Version classiqueVersion mobile

Épistémologies du genre

Partie 2. Multiplicité et intersections des rapports de domination

La statistique au service d’une pensée binaire dans l’Angleterre victorienne

Genre, émigration féminine et recensements

Marie Ruiz

Texte intégral

  • 1 Les recensements britanniques du xixe siècle concernaient essentiellement l’Angleterre, l’Écosse e (...)

1L’ère victorienne fut marquée par le déséquilibre démographique entre les sexes qui eut pour conséquence d’affubler les femmes des classes moyennes célibataires de termes peu flatteurs tels que « redondantes » (redundant), « en trop » (surplus), et « surnuméraires » (supernumerary). Pour la première fois en 1851, le recensement1 inclut la situation matrimoniale des Britanniques et mit ainsi officiellement en lumière le « surnombre » de femmes célibataires. Dès lors, l’attention portée aux femmes augmenta parallèlement à l’évolution de la surpopulation féminine, et les recensements devinrent des outils de catégorisation et de diffusion des normes sexuelles « genrées ».

2Ainsi, des solutions devaient être trouvées pour remédier au surnumérariat féminin et cette tâche fut dévolue à des sociétés d’émigration féminines, sociétés philanthropiques dirigées par des femmes des classes moyennes qui entendaient venir en aide à des femmes des classes moyennes, qu’elles sélectionnaient et qu’elles accompagnaient jusqu’aux colonies de l’Empire britannique telles que l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les émigrantes à l’étude étaient des femmes des classes moyennes célibataires, considérées comme surnuméraires et non productives par leurs contemporains, car elles étaient non génitrices, mais également parce qu’elles ne travaillaient pas, conformément aux exigences de leur classe sociale en métropole. D’autre part, elles ne pouvaient pas avoir recours à l’émigration organisée par le gouvernement, réservée aux classes laborieuses : des sociétés philanthropiques de femmes furent donc fondées pour leur venir en aide en les déplaçant. Les sociétés d’émigration féminines apportaient une solution à un problème que les hommes refusaient de régler et, malgré le nombre limité d’émigrantes qu’elles aidèrent (par exemple, 306 de 1861 à 1886 pour la Female Middle Class Emigration Society), elles étaient loin d’être invisibles.

  • 2 Les études lexicométriques permettent de montrer la dissémination des mots clefs relatifs à la sur (...)

3Les sources utilisées pour cette étude sont principalement issues des archives des sociétés d’émigration : rapports annuels, articles de journaux souvent rédigés par les organisatrices elles-mêmes et lettres des émigrantes. Les études démographiques présentes dans ce chapitre sont fondées sur les données diffusées dans les recensements britanniques. Elles permettent de révéler la réalité quantitative de la surpopulation féminine. Elles sont complétées par des études lexicométriques2 qui montrent que le célibat des femmes était souvent associé aux colonies du Pacifique dans la presse contemporaine, ce qui laisse à penser que l’émigration était considérée comme une solution à la surpopulation féminine. Si les études lexicométriques ne peuvent représenter que des indices, elles permettent de prendre en compte les effets de la « vérité » scientifique sur les individus.

4Dans ce chapitre, il s’agit d’étudier la construction idéologique, culturelle et sociale du genre au prisme des sociétés d’émigration féminines britanniques. Nous montrerons tout d’abord comment les recensements ont participé à la définition de « la » femme surnuméraire et de l’anormalité des femmes des classes moyennes célibataires. L’objectif de cette étude est de révéler comment les différences entre les sexes étaient prouvées par les recensements, comment les statistiques confirmaient les idées reçues sur les femmes surnuméraires et comment elles étaient au service d’une pensée binaire qui définissait les femmes par rapport à l’idéal normatif masculin. Nous proposerons ensuite une lecture de l’émigration organisée au prisme des différences entre les sexes. Dans une conception relationnelle du genre, il s’agit d’étudier les différences entre l’émigration des hommes et des femmes victoriennes : le genre est ici utilisé comme « catégorie utile d’analyse historique » (Scott 1988, p. 125-153).

Les recensements britanniques : outils de catégorisation « genrée »

5L’étude des recensements britanniques montre que le « surnombre » de femmes évolua de façon exponentielle dans la seconde moitié du xixe siècle, après la publication du rapport du recensement de 1851. Deux explications étaient données au déséquilibre démographique entre les sexes : la mortalité infantile plus élevée pour les garçons (même si les naissances masculines étaient plus nombreuses), mais surtout l’émigration des hommes. Néanmoins, corollaire du raisonnement binaire introduit par les recensements, dans le cas de l’émigration masculine, les conséquences étaient constatées alors que pour les femmes, leur surnombre en métropole était déploré. Comme le tableau 1 l’indique, le nombre d’hommes, jalon qui permettait de calculer le nombre de femmes, était le repère pour dénombrer les femmes dans les recensements britanniques.

Tableau 1. Femmes en « surnombre » de 1841 à 1901

Nombre de femmes pour 1000 hommes
1841 1851 1861 1871 1881 1891 1901
Angleterre et Pays de Galles 1046 1042 1053 1054 1055 1064 1068

Source : Census 1901, tableau 11, p. 204.

6Ainsi, le recensement de 1901 confirme que les femmes britanniques étaient en supériorité numérique pendant tout le xixe siècle ; le tableau 2 illustre le « surnombre » de femmes par rapport aux hommes entre 1801 et 1901.

Tableau 2. Femmes en « surnombre » de 1801 à 1901

Différence entre le nombre d’hommes et de femmes
1801 1811 1821 1831 1841 1851 1861 1871 1881 1891 1901
383 066 417 046 299 598 354 405 358 976 365 159 513 706 594 398 694 635 896 723 1 070 617

Source : Census 1901, tableau 2, p. 193.

  • 3 « The real wealth of a nation consists in its having a large, intelligent, and industrious populat (...)

7Cette étude révèle l’évolution exponentielle de la surpopulation féminine après le recensement de 1851 puisque le surnombre de femmes oscillait entre 299 598 et 417 046 de 1801 à 1851, mais le total de femmes « en trop » augmenta considérablement après 1851, passant de 513 706 en 1861 à 1 070 617 en 1901. Atteindre l’équilibre démographique entre les sexes était important pour les victorien·ne·s qui considéraient que « la véritable richesse d’une nation réside en une population nombreuse, intelligente et travailleuse »3 (Amicus Populi 1848, p. 3). Il était communément admis que la puissance de la nation dépendait de l’égalité démographique entre les sexes. Ainsi, selon Michelle Perrot, les réformateurs bourgeois ont utilisé la statistique afin de contrôler les comportements « déviants » (citée dans Porter 1986, p. 30), tels que le célibat des femmes des classes moyennes.

  • 4 Le terme spinster décrit le métier des fileuses de laine qui est apparu au xive siècle, et qui est (...)
  • 5 L’expression old maids est l’équivalent de « vieilles filles » en français ; le terme, péjoratif, (...)

8Après les révélations du recensement de 1851, les titres de presse ont utilisé l’intérêt implicite de leurs lecteurs pour observer, juger et condamner les femmes « surnuméraires ». Une étude lexicométrique de la presse victorienne confirme le fait que la surpopulation féminine était souvent associée à l’émigration, ainsi qu’à l’Australie et à la Nouvelle-Zélande. En effet, l’émigration représentait la solution idéale pour les contemporains de ces femmes qualifiées péjorativement de « célibataires » (spinsters)4 et de « vieilles filles » (old maids)5. Ainsi, le graphique 1 indique que le terme « femmes en trop » (surplus women) était fréquemment utilisé dans la presse britannique entre 1860 et 1914, mais également que l’Australie et la Nouvelle-Zélande étaient associées à cette expression peu flatteuse pour les femmes des classes moyennes célibataires.

Graphique 1. La « surpopulation » féminine dans la presse (1860-1914)

Graphique 1. La « surpopulation » féminine dans la presse (1860-1914)

Source : British Newspaper Archive (consulté le 10 avril 2013).

9Dans la presse contemporaine, le problème des femmes surnuméraires trouvait sa réponse dans l’émigration à destination de colonies où les hommes à marier ne manquaient pas. En utilisant des termes tels que « redondantes » (redundant) et « en trop » (surplus), la presse décrivait la situation des femmes des classes moyennes non génitrices comme relevant d’une « anomalie ». Toutefois, les accusations de surnumérariat ne s’adressaient pas aux femmes des classes laborieuses qui travaillaient et étaient donc considérées comme productives. En revanche les femmes des classes moyennes, perçues comme les fières représentantes de la nation, étaient celles que l’on voulait voir se reproduire et dont on déplorait le célibat. La surpopulation des femmes des classes moyennes célibataires était perçue comme une situation contre nature. Pour les victorien·ne·s, le célibat des femmes des classes moyennes était spectaculaire et représentait une épidémie qui devait être enrayée par n’importe quel moyen.

10Le célibat était un problème pour les femmes, mais également pour la société, comme Greg le dénonça en 1862 dans son opuscule intitulé « Why are women redundant ? » :

  • 6  « It can hardly be doubted, both that there is a considerable excess of unmarried women, and that (...)

Il est difficile de remettre en question le fait que les femmes célibataires sont considérablement en supériorité numérique, mais également qu’un tel surnombre aura sans nul doute des conséquences néfastes. […] Que devons-nous faire de cette armée de célibataires dont le célibat forcé est un malheur à la fois pour elles et pour la société ?6

  • 7 « The perpetuity of the British race » (Census 1851, p. xlv).
  • 8 « […] a noble and essential occupation, as on it as much as on the husband’s labour and watchfulne (...)

11Les recensements évoquaient également le danger que représentait le célibat féminin pour la « survie de la race britannique »7. En 1871, le rôle maternel des femmes était en effet « une fonction noble et essentielle, puisque la survie et la qualité de la race anglaise dépendent de cette activité autant que du travail et de la vigilance de l’époux »8. Ainsi, les auteurs des rapports du recensement transformaient le mariage en socle national, et ils contribuaient à justifier la séparation des sphères « genrées » en soulignant que tout comportement hors norme, tel que le célibat féminin, mettait la nation en danger. De plus, les recensements étaient porteurs d’une vision conservatrice de la famille et du rôle des femmes en tant que « simples appendices » des hommes. Comme l’exemple de remplissage du bulletin de recensement publié en 1861 l’indique, les membres de la famille se définissaient par rapport au chef de famille, le père dans l’idéal victorien.

Tableau 3. Exemple de remplissage du bulletin de recensement

Prénom
et nom
de famille
Lien avec
le chef
de famille
Situation maritale Sexe Âge
[dernier
anniversaire]
Grade, profession,
ou emploi
Lieu de
naissance
Sourd-muet
ou aveugle

Source : Census 1861, p. 76.

12Outils de normalisation, les recensements érigeaient la famille en archétype national, excluant donc les femmes non mariées de la norme, comme la famille victorienne modèle décrite dans le recensement de 1851 l’indique :

  • 9  « The family consisting “of a head and of dependent members, living in the same dwelling,” is, as (...)

Comme nous l’avons montré dans le rapport précédent, la famille, qui consiste en « un chef de famille et des membres dépendants de lui, qui vivent sous le même toit », présente différentes formes. Pourtant, la famille anglaise est essentiellement composée d’un époux, d’une épouse, d’enfants et de serviteurs, ou bien, moins parfaitement, mais plus fréquemment, d’un époux, d’une épouse et d’enfants. […] Le mariage est donc généralement la base du groupe élémentaire à partir duquel sont constitués des ensembles plus larges, à différents degrés de subordination, et finalement la nation.9

13Ces remarques, incluses dans les recensements nationaux et diffusées dans la presse contemporaine, soulignaient l’importance du modèle de « la » famille bourgeoise anglaise et de l’institution du mariage comme fondement de la nation. Ce faisant, ce modèle justifiait l’exclusion des « anormaux », ceux qui ne correspondaient pas au modèle normatif ainsi introduit, tels que les femmes des classes moyennes célibataires, femmes « en trop », « redondantes », « superflues », donc hors norme et inutiles. Les Anglaises célibataires, « monstruosités » produites par leur société, étaient victimes du « racisme de l’anormal » (Foucault 1993, p. 298). Les sociétés d’émigration se chargeaient d’organiser leur exil, tels les lépreux du Moyen Âge que l’on chassait hors du territoire par peur de la contamination (Foucault 1999, p. 40).

  • 10 « […] the wife is confined at home, and […] the management of the household in all its details, – (...)
  • 11 « […] where the women are much employed from home, the children and parents perish in great number (...)
  • 12 « The most important, […] of all female occupations, and that which employs the largest number, is (...)

14Les recensements contribuaient également à la construction sociale conservatrice des rapports entre les sexes en renforçant les normes « genrées » et en enfermant les femmes dans leur rôle préétabli de gardiennes du foyer. Comme le recensement de 1851 l’indiquait, dans l’idéal normatif victorien, « l’épouse est confinée à la maison et […] la gestion des questions relatives au fonctionnement du foyer, ainsi que la nécessité de subvenir aux besoins essentiels, revient à l’époux »10. Là encore, les auteurs des rapports des recensements évoquaient les menaces qui pourraient frapper quiconque ne respecterait pas la répartition des rôles « genrés » : « […] lorsque les femmes travaillent beaucoup hors du foyer, les enfants et les parents périssent en grand nombre »11. Ainsi, les recensements étaient porteurs d’une vision conformiste de la nation victorienne et agissaient tels des outils de normalisation en diffusant les modèles « genrés » qui confinaient les femmes au foyer. Gardiens de la tradition et des clichés sexistes, ils limitaient l’emploi des femmes à la reproduction et à l’éducation des enfants, avenir de la nation, comme l’exemple du recensement de 1891 l’atteste : « La fonction la plus importante des femmes, et celle qui en emploie le plus grand nombre, est […] l’éducation des enfants et la gestion de la vie domestique »12.

  • 13 « […] the absence of women is a real misfortune and drawback to most, if not all, of our colonies  (...)
  • 14 « a serious menace » (« Report of the standing commitee… » août 1911, p. 346).

15Par ailleurs, l’émigration était valorisée auprès des femmes des classes moyennes célibataires, considérées comme en trop grand nombre en métropole, et dont il y avait une pénurie dans les colonies où « l’absence de femmes est une véritable malédiction et un inconvénient pour la plupart, sinon toutes, nos colonies »13. Parallèlement à la situation métropolitaine, le déséquilibre entre les sexes dans les colonies était perçu comme « une menace sérieuse »14 pour la nation impériale. Ainsi, l’émigration était la solution la plus efficace pour mettre fin à la fois au problème des femmes surnuméraires en Grande-Bretagne et à la pénurie de femmes dans les colonies. Pour les organisatrices de la British Women’s Emigration Association (1901-1919), qui avaient recours aux données statistiques pour encourager le départ des femmes et pour promouvoir l’émigration au sein de l’Empire, comme à destination de la Nouvelle-Zélande, la solution ne faisait aucun doute :

  • 15 « In England the women outnumber the men by nearly a million, but in New Zealand the surplus is as (...)

En Angleterre, le nombre des femmes dépasse celui des hommes de presque un million, mais en Nouvelle-Zélande, cet excès a été jusqu’à maintenant inversé et, d’après le dernier recensement, le nombre d’hommes célibataires en âge de se marier dépasse celui des femmes célibataires de presque 10 000. C’est un fait qui semble montrer que les femmes célibataires de la Nouvelle-Zélande ont de bien plus grandes chances de se marier que leurs sœurs anglaises. La question du mariage complètement mise à part, ce fait rend les femmes néo-zélandaises plus importantes puisque le confort du foyer dépend des femmes.15

16Cette citation est exemplaire de l’attitude paradoxale des sociétés d’émigration féminines qui promouvaient l’autonomie des femmes qu’elles encourageaient à émigrer sans hommes, tout en les confinant à leur rôle de femmes au foyer. Il s’agissait de les rendre précieuses, mais ailleurs, tant qu’elles demeuraient au service des hommes du foyer. De plus, corollaire de la pensée binaire qui régissait les rapports entre les sexes dans l’ère victorienne, l’émigration des femmes était considérée comme un processus différent de l’émigration masculine.

L’émigration : un processus différent pour les femmes

17Publié dans le rapport de 1900 de la société d’émigration féminine United British Women’s Emigration Association (1888-1901), le discours de Joseph Chamberlain, alors secrétaire aux colonies, soulignait le soin qui devait être apporté à l’émigration des femmes, dont les mouvements extraterritoriaux autonomes n’étaient pas la norme au xixe siècle :

  • 16 « The emigration of men is a sort of automatic proceeding. Men are more independent than women. Th (...)

L’émigration des hommes est en quelque sorte un processus automatique. Les hommes sont plus indépendants que les femmes. Ils peuvent se déplacer plus facilement. Ils n’ont besoin d’aucune protection […]. Mais c’est très différent dans le cas des femmes. […] Les femmes seules et sans protection ne peuvent pas être envoyées loin au-delà des mers dans des pays étrangers où elles n’ont ni amis ni famille pour s’occuper d’elles à leur arrivée, et où elles ne savent pas comment elles doivent se comporter jusqu’à ce qu’un emploi leur soit offert.16

  • 17 « The greatest obstacle hitherto to gentlewomen emigrating alone has been the supposed impossibili (...)

18Ces remarques, typiques de la perception victorienne de l’émigration féminine, illustrent le manque d’autonomie et l’infantilisation des femmes, dont on pensait que l’émigration sans la protection d’un homme était impossible, du moins jusqu’à l’intervention des sociétés d’émigration féminines, comme elles l’attestèrent en 1861 : « […] jusqu’à présent le plus grand obstacle à l’émigration autonome des femmes des classes moyennes a été la supposée impossibilité de les faire émigrer sans la protection d’un homme pendant le voyage, ou à l’arrivée »17. La possibilité d’émigrer sans hommes constituait un renversement du paradigme « genré » et représentait une anomalie pour les victorien·ne·s. Selon Bland, les femmes étaient associées aux individus primitifs et aux enfants dont elles partageaient des caractéristiques mentales telles que le manque de volonté, la sensibilité, le manque d’autonomie et l’incapacité de raisonner (Bland 1995, p. 74). L’intervention des philanthropes organisatrices de l’émigration des femmes contribuait donc à renverser le paradigme « genré » de la domination masculine en donnant aux candidates à l’émigration la possibilité d’émigrer individuellement, mais sous la protection d’autres femmes.

19Par ailleurs, un article publié en 1861 dans The English Woman’s Journal, périodique porte-parole de Langham Place, groupe de militantes pour la question des femmes, soulignait que la responsabilité de la supposée surpopulation féminine devait être attribuée aux hommes qui refusaient d’instruire les femmes et de leur accorder une place sur le marché du travail, ne leur laissant que l’exil pour solution de survie. Pour les sociétés d’émigration, le problème n’était pas tant une question de surnombre que de déplacement des femmes. Elles proposaient de redresser le déséquilibre entre les sexes en transférant les femmes surnuméraires de la métropole vers les colonies, comme elles l’exprimèrent dans un langage commercial, traditionnellement masculin, dans le même article :

  • 18 « The question is how to balance the account, how to transfer them from the place where they are n (...)

La question est comment équilibrer les comptes, comment les transférer de l’endroit où elles ne sont pas voulues et où elles pourraient même devenir nuisibles, à l’endroit où elles seront valorisées comme elles le méritent et où elles deviendront un avantage plutôt qu’une nuisance pour ceux qui les entourent. […] Les gens parlent de « l’homme idéal dans le lieu idéal », mais la femme idéale dans le lieu idéal est tout aussi importante.18

20En opposition aux restrictions normatives « genrées » selon lesquelles les femmes des classes moyennes n’étaient pas censées se charger de transactions commerciales et étaient donc exclues de toute communication de cette nature, les organisatrices utilisaient tout de même un langage commercial et faisaient souvent référence aux émigrantes comme des marchandises acheminées vers les colonies, comme la fondatrice de la Female Middle Class Emigration Society (1862-1886), Maria Rye, le fit en 1863 dans un article du Times :

  • 19 « No doubt, the services of women are urgently needed for every purpose of domestic management, bu (...)

Un cargo chargé de femmes dans la force de l’âge ou âgées et d’apparence peu attirante ne serait pas accueilli avec beaucoup de satisfaction par les autorités coloniales. Ils veulent être fournis en demoiselles jeunes et présentables qui seraient intéressées par le mariage, et ils savent bien que la prospérité de leur société dépend de leur capacité à les obtenir.19

  • 20 « There was a grand bachelors’ ball the first week after we landed, to which we of course got invi (...)

21Les militantes en faveur de l’émigration des femmes des classes moyennes appauvries insistaient sur le fait que leurs activités ne se limitaient pas à trouver des époux pour leurs émigrantes, comme Rye le souligna en 1863 dans un article relatant son expérience d’accompagnatrice d’émigrantes dans les colonies : « […] une semaine après notre arrivée, il y a eu un grand bal pour célibataires auquel nous avons bien entendu été invitées, et bien entendu, nous n’y sommes pas allées »20. En effet, l’objectif principal affiché par les sociétés d’émigration féminines était de pallier le manque d’emplois pour les femmes en métropole. Elles se défendaient contre leurs détracteurs qui associaient leurs activités à l’exil des prisonniers britanniques à destination des colonies pénitentiaires du Pacifique dans la première moitié du xixe siècle et, ce faisant, elles en profitaient pour souligner que le mariage ne devait pas être la seule possibilité offerte aux femmes :

  • 21 « To send out women for whom there is no certain occupation, would truly be “mere transportation u (...)

Faire émigrer des femmes sans leur assurer un emploi serait certainement « un simple exil sous couvert de bienfaisance », car il s’agirait de les mettre en vente, de rendre le mariage nécessaire pour elles. Pour autant, le dur labeur et la rémunération la plus misérable ne valent-ils pas mieux qu’une telle humiliation ?21

22En effet, les sociétés d’émigration féminines agissaient en parallèle des campagnes pour l’emploi des femmes. Ces associations de femmes étaient certes conservatrices, mais elles défiaient tout de même la domination masculine, à leur manière. Tout en restant fidèles à leur vision traditionaliste du devoir maternel féminin, elles ont contribué à la définition de la féminité impériale. Conformistes, elles reconduisaient le langage impérial de référence, masculin, en insistant sur la place des femmes dans la sphère domestique. Si elles encourageaient l’emploi des femmes, elles n’envisageaient pas leurs activités hors du foyer. Comme les hommes, elles faisaient du patriarcat un paradigme dominant en métropole et dans les colonies. En Australie et en Nouvelle-Zélande, les femmes des classes moyennes célibataires étaient en infériorité numérique et elles étaient acceptées par la société d’accueil qu’elles contribuaient à construire.

  • 22 « […] had not Miss Rye been possessed by an indomitable spirit » (« Extract from Liverpool Daily P (...)
  • 23  Héritier 2002, p. 84-85 : « La violence est considérée comme antinomique à la féminité contenue, c (...)

23Contre la relation asymétrique hommes/femmes, les femmes impérialistes, organisatrices de l’émigration des femmes des classes moyennes appauvries, entendaient se faire une place aux côtés des hommes. Cependant, en s’insérant dans les activités typiquement masculines, elles risquaient également de brouiller les normes de genre, comme la description de Rye dans un article publié dans le Liverpool Daily Post en 1870 l’illustre : « […] si seulement Maria Rye n’avait pas un esprit indomptable »22. En utilisant un adjectif généralement attribué aux animaux sauvages, ce journaliste mettait en lumière l’anormalité d’une femme qui agissait aux côtés des hommes et qui utilisait les codes masculins. Selon Bland, la transgression des normes « genrées » était associée au risque de dégénérescence de la race (Bland 1995, p. 75). Si elle semblait brutale, c’était parce que Rye utilisait l’outil même de la domination : la violence, trace de régression animale. Pour Françoise Héritier, « la violence féminine, non légitime, est au sens propre du mot “bestiale” »23. En se comportant comme les hommes, Rye mettait l’ordre « genré » en danger.

*

24Cette étude a mis au jour la construction des normes « genrées » dans l’ère victorienne, au prisme des sociétés d’émigration féminines. Pour citer Michelle Perrot, l’histoire des sociétés d’émigration féminines est une « histoire des femmes actives, dans les multiples interactions qui font le changement », mais également une « histoire du genre qui insiste sur les relations entre les sexes et intègre la masculinité » (Perrot 2008, p. 15). C’est l’histoire de femmes exceptionnelles, de femmes qui sont sorties de l’ombre et de l’anonymat pour entrer dans l’Histoire, non pas celle écrite par les hommes, mais celle dont elles ont laissé assez de traces pour contribuer à l’écrire elles-mêmes. Comme ce chapitre l’a démontré, les organisatrices de l’émigration des femmes des classes moyennes dites surnuméraires avaient une approche paradoxale de l’émancipation féminine. Selon Levine, les militantes rejetaient la division des sphères genrées, du public et du privé, et elles ont consciemment participé à la redéfinition des frontières politiques (Levine 1990, p. 3-4). En offrant à leurs émigrantes la possibilité de devenir autonomes dans les colonies, les sociétés d’émigration féminines ont indirectement participé au mouvement pour l’émancipation des femmes et ont ainsi brouillé les frontières de genre. Sous l’apparente acceptation de la domination masculine et du patriarcat, les organisatrices ont finalement réussi à offrir un nouveau monde à leurs émigrantes, un monde dans lequel elles allaient être les premières à avoir le droit de vote, en 1893 en Nouvelle-Zélande.

Bibliographie

ARCHIVES

« Emigration for educated women », 1er mars 1861, The English Woman’s Journal, Londres, p. 1-9.

« Extract from Liverpool Daily Post of Thursday October 6th, 1870 entitled “Miss Rye’s Mission” », 1870, Liverpool Daily Post, Liverpool [Liverpool University Library, D 63/1/2].

« Life in New Zealand », mai 1911, The Imperial Colonist, Londres.

« Middle-Class female emigration impartially considered », 1er octobre 1862, The English Woman’s Journal, Londres, p. 73-83.

« Report of the standing committee on emigration of the Royal Colonial Institute – Memorandum on the emigration of women », août 1911, The Imperial Colonist, Londres.

« The very candid letter from Miss Rye », 29 mai 1863, The Times, Londres, p. 9.

Amicus Populi, 1848, Emigration and Superabundant Population Considered in a Letter to Lord Ashley, Londres, Pelham Richardson.

Browne Water, 1881, « Women’s emigration society », Work and Leisure.

Census of Great Britain, 1851, Presented to Both Houses of Parliament by Command of her Majesty, 1854, Londres, George Edward Eyre and William Spottiswoode.

Census of England and Wales for the Year 1861, Presented to Both Houses of Parliament by Command of her Majesty, 1863, Londres, George Edward Eyre and William Spottiswoode.

Census of England and Wales for the Year 1871, Presented to Both Houses of Parliament by Command of her Majesty, 1873, Londres, George Edward Eyre and William Spottiswoode.

Census of England and Wales, 1891, Presented to Both Houses of Parliament by Command of her Majesty, 1893, Londres, George Edward Eyre and William Spottiswoode.

Census of England and Wales, 1901, Presented to Both Houses of Parliament by Command of her Majesty, 1904, Londres, Darling and Son.

Greg William Rathbone, 1862, « Why are women redundant ? », National Review, Londres, no 14, p. 434-460.

Rye Maria Susan, 1863, « Another mail from Miss Rye », The English Woman’s Journal, Londres, 64/11, p. 260-269.

UBWEA [United British Women’s Emigration Association], 1900, Report.

BIBLIOGRAPHIE

Bland Lucy, 1995, Banishing the Beast : English Feminism and Sexual Morality, 1885-1914, Harmondsworth, Penguin.

Foucault Michel, 1993, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard (Tel).

 1999, Les anormaux, Paris, Seuil.

Héritier Françoise, 2002, Masculin/féminin II, dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob.

Levine Philippa, 1990, Feminist Lives in Victorian England : Private Roles and Public Commitment, Oxford, Blackwell.

Perrot Michelle, 2008, Mon histoire des femmes, Paris, Point.

Porter Theodore, 1986, The Rise of Statistical Thinking : 1820-1900, Princeton, Princeton University Press.

Scott Joan Wallach, 1988, « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique » [1986], Eleni Varikas trad., Les Cahiers du GRIF, no 37-38, p. 125-153.

RÉFÉRENCES ÉLECTRONIQUES

« old maids », Oxford English Dictionary. En ligne : [http://www.oed.com/view/Entry/130983?redirectedFrom=old+maid#eid] (consulté le 30 mars 2014).

« spinster », Oxford English Dictionary. En ligne : [http://www.oed.com/view/Entry/186771?redirectedFrom=spinster#eid] (consulté le 30 mars 2014).

British Newspaper Archive. En ligne : [http://www.britishnewspaperarchive.co.uk/] (consulté le 10 avril 2013).

Notes

1 Les recensements britanniques du xixe siècle concernaient essentiellement l’Angleterre, l’Écosse et le Pays de Galles. Ils furent publiés tous les dix ans à partir de 1801. La loi de 1800 (Census Act of 1800), qui autorisa le premier recensement officiel, faisait suite au scandaleux An Essay on the Principle of Population publié en 1798 par Malthus qui prédisait le chaos démographique en Grande-Bretagne. Pour Malthus, la population britannique augmentait si vite que le pays se retrouverait rapidement dans l’incapacité de nourrir la nation, entraînant ainsi famine et chaos. Ces prédictions eurent pour effet d’inciter les autorités à autoriser une enquête nationale officielle afin de vérifier l’évolution démographique de la nation. Des critères et catégories furent progressivement ajoutés aux recensements, en fonction des besoins et des inquiétudes de l’époque. Afin de répondre aux préoccupations concernant la différence démographique entre les sexes, en 1851, le statut matrimonial des Britanniques fut introduit dans le recensement, ce qui permit de confirmer qu’il y avait environ 365 000 femmes célibataires « en trop ».

2 Les études lexicométriques permettent de montrer la dissémination des mots clefs relatifs à la surpopulation féminine dans la presse contemporaine. Pour cette étude, nous avons utilisé la base de données British Newspaper Archive qui est issue du projet de numérisation de tous les journaux disponibles en version papier à la British Library. Elle rassemble des articles de presse locale et nationale publiés entre 1700 et 1999 et permet donc de couvrir les journaux de tout le pays à certaines périodes.

3 « The real wealth of a nation consists in its having a large, intelligent, and industrious population. »

4 Le terme spinster décrit le métier des fileuses de laine qui est apparu au xive siècle, et qui est devenu le terme officiel pour faire référence aux femmes célibataires non mariées à l’âge adulte à partir du xviie siècle (Oxford English Dictionary).

5 L’expression old maids est l’équivalent de « vieilles filles » en français ; le terme, péjoratif, est apparu au xvie siècle. Les « vieilles filles » (old maids) sont décrites comme de « vieilles célibataires » (elderly spinsters) dans l’Oxford English Dictionary. Il s’agit de femmes célibataires qui ont, depuis longtemps, dépassé l’âge attendu du mariage (Oxford English Dictionary).

6  « It can hardly be doubted, both that there is a considerable excess of unmarried women, and that such an excess is certain to produce some serious evils. […] What are we to do with this army of spinsters, whose enforced celibacy is an evil at once to themselves and to society ? » (Greg 1862, p. 6).

7 « The perpetuity of the British race » (Census 1851, p. xlv).

8 « […] a noble and essential occupation, as on it as much as on the husband’s labour and watchfulness depend the existence and character of the English race » (Census 1871, p. xli).

9  « The family consisting “of a head and of dependent members, living in the same dwelling,” is, as has been shown in the previous report, variously constituted ; but the English family in its essential type is composed of husband, wife, children, and servants, or, less perfectly, but more commonly, of husband, wife, and children. […] Marriage is therefore generally the origin of the elementary community of which larger communities, in various degrees of subordination, and ultimately the nation, are constituted ; and on the conjugal state of the population, its existence, increase, and diffusion, as well as manners, character, happiness, and freedom, intimately depend » (Census 1851, p. xxviii).

10 « […] the wife is confined at home, and […] the management of the household in all its details, – and the care of providing all necessaries, – belong to the husband » (Census 1851, p. lxxxviii).

11 « […] where the women are much employed from home, the children and parents perish in great numbers » (Census 1851, p. lxxxviii).

12 « The most important, […] of all female occupations, and that which employs the largest number, is […] he rearing of children and the management of domestic life » (Census 1891, p. 58).

13 « […] the absence of women is a real misfortune and drawback to most, if not all, of our colonies » (Browne 1881, p. 53).

14 « a serious menace » (« Report of the standing commitee… » août 1911, p. 346).

15 « In England the women outnumber the men by nearly a million, but in New Zealand the surplus is as yet on the other side, and according to the last census the bachelors of marriageable age outnumber the spinsters by nearly 10,000, a fact which seems to show that the New Zealand spinster has a much greater chance of marrying than has her sister in England. Apart altogether from the question of marriage this fact increases the importance of the New Zealand woman, for it is on the women that the comfort of the home depends » (« Life in New Zealand » mai 1911, p. 209).

16 « The emigration of men is a sort of automatic proceeding. Men are more independent than women. They can transport themselves with greater ease. They require no protection […]. But it is very different in the case of women. […] Women alone and unprotected cannot safely be sent great distances across the sea, to arrive in strange lands where they have no friends or relatives to look after them, and where they do not know how to act until employment comes to them » (UBWEA 1900, p. 53).

17 « The greatest obstacle hitherto to gentlewomen emigrating alone has been the supposed impossibility of sending them without any male protector on the voyage, or at their destination » (« Emigration for educated women », 1er mars 1861, p. 6).

18 « The question is how to balance the account, how to transfer them from the place where they are not wanted, and where they may even become injurious, to the place where they will be valued as they deserve, and benefit instead of injuring those around them. […] People talk of the “right man in the right place,” and the right woman in the right place is quite as important » (« Middle-Class female emigration impartially considered », 1er octobre 1862, p. 73-74).

19 « No doubt, the services of women are urgently needed for every purpose of domestic management, but this is not the real meaning of the call for them. A large consignment of middle-aged or elderly women of unattractive appearance would not be welcomed with any satisfaction by the colonial authorities. What they want is a supply of young and presentable damsels with an inclination towards matrimony, and they know that the welfare of their society depends on their obtaining it » (« The very candid letter from Miss Rye », The Times, 29 mai 1863, p. 9).

20 « There was a grand bachelors’ ball the first week after we landed, to which we of course got invitations, and of course did not go » (Rye 1863, p. 263).

21 « To send out women for whom there is no certain occupation, would truly be “mere transportation under the name of benevolence”, for it would be to put them up to sale, to make marriage a necessity to them; and is not the hardest work, the most starving remuneration better than such a degradation as this? » (« Middle-Class female emigration impartially considered », 1er octobre 1862, p. 77).

22 « […] had not Miss Rye been possessed by an indomitable spirit » (« Extract from Liverpool Daily Post of Thursday October 6th, 1870 entitled “Miss Rye’s Mission” », 1870).

23  Héritier 2002, p. 84-85 : « La violence est considérée comme antinomique à la féminité contenue, c’est-à-dire à la féminité vraie de la femme féconde. L’exercice de la violence par les femmes est vu comme la transgression ultime de la frontière des sexes. Contrairement à la violence masculine perçue comme légitime (maintien de l’ordre domestique ou extérieur, guerre, etc.), la violence des femmes est considérée comme l’expression du caractère animal et quasi déshumanisé de leur nature qui exploserait si elle n’était pas maîtrisée par l’action masculine. »

Table des illustrations

Titre Graphique 1. La « surpopulation » féminine dans la presse (1860-1914)
Crédits Source : British Newspaper Archive (consulté le 10 avril 2013).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Auteur

Marie Ruiz est maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’université de Picardie Jules Verne. Elle est l’auteure de British Female Emigration Societies and the New World, 1860-1914 (Palgrave Macmillan, 2017) et a co-dirigé avec Mélanie Grué le numéro spécial de la revue Women’s History sur la place du document dans l’histoire des femmes (Women’s History Network, vol. 2 no 8, été 2017). Elle co-dirige actuellement l’ouvrage collectif The Handbook of Migration Crises (Oxford University Press, à paraître, 2019) et dirige l’ouvrage collectif International Migrations in the Victorian Era (Brill, à paraître, 2018).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search