Version classiqueVersion mobile

Épistémologies du genre

Partie 2. Multiplicité et intersections des rapports de domination

La racialisation de l’ordre des sexes dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres

Trois cas d’antisémitisme genré

Jennifer Meyer

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre doit beaucoup à la relecture attentive de Morwenna Coquelin. Qu’elle en soit ici remer (...)
  • 2 En général, la mobilisation des femmes pendant un conflit est considérée comme exceptionnelle et t (...)
  • 3 L’article 109 de la Constitution stipule qu’hommes et femmes sont égaux devant la loi et ont les m (...)
  • 4 Sur les courants de la droite radicale allemande, voir Breuer (2010) et Mosse (2006).
  • 5 « antisemitische Kultur » (Volkov 2000a, 2000b).
  • 6 Sur les représentations de la belle juive dans la littérature romantique française, voir Savy (201 (...)

1La Première Guerre mondiale1 et l’instauration de la République de Weimar représentent une rupture à la fois importante et ambivalente dans l’histoire des femmes allemandes2. Le mouvement féministe a en effet remporté des victoires essentielles comme l’inscription de l’égalité des citoyen·ne·s dans la Constitution de 19193, les droits de vote et d’éligibilité, l’accès élargi à la formation universitaire et une hausse du taux d’activité féminin. Mais il a également connu de profondes divisions idéologiques ainsi qu’un affaiblissement croissant, causé par de nombreuses désaffections et une violente réaction antiféministe orchestrée principalement par la droite radicale4. Cette dernière baignait dans la « culture antisémite »5 de l’Allemagne de la fin du xixe siècle, bouleversée à la fois par la lutte des classes, les revendications féministes, et l’essor d’un antisémitisme politique étayé par le développement et la (pseudo-)scientifisation des théories raciales. Forgé par l’historienne Shulamit Volkov, le concept décrit une culture anti-émancipatrice, majoritairement bourgeoise, nationaliste et réactionnaire, rassemblée autour du rejet de l’émancipation des citoyen·ne·s allemand·e·s de confession juive considéré·e·s comme inassimilables. La grande majorité de ses acteurs et actrices s’accordait également à combattre les luttes pour l’égalité menées par le mouvement féministe et le mouvement ouvrier. Depuis, les travaux consacrés aux aspects genrés de l’antisémitisme, encore peu nombreux, ont surtout insisté sur les liens entre antisémitisme et antiféminisme. En effet, les stéréotypes antisémites dénonçaient le plus souvent soit un manque de conformité aux normes de genre, soit une exagération des normes de genre. On exécrait autant le juif intellectuel, à la fois impotent et improductif, que le sexomane et l’homosexuel efféminé, sorte de double sous-homme de par sa « race » et sa virilité défaillante. Quant à la femme juive, elle pouvait aussi bien être une dangereuse tentatrice6 qu’une femme virile, lesbienne et/ou militante acharnée de la cause féministe. L’apparente contradiction entre la désexualisation, la pathologisation sexuelle et l’hypersexualisation des juives et des juifs révèle en réalité le caractère polymorphe et totalisant de l’antisémitisme à l’œuvre dans les débats véhéments sur l’ordre des sexes (Geschlechterordnung).

  • 7 L’expression « question féminine » (Frauenfrage) désignait les discussions quant à la définition d (...)
  • 8 Voir Dorlin (2009), Kallenberg, Meyer et Mueller (2013) et Walgenbach (2007).

2Dans les années 1920 et 1930, ces débats ont fait l’objet d’une forte racialisation, aboutissant à l’entrecroisement indissociable de la « question féminine » et de la « question juive »7 au sein de la droite radicale. Adoptant une perspective intersectionnelle8, ce chapitre se propose d’étudier l’interaction et la co-constitution du genre, au sens d’un rapport de pouvoir spécifique et historiquement situé entre les sexes, et de la « race » au cœur de ce processus. On montrera ainsi, d’une part, l’omniprésence d’un antisémitisme genré, tout en soulignant, de l’autre, la diversité des conceptions relatives à l’ordre des sexes au sein de la droite radicale. Distingués selon leur projet d’organisation sexuée, trois courants principaux font l’objet d’une présentation : les partisan·e·s d’une relecture racialisée du mythe du matriarcat originel, rassemblé·e·s autour d’Herman Wirth, la Ligue masculine (Männerbund) menée par les défenseurs du patriarcat nordique Alfred Rosenberg et Hans F. K. Günther, et le courant racial-féministe de Sophie Rogge-Börner, reposant sur l’idée de l’essence nordique-germanique, et donc antijuive, de l’égalité des sexes.

La Chronique Ura-Linda ou la racialisation du mythe du matriarcat originel par Herman Wirth

  • 9 L’ouvrage Das Mutterrecht. Eine Untersuchung über die Gynaikokratie der alten Welt nach ihrer reli (...)

3Le mythe du matriarcat originel, popularisé par le juriste suisse Johann J. Bachofen dans son livre Das Mutterrecht (Le droit maternel)9, est au cœur de la Chronique Ura-Linda traduite et commentée en 1933 par le philologue national-socialiste Herman Wirth (1885-1981). Il s’agissait d’un faux, rédigé probablement par deux écrivains néerlandais dans la seconde moitié du xixe siècle, mais qui a connu un regain d’attention en Allemagne au sein des mouvements ésotériques puis au sein de la droite radicale dans les années 1930. Écrite en vieux frison, la Chronique doit sa popularité à sa relecture des mythes cosmogoniques, de la Genèse biblique, et du mythe de l’Atlantide relaté par Platon dans les dialogues Timée et Critias. Dans son commentaire réalisé à l’aide d’une méthode dite paléo-épigraphique, Wirth estimait pouvoir reconstituer la genèse et l’évolution d’une « race » atlante ayant donné naissance à la « race » blanche et dont le peuple allemand aurait incarné la forme la plus pure au xxe siècle.

  • 10 Répondant à des considérations antisémites et anti-asiatiques, la théorie ex septentrione lux défe (...)

4Le texte reprend et féminise le récit des trois fils de Noé, affirmant que ce sont en réalité trois mères originelles, Lyda la Noire, Finda la Jaune et Frya la Blanche, qui auraient enfanté l’humanité. Une classification des êtres humains en trois grandes « races », séparées géographiquement, aurait naturellement découlé de ce postulat polygéniste et la différenciation biologique se doublait d’une différenciation culturelle tout aussi essentialiste puisque chaque mère aurait transmis une éthique et un caractère particulier à ses descendant·e·s. Ainsi les premiers peuples « blancs » vivant en Atlantide auraient-ils hérité de la maîtrise de soi, d’une grande vertu et de l’amour de la liberté, mais également d’un « impératif de pureté » (Crips 1990, p. 178), d’une injonction à la procréation et d’un « devoir d’assistance mutuelle de l’individu envers la communauté et de la communauté envers l’individu » (p. 179). L’isolement insulaire aurait préservé ces spécificités culturelles et l’homogénéité raciale. Une fois l’île engloutie, les Atlantes auraient migré et transmis leurs particularités biologiques et culturelles aux peuples d’Europe du Nord. En apportant la preuve de l’origine nordique du peuple allemand, la Chronique servait de caution historique à la théorie ex septentrione lux10. Mais alors que les aspects raciaux et antisémites développés dans le commentaire de Wirth auraient dû garantir à la Chronique le soutien de la droite radicale allemande, la description de l’ordre des sexes des Atlantes relança la polémique sur l’authenticité du texte. L’étude de ce débat révèle le rôle central joué par la question de l’ordre des sexes dans les théories raciales.

5Comme Das Mutterrecht, la Chronique attribuait aux femmes un important pouvoir religieux, social et, ponctuellement, politique (Davies 2007, p. 98). Ainsi, Frya aurait intronisé une mère du peuple détenant le pouvoir religieux et décidant de la guerre et de la paix. Elle aurait également établi les premières lois et créé des districts à la tête desquels de jeunes châtelaines auraient rendu la justice, éduqué les jeunes et soulagé la misère des cœurs et des corps. On retrouve ici l’idée d’une affinité féminine pour les questions de spiritualité, de paix, de justice, d’éducation et de soin, déjà constitutive du « principe féminin » décrit par Bachofen. Cependant, l’existence d’un ordre des sexes matriarcal contredisait l’antiféminisme de la droite radicale, qui reçut le texte avec critique.

  • 11 « Ethnisierung der Matriarchatsidee » (Wagner-Hasel 1992, p. 311).
  • 12 Elsa Dorlin note également la forte présence d’une « exotisation des matriarcats ou patriarcats de (...)

6Par ailleurs, l’attaque du peuple atlante par des « races » orientales menées par un roi-prêtre tout-puissant faisait écho au passage, provoqué par l’avènement du christianisme, de la phase matriarcale à la phase patriarcale chez Bachofen. Mais cette évolution avait perdu son caractère naturel, universel et bénéfique, résultant à présent d’un choc des cultures et illustrant un déclin racial. Étudié par la spécialiste des sciences religieuses Beate Wagner-Hasel, ce processus d’« ethnicisation de l’idée matriarcale »11 est révélateur d’une convergence entre question féminine et question raciale12. Or, si le genre était un sujet de discorde, les théories raciales se rejoignaient dans leur haine de la « race » juive et la Chronique Ura-Linda leur offrait une argumentation renouvelée. Ce texte permettait la critique, d’une part, d’une prétendue origine étrangère, orientale et judéo-chrétienne, du déclin racial, et, de l’autre, de la rationalisation excessive du monde industriel moderne, considéré comme hostile à la nature. Le plaidoyer de Wirth en faveur d’un retour au matriarcat originel était donc aux antipodes d’un projet émancipateur. L’idéalisation du rôle politique et social des femmes dans la société originelle visait à légitimer l’émergence d’un État proche de la nature, archaïque et antimoderne (Hermand 1984, p. 660 et Wiwjorra 2012, p. 408) et devait servir de soubassement idéologique à une politique antisémite.

7On retrouve des idées similaires chez le philosophe national-socialiste Ernst Bergmann (1881-1945) dont l’appel au dépassement de la lutte ancestrale des sexes au sein d’une phase dite androgyne aboutissait à une simple promesse de revalorisation de la maternité comme mission prétendument naturelle des femmes de « race » nordique-germanique, dans le cadre d’un État raciste (Hermand 1984, p. 659-660, Schmidt 2000, p. 101-103 et Ziege 2002, p. 212). Cependant, puisque la Chronique pouvait aussi être mobilisée par les partisans d’une avancée, même modeste, des droits des femmes, la majorité antiféministe de la droite radicale mit en doute son authenticité. Les partisans de la Ligue masculine accusèrent même Wirth de vouloir nuire au peuple allemand en diffusant des idées contraires à leur vision d’une « race » nordique patriarcale et virile.

La thèse du patriarcat originel au fondement de la Ligue masculine autour d’Alfred Rosenberg et de Hans F. K. Günther

  • 13 Sur Otto Weininger comme exemple symptomatique de « haine juive de soi », voir Lessing (1984, p. 8 (...)
  • 14 Sur les mécanismes de pathologisation du « juif » dans le discours médical, voir Edelman (2005). S (...)
  • 15 « neue Erlösungstheorie » (Braun 1992, p. 6).

8Ironie de l’histoire, les masculinistes ont été grandement influencés par la thèse de l’hyper-virilité aryenne qu’a développée un jeune Autrichien d’origine juive converti au christianisme : Otto Weininger13. Paru en 1903, son ouvrage Geschlecht und Charakter (Sexe et caractère) a été maintes fois réédité et a fait l’objet de nombreuses traductions. Combinant les mécanismes de pathologisation des discours antisémite et antiféministe14, en attribuant une essence féminine à la judéité, le philosophe estimait que la véritable masculinité se construisait dans une double relation d’opposition à la féminité et la judéité. En d’autres termes, la virilité ne désignait pas seulement les attributs sociaux assignés aux hommes et les privilèges de la domination masculine. Étant par nature aryenne, elle désignait également une forme de domination raciale. Ainsi, seuls les hommes aryens pouvaient dépasser tout ce qui existait en eux de juif, notamment l’ambivalence, l’intellectualisme et le matérialisme, et de féminin, c’est-à-dire la soumission à la chair et une sexualité incontrôlable. Selon Christina von Braun, cette « nouvelle théorie de l’absolution »15 offerte aux hommes aryens leur montrait la voie vers un salut individuel et collectif puisque l’ouvrage visait à apporter une solution aux bouleversements sociaux et politiques de l’époque. Adhérant pleinement à ce double processus de racialisation de la masculinité et de virilisation de la « race » aryenne, les masculinistes en tirèrent l’idée d’une essence nordique du patriarcat. Ici également, on constate que le genre était une dimension centrale de la question raciale.

  • 16 « Verkünder des Anti-Matriarchats » (Hausen 1984, p. 520).
  • 17 « Rassen- und Geschlechtschaos » (Rosenberg 1934, p. 140).
  • 18 « Richter, Soldat und Staatslenker muß der Mann sein und bleiben » (Rosenberg 1934, p. 139).

9Auteur du célèbre Mythus des 20. Jahrhunderts (Mythe du vingtième siècle), paru en 1930, Alfred Rosenberg (1893-1946) interprétait l’Histoire au prisme d’une lutte éternelle entre les « races » nordique et juive, célébrant la toute-puissance du déterminisme. Si de nombreuses études se sont intéressées au racisme et à l’antisémitisme propagés par l’« annonciateur de l’anti-matriarcat »16, elles ont souvent fait l’impasse sur leurs aspects genrés et leurs objectifs antiféministes. Or, l’idéologue national-socialiste affirmait que les causes du déclin résidaient dans le « chaos racial et sexué »17 déclenché par la modernité. Abhorrant la philosophie des Lumières, il dénonçait l’émancipation juive et celle des femmes comme les deux facettes d’une même croyance erronée en l’égalité des êtres humains, faisant de l’ordre des sexes patriarcal un élément constitutif de la « race » nordique (Schmidt 2000, p. 96). Hélène Laffont a montré que, tout en reprenant des éléments de la philosophie de l’histoire de Bachofen, Rosenberg transposait les polarités féminin/masculin et matriarcat/patriarcat à la distinction raciale et les hiérarchisait (Laffont 2006, p. 156-157). L’équivalence créée entre race nordique, principe masculin et patriarcat constituait le fondement de la supériorité raciale. Ce discours de la polarisation raciale et sexuée permettait à Rosenberg de dénoncer le féminisme comme un mouvement « juif » opérant une masculinisation des femmes et une féminisation des hommes dans le but de détruire la « race » nordique. Appelant les femmes à retourner dans la sphère privée, il rappelait dans une formule devenue célèbre que seul « l’homme doit être et rester juge, soldat et dirigeant de l’État »18. À la fois ouvertement antiféministe et antisémite, ce discours était plus à même que la thèse du matriarcat originel de séduire la droite radicale et de s’imposer à partir de 1933, même si on ne peut ignorer la mise à l’écart de Rosenberg suite à des dissensions importantes avec Adolf Hitler et d’autres cadres du régime, notamment autour de la question religieuse.

  • 19 Fondateur de la « psychologie raciale » (Rassenseelenkunde), son collègue Ludwig F. Clauß préférai (...)

10L’idée d’une essence nordique du patriarcat était déjà présente chez le germaniste Hans F. K. Günther (1891-1968) dont la carrière a été lancée par la parution de Rassenkunde des deutschen Volkes (Raciologie du peuple allemand) en 192219. L’ouvrage niait l’existence d’une phase matriarcale dans l’histoire de la « race » nordique et établissait un lien constitutif entre race et ordre des sexes en déclarant, d’une part, que chaque « race » avait une moralité propre, unique et éternelle, et d’autre part que le patriarcat caractérisait la « race » nordique. Annonçant la critique formulée par Rosenberg, Günther ne voyait pas le patriarcat uniquement comme une organisation sociale fondée sur la confiscation du pouvoir par les hommes mais aussi comme le garant du dimorphisme sexué et, par conséquent, de la survie de la « race ». À l’inverse, la « race » juive, forcément dégénérée, était avant tout caractérisée par un nivellement sexué, une indifférenciation des sexes (Ziege 2002, p. 104). Empruntée au discours médical, cette pathologie aurait été responsable du prétendu grand nombre d’hommes juifs efféminés et de femmes juives viriles. D’un point de vue physiologique, le nivellement sexué aurait déclenché un long processus d’effacement des caractères sexuels secondaires – comme la morphologie, la force physique ou la pilosité – risquant de se propager jusqu’aux organes génitaux et donc d’empêcher toute possibilité de reproduction. D’un point de vue psychique, il conduisait à la déviance sexuelle et/ou sociale. Puisque la norme sexuelle reposait sur une conception du genre en termes d’antagonisme et de complémentarité, le caractère efféminé des hommes juifs les destinait forcément à l’homosexualité ou l’amour des femmes viriles, tandis que les femmes juives auraient perdu leurs instincts féminins, comme l’instinct maternel ou la passivité, et osaient concurrencer les hommes sur le marché du travail, en politique ou au sein du mouvement féministe. Tout aussi dangereux, les hommes juifs non efféminés étaient portés à la fois par un désir naturel envers les femmes féminines et leur supposée haine ancestrale de la « race » concurrente. En séduisant ou en violant les femmes allemandes, ils auraient mis en danger la pureté raciale – les relations sexuelles interraciales étant considérées comme de véritables crimes contre la « race » (Rassenschande) – et constitué la majorité des prédateurs sexuels. Renvoyant aux rares femmes juives non viriles, le stéréotype de la belle juive, lascive séductrice, prostituée ou amante, avait quant à lui perdu de sa popularité. Toutefois, la variété des stéréotypes antisémites ne doit pas masquer l’omniprésence de la condamnation implacable d’une sexualité hétéroraciale et d’un possible bouleversement des rapports de pouvoir entre les sexes, prétendument responsables du chaos et de la dégénérescence, voire de l’annihilation de la « race » nordique.

  • 20 Liliane Crips préfère parler de national-féminisme (Crips 1990) tandis qu’Eva-Maria Ziege insiste (...)

11Mais malgré leurs désaccords, force est de constater que les partisan·e·s du matriarcat originel et les masculinistes se rejoignaient sur de nombreux points. Ils opéraient une racialisation et une essentialisation des ordres des sexes, attribuaient la responsabilité du processus de dégénérescence de la « race » nordique à la « race » juive, ennemi éternel et mortifère, et propageaient une vision différentialiste des rôles et tâches des sexes, répartis dans des sphères distinctes et hermétiques. Ils visaient donc pareillement à rétablir un rapport de pouvoir asymétrique, favorisant les hommes au sein d’une « race » nordique épurée des influences « juives ». Au sein de la droite radicale, leur programme a fait l’objet d’âpres critiques de la part de femmes cherchant à défendre un projet féministe dans un cadre antisémite et raciste (Streubel 2006). Sophie Rogge-Börner était l’une des figures de proue les plus radicales, et donc les plus controversées, de ce mouvement féministe völkisch, au sein duquel elle développa un projet racial-féministe (Meyer 2013)20.

Le projet racial-féministe de Sophie Rogge-Börner

12Écrivaine et journaliste, entrée en politique suite à la défaite de 1918, Sophie Rogge-Börner (1878-1955) tenta inlassablement de convaincre la droite radicale qu’un renouveau racial découlerait de l’abolition du patriarcat, qualifié de « juif ». Ses ouvrages et sa revue Die deutsche Kämpferin (La combattante allemande) ont été à l’origine de vives polémiques.

  • 21 « Nichtbeachtung des Geschlechtsunterschiedes » (Rogge-Börner 1930, p. 24). Il s’agit d’un concept (...)
  • 22 Sur les analyses de la domination masculine proposées par Mathilde Vaerting, voir Wobbe (1998).
  • 23 « […] einen unveräußerlichen, natürlichen Anspruch auf Führung durch seine Besten, Reinsten und St (...)

13Comme les idéologues présentés plus haut, Rogge-Börner adhérait aux théories raciales qui instrumentalisaient la Germanie de Tacite et les textes de la mythologie nordique afin de prouver la prétendue supériorité raciale du peuple allemand, mais elle en proposait une lecture féministe radicale. Estimant que le rapport de pouvoir entre les sexes déterminait la place d’un peuple dans la hiérarchie raciale, elle affirmait que l’égalité des sexes avait régné au sein des peuples nordiques-germaniques, ce qui les aurait distingués d’une « race » juive patriarcale et donc inférieure. Alors qu’elle adhérait à une conception essentialiste de la catégorie de « race », Rogge-Börner rejetait les argumentations différentialistes du mouvement féministe qui vantait les qualités spécifiques des femmes et revendiquait une extension de la sphère féminine. Elle affirmait que l’égalité des sexes originelle avait été totale et reposait sur un principe de « non-prise en compte de la différence de sexe »21. Cette absence de pertinence sociale de la différence de sexe autorisait les femmes à exercer un pouvoir politique, économique, juridique, religieux et militaire au même titre que les hommes. Or, si l’égalité des sexes permettait à la fois de caractériser la « race » nordique et d’en mesurer la supériorité, alors l’asymétrie de pouvoir entre hommes et femmes au début du xxe siècle illustrait l’ampleur du déclin. Reprenant l’idée de Bachofen d’une coïncidence entre ère patriarcale et culture judéo-chrétienne, Rogge-Börner dénonçait l’introduction d’un patriarcat « juif » dans les territoires nordiques-germaniques qui aurait été provoquée par les phénomènes migratoires, l’occupation romaine et la christianisation. La mixité raciale, autant biologique que culturelle, annonçait la dégénérescence des peuples nordiques et germaniques, tandis que l’imposition du patriarcat « juif » avait transformé radicalement leurs lois et leurs mœurs, allant jusqu’à introduire une division sexuée du travail auparavant inexistante. Les femmes auraient alors été reléguées aux seules tâches domestiques et reproductives dans la sphère privée, réduites au statut de bête de somme et d’objet sexuel. Rogge-Börner s’appuyait sur les travaux de la philosophe Mathilde Vaerting22 pour affirmer que le patriarcat avait construit des différences artificielles entre les sexes justifiant a posteriori l’oppression des femmes. Selon l’écrivaine, les différences entre les sexes n’étaient donc ni naturelles, ni immuables mais bien le produit d’une dégénérescence raciale à combattre. Ici également, la naturalisation et la racialisation des rapports de pouvoir entre les sexes appelaient à un traitement conjoint de la question féminine et de la question raciale, mais selon une lecture originale et minoritaire au sein de la droite radicale allemande. Associant émancipation féminine et renouveau racial, l’écrivaine défendit toute une série de propositions visant à rétablir l’égalité des sexes des origines, égalité évidemment réservée aux personnes de « race » nordique-germanique. Elle chercha à fonder un mouvement national des femmes (Rogge 1924 et Rogge-Börner 1928, p. 30-31) libéré des influences « juives ». Celui-ci devait lutter pour l’égalité au sein du couple et entre parents, pour une éducation pleinement égalitaire, permettant aux enfants des deux sexes de développer leurs talents, pour une réforme en profondeur de l’école et de l’université garantissant l’accès des filles et des femmes à toutes les carrières professionnelles, pour l’égalité salariale ainsi que pour la participation active des femmes à la défense militaire de leur patrie. Malgré son antidémocratisme et son antiparlementarisme, Rogge-Börner défendait une parité absolue en politique au nom du « droit naturel et inaliénable [du peuple allemand] d’être dirigé par les meilleurs, les plus purs et les plus forts d’entre les siens »23. En outre, elle plaidait en faveur d’une réécriture non androcentrée de l’histoire allemande afin de stopper l’invisibilisation des femmes de « race » nordique. Son violent antisémitisme ne la protégea pas de la censure puisque sa critique répétitive de la « politique féminine » menée à partir de 1933 a été considérée comme diffamatoire par le régime national-socialiste qui surveilla l’écrivaine et interdit sa revue en 1937. Après 1945, indifférente aux persécutions antisémites et, plus encore, à l’Holocauste qu’elle relativisait, Rogge-Börner ne condamna le national-socialisme que pour son caractère patriarcal et antiféministe, tout en reformulant son projet féministe dans un cadre paneuropéen, et non plus strictement allemand (Rogge-Börner 1951).

De l’intersection de la « race » et du genre dans le débat sur l’ordre des sexes

  • 24 « mythic redemption of masculinity » (Davies 2007, p. 107).

14L’analyse des débats sur l’ordre des sexes menés par la droite radicale met en évidence la centralité de la catégorie de « race » et de l’antisémitisme ainsi que la prééminence de l’antiféminisme, confirmant ainsi les travaux de Shulamit Volkov sur la culture antisémite. L’exemple d’Herman Wirth montre que la référence au matriarcat originel développée dans la Chronique Ura-Linda, tout en célébrant les qualités maternelles et civilisatrices des femmes, ne soutenait plus nécessairement des revendications féministes comme cela avait été souvent le cas jusqu’alors. Ici, elle participait plutôt d’un discours antimoderne et antisémite associant la masculinité à un intellectualisme et un rationalisme aliénants, et attribuant à la « race » juive la responsabilité de cette dégénérescence. Son projet consistait en une « rédemption mythique de la masculinité »24 par un retour à la nature. L’objectif était davantage de libérer la masculinité de ses excès que les femmes de leur condition, et au final de relégitimer un rapport de pouvoir favorable aux hommes au sein d’un État antisémite et raciste.

15Plus facile à déchiffrer, le discours majoritaire de la Ligue masculine était ouvertement antiféministe. C’est donc plus le processus de racialisation et d’essentialisation d’un patriarcat dit « nordique » qui retient l’attention. Alfred Rosenberg et Hans F. K. Günther ont enterré l’idée d’une transition des sociétés humaines du matriarcat au patriarcat au profit d’une adéquation, d’une concordance immuable entre « race » et ordre des sexes. Leur antisémitisme, dont le rôle fut central dans l’élaboration d’une définition de la « race » nordique, était traversé par des stéréotypes de genre visant à pathologiser une « race » juive dégénérée et déviante. En témoignaient les mécanismes de dévirilisation et de survirilisation de la masculinité juive et ceux de virilisation et d’hypersexualisation de la féminité juive qui, en creux, permettaient de condamner l’émancipation juive mais aussi celle des femmes.

16Ce processus de racialisation et d’essentialisation de l’ordre des sexes était également au cœur du projet racial-féministe, tout comme la dénonciation d’une « race » juive patriarcale, responsable du déclin de la « race » nordique. Mais contrairement à ses confrères, Sophie Rogge-Börner voyait dans le rétablissement de l’égalité des sexes originelle la condition de réalisation du renouveau racial. Cependant, enfermée dans un discours essentialiste, l’émancipation féminine était ici une potentialité circonscrite par l’appartenance raciale et excluait par définition les femmes juives, et a fortiori toutes les femmes de « race » inférieure, du projet féministe. S’il est indéniable que la droite radicale était majoritairement opposée à l’émancipation des femmes, l’étude des variations des discours sur le genre, l’ordre des sexes et la question féminine révèle que l’antisémitisme, mobilisé au nom de l’égalité femmes-hommes, pouvait servir de soubassement à un projet féministe. En d’autres termes, elle met en évidence la perméabilité, d’une part, certes marginale, de la culture antisémite aux idées féministes et, de l’autre, celle du féminisme de la première vague aux idées antisémites et antidémocratiques dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres.

Bibliographie

Allal Marina, 2006, « Antisémitisme, hiérarchies nationales et de genre : reproduction et réinterprétation des rapports de pouvoir », Raisons politiques, no 24, p. 125-141.

Braun Christina von, 1992, « “Der Jude” und “Das Weib”. Zwei Stereotypen des “Anderen” in der Moderne », Metis : Zeitschrift für historische Frauen- und Geschlechterforschung, no 2, p. 6-28.

 1994, « Zur Bedeutung der Sexualbilder im rassistischen Antisemitismus », Jüdische Kultur und Weiblichkeit in der Moderne, Inge Stephan, Sabine Schilling et Sigrid Weigel éd., Köln/Weimar/Wien, Böhlau Verlag, p. 23-49.

Breuer Stefan, 2010, Die radikale Rechte in Deutschland 1871-1945. Eine politische Ideengeschichte, Stuttgart, Reclam.

Crips Liliane, 1990, « Une revue “national-féministe” : Die deutsche Kämpferin. 1933-1937 », La tentation nationaliste. Entre émancipation et nationalisme. La presse féminine d’Europe 1914-1945, Rita Thalmann éd., Paris, Deuxtemps Tierce, p. 167-182.

Davies Peter, 2007, « “Männerbund” and “Mutterrecht” : Herman Wirth, Sophie Rogge-Börner and the Ura-Linda-Chronik », German Life and Letters, no 60, p. 98-115.

Dorlin Elsa, 2008, Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe, Paris, Presses universitaires de France.

 2009, « Vers une épistémologie des résistances », Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Elsa Dorlin éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 5-18.

Edelman Nicole, 2005, « Pathologisation du juif et antisémitisme à la Salpêtrière à la fin du xixe siècle », Antisémythes. L’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), Marie-Anne Matard-Bonucci éd., Paris, Nouveau monde éditions, p. 81-93.

Farges Patrick, 2013, « Masculinités et “masculinisme” ? (1880-1920) », Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement social de dimension internationale, Patrick Farges et Anne-Marie Saint-Gille éd., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 157-173.

Hausen Karin, 1984, « Mütter, Söhne und der Markt der Symbole und Waren : der deutsche Muttertag 1923-1933 », Emotionen und materielle Interessen : Sozialanthropologische und historische Beiträge zur Familienforschung, Hans Medick et David W. Sabean éd., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 473-523.

Hermand Jost, 1984, « All power to the women : nazi concepts of matriarchy », Journal of Contemporary History, vol. 19, no 4, p. 649-667.

Kallenberg Vera et Mueller Johanna M. en collaboration avec Meyer Jennifer, 2013, « Introduction : intersectionality as a critical perspective for the humanities », Intersectionality und Kritik. Neue Perspektiven für alte Fragen, Vera Kallenberg, Jennifer Meyer et Johanna M. Mueller éd., Wiesbaden, Springer VS, p. 15-35.

Laffont Hélène, 2006, « Zur Rezeption Bachofens im Nationalsozialismus », Philosophie und Zeitgeist im Nationalsozialismus, Marion Heinz et Goran Gretić éd., Würzburg, Königshausen & Neumann, p. 143-162.

Lessing Theodor, 1984, Der jüdische Selbsthass. Mit einem Essay von Boris Groys [1930], München, Matthes & Seitz.

Meyer Jennifer, 2013, « Mouvement völkisch et féminismes en Allemagne. Une approche intersectionnelle à partir de l’exemple de Sophie Rogge-Börner (1878-1955) », Le premier féminisme allemand 1848-1933. Un mouvement social de dimension internationale, Patrick Farges et Anne-Marie Saint-Gille éd., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 77-90.

Mosse George L., 2006, Les racines intellectuelles du Troisième Reich. La crise de l’idéologie allemande, Paris, Calmann-Lévy.

Puschner Uwe, 2000, « Bausteine zum völkischen Frauendiskurs », Nation, Politik und Geschlecht. Frauenbewegungen und Nationalismus in der Moderne, Ute Planert éd., Frankfurt/New York, Campus Verlag, p. 165-181.

 2001, « Die Germanenideologie im Kontext der völkischen Weltanschauung », Göttinger Forum für Altertumswissenschaft, no 4, p. 85-97.

 2005, « Völkische Diskurse zum Ideologem “Frau” », Völkische Bewegung - Konservative Revolution - Nationalsozialismus. Aspekte einer politisierten Kultur, Walter Schmitz et Clemens Vollnhals éd., Dresden, Thelem, p. 45-75.

Rogge Pia Sophie, 1924, « Ist in Deutschland eine nationale Frauenbewegung nötig ? », Frau und Nation. Monatsschrift für die Mitarbeit der Frau am nationalen Wiederaufbau, vol. 1, no 2, p. 51-55.

Rogge-Börner Sophie, 1928, An geweihtem Brunnen. Die deutsche Frauenbewegung im Lichte des Rassegedankens, Weimar, Verlag Deutscher Aufbau.

 1930, Nordischer Gedanke und Verantwortung, Leipzig, Adolf Klein Verlag.

 1933-1934, « Volksgemeinschaft als Blutsgebot », Die Frau, année 41, p. 335-340.

 1951, Planet im Absturz ?, Göttingen, Göttinger Verlagsanstalt.

Rosenberg Alfred, 1934 (4e édition), « Der nationale Schicksalskampf der Frau », Unsere Zeit und wir. Das Buch der deutschen Frau [1932], Elsbeth Unverricht éd., Gauting bei München, Verlag Heinrich A. Berg, p. 132-140.

Savy Nicole, 2010, Les juifs des romantiques. Le discours de la littérature sur les juifs de Chateaubriand à Hugo, Paris, Belin.

Schmidt Ina, 2000, « Die Matriarchats-Patriarchats-Geschlechteregalitätsdiskussion unter NationalsozialistInnen in der Weimarer Republik und NS-Zeit », Gebrochene Kontinuitäten ? : zur Rolle und Bedeutung des Geschlechterverhältnisses in der Entwicklung des Nationalsozialismus, Ilse Korotin et Barbara Serloth éd., Innsbruck, Studienverlag, p. 91-130.

Streubel Christine, 2006, Radikale Nationalistinnen. Agitation und Programmatik rechter Frauen in der Weimarer Republik, Frankfurt/New York, Campus Verlag.

Thébaud Françoise, 2004, « Penser la guerre à partir des femmes et du genre. L’exemple de la Grande Guerre », Astérion, no 2. En ligne : [http://asterion.revues.org/document103.html] (consulté le 09 octobre 2010).

Volkov Shulamit, 2000a (2e édition), « Antisemitismus als kultureller Code », Antisemitismus als kultureller Code. Zehn Essays, Shulamit Volkov, München, Verlag C. H. Beck, p. 13-36.

 2000b, « Antisemitismus und Antifeminismus : Soziale Norm oder kultureller Code », Das jüdische Projekt der Moderne. Zehn Essays, Shulamit Volkov, München, Verlag C. H. Beck, p. 62-81.

Wagner-Hasel Beate, 1992, « Rationalitätskritik und Weiblichkeitskonzeptionen. Anmerkungen zur Matriarchatsdiskussion in der Altertumswissenschaft », Matriarchatstheorien in der Altertumswissenschaft, Beate Wagner-Hasel éd., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, p. 295-373.

Walgenbach Katharina, 2007, « Gender als interdependente Kategorie », Gender als interdependente Kategorie. Neue Perspektiven auf Intersektionalität, Diversität und Heterogenität, Katharina Walgenbach, Gabriele Dietze, Lann Hornscheidt et Kerstin Palm éd., Opladen/Farmington Hills, Verlag Barbara Budrich, p. 23-64.

Wiedemann Felix, 2009, « Der doppelte Orient. Zur völkischen Orientromantik des Ludwig Ferdinand Clauß », Zeitschrift für Religions- und Geistesgeschichte, vol. 61, p. 1-24.

Wiwjorra Ingo, 2012, « In Erwartung der “Heiligen Wende” – Herman Wirth im Kontext der völkisch-religiösen Bewegung », Die völkisch-religiöse Bewegung im Nationalsozialismus. Eine Beziehungs- und Konfliktgeschichte, Uwe Puschner et Clemens Vollnhals éd., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 399-416.

Wobbe Theresa, 1998, « Mathilde Vaerting (1884-1977). Die Macht des Unterschiedes », Frauen in der Soziologie. Neun Porträts, Claudia Honegger et Theresa Wobbe éd., München, Verlag C. H. Beck, p. 178-202.

Ziege Eva-Maria, 1997, « Sophie Rogge-Börner – Wegbereiterin der Nazidiktatur und völkische Sektiererin im Abseits », Zwischen Karriere und Verfolgung. Handlungsräume von Frauen im nationalsozialistischen Deutschland, Kirsten Heinsohn, Barbara Vogel et Ulrike Weckel éd., Frankfurt/New York, Campus Verlag, p. 44-77.

 2002, Mythische Kohärenz. Diskursanalyse des völkischen Antisemitismus, Konstanz, UVK-Verlagsgesellschaft.

Notes

1 Ce chapitre doit beaucoup à la relecture attentive de Morwenna Coquelin. Qu’elle en soit ici remerciée. Toutes les traductions en français sont de l’auteure.

2 En général, la mobilisation des femmes pendant un conflit est considérée comme exceptionnelle et temporaire. Il s’ensuit donc des tentatives de rétablissement du statu quo ante, voire même une recrudescence de l’antiféminisme (Thébaud 2004).

3 L’article 109 de la Constitution stipule qu’hommes et femmes sont égaux devant la loi et ont les mêmes droits et devoirs civiques.

4 Sur les courants de la droite radicale allemande, voir Breuer (2010) et Mosse (2006).

5 « antisemitische Kultur » (Volkov 2000a, 2000b).

6 Sur les représentations de la belle juive dans la littérature romantique française, voir Savy (2010).

7 L’expression « question féminine » (Frauenfrage) désignait les discussions quant à la définition des sexes, de leurs rôles respectifs, de leurs droits et devoirs et donc des rapports de pouvoir régissant leur relation. Le terme de « question juive » (Judenfrage) recouvrait les violents débats autour de l’émancipation et de l’assimilation des personnes de confession juive. Si certain·e·s idéologues préféraient parler de « question raciale » (Rassenfrage), l’antisémitisme était au cœur de leurs conceptions opposant des « races » antagoniques et en lutte. Sur les imbrications de la « question féminine » et de la « question juive », voir notamment Allal (2006), Braun (1992, 1994), Puschner (2000, 2005) et Ziege (2002).

8 Voir Dorlin (2009), Kallenberg, Meyer et Mueller (2013) et Walgenbach (2007).

9 L’ouvrage Das Mutterrecht. Eine Untersuchung über die Gynaikokratie der alten Welt nach ihrer religiösen und rechtlichen Natur (Le droit maternel. Recherche sur la gynécocratie de l’Antiquité dans sa nature religieuse et juridique) a paru en 1861.

10 Répondant à des considérations antisémites et anti-asiatiques, la théorie ex septentrione lux défendue par les nordicistes postulait l’origine nordique des peuples germaniques qui auraient ensuite essaimé dans tout le reste de l’Europe et du monde. Elle se développa en réponse à la construction idéologique de la « race » juive comme « race » orientale qui rendit problématique le postulat, formulé par la théorie ex oriente lux, d’une origine orientale des peuples indo-germaniques (Puschner 2001, p. 95). Certain·e·s idéologues insistaient sur la prétendue supériorité du peuple allemand en préférant parler de « race » nordique-germanique.

11 « Ethnisierung der Matriarchatsidee » (Wagner-Hasel 1992, p. 311).

12 Elsa Dorlin note également la forte présence d’une « exotisation des matriarcats ou patriarcats des populations colonisées » dans la littérature coloniale depuis le milieu du xixe siècle (Dorlin 2008, p. 91).

13 Sur Otto Weininger comme exemple symptomatique de « haine juive de soi », voir Lessing (1984, p. 80-100).

14 Sur les mécanismes de pathologisation du « juif » dans le discours médical, voir Edelman (2005). Sur les tentatives de remasculinisation des représentations des hommes juifs, voir Farges (2013).

15 « neue Erlösungstheorie » (Braun 1992, p. 6).

16 « Verkünder des Anti-Matriarchats » (Hausen 1984, p. 520).

17 « Rassen- und Geschlechtschaos » (Rosenberg 1934, p. 140).

18 « Richter, Soldat und Staatslenker muß der Mann sein und bleiben » (Rosenberg 1934, p. 139).

19 Fondateur de la « psychologie raciale » (Rassenseelenkunde), son collègue Ludwig F. Clauß préférait mettre en avant les aspects psychoculturels plutôt que physiologiques dans sa définition des races (Wiedemann 2009).

20 Liliane Crips préfère parler de national-féminisme (Crips 1990) tandis qu’Eva-Maria Ziege insiste plutôt sur l’appartenance de Sophie Rogge-Börner à la mouvance völkisch de la droite radicale (Ziege 1997).

21 « Nichtbeachtung des Geschlechtsunterschiedes » (Rogge-Börner 1930, p. 24). Il s’agit d’un concept tiré des Untersuchungen zur Rechtsgeschichte (Études d’histoire du droit) du juriste Julius von Ficker, dont les six volumes ont paru entre 1891 et 1904.

22 Sur les analyses de la domination masculine proposées par Mathilde Vaerting, voir Wobbe (1998).

23 « […] einen unveräußerlichen, natürlichen Anspruch auf Führung durch seine Besten, Reinsten und Stärksten » (Rogge-Börner 1933-1934, p. 340).

24 « mythic redemption of masculinity » (Davies 2007, p. 107).

Auteur

Jennifer Meyer est docteure de l’ENS de Lyon en histoire de la pensée politique et de l’université d’Erfurt en histoire. Elle a soutenu une thèse sur le racial-féminisme à travers l’exemple de l’écrivaine et journaliste allemande Sophie Rogge-Börner (1878-1955). Ses recherches portent sur les études de genre, l’histoire du féminisme ainsi que l’histoire du nationalisme et de l’antisémitisme. Sur ces questions, elle a notamment dirigé en 2013 avec Vera Kallenberg et Johanna M. Mueller un ouvrage trilingue portant sur le concept d’intersectionnalité et intitulé Intersectionality und Kritik. Neue Perspektiven für alte Fragen (Wiesbaden, Springer VS), et publié plusieurs articles, dont « Mouvement völkisch et féminismes en Allemagne. Une approche intersectionnelle à partir de l’exemple de Sophie Rogge-Börner (1878-1955) » (Le premier féminisme allemand 1848-1933, P. Farges et A-M. Saint-Gille éd., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search