Version classiqueVersion mobile

L’urgence et l’effroi

 | 
Ninon Grangé

Chapitre IV

Fictions façonnantes

Texte intégral

« Il n’y a pas lieu de s’étonner qu’après avoir été averti de l’innocence essentielle du jeune marin, le digne homme ne levât pas un doigt pour détourner le sort funeste qui attendait ce martyr de la discipline martiale. Agir ainsi eût été non seulement aussi vain que d’en appeler au désert, mais encore transgresser avec audace les limites de sa fonction, laquelle était aussi exactement prescrite par le règlement militaire que celle du maître d’équipage ou de tout autre officier de marine. Pour parler franc, un aumônier est le ministre du Prince de la Paix servant dans l’armée du Dieu de la Guerre, Mars. Comme tel, il est aussi incongru qu’un mousquet le serait sur l’autel à Noël. Pourquoi donc est-il là ? Parce qu’il sert indirectement le but attesté par le canon ; parce qu’il prête, lui aussi, la sanction de la religion des doux à ce qui est pratiquement l’abrogation de tout hors la Force brute. »
Herman Melville, Billy Budd
 
Quels vieillards sommes-nous ! quels enfants sommes-nous !
Quel rêve, hommes d’État ! quel songe, ô philosophes !
Quoi ! pour que les griefs, pour que les catastrophes,
Les problèmes, l’angoisse et les convulsions
S’en aillent, suffit-il que nous les expulsions ?
Rentrer chez soi, crier : – Français, je suis ministre
Et tout est bien ! – tandis qu’à l’horizon sinistre,
Sous des nuages lourds, hagards, couleur de sang,
Chargé de spectres, noir, dans les flots décroissant,
Avec l’enfer pour aube et la mort pour pilote,
On ne sait quel radeau de la Méduse flotte !
Victor Hugo, « À ceux qu’on foule aux pieds », L’année terrible

Fictions et identité

1J’ai tenté de cerner les problèmes afférents à l’émergence, dans un temps finalement récent, de l’état d’exception. Dans cette optique, j’ai distingué ce qui relevait de la guerre civile – crainte, conjuration ou réalité, spectre – dans l’état d’exception. L’idée de guerre civile éclaire ce qui se joue dans l’instauration de l’exception et dans ses justifications. Pour autant l’intérêt qu’on peut porter à la notion ne tient pas à son usage par les gouvernements, mais bien à ce qu’elle révèle du politique en lien avec la plus grande crainte qui puisse frapper une entité politique : l’extinction par l’intérieur. Ainsi, nous pensions que l’état d’exception décrété ou seulement étudié allait nous apprendre quelque chose sur la guerre civile, et nous nous apercevons que la guerre civile éclaire l’état d’exception. Ne se pourrait-il pas qu’un double effet de ricochet soit à l’œuvre dans cette vie du politique qui ne réside pas dans l’évolution des institutions ?

2D’un point de vue spatial, l’état de siège militaire puis politique correspond à la structure conférée à l’état d’exception, aussi bien historiquement que conceptuellement. Du point de vue du temps, j’ai montré que les temporalités à l’œuvre dans l’état d’exception et, partant, dans le politique, étaient multiples et complexes, au moins dans le sens où elles ne correspondaient pas à une philosophie de l’histoire. Ce qui a été montré comme un paradoxe propre à l’état d’exception se révèle à deux dimensions : spatiale – l’encloisonnement du sans-droit à l’intérieur d’une sphère du droit – et temporelle, elle-même comprise comme impératif d’action (l’urgence), impossibilité du choix à faire (la nécessité), prise en compte du risque et de l’imminence attendue (projection et anticipation de l’extinction politique), complication historique du progrès et de la domination (le temps des opprimés et la révolution), projet politique différent à partir d’une même situation de départ (l’état d’exception de Vichy et les Résistances). Le temps politique est bien une catégorie qui joue au moins dans l’exception, peut-être davantage encore dans la constitution, configuration, ou invention de l’entité politique.

3Avec cette prise en compte des dimensions temporelles qui sont le plus souvent simplifiées à l’extrême par la rhétorique politique, du moins dès lors qu’elle émane du pouvoir en place, j’ai pu montrer que les deux événements politiques de l’état de siège et de la guerre civile permettaient une définition plus aiguë de l’état d’exception. Cela ne signifie pas qu’ils se confondent ; l’état d’exception ne saurait être autre chose qu’un corollaire technique à ce qui se joue dans l’état de siège et dans la guerre civile, eux-mêmes étant intrinsèquement liés. C’est une chose de faire de l’état d’exception la forme même de nos démocraties libérales actuelles, c’en est une autre, non contradictoire, de l’évaluer grâce à la perception de la guerre civile et de l’état de siège dans l’entité politique en danger. À partir du moment où la prémisse ne consiste pas en une focalisation sur la démocratie, donc sur les régimes, nous sommes entraînés dans une réflexion sur la forme politique elle-même, archaïque au sens où elle n’est pas encore organisée, constituée, en institutions démarquées. Dès lors la question de la « dictature démocratique » de Lénine ou de la démocratie dictatoriale passe au second plan. En revanche, un double effet de ricochet apparaît à la faveur de la reconsidération du problème sous l’angle de l’espace et du temps ensemble, et des opérateurs que constituent l’état de siège et la guerre civile pour la réflexion. Non seulement l’état d’exception dirait quelque chose de la guerre civile, mais il dirait quelque chose, non pas de la démocratie ou de la dictature, mais bien de l’entité politique elle-même. L’hypothèque de la relative nouveauté de la notion de l’état d’exception ne saurait être maintenue. L’état d’exception révèle peut-être un aspect de la modernité, ou de la postmodernité, il n’en demeure pas moins que l’exception traverse toutes les questions de souveraineté, sans forcément apparaître nommément, dans la forme juridique qu’elle a prise depuis le 11 septembre 2001 ou un peu avant, en réalité depuis l’éclairage d’Agamben dans les années quatre-vingt-dix, c’est-à-dire depuis la découverte du concept philosophique d’état d’exception.

Du temps à la fictio civitatis

Siège, frontières, murs : la géométrie inversée et la temporalité

4Le cœur de l’interrogation sur ce qu’est un état d’exception a été trouvé dans l’état de siège qui, de militaire, est métamorphosé en état de siège fictif, mimant ainsi, avant que de la rencontrer en réalité, la guerre civile. En miroir la guerre civile latente, conjurée, repoussée, se trouve immédiatement actualisée dans les états de siège. L’état d’exception doit ainsi être directement mis en relation avec la dialectique de la réalité et de la fiction : il est la possibilité de la réalité de la guerre civile, celle-ci étant la condition temporelle de l’état d’exception comme il a été montré précédemment. La forme contradictoire est bien présente, mais pas au sens juridique. La contradiction porte sur la relation redimensionnée entre réalité avérée (l’événement) et condition de possibilité. Une solution à cette difficulté consisterait sans doute à généraliser les événements et à considérer le temps de la guerre en général combiné à l’exception entendue comme nécessité. Mais la complexité se muerait alors en simplicité. Tout au moins soulignons que l’état de siège est un voile sur la guerre civile, protection et masquage simultanés. La procédure politique est alors identifiée à du certain pour contrer l’incertain. Dans ce mouvement, on peut dire que le droit épouse la volonté de rendre certain quelque chose qui ne l’est pas, que le droit a une teneur constitutive, morpho-poïétique, voire performative. Le droit est ainsi la partie émergée, visible, prescriptive du rapport que l’entité politique entretient avec elle-même : le droit est ce que met en avant l’entité politique pour se définir, pour dire ce qu’elle est. L’identité se confond là avec le « dit » de la cité, avec son auto-narration, qui se raconte en dehors des schémas mythologiques, historiques et juridiques. Sans même tenir compte, en premier lieu, du rapport entre fiction et langage, on comprend que la substance du politique est performative, notamment et sans doute le plus visiblement dans la guerre.

  • 1 Eyal Weizman, reprenant la terminologie des militaires israéliens, parle d’« essaimage » et d’« in (...)
  • 2 Voir toute la série de concepts deleuziens adoptés par les stratèges israéliens, ibid., p. 44, les (...)
  • 3 Eyal Weizman, À travers les murs, ouvr. cité, p. 69.
  • 4 Ibid., p. 90.
  • 5 Gillo Pontecorvo, La bataille d’Alger, Igor Film et Casbah Film, 1966 ; Terry Gilliam, Brazil, Emb (...)
  • 6 Eyal Weizman, À travers les murs, ouvr. cité, p. 73. L’analyse locale se double d’une analyse glob (...)

5Réalité et possibilité, réalité et fiction, visible et masqué, tels sont les termes de la dialectique propre à la souveraineté révélée par l’état d’exception. L’état de siège a précisément la fonction à la fois littérale et métaphorique qu’ordinairement on ne trouve que sous la forme de l’image à distance de la réalité. Si l’on pense aux frontières, on perçoit bien qu’en termes de concepts politiques, et étatiques en l’occurrence, la réalité tient à l’image et que les lignes elles-mêmes n’existent pas. L’état de siège devenant, de militaire, politique est censé, dans la panoplie des opérations politiques, effectuer la même métaphorisation : la citadelle assiégée, la défense des remparts, l’isolement dans une entité constituée, tout est aisément métaphorisé pour dire une réalité de l’entité politique en danger. C’est bien ce qui frappe lorsque l’image, dans un mouvement de retour, revient à une forme de concrétisation quasi incompréhensible. Les murs des camps d’internement, de rétention, de concentration, d’extermination, frappent les esprits aussi parce qu’ils sont une apparition concrète de ce qui était censé rester à l’état d’image conceptuelle. Des sociologues, on l’a vu, se sont ainsi réclamés de l’état d’exception analysé par Agamben pour comprendre les camps de rétention administrative. Eyal Weizman repense les murs d’une ville en étudiant les stratégies et la justification de ces stratégies par l’armée israélienne quand elle investit des villes palestiniennes ou, plus précisément, des camps de réfugiés palestiniens : le mur n’est plus ce qui délimite un espace de vie privée, ce au-delà de quoi l’État n’a littéralement plus rien à voir, il est au contraire ce qui permet le passage des soldats, leur évitant ainsi de passer par les rues. Les trous dans les murs se substituent, en tant que stratégie d’invasion et d’occupation1, voire de terreur, à l’antique pratique des barricades faisant obstacle à l’armée régulière. C’est donc en termes d’espace, et même d’espace d’architecture urbaine, que Weizman analyse la nouvelle stratégie israélienne depuis 1967, depuis la seconde Intifada. Il note que les généraux interrogés, souvent catalogués « à gauche », reprennent directement et consciemment des notions et des concepts de philosophes français, parfois même intégrés dans le cycle des études militaires et stratégiques : Deleuze, Guattari, Debord, plus que Derrida jugé trop obscur. Ces philosophes sont censés avoir procuré, bien malgré eux, tout un arsenal de concepts concernant la compréhension et l’interprétation de l’espace, renversant la relation classique entre le dehors et le dedans, fourbissant les théories d’une « géométrie urbaine inversée », où le dehors n’est plus la ruelle interdite de passage pour les militaires israéliens qui se défient des snipers, et qui ne doivent plus considérer une fenêtre comme l’ouverture par laquelle on voit, la porte comme l’endroit par lequel on entre. Le dehors, c’est la maison, par laquelle on passe « à travers les murs ». Étrange retour des concepts puisque ces philosophes des années soixante étaient eux-mêmes largement influencés par la pensée de la guerre comme phénomène irrégulier, incarné par les guerres de décolonisation et la guerre de guérilla. La notion clausewitzienne de « friction » est dépassée par les espaces « lisses » et « striés », par les analyses des « machines de guerre » et d’« appareil d’État » de Deleuze, dont l’armée israélienne fait un abondant usage2. La concrétisation est matérialisation vitale pour les militaires israéliens, qui évitent ainsi les pièges classiques de tout combattant de guérilla (les Palestiniens, comme les Algériens à Alger, avaient eux-mêmes déjà subverti l’espace classique de la guerre, en utilisant tunnels, passages, souterrains, pour leurs déplacements). Les concepts convoqués ne se rapportent pas à la seule nouveauté de la guerre de guérilla, déjà théorisée et mise en pratique par les rebelles aussi bien algériens que chinois, mais aussi à une guerre de guérilla conçue directement ou indirectement comme état de siège, ce qui est particulièrement prégnant pour la « bataille d’Alger » comme pour la résistance palestinienne aux occupations israéliennes. Le mur n’est plus une protection, c’est au contraire un élément de transparence, de visibilité. Ainsi, le « camp » de réfugiés palestiniens est une première sphère de l’état d’exception ; la visibilité et le passage à travers les murs, comme subversion de l’état de siège par la guérilla urbaine, c’est-à-dire interne, en sont le dépassement : « Une brèche ouverte dans le mur qui constitue une frontière physique, visuelle et conceptuelle révèle de nouveaux horizons au pouvoir politique, et fournit du même coup la représentation physique la plus claire qui soit du concept d’“état d’exception”. »3 La notion de frontière devient logiquement, dans l’analyse de Weizman, un concept purement militaire et une illusion politique. Désormais entourée de guillemets, elle ne signifie plus ce qu’elle est censée délimiter ; l’inversion de la géométrie spatiale tend à être résolue en transparence toujours plus pénétrante : « Tant que le mur est perçu comme indéfiniment perméable et transparent sur un seul de ses côtés, Israël reste souverain dans les territoires palestiniens, car il peut déclarer lui-même l’exception qui lui permettra d’invalider le statut juridique de ses “frontières”. »4 Cette phrase de conclusion a pour pendant la parole réitérée d’un stratège israélien qui affirme que peu lui importe quel mur, quelle frontière seront dessinés, tant qu’il peut passer à travers les murs, c’est-à-dire tant qu’il peut à sa guise réorganiser l’espace politique. Ce n’est pas un hasard si Weizman considère cette stratégie comme un dépassement de celle de la barricade dans la ruelle, évoquant la Commune de Paris, Alger, Hué, Beyrouth, Jénine et Naplouse, ajoutant les films La bataille d’Alger et Brazil5. Mais il faut tenir pour décisif qu’il en vienne finalement, sans en noter l’aspect matriciel, à la bataille de Stalingrad, siège s’il en est, où apparaît la nouveauté d’un commandement disséminé, non centralisé6.

6Ainsi l’espace traduit le politique, lui procurant des images comme les frontières, mais le retour est violent, dès lors qu’il s’agit de concrètement faire des trous dans les murs. La traduction dans une langue imagée se distingue de la traduction comme concrétisation réelle. Mais ce que le militaire exprime en termes d’espace, et dans l’analyse de Weizman, comme espace urbain repensé par des architectes authentiques ou autoproclamés, devrait aussi inclure la dimension temporelle. Ce qui passe, ce qui se passe, dans les camps palestiniens soumis à un régime d’exception, révèle chaque fois un projet politique et une inscription dans la durée, quand bien même celle-ci serait fugace et précaire. Le pouvoir politique, qui a le monopole de la parole légale sinon légitime, s’entend à traduire toute nécessité ainsi ressentie en termes d’urgence. C’est-à-dire que l’urgence politique ainsi définie accélère la temporalité politique. L’état d’exception est une manière d’« aller plus vite », d’accélérer le temps de la décision et partant le temps politique. Tout se passe comme si cette vitesse devait modifier, même partiellement, provisoirement, superficiellement, la conduite de la cité alors que, de facto, cela change la forme politique. La temporalité de l’état d’exception prend la vitesse de la continuité et de la rupture, qui ne sont plus susceptibles d’être analysées que par la temporalité. La différence entre continuité et changement, dans sa temporalité paradoxale, n’est plus prise en compte par l’état d’exception, qui l’écrase.

7En renversant la perspective, pour reprendre un élément déjà signalé, on dira que l’état d’exception révèle à la fois la puissance et la faiblesse politiques, dans un curieux mélange où le discours de puissance pourrait être aussi compris comme un discours d’impuissance, devant l’urgence qui conduit à employer des moyens aussi visibles et problématiques. C’est pourquoi décider de l’exception peut aussi signifier la création ex nihilo d’une sphère hors espace-temps où celui qui décide est souverain. En un sens le stratège israélien ne dit pas autre chose que ceci : peu importe le tracé des frontières et les délimitations souveraines, tant que je suis maître de l’espace, c’est-à-dire du temps politique. En ce sens, la notion d’état d’exception, de paradoxale, devient fortement ambiguë, puisqu’elle est la marque simultanément de la puissance et de l’impuissance politique. Autrement dit, la maîtrise de l’espace et de l’image-tracé des frontières ne garantit pas la maîtrise du temps politique, beaucoup plus difficile à réaliser. Ainsi, si nous considérons l’état d’exception comme, non pas un espace plus ou moins matérialisé, mais comme une sphère hors espace-temps – ou créant ses propres dimensions –, alors on peut dire qu’un résistant crée aussi sa propre sphère d’exceptionnalité, appelée elle aussi, en conséquence logique, à se transformer en ordinarité. La différence entre deux types d’état d’exception devient alors la différence de mouvement entre conserver l’entité politique (avec tous les prétextes que cela peut supposer) et instaurer une nouvelle entité politique, que l’on retrouve dans les assemblées créant ex nihilo un pouvoir constituant. Ainsi, la souveraineté maximale voisine avec l’impuissance maximale dans l’état d’exception, l’une étant à tout moment susceptible de se retourner en l’autre.

Fictions de la cité, articulation avec la guerre

  • 7 Voir Hermann Heller, Hegel und der nationale Machtstaatssgedanke in Deutschland, 1921 ; Europa und (...)
  • 8 Voir Hermann Heller, « Politische Demokratie und soziale Homogenität », Gesammelte Schriften, ouvr (...)
  • 9 Il semblerait que naisse à l’heure actuelle un foisonnement très varié de l’exploration de la noti (...)
  • 10 On pourrait ainsi opter pour un modèle symétrique qui au status naturalis oppose le status civilis (...)

8La notion de fiction est ambiguë, trop indéterminée pour constituer un réel concept philosophique. Je l’utilise dans une fonction provisoire. Elle nous permet d’avancer dans la compréhension de ce qui se joue dans l’entité politique et plus précisément dans l’entité politique soumise à l’état d’exception. Elle dépasse cependant la seule acception d’une instrumentalisation par le discours politique, d’une fictionnalisation propre à justifier les fascismes. Le terme de fiction peut ainsi être nettement connoté péjorativement, il faudra s’en souvenir. En effet il existe une définition restreinte, sous la forme d’une « fictionnalisation du politique », que Hermann Heller donne aux fictions, relais de la « toute-puissance politique ». Les fictions recouvrent ainsi le mot, purement péjoratif, pour dénigrer l’adversaire fasciste7. Heller analyse les fictions notamment à partir de la réception et de l’usage des mythes soréliens. Il s’affronte aux théories de Schmitt8, qui pourtant ne valorise pas cet aspect de la violence selon Sorel et reste ambivalent sur les fictions juridiques et politiques. Sans connoter d’emblée péjorativement la notion de fiction quand elle dit et façonne la cité, posons d’emblée qu’elle est différenciée, tout en s’en inspirant dans son esprit le plus large, de la littérature. Plus exactement il s’agit sans doute d’un débordement de la littérature sur la philosophie, mais la question reste entière9. On pourrait ne retenir que la fonction narrative, mise en œuvre en politique par les story-telling, self-talking, etc., mais ce serait négliger la fonction imaginaire propre aux fictions. Or j’entends plutôt souligner l’édification, la création par les représentations imaginatives, de l’entité politique. L’invention qui devient immédiatement mise en pratique, c’est la fonction performative propre au politique. Sur le modèle de la fictio juris se construit ainsi la fictio rationalis ou la fictio civilis10, et c’est bien là mon horizon. Mais sera préférée l’expression de fictio civitatis, que je justifierai. Il est très facile, de même que d’imager les concepts politiques de la souveraineté en traçant des frontières sur le papier, de recourir à la comparaison avec la grammaire, le langage, la linguistique, comme en témoigne mon recours à la performativité. Il ne s’agit pas de comprendre l’état d’exception comme un acte de langage mais bien plutôt de s’appuyer sur la créativité même de ces expressions. En revanche, c’est au modèle juridique romain que renvoie précisément la fictio civitatis que j’invente. Ainsi, l’on peut s’en remettre à l’antécédent romain de la fictio juris tout en adoptant la perspective proprement fictionnaliste issue du post-kantisme.

  • 11 Hans Vaihinger, La philosophie du comme si, trad. C. Bouriau, cahier spécial no 8 de Philosophia S (...)
  • 12 Hans Kelsen, « Contribution à une théorie des fictions juridiques, centrée sur la philosophie du c (...)

9Hans Vaihinger, dans une perspective très englobante, à l’inverse de toute acception péjorative, met en lumière la créativité propre à toute fiction, dans tous les domaines mais spécifiquement là où on ne l’attend pas nécessairement : les mathématiques et le droit. Cependant Vaihinger conçoit les fictions comme des outils de connaissance, tandis que les fictions politiques telles que je les entends sont des outils de performation du politique, et non pas seulement par conséquent des outils d’analyse du politique. Vaihinger ne spécifie pas des fictions qui seraient véritablement politiques. Il note pourtant l’importance des fictions dans ce domaine, en relation avec les mathématiques, révélant que « la psyché procède, dans des domaines entièrement différents, selon un même principe »11. Néanmoins le passage par Vaihinger peut éclairer notre usage de la fictio civitatis, à condition de prendre en compte les deux interprétations successives que Hans Kelsen en fait, qui estime d’abord que Vaihinger se trompe quand il parle des fictions du droit, ensuite, dans un infléchissement notable de sa propre interprétation, qui considère que Vaihinger commet moins une erreur qu’il n’éclaire avantageusement la distinction entre fiction et hypothèse. Vaihinger lui-même, tout en maintenant fermement que les fictions, pour être effectives et utiles à la connaissance, doivent rester en contradiction avec la réalité et être corrigées dans la suite du raisonnement qu’elles permettent, insiste sur leur « artifice » comme « espèce particulière de produits logiques » et sur leur « activité fictionnante » (p. 28). Retenons qu’elles sont des produits logiques, car Vaihinger vise la fonction logique des facultés de connaissance : « Le critère d’une bonne fiction est simplement sa fécondité pratique pour le calcul » (p. 66). Cependant dans la mesure où nous avons mis en lumière un lien entre logique, temps et politique, cette caractérisation peut être retenue précisément dans sa fonction logique. Sans les traiter aussi abondamment que les autres sortes de fictions, Vaihinger, dans ses annonces, tend constamment à privilégier les fictions du droit en même temps que les fictions mathématiques. Ce qu’il répète concernant les « situations complexes et tout particulièrement […] les questions d’économie politique touchant les rapports sociaux et moraux » (p. 34) est inversement proportionnel à l’importance quantitative de leur traitement. Sans approfondir, Vaihinger note les synonymes des fictions dans l’usage qu’il en fait : « inventions, illusions, chimères, fantaisies, idées fantastiques, imaginations, idées imaginaires », mais également « concept limite » (p. 103-104). Ainsi, dans l’exploration des fictions, les domaines relevés par Vaihinger apparaissent comme d’importants points d’ancrage, avec ceci de notable qu’il les cantonne à une force de production logique, pour le raisonnement, et non à des performations. Vaihinger écarte la fonction proprement narrative des fictions, puisqu’il ne s’agit pas d’un domaine de connaissance scientifique. Sachant que Vaihinger s’est consacré à l’étude de Kant, on pourrait s’étonner qu’il ne laisse aucune place à un schématisme. Les critiques en deux temps que lui adresse Kelsen peuvent être comprises comme un symptôme de ce refus par Vaihinger des fictions littéraires d’une part, politiques d’autre part, comme si Kelsen notait, en décalage, un manque dans l’élaboration de Vaihinger : « Pourtant Vaihinger connaît parfaitement la véritable nature du droit ! Il souligne en effet à plusieurs reprises que la fonction du droit n’est pas de connaître l’étant », s’exclame-t-il12.

  • 13 Ibid., Présentation par Christophe Bouriau, p. 13.
  • 14 Voir Hans Kelsen, Théorie pure du droit, trad. C. Eisenmann, Paris, LGDJ, 1999 ; et Théorie pure d (...)
  • 15 Voir Hans Kelsen, « Contribution à une théorie des fictions juridiques, centrée sur la philosophie (...)
  • 16 Voir l’analyse qu’en fait Christophe Bouriau dans sa Présentation.
  • 17 Hans Kelsen, « La fonction de la Constitution », ibid., p. 94.

10Kelsen comprend bien ce que Vaihinger inaugure en mettant l’éclairage sur les fictions : la possibilité féconde de construire, sans relation avec quelque ontologie que ce soit ; la capacité d’une fonction purement imaginative qui doit rester non réelle ; l’invention d’une « construction contrefactuelle, sans corrélat dans l’être »13. Christophe Bouriau souligne le problème : « Kelsen peut-il adopter la fiction au sens vaihingerien du terme sans assumer dans le même temps l’un des traits typiques de la fiction théorique (selon Vaihinger), à savoir son statut d’expédient seulement provisoire de l’enquête scientifique ? » (p. 37) Bouriau y voit le signe de la séparation entre l’un et l’autre : Vaihinger veut « connaître la réalité », Kelsen veut « fonder la pratique juridique de validation des normes » (p. 45). L’infléchissement est bien dans cette lecture approfondie des fictions du droit vaihingériennes par Kelsen, qui privilégie des passages finalement limités dans La philosophie du comme si, mettant ainsi en lumière la fonction productrice plutôt qu’épistémique contenue dans l’ouvrage. Kelsen distingue la pratique juridique elle-même du sens de la pratique chez Vaihinger ; théorie du droit et science sont ainsi séparées. Kelsen sent bien la friction qui peut exister entre une fiction de connaissance appelée à disparaître après raisonnement et une fiction du droit supposée fonder la norme fondamentale14. La connaissance porte sur l’être, le droit sur le devoir-être15. Le droit n’est pas censé produire des connaissances, mais bien fonder des normes utiles pour la société, en ce sens la fiction juridique est totalement détachée de la réalité, puisqu’elle contribue à la créer, ajouté-je. En ce sens, la fiction juridique basée sur la comparaison (als ob, wie wenn) selon Vaihinger opère en ramenant un cas A à un cas différent B. Pour Kelsen, Vaihinger commet une erreur : le droit n’opère pas ce genre de comparaison, il maintient la distinction entre A et B, en fait il maintient une fiction en tant que fiction, qui ainsi ne disparaît pas puisqu’elle est le fondement même de l’appui pyramidal sur la norme fondamentale. Le droit opère un remplacement de la réalité. En fait Kelsen, dans son premier article, reproche bien plus à Vaihinger l’analyse de ses exemples de fictions juridiques qu’il ne remet en cause leur importance16. En reconnaissant à sa norme fondamentale le statut de pure fiction, Kelsen reconnaît que Vaihinger a découvert un aspect essentiel du droit et a contribué à déjouer le rapport que l’on établit d’ordinaire entre fiction et réalité. Mais ce faisant, après la distinction établie entre hypothèse, appelée à être vérifiée ou invalidée, et fiction, qui demeure contradictoire de la réalité, il radicalise la fonction purement irréelle de la fiction, et partant de la norme fondamentale dont la caractéristique « est non seulement de contredire la réalité, mais, de plus, d’être contradictoire en soi »17. La norme fondamentale est donc une fiction et non pas une hypothèse comme Kelsen reconnaît l’avoir caractérisée de manière erronée.

11Ce passage par une difficulté de Vaihinger traitée par Kelsen me permet de nuancer la notion de fiction, telle que j’entends en user. Il ne s’agit de rien de moins que de considérer les fictions comme un moyen naturel de la psyché humaine pour résoudre des problèmes complexes, pas nécessairement scientifiques, dans un moment de crise par exemple, et, partant, comme le résultat, transposé au domaine exclusivement politique, d’une volonté même vague de performation du politique. La cité peut conserver les fictions dans leur statut de fiction fondatrice, sous la forme de la Constitution ou de mythes fondateurs et structurants, mais les fictions, si elles sont soumises à une volonté de performation, peuvent fort bien faire passer l’imaginaire à la réalité. Performer la réalité serait ainsi l’autre versant de la prise de risque, de la puissance-impuissance consistant à recourir à l’état d’exception. L’état d’exception serait alors ce moment inventé, flottant, où la possibilité peut rester possibilité ou bien devenir réalité (juridique, législative, etc.). Exclure est le mouvement même de cette ambivalence entre fiction et réalité formée, entre ennemi conceptuel et ennemi réel. Il ne s’agit pas là d’une actualisation mais bien d’une performation puisque le politique est formé (performé et transformé) dans ce moment où l’on recourt à l’état d’exception, écart délibéré par rapport à l’ordinaire, à la légalité, à la légitimité, pour transformer le réel et « sauver » l’entité politique. Les fictions n’ont en ce sens rien à voir avec une potentialité du politique. Elles sont le fil de la puissance-impuissance du politique, le moment où le maximum de pouvoir concentré est aussi aveu de faiblesse. La question est bien une question de puissance et non d’autorité, de sorte que l’on comprend rétrospectivement la nécessité de prendre le problème en amont des discussions juridiques, au lieu de répondre aux critères du pouvoir, de l’autorité, des lois mises en œuvre. On comprend également pourquoi le paradoxe spatial était aussi un paradoxe temporel. La suspension du droit par le droit est le moment du risque du pouvoir certes, mais aussi le moment où les fictions politiques peuvent être visibles, où l’on peut voir que l’édifice politique est un artifice (au risque de retomber dans l’état de nature, de retomber dans la guerre civile, de renoncer au transfert des droits, etc.) et que le pacte social, le contrat social, la norme fondamentale sont des fictions et le restent, enfin que l’on bâtit le politique sur de l’imagination. Voiler la guerre civile revient à dévoiler la cité ; au risque d’implosion interne est substitué le risque d’effondrement sur ses bases. L’ambiguïté propre à l’état d’exception, selon qu’on le fait pencher du côté du pouvoir fort et concentré ou bien du côté du pouvoir constituant révolutionnaire, devient évidente : révéler que les fictions ont un rôle dans la construction de la cité, c’est prendre le risque de la détruire, d’en saper les fondements si fragiles, de faire verser le politique dans le plus rude rapport de force. Fictio civitatis est le nom de ce remplacement risqué qui, pour conjurer la guerre civile ou ce que l’on veut bien donner pour de la guerre civile, révèle les artifices imaginaires qui fondent une cité ; elle désigne aussi les processus que tout discours, toute logique utilise pour façonner l’entité politique. Le génitif est à la fois objectif et subjectif : civitas est sujet et objet de la fiction tout à la fois. Ce qui permet l’édification d’une entité politique est aussi le moment où elle est le plus en danger, danger qui est réactivé dès lors qu’est décidée la sortie du temps ordinaire. Ainsi, la fiction édificatrice peut devenir à double tranchant : à des fins de construction, accepter le risque de guerre. La fictio civitatis ne connaît plus ni vérité ni mensonge, elle est imagination façonnante, volonté de performation.

  • 18 Étienne Balibar, « Le Hobbes de Schmitt, le Schmitt de Hobbes », préface à Carl Schmitt, Le Léviat (...)
  • 19 Ibid., p. 39.
  • 20 Carl Schmitt, Gesetz und Urteil. Eine Untersuchung zum Problem der Rechtspraxis, 1912, Berlin, Bec (...)
  • 21 Carl Schmitt, La valeur de l’État et la signification de l’individu, ouvr. cité, p. 114.

12Le retournement en son contraire, la prise de risque qui devient fatale, ne sont pas chose extraordinaire dans la constitution politique. L’hypothèse et la fiction de l’état de nature rassemblent les éléments de la problématique conflictuelle du politique. C’est à une nouvelle lecture de Schmitt que nous sommes ramenés. Étienne Balibar le note, lorsqu’il retrace les lectures croisées de Hobbes, Schmitt et Strauss18 : au principe de la conflictualité de l’état de nature, il n’y a pas la méchanceté humaine chez Hobbes, mais une « innocence pré-morale », que Schmitt lu par Strauss comprend comme une nature humaine portée à la conflictualité. Ce qui doit être nié selon Hobbes doit être affirmé selon Schmitt lu par Strauss, à savoir le rapport aux ennemis. De là, Balibar parvient à l’idée de « fictions opérantes »19, à propos cependant des seules fictions juridiques, qui prolongent ces prémisses morales en théorie de la représentation : les citoyens se reconnaissant auteurs des décisions sont une fiction, avec la légalité et la légitimité se résolvant dans la question du tiers souverain. Schmitt ne fait pas des fictions le cœur de sa réflexion philosophique. Cependant il aborde de manière décalée la fiction juridique, d’abord dans un texte de 1912, Gesetz und Urteil, ensuite dans sa thèse de 1915, La valeur de l’État et la signification de l’individu, qui marque un net infléchissement de la notion, et qui reste pourtant secondaire, notamment sous l’effet de la lecture de Vaihinger. Schmitt emploie, dans cette « jeune » période, la notion de « fiction » comme une fiction juridique classique20, qui peut aussi bien être fortement nuisible lorsqu’elle correspond à une simple illusion21. Dans La valeur de l’État et la signification de l’individu, Schmitt raisonne encore en pur juriste et ne traite de la fiction juridique que sous la forme de la personnalité juridique, quoique, en un certain sens, il la conçoive comme opposée au sujet de droit. Il est pourtant important de remarquer qu’il pose le problème en ne remettant pas en cause la primauté de la norme d’une part, et qu’il part du principe suivant d’autre part : « avec quelle souveraineté les conceptions juridiques se sont opposées au simple réel » (p. 138). Citant Vaihinger dont il reconnaît l’importance des travaux pour l’éclaircissement des fictions juridiques, il lui adresse cependant une critique, qui n’est pas du même ordre que celle de Kelsen : par « naturalisme », Vaihinger introduit le « faux » dans les fictions juridiques, alors que celles-ci, rigoureusement, n’ont à voir ni avec le vrai ni avec le faux dans le sens où elles sont contraires au réel, sans pour autant, souligne Schmitt, « [contenir] un sens autonome » (p. 138) comme il pense le lire chez Vaihinger. Schmitt tient à l’« antinaturalisme » propre au droit. La « volonté contractante » est un exemple de ce genre de fiction juridique, détachée du réel et fonctionnant cependant pour lui, de manière non autonome. Les pages de Schmitt sont serrées, elles mettent sur le même plan une conception originale des fictions, par rapport au positivisme juridique et par rapport à l’idéalisme de Vaihinger, et des prémisses assez convenues. En opérant une analogie avec « l’enseignement catholique », Schmitt emprunte ce qui deviendra chez lui l’idée d’une sécularisation politique des concepts théologiques. En effet, pour expliquer la teneur d’une fictio juris, il passe par l’analogie avec le charisma veritatis. Le charisme n’est pas la substance de l’expression, mais il y a charisme parce qu’il y a la vérité ; il « se réalise par la simple attribution d’une fonction et c’est elle qui devient constitutive du charisme » (p. 138). Ainsi, la fiction ne devient elle-même que parce qu’elle donne fonction au droit, parce qu’elle lui donne réalité sur des bases fictives, contraires à la réalité. Le contenu du concept repose sur une inversion logique de l’équilibre entre deux noms d’une même expression : le génitif, désignant la fonction, est la véritable essence de ce qui est ainsi conceptualisé. L’erreur consisterait – et Vaihinger selon Schmitt ne la commet pas – à confondre sans reste les fictions et la notion de personne juridique. Retenons l’exemple développé par Schmitt des successions notariées. Pour Schmitt, la succession par testament est une fiction juridique par excellence, par laquelle le droit assure « une sorte d’immortalité ». Sans aucune limite temporelle, en contradiction avec la loi de la corporéité, la succession réalise cette fiction flagrante de l’immortalité. « Par ce phénomène élémentaire de la vie juridique, cette immortalité démontre presque sa supériorité sur les catégories d’histoire naturelle et biologique » (p. 139). Il y a bien là une permanence de l’identité par la personnalité juridique, qui passe par la fiction.

  • 22 Carl Schmitt, La notion de politique, ouvr. cité, p. 73.
  • 23 Carl Schmitt, « La question clé de la Société des Nations », Deux textes de Carl Schmitt, ouvr. ci (...)

13Mais pour saisir l’articulation entre guerre, fiction et état d’exception, il convient de remettre la notion en situation. « Le cas de guerre est resté, jusque dans le présent, l’épreuve décisive par excellence. En cette occasion, comme en beaucoup d’autres, on peut dire que c’est la situation d’exception qui revêt une signification particulièrement déterminante, révélatrice du fond des choses. »22 Schmitt combat, pendant tout l’après-Première Guerre mondiale, le système du droit international régi par la nouvelle SDN. Dans « La question clé de la Société des Nations », Schmitt adopte en premier lieu la notion de fiction juridique, au sens classique du terme. Mais, dans le feu de sa critique à l’égard de la SDN, il infléchit la fiction juridique dans un sens politique. La SDN selon lui faillit à son ambition d’être une « substance politique » à part entière, d’abord parce qu’une « substance internationale », « sujet indépendant doté d’une existence propre [qui] aurait la faculté de distinguer sa propre existence de celle des États et de la défendre en cas de menace »23, est introuvable, d’autre part parce que la SDN est en fait la courroie de transmission des volontés hégémoniques de quelques puissances occidentales, les vainqueurs de 1918. Au lieu d’inventer une nouvelle souveraineté, la SDN ne fait que reconduire la souveraineté étatique. En dénonçant la fausse « garantie » contre la guerre que la SDN prétend définir, contenir et interdire, Schmitt transforme la fictio juris en fictio juris ac civitatis, c’est-à-dire qu’il lui donne, aussi, un sens politique. Les différentes procédures prévues par la SDN que Schmitt énumère sont à ses yeux des prétextes, suites du traité de Versailles honni. « Statu quo territorial », protection « contre la guerre “en général” », « indépendance politique », « garantie contre une agression », « garantie contre une menace », « contre une provocation », « contre tout trouble de la paix » (p. 37 et suivantes), sont dénoncés l’un après l’autre par Schmitt, non pas comme des fictions juridiques, mais comme des fictions tout court, qui prennent alors le sens de « mensonges ». La fiction juridique devient alors l’alibi international-juridique qui masque une fiction mensongère. C’est particulièrement visible dans le point f) qui traite de la « protection contre tout fait qui est assimilé à une agression par effet d’une présomption ou d’une fiction juridiques » (p. 41-42) : la fiction juridique amène à la fiction mensongère. Toute agression à l’égard d’un membre de la SDN devient, par fiction, attaque de tous les autres membres. Il ne s’agit effectivement pas là de l’invention d’une substance politique indépendante, mais d’une commutativité entre ses membres. « De telles fictions, écrit Schmitt, créent ordinairement des fardeaux unilatéraux au détriment d’un État déterminé. Dès lors elles s’analysent comme étant politiquement motivées et dépourvues de sens juridique. » Ainsi les fictions devraient demeurer juridiques et, pour ce faire, ne pas répondre à quelque motif politique. Or, la mauvaise fiction vient polluer et transformer la fiction juridique. La fiction motivée politiquement, sous couvert d’être juridique, pervertit le système même des fictions juridiques. Notons que Schmitt poursuit immédiatement avec une référence à sa Dictature et à l’état de siège fictif « venu compléter l’état de siège réel ». Ainsi, le politique, méconnu ou ignoré comme politique, pervertit le système procédural de la fictio juris : « Le droit international parcourt ici, pour des raisons politiques, la pente dangereuse de la fiction » (ibid.). Le politique utilise la puissance propre au droit et certains États, en position de force, définissent les faits déclencheurs de la fiction selon leur volonté. Schmitt n’hésite pas à le marteler :

C’est seulement si la fiction s’adresse également à tous et que des zones démilitarisées existent de part et d’autre, qu’il devient possible d’y voir une institution juridique. Dans le cas contraire, cette fiction n’est rien d’autre qu’un moyen commode d’oppression politique de l’adversaire. L’histoire de ce qu’on appelle un état de siège fictif en fournit des exemples. (Ibid.)

14Il est notable que Schmitt privilégie ici un argument de pur juriste, cela pour dénoncer les vues « politiques » de ceux qu’il veut dénoncer non sans mauvaise foi – ainsi, il n’est pas du tout évident que cette mesure se prenne au détriment d’un État qui se retrouverait seul face à une communauté des nations. Mais le recours par deux fois à l’état de siège fictif qu’il a traité dans La dictature précise sa méthode argumentative : ce qui est dénoncé n’est pas le politique lui-même, c’est la manière politique de faire passer le politique pour du juridique, dénaturant ainsi toute préoccupation de droit. Il faut en convenir avec Schmitt au moins sur un point : les définitions de la guerre et de l’agression par la SDN introduisent plus d’ambiguïtés que de clarté, elles brouillent le rapport entre définition de la souveraineté et définition d’une souveraineté internationale. On peut lire cependant, entre les lignes, que la fiction prend alors un nouveau sens non élucidé. Liée à l’idée de « menace imminente » et à son identification (qui appartient selon Schmitt à une seule « clique » : Chamberlain est accusé de se réserver la désignation, la décision de la « menace imminente »), la fiction devient pur et simple moyen d’oppression, elle crée les faits plutôt qu’elle n’en émane pour rétablir un ordre après passage par le droit. Elle est un « moyen d’oppression » comme l’était l’état de siège fictif qui pourtant n’était pas, dans La dictature, aussi clairement identifié à un moyen illégitime d’opprimer. La fiction est alors la force qui travaille souterrainement aux transformations juridiques et politiques, à ceci près qu’un juriste fait primer la fiction juridique sur le politique (la fictio de droit modifie le fait politique et le réel, comme dans les successions par exemple), tandis qu’un « vainqueur » fait primer le politique sur la fictio juris, rendant celle-ci inopérante (il utilise le terme de fictio pour désigner en fait un moyen politique). Ce que dénonce là Schmitt m’apparaît comme le type même de la fictio civitatis, à ceci près qu’elle n’est pas systématiquement négative (moyen d’oppression) comme semble le laisser entendre ici Schmitt, attitude qu’il ne conservera pas dans la suite de ses écrits.

  • 24 Carl Schmitt, « Le passage au concept de guerre discriminatoire », ibid., p. 77. Voir aussi Carl S (...)
  • 25 Voir Emmanuel Pasquier, « Le pirate et la Maison Europe : Carl Schmitt et le droit international p (...)

15« Le passage au concept de guerre discriminatoire » reprend la tonalité du précédent texte en accentuant l’accusation à l’égard des « Grandes Puissances » et de la SDN. Les « fictions trompeuses »24 procèdent d’une nouvelle définition de la guerre. La SDN devient une instance de droit international qui définit un jus belli ac pacis, « qu’on le veuille ou non ». Schmitt prétend que la SDN et le droit international ainsi défini reconduisent la guerre juste. Le droit international correspond donc à des fictions qui recouvrent « la situation réelle du droit international public actuel », c’est-à-dire la « guerre civile internationalisée » (p. 77). Porteuse d’un nouveau « pouvoir constituant » (p. 88) libéral, la SDN, produisant des fictions trompeuses et transformant ainsi la guerre internationale en guerre civile internationale, devient normative (note 71, p. 100). Que le droit international prime sur le droit interne souverain choque Schmitt, que la SDN en tire une capacité normative supra-étatique au lieu de constituer une instance souveraine à part entière est à ses yeux une contradiction. Contradiction redoublée par le fait que, si le droit international prime, c’est-à-dire s’il subsume le droit interne sous sa loi, alors c’est le droit interne, la Constitution, qui est menacé de fiction25. La fiction s’est transportée du présupposé législatif à l’hypothèque sur la Constitution. C’est à une confusion dans les termes, dommageable pour toute la conception de la guerre et des relations entre États, que mène le glissement de la fictio juris à une fiction politique. Le concept de guerre devient indéterminé : actio ou status, « procédé juridique » ou « institution juridique », « self-help », « procédé extra-juridique » ou « fait indifférent au droit », « volonté de guerre » ou simplement « faits objectifs […] seuls constitutifs de son existence » (p. 110). Ainsi c’est toute la belligérance qui migre du droit au politique. L’effet immédiat d’un tel état de la définition du concept de guerre conduit à la négation de toute neutralité possible et radicalise les relations entre États en simplifiant toute question de leurs rapports à celle entre guerre ou non-guerre. L’absence de neutralité possible mène, selon Schmitt, à la guerre civile mondiale comme situation de fait des États entre eux.

  • 26 Jean-Claude Monod, Penser l’ennemi, affronter l’exception, ouvr. cité, p. 81.

16Cette analyse pourrait mener à considérer l’état d’exception comme une fictio civitatis appelée à être réalisée – ce serait là la performativité politique. Jean-Claude Monod pose la question de savoir si « juridiciser » ainsi n’est pas « toujours préparer la possibilité de la dictature »26. Il interprète la « dialectique interne du concept » d’état d’exception comme précisément la fiction réalisée, performée : « La norme est niée mais pour instaurer une nouvelle norme ou pour préserver la norme elle-même » (p. 81). En ce sens il y aurait au cœur de l’état d’exception un élément fictif qu’on décèle chez ceux-là mêmes, comme Schmitt, qui récusent l’usage abusif des fictions politiques. Monod reprend le point de vue de la constitution dans le temps :

  • 27 Lire aussi la Préface de Sandrine Baume à Carl Schmitt, Der Hüter der Verfassung, ouvr. cité.

Mais il faudrait ajouter – ce que Schmitt ne fait pas – qu’il peut s’agir là d’une pure fiction, le « maintien » du droit ou de la constitution antérieure peut être largement, voire totalement, fictif, de même que la constitution « à venir » peut… ne jamais venir : au droit antérieur peut se substituer intégralement une pratique de gouvernement qui fait du droit une coquille vide, entièrement transformée de l’intérieur par des décrets-lois. (p. 82)27

  • 28 Carl Schmitt, Legalität und Legitimität [1932], Berlin, Duncker & Humblot, 1993, p. 61.
  • 29 Voir Carl Schmitt, La dictature, ouvr. cité, p. 129 et suiv., sur le vide juridique et Rousseau.

17Monod souligne à juste titre ce qui fait le centre de gravité de l’attitude à la fois critique et constructive de Schmitt : l’opposition entre légalité et légitimité, et de souligner de manière cohérente « la question perturbante de Schmitt : une constitution peut-elle “fournir une méthode légale pour l’abolition de sa propre légalité et […] le moyen légitime de la destruction de sa propre légitimité”28 ? » (p. 36). J’ajouterai que la légalité et la légitimité sont ce que Rousseau ne pense pas et que Schmitt voudrait qu’il eût pensé avec la volonté générale. Si Rousseau avait réussi, Schmitt aurait pu espérer fonder l’état d’exception non pas seulement sur le président du Reich mais bien sur « le souverain » au sens de Rousseau et Hobbes29.

  • 30 Ernst-Wolfgang Böckenförde, Le droit, l’État et la constitution démocratique, ouvr. cité ; le préf (...)

18Ce qu’il faut lire chez Schmitt est que la fiction n’est pas une opération utile, elle est le vide de la constitution dépouillée d’elle-même. C’est donc à une question d’identité politique combinée à la permanence politique que nous sommes amenés : où placer la subsomption entre droit et politique ? La question est posée dans un autre contexte que celui des années trente et par d’autres que Schmitt. Dans son sillage quoique dans un autre sens, la même question est reprise par Böckenförde, qui est conscient, dans l’Allemagne post-Nuremberg et la reconstruction, que la question cruciale est, plus que le statut juridique ou non juridique de l’exception, celle de l’identité, par rapport à la représentation, par rapport au demos, par rapport à la forme du gouvernement et à la forme politique30. Il s’agit ici d’une identité politique, soit une identité très pauvre, celle qui permet une identification, une auto-identification, une identité peu déterminée, mais dont ce « peu » fait toute la substance et toute la différence d’avec les autres.

Permanence et identité

Un bateau de Thésée politique

  • 31 Yan Thomas, « Fictio legis. L’empire de la fiction romaine et ses limites médiévales », article re (...)

19Les fictions politiques peuvent être appréhendées depuis plusieurs domaines, elles mêlent l’acte de langage, l’invention, la forge d’outils conceptuels, le remodelage de la réalité. Dès lors ce qui se passe dans la temporalité spécifique de l’état d’exception, c’est l’apparition d’une temporalité (logique) efficace substituée à une temporalité (logique) supposée inefficace. Le constat ex post se cumule avec la perspective ex ante, c’est-à-dire qu’est maximisée la vertu propre au droit, tout en étant défaite des contraintes liées au droit compris comme droit de la paix. Comparons l’expression « fictions politiques » à celle de fiction juridique. Pour la commodité du propos, je ne distingue pas essentiellement la fictio juris de la fiction légale ou fictio legis (fiction juridique : fiction de droit ; fiction légale : fiction du droit coutumier). Pour ce faire, relisons un article fondamental de Yan Thomas et essayons d’en déduire ce que serait une fiction politique, alors que l’historien du droit romain insiste sur l’originalité absolue de l’arsenal romain dans l’horizon du droit en général. Ne doit plus nous étonner le fait que dans les textes où la fiction juridique apparaît, elle le fasse sous la forme grammaticale du comme si : ita… uti, ita ut… ita, perinde ou perinde ac si, siremps atque, quasi si31… Thomas extrait la fictio juris de ses avatars et de ses limites médiévales, en montrant que le droit romain, en séparant radicalement l’origine et l’institution, invente un droit en partie fondé sur des fictions qui ne sont pas des mensonges, mais des négations de la réalité. Tandis que le droit médiéval refusera de distendre totalement la nature et la norme, le droit romain, non pas en inventant des fictions qui joueraient exclusivement dans le système des normes, mais en faisant jouer la fiction juridique contre le fait, repose, partiellement et différemment selon les périodes, sur la production de fictions. C’est bien sur un mode créateur que Thomas entend l’utilisation des fictions, et non pas seulement sur le mode de l’imaginaire. Ainsi, la fictio juris, concrètement, se décline en figmenta, en lois fictices, etc., tous termes qui traduisent la production d’une réalité, détachée d’une norme en vigueur et qui produit de la norme partiellement et temporairement, mais assez durablement pour jouer sur la réalité. La fiction juridique « consiste à d’abord travestir les faits, à les déclarer autres qu’ils ne sont vraiment, et à tirer de cette altération même et de cette fausse supposition les conséquences de droit qui s’attacheraient à la vérité que l’on feint, si celle-ci existait sous les dehors qu’on lui prête » (p. 133). En ce sens, la fiction est absolument différente de la présomption, qui participe encore, dans mes mots, à un calcul probabiliste concernant l’avenir. Thomas insiste sur la fausseté totale de l’élément que l’on déclare sous forme fictive, fausseté assumée qui d’emblée marque un écart entre le droit et la vérité. Ce faisant, il se démarque de manière notable des juristes et des historiens du droit qui font de la fiction juridique un moyen, un expédient pour pallier une insuffisance du droit, une économie dans la procédure pour changer la norme juridique sans y faire entorse, dans un but conservatoire. Ni ajustement ni adaptation, la fiction est un pouvoir de « transformer l’ordre des choses, de le remodeler » (p. 136). Bien plus, il retire toute valeur à un prétendu contenu mensonger de la fiction. Celle-ci n’est d’aucune manière un mensonge nécessaire. Notons-le, la fiction juridique traverse, en droit romain, tous les domaines du droit, privé, public, civil, etc., comme l’indique la compilation des textes en fin d’article. La fiction juridique ne dit pas autre chose que l’écart fondateur par rapport au fait, à la nature, qui fait exister le droit en tant que tel. Le droit ne relève pas du fait, mieux, il modèle la réalité en déclarant s’en détacher. Notons la présence discrète de la forme déclarative, qui induit forcément quelque chose comme un acte de langage. Rien ne le montre mieux que la fiction négative, c’est-à-dire celle qui « plutôt que d’inventer ce qui n’existe pas, […] nie ostensiblement ce qui existe » (p. 139). Thomas y voit, dès l’origine de la fiction juridique qu’il date du ve siècle environ avant notre ère, une préférence du droit pour la procédure « oblique » ; la fiction fondatrice est celle qui veut qu’une « parole [vaille] comme droit » (p. 152).

20Pour autant, la fiction juridique joue un rôle ouvert, déclaratif, formulaire, visible dans l’écart même qu’elle institue. Si la forme inventive et performative est bien la même que celle que je perçois dans les fictions politiques, la fonction principale diffère, à moins de tenir pour acquise et première la vertu conservatoire du droit et de l’entité politique, ce qui n’est pas, pour le moment, démontré. Il faudrait, pour être complet, étudier les origines des fictions politiques, sachant que celles-ci, contrairement aux fictions juridiques, n’ont pas d’existence reconnue, qu’elles sont le seul produit de l’analyse. Il faudrait tenter de découvrir si la dimension ainsi nommée « fictions politiques » prend historiquement appui, d’une manière ou d’une autre, sur le modèle existant des fictions juridiques. Nous resterions à mon sens dans le domaine des hypothèses. Par rapport à la « certitude du faux » de la fiction juridique selon Thomas (p. 133), la fiction politique ne retient que l’absence de vérité en politique. Là où la fictio juris s’éloigne irrémédiablement de l’ars juris comme technique du droit, la fiction politique procède à la fois d’une analyse du politique et de l’art politique. Quand les fictions juridiques sauvent le droit en lui conférant une nouvelle dimension plus efficiente, les fictions politiques sont aussi bien des constats du fonctionnement politique que des inventions pour conserver telle ou telle entité, c’est-à-dire qu’en n’étant pas juridiques, les fictions politiques participent de plusieurs réquisits du politique, qui ne sont pas seulement conservatoires et normatifs. Les fictions juridiques procèdent résolument de l’irréel ; les fictions politiques, fils ténus parfois invisibles dépendant de plusieurs ordres de réalité non comparables, ajoutent à l’irréel le prospectif, à la logique pure (représentée par le droit romain), le temporel contingent de l’histoire. On voit bien en quoi, cependant, fictions politiques et juridiques se rejoignent, et pas seulement dans un aspect formel ou lexicalement bienvenu : dans la distance avec la nature, que j’identifie avec leur substance performative, et dans le procédé de ce que Thomas appelle, comme en une prémonition de l’état d’exception, « coup de force » (p. 154).

21Pour autant, il n’est pas opportun de vouloir construire les fictions politiques à partir du modèle que seraient les fictions juridiques. Il s’agit simplement de montrer une parenté qui n’est pas fortuite dès lors que l’on parle d’une entité politique, construite et à construire. Il y a un infranchissable parallélisme entre les fictions du droit et les fictions politiques, mais il y a indéniablement une matière propre au politique en général, qui ne se résume pas à ce qu’on en voit, à ce qu’on en clôt dans des formules de droit, à ce qui est gravé dans des constitutions, et qui ne se réduit pas non plus à la matière insaisissable de l’écoulement historique. Il y a une matière complexe qui fait que l’entité politique ne se résume pas à son régime, à sa constitution ou sa forme juridique. C’est cette matière qui est saisissable par l’analyse de la guerre civile dans la cité, échappant au droit, se dérobant à la nomination aussi bien historique que politique. Au premier chef, les fictions politiques fondent, structurent, font exister ou rendent durable l’entité politique. Il n’est pas anodin que Thomas, alors même que ce n’est pas là le fond de son propos, fasse si souvent allusion à l’exemple, abondamment commenté tout au long des siècles du droit romain, puis du droit romain médiéval, de la permanence du bateau de Thésée. Est souvent convoquée la présentation de Plutarque, qui se fait l’écho, déjà au ier siècle, d’un exemple canonique depuis son utilisation par les sophistes :

  • 32 Plutarque, Vies parallèles, trad. A.-M. Ozanam, Paris, Gallimard, 2001, p. 76.

Le navire sur lequel Thésée s’était embarqué […] avait trente rames : les Athéniens l’ont conservé […]. Ils en enlevaient des planches quand elles étaient trop vieilles, et les remplaçaient par d’autres, plus solides, qu’ils fixaient à l’ensemble. Aussi, quand les philosophes débattent de la notion de croissance, ils voient dans ce navire un exemple controversé : les uns soutiennent qu’il reste toujours le même, les autres disent qu’il n’est plus le même.32

22Cet exemple a été maintes fois repris pour expliquer l’identité, par Locke, par Leibniz, mais surtout par Hobbes qui se demande « si deux corps existant tous deux en même temps seraient un seul et même corps » :

  • 33 Thomas Hobbes, De corpore, III, chap. 11, The Molesworth Edition, p. 136, traduction par Stéphane (...)

En ce qui concerne la différence produite par des réparations incessantes effectuées sur le bateau de Thésée, réparations qui consistaient à enlever les vieilles planches et à en remettre de nouvelles, les Sophistes avaient coutume de débattre pour savoir si le bateau obtenu, une fois que toutes les planches ont été remplacées, était le même bateau numérique que celui du départ. Et si un homme avait gardé les vieilles planches qui ont été enlevées et les avait ensuite assemblées dans le même ordre pour en faire un bateau, celui-ci, sans doute, serait le même bateau numérique que celui du départ. De sorte qu’il y aurait deux bateaux numériquement le même, ce qui est absurde.33

  • 34 Voir Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil (Points Essais), 1990. Pour l’identité-ide (...)

23Sans aller jusqu’aux puzzling cases et autres expériences de translocation, de transfert d’un cerveau dans un autre corps34, on voit bien que le problème est non seulement celui de l’identité (à soi-ipse, à un autre-idem) mais aussi celui de la permanence ontologique. Les auteurs le traitent à différents niveaux, mais chaque fois il est question de fiction, que l’on estime faire une expérience de pensée (logique) ou atteindre le plus haut degré de la métaphysique, en passant par la philosophie fictionnante comme le fait Leibniz avec les mondes possibles.

  • 35 Voir l’exemple de la communauté disparue : à qui appartient le monastère dont tous les moines sont (...)
  • 36 Je ne suis plus Yan Thomas qui exclut, de manière fort convaincante et à l’encontre de bon nombre (...)

24Si on prolonge l’exemple du bateau de Thésée, dans le sens de l’explicitation politique, et non exclusivement et strictement ontologique, alors on peut dire que les fictions politiques forcent, « performent » la permanence de l’entité politique. Si le bateau de Thésée est la France, alors les fictions politiques vont jouer pour qu’il y ait permanence entre « l’entité politique France du 10 juillet 1940 (Vichy) » et « l’entité politique France de 1945 ». Cela est très visible avec l’action de De Gaulle purement performative, mais on pourrait prendre d’autres exemples, moins manifestes, comme la « France-1914 » et la « France-1918 », etc. Les fictions politiques, tout comme les fictions juridiques, sont là pour assurer une permanence de l’entité politique comme telle. Les fictions juridiques le font à un niveau très concret : la continuité à travers l’individu, les successions, la propriété35. Et il n’est pas anodin non plus que ce soit un problème ontologique qui permette ensuite des résolutions juridiques, et non pas l’inverse. Les fictions politiques viennent confirmer une ontologie politique, ce qui n’est pas évident au départ. Ainsi le problème du bateau de Thésée, lorsqu’on l’applique à l’entité politique, est moins un problème d’identité à soi, du moins pas tout de suite, qu’un problème de permanence. Cela confirme l’importance d’analyser la conjuration de la guerre civile pour espérer entrevoir ce que sont les fictions politiques, puisque la guerre civile est, politiquement comprise, ce qui menace absolument et radicalement l’existence de la cité. Mais essence et existence, dans le domaine du politique, nous mènent à une ontologie très particulière, non stable. Les fictions politiques sont comme extraites de l’ombre, momentanément, et en l’absence de solution juridique, pour conjurer la guerre civile, c’est-à-dire assurer, au moment le plus dramatique, la permanence de la cité36.

  • 37 Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, 5.5303, trad. P. Klossowski, Paris, Gallimard (...)

25Nous sommes donc amenés, étudiant l’exception et ce que la guerre civile apporte à la délimitation conceptuelle d’un tel « état », à nous interroger sur la permanence et l’identité d’une entité politique. La question que posait Machiavel s’appuyant sur les deux dynamiques de la cité, acquistare ou conservare, se pose à nouveau. Ce qui se joue dans la guerre civile est-il aussi ce qui se joue dans l’état d’exception ? Autrement dit, l’entité politique est-elle la même avant et pendant l’exception, ou bien l’identité-ipse devient-elle identité dégradée, identité-idem, l’ombre d’elle-même ? Il va de soi que l’identité politique, si toutefois l’on admet qu’il en existe une, procède d’une ontologie très dégradée par rapport à la question de la permanence et de la substance des choses. Le politique est renvoyé à une place contingente, où les mots, les fantasmes, les peurs et les ambitions n’ont pas de valeur en soi et constituent le tissu d’un espace et d’un temps très volatils et très lâches. La rigueur d’un Wittgenstein assénant que « dire de deux choses qu’elles seraient identiques est une absurdité, et dire d’une chose qu’elle serait identique à elle-même, c’est ne rien dire du tout »37 ne s’applique pas dans le monde politique polymorphe, évolutif, en transformation perpétuelle. La question se pose d’un autre point de vue que de celui de la substance. Elle se pose depuis la perception du politique. Car l’identité politique ne saurait être autre que fictionnelle. Le problème de l’identité de cette table que j’ai sous les yeux n’est pas du même ordre que le problème de l’identité d’une entité politique. La question de l’être est résorbée dans la question de l’existence. Donc il ne s’agit pas d’une identité comme invariance mais d’une identité contingente, qui se rapproche sans jamais l’atteindre de l’identité qualitative. Notons que, identité qualitative ou identité numérique, le référent est forcément variable selon les perceptions. En ce sens il faudrait davantage parler de reconnaissance que d’identité : est-ce que je reconnais la « France » dans ce pays sous état d’urgence ? Le référent « France » est indéterminable. Reprenons à cette lumière quelques exemples déjà rencontrés.

Allemagne, République de Weimar : ipséité ou mêmeté ?

  • 38 Voir Jose Luis Villacañas Berlanga, « Les limites de l’influence de Carl Schmitt sur les juristes (...)
  • 39 Ernst von Salomon, Les réprouvés, trad. A. Vaillant et J. Kuckenburg, Paris, Bertillat (Omnia), 20 (...)

26On a coutume de présenter de manière historienne la période qui s’étend de 1918 à 1933 comme un chaos social, marqué par l’échec de la révolution spartakiste, par les conditions draconiennes imposées à Versailles par les vainqueurs aux vaincus, par la crise économique rampante puis éclatante, se traduisant par une montée des extrêmes, communistes et nazis, avec victoire finalement des derniers. S’insèrent dans ce canevas l’interprétation d’une esthétique propre à cette période, où les « décadences » s’opposeraient, mais aussi un délitement social et moral, la pauvreté qui mène à la misère, l’esprit revanchard, l’accroissement d’une pègre mafieuse, le modèle fasciste italien voisin, etc. D’un point de vue non historien, on schématise généralement les problèmes rencontrés par la République de Weimar comme l’échec d’une social-démocratie inadaptée ou incomprise, attaquée autant par ses adversaires que par les éléments dits « de gauche », prise en tenaille entre les communistes l’accusant de trahison et les nazis opposés à toute idée démocratique. Rien n’est inexact dans ce constat que peuvent confirmer de nombreuses analyses. Mais on pourrait aussi nuancer le point de vue et considérer l’« entité Allemagne » pendant l’entre-deux-guerres. Il est vrai que ses défenseurs ont sans doute fait, aussi, du mal à cette République. Les mouvements socialistes modérés s’opposaient aux tenants du socialisme bolchévique certes, mais aussi à d’autres conceptions de la Constitution. Neumann, Heller, Kirchheimer ne voyaient pas la « république » de la même manière, ce qui est déjà un signe. Neumann par exemple, après lecture de Legalität und Legitimität de Schmitt, modifie sa vision sur la démocratie plébiscitaire38. Déplacer la question sur celle de la Constitution n’éclaire qu’une partie émergée de ce qui se jouait sur l’entité politique allemande. Le problème de l’article 48 a certes focalisé les attentions, mais les a détournées de la définition de l’entité politique allemande qui en découlait nécessairement. La question du parlementarisme s’est greffée à celle de la démocratie, et l’on a vu ce qui pouvait rapprocher Schmitt, un conservateur partisan d’un régime présidentiel fort, d’analyses léninistes. Par ailleurs un ultra comme Ernst von Salomon consacrait ses plus belles et ses plus cruelles pages à la misère noire des pauvres en Allemagne, comprenant qu’ils s’en remissent à l’Internationale et rejetassent toute personne vêtue d’un uniforme, tandis que le journaliste Joseph Kessel décrivait les violences, souterraines ou ouvertes, des manifestations communistes et des manifestations nazies, ou les violences des bas-fonds berlinois qui semblent confusément participer de la même sphère39.

  • 40 Carl Schmitt, Parlementarisme et démocratie, ouvr. cité, notamment « L’État de droit bourgeois ».

27On conviendra que la science historique, du moins telle qu’elle se fait en termes de progression cumulative, ne peut répondre à la question de la permanence et de l’identité de l’Allemagne. Selon les points de vue, la rupture d’identité se fait en 1914, en 1918, en 1919, en 1929, en 1933… Mais là où « l’Allemagne » est le nom qui perdure, peut-on affirmer avec sûreté et certitude que nous sommes en présence de la même entité ? Il ne s’agit pas de reconduire des propos concernant « l’identité nationale », quand bien même on parviendrait à trouver un sens à une telle expression, il s’agit de voir si une entité politique se maintient dans son essence à travers la guerre civile et l’exception. De même, il ne s’agit pas de poursuivre une problématique hautement risquée de l’identité entre État et peuple, entre État et société, problème de l’identité-idem qui se convertirait en problème de l’homogénéité, déjà posé par Schmitt de manière très orientée40. En ce sens l’état d’exception n’a pas « fonctionné » en Allemagne, puisqu’il n’a pas substantiellement modifié les rapports établis ou non entre société et État.

  • 41 Yan Thomas, « L’extrême et l’ordinaire. Remarques sur le cas médiéval de la communauté disparue », (...)
  • 42 Voir par exemple Jose Luis Villacañas Berlanga, « Les limites de l’influence de Carl Schmitt sur l (...)

28Au fond, il s’agit d’amplifier la question que posait Yan Thomas à propos de la « communauté disparue », soit un cas discuté en 1140 par un expert en droit canonique et un docteur en droit. Le cas discuté est celui d’un monastère dont tous les moines sont morts et à propos duquel on se demande à qui reviennent « les biens que le patron a concédés à cette église » : doivent-ils retourner à leur état antérieur ou bien revenir au pape41 ? Ce que l’on pose en matière de propriété des biens à propos d’une communauté, engageant de fait l’interrogation sur ce qui fait communauté en l’occurrence, on peut le poser, sans nécessairement prendre appui sur la propriété, concernant toute communauté politique, a fortiori concernant une unité politiquement constituée, puisqu’il s’agit d’identité au fondement collectif et non pas individuel ou subjectif. L’identité du monastère change-t-elle parce que tous les moines qui en étaient les vivants fondements ont disparu ? Que devient ce changement d’identité ? Il ne faut pas cependant que la formulation soit trompeuse ni se demander si les acteurs parlent de la même chose quand ils parlent de « l’Allemagne » ; ils sont sans doute les premiers à savoir qu’ils s’opposent sur le sens à donner à ce mot. La question est de savoir s’il s’agit de la même entité quand on parle de « Allemagne-1914 », « Allemagne-1918 », « Allemagne-1919 », « Allemagne-1929 », « Allemagne-1933 », ou encore « Allemagne - année zéro » ; si l’on se trouve, non pas constitutionnellement, non pas géopolitiquement, mais essentiellement, dans la même cité. La disjonction temporelle ne se place pas au seul niveau de l’opposition entre rupture ou continuité, entre permanence historique (mais sur quels fondements ?) et chaos toujours projeté devant soi. On se rend bien compte qu’il est impossible de répondre à une telle question, que sa seule vertu est d’être posée comme interrogation permanente sur une entité politique. Ni la grammaire, ni les théories du sujet ne peuvent nous être d’aucune utilité, d’abord parce qu’il ne s’agit pas des « mêmes » choses, ensuite parce qu’il y a fort à parier qu’il n’y a pas d’identité propre à une entité politique, que les fondements et les origines de celle-ci sont fuyants ou souterrains, enfin que l’entité politique ne se réfléchit pas mais qu’elle se manifeste et se « performe ». Un corollaire immédiat de cette forme de réflexion réside dans la secondarisation de la forme organique d’un État, qui n’est plus du tout au centre de l’interrogation : l’identité est dans la ou les formes, qui sont elles-mêmes stratifiées, dont le « fond » culturel, mythologique, politique, serait déjà tellement variable qu’il en deviendrait invisible. C’est de cette manière que l’on peut comprendre ce que Schmitt « adresse » à la Constitution de Weimar : de n’avoir pas été décidée42, et, dans une logique du chaudron, de n’être pas une véritable constitution, enfin de n’avoir de substance que par les pactes extérieurs.

  • 43 Voir Franz Neumann, « Gegen ein Gesetz über Nachprüfung der Verfassungmässigkeit von Reichsgesetze (...)

29Dans la large période de l’Allemagne entre 1914 et 1933, ou 1945, l’état d’exception fut présent tout en restant conséquence des bouleversements de la société relayés par les conflits entre démocrates et antidémocrates, entre weimariens et anti-weimariens, entre tenants du parlementarisme et révolutionnaires. L’état d’exception ouvre un vide qui n’est pas comblé, si ce n’est par des fantasmes ou des réalités de guerre civile, soit le contraire de la fonction de l’état d’exception. La « communauté d’urgence » (Notgemeinschaft) qui traverse les conflits de l’époque est une communauté sans fond, dont la seule substance est de remettre en cause la souveraineté sans pour autant véhiculer un « plein » constitutionnel, démocratique, politique… La communauté d’urgence ne fait que signaler une dislocation sans « faire communauté » réelle. Elle est au contraire renforcée, dans son vide même, par le recours à l’état d’exception, dans la réalité politique des gouvernements mais aussi dans les théories intellectuelles qui ne parviennent pas à remplacer le vide par le plein, qui stagnent dans une temporalité politique spéciale sans faire correspondre cette temporalité à une substance politique. En ce sens, prôner une démocratie autoritaire, regretter l’échec de la révolution socialiste, défendre une république démocratique ne sont, pour l’entité Allemagne, que des structures plaquées sur un vide convoqué pour y remédier. On retrouve le cercle vicieux propre au recours à l’état d’exception. La contradiction est là qui manifeste que l’exception ne pourra, par définition, jamais remplacer le quotidien, qu’elle ne peut s’y substituer, quand bien même elle voudrait le remplacer. Ce que l’on a pu interpréter comme l’impossibilité logique, structurelle ou conjoncturelle, d’inventer un nouveau système de pouvoirs pour l’entité Allemagne, est en fait la marque d’une impossibilité de faire correspondre les différentes entités précitées. La communauté sociologico-politique a bien disparu. Les penseurs socialistes de la période43 en sont les plus conscients : l’état d’exception n’est pas, en Allemagne 1914-1933 (ou 1945), convertible en moment constituant.

L’entité France et l’Algérie

30L’état d’exception, dans sa circularité et ses contradictions, engage ainsi l’essence d’une entité politique sous la forme de l’identité-ipse et de l’identité-idem, avec pour conséquence que la permanence de l’unité constituée ne se retrouve, dans la durée, que dans la mêmeté et non dans l’ipséité. Ce qui signifie que sous le nom permanent ne se retrouve aucune substance permanente, mais une substance changeante dont on serait bien en peine de trouver le fond. C’est précisément ce qui est révélé par l’état d’exception : la forme non constituée du nom constitué. De même est révélée, en même temps que la force performative du politique au sens le plus large, sa faiblesse constitutive, que les gouvernements, les groupes aux projets politiques ambitieux, les discussions constitutionnalistes, ne sauraient pallier mais seulement masquer, au plus fort de la crise qu’est la guerre civile ou la peur de la guerre civile.

  • 44 Voir Ninon Grangé, De la guerre civile, ouvr. cité.
  • 45 Pour le point de rupture qui se veut continuité : Henri Wesseling, Le partage de l’Afrique, trad. (...)
  • 46 Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, Paris, Fayar (...)
  • 47 Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, ouvr. cité, (...)
  • 48 Michel Foucault, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France, 1975-1976, ouvr. cit (...)

31J’ai déjà eu l’occasion d’envisager la France, dans une période 1830-1962, comme une entité extrêmement mouvante, à la souveraineté très découpée mais aux frontières réelles et juridiques changeantes44. L’entité France, au moment de la conquête, de la colonisation puis de la perte de l’Algérie essentiellement, varie en termes de substance politique, alors même qu’une culture républicaine, laïque, scolaire, s’édifie, c’est-à-dire au moment même où l’on pourrait penser que des fondements politiques, constitutionnels, culturels et sociaux, sont constitués. Et pourtant l’entité France ne saurait être eadem en 1830, 1848, 1884-1885 (conférence de Berlin)45, 1918, 1955, 1962… Le fait de la conquête entraîne une modification de la forme France. Le processus tient à l’expansion coloniale – que j’ai analysée ailleurs comme une forme de guerre interne – relayée par une situation fictionnelle d’état de siège qui aboutit à un état d’exception latent jusqu’à la Libération. L’entité France, entre 1830 et 1962, sous l’angle de l’occupation de l’Algérie, combine de manière évidente la guerre interne, l’état de siège et l’état d’exception. L’examen historico-philosophique, d’inspiration foucaldienne, mené par Olivier Le Cour Grandmaison, a des prolongements, sans étonnement, dans les études sociologiques46, dont l’intérêt réside dans une double recherche. En effet, en décrivant un état d’exception propre à l’entité France comprenant l’Algérie, il montre aussi que les stratégies et les discours sont utilisés consciemment pour « l’intérieur de l’intérieur », à savoir pour réduire les classes sociales dangereuses dans la métropole, les « Bédouins de l’intérieur », l’« hygiène sociale » rencontrant opportunément l’« hygiène raciale »47. Non seulement la colonisation en soi est considérée comme un remède aux classes dangereuses, mais la politique de l’entité France consiste à importer les méthodes élaborées en Algérie à destination de la métropole insurrectionnelle. Le contrôle et le déplacement des populations, qui a pour nom « cheptellisation », sont un aspect de ce que Le Cour Grandmaison conçoit comme propre au biopolitique décrit par Foucault dans « Il faut défendre la société »48. Ainsi ces méthodes ont tendance, en Algérie « pacifiée » comme en métropole, à se confondre avec une captation totale de la souveraineté. Dans une relégation de toute préoccupation concernant les lois de la guerre, les Algériens comme les insurgés, « populations inférieures et nuisibles » (p. 102), ne sont pas considérés comme des ennemis et sont écartés de l’application de la loi commune comme du jus belli. Échouant pendant tout le court xixe siècle dans les guerres extérieures, la France réussit la guerre de conquête contre des partisans (p. 106). La conquête manifeste très concrètement le mélange des genres entre guerre extérieure et guerre intérieure.

  • 49 Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer, ouvr. cité, chapitre 4 : « L’État colonial : u (...)
  • 50 Olivier Le Cour Grandmaison, De l’indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit coloni (...)

32Pour ce qui nous occupe, notons que l’état d’exception que s’emploie à décrire Le Cour Grandmaison, consiste dans le dépassement même de l’état de siège. Par exemple, la déportation illimitée des communards en 1871, dans le cadre de l’état de siège, est étendue aux multirécidivistes par la loi Waldeck-Rousseau de 1885, en dehors de tout état de siège cette fois. L’état d’exception n’a plus besoin d’être justifié ou motivé par le siège. C’est pourquoi l’auteur insiste non pas sur la définition de l’état d’exception mais sur son état permanent et se contente d’en développer les caractéristiques : l’Algérie est une « colonie militaire » avec de vastes attributions au gouverneur général ; l’internement colonial est en fait internement sans jugement (que Le Cour Grandmaison compare à l’accusation de « traître à la patrie » en 1940), c’est-à-dire un internement privant l’interné de tout droit sans sanctionner aucun crime (il s’agit donc d’un internement administratif) ; l’amende collective, c’est-à-dire la responsabilité collective contredisant radicalement le principe de l’individualisation de la peine ; le séquestre, soit la spoliation légale49. À chaque fois, c’est l’urgence qui est convoquée, la dure nécessité qui justifie le recours à une exception coloniale où magistrats et gouvernants sont parfaitement conscients de l’illégalité des décisions. L’Algérie signifie ainsi une souveraineté hors légalité dont tout le monde est conscient. L’état de siège est une origine déjà lointaine dont on peut se passer pour recourir à l’état d’exception avec une justification toujours plus ténue, toujours plus inutile. Le droit se fait le relais naturel et bienveillant à l’égard d’une telle politique : le Code de l’indigénat, après le Code noir traitant des colonies françaises en Amérique au xviie siècle et aux suivants, formalise ces pratiques. Si Le Cour Grandmaison qualifie dans son titre même le Code de l’indigénat de « monstre juridique », ce n’est pas tant parce qu’il vient après une pratique pour la justifier, ni même parce qu’il est raciste (rien n’empêche un droit d’être raciste), mais bien parce qu’il est un droit transgressif du droit50. S’il privilégie l’analyse du droit raciste, je retiens quant à moi l’idée d’un droit énoncé comme se transgressant lui-même. La suspension est réellement transgression. La contradiction en l’occurrence devrait être mortelle. Le Cour Grandmaison entend par l’exception permanente une exception légalisée, en désaccord avec les principes républicains. Il oscille entre dénonciation d’un droit qui se transgresse lui-même – ou la possibilité pour le droit de le faire – et la critique d’une république hypocrite qui ne chérit l’universel que pour mieux exclure et opprimer des populations entières.

  • 51 Voir les références ibid., p. 12-14.

33L’Algérie est le prolongement politique direct de l’état de siège en métropole, avec cette idée que, hors le territoire métropolitain, l’État de droit peut changer de définition du tout au tout. L’exception permanente de l’État colonial est l’invention d’une nouvelle entité politique dont le droit n’est plus rapporté à des principes intangibles. L’État colonial magnifie la malléabilité du droit au point d’en modifier le sens. Ainsi, il n’y a pas de contradiction de jure – c’est là peut-être le plus grand scandale : un droit qui s’autorise lui-même comme droit se transgressant – entre le droit de la métropole et la « loi spéciale » appliquée en Algérie, sur un territoire ainsi détaché partiellement de l’État de droit tout en participant de la définition territoriale, juridique et politique de l’entité France. Bien plus, il sanctifie le « principe de spécialité » appliqué dans les colonies. Le régime spécial tient autant à une justice d’exception, à l’absence de séparation des pouvoirs, à la prise de pouvoir administrative, qu’à la citoyenneté refusée aux nouveaux membres de l’entité ou bien accordée, jusque dans les années trente, à des individus « méritants » et en petit nombre, qui aboutit au statut des Français musulmans d’Algérie (FMA) après la Deuxième Guerre mondiale, formule propre à éviter le mot « indigènes » mais tout aussi discriminatoire. On peut dire que la nouveauté, en l’occurrence, correspond à la redéfinition d’une souveraineté, à la modification du sens de l’État de droit, mais surtout à la transformation du droit lui-même en droit qui se dédouble en soi et son contraire51. Le Cour Grandmaison est révolté par le fait que le régime colonial dérogatoire ne soit pas contradictoire avec les principes républicains. Mais on peut aussi se révolter contre un droit qui se définit lui-même comme non défini, non adossé à un principe. Le droit colonial serait la récusation en même temps que l’hypertrophie du positivisme. Ce régime d’exception se dit comme « lois spéciales et particulières », vocabulaire que j’ai identifié comme étant celui d’un « droit » dans la guerre civile.

  • 52 On ne peut que reproduire les références bibliographiques incontournables citées par Le Cour Grand (...)

34Non seulement il n’y a pas de droit de la guerre civile mais plutôt un droit issu de la guerre civile, non seulement il est formalisé en état de siège fictif, mais encore il est un « droit » reposant sur un polymorphisme donnant lieu au principe de spécialité. Le droit d’exception, si tant est qu’on puisse utiliser l’expression, apparaît comme un droit qui s’appuie uniquement sur le fait qu’il y ait des vainqueurs et des vaincus. Ainsi, l’exception est comprise comme un « droit » qui anticipe, sous la forme du risque, la guerre civile, mais il est aussi celui qui se place « après la guerre », lorsqu’il y a sur la place vainqueurs et vaincus. La temporalité politique est bien celle d’une guerre civile, qui prend elle-même modèle, certes dévoyé, sur la guerre extérieure où il y a nécessairement vainqueurs et vaincus. Car les démocrates pendant la guerre du Péloponnèse nous ont appris que, dans une guerre civile, il n’y avait que des vaincus. Ce qui fut abandonné en 1944, avec l’ordonnance du 7 mars 1944 abrogeant les textes d’exception, est réactivé dans une situation où les vainqueurs d’hier craignent d’être les vaincus de demain, renversement de situation qui mettrait à mal le fondement même du droit d’exception conçu comme un droit des vainqueurs sur les vaincus ; l’état d’urgence est proclamé le 1er novembre 1954 lorsque la guerre de libération nationale est déclenchée, l’internement administratif est remis en vigueur après l’avoir été aussi pendant la période de Vichy : le camp, comme structure particulière de l’état d’exception, refait son apparition, pour les Algériens, puis pour les Harkis, dans une histoire qui s’étend jusqu’à Sangatte et Calais52.

35L’entité France et l’Algérie focalisent, dans leur histoire commune, les tenants et aboutissants de l’état d’exception, à la fois juridique et politique, dépassement de l’état de siège militaire puis fictif. En outre l’état d’exception colonial révèle ce qui n’était que partiellement visible dans l’état d’exception en général dans son lien avec la guerre civile : non seulement elle est le mobile sous-jacent à l’état de siège fictif, mais en outre elle rabat à l’intérieur le schéma duel propre à la guerre externe. L’exception est alors le droit contradictoire, au sens où il se transgresse lui-même et s’autorise cette transgression, des vainqueurs sur les vaincus. La temporalité politique de la guerre civile s’incarne, de manière spéciale, dans l’exception comme anticipation du danger et comme après-coup d’une guerre qui n’a pas forcément eu lieu.

  • 53 Quelques éléments sont amorcés dans mon article « Pourquoi la mémoire ? De l’âme de la nation à la (...)

36Théoriquement l’exemple de la République de Weimar nous amenait à distinguer identité-ipse et identité-idem pour une entité politique, avec mise en lumière de la fiction de la communauté, quelle qu’elle soit. L’exemple de l’entité France, en regard des guerres d’Algérie et de la colonisation, renforce l’idée d’une entité mouvante qui s’autorise elle-même juridiquement au gré des modifications d’une identité que l’on ne peut désormais considérer comme permanente. Désormais la seule invariance que l’on puisse espérer découvrir concernant une identité de l’entité politique, c’est celle que se reconnaissent des individus, des groupes comme appartenant à telle ou telle entité politique. Cela fait voler en éclats une grande part de la philosophie politique classique : la définition n’est plus prise « par le haut » (État, souveraineté…) mais « par le bas », c’est-à-dire à partir du groupe qui appartient à plusieurs entités politiques pas nécessairement constituées. Il s’agirait alors de reconsidérer les rapports de l’individuel et du collectif dans l’entité politique53.

  • 54 Stéphane Ferret, Le bateau de Thésée, ouvr. cité, p. 32. La démonstration de Ferret porte sur l’id (...)
  • 55 Les exemples sont étudiés par Stéphane Ferret dans l’ouvrage cité.

37Au problème de la permanence et de l’identité à soi d’une entité politique se substitue le problème de la permanence de l’exception. Le référent disparaît. La question est celle de la durabilité de l’exception, donc en un sens temporel, et non pas de la substance – éternelle et non temporelle – de l’entité politique. Cela nous renvoie à un raisonnement fondé sur le changement, lui-même compris ontologiquement et non pas historiquement : celui-ci est-il essentiel ou accidentel ? Dans la sphère de l’entité politique il est impossible de s’en remettre à une distinction que Stéphane Ferret, énonçant une thèse néo-aristotélicienne, nomme changements de type 1, « qui préservent l’identité », soit « persistance d’un particulier à travers le changement », et changements de type 2 « qui rompent l’identité », soit « remplacement par un particulier numériquement différent »54. Ou en d’autres termes, l’identité politique forcément fictionnelle est-elle de l’ordre de la transformation naturelle, telle celle de la chenille en papillon, ou de l’ordre de la métamorphose fantastique comme la citrouille en carrosse55 ? L’exception, dans ces termes-là, ne déroge pas à sa logique contradictoire : l’état est aussi un changement… Dans cette perspective il convient de faire place à une comparaison importante eu égard à l’état d’exception dans ses rapports avec la terreur, notion qui s’impose depuis un certain temps pour comprendre l’état d’exception, aussi bien moment constituant que suspension dans le temps politique et « moment des vainqueurs ».

1793 et la Libération : l’état de siège fictif

  • 56 Anne Simonin, Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité. 1791-1958, Paris, Gra (...)

38Ce que je nomme le « moment des vainqueurs » se retrouve dans le saut temporel que je m’apprête à effectuer, saut temporel qui est aussi un saut d’entité politique à entité politique. Il n’est pas question ici d’effectuer une comparaison, qui impliquerait parallélisme, mais bien un saut dans la temporalité politique qui s’affranchit de la continuité historique. Celle-ci nous aurait interdit un tel saut, la continuité politique nous l’autorise. Et si l’historienne que je vais convoquer rétablit, finalement, cette continuité en traçant l’histoire de l’indignité en république, je m’attacherai pour ma part à certains centres de gravité que son travail implique qui, pour l’essentiel, fait le lien entre la Terreur de 1793, le régime de Vichy et le moment de la Libération, tous moments où l’exception est mise en place par les vainqueurs de l’heure, quand bien même l’heure serait de courte durée. C’est la rencontre effective entre l’idée de guerre civile et le moment de l’exception qui émerge de ces travaux, qui ne sauraient être réduits à cet aspect. Je m’autorise un éclairage particulier dans la lecture du livre de Anne Simonin, Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité. 1791-195856. Il n’est pas question pour elle d’exhumer ce qui pourrait, d’une époque, en rappeler une autre, de comparer des moments politiques qui se ressemblent, comme la stasis à Corcyre et la Commune pour Nicole Loraux. Il s’agit d’établir un fil qui, des élaborations de l’indignité inventée, en un sens juridique essentiellement, par Marat en 1791-1793, conduit à l’exception selon Vichy et à l’exception selon les juristes de la Libération. Rupture et continuité sont indissociablement liées au point qu’elles pourraient en perdre leur sens. Va nous retenir le traitement qu’elle fait de l’état de siège fictif civil, invention qui, de la Terreur révolutionnaire à la terreur de la Libération, entend exclure de l’état d’exception la prise du pouvoir militaire sur l’autorité civile, ce qui ne va pas sans difficulté puisque l’état de siège est en son origine militaire. Mais c’est le propre de 1791-1793 et de 1944-1945 que de former cet état de siège fictif civil contre le pouvoir militaire.

  • 57 Anne Simonin fait justement référence aux travaux de John Braithwaite et Philip Pettit ; voir, ent (...)

39Simonin fait une magistrale histoire du concept d’indignité, le rapportant à l’infamie, à la trahison, au crime de lèse-nation. Ce faisant, elle éclaire d’un jour nouveau deux (re)constructions, qui sont aussi deux transitions : celle qui s’effectue sous la Terreur de 1793 et celle du moment de la Libération en 1944-1945. Elle rapproche deux pratiques similaires qui procèdent par un état d’exception civil censé écarter l’état d’exception militaire, afin d’éviter, sur un plan juridico-politique, l’épuration sauvage. L’indignité en est la pierre de touche, qui se substitue avec bénéfice à l’accusation de trahison. C’est donc la justice d’exception, mise immédiatement au centre d’un mouvement de transition, donc non appelé à devenir durable, qui est envisagée dans l’histoire de l’indignité. Marat théorise la peine de l’infamie, issue du droit romain, profondément ancrée dans le droit, qui sanctionne l’indignité politique. C’est une manière, selon Simonin, d’éviter à la fois la mort civile prononcée à l’égard des émigrés, la mise hors la loi des rebelles, la peine de mort promise aux conspirateurs et la mort civique – ou indignité – pour les mauvais frères de la nation. Simonin ne se fait pas faute de rappeler que les morts par guillotine sont proportionnellement beaucoup moins nombreuses que dans des pays limitrophes comme la Belgique (p. 28-29). D’emblée, à côté de la dégradation et du blâme, l’invention vient s’opposer à des formes beaucoup plus radicales et définitives, créant du même coup l’idée de responsabilité des fonctionnaires, du plus obscur à la personne du roi. L’exclusion du corps des citoyens n’est pas intégrale, conformément à l’idéal révolutionnaire de rendre les citoyens meilleurs. À l’appui de cette idée, l’attention portée au traitement des femmes, en révolution comme pendant Vichy et la Libération, montre, à travers les traductions en justice et les peines, qu’elles sont beaucoup plus intégrées à la citoyenneté qu’une vision superficielle le laisse croire. Marat ne s’en remet pas à l’antique prestation de serment, en revanche il fait place dans le droit, dans ses propositions, à ce qui est nommé aujourd’hui justice réparatrice57 : la dénonciation publique et l’inscription des mauvais citoyens sur un tableau public suivent une procédure qui évite les inconvénients d’une justice épuratrice. L’échec de Marat, et de Robespierre, réside pour Simonin dans le fait que cette conception de la justice publique est évincée au profit de la mort civile et de sa spirale sanglante, ce que ne réitérera pas la Libération en faisant de l’indignité nationale une sanction éloignée de toute mort civile (p. 467).

40L’indignité, de 1789 à 1944, est passée par le filtre d’une conception militaire propre au début du xixe siècle d’une part, à la monarchie restaurée d’autre part ; elle se trouve donc imprégnée par la vision militaire de l’état de siège et de l’exception. En décalage par rapport à Agamben qu’elle cite, Simonin préfère se référer à la « dégradation civique » du Code de 1810 qui reflète, d’après les travaux préparatoires, la nouvelle peine de forfaiture. Mais c’est surtout l’importance prise par le droit pénal militaire qui infléchit la conception de l’indignité en république. La Révolution est extrêmement succincte sur les peines militaires concernant l’honneur qui, « de vertu civique sous la Révolution, […] est, sous la Restauration, redevenu une valeur militaire » (p. 94), notamment dans le Code pénal militaire de 1829, date charnière à cet égard. En 1849 naît le « non-citoyen républicain », indigne civique, « qui, après avoir purgé sa condamnation criminelle ou correctionnelle, se voit privé, de façon rétroactive, […] de ses droits civiques pour une durée indéterminée » (p. 115). Cette évolution était, selon Simonin, en germe dans l’échec de Marat et l’audience de Barras, investi en 1795-1796, en pleine période thermidorienne, des pleins pouvoirs militaires et instigateur du coup d’État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797). Mais ce qui retient toute notre attention, c’est l’horizon sur le fond duquel Simonin détaille les évolutions de l’indignité :

La Terreur ne précède pas la guerre ; la Terreur est consubstantiellement liée à la guerre. Les lois d’exception adoptées par la Constituante demeurent des lois d’exception justement, des mesures votées dans l’urgence, faites d’expédient, que le législateur ne tentera de rationaliser qu’à partir d’une certaine époque, celle de la Terreur. (p. 226)

  • 58 C’est l’origine, selon l’auteure, de la tradition des coups d’État que connaît la République.

41En ce sens la Terreur est un « état de siège réel militaire », assuré par la levée en masse des citoyens, organe dictatorial de justice et de police. Face à cela les Jacobins entendent maintenir la prééminence de l’autorité civile sur l’autorité militaire et instaurer un « état de siège fictif civil » dans un pays en état de guerre (p. 295). L’état de siège fictif civil « a permis de modérer la répression » et comporte bien la clause d’être transitoire, dans un refus conscient de la stratocratie. L’on parle ainsi, avec l’état de siège fictif civil, d’une fiction établie pour dépasser l’état de guerre extérieure. Mais c’est le 10 thermidor an II (28 juillet 1794) qui dépasse l’état de siège fictif civil en instaurant un état de siège militaire réel, un « état d’exception permanent à la discrétion du pouvoir exécutif visant à réprimer les troubles civils à l’aide de la force armée » (p. 307)58.

42L’échec de la fiction de l’état de siège remplacé par un état de siège réel se répète dans les échecs successifs pour combattre la fiction par la fiction ou encore par la manière de reprendre en charge une fiction. La figure de Lazare Carnot est à cet égard révélatrice. Plus juriste qu’ingénieur militaire, il est l’acteur prépondérant de l’état de siège fictif civil. De Gaulle, « fils de l’an II », se réfère explicitement à lui plutôt qu’à Robespierre et il n’y a qu’un pas pour faire le lien entre l’état d’exception de l’état de siège fictif civil et ce qui se met en place à la Libération. En un sens la fiction politique dessine une continuité au-delà des différences totales de période et de situation. Elle donne une autre dimension au temps politique, c’est-à-dire qu’elle est l’expression même d’une temporalité politique, invisible en période perçue comme normale. Elle est faite de ces comparaisons anachroniques. C’est dire que la feinte, le faux déclaré, l’invention et le décalage par rapport à une réalité supposée, qui constituent la fiction politique, ne sont pas des chemins arbitraires mais suivent une logique de sens. De Robespierre à de Gaulle, il y a une fraude manifeste, mais il y a aussi une continuité qui mérite d’être éclairée, non pas pour approfondir la personnalité de l’un ou de l’autre, non pas même pour comprendre l’action de l’un par rapport à l’autre constituée autant d’infidélités que de prétendue fidélité : un lien peut être établi entre deux fictions, non pas juridiques, mais politiques, dont l’état d’exception est le fil directeur. Ainsi peut s’appréhender autrement l’événement politique, si l’on prend en considération plusieurs temporalités. L’état d’exception sous la Terreur ou à la Libération est conçu comme ce qui doit assurer la fin de la guerre civile, ce qui se traduit dans l’invention renouvelée de l’indignité nationale par les juristes de l’après-1944. L’analyse, à mon sens, se complique de deux paramètres qu’il faut prendre en compte conjointement. L’un est la « continuité en rupture » de la Libération par rapport à la législation de Vichy : certes les programmes ne sont pas les mêmes, les intentions, opposées, mais il n’en demeure pas moins que l’état d’exception est le fondement des actions juridiques et politiques des collaborateurs de Vichy comme des commissaires de la République. L’autre – difficulté d’ordre épistémique – est contenu dans l’expression qu’invente Simonin, celle d’« état de guerre fictif civil », qui rend singulièrement ardu ce qu’elle développe, dans un champ secondaire, avec l’état de siège fictif civil. On est passé d’une notion juridique et politique, l’état de siège, à une notion comme instrument d’analyse : l’état de siège fictif civil, qui répond à la volonté jacobine de s’opposer à la mainmise militaire sur la cité au moyen de l’état de siège. La confusion entre le militaire et le civil n’est pas une nouveauté, notamment comme problème de la nation. La confusion entre république, nation en armes et absence de séparation entre le militaire et le policier, entre l’armée et le gouvernement, remonte à la République romaine, ce dont les révolutionnaires sont bien conscients. L’invention de l’état de siège politique en 1811 relayé par 1849 est la mise en loi et en décret d’une fiction pour modifier la réalité. L’état de siège fictif civil, non véritablement légiféré, est une fiction pour faire contre-feu à la première. Il est inventé, fiction de la fiction, pour retransformer la réalité politique en train d’être modelée par les circonstances et les décisions. Cette fiction comme négation d’une fiction précédente se retrouve dès lors qu’on prend l’état d’exception comme fil directeur révélant des continuités politiques au-delà des sauts chronologiques.

43Selon l’analyse de Simonin, en 1938-1939, dès avant le régime de Vichy qui la conserve, se met en place, par décrets-lois (notamment le décret-loi du 12 novembre 1938 sur les femmes étrangères mariées à des Français), la déchéance de nationalité, avatar de l’indignité issue du xixe siècle. À cette occasion se pose la question de la continuité entre Vichy et la IIIe République que Simonin récuse sur la foi du nombre des femmes indignes de la nationalité française avant et pendant Vichy qui en fait effectivement un usage beaucoup plus important qu’antérieurement. Mais il y a les chiffres et il y a l’esprit : ne pourrait-on pas supposer une continuité, jusqu’à la Libération qui ne rompt pas avec le refus de la nationalité française à des étrangères ? C’est bien la permanence de l’entité France qui peut être posée sous ces différents aspects. Disons que Vichy trouve les outils tout prêts pour mettre en application sa politique dans des proportions jamais atteintes par la République, c’est-à-dire que l’état d’exception, sous une certaine forme que Simonin identifie à la déchéance de nationalité, mais qu’on pourrait, en reprenant la trame historique de Agamben, trouver dans toute la période des années trente, est déjà là et qu’il est de fait « rempli » par des mesures alors naturellement nommées « exceptionnelles ». Toute la subtilité de la distinction doit selon moi se reporter sur la manière de concevoir l’état d’exception : provisoire et transitoire pour la République, il devient permanent pour Vichy. Mais la « rupture en continuité » se fait bien sentir avec l’invention de l’indignité nationale par l’ordonnance du 26 juin 1944 « relative à la répression des faits de collaboration » – il s’agit du crime de lèse-République. Simonin souligne qu’il s’agit, pour la répression qui n’est pas une épuration, d’une justice civile et non pas militaire. De cette remarque on peut déjà conclure que la différence est ténue entre un état d’exception conçu pour sortir de la guerre civile – et dont le droit voudrait qu’il soit limité précisément dans sa durée – et l’état d’exception conçu pour durer et pour faire le fondement d’un régime politique, d’un véritable système de gouvernement.

44L’état de siège, et notamment l’état de siège fictif, nous a conduits à considérer l’état d’exception non plus comme une forme juridique convoquée pour sauver l’État, mais bien comme un fond sur lequel se détachent les systèmes politiques, non pas transgression juridique ou pseudo-juridique du droit, mais forme parmi d’autres d’élaboration du politique. Ce faisant, est dévoilée l’existence de plusieurs temporalités, quand bien même ce serait dans une même séquence historique, propres à l’existence politique, la difficulté résidant dans la contingence mêlée de nécessité que l’événementialité propre à l’état d’exception fait advenir et que les fictions politiques révèlent une fois analysées. Que l’état d’exception révèle des continuités au-delà des différences de fond sur la trame historico-chronologique est démontré par la dialectique fictionnelle qui fait qu’une fiction en reprend ou en nie une autre, qu’elle soit antérieure ou contemporaine. Il faut alors comprendre la permanence de l’entité politique, sous laquelle nous réduisons l’enjeu de l’identité, selon un référent indéterminable reposant essentiellement sur la dialectique des fictions politiques.

  • 59 Simonin souligne qu’il n’y a pas eu de bonne solution trouvée : voir Le déshonneur dans la Républi (...)
  • 60 « Art. 1er : Les pouvoirs de police dévolus à l’autorité militaire par la loi du 9 août 1849 appar (...)

45Le problème de la permanence de l’entité politique n’est jamais aussi visible que dans la période 1939-1945. L’ordonnance du 9 août 1944 rétablit la légalité républicaine sur le territoire continental. On peut faire une comparaison. Le GPRF (Gouvernement provisoire de la République française) ne retourne pas à la IIIe République, les juristes maintiennent, en la modifiant, la législation de Vichy, mais ils créent du nouveau, donnant un sens plus plausible à la rupture dans la continuité. De même le 10 juillet 1940 est peut-être une date moins importante que celle du 16 juin 1940, une journée que Simonin érige en lien direct avec la législation de la Libération, rétablissant le lien essentiel entre état de guerre et état de siège, alors même que cette date correspond à la naissance du régime de Pétain. On peut résumer l’alternative ainsi : si le gouvernement de Pétain est de droit le 16 juin 1940, alors il est légal, et Pétain ne peut être frappé d’indignité nationale ; s’il est de fait, alors il est ennemi de la France59. De même pour les Français jugés pour fait de collaboration. Le 16 juin 1940, journée à l’atmosphère tendue, ponctuée par trois conseils des ministres, qui se résout par la démission du gouvernement et la nomination de Pétain comme président du Conseil, Paul Reynaud, démissionnaire, et Georges Mandel, ministre de l’Intérieur, trouvent le temps de modifier le décret sur l’état de siège de 184960. Crainte d’un coup d’État de la part du militaire Weygand ? Toujours est-il que le décret modifié réactualise l’état de siège fictif où le pouvoir civil est prévenu contre tout accaparement par le militaire. Simonin estime que le Comité de la Libération nationale s’en inspire directement en rétablissant « le lien républicain entre “état de siège” et “état de guerre” » (p. 381), c’est-à-dire en reprenant l’état de siège civil. Elle n’hésite pas à conclure : « C’est grâce à la continuité d’un régime d’exception, l’état de siège, que la République entre 1940 et 1944 n’a, en droit, jamais cessé d’exister, le décret Reynaud-Mandel du 16 juin 1940 frappant d’inconstitutionnalité le régime de Vichy né du vote du 9 juillet et de ses suites. » Elle date aussi de cette journée particulière la naissance de la « la solution juridique qui servir[a] de cadre au rétablissement de la légalité républicaine à la Libération ». Juridiquement et rigoureusement, elle est la date retenue pour « sanctionner les agissements des collaborateurs » (ibid.).

46Je comprends que la fiction est là pour contrer la fiction et ainsi modifier l’ordre politique ; que la fiction politique sert autant à établir des continuités qu’à re-séparer le civil et le militaire, autrement dit sert à dessiner de nouveaux partages dans le politique (qui se distingue bien là de la société et constitue une autre sphère). La question de la continuité ou non à partir du 16 juin est redoublée par celle, cruciale, de la permanence de l’entité politique, non pas au seul point de vue juridique mais en fonction de l’état de guerre. En effet, l’armistice ne remplace pas un traité de paix. On peut alors considérer, ce qui sera fait par la suite en 1944-1945, que la France est toujours, sous le régime de Vichy, en état de guerre, sans qu’aucune réalité juridique vienne étayer cet état, une « continuité » dont la France libre peut se prévaloir pour refuser toute légitimité au gouvernement de Pétain et en même temps pour poursuivre en justice les faits de collaboration, tout en renforçant la mythologie gaullienne d’une France résistante. Trois questions sont claires, ainsi posées par Simonin : 1) « Le gouvernement constitué le 16 juin 1940 pouvait-il légalement signer un armistice ? » ; 2) « Après avoir signé un armistice (22 juin 1940), le gouvernement constitué le 16 juin 1940 a-t-il levé l’état de siège lié à l’état de guerre déclaré le 3 septembre 1939 ? » ; 3) « Si l’état de siège décrété le 1er septembre 1939 est toujours en vigueur, le gouvernement du maréchal Pétain pouvait-il entamer un processus de révision constitutionnelle, et faire voter séparément, par la Chambre des députés et le Sénat, le 9 juillet 1940, un article unique déclarant qu’“il y a lieu de réviser les lois constitutionnelles” ? » (p. 365-366) C’est à mes yeux un condensé du questionnement sur la permanence politique et son référent. Simonin, pour y répondre, se place du point de vue de la légalité. Mais il faut comprendre que la légalité n’a pas valeur, contrairement à ce qu’on pourrait penser, de fondement de l’entité politique, elle n’est qu’un élément de la construction d’une permanence, qu’un maillon d’une identité qui se tisse dans l’exception et qui emprunte d’autre chemins concomitants. La légalité est le fil rouge d’une permanence politique, le fil le plus visible qui occulte d’ordinaire tout le reste des fictions moins facilement saisissables : il faut non seulement découvrir juridiquement une fiction politique, avec le geste incroyable de Mandel et Reynaud, mais aussi il faut reconstruire, au-delà du droit positif et de la légalité, tout le tissu de références que cette part légale visible engage, ou révèle, ou complète, etc. L’alternative n’est même plus entre légalité et légitimité mais entre permanence et extinction d’une entité politique qui ne peut admettre d’intermittence.

  • 61 Voir Théodore Reinach, De l’état de siège, ouvr. cité ; Paul Romain, L’état de siège politique, th (...)
  • 62 La Convention ne met pas la Terreur à l’ordre du jour ; l’ordre du jour n’est pas seulement une ex (...)

47À travers l’entrelacs des différentes sphères de permanence et de fondement de l’état d’exception, une fiction émerge : celle de l’état de siège, et qui plus est, de l’état de siège civil. Conçu par la Révolution jacobine pour s’opposer à l’augmentation des pouvoirs militaires (en 1791 l’état de siège ne peut être que militaire61), l’état de siège civil est réactivé en ce sens par Reynaud et Mandel qui suppriment la tonalité militaire de l’état de siège qu’il avait sous Napoléon puis sous la Restauration monarchique. Simonin ne met pas directement en regard ces deux journées, mais cela découle pourtant de son raisonnement : le 5 septembre 1793, dans son analyse, est non pas le jour où la Convention met « la Terreur à l’ordre du jour », cet ordre du jour n’ayant jamais existé, mais le jour où Robespierre a rendu « opératoire l’état de siège fictif civil » contre une version militaire de la Terreur62. Reynaud et Mandel en reviennent à une origine civile qui sera renforcée à la Libération. Est-ce à dire que l’état de siège fictif civil est convoqué, sur fond d’état d’exception qui le permet, l’autorise et le met en place, en un sens supra-juridique, pour maintenir le pouvoir dans des bornes républicaines en temps de guerre ? La fiction en l’occurrence n’est pas une simple fiction de droit mais une fiction politique, une fictio civitatis. À la limite, l’état d’exception ainsi compris ne relève pas du domaine juridique ou constitutionnel, il est un moment du politique qui se concrétise par une fiction comme l’état de siège civil. La Terreur comme état d’exception, comme état de siège fictif civil, garantit que la République ne sera pas militaire ; de même la Libération, reprenant l’état de siège fictif civil, donc faisant comme si la République était en état de siège, assure de manière exclusivement civile la transition. Cet aspect pousse Simonin à considérer qu’un tel état d’exception est incluant et non excluant. Le retournement effectué grâce à l’état de siège fictif civil révèle ce qui sous-tend tout état de siège, à savoir l’utilisation d’une image militaire faisant référence à la guerre étrangère pour qualifier et organiser une situation intérieure, pour plaquer la guerre sur l’intérieur de la cité, avec son cortège d’ennemis intérieurs. L’état de siège fictif civil opère un nouveau renversement et rappelle l’image de la guerre étrangère pour préserver la situation intérieure contre tout amalgame, pour séparer situation intérieure et état de guerre, pour éviter que ne soit rabattue la guerre sur la cité.

  • 63 Elle nuance le propos en estimant que des cours militaires ont bien siégé dans l’état d’urgence, d (...)
  • 64 Voir Entretien avec Anne Simonin, Tracés, vol. 20, no 1, 2011, p. 183.
  • 65 L’échelle de valeur est relative sur une ligne tracée par l’état d’exception : l’indignité nationa (...)

48Cependant, cette version « spatialiste » de l’état d’exception ne peut, nous en sommes maintenant persuadés, se passer d’une version temporelle, qui se révèle complexe mais qui en est la véritable signification. L’histoire fait ressortir des échos, comparaisons fécondes, voire répétitions. L’anachronisme contrôlé, pour reprendre un concept cher à Nicole Loraux, nous oblige à considérer autrement les rapports entre droit et politique, à partir de l’état de siège. L’état d’exception est révélateur d’une temporalité politique spéciale qui s’incarne dans le droit et dans d’autres domaines. La plongée est complexe et ne s’arrête pas là. La Libération s’inscrit dans le sillage de la Terreur mais reprend aussi l’état d’exception utilisé par Vichy. Le commissaire de la République peut être considéré comme le descendant du représentant en mission de la Convention (p. 386). L’état de siège civil est repris, augmenté de l’état de guerre fictif, en parallèle avec l’abrogation d’un grand nombre de pouvoirs exceptionnels. Le mouvement est le même : le transfert des pouvoirs militaires d’exception aux pouvoirs exclusivement civils, notamment en matière de tribunaux. Simonin relève trois caractéristiques de cet état de siège civil (p. 388 et suivantes)63 : le centralisme de l’exécutif pour les commissaires de la République, une instance législative provisoire (l’Assemblée consultative provisoire), des juridictions civiles d’exception (pouvoirs de police et de justice). C’est alors qu’est inventée l’indignité nationale, une peine qui évite la mort civile, qui infléchit la « terreur » de la Libération, qui modifie la vision que nous avons d’ordinaire de l’« épuration ». Plutôt que l’exception, c’est le « non-sujet de droit »64 qui est pensé. Redoutable ouverture à une catégorie qui devrait être impensable, le citoyen se dédouble en sujet et non-sujet, la lacune, le vide, devient gouffre65… Les difficultés soulevées par l’état d’urgence dans les démocraties sont ainsi des conséquences et non des composantes de l’état d’exception. La civilité se révèle très problématique et le citoyen, variable d’ajustement d’une démocratie en proie à une contradiction qui, certes, ne tient pas à l’essence démocratique, mais redouble la contradiction de l’État de droit. La remontée à l’origine de l’état d’exception avec l’état de siège, la découverte de l’action du second concept sur le premier, redistribuent les données du problème tel qu’il se présente particulièrement en démocratie, mais révèle des sous-jacences que la démocratie ne peut pas reconnaître.

49Le problème dès lors qu’on pense un état de siège fictif civil est le manque de modèle et la contradiction avec le seul modèle existant : celui de l’état de siège militaire. S’il est ainsi aisé de penser l’état d’exception sur le modèle militaire, il est à l’inverse difficile de prendre appui sur un fondement civil pour penser un état d’exception qui serait totalement détaché du militaire. C’est pourquoi, à mon sens, il est bien plus fréquent de rencontrer un état d’exception qui fasse songer à une dictature militaire qu’un état d’exception qui serait révolutionnaire et constituant. La fiction qui, pour l’état de siège civil, n’a jamais été véritablement codifiée juridiquement, ne parvient pas à s’imposer contre les images de l’armée. Bien plus la fictio civitatis de l’état de siège doit s’accommoder de son origine militaire ; le modèle de l’ordre et de la sécurité est bien plus envahissant que celui de la résistance. Masada est éclipsée par Jérusalem. En fait, l’état de siège, dont l’origine est l’état de guerre extérieure, avec communications coupées, place isolée, etc., ne se départit jamais de ce modèle binaire. Rabattu sur sa propre population, l’état de siège devient à visée intérieure, tout en maintenant la fiction de la guerre étrangère ; par conséquent l’intérieur doit être régi par les pouvoirs militaires exceptionnels qui prennent la place des pouvoirs civils. C’est le modèle englobant. Si en revanche on tente de penser un état de siège fictif, alors l’image des ennemis à nos portes est évincée, et c’est le conflit intérieur qui est pensé comme conflit duel. De ce fait, l’état de siège fictif civil peut aussi bien être l’instrument d’une oppression intérieure (dictature) que le moyen de la défense des pouvoirs civils contre le militaire (république). L’équilibre, dans les deux hypothèses, est en faveur du moyen d’oppression, dont doit se dégager toute entreprise qui voudrait faire de l’état de siège une défense contre des forces antirépublicaines. On comprend pourquoi il est si contre-intuitif, bien que correspondant à une réalité, de penser un état d’exception révolutionnaire, si ce n’est sous sa forme de pouvoir constituant. Faut-il alors renverser la contradiction par la convocation des contraires et agréer la conclusion selon laquelle la « fiction qui permet d’aboutir à la solution recherchée, la fondation de la République dans un pays en état de guerre civile et extérieure, s’appelle la Terreur » (p. 283) ? Il faudrait pour cela approfondir le sens de l’action réelle ou fantasmée de la guerre extérieure sur un moment d’exception politique. La plupart du temps, une dictature se justifie par l’idée d’une menace extérieure dont elle rabat les caractéristiques sur l’intérieur, faisant ainsi des ennemis intérieurs les ennemis à combattre en premier lieu. L’état de guerre fait sauter les verrous habituels. En ce sens, l’état de siège peut être considéré comme une chevillette, l’état d’exception, dans ses concrétisations, comme la bobinette. L’état d’exception est à la fois une sécurité-garantie et une sécurité-police qui peut se retourner contre l’intérieur. La question demeure de savoir ce qui fait sauter ce verrouillage et dans quel sens, le droit étant ici secondarisé. L’état de siège, quand il est une fiction convoquée, est d’abord une fictio civitatis avant d’être éventuellement fictio juris. En ce sens, la question reste ouverte de savoir si l’État est pensé sur le modèle militaire ou bien s’il peut se penser contre le modèle militaire, tout l’enjeu des fictions politiques réside dans l’interstice. Mais il est désormais démontré que la situation de guerre civile, sans « droit de guerre civile », imprègne les conceptions de l’état de siège comme état d’exception lié à l’état de guerre.

50On aboutit, si on prend au sérieux l’état de siège fictif civil, en rapport avec la guerre, c’est-à-dire si l’on tient compte d’un état qui tend à créer du droit, à une conception temporelle proche de celle de Walter Benjamin, à ceci près que l’état d’exception révèle la conversion, sans doute peu durable, des vaincus en vainqueurs, qui se pensent assiégés de ce fait. C’est seulement à cette aune que se révèle le sens de l’état d’exception. Il n’est pas seulement le nom d’un problème juridique, ni une question posée à la puissance et à l’autorité de l’État, ni seulement une lourde hypothèque sur l’idée de démocratie, ici opposée à l’idée de république ; il recouvre la question de l’identité politique. La question « qui est l’ennemi ? » devient « qui n’est pas / n’est plus l’ennemi ? ». Le travail du négatif fait son œuvre et il est alors possible de passer de la fictio civitatis au « civilis civis », cette expression redondante insistant sur la conversion ainsi opérée, sur le passage par le négatif de la notion de citoyen. L’identité politique relève de la définition des appartenances du non-sujet de droits, du sujet de droits, du non-citoyen (interné, déporté, sans-papier), et du citoyen.

Le saut logique : l’imagination invente la cité

  • 66 Voir Ninon Grangé, « Les énigmes emboîtées de la représentation. Sur Giorgio Agamben, La guerre ci (...)

51La conversion et le schématisme constituent bien un saut logique, qui est sans doute le moyen épistémique pour comprendre ce qui se passe dans une entité politique à un niveau infra-institutionnel. Il est étonnant que Vaihinger ne se soit pas davantage appesanti sur le schématisme transcendantal, dans sa théorie des fictions, lui qui fut un commentateur averti et prolifique de Kant. En effet, dans la lignée de ce qu’il dit d’une philosophie du « comme si », on attendrait une analyse de cette manière de former des images et d’en concevoir une méthode. Le « saut logique » ne serait en fait qu’une continuité compréhensible à partir du schème. Le « comme si » appliqué à l’état d’exception, sous la forme d’une réflexion sur les fictions politiques, implique ainsi le concept de temps, sous lequel les phénomènes de la guerre civile peuvent être subsumés et « mis en images ». Ainsi, chercher à comprendre l’exception en politique revient à élaborer un schématisme transcendantal appliqué à la guerre civile et à l’état de siège. Sans chercher à convertir le schématisme de Kant au politique, tout en en retenant sa capacité épistémique, une telle fiction opératoire se trouve au premier chef, et clairement développée, chez Hobbes lorsqu’il invite à considérer la cité tamquam dissoluta. Le retour à Hobbes est nécessaire et évident. Non seulement la question de l’état d’exception détermine la définition de la souveraineté à laquelle nous nous en remettons, mais encore le surgissement de la guerre civile est un élément fondamental de l’État puisque celui-ci doit être capable de contenir ce qui est apparenté à la retombée dans l’état de nature. Agamben a consacré une leçon à Hobbes qu’il a couplée, dans son édition, à une étude de la stasis66. Mais c’est justement, comme en un aveu de maillon manquant, sur le frontispice bien connu de la première édition du Léviathan que porte cette étude, comme si là était, dans la gravure nettement déterminée, la réponse à la question toujours posée de la souveraineté. Les attributs de la guerre, entre autres, sont manifestes ; de même la ville étrangement déserte hormis deux individus qu’Agamben identifie comme des médecins de la peste. Je ne reviens pas sur l’identification, qui remonte à Thucydide, de la guerre civile et de la peste, mais force est de reconnaître que les événements guerre civile et peste se disent, chez Thucydide, chez Lucrèce puis chez d’autres, dans les mêmes mots.

« Comme dissoute » : Hobbes et les fantômes

  • 67 Hobbes, Leviathan, chap. 29, éd. M. Oakeshott, Oxford, Basil Blackwell, 1960, p. 212 et p. 218.
  • 68 Onofrio Nicastro, « Le vocabulaire de la dissolution de l’État », Hobbes et son vocabulaire, Y. C. (...)

52La formule latine tamquam dissoluta se situe à deux niveaux, logique et temporel. L’expression, qui apparaît à plusieurs reprises sous la plume de Hobbes, tant en latin qu’en anglais (dissolution, dissolved, chaque fois)67 connaît plusieurs nuances ; pour autant c’est le latin qui donne son sens le plus riche, grâce à l’opérateur tamquam. « Comme dissoute » peut se comprendre, logiquement, comme une hypothèse de travail : on considère hypothétiquement la cité comme si elle était dissoute, et le raisonnement se fait à partir de là, dans l’élaboration du pacte social à partir de l’hypothèse de l’état de nature. L’expression peut aussi se comprendre de manière temporelle : la cité est en si mauvaise posture qu’on peut la considérer comme déjà dissoute. La difficulté se redouble puisque « comme déjà dissoute » peut se comprendre comme « presque dissoute, sur le point d’être dissoute » ou bien comme « réellement une fois dissoute », en tant que dissoute. Là se loge toute l’ambiguïté entre le conditionnel et le comparatif. De surcroît la langue latine utilise tanquam pour exprimer « dans la pensée que », et même « au prétexte que ». La formule utilisée par Hobbes engage plusieurs strates de compréhension : la cité comme si elle était dissoute, la cité déjà dissoute, la cité quasi dissoute, la cité, dans la pensée qu’elle est dissoute, la cité, au prétexte qu’elle est dissoute, les deux dernières traductions mettant incontestablement l’accent sur la construction du discours politique. La lecture des Anciens par Hobbes peut expliquer cette appétence à la polysémie latine, d’autant que Hobbes s’est traduit lui-même, qu’il appartient à un monde où cette compréhension est immédiate, qu’enfin on peut compter sur une imprégnation par des concepts latins de la pensée philosophique. Les commentateurs ne signalent généralement que les deux manières de comprendre, le plus aisément, l’expression : par la condition hypothétique, et par le résultat. Onofrio Nicastro distingue deux usages de la dissolution chez Hobbes : « la mort réelle de l’État », et « la simulation de l’inexistence de l’État […] sorte d’hypothèse annihilatoire »68. Agamben passe directement de la dissolution de l’État chez Hobbes à l’état d’exception incarné par l’homo sacer.

  • 69 J’ai consacré un article au chapitre 13 en relation avec la guerre civile, je n’y reviens pas : Ni (...)

53Trois passages sont concernés au premier chef par la dissolution de la civitas : De Cive, chapitre 12 (« De Causis internis Civitatem dissolventibus », « Des causes internes d’où peut venir la désunion de la société civile ») en relation avec la Préface ; Léviathan, chapitre 13 (« De la condition naturelle des hommes en ce qui concerne leur félicité et leur misère ») ; Léviathan, chapitre 29 (« Des choses qui affaiblissent la république ou qui tendent à sa dissolution »)69. Dans la Préface du De Cive, Hobbes s’en remet à une image, qu’il contribue à former et qui aura une grande fortune en philosophie politique, celle de l’horloge. Si l’idée de mécanisme a été mise en avant pour constituer tout un courant de pensée par l’histoire de la philosophie, j’aimerais souligner le lien, pourtant évident et que le politique à cette occasion fait naître, avec le temps !

  • 70 Hobbes, Le citoyen, Préface, trad. S. Sorbière, Paris, GF-Flammarion, 1982, p. 71.

Il me semble en effet qu’on ne saurait mieux connaître une chose, qu’en bien considérant celles qui la composent. Car, de même qu’en une horloge, ou en quelque autre machine automate, dont les ressorts sont un peu difficiles à discerner, on ne peut pas savoir quelle est la fonction de chaque partie, ni quel est l’office de chaque roue, si on ne la démonte, et si l’on ne considère à part la matière, la figure, et le mouvement de chaque pièce ; ainsi, en la recherche du droit de l’État, et du devoir des sujets, bien qu’il ne faille pas rompre la société civile, il la faut pourtant considérer comme si elle était dissoute (sed tamen ut tanquam dissoluta consideretur) […].70

  • 71 Voir Yves Charles Zarka, « La sémiologie de la guerre chez Hobbes », Cahiers de philosophie politi (...)

54Hobbes utilise l’expression « tanquam dissoluta » en deux sens (il utilise « dissolution » ailleurs dans les ouvrages considérés) : celui, utile, du démontage d’une horloge, l’autre qui fait place à l’hypothèse de l’état de nature au sein de l’état civil, comme à la réalité effective de la guerre qui vient mettre fin à un État. La temporalité, venant se greffer au sens logique de l’expression, est plus qu’un constat méthodologique. Je retrouve la redoutable difficulté du rapport entre logique et temporalité, puisque la logique, dans son déroulement syllogistique ou autre, comprend une dimension de déroulement temporel… Et si l’on cherche à tenir compte en même temps de la valeur logique et de la valeur temporelle véhiculées par l’expression, alors on se trouve devant un énoncé qui est à la fois ex post (constat que la cité est déjà dissoute, est quasi dissoute) et ex ante (la cité est sur le point d’être dissoute, est quasi dissoute, dans la pensée qu’elle est dissoute). Dans les deux cas pourtant, est visé un état de la cité pour en envisager les remèdes, que ce soit du point de vue du pouvoir gouvernant ou bien des penseurs qui, comme Hobbes, construisent l’État souverain. Retenons que le mécanisme qui est exprimé dans l’image de l’horloge succède immédiatement au passage sur les monstres mythologiques, ce que Hobbes appelle les « fictions ». Il enchaîne avec les séditions et rébellions puis avec l’idée de justice (p. 70). Après le passage de l’horloge vient l’allusion à l’état de nature, c’est-à-dire au volet anthropologique. Il y a, dans la préface au De Cive, une mise en scène de la démonstration, une répétition générale. Stratégie d’écriture, l’hypothèse et la thèse philosophiques sont condensées, la suite fournit la démonstration proprement dite. Notons que l’économie générale du texte s’appuie sur l’indistinction par définition de la guerre civile et de la guerre étrangère grâce à une description « réaliste » (p. 72) : la cité assiégée ainsi décrite par le menu et dans le détail vaut pour n’importe quelle entité politique en proie à la guerre. Il conviendrait de rester sur cette indistinction qui va donner lieu au paradigme de la guerre civile. Si Hobbes insiste sur l’idée de dissolution, c’est en rapport avec sa conception de l’état de nature comme un état de « guerre » de chacun contre chacun71. La possibilité de dissolution est d’emblée dans un temps politique qui se mesure mécaniquement et qui peut, comme une mécanique, se gripper et se disloquer. La proposition est évidemment redoutable. C’était seulement la Préface de l’ouvrage…

  • 72 Hobbes, Le citoyen, ouvr. cité : « ubi cives tumultuantur » est traduit par « où le peuple fait du (...)
  • 73 Voir Cicéron, huitième Philippique, et Ninon Grangé, « Cicéron contre Antoine, la désignation de l (...)

55La guerre civile est souvent définie chez Hobbes comme le surgissement de l’état de nature dans l’état civil, situation absolument contradictoire d’un point de vue théorique, qui se répercute sur la définition même de la guerre civile, à savoir ce qu’il faut absolument et durablement repousser, éviter. On peut considérer sa construction de l’État comme essentiellement fondée sur l’opposition à la guerre civile. Pour Hobbes, l’oxymore « guerre civile » est aussi un axiome. La dissolution de l’État participe aussi du souvenir de Thucydide et de la Guerre du Péloponnèse. Non seulement la référence au § 83 (la stasis à Corcyre) est omniprésente dans la quasi-totalité du texte sur la guerre civile, mais en outre Hobbes en a fait la traduction dans sa jeunesse (de même il achève sa vie en traduisant l’Iliade, dans un retour au schéma de la guerre-duel au sens littéral…). Il y a une manière de décrire le surgissement contradictoire de la guerre civile qui rappelle la stasis grecque, état de bouleversement et d’arrêt, de changement et de stagnation contradictoire, de renversement et d’inversion des valeurs, ce qui se traduit par l’horreur du parricide, du fratricide, et toutes les images d’égorgements entre concitoyens qui l’accompagnent. La dissolution est une manière de décrire le total et irrémédiable écroulement sur soi-même. La dissolution de l’État intervient au chapitre 12. L’ancrage de la réflexion de Hobbes est le latin, il se fait moins dans le droit romain que dans le corpus « littéraire », au sens large. Au chapitre 12 du De Cive, Hobbes utilise la notion de « tumulte » (ubi cives tumultuantur) qui ne correspond pas à une réalité qui lui serait contemporaine ; civil war est le syntagme récurrent pour parler de la réalité anglaise de l’époque, avec le pendant théorique et historique de sedition et faction72. Au-delà de la facilité à reprendre un vocabulaire latin dans un texte écrit en latin, dans une sorte d’importation des images comme des mots, et partant des concepts, par le truchement de la langue, ce doit être un signe du domaine que vise Hobbes, à travers ses références culturelles. Cicéron est souvent cité par Hobbes qui reprend l’idée que l’expression bellum civile est contradictoire dans les termes. Chez Cicéron la stratégie d’évitement est portée à son comble puisqu’elle concerne la nomination même de la guerre, dont Cicéron veut ignorer, parfois au prix de la cohérence logique de son discours, le nom même. Le bellum civile ne peut qu’à de très rares occasions franchir sa plume, à un point tel qu’il préfère distordre le sens même attribué à tumultus pour éviter de dire guerre civile, qui ferait par trop référence au bellum tout en soulignant le caractère contradictoire du bellum civile73. Tumultus vient ainsi à la rescousse aussi bien de la détermination juridique par le sénat des actions menées par Antoine, que pour qualifier l’état d’alerte spécifique à ces agissements, de sorte que le mot en vient presque à signifier aussi bien l’avant-guerre civile que la guerre elle-même, dont Cicéron ne veut pas dire qu’elle est civile – ce serait trop dangereux pour la cité – ni qu’elle est étrangère – ce qui entraînerait la reconnaissance d’Antoine comme belligérant, et légitimerait la guerre. Pour autant Hobbes fait, à mon sens, moins référence aux Philippiques qu’à l’un des ennemis les plus acharnés de Cicéron : Catilina, qu’il connaît sans doute davantage à partir du texte de Salluste La conjuration de Catilina, qu’il cite souvent. Hobbes a déplacé le vocabulaire du bellum civile, alors même qu’il fait partie des rares auteurs à ne pas avoir peur de l’écrire, et s’intéresse davantage à ce qui constitue des dérivations : la faction, la sédition, la rébellion. Le vocabulaire descriptif (historique) a tendance à prendre la place du vocabulaire théorique (tumulte, guerre comme paradigme), en un apport empirique de la philosophie de Hobbes qui passe par glissements, voire par déplacements, vers la fondation de la science politique. En ce sens, Catilina est la figure même du factieux nuisible au Léviathan. Ce déplacement est cohérent : une fois élaboré l’État, sur un modèle organiciste, Hobbes considère le Léviathan comme défini et installé ; dès lors toute velléité de dissolution est une attaque à l’égard de l’État, dissociable en faction, sédition, rébellion, et le souverain conserve le droit de la guerre à l’encontre de ses sujets.

  • 74 Hobbes, Leviathan, édition citée, p. 209.

56Le chapitre 29 du Léviathan est consacré aux pathologies de l’État et s’intitule « Des choses qui affaiblissent la république ou qui tendent à sa dissolution » (« Of those things that weaken, or tend to the dissolution of a commonwealth »)74. L’idée de guerre pathologique n’est pas en soi originale. Hobbes part d’un topos, concernant la guerre civile, puisque c’est elle que la tradition a coutume de nommer maladie de la cité. De fait, sous sa plume, et conformément à la pensée politique, la guerre étrangère ne pose pas problème. Par défaut, le paradigme de la guerre civile est bien actif. C’est dans ce chapitre que Hobbes reprend l’idée forte de dissolution, qu’on pourrait comprendre comme une reprise à nouveaux frais de la division de la cité, là aussi topos de la littérature philosophique. La place de ce chapitre dans la démonstration mérite d’être soulignée. On retrouve la civitas dissoluta, mais après avoir parcouru tout le cheminement de la construction de la république dans la deuxième partie, le chapitre 29 figurant parmi les derniers de cette partie. A donc été parcourue la logique de la construction et Hobbes examine ce qui peut, une fois la république construite de manière linéaire, l’affaiblir ou la détruire ; le « ou » est ambigu, il ressemble à un opérateur explétif : ce qui l’affaiblit, c’est-à-dire ce qui la détruit. Une forme d’instantanéité logique émerge du discours. Méthodologiquement, certes, le lecteur est contraint de reprendre une linéarité qui peut sembler historique, mais Hobbes, en fait, reprend un raisonnement logique : aussi bien doit-on connaître les causes de dissolution de la république avant même que celle-ci ait réellement pris naissance historique. La temporalité de l’exposition est différente de la logique démonstrative, qui est elle-même différente d’une temporalité historico-chronologique.

  • 75 Hobbes, Éléments de la loi naturelle et politique, II, chap. 8, trad. D. Weber, Paris, Livre de Po (...)
  • 76 Thucydide, La guerre du Péloponnèse, livre II, § 47-54.
  • 77 Ibid., livre III, § 69-75.
  • 78 Hobbes, De Cive, chap. 12.
  • 79 Hobbes, Éléments de la loi naturelle et politique, trad. D. Weber, ouvr. cité, p. 312.
  • 80 Hobbes, Léviathan, II, chap. 29, trad. F. Tricaud, ouvr. cité, p. 343.

57Donc, pour réfléchir aux risques encourus par l’État, il faut voir la cité tanquam dissoluta à cause de la guerre civile. Déjà dans les Éléments, Hobbes « [entend] ne rien dire au sujet de la dissolution d’une république à la suite d’invasions étrangères, qui est comme sa mort violente »75 : il n’y a aucune difficulté logique ni aucune problématique temporelle, il n’y a pas de tanquam possible, pas de confusion entre ex post et ex ante. En cas de guerre extérieure, si l’État est vaincu, tout est accompli et l’entité n’est pas entrée en contradiction avec elle-même. Hobbes reprend à son compte un topos de la littérature sur la guerre civile, mais pour l’amplifier avec l’idée de la guerre civile comme maladie. On pourrait croire que la conception organiciste de l’État chez Hobbes entraîne presque naturellement la comparaison entre guerre civile et maladie de l’État. Pourtant, il convient de prêter attention à son usage d’un vocabulaire politico-médical qui ne relève pas seulement de la figure de style ou de la reprise conventionnelle. La comparaison entre maladie et guerre civile remonte aux images latines mais également au passage de Thucydide sur la peste à Athènes76, symptôme de la dégénérescence et de l’écroulement de la cité sous ses désirs hégémoniques, ainsi qu’au passage sur la stasis à Corcyre, conçue comme une épidémie appelée à s’étendre à toutes les cités grecques77. Elle renvoie évidemment à l’image corporelle que Hobbes lui-même contribue à échafauder, et qui n’est pas une donnée standard au moment où il écrit. C’est une autre naturalité qui est là exposée, celle de l’État ; l’alternative est entre la force du Léviathan et la faiblesse de la République. Déjà la sédition est l’œuvre d’individus qui ne sont pas sages et qui sont sous l’emprise d’une maladie de l’âme78. Mais, dans un mouvement d’amplification et de définition, la maladie se transmet à l’État. « Je parlerai uniquement de la sédition, qui est également la mort de la république, mais semblable à celle qui arrive à un homme à la suite d’une maladie et d’une indisposition. »79 C’est dans le Léviathan, chapitre 29, que l’image atteint son acmé. Ainsi Hobbes classe les « infirmités des Républiques », « qui ressemblent à ces maladies qui dans un corps naturel procèdent d’une génération défectueuse »80, puis il passe aux « maladies de la République qui procèdent du poison des doctrines séditieuses » ; Hobbes semble ensuite abandonner la comparaison avec la maladie illustrant les causes de dissolution d’une république pour la réintroduire dans une compilation vertigineuse, résultat de cette dissolution : hydrophobie à la suite de la morsure d’un chien, épilepsie, jumeaux fusionnés (siamois) qui relèvent dans l’esprit de Hobbes de la tératologie, pleurésie…, il consacre tout un paragraphe aux accès de fièvre en rapport avec la circulation du sang, mais cite aussi les vers qui se logent dans les intestins, la boulimie, les tumeurs, la consomption, la léthargie, etc. (p. 344-355). Ainsi, un tel État miné par les maladies internes est la proie facile de toute invasion étrangère, « la République est alors DISSOUTE », écrit Hobbes.

  • 81 Voir Claire Crignon-De Oliveira et Marie Gaille-Nikodimov, À qui appartient le corps humain ? Méde (...)

58Il est difficile d’évaluer la portée de ce long catalogue des maladies de l’État calqué sur les maladies du corps, alors même que la dissension vient des maladies de l’âme. Le schéma directeur de la démonstration serait le suivant : de la nature humaine malade à l’État affaibli, où le corps, les organes, la vie sont davantage le propre de l’État que des hommes (ce qui donnera lieu à la synthèse agambénienne entre Hobbes et Foucault)81. C’est une manière de renforcer la construction de l’État de telle sorte qu’il se prémunisse contre les attaques internes et non pas contre les attaques externes. C’est toute la métaphysique de Hobbes qui peut être convoquée, au moment où il parle en termes physiques de l’État et du risque de guerre civile, nommée intentionnellement dans ce passage « intestine » pour accentuer son aspect interne, viscéral, ainsi que l’origine latine de l’expression. Je l’interprète cependant plus dans le sens d’un approfondissement du topos antique de la guerre interne comme maladie de l’entité politique, que comme l’irruption du monisme et du dualisme de l’âme et du corps dans la compréhension du politique. En effet – et cela complexifie le modèle – il convient d’ajuster l’image pathologique et corporelle au modèle organiciste, que l’on retrouve au sein même de la « physiologie » des guerres civiles. Hobbes construit et organise l’État, non pas seulement comme un corps, mais comme une montre par son horloger. Il y a tissage de deux images : celle de l’horloge et celle – repoussoir mais adaptée à l’organicisme – du monstre. On comprend qu’il faut des garanties en quantité, ou bien une garantie absolue, pour ne pas sombrer dans la tératologie politique…

59Je relève une structure du raisonnement qui caractérise selon moi la volonté de Hobbes de substituer une logique atemporelle à une logique temporelle : d’abord la comparaison, ensuite l’image, puis la déduction thétique. Les « infirmités des Républiques » sont comparées (« ressemblent ») aux maladies, puis un parallèle est effectué avec les « corps d’enfants engendrés par des parents malades », enfin elles reviennent au « poison des doctrines religieuses » (p. 343-344) – le mouvement est donc de la comparaison, au parallèle, puis à l’image. Ou encore le venin est comparé à l’hydrophobie, puis vient l’image de la République qui se comporte comme mordue par un chien, enfin la résolution-comparaison entre querelles sur l’âme et la souveraineté (p. 349). La comparaison et le parallélisme impliquent deux droites qui ne se rejoignent pas (dans un plan euclidien), c’est-à-dire que l’histoire ne peut rejoindre l’anhistoricité de l’état de nature. L’incarnation par l’image aurait alors la même fonction que le mythe chez Platon : elle représente ce dont le discours ne peut rendre totalement compte, à cette différence importante que Hobbes achève le raisonnement par le logos. À l’impossible logique chronologique sont substituées des images conceptuelles.

60Je note, sans m’aventurer dans le commentaire du système général de Hobbes, une conjonction sémantique particulièrement cohérente avec l’utilisation du mot « dissolution » (dissolvere, dissolutio, etc.). La guerre civile, pour réutiliser la métaphore de Hobbes, est une montre, non pas qui tombe en panne, non pas qui se dérègle, mais qui, inexplicablement, se disloque tout à coup. L’État est dans la position d’anticiper une impossibilité formelle qui peut cependant advenir. Le mot de dissolution renvoie aussi bien à un corps mécanique qu’à un corps vivant. En ce sens, la dissolution ferait bien plutôt appel aux connotations chimiques du mot : elle s’applique, en l’occurrence à cause des gens sans sagesse, orateurs ambitieux et insensés, au corps vivant qui se décompose, mais aussi à un mécanisme qui se corrode.

61La temporalité dégagée à partir du problème de la guerre civile chez Hobbes, à partir de sa contradiction intrinsèque reconnue et combattue, écrase le ex post et le ex ante. Il y a un « moment guerre civile », une épochè, qui filtre notre compréhension des réactions et des constructions politiques. Normalement le risque est passible de calcul, d’anticipation, de prévision, c’est-à-dire de précaution, or avec la guerre civile et sa temporalité hors norme juridico-politique, le risque et sa prévision sont eux-mêmes délétères, ce que ne cesse de dire Cicéron quand il modifie le sens de tumulte pour y faire entrer les deux temporalités, celle du risque et celle de la réaction à la guerre interne. Un signe de cette temporalité logique, qui écrase l’anticipation et la rétrospection, de cette logique atemporelle, se loge aussi dans les repentirs éditoriaux : selon les manuscrits, apparaît en exergue du Béhémoth la phrase suivante (dans l’édition de William Molesworth) : « Bella per Angliacos plusquam civilia campos, / Jusque datum sceleri loquimur » ; « Je dis que les guerres dont l’Angleterre fut le théâtre sont plus que civiles et que le crime a pris force de loi ». C’est une paraphrase de Lucain (Pharsale, livre I, vers 1), précisément un poète qui rompt avec la tradition pour raconter une histoire et non une épopée et qui s’appuie sur une guerre civile réelle entre César et Pompée pour écrire son œuvre en refusant le recours aux miracles, mythes et monstres. Cette épigraphe est un appel à l’amnistie, à l’oubli des crimes liés à la guerre civile, à l’écrasement des responsabilités et au retour forcé à une certaine temporalité, pour le salut de la cité. Elle disparaît dans d’autres éditions… En fait Hobbes ne s’en sort pas très bien, au sens où il ne garantit pas institutionnellement l’État-Léviathan contre la guerre civile. Il met le maximum de chances du côté de Léviathan, mais il redoute l’apparition contradictoire et absolument délétère de l’état de nature dans l’État de droit, ce qui entraîne dissolution automatique. La constante des Éléments de la loi naturelle et politique (1640), du De Cive (1641), et du Léviathan (1651), avec la dissolution, ce sont les listes des causes, des remèdes, des types…, forme qui souligne le caractère quantitatif et possiblement infini des causes de dissolution. La liste, avec son caractère répétitif, récurrent, itératif, s’oppose à la linéarité obligée de l’exposition. Elle donne une image finie, imparfaite, d’un infini abyssal (le gouffre de la guerre civile, autre image de prédilection de Cicéron). De plus, dans son caractère itératif même, la liste des maux vient gripper la belle linéarité historique qui empêche, on le comprend désormais, de voir les vrais problèmes.

62Ainsi la cité, face à l’événement guerre civile, ne peut faire autrement que nier la réalité, c’est-à-dire nier la contradiction contenue dans la guerre civile, et s’en remettre au discours qui remplace la réalité, en inventer une autre, plutôt que de constater un état de fait inenvisageable par définition, qui ne rentre dans aucune catégorie normée, qui ne fournit aucun outil, aucune arme contre le risque majeur qu’elle représente. C’est le constat politique, émanant à la fois de toute une tradition gréco-latine et des événements contemporains de Hobbes. Celui-ci ne se contenterait pas d’ériger le souverain-Léviathan pour repousser le danger extrême. Il ambitionne, dans une science politique, d’inventer une autre temporalité. L’intérêt du Léviathan est qu’il ne recourt pas à l’état d’exception, mais à l’État comme le contraire de celui-ci. Autrement dit, Hobbes invente une cité où l’état d’exception ne peut pas être. La temporalité se substituant au rapport logique – la logique temporelle que Hobbes entend substituer à la linéarité attendue d’un raisonnement – n’engendre pas automatiquement le monstre de l’état d’exception, alors même que beaucoup s’accordent à parler du décisionnisme de Hobbes, lecture erronée, de même que celle qui rapporte Schmitt à Hobbes par le décisionnisme exclusivement.

63L’invention politique de Hobbes est le complément de son raisonnement, manière de rendre compte de la construction politique sous un autre angle que celui qui oppose contractualisme et libéralisme, absolutisme et libéralisme. Nicastro estime que le mot « invention » est, comme chez les contemporains de Hobbes, utilisé de manière péjorative par Hobbes. C’est vrai du dernier livre du Léviathan, où il signifie élucubration, productions insensées, superstitions ; ce ne l’est pas de la première partie (chapitre 4) qui insiste, par exemple, sur l’aspect concret de l’invention, comme l’imprimerie à laquelle Hobbes consacre de nombreuses lignes. Il faudrait réévaluer l’invention politique comme imagination politique, soit la faculté de produire des images qui servent la conservation ou le renouvellement de l’entité politique. L’imagination comme la performativité ont un rôle d’ajustement entre les faits et les normes, ne serait-ce que parce qu’elles démultiplient les possibilités de réactions, en augmentant le champ de l’anticipation, ce qui est un acte politique par excellence. Cette faculté proprement politique de construction et d’élaboration qui transforme la réalité en passant au travers, c’est-à-dire qu’elle la prend en compte comme risque tout en ne la prenant pas en compte comme une réalité, comme une res, comme un événement brut, est évidemment mise en œuvre quand le ex post vient heurter le ex ante. Loin s’en faut qu’il s’agisse d’une démarche de vérité : la faculté d’invention politique, aux seules fins de préserver la cité, se traduit de manière d’abord hyperélémentaire et consiste à effrayer par des images, par des souvenirs, par les descriptions de la guerre interdite, pour détourner de la guerre civile. Elle peut prendre des formes plus élaborées, quoique plus confuses : l’état d’alerte, d’urgence, d’exception ; c’est-à-dire qu’elle peut emprunter un chemin qui s’apparente à une création de fictions politiques.

64Ce que peut le raisonnement, c’est remplacer la chronologie de l’histoire, de l’événement, de l’exposition, par une logique propre. Deux remplacements sont possibles : le recours au fantôme (l’esprit) et l’exception, comme manières possibles de contracter la temporalité, de supprimer la temporalité linéaire, chronologique, pour lui substituer une logique atemporelle qui passe – schématisme – par la mise en lumière d’une dimension spectrale du politique. C’est peu de constater l’insuffisance du passage de l’anglais, qui peut utiliser avec toutes les nuances péjoratives ou laudatives wit, spirit, ghost, mind, au français, qui n’a rien d’autre à sa disposition que « esprit », recouvrant aussi bien la malice que l’esprit au sens cartésien ou encore le spectre et le fantôme revenant. Hobbes utilise toute la palette et n’hésite pas à jouer sur les ambiguïtés. Je retiens l’aspect merveilleux et trompeur du fantôme, qui creuse la volonté critique de Hobbes. On l’a constaté, cela a été démontré : il est très difficile de ne pas recourir à des images et des métaphores, souvent spatiales, pour aborder ce qui n’a pas de véritable lieu. Les fictions politiques ne se donnent pas à voir, elles remontent parfois à des archaïsmes qui ne se livrent pas d’emblée et peuvent prendre l’aspect et l’image du spectre : le réseau spectral de la cité qu’il faut décrypter, le spectre repoussoir de la guerre civile (topos), l’impossibilité de recourir à une temporalité historique. C’est une autre manière de dire la décomposition philosophique de la composition essentielle d’une entité politique. Enfin pour Hobbes le spectre, c’est le fantôme.

  • 82 Voir Éric Marquer, « La notion de wit chez Hobbes. Rhétorique, politique et philosophie », La noti (...)
  • 83 Hobbes, De Cive, chap. 12, § 2 : Le citoyen, ouvr. cité, p. 216.
  • 84 Lire la démonstration limpide : Hobbes, Léviathan, ouvr. cité, p. 350-351.
  • 85 Voir ibid., p. 352.
  • 86 Ibid., chap. 47, « Des avantages qui procèdent de ces ténèbres et qui en bénéficient », p. 701 et (...)

65Trois passages, dont nous avons déjà évoqué certains, qui ont tous à voir avec un aspect fantomatique de la cité en danger et à construire, sont concernés. 1) Le chapitre 12 du De Cive s’attarde sur la critique du wit, l’esprit au sens d’invention précisément, tendant à donner quelque chose pour autre chose qu’il n’est82. La critique de Hobbes porte d’abord sur les opinions séditieuses, passant par la définition du peuple et de la multitude ; il base les ferments de séditions sur une série d’opinions – parfois mais pas systématiquement fondées en vérité –, notamment sur une manière de s’emparer des esprits en jouant sur les passions, clairement conçues comme maladies, de l’âme. Ainsi, on passe de l’incube, maladie qui fait imaginer au malade une cause de ses souffrances qui n’est pas la cause physique, à la sédition. L’image est filée, mais c’est la guerre qui en est la pierre de touche. Partant d’un argument classique sur la guerre juste83, dans un thomisme assez orthodoxe passé par le filtre de Grotius dont il s’écarte cependant, Hobbes fait la critique du tyrannicide, de l’ambition, de l’éloquence, etc., autant de possibilités pour la sédition d’émerger à la faveur de quelques-uns qui n’hésitent pas devant la désunion, soit la division immédiate de la cité. 2) Le chapitre 29 du Léviathan s’appesantit, comme on l’a vu, sur les maladies de la république ; Hobbes définit la rébellion pour aboutir à sa liste inouïe de pathologies toutes précisément calquées sur des maladies réelles, affectant le corps politique. Et c’est à la fin de ce mouvement déjà évoqué que Hobbes, pour parler de l’autorité spirituelle, utilise ghostly dans l’édition anglaise distinct de mind qu’il utilise peu après. Déjà il évoque le royaume des sylphes ; l’équivalent de l’édition latine évoque les Lémures. Ghost et ghostly viennent clairement qualifier les autorités spirituelles qui sont coupables de faire qu’un « royaume divisé en lui-même ne saurait subsister ». Hobbes récuse la distinction entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel : il n’y a pas deux pouvoirs, mais il y a deux royaumes, et sans doute l’un a-t-il tendance à se confondre avec les ténèbres84. La division de la cité repose sur une contradiction logique, sa puissance de nuisance est absolument délétère. Dans la suite du texte, spirituall devient synonyme de ghost, c’est-à-dire que l’intention critique est manifeste et appuyée, au-delà de la seule ironie. L’intention consiste aussi à avertir du danger ainsi encouru. Le catalogue des maladies est entrelacé de cette pernicieuse et erronée division des pouvoirs, fantomatique, fantasmatique. Fantasmatique ne signifie pas que ce pouvoir n’existe pas, au contraire, c’est sans doute pour cela que Hobbes insiste autant sur tous ces esprits, nés de fables et de superstitions qui ne sont pas moins nuisibles. Le spirituel est bien ce qui est hors du temps historique, et certains en font mauvais usage pour revenir dans le temporel en un abus caractérisé. À mon sens Hobbes aimerait remplacer cette opposition théologique entre spirituel et temporel par une opposition logique. Deuxièmement Hobbes rapatrie les esprits (ghosts) dans le corps malade, il s’émancipe de la médecine des humeurs, ce qui ne peut que mener à la conclusion que l’État a sa propre médecine. L’argument est difficile logiquement : passer par la comparaison pour la rejeter ensuite ; de même que le danger est à double tranchant : certains, par sédition, vont s’arroger un pouvoir, mais le risque est aussi celui de l’anarchie85. 3) Dans le dernier chapitre (47), conséquent au chapitre sur les traditions fabuleuses, inauguré par le nom de Cicéron, Hobbes se livre à cette curieuse et patente description : le domaine politique y est envahi par les images de fantômes86. Même si le propos de Hobbes est général, et qu’il entend dans cet ultime passage dénoncer les ténèbres spirituelles qui veulent s’emparer de l’esprit du peuple (et ainsi introduire la sédition et assurer l’intérêt de quelques-uns), bref au moment même où Hobbes dit le dernier mot concernant les rapports de pouvoir au sein de l’État et les dangers encourus, il fait un catalogue merveilleux des êtres qui peuplent ce « royaume des sylphes » (fairies). La dénonciation du modèle politique qui emprunte aux « fables de bonnes femmes » est l’occasion pour lui de soulever tout un monde d’êtres que l’on n’a pas l’habitude de trouver dans l’arène politique : spectres (ghosts), esprits, elfes, incubes envahissent la place pour expliciter la vision d’une république ténébreuse et obscure, où la critique du pape joue à plein…, et la description de ce monde des esprits se mêle sans rupture à celle du rôle des ecclésiastiques et des églises dans le monde terrestre. De façon quasi systématique, Hobbes fait se succéder ghost, spirit, ghost, spirituall, ghost… comme s’il martelait l’amalgame. Dans la version latine, il substitue parfois à ghost le terme de Lémures, ces êtres de la mythologie latine, plutôt malfaisants, qui sont souvent des âmes ne trouvant pas le repos après une mort violente, des sortes de revenants.

66Ce chapitre, qui conclut la quatrième partie « Du royaume des ténèbres », est en situation de contrebalancer la troisième « De la république chrétienne ». La comparaison est continue, appuyée, filée tout au long des dernières pages. L’humour choisit ses effets, mais il n’est pas anodin de noter que Hobbes mêle ici fictions et réalités, inventions (superstitieuses dans son esprit) et séditions favorisées par quelques êtres qui s’arrogent le pouvoir et utilisent le miraculeux. Il y a là plus qu’un indice de la réalité (logique, philosophique, politique et non pas concrète) des fictions politiques, qui sous-tendent toute vie politique, et qui sont particulièrement en jeu dans le risque absolu que constitue la guerre civile. Le danger est extrême : d’un pouvoir fantasmatique, les esprits séditieux font un pouvoir ruinant la république. Pour le raisonnement, la fiction est la meilleure manière de condenser la temporalité, les fantômes, la meilleure manière d’« incarner » l’atemporalité.

Dimension spectrale du politique

  • 87 Spinoza, Traité théologico-politique, chap. XVII, trad. J. Lagrée et P.-F. Moreau, Paris, PUF (Épi (...)

67La temporalité propre au politique qui émerge de l’examen de l’état d’exception, révélateur de la fonction politique de l’état de siège, et révélé par son éclairage par la guerre civile, ne peut être appréhendée que par ce qui ne se voit pas directement dans le politique, classiquement entendu. Les fantômes de la cité, les sous-strates archaïques, qui constituent le politique et le travaillent, entraînent une redélimitation du politique lui-même, avec ses ambiguïtés et ses forces et faiblesses jouant en sous-jacence de la partie visible du politique. Là où Schmitt par exemple identifiait des concepts théologiques peu à peu sécularisés, travaillent aussi des archaïsmes – qu’il faut alors comprendre conceptuellement et construire – prépolitiques, spectraux, fantomatiques, imaginaires. De cette puissance, dont on a vu qu’elle est aussi impuissance – c’est l’effet réversible de l’état d’exception, si contraire à une conception du temps comme irréversible – naît une réalité, qu’il est aisé de comparer aux pouvoirs, aux effets de domination, aux régimes, aux institutions, alors qu’elle est constituée aussi de strates fictives, fictices, qui sont moins falsificatrices d’une réalité que « factives », au sens où elles créent les faits. Il est évidemment très inconfortable de penser que le politique est aussi le résultat de l’imagination créatrice, et que le factice est convertible en factualité. Il est à cet égard intéressant de noter que le mot « facticité » ne renvoie qu’à l’artificiel et au contingent. Le factice est le résultat de la fabrication des faits de manière imitative, artificielle, non essentielle. « Factice » est ainsi opposé, entre autres, à « factuel », qui relèverait d’un ordre purement pragmatique. C’est une certaine conception de la chose, du fait et de la réalité, opposés à l’imagination, qui draine ainsi les concepts. Nous constatons, à partir de l’analyse d’un élément du politique, qu’il ne faut pas se fier à cette catégorisation. Ainsi faisait Spinoza, pour ne citer que lui, révisant, au point de vue du politique, l’opposition classique entre raison et passion, montrant que les passions sont toujours à l’œuvre dans la société et font entièrement partie du politique87.

68Du point de vue d’une histoire de la philosophie politique qu’il faudrait alors reprendre à la racine, l’état d’exception, pour être dans cette expression une « nouveauté », devrait amener à une révision de l’histoire des concepts politiques. On comprend mieux désormais pourquoi les auteurs qui se sont penchés sur l’état d’exception éprouvent le besoin de remonter loin en arrière pour finalement et paradoxalement abandonner tout sens généalogique. Dans le cadre des catégories existantes, l’état d’exception ne peut être référé à une antériorité lointaine. En revanche, si l’on considère l’état d’exception comme le révélateur récent d’une vérité éternelle du politique, alors la perspective change du tout au tout, et la prise en compte de la factualité de l’imagination-invention politique se dégage de toute interprétation pragmatique et pragmatiste. La récurrence du thème décisionniste, si on consent à le détacher d’une exclusive interprétation de Schmitt, devient alors essentielle. Si l’on cherche à débusquer le thème décisionniste dans des lectures de Platon ou de Hobbes, qui ont été pris dans les rets anachroniques et déplacés des interprétations par l’autoritarisme ou le totalitarisme, on gagnera sans doute dans la compréhension du politique. De même les utopies, elles aussi engluées dans d’impossibles métaphores anachroniques, pourraient être reprises par l’étude du travail de l’exception révélatrice d’une temporalité politique qui n’a rien à voir avec une continuité historique se reproduisant dans une continuité de l’histoire des concepts. Il ne s’agit pas de favoriser l’éclairage des ruptures par rapport aux continuités, il s’agit de reprendre la définition de la temporalité politique, dégagée de la temporalité historienne.

  • 88 Voir Mireille Delmas-Marty, Les forces imaginantes du droit I, II, III, Paris, Seuil, 2004, 2006, (...)
  • 89 J’en ai analysé la portée temporelle dans De la guerre civile, ouvr. cité.
  • 90 Des formulations tout à fait conscientes en ce sens, mais non développées, apparaissent par exempl (...)

69Ainsi, en partant de la sphère restreinte des limites du droit, on en arrive à une redéfinition de ce qu’est un concept politique et à une reprise annoncée de l’histoire des concepts. Ou plus simplement, on devrait parvenir à une renomination des catégories pour analyser le politique. Agamben a montré combien le concept d’exception était finalement indépendant des considérations exclusivement juridiques et de gouvernement. Une préoccupation qu’une juriste comme Mireille Delmas-Marty semble reprendre, bien qu’a minima, dans sa distinction entre exception comme suspension du droit et exception comme contournement du droit88. Ses références restent cependant prisonnières d’une histoire classique des concepts politiques, puisqu’elle voudrait rapporter l’exception aux théories de la raison d’État. On perçoit le désir de s’émanciper des catégories juridiques et politiques « autorisées » par référence à ce qui échappe justement aux catégories visibles et institutionnalisées, d’où le recours à la raison d’État et la substitution du contournement au détournement. La difficulté reste bien celle d’avoir une vision non juridique sur le droit. Il apparaît qu’il faudrait au contraire s’en remettre au « peu visible » dans le politique et ajouter, au moins comme catégorie, un troisième concept politique : l’invention. Le terme est général et recouvre en partie ce qui s’est écrit dans les analyses des fondements du politique, insistant sur ce qui le précède, dans une forme rendue concrète d’atemporalité : ce qu’il y a avant toute constitution, avant toute institutionnalisation. On comprend alors l’incursion problématique des lectures « de gauche » dans un débat qui apparaissait au premier abord « de droite ». On comprend mieux alors le fil qui relie Negri, Hardt, Balibar, à Schmitt, à Hobbes, à Sieyès, mais aussi la place très indéterminée conférée à la dictature romaine ou, dans un autre champ, à la raison d’État. Le pouvoir constituant cherche, mais de manière encore trop liée à l’idée de constituer le politique, à se placer dans un avant du politique qui permet le politique, (ré)intégré dans le cours historique ordinaire. C’est cette réintégration dans le cours ordinaire des choses, considéré comme historiquement linéaire, qui empêche de considérer le moment véritablement non historique du politique et c’est ce que les auteurs, s’appuyant sur l’imagination d’un état de nature plus ou moins élaboré, ont tenté de contrer89. Il s’agit en fait de la recherche du spectre du politique, de la décomposition des éléments invisibles constitutifs d’une onde, des fréquences repérables sous un phénomène indistinct, et en même temps de l’analyse de son efficacité. Les sens optiques, phonétiques et médicaux (l’efficacité des antibiotiques) sont des approximations véridiques du sens que « spectre » peut avoir en politique, augmenté du sens purement fictionnel propre à la convocation hobbesienne des fantômes dans la cité. Le recours à la métaphore est d’ordre essentiel : le politique ne se voit, ne se dit pas autrement, dans son essence, dès lors qu’on a compris qu’il se fait à partir d’inventions, de fictions, d’images. Par conséquent, les nombreux recours à la métaphore spatiale, rencontrée d’emblée avec l’état d’exception, s’expliquent par le spectre temporel caché du politique90, ce que j’ai ailleurs, utilisant à mon tour la métaphore spatiale, appelé les « strates » du politique.

  • 91 Voir sur le sujet Giorgio Agamben, « Langue et histoire. Catégories linguistiques et catégories hi (...)
  • 92 Voir Jacques Michel, « La métaphore dans les sciences sociales : nécessité ou projet ? », Les déri (...)

70Pour comprendre ce troisième concept du politique qu’est l’invention, il faut s’en remettre, par défaut, à la notion de fiction, pourtant un peu décevante. Le terme de fiction est trop général ; surtout il a été capté par des traditions qui n’ont pas de lien avec ce que je veux dire du politique. La fiction comme objet de langage, opérateur de récit, ne saurait délimiter la puissance et le déploiement politique des fictions. Là où Jeremy Bentham, John L. Austin, Jacques Lacan entérinent la prééminence du langage, il faudrait, pour ce qui nous occupe, secondariser cet aspect, dont relèvent en effet mais pas exclusivement les fictions, pour recentrer l’analyse sur le politique91. Le politique serait cet objet qui ne s’appréhende pas avec les moyens ordinaires de la linguistique, de l’anthropologie, du droit, tout en intégrant comme éléments tous ces moyens. Et l’on doit admettre que la forte métaphorisation des concepts rencontrés jusqu’ici porterait naturellement à une analyse des fictions par le langage92. On a parlé du « dit » du politique, des « récits », de « story-telling »…, les mythologies invitent à plonger dans la sphère du langage comme si celui-ci faisait le tour et de l’objet et des moyens pour l’appréhender. Le fait d’envisager une performativité propre au politique ne fait que compliquer ce rapport. J’ai déjà esquissé ce que le politique n’a pas en commun avec la narration ; à aucun moment je n’ai plaidé pour une analyse des discours politiques (ou du politique) ou pour une analyse en termes de structure. La lisière entre métaphore, personnalisation de l’entité politique, et réalité est ténue. C’est dans une opposition des fictions aux mythes fondateurs, dans un référencement des fictions politiques aux fictions juridiques, dans ce que celles-là ont de problématique et d’inventif, que le spectre politique se livre, s’analyse, comme déjà-là.

  • 93 Barbara Cassin, « Exclure ou inclure l’exception ? », L’exception dans tous ses états, ouvr. cité.
  • 94 Voir Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, Trident, 1987 ; Walter Benjamin, Pour une c (...)
  • 95 Jeremy Bentham, Théorie des fictions, édition bilingue, trad. G. Michaut, Paris, Éditions de l’Ass (...)

71Barbara Cassin, dans son analyse de l’exception, évoque l’Afrique du Sud et sa capacité, au moment de l’abolition de l’apartheid, à inventer du mythe93. Si la spécialiste de l’Antiquité grecque, et notamment des faits de langage, se permet une telle affirmation, il faut pourtant convenir qu’elle ne prend pas le mot « mythe » au même sens que celui que nous avons l’habitude d’utiliser à propos de la mythologie grecque ou de l’opposition trop simple entre mythe et logos. S’il ne fallait pas craindre le contresens ou la glose, on pourrait entendre, dans cet usage par Cassin, le mythe au sens sorélien, c’est-à-dire son rapport avec la violence, quand bien même celle-ci, dans l’exemple de Cassin, serait oubliée en étant racontée, ou encore le sens, inspiré de Sorel précisément, que Benjamin lui donne pour qualifier une fondation, hors droit, de ce que l’on n’ose plus dire politique94. Il ne s’agit donc pas ici de construire le concept de fiction au sens de narration, de mythe ou de structure, mais de souligner la manière qu’une entité politique a – outre qu’elle se dit et se fait – de se voir et de se constituer. L’étude de l’état d’exception, en révélant du politique ce qui lui est invisible, voire l’intolérable de sa propre faiblesse intrinsèque (le fait que le politique ne repose sur rien, ou qu’il repose sur des fictions, enfin que tout pragmatisme est illusoire), permet de voir la dimension spectrale du politique qui est sans doute aussi importante que l’organisation des institutions. On retrouve l’ambivalence soulignée par Bentham95 : les fictions sont admirées pour leur puissance en rapport avec leur faiblesse, elles créent du réel qui reste souvent insoupçonnable.

72L’ultime étape de ce parcours emprunte un chemin escarpé, puisqu’il s’agit de considérer un type d’analyse qui, pour ne relever ni de la critique littéraire ni de la linguistique, se frotte pourtant à la narration, soit une manière de retrouver les fictions en leur lieu. Il s’agit de prendre en considération ce que le droit doit à la littérature, tout en tenant pour acquis que la littérature mène à la vérité par un autre biais que la réflexion philosophique. Cette méthode a pour nom Law and Literature, elle reprend la dévaluation du procédé juridique par Bentham, relit Vaihinger, resurgit chez Charles Perelman dans les années soixante. L’on pourrait, parmi d’autres, reprendre la thèse suivante :

  • 96 Christian Biet, « Droit, littérature, théâtre : la fiction du jugement commun », La démocratie peu (...)

Puisque le droit, dans ses fondements, repose sur des comme si, sur des fictions nécessaires à produire une cohérence pour avoir un point de vue sur la société et lui donner un ordre, la littérature, elle, juchée sur les comme si du droit, s’empare des fictions juridiques pour les actualiser dans ses textes et, partant, les mettre en cause et donner un espace de réflexion à ceux qu’elle convoque : les lecteurs et les spectateurs.96

  • 97 Ibid. : les présupposés de law and literature impliquent bien sûr que la littérature le soit.

73À condition de laisser l’impératif trop restrictif de ces études, à savoir ne parler que de littérature mettant en scène le droit, et d’avoir à l’esprit que la littérature n’est pas seulement le « miroir de son temps »97, qu’elle intervient et façonne aussi le réel, on peut envisager sur le même modèle, sur la même forme, l’élaboration, la constitution et la vie du politique. Ma ligne est constante qui suit l’extension du juridique au politique.

  • 98 Richard H. Weisberg, Vichy, la justice et les Juifs, trad. L.-E. Pomier et Y. Coleman, Amsterdam, (...)
  • 99 Voir par exemple Les hommes du président (All the President’s Men, Alan J. Pakula, Warner Bros Pic (...)
  • 100 Robert M. Cover, « Nomos and narrative », Harvard Law Review, vol. 97, no 1, 1983, p. 4-68 ; voir (...)
  • 101 Voir Richard H. Weisberg, « Vérité démocratique et spécificité romanesque », Raisons politiques, v (...)

74Richard Weisberg, qui a aussi écrit une étude sur Vichy et les lois antisémites98, élabore la pensée du Law as and in Literature, selon laquelle les décisions, les arrêts judiciaires, sont des techniques narratives dont le style joue un rôle essentiel, réenclenchant l’essor important de telles études dans les années soixante-dix au moment du Watergate. À l’origine, il s’agit d’abord de poser la question de l’éthique des juristes. Nous pouvons cependant y voir autre chose, et l’événement de Watergate nous y invite puisqu’il est une forme d’état d’exception, niant les droits fondamentaux individuels et plusieurs libertés. Plus que les legal novels que l’on pourrait assortir des legal movies si cela existait99, c’est l’idée d’un monde en constante création qui devrait nous retenir, un « univers normatif » que Robert Cover n’hésite pas à appeler nomos100. Selon Cover, le droit, les phénomènes juridiques ne sont rien sans les narrations qui les sous-tendent ; de même le nomos, donc l’univers dans lequel nous vivons, n’est rien sans ces narrations, évidemment multiples, équivoques, ambivalentes, parfois contradictoires. Ce que Weisberg ou Cover analysent comme des éléments révélés dans le droit par l’analyse littéraire du droit se répercutant sur la littérature implique une conception du politique en général comme sous-tendu nécessairement par des fictions. Weisberg invite à être conscient du soupçon pesant sur les mots du romancier. L’extension du droit au politique élargit cette conscience à tous les mots, et notamment à ceux du témoignage, méfiance très étudiée, et incluse dans leur méthode, par les historiens101. Tout récit, non pas seulement littéraire qui, à la limite, serait le moins soupçonnable, invite à une réflexion sur les conditions et la forme de son énonciation. Ce que le mouvement Law as and in Literature met en avant, ce sont les multiples versions, toutes différentes et pourtant sincères, d’un même événement. Je l’appelle « l’effet Rashōmon », en référence au film d’Akira Kurosawa (Daiei, 1950) qui narre le même événement quatre fois, selon la version différente de chacun des acteurs, dont un fantôme. Il n’est alors pas anodin que Weisberg élabore sa théorie parallèlement à l’analyse de Vichy et de ce qu’il finit par appeler « l’évitement des réalités centrales » qu’il faut rapporter, à mon sens, à la conjuration de la guerre civile.

  • 102 Voir Michael Riffaterre, Fictional Truth, Baltimore-Londres, John Hopkins University Press, 1990.
  • 103 La bibliographie française n’est pas homogène, la bibliographie anglo-saxonne est antérieure. Voir (...)
  • 104 Voir Françoise Lavocat, « Le mensonge dans la cité. Fiction juridique contre fiction poétique », R (...)
  • 105 Le numéro cité de Raisons politiques, dont j’utilise la force synthétique, s’arrête assez naturell (...)
  • 106 Reinhart Koselleck, « Les monuments aux morts, lieux de la fondation de l’identité des survivants  (...)

75Ainsi, dans une lecture inspirée par Weisberg, la guerre civile serait un « centre » dans l’évitement duquel peut se loger une conception du politique (une constitution de l’entité politique), démultipliée selon les perspectives (effet Rashōmon). L’identité-ipse de l’entité politique est définitivement introuvable, elle consisterait en un impossible « se dire - se voir » simultanés ; en revanche la permanence peut se laisser saisir dans les processus qui génèrent un nomos et pas seulement dans les normes que l’on appréhende alors comme un processus générateur de soi. Il n’est plus question alors de validité des normes juridiques, mais bien d’une construction toute politique : la question n’est plus de savoir s’il s’agit du bateau de Thésée, mais bien de considérer simplement s’il y a un ou deux bateaux. Je m’écarte ainsi définitivement du « fictionnel » au sens où il relève de la littérature et non de la vie102. Les fictions participent de la vie politique, elles factualisent. En ce sens les fictions politiques sont beaucoup plus proches, même après le passage par Law and Literature, du fictionnalisme, malgré le grand éventail définitionnel de cette notion103. Le terme « fiction » est insuffisant, il a lui-même un rayonnement beaucoup trop large pour exprimer précisément le spectre et les strates du politique, sans parler des intentions. Inventer et forger, tel est le contenu sémantique du fingere latin. C’est davantage le sens d’une fiction/fonction poïétique telle que Giambattista Vico la développe qu’il faudrait retenir, propre non pas seulement à redécouvrir et réinventer les mythes, mais aussi à évoquer les démons, envisager les métamorphoses et toutes ces figures qu’on rencontre aussi chez Agamben, Lycaon, loup-garou, etc., ce que Françoise Lavocat104 appelle des « fables » opérant, chez Jean Bodin, un renversement de l’histoire, mais que, en une part ni péjorative ni admirative, on pourrait appeler la fantaisie politique. À la « fonction imaginaire »105 propre à la fantaisie politique, il faudrait donc substituer l’imagination fictionnante, façonnante, et inventer en philosophie ce que Koselleck a inventé de manière fracassante en histoire avec l’étude des monuments aux morts révélant une entité politique qui se représente à elle-même106. Le politique est du réel façonné, mais façonné aussi par les fictions génératrices d’un nomos tout autant que les frontières, l’invention de la souveraineté, etc.

  • 107 Christine Chivallon, « Retour sur la “communauté imaginée” d’Anderson. Essai de clarification théo (...)

76C’est donc à une réflexion sur l’imaginaire politique que nous atteignons, mais de manière plus radicale que les débats sur le réel et l’imaginaire en littérature nous ont appris à l’appréhender. Il ne s’agit pas de dépasser la dichotomie classique entre le réel et l’imaginaire, ce qui a été fait dans la théorie littéraire et spécialement mis en lumière par le mouvement Law and Literature, il ne s’agit pas non plus de considérer, à l’inverse de la conception susdite, que l’imaginaire est « à l’œuvre dans toute élaboration des formes sociales »107, il s’agit de reprendre les choses sous l’angle, non pas de l’imagination littéraire, structuraliste, qui, rapidement dit, va de la pensée à la représentation-perception pour aboutir à la structure, mais sous l’angle du politique en constitution, en élaboration permanente, bien loin des fixités institutionnelles, des classifications de régimes, de l’histoire faite par les vainqueurs : références, mythologies, métaphores, images, comparaisons, glissements sémantiques et symboliques nourrissent ce que l’on appelle le politique, dont les échanges entre « réel » et « fictif » sont permanents, impossibles à départager clairement, participant ainsi de l’existence même du politique. Le politique est performance, au sens où il forme, performe en permanence, à partir d’une matière qui n’est pas faite de ce que l’on a coutume d’appeler « réel ». Et pourtant il faut revenir à la res, cette chose indéterminée qui peut bien être investie de sens issus de tout autre chose que la réalité. Agamben parle de kénomatique pour décrire l’état d’exception. Ce pourrait être là un autre nom de la « réalité politique », bien loin de tout pragmatisme qui s’en remet aux choses vues, édifiées, expérimentées. Une kénomatique est à investir pour donner une existence – bonne ou mauvaise, ce n’est pas la question – au politique conçu simplement comme vivre-ensemble. Ce n’est pas un hasard si Agamben lui-même ne limite pas ses recherches à un champ, voire à un sous-champ, disciplinaire, et qu’il explore aussi bien la théologie médiévale, le politique contemporain, que l’art et la littérature. Ce n’est pas un hasard non plus si Negri, au cœur d’un livre sur le pouvoir constituant revenant à Spinoza, termine, contre la toute-puissance, par la puissance de l’imaginaire. La « forme » que nous poursuivons depuis le début, révélée par l’état d’exception aux ambiguïtés révélatrices du politique, appelle bien une matière (res), non pas issue de la « réalité », mais relevant de multiples domaines fictionnalisés-factualisés. L’imagination politique n’est pas ce champ qui se réduirait à tout ce qui n’est pas expérimentable, perceptible, institutionnalisé du domaine politique. C’est la dynamique même qui se retrouve au cœur du droit comme au cœur des relations de pouvoir : les passions sont à l’œuvre dans la société constituée – et elles sont identifiables ; le droit n’est pas forme mais matière en évolution. La fantaisie politique en ce sens est bien ce qui existe et non ce qui n’existe pas. C’est pourquoi elle peut être analysée à travers l’invention de l’état de siège fictif, à travers des relations de pouvoir, au sein de la lutte des classes. Encore une fois, il ne s’agit pas d’instruments méthodologiques, ni d’un « plaquage » de significations et réseaux de sens sur la réalité, il s’agit de l’analyse de la matière même du politique, au sens où l’acte précède la puissance et non pas au sens où du symbolique serait actif dans le réel.

Notes

1 Eyal Weizman, reprenant la terminologie des militaires israéliens, parle d’« essaimage » et d’« infestation », voir Eyal Weizman, À travers les murs. L’architecture de la nouvelle guerre urbaine, trad. I. Taudière, Paris, La Fabrique, 2008.

2 Voir toute la série de concepts deleuziens adoptés par les stratèges israéliens, ibid., p. 44, les emprunts étant surtout au « Traité de nomadologie : la machine de guerre » de Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Minuit, 2009, p. 434-527.

3 Eyal Weizman, À travers les murs, ouvr. cité, p. 69.

4 Ibid., p. 90.

5 Gillo Pontecorvo, La bataille d’Alger, Igor Film et Casbah Film, 1966 ; Terry Gilliam, Brazil, Embassy International Pictures et Universal Pictures, 1985.

6 Eyal Weizman, À travers les murs, ouvr. cité, p. 73. L’analyse locale se double d’une analyse globale pour la Palestine occupée : la « souveraineté verticale » est décrite en termes d’aménagement des voies, de stratégie d’occupation, de rapport entre sol, sous-sol et airs, dans une conception militaire affirmée, voir Eyal Weizman, Hollow Land : Israel’s Architecture of Occupation, Londres - New York, Verso, 2007. Il faut ajouter des pratiques qui se réfèrent aussi à l’ancien siège (bande de Gaza, enclaves, têtes de pont des colonies, division des territoires, camps de réfugiés, etc.).

7 Voir Hermann Heller, Hegel und der nationale Machtstaatssgedanke in Deutschland, 1921 ; Europa und der Fascismus, 1929 ; Die Souveränität, 1927. Shlomo Sand ne me semble pas éloigné de cet usage, notamment dans L’illusion du politique, Paris, La Découverte, 1985.

8 Voir Hermann Heller, « Politische Demokratie und soziale Homogenität », Gesammelte Schriften, ouvr. cité, p. 423-433.

9 Il semblerait que naisse à l’heure actuelle un foisonnement très varié de l’exploration de la notion de « fiction », notamment en philosophie, sans doute dû aux investigations récentes qui introduisent l’œuvre littéraire, et plus précisément le roman, dans la recherche philosophique. À titre d’exemple, citons les récentes parutions : Passages par la fiction. Expérience de pensées et autres dispositifs fictionnels de Descartes à Madame de Staël, B. Binoche et D. Dumouchel dir., Paris, Hermann, 2013 ; Fictions de la pensée, pensées de la fiction. Roman et philosophie aux xviie et xviiie siècles, C. Duflo dir., Paris, Hermann, 2013 ; les communications dans de nombreux séminaires de Jean-Pierre Cometti, Sophie Roux… ; les journées d’étude (EA 4414 HARp) « Philosophie et fiction. Autour de Jacques Derrida », le 8 février 2013 à l’université Paris Ouest - Nanterre - La Défense ; le colloque sur le « fictionalisme », organisé par les Archives Poincaré à l’université de Nancy 2 les 15 et 16 novembre 2012 ; la journée internationale (New York University en France, Rennes 2, Raison publique) « La fiction politique », le 9 novembre 2012…

10 On pourrait ainsi opter pour un modèle symétrique qui au status naturalis oppose le status civilis : voir Frédéric Gros, Le principe sécurité, ouvr. cité, p. 102.

11 Hans Vaihinger, La philosophie du comme si, trad. C. Bouriau, cahier spécial no 8 de Philosophia Scientiæ, 2008, p. 45.

12 Hans Kelsen, « Contribution à une théorie des fictions juridiques, centrée sur la philosophie du comme si de Hans Vaihinger » [1919], traduit par Christophe Bouriau, Les fictions du droit : Kelsen, lecteur de Vaihinger, Lyon, ENS Éditions, 2013, avec « La fonction de la Constitution » [1964].

13 Ibid., Présentation par Christophe Bouriau, p. 13.

14 Voir Hans Kelsen, Théorie pure du droit, trad. C. Eisenmann, Paris, LGDJ, 1999 ; et Théorie pure du droit, trad. H. Thévenaz, Neuchâtel, La Baconnière, 1988.

15 Voir Hans Kelsen, « Contribution à une théorie des fictions juridiques, centrée sur la philosophie du comme si de Hans Vaihinger », Les fictions du droit : Kelsen, lecteur de Vaihinger, ouvr. cité.

16 Voir l’analyse qu’en fait Christophe Bouriau dans sa Présentation.

17 Hans Kelsen, « La fonction de la Constitution », ibid., p. 94.

18 Étienne Balibar, « Le Hobbes de Schmitt, le Schmitt de Hobbes », préface à Carl Schmitt, Le Léviathan dans la doctrine de l’État de Thomas Hobbes, ouvr. cité, p. 26 et suiv.

19 Ibid., p. 39.

20 Carl Schmitt, Gesetz und Urteil. Eine Untersuchung zum Problem der Rechtspraxis, 1912, Berlin, Beck, 1969, notamment p. 26, 37, 43, ouvrage où il commence à secondariser le principe de la légalité. Voir aussi Carl Schmitt, « Juristische Fiktionen », Deutsche Juristische Zeitung, no 12, 1913, p. 804-806.

21 Carl Schmitt, La valeur de l’État et la signification de l’individu, ouvr. cité, p. 114.

22 Carl Schmitt, La notion de politique, ouvr. cité, p. 73.

23 Carl Schmitt, « La question clé de la Société des Nations », Deux textes de Carl Schmitt, ouvr. cité, p. 31.

24 Carl Schmitt, « Le passage au concept de guerre discriminatoire », ibid., p. 77. Voir aussi Carl Schmitt, La notion de politique, ouvr. cité, p. 169-170, où la même idée est exprimée plus violemment encore, malgré son antériorité : la paix, « fiction juridique », détruit le concept de guerre, ramené à « guerre militaire » et « animus belligerandi » : « quelle paix pitoyable ! »

25 Voir Emmanuel Pasquier, « Le pirate et la Maison Europe : Carl Schmitt et le droit international privé », Carl Schmitt : nomos, droit et conflit dans les relations internationales, N. Grangé dir., ouvr. cité.

26 Jean-Claude Monod, Penser l’ennemi, affronter l’exception, ouvr. cité, p. 81.

27 Lire aussi la Préface de Sandrine Baume à Carl Schmitt, Der Hüter der Verfassung, ouvr. cité.

28 Carl Schmitt, Legalität und Legitimität [1932], Berlin, Duncker & Humblot, 1993, p. 61.

29 Voir Carl Schmitt, La dictature, ouvr. cité, p. 129 et suiv., sur le vide juridique et Rousseau.

30 Ernst-Wolfgang Böckenförde, Le droit, l’État et la constitution démocratique, ouvr. cité ; le préfacier Olivier Jouanjan parle d’hypostase là où je dis subsomption, voir ibid., p. 34-35. La question est évoquée sinon traitée par Schmitt, dans un passage extrêmement problématique de « Parlementarisme et démocratie », Parlementarisme et démocratie, ouvr. cité, p. 31-33.

31 Yan Thomas, « Fictio legis. L’empire de la fiction romaine et ses limites médiévales », article repris dans Les opérations du droit, Paris, EHESS-Gallimard-Seuil, 2011, p. 138.

32 Plutarque, Vies parallèles, trad. A.-M. Ozanam, Paris, Gallimard, 2001, p. 76.

33 Thomas Hobbes, De corpore, III, chap. 11, The Molesworth Edition, p. 136, traduction par Stéphane Ferret dans Le bateau de Thésée. Le problème de l’identité à travers le temps, Paris, Minuit, 1996, p. 108. Voir aussi John Locke, Essai concernant l’entendement humain, livre II, notamment chap. 27 ; G. W. Leibniz, Nouveaux essais concernant l’entendement humain ; et pour une mise au point : Pascal Engel et Frédéric Nef, « Identité, vague et essences », Les Études philosophiques, no 4, 1988, p. 475-495.

34 Voir Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil (Points Essais), 1990. Pour l’identité-idem et l’identité-ipse, voir la Préface. Je transpose au politique toutefois. Lire aussi Stéphane Ferret, Le bateau de Thésée, ouvr. cité.

35 Voir l’exemple de la communauté disparue : à qui appartient le monastère dont tous les moines sont morts ? Voir Yan Thomas, « L’extrême et l’ordinaire. Remarques sur le cas médiéval de la communauté disparue », Les opérations du droit, ouvr. cité, p. 207.

36 Je ne suis plus Yan Thomas qui exclut, de manière fort convaincante et à l’encontre de bon nombre de juristes, historiens et historiens du droit, la possibilité de comprendre la cité romaine comme une personne.

37 Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, 5.5303, trad. P. Klossowski, Paris, Gallimard (Tel), 1990, p. 81. Voir aussi Vincent Descombres, Les embarras de l’identité, Paris, Gallimard (NRF essais), 2013.

38 Voir Jose Luis Villacañas Berlanga, « Les limites de l’influence de Carl Schmitt sur les juristes de gauche dans la République de Weimar », Les juristes de gauche sous la République de Weimar, C. M. Herrera dir., ouvr. cité, p. 119.

39 Ernst von Salomon, Les réprouvés, trad. A. Vaillant et J. Kuckenburg, Paris, Bertillat (Omnia), 2011 ; Joseph Kessel, Les jours de l’aventure. Reportages 1930-1936, Paris, Tallandier (Texto), 2010.

40 Carl Schmitt, Parlementarisme et démocratie, ouvr. cité, notamment « L’État de droit bourgeois ».

41 Yan Thomas, « L’extrême et l’ordinaire. Remarques sur le cas médiéval de la communauté disparue », Les opérations du droit, ouvr. cité, p. 207-237.

42 Voir par exemple Jose Luis Villacañas Berlanga, « Les limites de l’influence de Carl Schmitt sur les juristes de gauche dans la République de Weimar », Les juristes de gauche sous la République de Weimar, C. M. Herrera dir., ouvr. cité, p. 113-114.

43 Voir Franz Neumann, « Gegen ein Gesetz über Nachprüfung der Verfassungmässigkeit von Reichsgesetzen », Die Gesellschaft, no 6, 1929, p. 517-536 ; et du même, « Die politische und soziale Bedeutung der arbeitsgerichtlichen Rechtsprechung » [1929], Arbeitsrecht und Politik. Quellentexte. 1918-1933, T. Ramm dir., Darmstadt, 1966 ; Otto Kirchheimer, « Zur Staatslehre des Sozialismus und Bolchewismus », Von der Weimarer Republik zum Fascismus : die Auflösung der demokratischen Rechtsordnung, V. W. Luthardt dir., Francfort, Suhrkamp, 1976 ; et du même, Politik und Verfassung, Francfort, Suhrkamp, 1981.

44 Voir Ninon Grangé, De la guerre civile, ouvr. cité.

45 Pour le point de rupture qui se veut continuité : Henri Wesseling, Le partage de l’Afrique, trad. P. Grilli, Paris, Gallimard (Folio histoire), 1996.

46 Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, Paris, Fayard, 2005. Voir par exemple Emmanuel Blanchard, « Police judiciaire et pratiques d’exception pendant la guerre d’Algérie », Vingtième siècle, vol. 90, no 2, 2006, p. 61-72. Il s’agit d’un déplacement d’une question de sciences sociales à l’étude historique.

47 Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, ouvr. cité, p. 77.

48 Michel Foucault, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France, 1975-1976, ouvr. cité.

49 Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser, exterminer, ouvr. cité, chapitre 4 : « L’État colonial : un état d’exception permanent », p. 201-276.

50 Olivier Le Cour Grandmaison, De l’indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’Empire français, Paris, Zones-La Découverte, 2010. Une brève tentative de définition essentielle p. 158-159.

51 Voir les références ibid., p. 12-14.

52 On ne peut que reproduire les références bibliographiques incontournables citées par Le Cour Grandmaison : Benjamin Stora, « La politique des camps d’internement », L’Algérie des Français, C. R. Ageron dir., Paris, Seuil, 1993 ; Marc Bernardot, « Les mutations de la figure du camp », Le retour des camps ? Sangatte, Lampedusa, Guantanamo, O. Le Cour Grandmaison, G. Lhuilier, J. Valluy dir., Paris, Autrement, 2007 ; Marie-Claire Caloz-Tschopp, Les étrangers aux frontières de l’Europe et le spectre des camps, Paris, La Dispute, 2005 ; Mathieu Rigouste, L’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2009 ; Sylvie Thénault, « L’état d’urgence (1955-2005). De l’Algérie coloniale à la France contemporaine : destin d’une loi », Le Mouvement social, vol. 218, no 1, 2007, p. 63-78.

53 Quelques éléments sont amorcés dans mon article « Pourquoi la mémoire ? De l’âme de la nation à la psychologie collective : 14-18 comme objet épistémologique », Éthique, politique et religions, vol. 9, no 2, 2016.

54 Stéphane Ferret, Le bateau de Thésée, ouvr. cité, p. 32. La démonstration de Ferret porte sur l’identité individuelle et absolument pas sur l’identité politique. C’est moi qui extrapole.

55 Les exemples sont étudiés par Stéphane Ferret dans l’ouvrage cité.

56 Anne Simonin, Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité. 1791-1958, Paris, Grasset, 2008.

57 Anne Simonin fait justement référence aux travaux de John Braithwaite et Philip Pettit ; voir, entre autres, Not just Deserts : a Republican Theory of Criminal Justice, Oxford, Clarendon Press, 1990.

58 C’est l’origine, selon l’auteure, de la tradition des coups d’État que connaît la République.

59 Simonin souligne qu’il n’y a pas eu de bonne solution trouvée : voir Le déshonneur dans la République, ouvr. cité, p. 364-365.

60 « Art. 1er : Les pouvoirs de police dévolus à l’autorité militaire par la loi du 9 août 1849 appartiennent au ministre de l’Intérieur dans les départements où siègent les pouvoirs publics. Art. 2 : Le président du Conseil, le ministre de la Défense nationale, de la Guerre et des Affaires étrangères, et le ministre de l’Intérieur sont chargés de l’exécution du présent décret, qui entrera en application immédiate et qui sera soumis à la ratification des chambres. » Ce texte est cité par Simonin qui fait un récit fin et vivant de cette journée (ibid., p. 379).

61 Voir Théodore Reinach, De l’état de siège, ouvr. cité ; Paul Romain, L’état de siège politique, thèse, Imprimerie des Orphelins-Apprentis, 1918, et Anne Simonin, Le déshonneur dans la République, ouvr. cité, p. 270-271.

62 La Convention ne met pas la Terreur à l’ordre du jour ; l’ordre du jour n’est pas seulement une expression à la mode, elle est aussi une procédure juridique précise qui dirige le déroulement de l’Assemblée : voir Anne Simonin, Le déshonneur dans la République, ouvr. cité, p. 284-297, et Jean-Clément Martin, Violence et Révolution française, Paris, Seuil, 2006, p. 188.

63 Elle nuance le propos en estimant que des cours militaires ont bien siégé dans l’état d’urgence, de même que des cours martiales dans les maquis. Comme plus haut, la différence alors ne tient qu’au nombre des condamnés.

64 Voir Entretien avec Anne Simonin, Tracés, vol. 20, no 1, 2011, p. 183.

65 L’échelle de valeur est relative sur une ligne tracée par l’état d’exception : l’indignité nationale a été évoquée comme une mesure possible plus en accord avec la République, en opposition à la déchéance de nationalité que Manuel Valls et François Hollande ont tenté de faire voter après les attentats terroristes à Paris du 13 novembre 2015.

66 Voir Ninon Grangé, « Les énigmes emboîtées de la représentation. Sur Giorgio Agamben, La guerre civile. Pour une théorie politique de la stasis », art. cité.

67 Hobbes, Leviathan, chap. 29, éd. M. Oakeshott, Oxford, Basil Blackwell, 1960, p. 212 et p. 218.

68 Onofrio Nicastro, « Le vocabulaire de la dissolution de l’État », Hobbes et son vocabulaire, Y. C. Zarka dir., Paris, Vrin, 1992, p. 261.

69 J’ai consacré un article au chapitre 13 en relation avec la guerre civile, je n’y reviens pas : Ninon Grangé, « L’état de nature, modèle et miroir de la guerre civile », art. cité.

70 Hobbes, Le citoyen, Préface, trad. S. Sorbière, Paris, GF-Flammarion, 1982, p. 71.

71 Voir Yves Charles Zarka, « La sémiologie de la guerre chez Hobbes », Cahiers de philosophie politique et juridique, no 10, 1986, p. 129-145, repris dans Hobbes et la pensée politique moderne, Paris, PUF, 1995, auquel je renvoie, p. 133-134.

72 Hobbes, Le citoyen, ouvr. cité : « ubi cives tumultuantur » est traduit par « où le peuple fait du tumulte ». Voir Hobbes, Elementorum philosophiæ sectio tertia de cive (1642), en ligne : [http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=Hobbes] (consulté le 30 décembre 2017).

73 Voir Cicéron, huitième Philippique, et Ninon Grangé, « Cicéron contre Antoine, la désignation de l’ennemi dans la guerre civile », art. cité.

74 Hobbes, Leviathan, édition citée, p. 209.

75 Hobbes, Éléments de la loi naturelle et politique, II, chap. 8, trad. D. Weber, Paris, Livre de Poche, 2003, p. 312.

76 Thucydide, La guerre du Péloponnèse, livre II, § 47-54.

77 Ibid., livre III, § 69-75.

78 Hobbes, De Cive, chap. 12.

79 Hobbes, Éléments de la loi naturelle et politique, trad. D. Weber, ouvr. cité, p. 312.

80 Hobbes, Léviathan, II, chap. 29, trad. F. Tricaud, ouvr. cité, p. 343.

81 Voir Claire Crignon-De Oliveira et Marie Gaille-Nikodimov, À qui appartient le corps humain ? Médecine, politique et droit, Paris, Les Belles Lettres (Médecine et sciences humaines), 2004 ; et Claire Crignon, De la mélancolie à l’enthousiasme : Robert Burton (1577-1640) et Anthony Ashley Cooper, comte de Shaftesbury (1671-1713), Paris, Honoré Champion, 2006.

82 Voir Éric Marquer, « La notion de wit chez Hobbes. Rhétorique, politique et philosophie », La notion de mind, Burton, Hobbes, Hume, no 47 de D.A.T.A., 2003, p. 27-62. En ligne : [http://cerphi.ens-lyon.fr/archives/cerphi%202002-2007/public/data/data47.pdf] (consulté le 30 décembre 2017).

83 Hobbes, De Cive, chap. 12, § 2 : Le citoyen, ouvr. cité, p. 216.

84 Lire la démonstration limpide : Hobbes, Léviathan, ouvr. cité, p. 350-351.

85 Voir ibid., p. 352.

86 Ibid., chap. 47, « Des avantages qui procèdent de ces ténèbres et qui en bénéficient », p. 701 et suiv.

87 Spinoza, Traité théologico-politique, chap. XVII, trad. J. Lagrée et P.-F. Moreau, Paris, PUF (Épiméthée), 1999, p. 535 et suiv. ; Pierre-François Moreau, Spinoza. L’expérience et l’éternité, Paris, PUF (Épiméthée), 1994, p. 405-426. Voir aussi Antonio Negri, L’anomalie sauvage, ouvr. cité, et Le pouvoir constituant, ouvr. cité, p. 200 et suiv.

88 Voir Mireille Delmas-Marty, Les forces imaginantes du droit I, II, III, Paris, Seuil, 2004, 2006, 2007.

89 J’en ai analysé la portée temporelle dans De la guerre civile, ouvr. cité.

90 Des formulations tout à fait conscientes en ce sens, mais non développées, apparaissent par exemple dans un article de R. B. J. (Rob) Walker, qui s’en tient cependant à une souveraineté « moderne » pour cet aspect, ainsi qu’aux « récits » du politique : « L’international, l’impérial, l’exceptionnel », Suspicion et exception, n58 de Cultures & Conflits, 2005. En ligne : [http://conflits.revues.org/index1794.html] (consulté le 30 décembre 2017).

91 Voir sur le sujet Giorgio Agamben, « Langue et histoire. Catégories linguistiques et catégories historiques dans la pensée de Walter Benjamin », La puissance de la pensée, ouvr. cité, p. 45 et 61.

92 Voir Jacques Michel, « La métaphore dans les sciences sociales : nécessité ou projet ? », Les dérives de la métaphore, D. Jamet dir., Paris, L’Harmattan, 2008, p. 151-163.

93 Barbara Cassin, « Exclure ou inclure l’exception ? », L’exception dans tous ses états, ouvr. cité.

94 Voir Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, Trident, 1987 ; Walter Benjamin, Pour une critique de la violence, dans L’homme, le langage et la culture, trad. M. de Gandillac, Paris, Denoël, 1971, ou Critique de la violence, dans Œuvres I, ouvr. cité. Donc je ne me réfère pas au « mythe », ni au sens de Barthes, ni à celui de Cassin, de Blumenberg…

95 Jeremy Bentham, Théorie des fictions, édition bilingue, trad. G. Michaut, Paris, Éditions de l’Association freudienne internationale, 1996.

96 Christian Biet, « Droit, littérature, théâtre : la fiction du jugement commun », La démocratie peut-elle se passer de fictions ?, vol. 27, no 3, de Raisons politiques, 2007. En ligne : [https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3.htm] (consulté le 30 décembre 2017).

97 Ibid. : les présupposés de law and literature impliquent bien sûr que la littérature le soit.

98 Richard H. Weisberg, Vichy, la justice et les Juifs, trad. L.-E. Pomier et Y. Coleman, Amsterdam, Archives contemporaines, 1998.

99 Voir par exemple Les hommes du président (All the President’s Men, Alan J. Pakula, Warner Bros Pictures, 1976), Les trois jours du Condor (Three Days of the Condor, Sydney Pollack, Paramount Pictures, Dino De Laurentiis Company et Wildwood Enterprises, 1975) et toute une série de films qui reflètent l’événement du Watergate en le dépassant.

100 Robert M. Cover, « Nomos and narrative », Harvard Law Review, vol. 97, no 1, 1983, p. 4-68 ; voir Françoise Michaut, Le droit dans tous ses états à travers l’œuvre de Robert M. Cover, Paris, L’Harmattan, 2001, et de la même, « Le processus générateur de normes chez Robert Cover », Raisons politiques, vol. 27, no 3, 2007. Voir aussi Frank I. Michelman, « Law’s republic », The Yale Law Journal, vol. 97, no 3, 1988, p. 1493-1537, qui se réfère à Cover.

101 Voir Richard H. Weisberg, « Vérité démocratique et spécificité romanesque », Raisons politiques, vol. 27, no 3, 2007. Et bien sûr Annette Wieviorka, L’ère du témoin, Paris, Pluriel, 2013.

102 Voir Michael Riffaterre, Fictional Truth, Baltimore-Londres, John Hopkins University Press, 1990.

103 La bibliographie française n’est pas homogène, la bibliographie anglo-saxonne est antérieure. Voir par exemple : Mark Kalderon, Moral Fictionalism, Oxford, Clarendon Press, 2005 ; John L. Mackie, Ethics : Inventing Right and Wrong, New York, Harmondsworth, Penguin, 1977 ; Matti Eklund, « Fiction, indifference, and ontology », Philosophy and Phenomenological Research, no 71, 2005, p. 557-579 ; Anthony Everett, « Against fictional realism », Journal of Philosophy, no 102, 2005, p. 624-649 ; Empty Names, Fiction and the Puzzles of Non-Existence, A. Everett et T. Hofweber dir., Stanford, CSLI Publications, 2000 ; David Lewis, « Truth in fiction », American Philosophical Quarterly, no 15, 1978, p. 37-46 ; Kendall L. Walton, Mimesis and Make-Believe, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1990.

104 Voir Françoise Lavocat, « Le mensonge dans la cité. Fiction juridique contre fiction poétique », Raisons politiques, vol. 27, no 3, 2007 ; ainsi, selon l’auteur, créer des démons est le fait des juristes : Bodin, Pierre de Lancre, Henri Boguet, Pierre Le Loyer…

105 Le numéro cité de Raisons politiques, dont j’utilise la force synthétique, s’arrête assez naturellement sur une discussion critique de la « communauté imaginée » de Benedict Anderson, Imagined Comunities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism [1983], Londres, Verso, 1991 (L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. P.-E. Dauzat, Paris, La Découverte, 1996) ; voir dans ce numéro l’article de Christine Chivallon, « Retour sur la “communauté imaginée” d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », qui propose un état des critiques adressées à Anderson. Voir aussi Homi Bhabha, The Location of Culture [1994], Londres, Routledge, 2006, et Nation and Narration, H. Bhabha dir., Londres, Routledge, 1990, notamment les notions de « déplacements métaphoriques » et de « stratagèmes figuratifs » ; et Arjun Appadurai, Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996 (Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, Petite Bibliothèque Payot, 2005).

106 Reinhart Koselleck, « Les monuments aux morts, lieux de la fondation de l’identité des survivants », L’expérience de l’histoire, ouvr. cité, p. 135-160.

107 Christine Chivallon, « Retour sur la “communauté imaginée” d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », art. cité, p. 155.

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search