Version classiqueVersion mobile

Inclure le handicap, recomposer l’école ?

 | 
Hélène Buisson-Fenet
, 
Olivier Rey

Le point de vue des praticiens

Accompagnante d’élèves en situation de handicap : l’expérience d’une inclusion

Salomé Prudot

Texte intégral

AESH : de quoi parle-t-on ?

1Un AESH (Accompagnant d’élèves en situation de handicap, anciennement Auxiliaire de vie scolaire) se voit confier des missions d’aide aux élèves en situation de handicap. Il a vocation à favoriser l’autonomie de l’élève, sans se substituer à lui, sauf lorsque cela est nécessaire. Les AESH peuvent être divisés en trois catégories : aide humaine individuelle, aide humaine mutualisée et accompagnement collectif. Ils évoluent dans les établissements publics de premier et second degré, soit dans une classe ordinaire, une classe d’inclusion (ULIS), une classe d’enseignement adapté (EREA), ou un établissement ou service de santé ou médico-sociaux. 164 000 élèves en situations de handicap bénéficiaient d’une notification d’AESH en France en septembre 2017 et 80 000 AESH sont en poste (50 000 AESH contrats aidés, 22 000 AESH CDD ou CDI et 8 000 nouveaux emplois d’AESH créés pour la rentrée 2017).

2Ces accompagnants peuvent en effet relever de deux régimes différents même s’ils accomplissent les mêmes missions. Certains sont recrutés sous contrat de droit public passé avec l’Éducation nationale, à la condition d’être titulaire d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne ou d’avoir exercé pendant au moins deux ans des fonctions d’aide à l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap. D’autres, les AESH CUI-CAED, sont engagés par contrat unique d’insertion ou contrat d’accompagnement dans l’emploi, et recrutés sous contrat de droit privé régi par le code du travail accordé par Pôle Emploi selon des conditions d’éligibilités précises.

3Dans le recrutement des AESH, la principale nouveauté apportée par la circulaire du 8 juillet 2014 réside dans l’exigence d’être titulaire d’un diplôme d’État dans le domaine de l’aide à la personne. Créé le 29 janvier 2016 : ce « Diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social » (DEAES) constitue le premier niveau de qualification dans le champ du travail social. Il concerne non seulement les AESH mais l’ensemble des accompagnants des personnes handicapées et atteste des compétences nécessaires dans l’accompagnement social au quotidien, visant à compenser les conséquences d’un handicap ou d’une maladie et à permettre à la personne de définir et de mettre en œuvre son projet de vie.

4Ce diplôme est structuré en un socle commun de compétences et trois spécialités : « Accompagnement de la vie à domicile » (anciennement DEAVS - Auxiliaire de vie sociale), « Accompagnement de la vie en structure collective » (anciennement DEAMP - Aide médico-psychologique), « Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire » (anciennement AVS - Auxiliaire de vie scolaire). Les titulaires de l’une des trois spécialités seront dans l’obligation, s’ils souhaitent changer de branche, de repasser l’une des spécialités.

5L’intervention en milieu scolaire constitue donc la troisième spécialisation de ce diplôme rénové, permettant ainsi de développer un métier d’AESH qualifié avec des perspectives de mobilité professionnelle. Le certificat de spécialité « Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire » atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l’autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d’apprentissage, culturelles, sportives, artistiques et de loisirs.

6Malgré tous ces changements visant à leur conférer un véritable statut reconnu par une certification, le questionnement sur le niveau V du diplôme comme l’omniprésence de CDD d'1 an renouvelable six fois et le recrutement en majorité de contrats aidés demeure et entretient le statut précaire et le manque de reconnaissance de la professionnalité des AESH.

Les missions de l’AESH

7Les missions des AESH s’articulent autour de trois grands axes :

8– accompagnement des élèves dans les actes de la vie quotidienne : assurer les conditions de sécurité et de confort (mise en danger de l’élève ou de ses camarades), aider aux actes essentiels de la vie (habillage, déshabillage, toilettes, prise des repas, hydratation, régime particulier, prise de médicaments, etc.), favoriser la mobilité (installation en classe, déplacement à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement) ;

9– accompagnement des élèves dans l’accès aux activités d’apprentissage (éducatives, culturelles, sportives, artistiques ou professionnelles) : stimuler les activités sensorielles, motrices et intellectuelles de l’élève en fonction de son handicap, de ses possibilités et de ses compétences, utiliser des supports adaptés et conçus par des professionnels, pour l’accès aux activités, comme pour la structuration dans l’espace et dans le temps, faciliter l’expression de l’élève, l’aider à communiquer, rappeler les règles à observer durant les activités, contribuer à l’adaptation de la situation d’apprentissage, en lien avec l’enseignant, par l’identification des compétences, des ressources, des difficultés de l’élève, soutenir l’élève dans la compréhension et dans l’application des consignes pour favoriser la réalisation de l’activité conduite, assister l’élève dans l’activité d’écriture et la prise de notes, quel que soit le support utilisé, appliquer les consignes prévues par la réglementation relative aux aménagements des conditions de passation des épreuves d’examens ou de concours et dans les situations d’évaluation, lorsque sa présence est requise ;

10– accompagnement des élèves dans les activités de la vie sociale et relationnelle : participer à la mise en œuvre de l’accueil en favorisant la mise en confiance de l’élève et de l’environnement, favoriser la communication et les interactions entre l’élève et son environnement, sensibiliser l’environnement de l’élève au handicap et prévenir les situations de crise, d’isolement ou de conflit, faciliter la participation de l’élève aux activités prévues dans tous les lieux de vie considérés, contribuer à définir le champ des activités adaptées aux capacités, aux désirs et aux besoins de l’élève, dans ce cadre, proposer à l’élève une activité et la mettre en œuvre avec lui.

Le parcours des AESH à la cité scolaire Élie Vignal

Une cité scolaire aux origines locales

11La cité scolaire Élie Vignal a vu le jour en 1984 à Caluire (69) à l’initiative de la mairie de Caluire et de la communauté urbaine de Lyon. La communauté urbaine de Lyon et le rectorat de Lyon s’engageaient, alors, à mobiliser les moyens financiers, humains et matériels nécessaires à la parfaite continuité du service public d’enseignement du second degré spécialement adapté au public de la cité scolaire Élie Vignal. Six agents pour l’assistance aux élèves ont été alors mis à disposition et rémunérés par la communauté urbaine de Lyon. Après la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation de la citoyenneté des personnes handicapées, des AVS ont pu être recrutés en complément des personnels communautaires.

12Établissement autonome jusqu’en 2007, la cité scolaire Élie Vignal a été rattachée après cette date au lycée Saint-Exupéry par la signature d’une convention. Celle-ci précise les missions et modalités de fonctionnement de l’établissement et détermine les engagements des signataires, le rectorat, le Conseil général, la Région, la Métropole de Lyon et les deux chefs d’établissement. De 2007 à 2014, les personnels titulaires de la communauté urbaine de Lyon ont été progressivement et prioritairement détachés, selon leurs demandes, soit dans les corps correspondants de l’Éducation nationale, soit au sein des effectifs de la Métropole de Lyon dans le cadre d’emplois de la fonction publique territoriale.

Des missions qui s’élargissent et se complexifient

13Depuis 2012, l’équipe d’AESH au complet est composée de personnels Éducation nationale sous différents contrats (AVS-I, AVS-CO, AVS-AED, AED). Au sein de la cité scolaire Élie Vignal, la fonction d’AESH a révélé ses multiples facettes. Dans un premier temps, nous n’accompagnions principalement que des élèves présentant des troubles moteurs ou maladies invalidantes qui nécessitaient une aide humaine importante notamment dans les actes de la vie quotidienne (prise des repas, toilettes, habillage, installation, prise de note complète, etc.) ; au fil des ans, le public a évolué et les besoins sont devenus de plus en plus spécifiques. Les équipes ont dû s’adapter à divers troubles cognitifs, neurologiques, psychiques et des apprentissages complexes. De ce fait, nous avons requestionné notre accompagnement pour intervenir auprès de ces publics et répondre aux besoins particuliers.

14En plus des missions d’accompagnement des élèves, nous avons également une mission d’accueil et de surveillance lors des temps informels (arrivée des élèves, récréations, repas, intercours, sortie des classes en fin de journée), où nous devons assurer la sécurité des élèves et le respect du règlement intérieur de l’établissement. Nous profitons de ces temps pour initier des interactions entre les élèves par le biais d’ateliers afin de lutter contre l’isolement et de travailler les codes sociaux (attendre son tour, écouter les autres, gérer la frustration, etc.). Enfin, nous assurons la gestion des absences sous la supervision de la conseillère principale d’éducation.

15Les multiples transitions et l’arrivée de nouveaux AESH vont soulever de nombreux questionnements et insuffler d’autres dynamiques : quels sont les moyens dont nous disposons pour accompagner les nouveaux profils d’élèves ? Comment collaborer plus efficacement avec l’équipe pédagogique ? Comment innover dans nos missions ? Ou encore, comment accueillir au mieux les nouveaux AESH de l’équipe afin qu’ils s’intègrent et s’investissent plus facilement ?

16Cette multitude de questions, parfois implicites, a permis à l’équipe de faire évoluer ses approches. La référence d’une classe par un AESH a été validée par les équipes pédagogiques et éducatives, les enseignants ont formulé de manière plus explicite leurs attentes et les réunions autour d’un élève ou d’une classe ont demandé la présence de l’AESH référent.

17Pour accueillir et intégrer au mieux les nouveaux membres (renouvellement par un quart à minima chaque année), la prise en compte de la transmission des connaissances fait partie intégrante des modalités du travail d’équipe. Les premières semaines de l’année scolaire, des binômes AESH ancien/nouveau sont composés pour leur permettre un temps d’observation de notre accompagnement. Nous leur transmettons les principes de fonctionnement de l’équipe et les informations importantes sur les élèves qu’ils accompagnent, tout comme le positionnement à adopter avec les élèves et lors des devoirs surveillés. Nous les incitons à communiquer avec les enseignants et à formuler toutes interrogations pour qu’ils ne se sentent pas seuls face à une situation leur posant question. Ce temps d’intégration est primordial pour permettre à chacun de cibler ses missions et s’intégrer à la communauté éducative de la cité scolaire Élie Vignal.

Une vision globale de l’élève

18Au sein de la cité scolaire Élie Vignal, l’équipe d’assistants est composée de 14 personnes, chacun référent d’une classe et intervenant dans le cadre de l’accompagnement collectif d’une centaine d’élèves. À l’exception de certaines situations particulières, la politique de l’établissement est de mutualiser l’aide aux élèves. Ce choix limite ainsi toute « fusion » entre l’élève et l’AESH. Faire intervenir plusieurs accompagnants auprès d’un élève permet d’avoir une vision plurielle de celui-ci. De plus, l’élève développe des moments en autonomie qui lui permettront d’acquérir des réflexes scolaires propres à ses besoins et d’investir pleinement sa scolarité. Nous travaillons alors avec eux sur l’identification et la verbalisation de leurs besoins, ainsi que sur la mise en place d’outils d’aide à l’autonomie (ordinateur, timer, fiche « comportement en classe », ritualisation de l’organisation, etc.).

19L’impact est direct sur la prise en compte de leur handicap, leurs impossibilités comme leurs capacités. Nous engageons alors avec eux un travail sur l’estime de soi en valorisant leur réussite scolaire et leur évolution personnelle. Ils ont un besoin constant d’être encouragés et guidés.

20L’AESH référent a pour mission d’identifier les répercussions du handicap ou de la maladie sur la scolarité de l’élève et de mettre en place les adaptations nécessaires aux apprentissages. Celles-ci sont réfléchies et discutées avec l’équipe enseignante et les partenaires médico-éducatifs, elles sont réinterrogées régulièrement afin d’ajuster l’accompagnement tout au long de l’année. L’AESH référent et le professeur principal centralisent toutes les informations nécessaires afin d’harmoniser les pratiques autour de l’élève. L’accompagnant a une vision globale de ce dernier, tant dans sa posture d’élève que d’adolescent et dans sa relation avec ses pairs. Sa vision globale est primordiale pour les équipes de suivi de la scolarité qui mettent en évidence les adaptations mises en place pour l’élève, sa vie au sein de l’établissement, et son évolution tout au long de l’année scolaire.

21La cité scolaire Élie Vignal entretient une culture partenariale marquée en favorisant les interactions entre chaque équipe lors de réunions pluri-professionnelles qui soulignent les apports et visions de chacun, les AESH y ayant une place à part entière. Par exemple, l’équipe-classe 6e, à la fin de l’année scolaire prend contact avec les écoles des futurs élèves afin d’anticiper au mieux leur arrivée et de poursuivre ou proposer des adaptations. Dans cette même idée, en fin d’année scolaire, nous transmettons toutes les informations aux équipes qui vont accueillir nos élèves afin d’assurer une continuité plus pérenne. Ces échanges sont primordiaux compte tenu du caractère passerelle de l’établissement.

22Enfin, les deux jours de pré-rentrée de la cité scolaire Élie Vignal sont un moment essentiel de l’année où chaque équipe-classe accède aux renseignements nécessaires pour accueillir au mieux les nouveaux élèves et propose déjà des adaptations (ordinateur, placement dans la classe, double jeu de livre, bureau adapté, etc.). Pendant ces deux jours sont également dispensées des formations internes et/ou des conférences-débats sur divers thèmes (autisme, multi-dys, adolescence et handicap, refus anxieux, précocité, génération Z). Elles apportent de nouvelles connaissances aux équipes éducatives et pédagogiques qui leurs permettent d’étoffer leurs savoir-faire, de s’interroger sur des phénomènes sociétaux ou d’apporter des nouveaux outils à leurs pratiques. Elles permettent également de faire culture commune autour d’un objectif commun : redonner confiance au jeune et à sa famille pour trouver ou retrouver une scolarité sereine et un parcours continué.

23Tous ces temps et échanges participent à la vision globale de l’élève que se construit l’AESH.

Une équipe aux collaborations multiples

24Les AESH sont amenés à travailler avec différentes équipes au sein même de la cité scolaire mais également à l’extérieur.

25Dans un premier temps, avec la CPE qui pilote l’équipe d’AESH, planifie notre quotidien en fonction des besoins de chaque classe et des demandes occasionnelles des professeurs (DS, sortie, voyage, besoins spécifiques d’élève, etc.). Elle centralise également toutes les informations concernant les élèves car elle est en lien direct avec les familles et les partenaires médico-éducatifs. Elle travaille en étroite collaboration avec l’infirmière scolaire, présente à temps plein sur le site, et l’assistante sociale.

26Dans un second temps, nous travaillons en étroite collaboration avec l’équipe pédagogique afin d’intervenir au plus près des besoins des élèves. Cette collaboration est ajustée par un « aller-retour » quotidien entre les attendus de l’enseignant et ce que l’AESH repère dans son accompagnement auprès des élèves (difficultés cognitives, problèmes relationnels, positionnement dans la classe, besoins en DS, période difficile pour le jeune, etc.). Cet échange est la clé de notre accompagnement et permet à l’AESH, surtout nouvellement arrivé, de définir son champ d’action et de faire remonter à l’équipe d’AESH des changements dans l’accompagnement du jeune.

27Nous consultons quotidiennement l’infirmière scolaire, en lien avec les équipes médicales de chaque élève, pour nous éclairer sur les répercussions du trouble ou des traitements médicamenteux sur l’élève. Cet échange permet à chacun d’ajuster sa pratique. Le regard des AESH apporte une vision globale de l’élève et des partenaires médicaux avec qui elle est en lien. Des éclairages mutuels sont nécessaires quand la situation de l’élève se dégrade ou s’améliore.

28La cité scolaire Élie Vignal met à disposition des soignants (par le biais d’une convention), des salles afin d’alléger la fin de journée des élèves (kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien, éducateur). Ainsi un partenariat étroit existe entre les équipes médico-éducatives et notre équipe éducative pour répondre aux besoins particuliers des élèves. Nos échanges permettent d’adapter notre accompagnement et de les interpeller pour qu’ils retravaillent, s’ils le souhaitent, avec leurs patients des problématiques scolaires ou sociales rencontrées.

29Enfin, les familles nous interpellent sur des demandes à caractère pratique (problème relationnel, de cartable, transmission des cours lors de longue absence, etc.). Dans le cadre de notre mission d’AED, nous les contactons au quotidien lors de l’absence de leur enfant, et nous les rencontrons lors des réunions autour de l’élève (ESS, mise en œuvre du PPS, réunions éducatives, etc.).

30Tous ces échanges, dans lesquels nous nous impliquons à part entière, contribuent aux regards croisés autour du projet scolaire, de soin et de vie du jeune.

Une expérience qui légitime notre participation au projet pédagogique

31Au fil des années, l’équipe d’AESH a su trouver une place centrale dans la mission de scolarisation d’élève en situation de handicap ou malade au sein de la cité scolaire Élie Vignal. Notre présence constante auprès des élèves dans leur vie scolaire et sociale, et la reconnaissance de nos collaborateurs ont renforcé notre posture experte. L’équipe a su être force de proposition et d’innovation dans ses savoir-faire, et nous avons à cœur de transmettre notre expertise à chaque nouveau membre de l’équipe.

32Cette cohésion s’explique, d’une part, par un turn-over annuel léger qui impacte peu le groupe, et d’autre part, par les liens tissés lors des difficultés rencontrées au quotidien dans l’accompagnement des élèves. Nous avons la possibilité d’analyser à plusieurs des situations compliquées ou de passer le relais lorsque cela est nécessaire. Une analyse de la pratique, encadrée par une psychologue, nous est proposée pour nous permettre une réflexion et une mise à distance de nos difficultés face aux situations complexes des élèves. Avec le temps, nous avons su nous nourrir des expériences et des personnalités de chacun afin de les mettre au service des besoins particuliers des classes et des élèves. Ces acquis nous permettent de participer à l’élaboration du projet pédagogique de l’établissement en siégeant au Conseil d’établissement, ce qui est, à ma connaissance, rare en France.

Des innovations testées

33Grâce à nos savoir-faire, l’équipe d’AESH a pu expérimenter de nouvelles ressources et mettre en place de nouveaux outils pratiques et numériques dans le but d’enrichir son accompagnement et de répondre aux besoins spécifiques des élèves. Les problématiques des élèves évoluant, nous avons ressenti le besoin de nous documenter et nous former.

34Je suis, pour ma part, titulaire d’un diplôme universitaire « Autisme et troubles associés ». Durant deux années, en parallèle de mes fonctions d’AESH, j’ai assisté aux cours du Dr Georgieff et des acteurs de l’autisme de la Région Rhône-Alpes, et validé ma formation par un mémoire en m’appuyant sur les situations rencontrées dans mon quotidien à Élie Vignal. Ce cursus est un véritable atout dans l’accompagnement des élèves autistes de l’établissement et auprès de mes collègues à qui je transmets mes connaissances tant sur l’autisme que sur les ressources existantes dans notre région pour accompagner ces jeunes.

35Fort de nos expériences et connaissances, nous avons besoin quotidiennement de faire évoluer nos pratiques mais également les supports logistiques que nous utilisons. Ainsi, nous avons constitué un support « Trucs et astuces » regroupant tous les outils utilisés au quotidien afin qu’ils soient consultables par tous, tant les personnels de l’établissement que des professionnels extérieurs qui seraient en manque d’outils.

36Depuis un an, je travaille avec les AESH sur un support numérique propre à nos missions regroupant toutes les informations nécessaires à l’accompagnement des élèves, mais qui met également en évidence l’évolution des élèves sur une à plusieurs années. Ce support d’évaluation des besoins et de l’autonomie de l’élève est complété en début et fin d’année scolaire par l’AESH référent et cela tout au long de sa scolarité à Élie Vignal. Utile pour les équipes éducatives et pédagogiques de la cité scolaire, cet outil permet de connaître l’élève dans sa globalité et de mesurer ses progrès dans son autonomie scolaire, ses relations sociales, son entretien personnel ou encore dans sa communication. Cette base de données précieuse permet également de recenser et mesurer tous les besoins de l’établissement (nombre d’élèves bénéficiant d’un ordinateur, nombre d’élèves en fauteuil roulant, nombre d’élèves ayant besoin d’une aide humaine pour prendre les repas, nombre d’élèves ayant une notification « tiers-temps » lors des devoirs surveillé, etc.) afin d’ajuster nos ressources, de collecter des statistiques et de participer à la mission d’établissement « passerelle » en transmettant les éléments essentiels à l’accompagnement des élèves dans les établissements futurs.

Un savoir-faire reconnu

37Cet ensemble de singularités et de savoir-faire font de l’équipe d’AESH une équipe reconnue pour son expertise dans la scolarisation d’élève en situation de handicap ou de maladie à Élie Vignal. De plus en plus d’établissements ou de structures nous sollicitent pour que nous exposions la manière dont les équipes AESH / enseignants se coordonnent.

38Nous participons à des évènements sur le handicap et la scolarité (Forum de la Courte échelle, Conférence-débat). Et plus récemment, des équipes de coordination d’ULIS nous ont proposé d’exposer et d’échanger sur nos pratiques, afin de répondre aux problématiques rencontrées par les acteurs dans la scolarisation d’élève en situation de handicap et sur le partenariat AESH / coordinateur / professeur de classe ordinaire.

Le besoin de transmettre

39Nous sommes repérés et sollicités par d’autres AESH, souvent seuls ou isolés dans des établissements de référence, qui se font l’écho de difficultés de coordination avec les équipes pédagogiques, du manque de personnes ressources capables de les guider dans leurs missions, de l’instabilité qu’engendre les statuts, et de la complexité de l’accompagnement des élèves.

40Nous avons la volonté de diffuser notre savoir-faire et toutes nos ressources au plus grand nombre afin de permettre aux acteurs de scolarisation d’élèves en situation de handicap de s’appuyer sur des outils que nous utilisons au quotidien. Chaque année, lors de la journée Portes ouvertes de la cité scolaire Élie Vignal, nous tenons à montrer et transmettre aux visiteurs notre expertise. Un film a été réalisé par l’un d’entre nous afin de mettre en image notre quotidien et nos missions (à voir sur le site de l’établissement). Nous pouvons par conséquent faire ressource pour nos pairs.

 

41La singularité de la cité scolaire Élie Vignal fait qu’elle est en perpétuelle création, de par ses accompagnements spécifiques, ses multiples missions et ses partenariats développés. L’établissement a pour vocation d’être un établissement passerelle pour les élèves. Cette passerelle s’opère également dans la transmission des connaissances et savoir-faire de l’équipe d’AESH.

42Notre adaptation constante au quotidien face à la diversité des élèves et la richesse des missions tend vers une expertise voire une réelle professionnalisation de notre métier. L’école de demain consistera peut-être à envisager que l’AESH soit désormais un acteur professionnel à part entière avec un statut et une rémunération valorisée, une formation à la hauteur d’une profession avec la création d’un concours, et une inclusion réelle aux métiers œuvrant pour les élèves en situation de handicap.

43Finalement, la cité scolaire Élie Vignal et ses acteurs ne sont-ils pas une intelligence collective au service des plus vulnérables de notre société ? Nous essayons de passer d’une initiative exclusive à une « capacité collective à conjuguer les singularités » comme le dirait Charles Gardou.

Auteur

AESH à la cité scolaire Élie Vignal, Caluire-et-Cuire (69)

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search