Version classiqueVersion mobile

L’urgence et l’effroi

 | 
Ninon Grangé

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Carl Schmitt utilise, au pluriel, le mot Politien, juste après avoir évoqué la politeia d’Aristote (...)

1Au terme de cette recherche, qu’avons-nous découvert ? L’étude de l’état d’exception est un champ expérimental permettant d’appréhender une dimension du politique, inaperçue dans la linéarité chronologico-historique, qui se saisit par ce que le politique en général conjure. L’état d’exception sous ses formes diverses utilise la mise en place ou simplement l’évocation de l’état de siège pour recoder la limite entre l’intérieur et l’extérieur et assumer ainsi la fonction apotropaïque de la cité. Cela ne va pas sans contradiction pour le droit positif ainsi que pour les rapports entre le droit institué et l’entité politique instituante. Le paradoxe, dans lequel nous avons la possibilité de voir l’essence de l’état d’exception, les difficultés à concevoir un phénomène du politique dont le nom est apparu récemment, le cercle vicieux que l’inscription juridique ou pseudo-juridique révèle dans les perméabilités entre droit et politique, tout cela éclaire le rôle actif de la forme « guerre civile » dans le politique, dans ce moment spécial où le droit déroge à lui-même, au risque de faire perdre son identité à la politie1. Pour autant, l’identité d’une entité politique étant introuvable, ou toujours en constitution et reconstitution, c’est sa permanence en question qui constitue le champ problématique de l’état d’exception : comment, au nom du même (la conservation), les fondements, l’origine et le droit d’une entité politique sont-ils radicalement changés ? Qui en décide ? S’agit-il dès lors d’une entité-ipse ou d’une entité-idem ? La cité perd-elle son âme ? L’abord technique de l’état d’exception, son prolongement en question d’essence politique infléchissent la définition de l’identité de la politie dans le sens d’une ontologie politique. S’il semble impossible de ramener l’entité politique à un être, on a rencontré cependant l’opposition juridique entre être et devoir-être, doublée de la question de l’existence politique. Car en renonçant à l’identité substantielle, en plaçant la vie politique en parallèle à la vie nue, telle que la conceptualise Agamben, c’est à l’existence permanente ou intermittente de l’entité politique que nous touchons.

2Plutôt que l’identité, c’est donc la question de la permanence de l’entité politique qui est en jeu. Un pan essentiel de l’essence du politique est ainsi mis en lumière, ne passant ni par la définition des institutions, ni par le nom des régimes, ni par la dispute constitutionaliste. L’état d’exception dévoile que la guerre civile est l’antithèse de la politie, qu’elle soit prévenue ou effective, qu’elle se décline en état de troubles, désordres intérieurs, discorde, dissolution… Mais, grâce à cette exploration, c’est à un réel politique complexe que nous atteignons, fait d’indifférenciation entre guerre interne et guerre externe : la prégnance de l’ambivalente conjonction « ou » – explétive, explicative, amalgamante, de l’expression « état de troubles intérieurs ou extérieurs » – est symptomatique du jeu d’échanges entre droit, non-droit, hors-droit, et entre anomie et normalisation.

  • 2 Carl Schmitt évoque, dans « L’ordre du monde après la Deuxième Guerre mondiale » (1962), les Phili (...)

3L’ambivalence de l’état d’exception, une fois dépassé le problème du cercle vicieux logique, se révèle au moment où Agamben le condamne. L’état d’exception a, dans l’histoire, été utilisé à des fins autoritaires, dictatoriales, contraires à l’État de droit et à la plus élémentaire liberté publique et privée. Cependant moment ouvert, espace hors-temps ordinaire, il est aussi possibilité de création, d’auto-engendrement révolutionnaire, d’invention du politique. À l’autre pôle, les écrits de Schmitt, qui sont loin de pouvoir être réduits à un décisionnisme exclusif, ou pire, à une justification théorique de l’État nazi, sont le reflet de l’ambivalence propre à la relation entre le concept d’état d’exception – objet au départ technique – et le concept du politique. Schmitt fait la synthèse entre la notion de politique et l’exception, sans jamais tomber dans le cercle vicieux de l’état d’exception, parce qu’il reste conscient de la possibilité et de la potentialité du pouvoir constituant. Le paradigme de la dictature, dont la tentative d’éclaircissement conceptuel réside dans l’invention de la « dictature constitutionnelle », est le signe de cette hésitation essentielle du politique face à sa puissance potentielle qui est la marque concomitante de son impuissance toujours possible. Exclure du droit, inclure dans le droit, dictature « externe » (autoritaire) ou dictature « interne » (romaine, constitutionnelle…), sont les termes du seul réalisme politique envisageable : la guerre civile est interne et externe à la fois. Schmitt évoque à plusieurs reprises, dans une référence médiévale, un status mixtus pour exprimer une essence conflictuelle du politique, où les intermédiaires entre guerre et paix sont multiples, mais sont multiples également entre deux guerres civiles2.

4Nous retrouvons la stasis par un autre cheminement que celui de la comparaison entre guerre externe et guerre interne. Elle est le concept du moment spécial d’indifférenciation des formes de guerres, moment interne d’une guerre extérieure ou bien guerre civile externalisée. Mais elle porte au-delà et joue, en un jeu des concepts, dans l’état d’exception. La stasiologie dévoile en négatif les strates cachées de la cité. L’étude de l’état d’exception confirme qu’il est trompeur de distinguer guerre étrangère et guerre interne, sinon par des caractéristiques secondaires. Si l’on renverse le point de vue, si l’on abandonne la prégnance du modèle de l’État-nation, si l’on accepte d’adopter comme angle perspectif l’entité politique elle-même, alors on s’aperçoit que le concept de la guerre, c’est-à-dire la stasis, rend compte d’une dimension essentielle du politique. Grâce à ces éléments et au concept de stasis, on peut alors comprendre l’intéressant parasitage entre droit interne et droit externe, ou plutôt entre pensée du droit du point de vue interne et pensée du droit du point de vue externe, qui, quant à l’état d’exception, ne peuvent plus être dissociés.

  • 3 Je paraphrase et cite Céline Jouin, « Le scénario hobbesien du Nomos de la terre », Carl Schmitt : (...)

5La faveur de l’expression « guerre civile mondiale » dans les années trente a décliné après-guerre. Qu’elle reparaisse aujourd’hui, sous la plume d’historiens ou dans le renouveau des études schmittiennes, devrait être compris comme un symptôme de la nécessité de repenser la souveraineté, non pas pour annoncer sa mort, mais bien pour en décrypter tous les aspects qui passaient naguère pour minimes, et qui se logent dans les passions et la fantaisie politiques. L’état d’exception contraint à un repositionnement du concept de droit par rapport au politique, et à une prise en compte sérieuse du retrait de la lex, dans la réflexion philosophique, au profit du nomos. La défaite des nazis en 1945 sonne le glas d’une utilisation antipositiviste de la notion de guerre civile mondiale, à tel point que Schmitt lui-même la met en retrait pour accompagner le renversement opéré par les juristes allemands, comme Wilhelm Grewe, qui entendent après 1945 revenir au droit de la guerre classique pour éviter une autorité surplombante qui condamnerait l’Allemagne irrémédiablement et en plusieurs sens. Céline Jouin l’analyse : Schmitt et d’autres réactualisent le « scénario hobbesien » pour éviter qu’une instance internationale ne punisse l’Allemagne de crimes qui n’étaient pas définis comme tels au moment où ils ont été commis. C’est dire que des juristes d’obédience différente retournent à la règle et « luttent alors contre ce qu’ils appellent l’Ausnahmevölkerrecht ou le Sondervölkerrecht (le droit international d’exception) que les Alliés forgent “sur mesure” pour punir les crimes du nazisme ». Plus d’appel à la clausula sic stantibus (assouplissement du respect des traités quand certaines conditions changent), mais bien à un droit international positif3 ! Ce que l’on retient de cet épisode, c’est que l’international est secondarisé par rapport aux concepts qui décrivent généralement le politique intérieur. Les références ordinaires, dans une guerre, sont à la guerre-duel, quand bien même la réalité en serait très éloignée. L’état d’exception opère le parasitage inverse : l’interne est premier par rapport à l’externe. Dans la guerre civile, l’ennemi public est un rabattement mortifère de l’ennemi extérieur sur l’intérieur ; dans l’état d’exception, l’intérieur, le citoyen, est devenu comme étranger. On comprend que l’après-guerre 1945 fasse, à l’occasion notamment des procès de Nuremberg, éclater au grand jour le parasitage entre intérieur et extérieur, et révèle la forme de stasis sous-jacente au politique. Si, pour le dire rapidement, la querelle weimarienne sur le gardien de la Constitution est dépassée, si Schmitt est écarté, l’exception continue de focaliser, de manière peut-être moins visible, la dialectique entre intérieur et extérieur. La guerre civile mondiale, le droit international qui franchit l’ancien seuil de l’ordre européen, les entrechocs de l’extérieur et de l’intérieur, constituent une réorganisation majeure des concepts du droit et de la guerre.

6L’impossible saisie de l’état d’exception par le droit, alors même que toute régulation ne peut venir que de celui-ci, impose à la pensée de tenter de sortir de la circularité. En revanche, la circularité ainsi identifiée est révélatrice d’une conception de la souveraineté qui ne change pas en apparence, alors même que l’international et l’interne sont de plus en plus imbriqués, et que cette imbrication n’est pas au premier chef juridique. C’est précisément de cette difficulté qu’Agamben tente de sortir en recourant à la conceptualisation spatiale du droit et du politique. En faisant intervenir l’élément essentiel du spectre de la guerre civile, on a montré qu’il fallait absolument lui adjoindre une réflexion sur le temps politique, distinct du temps historique compris comme linéaire. Continuités, discontinuités, ruptures sont autant d’éléments qui permettent l’analyse de l’état d’exception dans l’état politique. Les fictions, en l’occurrence, traitent à leur manière le temps du politique, ignorant la chronologie historique fruit d’un accord scientifique et culturel momentané, reconfigurant, performant le politique dans une temporalité qui n’est plus du tout linéaire et qui dépend aussi bien du point de vue des « vainqueurs » que du point de vue des « vaincus », qui relève de rapports de pouvoir et de domination, qui établit la forme du lien entre gouvernement et peuple.

  • 4 Giorgio Agamben, Homo sacer, ouvr. cité, p. 47.

7Les sphères se choquent là où une distribution devrait partager les ordres. Je considère comme un symptôme révélateur qu’Agamben « fictionne » l’état de nature et l’État de droit comme deux cercles distincts, l’état d’exception étant figuré par l’intégration, au centre de la sphère de l’État de droit, du cercle de l’état de nature ; puis, « quand l’exception tend à devenir la règle, les deux cercles coïncident »4. Plutôt que la figuration spatiale schématique procurée par Agamben, je retiens que pour exprimer le pessimisme de cette coïncidence, outre qu’il effectue incidemment la substitution du spatio-temporel au seul spatial, il utilise clairement la fiction, la figure-fiction de la dissolution :

  • 5 Ibid.

Ce qui s’est produit et qui continue à se produire aujourd’hui sous nos yeux, c’est que l’espace « juridiquement vide » de l’état d’exception (où la loi existe dans la figure – c’est-à-dire, étymologiquement, dans la fiction – de sa dissolution, et où il pouvait ainsi arriver tout ce que le souverain considérait de fait comme nécessaire) a brisé les limites spatio-temporelles et, débordant de ses cadres, tend désormais à coïncider partout avec l’ordre normal, à l’intérieur duquel tout devient ainsi à nouveau possible.5

8Ainsi la nécessaire réévaluation de la temporalité dans un sens politique et non historique révèle l’étoffe fictionnalisante du politique, les multiples bases de fiction performative de la politie. Ou en d’autres termes, ce qui ouvre un nouveau champ après celui inauguré par la stasiologie, la temporalité politique est fabriquée par des fictions, considérées dans un sens large qui ne se limite pas aux discours galvanisants ou autoritaires des gouvernants, aux récits mythologiques ou aux constructions mémorielles. L’état de siège, à la fois notion juridique, événement militaire ou pseudo-militaire, fiction politique ou expression d’une peur collective, est un pivot.

9L’état de siège fictif est une fiction d’actualité. La langue anglaise des rapports de l’ONU dit state of siege or emergency. Alors même que les guerres internationales ne sont plus des guerres de siège, au sens où le siège serait le procédé privilégié de vaincre, et que la poliorcétique n’a plus d’existence dans les différentes stratégies, le siège réapparaît, soit sous une forme réelle (isolée mais cruciale pendant la Deuxième Guerre mondiale avec Stalingrad, bien présente dans des guerres civiles récentes : Sarajevo, Damas, Alep), soit sous une forme fictive qui recueille les données de l’état d’exception. La res militaris est secondarisée, le siège fictif a d’autant plus de réalité. Ainsi il convient de renverser les perspectives : on a vu que le camp était un paradigme spatial de notre présent démocratique marqué par le non-droit. À la sphère du non-droit (ou du hors-droit) dans le droit concrétisée par le camp, dont le modèle Auschwitz se répercute sur les camps de rétention administrative, il faut opposer la perspective inversée. Si l’on tient compte du modèle du siège plutôt que du camp, alors il faut revisiter à la fois l’intérieur et l’extérieur d’une entité politique et considérer le camp de réfugiés palestiniens, comme zone de non-droit certes, mais aussi comme une place assiégée. Les camps de réfugiés palestiniens existent en Palestine, en Israël, au Liban. À chaque fois, le siège prend une certaine forme : impossibilité de circuler, couvre-feu, absence des droits élémentaires, détention arbitraire, non-représentation politique, etc. La Palestine n’étant pas un État et subissant occupation et colonisation, on peut aller jusqu’à considérer l’entité Palestine tout entière comme une entité assiégée, nouvelle Masada. La ressaisie du temps politique, la factualisation par les fictions deviennent alors la possibilité d’une nouvelle naissance du politique.

  • 6 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999, p. 26.
  • 7 Voir par exemple ibid., ainsi que Passages par la fiction, B. Binoche, D. Dumouchel dir., ouvr. ci (...)

10La praxis révolutionnaire prend un nouveau sens, celui issu de la saisie du temps politique en dehors de tout désir de normalisation, il s’agit alors de « faire événement ». L’analyse philosophique de l’état d’exception se prolonge en une nouvelle philosophie de l’histoire encore à venir, qui tiendrait compte de la discrépance entre temps historique et temps politique. La conscience du rôle de la guerre civile et de l’état de siège dans la vie politique actuelle et passée devient une remise à niveau de la définition du politique et de l’identité de la cité. Ont été dévoilées plusieurs dimensions possibles de la politie : deux possibles au moins, deux logiques, deux réels, qui ne reposent pas conceptuellement sur le binôme paix et guerre mais sur l’illusion de l’état de guerre et la réalité, même métaphorique, de l’état de siège. L’illusion est une « illusion référentielle »6 qui est aussi une production référentielle : une dimension que les fictions politiques décrivent et à laquelle la stasiologie se consacre. L’univers politique est beaucoup plus stratifié que l’étude des faits sociaux seuls et des institutions le laisse penser. Réjouissons-nous : le réel politique est aussi de l’étoffe des fictions, la littérature, au sens très large, fait aussi partie de la vie politique. Non pas la littérature au sens de « fictions ludiques »7, mais les fictions politiques, comme le contraire du jeu, comme un temps qui n’est pas ritualisé mais scandé. Alarmons-nous : l’état d’exception est ainsi, parmi d’autres, une expérience de l’incertitude politique saisissable par l’étude des fictions.

  • 8 Voir François Ost, Les temps du droit, ouvr. cité, p. 186-187.
  • 9 Voir Giorgio Agamben, État d’exception, ouvr. cité, p. 68.

11En vérité l’état d’exception est le concept qui révèle la naissance inavouable du pouvoir, où réel et imaginaire ne sont pas opposés, où force et faiblesse sont réversibles. Dans l’un et l’autre cas, le rôle du peuple est aussi insaisissable – mais à saisir – qu’il est crucial : il consent ou il agit, au moment où le politique est le plus fragile par essence, par naissance, au moment où il est ultra-puissance d’une force de loi originaire. Le cercle vicieux du droit, qu’on ne peut appréhender qu’avec un point de vue sur le droit, est en fait ce moment où le droit se retire du politique, laissant la politie face à son état de nature, assimilé depuis les contractualistes à la guerre civile, et face à la possibilité d’une nouvelle naissance du politique. En fait, il faudrait remplacer l’anomalie d’un droit paradoxal par un avant du droit que l’on peut redécouvrir sous la notion de nomos. Cela peut se traduire par le dépassement de l’opposition entre jusnaturalisme et positivisme, tous deux se concevant comme hors du temps, ou bien, ce qui en l’occurrence est la même chose, comme éternels8. Là où Agamben constate l’anomie du droit9, ne pourrions-nous convertir le constat critique et pessimiste en une tentative de mise à nu du politique et ouvrir de la sorte la possibilité d’une nomalie, d’une organisation du politique selon un nomos qui, tenant compte de la temporalité spéciale politique, répondrait à d’autres vœux que ceux véhiculés par l’histoire ? Que les fictions factualisent est un constat, que nous soyons conscients que le pouvoir est aussi faible qu’il est fort et qu’il est possible de le faire naître à tout moment est un espoir.

Notes

1 Carl Schmitt utilise, au pluriel, le mot Politien, juste après avoir évoqué la politeia d’Aristote en réaction aux nomoi de Platon : Der Nomos der Erde, Berlin, Duncker & Humblot, 1950, p. 37 ; le traducteur en français reprend « polities », Nomos de la terre, ouvr. cité, p. 71. Jean Baechler (« Éléments de sociologie de la guerre », Res militaris, vol. 1, no 1, 2010), Frédéric Ramel (Images de l’ennemi et construction européenne dans l’après-guerre froide. L’absence de politie européenne, thèse de doctorat, Université Lyon 2, 1999) font usage de la notion de politie.

2 Carl Schmitt évoque, dans « L’ordre du monde après la Deuxième Guerre mondiale » (1962), les Philippiques de Cicéron qui vit, expérimente et pense ces états intermédiaires sur le moment, pour le contrer idéalement avec le recours-retour impossible au Jus publicum Europaeum, où les États seraient « solidement » souverains et séparés : La guerre civile mondiale, ouvr. cité, p. 71-72.

3 Je paraphrase et cite Céline Jouin, « Le scénario hobbesien du Nomos de la terre », Carl Schmitt : nomos, droit et conflit dans les relations internationales, N. Grangé dir., ouvr. cité.

4 Giorgio Agamben, Homo sacer, ouvr. cité, p. 47.

5 Ibid.

6 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999, p. 26.

7 Voir par exemple ibid., ainsi que Passages par la fiction, B. Binoche, D. Dumouchel dir., ouvr. cité.

8 Voir François Ost, Les temps du droit, ouvr. cité, p. 186-187.

9 Voir Giorgio Agamben, État d’exception, ouvr. cité, p. 68.

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search