Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épistémologies du genre

Partie 2. Multiplicité et intersections des rapports de domination

La racialisation de l’ordre des sexes dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres

Trois cas d’antisémitisme genré

Jennifer Meyer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Première Guerre mondiale1 et l’instauration de la République de Weimar représentent une rupture à la fois importante et ambivalente dans l’histoire des femmes allemandes2. Le mouvement féministe a en effet remporté des victoires essentielles comme l’inscription de l’égalité des citoyen·ne·s dans la Constitution de 19193, les droits de vote et d’éligibilité, l’accès élargi à la formation universitaire et une hausse du taux d’activité féminin. Mais il a également connu de profondes divisions idéologiques ainsi qu’un affaiblissement croissant, causé par de nombreuses désaffections et une violente réaction antiféministe orchestrée principalement par la droite radicale4. Cette dernière baignait dans la « culture antisémite »5 de l’Allemagne de la fin du xixe siècle, bouleversée à la fois par la lutte des classes, les revendications féministes, et l’essor d’un antisémitisme politique étayé par le développement et la (pseudo-)scientifisation des théories raciales. Forgé par l’historienn...

Auteur

Jennifer Meyer est docteure de l’ENS de Lyon en histoire de la pensée politique et de l’université d’Erfurt en histoire. Elle a soutenu une thèse sur le racial-féminisme à travers l’exemple de l’écrivaine et journaliste allemande Sophie Rogge-Börner (1878-1955). Ses recherches portent sur les études de genre, l’histoire du féminisme ainsi que l’histoire du nationalisme et de l’antisémitisme. Sur ces questions, elle a notamment dirigé en 2013 avec Vera Kallenberg et Johanna M. Mueller un ouvrage trilingue portant sur le concept d’intersectionnalité et intitulé Intersectionality und Kritik. Neue Perspektiven für alte Fragen (Wiesbaden, Springer VS), et publié plusieurs articles, dont « Mouvement völkisch et féminismes en Allemagne. Une approche intersectionnelle à partir de l’exemple de Sophie Rogge-Börner (1878-1955) » (Le premier féminisme allemand 1848-1933, P. Farges et A-M. Saint-Gille éd., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion).

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540