Version classiqueVersion mobile

Épistémologies du genre

Partie 2. Multiplicité et intersections des rapports de domination

Les « femmes déchues » et les associations pour femmes à Liverpool (1890-1910)

Intersectionnalité et micro-histoire

Muriel Gleser-Neveu

Texte intégral

  • 1 Liverpool Watch Committee, « Minute Book no 26 », 1890, 10 décembre 1890, p. 444-445 ; Criminal La (...)
  • 2 Rev. James Nugent, « Letter to Mother Magdalen of the Sacred Heart » [adressée à la Mère Fondatric (...)

1En décembre 1890, la municipalité de Liverpool met en place une politique répressive vis-à-vis de la prostitution dans la ville en application de l’amendement de 1885 de la loi sur la criminalité1. Elle fait fermer trois cents habitations considérées comme des maisons closes dans les quartiers ouvriers entre décembre 1890 et février 1891 pour lutter contre le « grand mal social », c’est-à-dire la prostitution et les comportements jugés immoraux par la classe dominante. Leurs pensionnaires, environ 1 200 femmes, viennent grossir les rangs des femmes sans abri dans les rues de la ville2. Les refuges existants ne permettent pas alors d’apporter une réponse efficace au problème de l’hébergement de ces femmes. Ces établissements proposent, en effet, un séjour de longue durée à un nombre limité de pensionnaires qui y effectuent un travail de « pénitence » permettant leur réforme morale, entendue comme un retour à une conduite vertueuse. Le Female Penitentiary, ouvert depuis 1811, vise ainsi à transformer le comportement et les habitudes de vie de soixante femmes durant un séjour de deux années. Pour faire face à l’afflux de femmes dans les rues de la ville, d’autres associations caritatives créent alors des refuges de court séjour. Ainsi, deux missions de minuit, qui offrent une boisson et un sermon aux prostituées et aux femmes démunies, établissent des refuges dans la ville. Tout d’abord, la Gospel Temperance and Night Mission, qui opérait depuis 1886 dans le centre de la ville, réunit les fonds nécessaires à l’acquisition d’un bâtiment. Le refuge pour femmes, Alwin Home, ouvre ses portes en mars 1889. De la même manière, la House of Help, fondée en 1890 sous l’égide de la comtesse de Lathom, résulte de la transformation d’une mission créée quelques mois auparavant en un refuge pour femmes qui accueille ses premières pensionnaires le 31 juillet 1890. Implanté dans la partie sud de la ville à proximité immédiate du Female Penitentiary, l’établissement offre aux femmes dans le besoin une aide allant du simple conseil à l’hébergement pour quelques jours seulement.

2Les candidates à l’admission dans ces établissements de longs et de courts séjours sont désignées par l’expression « femmes déchues ». À la fin du xixe siècle, cette catégorie inclut les individues qui ont remis en cause par leur comportement les normes de classe et de genre : ces femmes ont « fauté », ont commis un crime ou ont fait preuve d’immoralité. Dans les discours, la « femme déchue » constitue le pendant négatif de l’idéal féminin, image idéalisée de la femme épouse et mère passive et soumise à son mari. Ces représentations antithétiques véhiculent une vision stéréotypée des femmes, conforme à la morale traditionnelle. Toutefois, au-delà de ces constructions fictives et simplistes, les femmes qui entrent dans la catégorie « femmes déchues » se caractérisent par leur diversité. Issues de différentes classes sociales, catholiques ou protestantes, femmes adultères, prostituées ou anciennes détenues de tous âges, d’origine irlandaise ou anglaise, elles présentent une identité plurielle. En effet, leur identité résulte de la somme et de la combinaison de leurs différentes identités et de leurs appartenances à des groupes sociaux différenciés : elle se caractérise par sa complexité, sa fluidité et son incessante construction (Reboul-Touré 2011, p. 18).

3Le concept d’intersectionnalité, forgé par Kimberlé Crenshaw en 1989, offre la possibilité d’« appréhender la complexité des identités et des inégalités sociales au travers d’une approche intégrée » (Bilge 2009, p. 70). S’appuyant sur une focalisation sur les intersections des catégories de classe, de race, de sexe, etc., elle permet de penser les rapports sociaux dans leur caractère multidimensionnel et combinatoire. Elle constituerait ainsi une clé pour étudier les inégalités sociales et les processus de domination dont ces femmes sont victimes dans une perspective diachronique. L’utiliser comme catégorie d’analyse dans cette réflexion historique sur les « femmes déchues » à Liverpool de 1890 à 1910 ouvre ainsi un champ de potentialités.

4L’approche micro-historique développée par Giovanni Levi (2001), Carlo Ginzburg (1980, 1992) et Edoardo Grendi (1980) présente également un intérêt pour cette analyse. Elle permet de multiplier les points de vue sur l’objet d’étude en s’appuyant sur le changement d’échelle et contribue à réhabiliter les individus en tant qu’acteurs/trices. L’historien·ne se rapproche ainsi du passé pour apercevoir les détails qui resteraient invisibles de loin et en tirer des conclusions sur des phénomènes plus vastes (Szijarto 2012, p. 6). La micro-histoire permettrait de rendre compte de la complexité de la situation des femmes à Liverpool par une analyse microsociale et par la confrontation du point de vue de ces individus à ceux des associations et de la classe dominante.

5L’étude vise ainsi à révéler l’identité plurielle de ces « femmes déchues » candidates à l’admission au sein des refuges de Liverpool ainsi que les formes de domination multiples dont elles font l’expérience lors de la sélection à l’entrée de ces établissements de 1890 à 1910. Elle conduit à s’interroger sur leur capacité à se créer des marges de liberté et d’action malgré un rapport de pouvoir défavorable. Enfin, plus généralement, notre réflexion s’attachera à éprouver l’utilité d’une double approche associant intersectionnalité et micro-histoire pour appréhender les expériences singulières de ces femmes et les pratiques des associations caritatives à Liverpool de 1890 à 1910.

Intérêt et limites de l’approche intersectionnelle

6L’approche intersectionnelle pose tout d’abord divers problèmes d’interprétation et d’utilisation en raison d’une théorisation imprécise et d’une grande diversité d’approches méthodologiques (McCall 2005, p. 1771). Rogers Brubaker, sociologue, conçoit l’intersectionnalité comme une « sociologie identitaire, conceptuellement appauvrie, dans laquelle l’“intersection” de la race, de la classe, du sexe, de l’orientation sexuelle, et peut-être encore d’une ou deux autres catégories, génère un assortiment de boîtes à tout faire conceptuelles » (Brubaker 2001, p. 82). Elle ne présente, selon lui, aucune utilité dans la mesure où elle n’appréhende la société que comme « une mosaïque multicolore de groupes d’identités monochromes » (p. 83). Il nie la vocation même de la réflexion intersectionnelle qu’Alexandrine Guyard décrit comme « un appel au multiple », qui réfute toute conclusion essentialisante et rejette les identités figées (Guyard 2015, p. 2). Toutefois, si la prise en compte de la complexité des rapports sociaux et du caractère dynamique et non segmenté de l’identité présente un intérêt, on peut s’interroger sur la possibilité de dépasser les aspects descriptifs des expériences et de proposer une analyse du social. La déconstruction radicale des identités est, en effet, susceptible d’engendrer un émiettement contreproductif des études. Ces critiques et ces craintes résultent de l’absence de méthodologie spécifique appliquée aux questions intersectionnelles et d’une définition de l’intersectionnalité qui varie selon les utilisateurs :

Pour certaines, l’intersectionnalité est une théorie, pour d’autres, c’est un concept ou un dispositif heuristique, tandis que d’autres encore y voient une stratégie de lecture des analyses féministes. Des controverses ont surgi pour savoir si l’intersectionnalité devait être conceptualisée comme un carrefour (Crenshaw 1991), comme « axes » de différence (Yuval-Davis 2006) ou comme un processus dynamique (Staunæs 2003). On ne sait pas exactement s’il faut limiter l’intersectionnalité à la compréhension des expériences individuelles et à la théorisation de l’identité, ou s’il faut y voir une propriété des structures sociales et des discours culturels. (Davis 2015)

7Pourtant, pour Kathy Davis, l’élasticité de l’intersectionnalité, d’un point de vue à la fois méthodologique et épistémologique, permet son application au champ historique par une perception, sous un angle renouvelé, de certains aspects du monde (Davis 2015).

8Grâce à l’approche intersectionnelle, les chercheurs/euses n’appliquent pas une grille de lecture unidimensionnelle et ne se limitent pas à la seule binarité, mais prennent en compte les multiples rapports sociaux qui construisent des identités hétéroclites. Ils/elles s’intéressent à l’« anomalie » pour révéler l’emprise des normes ainsi que les dynamiques à l’œuvre dans les rapports sociaux. Les « femmes déchues » subissent les contraintes du système de références de la classe dominante. Caractérisées par leur statut liminal, elles sont les victimes d’une multiplicité de systèmes d’oppression opérant à partir d’une pluralité de catégories – sexe, sexualité, classe, religion, ethnicité et âge – dans la production des inégalités sociales. À leur identité de femme est ainsi associée une ou plusieurs autres caractéristiques susceptibles de donner lieu à des discriminations à Liverpool à la fin du xixe siècle : leur âge, leur état matrimonial, une sexualité lucrative, l’appartenance à la classe ouvrière, leur religion catholique ou des origines irlandaises. L’intersectionnalité permet de révéler l’imbrication ou la co-constitution de ces catégories de différence et de faire sortir de l’invisibilité le rôle social de ces femmes et leur capacité d’action, des éléments marginalisés en histoire des femmes comme en histoire sociale.

Une identité plurielle construite et fluctuante

  • 3 Prins 2006, p. 280 : « […] intersectionality aims to reveal the unilateral power of social represe (...)

9L’identité de ces femmes leur est imposée de l’extérieur : elle résulte de la perception et des discours de la classe dominante. Pour appréhender cette identité construite, il convient de s’intéresser au « pouvoir unilatéral des représentations sociales, c’est-à-dire [aux] conséquences symboliques et matérielles néfastes pour ces groupes dont les vies sont situées au croisement de différentes identités »3. Il s’agit ainsi de s’appuyer davantage sur l’interprétation britannique de l’intersectionnalité reposant sur une approche constructionniste et une vision relationnelle dynamique du pouvoir et de l’identité, que sur l’approche structurelle privilégiée dans les travaux américains (Davis 2015 ; Bilge 2009, p. 77 ; Prins 2006, p. 279). L’analyse permet alors de souligner la définition fluctuante de la catégorie des « femmes déchues » selon le contexte et l’espace dans lesquels elle est utilisée.

  • 4 Les femmes célibataires sont montrées du doigt pour leur non-conformisme aux normes de genre et de (...)
  • 5 Au niveau national, voici quelques exemples de discours législatifs sur les femmes  : Contagious D (...)

10En effet, en fonction de l’ancrage contextuel, l’accent est mis sur l’une des facettes identitaires de ces femmes pour mieux dénoncer à travers leurs représentations certains comportements sociaux. Ainsi, dans les discours politiques, scientifiques et médicaux de 1864 au début des années 1880, les femmes seules, prostituées ou non, principalement celles issues de la classe ouvrière, sont identifiées comme des « femmes dangereuses » : leur sexualité supposée, source potentielle de transmission des maladies vénériennes, et leur mode de vie jugé « hors norme »4 en font des agents de contamination morale et physique pour la société5. La « prostituée » symbolise alors une forme de paranoïa culturelle des populations aisées vis-à-vis de la classe ouvrière (Butler 1870, p. 6). Désignées ensuite comme des « femmes impures » ou « immorales » dans les années 1880, les femmes célibataires issues de la classe ouvrière constituent, selon la classe dominante, une menace pour l’ordre moral et social. L’amendement de 1885 de la loi sur la criminalité donne alors le pouvoir aux collectivités territoriales de mener des politiques répressives et de faire fermer les lieux de « vice », maisons closes et logements-foyers jugés douteux.

11À Liverpool, les politiques et discours locaux de la pureté sociale et de la tempérance s’inspirent de ces représentations nationales et se conjuguent au sectarisme et au racisme anti-irlandais endémiques dans la ville. En 1876, puis en 1886, F. W. Lowndes, chirurgien de l’hôpital de Liverpool en charge du traitement des maladies vénériennes, met en avant le problème des prostituées des quartiers ouvriers dans ses rapports sur l’étendue de la contamination dans la ville. Il stigmatise en particulier les femmes catholiques d’origine irlandaise (Lowndes 1876, p. 8-14). Son discours se fait l’écho de peurs racistes vis-à-vis de cette communauté et de la croyance répandue selon laquelle les Irlandaises sont majoritairement représentées parmi les prostituées les plus pauvres (Lowndes 1886, p. 3-4). En 1883, l’enquête menée par un représentant de la collectivité, un médecin et un journaliste, et diffusée dans la presse locale, insiste sur la surpopulation, l’insalubrité et le « vice » dans les quartiers ouvriers catholiques de populations d’origine irlandaise (Liverpool Daily Post 1883). Ses auteurs dépeignent leurs habitantes comme des êtres ignorants, oisifs, crasseux, malades et alcooliques, qui occupent la rue par leurs diverses activités (vente de poissons, de paniers ou de fleurs, commerce de leur corps par exemple). À l’échelle locale, ces femmes subissent ainsi des discriminations multiples liées à leur religion, à leur classe sociale et à leur ethnicité. En 1890, les femmes seules, anciennes domestiques, vendeuses de rue, prostituées régulières ou occasionnelles, hébergées dans des logements-foyers au sein de ces quartiers ouvriers, sont victimes de la politique répressive appliquée par la municipalité. Les partisans de la pureté sociale cherchent alors à contraindre ces femmes sans abri à intégrer un refuge. Dans quelle mesure sont-elles admises au sein de ces établissements ? Subissent-elles à ce stade d’autres formes de discrimination ?

Intersectionnalité et micro-histoire

12Pour répondre à ces interrogations, il apparaît essentiel de se focaliser sur les expériences singulières de ces femmes candidates à l’admission dans un refuge. L’approche micro-historique, qui s’appuie sur un jeu d’échelles, permet de rétrécir le champ d’investigation. Elle consiste, en effet, à prendre le particulier comme point de départ et à en examiner la signification à la lumière de la pluralité de ses contextes. Elle met en évidence des relations sociales, des stratégies individuelles et collectives non explorées dans une approche macro-historique (Szijarto 2011, p. 210-211). Elle rend possible l’étude des actions individuelles tout autant que l’analyse d’une action charitable ou du fonctionnement d’une association envisagés comme des performances culturelles à décoder. La micro-histoire permet ainsi de mieux appréhender les formes de domination à l’œuvre vis-à-vis des candidates à l’admission et les stratégies auxquelles elles ont recours pour assurer leur survie.

  • 6 Liverpool Female Penitentiary, « Laws and regulations », Minute Book 1, 1er février 1811 ; Liverpo (...)
  • 7 Rev. James Nugent, « Letter to Mother Magdalen of the Sacred Heart », déjà cité.
  • 8 Liverpool Female Penitentiary, 1893, 82nd Annual Report for the Year 1892, Liverpool, p. 5 ; Liver (...)
  • 9 Liverpool Female Penitentiary, Annual Report, 1855-1891. À partir de 1892, le nombre de postulante (...)

13L’étude porte ainsi sur l’impact des phénomènes plus vastes qui agissent sur les femmes à l’intersection d’un certain nombre de catégories et groupes pour une prise en compte fructueuse de la complexité : « […] une approche fondée sur un va-et-vient permanent entre une vue de très près (par exemple, un regard sur la vie privée des individus) et de très loin (par exemple, la croissance des empires) rend palpable la discontinuité et l’hétérogénéité du réel » (Löwy 2010, p. 182). Le recours à l’approche micro-historique permet ainsi de faire des études de cas et de donner au sujet envisagé dans une approche intersectionnelle un socle empirique solide. L’étude des candidates à l’admission dans deux foyers pour femmes, le Female Penitentiary et la House of Help, permet de mesurer la prégnance des représentations nationales et locales sur les membres de leurs comités et la façon dont ces visions stéréotypées impactent la sélection des candidates à l’admission. L’analyse des rapports et comptes rendus de réunions de ces établissements démontre que la religion de ces femmes, leur âge, leur statut marital, leur état de santé et la présence de jeunes enfants sont autant de critères de sélection et de facteurs de discrimination. En effet, ces refuges, dont la règle6 stipule pourtant l’admission de femmes de toute confession religieuse, refusent l’accueil aux femmes catholiques7. De la même manière, dans les rapports des associations qui en ont la charge, les femmes âgées désireuses d’intégrer un foyer sont décrites comme des alcooliques « endurcies par le péché » susceptibles de « pervertir » des pensionnaires plus jeunes : les comités leur refusent l’admission dans ces établissements8. Selon les rapports annuels du Female Penitentiary de 1855 à 1891, en moyenne 24 % des postulantes à l’admission sont refusées ou orientées vers d’autres institutions9. Les critères d’admission des refuges de moyens et longs séjours restreignent ainsi largement la proportion des candidates potentielles et démontrent des formes de domination et de discrimination à l’œuvre au sein même du groupe des « femmes déchues » qui résultent des choix stratégiques des membres des comités de ces établissements.

14Par conséquent, si les femmes dites « déchues » sont stigmatisées à l’échelle locale, de nouvelles distinctions sont effectuées au sein de la catégorie « femmes déchues » lors de l’admission dans les refuges destinés à les accueillir en raison d’au moins une autre de leurs facettes identitaires (religion, âge, situation familiale notamment).

Des marges de liberté et d’action

  • 10 Liverpool House of Help, 1895, Fourth Annual Report, 1894, Liverpool, Dunnett & Wilson, p. 7.
  • 11 Liverpool House of Help, 1913, Twenty-second Annual Report, 1912, Liverpool, Wilson, p. 10.

15Informées des critères de sélection à l’entrée des refuges, les candidates, désireuses de trouver un toit, un repas et une protection, cherchent ainsi à faire évoluer les situations d’oppression qu’elles subissent. Elles jouent sur des éléments de catégorisation établis par les comités, comme l’âge, la confession religieuse, la situation familiale et le statut marital. Certaines font ainsi preuve d’opportunisme religieux : elles se définissent comme anglicanes pour obtenir un hébergement et de la nourriture dans un refuge de cette confession, puis comme catholiques pour être accueillies dans un autre foyer10. D’autres se choisissent une histoire et un passé qui leur permettent de recevoir une aide de la part des refuges. Elles mentent ainsi sur leur âge, leurs origines ou leur religion. Elles se prétendent célibataires et/ou sans famille pour éviter de retourner chez un père ou un époux violent. La prise de conscience, par les membres des comités, des stratégies déployées par ces femmes se traduit par la vérification des déclarations faites par les candidates lors de leur admission. Ainsi, au début du xxsiècle, les membres du comité de la House of Help se montrent suspicieux vis-à-vis des témoignages des postulantes : ils demandent à la surveillante-chef de recouper les renseignements qu’elles fournissent pour comprendre leur parcours et trouver des solutions plus adaptées, selon eux, à leur situation, comme le placement chez un patron, le retour chez leur mari ou dans leur famille11.

  • 12 Liverpool Rescue Society and House of Help, 1897, Sixth Annual Report, 1896, Liverpool, Dunnett & (...)
  • 13 Liverpool Female Penitentiary, 1899, 88th Annual Report for the Year 1898, Liverpool, p. 4.
  • 14 Le nombre de pensionnaires à l’année passe de 39 à 57 entre 1899 et 1901. Liverpool Female Peniten (...)

16En outre, les femmes mettent en concurrence les formes d’aide à leur disposition dans la ville. Ainsi, certaines utilisent les refuges comme lieux d’hébergement provisoire et les quittent quelques jours seulement après avoir bénéficié d’un toit et de nourriture. De nombreuses autres femmes démontrent une préférence pour des établissements proposant des séjours courts, plus flexibles, et se détournent des refuges de longue durée qui imposent une « pénitence » de deux années12. Les effectifs au sein du Female Penitentiary chutent dans les années 1890 : en 1898, pour attirer plus de femmes, le comité directeur décide de réduire la durée du séjour de deux années à quinze mois à l’issue de la période probatoire13. Cette expérimentation a pour conséquence une augmentation de 46 % du nombre de pensionnaires entre 1899 et 190114.

17Ces pratiques, dénoncées par les membres des comités des établissements, démontrent une résistance grandissante des femmes démunies vis-à-vis des formes d’aide traditionnelles imposant une « pénitence » de deux années et une éducation morale et religieuse pensée par les membres des associations en charge de ces établissements. Les femmes recherchent une aide plus flexible et plus adaptée à leurs besoins et aux difficultés chroniques dont elles font l’expérience. Elles saisissent ainsi individuellement des marges de liberté et bousculent les formes de domination dont elles font l’objet pour obtenir une solution rapide à un besoin identifié comme temporaire. Les femmes « déchues » renversent ainsi le rapport des pouvoirs et deviennent alors consommatrices en introduisant la concurrence entre les associations.

18Au début du xxsiècle, pour attirer de nouvelles pensionnaires, les associations caritatives modifient ainsi les formes d’assistance proposées au sein des établissements dont elles ont la charge : multiplication des divertissements, transformation de la durée du séjour, développement de la communication autour des activités des foyers, proposition de formations techniques, ou encore ouverture de l’espace des refuges aux populations démunies par une diversification des activités d’aide. Elles écoutent donc les femmes et cherchent à les convaincre de participer à leur propre sauvetage. Il s’agit de les séduire pour les attirer dans la remédiation.

19L’étude des marges de liberté construites par les candidates à l’admission dans les refuges permet donc d’apporter des éclairages nouveaux concernant les mutations dans le monde caritatif au niveau local.

20Par conséquent, l’analyse dévoile la complexité des rapports sociaux, la fluidité des identités et l’artificialité des systèmes de représentation et des formes de catégorisation. Grâce aux jeux d’échelle, elle révèle les spécificités locales en matière de représentations et de formes de domination, dont les femmes dites « déchues » sont victimes à Liverpool. Elle met au jour les pratiques de sélection discriminatoires vis-à-vis des femmes à l’identité plurielle lors de l’admission dans les refuges à la fin du xixe siècle et les stratégies qu’elles déploient pour les contourner. Ces femmes se créent des marges de liberté pour assurer leur survie et adapter les aides proposées à leurs besoins temporaires. Si l’analyse déconstruit la catégorie « femmes », elle permet également de reconsidérer la transition de la philanthropie, unidirectionnelle, vers de nouvelles formes d’assistance qui s’inscrivent dans une relation commerciale.

21La double approche intersectionnelle et micro-historique, qui associe démarche empirique et réflexion théorique, constitue ainsi une contribution dynamique intéressante à l’histoire des femmes et du genre. La théorie s’utilise pour conforter l’empirisme d’un travail qui devient alors plus productif et plus rigoureux car la théorie permet de mieux réfléchir à la méthode de traitement des sources. Comme le souligne Kathy Davis, l’intersectionnalité « encourage la complexité, stimule la créativité et évite une fermeture prématurée, poussant les chercheuses à soulever de nouvelles questions et à explorer des terres inconnues » (2015, p. 30).

Bibliographie

ARCHIVES

Liverpool Female Penitentiary

Annual Report, 1855-1921.

« Minute Book 1 », 25 octobre 1809 - 31 décembre 1849.

« Minute Book 2 », 23 janvier 1850 - 4 juillet 1921.

Liverpool Rescue Society and House of Help

« General C’ttee Minute Book », 1901-1924.

Annual Report, Liverpool, 1892-1907.

Annual Report, Liverpool, 1908-1916.

Autres archives

Butler Josephine, 1870, Paper on the Moral Reclaimability of Prostitutes, Londres, publication privée.

Liverpool Daily Post, 1883, “Squalid Liverpool” By a Special Commission, Liverpool, Daily Post and Echo.

Lowndes Frederick W., 1876, Prostitution and Syphilis in Liverpool, and the Working of the Contagious Diseases Acts, at Aldershot, Chatham, Plymouth, and Devonport, Londres, Churchill.

Lowndes Frederick W., 1886, Prostitution and Venereal Diseases in Liverpool, Londres, Churchill, Holden.

BIBLIOGRAPHIE

Bilge Sirma, 2009, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, no 225, p. 70-88.

Brubaker Rogers, 2001, « Au-delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 139, no 1, p. 66-85.

Crenshaw Kimberlé Williams, 1989, « Demarginalizing the intersection of race and sex : a black feminist critique of antidiscrimination doctrine, feminist theory and antiracist politics », The University of Chicago Legal Forum, no 140, p. 139-167.

 1991, « Mapping the margins : intersectionality, identity politics, and violence against women of color », Stanford Law Review, vol. 43, no 6, p. 1241-1299.

 2005, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Oristelle Bonis trad., Cahiers du Genre, no 2, p. 51-82.

Davis Kathy, 2015, « L’intersectionnalité, un mot à la mode. Ce qui fait le succès d’une théorie féministe », Les cahiers du CEDREF, no 20. En ligne : [http://cedref.revues.org/827] (consulté le 30 octobre 2015).

Ginzburg Carlo, 1980, Le fromage et les vers : l’univers d’un meunier du xvie siècle [1976], Paris, Aubier.

 1992, Le Sabbat des sorcières [1989], Paris, Gallimard.

Ginzburg Carlo, Tedeschi John et Tedeschi Anne C., 1993, « Microhistory : two or three things that I know about it », Critical Inquiry, vol. 20, no 1, p. 10-35.

Grendi Edoardo, 1980, « Un programme d’analyse micro-historique des communautés de la Ligurie. L’exemple de Cervo », Cahiers de la Méditerranée, hors série 4, Communautés rurales et pouvoirs dans les pays méditerranéens (xvie-xxe siècles), Actes des journées d’études Bendor, 26, 27 et 28 avril 1978, p. 47-58.

Guyard Alexandrine, 2015, « “Dans quelle case rentrez-vous ?” Identité et intersectionnalité », revue ¿ Interrogations ?, no 20. En ligne : [http://www.revue-interrogations.org/Dans-quelle-case-rentrez-vous] (consulté le 12 novembre 2015).

Levi Giovanni, 2001, « On microhistory », New Perspectives on Historical Writing [1991], Peter Burke éd., Cambridge, Polity Press, p. 97-119.

Löwy Ilana, 2010, « 12. Carlo Ginzburg : le genre caché de la micro-histoire », Sous les sciences sociales, le genre, Danielle Chabaud-Rychter et al. éd., Paris, La Découverte (Hors collection Sciences Humaines), p. 177-189.

McCall Leslie, 2005, « The complexity of intersectionality », Signs, vol. 30, no 3, p. 1771-1800.

Prins Baukje, 2006, « Narrative accounts of origins. A blind spot in the intersectional approach », European Journal of Women’s Studies, vol. 13, no 3, p. 277-290.

Reboul-Touré Sandrine, 2011, « À la recherche de l’identité plurielle », Synergies, no 7, p. 17-27.

Staunæs Dorthe, 2003, « Where have all the subjects gone ? Bringing together the concepts of intersectionality and subjectification », Nora, vol. 11, no 2, p. 101-110.

Szijarto Istvan, 2011, « Four arguments for microhistory », Rethinking History : the Journal of Theory and Practice, vol. 6, no 2, p. 209-215.

 2012, « Puzzle, fractale, mosaïque. Pensées sur la micro-histoire », Varia, no 9, p. 2-8.

Yuval-Davis Nira, 2006, « Intersectionality and feminist politics », European Journal of Women’s Studies, vol. 13, no 3, p. 193-209.

Notes

1 Liverpool Watch Committee, « Minute Book no 26 », 1890, 10 décembre 1890, p. 444-445 ; Criminal Law Amendment Act, 1885, (48 & 49 Vict.) c. 69.

2 Rev. James Nugent, « Letter to Mother Magdalen of the Sacred Heart » [adressée à la Mère Fondatrice], Londres, 18 février 1891, I/C [fonds d’archives des Servants of the Mother of God, Brentford].

3 Prins 2006, p. 280 : « […] intersectionality aims to reveal the unilateral power of social representations, e.g. the detrimental symbolic and material consequences for those groups whose lives are situated at the crossroads of different identities. »

4 Les femmes célibataires sont montrées du doigt pour leur non-conformisme aux normes de genre et de classe, selon lesquelles une femme se définit d’abord comme une épouse et une reproductrice.

5 Au niveau national, voici quelques exemples de discours législatifs sur les femmes  : Contagious Diseases Act, 1864, (27 & 28 Vict.) c. 85 ; Contagious Diseases Act, 1866, (29 & 30 Vict.) c. 34 ; Contagious Diseases Act, 1869, (32 & 33 Vict.) c. 96 ; Report from the Select Committee on the Contagious Diseases Acts Together with the Proceedings of the Committee, Minutes of Evidence and Appendix, House of Commons, 28 juillet 1881, p. 258. Quelques ouvrages de médecins et militants pour la tempérance et la pureté sociale  : William Acton, 1870, Prostitution Considered in its Moral, Social, and Sanitary Aspects, in London and Other Large Cities and Garrison Towns, Londres, Churchill ; William Logan, 1871, The Great Social Evil : Its Causes, Extents, Results and Remedies, Londres, Hodder and Stroughton ; Frederick W. Lowndes, 1882, Lock Hospitals and Lock Wards in General Hospitals, Londres, Churchill.

6 Liverpool Female Penitentiary, « Laws and regulations », Minute Book 1, 1er février 1811 ; Liverpool Rescue Society and House of Help, Second Annual Report, 1892, Liverpool, Dunnett & Wilson, 1893, p. 4.

7 Rev. James Nugent, « Letter to Mother Magdalen of the Sacred Heart », déjà cité.

8 Liverpool Female Penitentiary, 1893, 82nd Annual Report for the Year 1892, Liverpool, p. 5 ; Liverpool Rescue Society and House of Help, 1904, Thirteenth Annual Report, 1903, Liverpool, Dunnett & Wilson, p. 8 ; Liverpool Female Penitentiary, 1905, 94th Annual Report for the Year 1904, Liverpool, p. 4-5.

9 Liverpool Female Penitentiary, Annual Report, 1855-1891. À partir de 1892, le nombre de postulantes refusées ou orientées vers d’autres établissements n’est plus mentionné dans les rapports de l’association.

10 Liverpool House of Help, 1895, Fourth Annual Report, 1894, Liverpool, Dunnett & Wilson, p. 7.

11 Liverpool House of Help, 1913, Twenty-second Annual Report, 1912, Liverpool, Wilson, p. 10.

12 Liverpool Rescue Society and House of Help, 1897, Sixth Annual Report, 1896, Liverpool, Dunnett & Wilson, p. 10.

13 Liverpool Female Penitentiary, 1899, 88th Annual Report for the Year 1898, Liverpool, p. 4.

14 Le nombre de pensionnaires à l’année passe de 39 à 57 entre 1899 et 1901. Liverpool Female Penitentiary, 1900, 89th Annual Report for the Year 1899, Liverpool ; 1910, 99th Annual Report for the Year 1909, Liverpool.

Auteur

Muriel Gleser-Neveu est agrégée en anglais, doctorante à l’université Paris Diderot-Paris 7 et membre du LARCA, laboratoire de recherches sur les cultures anglophones. Ses travaux s’inscrivent principalement dans trois domaines de problématisation : les femmes et le genre, la philanthropie et la religion en Angleterre au XIXe et au début du XXe siècle. Elle a publié « Entre engagement social et militantisme politique : l’action bénévole des femmes au sein de l’Association de secours et Maison de l’aide à Liverpool (1890-1907) » (Revue française de civilisation britannique, S’engager Au Royaume-Uni (Mouvements Citoyens, Culture, Media), XXII-3, [en ligne] juillet 2017).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search