres villes nouvelles étaient déjà construits, alors même que les controverses entourant le statut de l’architecte ont éclos dès les années 1920.

39Fès-nouvelle est à la fois l’œuvre d’urbanistes et d’architectes reconnus et celle d’un grand nombre d’anonymes, propriétaires, géomètres, entrepreneurs, marchands de matériaux, etc. Le cadre législatif dans lequel elle se développe paraît coercitif. Toutefois, il a été pensé par une administration finalement souple dans l’application de la réglementation, une administration qui admet volontiers l’imperfection lorsqu’il s’agit de soutenir le développement urbain. Constamment, les pouvoirs publics transigent. Ils se satisfont tant bien que mal d’un vide juridique grâce auquel la pénurie d’architectes est quasiment compensée, les non-professionnels pouvant se substituer à eux jusque dans les années 1930-1940.

40Le paysage architectural est fortement marqué par cette diversité des maîtres d’œuvre. Rappelons toutefois que la hiérarchie du territoire de Fès-nouvelle, induite par l’usage du zoning et le contexte économique dans lequel évolue la ville, conditionne l’intervention des différents maîtres d’œuvre. Tandis que les professionnels formés à l’École des beaux-arts et dans les écoles d’ingénieurs ont produit, avec l’aide des services du Protectorat, un décor soigné et travaillé dans le centre-ville et les quartiers de villas de haut standing, les quartiers périphériques destinés aux classes moyennes ou réservés à l’habitat bon marché sont caractérisés par une extrême sobriété décorative. Les entrepreneurs du bâtiment et les propriétaires, particulièrement actifs dans ces zones, ont cherché avant tout la qualité fonctionnelle et sanitaire des édifices qu’ils projetaient, réduisant généralement le décor à sa plus simple expression.

Notes

1 « 20 années de Protectorat », Afrique du Nord illustrée, 21 mai 1932, n° 577, p. 54.

2 Lucien Janin, né le 2 juillet 1891, est nommé conducteur des Travaux publics de quatrième classe le 1er août 1920. Il fut provisoirement nommé ingénieur, chef du service de l’arrondissement de Fès et mis à disposition de Jean Hourdillé, ingénieur, conducteur des Ponts et Chaussées pour faire face au manque de personnel technique à Fès.

3 AMF, SAB, Dossier « Lot n° 104 du secteur d’HC », Lettre n. r. adressée le 23 mars 1921 par Lucien Janin au CSM.

4 AMF, SAB, Dossier « Lot n° 104 du secteur d’HC », Lettre n. r. adressée le 28 mars 1921 par le CSM à Lucien Janin.

5 Le service des Beaux-Arts modifie le dessin des façades qui ne semblent « pas être suffisamment bien pour un quartier de beaux immeubles comme celui de l’avenue de France », AMF, SAB, « Dossier n° 163 HPC », Lettre n° 3645, CSM à Aynié, s. d. (probablement 1930). Sur cette question, voir le chapitre vi, « Genèse du paysage architectural fassi ».

6 BNRM, Carton A 1425 : « Contrôle des municipalités, bureaux technique et administratif des Plans de villes, organisation du bureau des plans de villes, rapport de mission du service topographique, gestion du corps des architectes municipaux, organisation agence d’architecture, 1912-1923 », Lettre n° 574 adressée le 16 février 1922 par Henri Prost au directeur des Affaires civiles.

7 Il s’agit de J. Piérroti (né en Corse et installé à Fès depuis 1913), Raoul Aquadro (né en Algérie, à Fès depuis 1912), Charles Cuttoli, Paul Pichelin et Gérome Valat.

8 Il s’agit de la Compagnie marocaine.

9 BNRM, Carton C 242 : « Direction de l’Agriculture, du Commerce et de la Colonisation, importation de matériaux de construction, 1914-1928, commerce de fils de fer, tôles ondulées, plâtre fin, céramique, tuyaux, liste des entrepreneurs en maçonnerie et terrassement, 1914, sous-chemise Commerce international, importation de matières premières et matériaux de construction, de travaux publics et privés, généralités sur le commerce des matériaux de construction, 1914-1925 ».

10 Le ciment, dans les années 1910, est importé de Yougoslavie, d’Italie, d’Angleterre et surtout de France (avec les entreprises Boulogne-Maroc, les ciments Lafargue et Teil, Polivet et Chausson) et de Belgique. Dans les années 1920, quelques entreprises de production locale sont créées ; toutes sont situées dans l’agglomération casablancaise.

11 Les briques comme les tuiles sont essentiellement issues de la production française et espagnole.

12 BNRM, Carton 520 : « Chambre de commerce de Fès, 1920-1928, PV délibérations », Bulletin de la chambre mixte française consultative d’agriculture, de commerce et d’industrie de la région de Fès, n° 47, 12 décembre 1928.

13 C. Mengin, « L’organisation de la profession, les enjeux », 1997.

14 Voir en particulier BNRM, Carton A 1690 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, organisation et fonctionnement des services municipaux, 1912-1924 ».

15 BNRM, Carton A 1690, Lettre n. r. datée du 12 avril 1921, adressée par René Prévot au CSM.

16 Il s’agit en fait de l’inspecteur vérificateur au service régional d’Architecture de Fès, M. Crouzet, BNRM, Carton A 1425 : « Contrôle des municipalités, bureaux technique et administratif des Plans de villes, organisation du bureau des plans de villes, rapport de mission du service topographique, gestion du corps des architectes municipaux, organisation agence d’architecture, 1912-1923 », Lettre confidentielle n° 1694 adressée le 10 janvier 1921 par Henri Prost au directeur des Affaires civiles.

17 Circulaire citée par Henry Boyer, IFA, Fonds Laprade, 403 AP 6, Lettre adressée par Henry Boyer à Albert Laprade, le 17 juillet 1922.

18 AMF, Dossier « Service des Plans de villes », Lettre n° 295 AC, adressée par le directeur des Affaires civiles à René Prévot, le 7 mars 1922.

19 BNRM, Carton A 1425, Lettre confidentielle n° 1694, doc. cité.

20 BNRM, Carton A 1425, sous-chemise Service des Plans de villes, architectes municipaux, 1912-1922, Lettre n° 4378 adressée le 8 octobre 1921 par A. Lafargue, directeur général des Travaux publics, à René Prévot.

21 BNRM, Carton A 1425, Note confidentielle n. r. adressée, à Casablanca, le 31 juillet 1920, par le chef adjoint du service topographique des Plans de villes du Maroc au chef du service topographique des Plans de villes du Maroc.

22 BNRM, Carton 520 (cote provisoire) : « Chambre de commerce de Fès, 1920-1928 », PV de la séance du 27 février 1922 de la chambre de commerce, d’agriculture et d’industrie de la ville de Fès.

23 BNRM, Carton A 997 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle administratif, personnel de la municipalité de Fès, réglementation et gestion, 1919-1929 », Décision n° 6780 du directeur des Travaux publics.

24 Voir notamment BNRM, Carton A 1425, Lettre n. r., adressée le 10 avril 1920 par A. Marchisio au directeur des Travaux publics.

25 BNRM, Carton A 1425, Lettre n. r. adressée le 20 avril 1920 par Henri Prost au directeur des Affaires civiles.

26 BNRM, Carton A 363 : « Contrôle des municipalités, bureau du Contrôle financier, budget de la ville municipale de Fès, 1925 », Note adressée le 28 novembre 1924 par le CSM au service des Travaux municipaux.

27 Pendant trente-trois ans, cet architecte édifie en ville nouvelle plus de cent édifices.

28 « Dahir du 1er juillet 1941, portant création d’un Ordre des architectes et réglementant le titre et la profession d’architecte », BO n° 1498, 11 juillet, 1941, p. 716-719.

29 « Arrêté viziriel du 1er juillet 1941 pour l’application du dahir du 1er juillet 1941 portant création d’un Ordre des architectes et réglementant le titre et la profession d’architecte », BO n° 1498, 11 juillet 1941, p. 717-719.

30 En France, la profession est réglementée le 31 décembre 1940, en même temps qu’est créé l’Ordre des architectes.

31 Notons toutefois que cette loi ne concerne nullement les « constructeurs marocains » qui travaillent en médina et dans la ville nouvelle marocaine.

32 Article 1 de l’arrêté viziriel du 1er juillet 1941, p. 717.

33 À titre de comparaison, en Tunisie, le Code des obligations et des contrats, promulgué en 1906 et qui réglemente la profession, précise que l’architecte a en charge « la conception architecturale de l’œuvre, la coordination des études et la direction générale de la réalisation » (article 38). Document cité par N. Mezghani, « Le statut juridique de l’architecte en Tunisie », 1987, p. 8-19.

34 La liste est publiée chaque année au Bulletin officiel.

Notes de fin

* Nous dressons ces listes à partir des permis de construire consultés aux AMF. Dans la mesure où cette documentation est incomplète, nous avons pris le parti de donner des valeurs approximatives.

Table des illustrations

Légende Note **Tableau 6. Professionnels possédant une agence d’architecte à Fès sous le Protectorat.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 651k

© ENS Éditions, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search