Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Foucault et le christianisme

 | 
Philippe Chevallier

Introduction

Texte intégral

  • 1 DE no 4, « Préface », I, p. 189-190. Nous citons le recueil des Dits et écrits de Michel Foucault (...)
  • 2 DE no 4, « Préface », I, p. 193.
  • 3 P. Brown, Genèse de l’Antiquité tardive, A. Rousselle trad., Paris, Gallimard, 1983.
  • 4 J. Bernauer et J. Carrette éd., Michel Foucault and Theology. The Politics of Religious Experience(...)

1Les références à l’héritage chrétien sont constantes dans l’œuvre de Michel Foucault. Dès la préface à Folie et déraison (1961), le soleil nietzschéen éclaire d’une lumière noire un monde répressif appelé « Occident »1. Si l’adjectif chrétien n’apparaît pas dans ce texte, la dramaturgie qu’y déploie Foucault croise la question de « la Chute et de l’Accomplissement »2 et fait signe constamment vers l’implicite d’une culture. Par la suite, tout au long des cours au Collège de France, les dossiers vont s’accumuler sur le bureau du professeur : confession tridentine, pouvoir pastoral, rites baptismaux, parrêsia des martyrs, etc. L’abondance des références ne doit pas nous surprendre : comprendre ce qui, aujourd’hui, nous constitue sujets de nous-mêmes dans des rapports de savoir et de pouvoir demande de s’interroger sur la spécificité du rapport à soi que l’Occident a pensé et institué depuis ce que les historiens ont coutume d’appeler l’Antiquité tardive3. Une étude systématique des références de Foucault aux textes chrétiens, en particulier ceux des premiers siècles (iie-ve siècle), restait cependant encore à faire. Si la récolte est abondante, les ouvriers ont été peu nombreux, malgré le recueil dirigé par James Bernauer et Jeremy Carrette en 20044. Ce peu d’empressement de la part des spécialistes de l’œuvre de Foucault pourrait s’expliquer par un problème de méthode, auquel nous nous sommes à notre tour heurté : la possibilité ou non de trouver une approche systématique du christianisme chez le philosophe français.

2« Michel Foucault et le christianisme » : l’usage de la conjonction « et » dans le titre de notre étude peut en effet surprendre, tant est rare cette situation d’extériorité entre le philosophe et les objets qu’il manie, soucieux qu’il est toujours de les décomposer et les recomposer à volonté, plutôt que de les considérer comme constitués a priori en leur posant des questions de scoliaste. Ainsi du terme « christianisme », renvoyant naturellement à un événement fondateur et un vaste corps doctrinal qui l’interprète, formant un ensemble d’énoncés deux fois millénaires qui a sans doute sa cohérence propre, mais ne correspond pas au niveau d’analyse où opère Foucault. Ce dernier recueille des événements plus ténus, qui ne se groupent pas en ordre serré sous les vastes ensembles thématiques définis par l’habitude ou l’académie. De quoi « christianisme » peut-il donc être le nom ?

  • 5 La distinction est faite par Foucault quand il oppose à la caricature (qui simplifie un visage, le (...)
  • 6 DE no 342, « Polémique, politique et problématisations », II, p. 1417 (voir aussi un autre entreti (...)
  • 7 DE no 340, « Préface à l’Histoire de la sexualité », II, p. 1399. Nous croisons ici ce texte avec (...)

3Préférant recourir au nuage de points plutôt qu’au trait traditionnel, trop rigide, de l’historien5, Michel Foucault dessine à la surface de l’histoire des « problématisations ». Cette notion de « problématisation », qui apparaît dans les derniers entretiens du philosophe, ne décrit pas une totalité organique de pratiques et de discours mais seulement la constitution d’un problème à un moment donné de l’histoire, à partir d’un ensemble de difficultés posées aux individus par un domaine d’action ou un comportement (la folie, le crime, la sexualité). Le problème définit la forme générale dans laquelle ce comportement sera dès lors réfléchi et analysé, structurant ainsi le champ des solutions possibles6. Une « problématisation » n’est pas un esprit commun qui habite des discours, encore moins une idée qui fonde et justifie une règle ou un code moral, mais ce moment où la pensée prend du recul par rapport à une conduite particulière et la réfléchit d’une manière nouvelle. Ce n’est donc pas l’esprit d’une époque mais des « événements de pensée »7 qui sont ainsi désignés, irréductibles à des conditions historiques, sociales ou économiques, même s’ils n’en sont pas indépendants. L’analyse doit par conséquent opérer en deçà des solutions qui, ensuite, s’imposeront et pourront prendre la forme de « mentalités » ou de « systèmes de représentations » permettant à une société d’interpréter les actions et les événements. Mais une « problématisation » n’est pas en elle-même un système clos et contraignant, elle est un travail de la pensée qui distingue et répartit selon un ordre nouveau les éléments qui permettront l’élaboration de règles et l’énoncé de jugements discriminants. Ainsi, au lieu de retrouver sous notre expérience de la sexualité un « esprit chrétien » qui l’aurait produite, Foucault montre comment une nouvelle problématisation de la sexualité, qui appartient autant aux derniers stoïciens qu’aux premiers chrétiens, a rendu possible, parmi d’autres solutions, la formulation théorique « chrétienne ».

  • 8 Sécurité, territoire, population, p. 19-23. Le nombre d’occurrences du terme « problème » est part (...)
  • 9 Le Panoptique est une « solution » à un « problème » de ratio du pouvoir : Surveiller et punir, p. (...)

4L’analyse traditionnelle des grands ensembles culturels est ainsi déplacée. Reste qu’il faut tout de même partir des formulations théoriques terminales pour retrouver le problème initial. C’est bien en lisant le projet de réaménagement de la ville de Nantes au xviiie siècle que Foucault se renseigne sur le « problème » nouveau qui apparaît à cette époque : celui de la sécurité8. C’est bien en lisant Jeremy Bentham que Foucault approche du « problème » disciplinaire qui lui est contemporain9. Les formulations théoriques, incluant pour l’ère chrétienne les formulations théologiques, ne sont donc pas évacuées. Mais si les textes chrétiens sont à lire de près afin de comprendre le problème que le sujet occidental est devenu pour lui-même, faut-il pour autant conférer à l’objet « christianisme » une unité signifiante pour l’analyse ? Si les solutions données à une difficulté inédite dans le champ des pratiques sont multiples et souvent contradictoires, n’en va-t-il pas de même tout au long de l’histoire chrétienne ? Plus trivialement : qu’est-ce qui peut unifier l’ascétisme des Pères du désert et la pastorale augustinienne ? La doctrine de la confession à Port-Royal et la doctrine de la confession chez Medina ou Suárez ?

5Telle est la question que nous aborderons dans la première partie de notre recherche : avant de réfléchir à l’interprétation que donne Foucault de ce quelque chose que nous appelons communément « christianisme » (troisième partie), il convient de préciser comment, pourquoi, et à partir de quel moment ce complexe historique aux contours incertains est devenu pour le philosophe français un objet de pensée (première partie). Pour parvenir à ce résultat, le cours Du gouvernement des vivants (1979-1980) sera un lieu de référence, en particulier pour la notion de « régime de vérité » qu’il élabore.

6Entre la constitution de l’objet christianisme par Michel Foucault et son travail subséquent d’interprétation, s’est alors ouvert pour nous le domaine encore peu exploré du philosophe au travail : comment lit-il les textes, selon quels présupposés méthodologiques, avec quel art de la traduction ? L’attention scrupuleuse avec laquelle Foucault s’est penché sur les écrits chrétiens des premiers siècles nous a semblé une bonne occasion pour entrer dans les coulisses de sa recherche et de son enseignement (deuxième partie).

7Objet – Lectures – Interprétations : ces trois moments qui scandent le travail ici présenté sont bien entendu contemporains dans le travail du philosophe ; s’ils viennent à bouger, ils bougent de concert. Aussi avons-nous volontairement rusé pour éviter les redites, privilégiant certaines parties de l’œuvre pour éclairer chacun des moments. Il nous a semblé par exemple plus fructueux d’aborder la question de la confession tridentine dans la partie « Lectures » – puisque c’est d’abord l’usage des textes qui fait alors problème – et non dans la partie « Interprétations ». De même, le christianisme évoqué par Foucault dans Folie et déraison et certains articles des années 1960 consacrés à la littérature n’a pas encore à nos yeux la fermeté d’un « Objet » ni la rigueur d’une « Lecture » ; mais son « Interprétation » fait sens, si nous la mettons en regard du cours de 1979-1980.

8Ne suivant ni la logique chronologique ni la logique conceptuelle, le plan retenu a préféré se plier à la logique d’un travail, pour respecter la spécificité d’une pensée qui ne se déploie pas seulement à partir d’elle-même, mais également au rythme des découvertes provoquées par l’archive. À la croisée d’un questionnement philosophique et d’un matériau historique, la pensée de Foucault suit un mouvement complexe où s’enchevêtrent la constitution d’objets, l’affrontement aux textes et l’esquisse d’interprétations. Parce qu’il n’a pas donné lieu à un livre achevé comme le fut Surveiller et punir pour la prison, le christianisme est l’occasion de déplier les multiples paperolles d’une réflexion qui ne se résume pas à l’énoncé de certaines thèses trop simples sur les corps assujettis : il serait doux d’être grec et dur d’être chrétien. Comme nous essaierons de le montrer, le christianisme pour Foucault n’est pas d’abord la religion de l’obéissance et de l’aveu.

Notes

1 DE no 4, « Préface », I, p. 189-190. Nous citons le recueil des Dits et écrits de Michel Foucault dans sa deuxième édition : M. Foucault, Dits et écrits, t. I : 1954-1975, t. II : 1976-1988, D. Defert et F. Ewald éd., Paris, Gallimard, 2001. Afin que les détenteurs de la première édition puissent également s’y retrouver, nous faisons suivre l’abréviation DE du numéro et du titre de l’article. Les autres ouvrages publiés sous le nom de Michel Foucault seront cités directement, sans nom d’auteur, en mentionnant le titre dans sa version la plus brève et la plus commune. Les éditions utilisées sont indiquées dans la bibliographie, p. 7.

2 DE no 4, « Préface », I, p. 193.

3 P. Brown, Genèse de l’Antiquité tardive, A. Rousselle trad., Paris, Gallimard, 1983.

4 J. Bernauer et J. Carrette éd., Michel Foucault and Theology. The Politics of Religious Experience, Londres, Ashgate, 2004. Ce recueil se propose d’utiliser Foucault pour renouveler les approches traditionnelles des sciences théologiques (théologie pastorale, théologie des religions, etc.), ce qui n’est pas ici notre propos. Pour une discussion critique de ce recueil, voir M. Senellart, « Paradossi e attualità della soggettivazione cristiana », Dopo Foucault, Genealogie del Postmoderno, E. De Conciliis éd., Milan, Mimesis, 2007, p. 33-52.

5 La distinction est faite par Foucault quand il oppose à la caricature (qui simplifie un visage, le réduit à quelques traits simples en le vidant de son contenu historique), le « portrait-charge » qui remplit au contraire le visage des événements historiques dont il n’est plus que le simple transit : DE no 167, « Les têtes de la politique », II, p. 12.

6 DE no 342, « Polémique, politique et problématisations », II, p. 1417 (voir aussi un autre entretien no 350, « Le souci de la vérité », p. 1488-1489).

7 DE no 340, « Préface à l’Histoire de la sexualité », II, p. 1399. Nous croisons ici ce texte avec la définition donnée par Foucault de la problématisation dans deux entretiens : DE no 341, « Politique et éthique : une interview », II et DE no 350, « Le souci de la vérité », II. En effet, le texte « Préface à l’Histoire de la sexualité », s’il n’utilise pas le mot « problématisation », met l’accent sur la spécificité d’une « histoire de la pensée » comme lieu de constitution des formes d’expérience. Or, la problématisation est justement l’élément caractéristique d’une histoire de la pensée (DE no 342, « Polémique, politique et problématisations », II, p. 1416). « Histoire de la pensée » et « histoire des problématisations » sont donc synonymes.

8 Sécurité, territoire, population, p. 19-23. Le nombre d’occurrences du terme « problème » est particulièrement important dans ce passage d’une leçon de 1978 ; ce qui vérifie que le néologisme « problématisation », forgé dans les derniers entretiens, est bien une relecture cohérente des travaux précédents et non une invention tardive.

9 Le Panoptique est une « solution » à un « problème » de ratio du pouvoir : Surveiller et punir, p. 242.

© ENS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access