Version classiqueVersion mobile

L’urgence et l’effroi

 | 
Ninon Grangé

— Traversée —

Texte intégral

1La série qui, de l’état d’exception, nous conduit vers le pouvoir constituant en passant par la dictature, amène à un résultat paradoxal. Partis de l’exception par rapport à une normalité, contre une normalité, nous aboutissons au pouvoir constituant, confondu au pire avec une forme de révolution conservatrice (avec toutes les interrogations qu’une telle expression, dans l’histoire et dans la philosophie politique, peut engendrer), au mieux avec un archaïsme, au sens d’ἀρχή, qui marquerait toute fondation politique alors substantiellement violente.

2La fondation politique violente, rapportée à l’état d’exception, devient une alternative. Soit elle renvoie à la stasis comme archaïsme propre à toute entité politique (la violence fondatrice, la révolution, qu’elles soient mythologiques ou réelles) – c’est le principe archaïque (sous-jacent, mythologique, originel). Soit elle renvoie à la guerre civile mondiale comme constat ambigu émanant de l’analyse géopolitique, non traduisible en concept – c’est un préconcept.

3On a rencontré, au cours de ce défrichage des concepts philosophiques, juridiques, historiques (correspondant aux deux premiers chapitres), deux logiques apparemment en discordance : la logique chronologique (chronique, temporelle), et la logique spatiale (qui se rapporte à la question classique de la souveraineté, à la question moins classique du « peuple »). Ces deux logiques ne sauraient s’apparenter à l’histoire d’une part, aux territoires d’autre part. Au contraire l’état d’exception, appréhendé à partir de l’invisible de la guerre civile, participe de plusieurs logiques qu’il serait trop réducteur de rapporter à des concepts préexistants, cette méthode produisant un cercle vicieux dont il est impossible de sortir. Il faut donc reprendre une élémentaire du politique pour espérer comprendre ce qu’est l’état d’exception, si toutefois il correspond à un élément politique tangible, et non à une théorie des circonstances, trop malléable, trop polymorphe pour correspondre à une res politica.

4Comme nous avons buté à plusieurs reprises sur la logique temporelle, il convient désormais de reprendre l’examen à partir de cette catégorie, en commençant par nous demander si nous maintenons ce terme de catégorie. Et en préalable, il importe d’interroger la relation entre la catégorie temporelle et la catégorie spatiale qui, quant à elle, a connu davantage d’usages, littéraux ou métaphoriques, rendant compte de l’état d’exception. Il faut donc reprendre les éléments à partir de ces deux logiques qui, sans doute, ne sont pas si séparées que le langage semble les présenter. Il est possible que ces deux catégories, ainsi artificiellement distinguées, ne le soient que pour les besoins d’une euristique de l’exception. La distinction portera ses fruits dans le dernier chapitre, où l’état d’exception prendra tout son sens dans les fictions politiques.

5Le seul élément certain, même s’il est subtil, est la guerre civile, ouverte, latente, fantasmée, utilisée, pronostiquée, bref la guerre civile crainte ou avérée. Elle est un soubassement réel ou prétexte de l’état d’exception. L’alternative se fait entre horizon contextuel, circonstanciel, ou bien élément essentiel. À ce stade de la réflexion, la guerre civile peut revêtir trois statuts dans l’élucidation de l’état d’exception. Elle peut être premièrement un instrument méthodologique pour comprendre l’état d’exception dans sa phénoménalité. Elle peut être deuxièmement un élément-clé de l’état (de la situation) d’exception – déclencheur, horizon, cœur de l’état d’exception. Troisièmement, elle peut en être le concept archaïque, qui se confondrait alors avec la stasis comme concept de la guerre.

6L’état de siège, avec son versant effectif (militaire) et son versant fictif (politique), est l’image concrète – la concrétisation, la res – de l’état d’exception compris comme voile occultant la guerre civile. Le mouvement historique, qui a élargi l’état de siège d’une place à une situation politique intérieure détachée d’une réalité concrète militaire, dessine en même temps – allégorie ou convergence réelle – le mouvement de l’état d’exception. Ce mouvement est condensé, d’où la temporalité qu’il va falloir éclairer, dans un temps non chronologique, qui rend tout instantané – relations sociales, pouvoirs policiers, limitation des droits – dans une concentration motivée par l’urgence, menace et non pas risque.

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search