Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Conclusion

Texte intégral

Les grands acteurs du système monde, États et organisations, ont des relations qui se déploient dans deux vastes domaines, l’international formé par les relations entre États, et le transnational, qui essaie de se jouer des frontières étatiques. Ces domaines interfèrent et interviennent dans l’économique, le politique, le culturel dans son sens le plus large. (Roger Brunet et Olivier Dollfus, Mondes nouveaux)

1Le travail de terrain a permis d’analyser la part des nouvelles formes de mise en relation Nord-Sud dans la recomposition des territoires sahéliens. Un détour par l’histoire des modes d’organisation des sociétés sahéliennes s’est imposé. Il a aussi semblé important d’analyser les multiples stratégies élaborées par des acteurs d’origines diverses et aux compétences variées. L’interaction de ces multiples stratégies explique l’évolution permanente des espaces ruraux et oblige le recours à des méthodes d’investigation où les concepts de mobilité, de développement local, de réseaux et de solidarité occupent une place centrale. Le choix d’échelles géographiques singulières et pertinentes, avec le recours parfois à la méthode d’emboîtement d’échelles, a permis de rendre compte de la portée de chaque phénomène dans l’évolution des différents systèmes (culturel, écologique, économique, politique) dans le bassin du fleuve Sénégal.

2Le discours « afro-pessimiste » tenu au cours de ces trois dernières décennies a donné l’habitude de considérer la zone sahélienne comme une zone condamnée, marginalisée économiquement, d’autant que les conditions climatiques qui y sévissent et les réalités politiques qui y ont cours sont contraignantes. Pourtant, cette zone géographique est riche d’histoire : elle a vu se développer les plus vastes et puissants royaumes africains, elle a été et reste un couloir de migrations, d’échanges, une bande de transition entre le Sahara et l’Afrique soudanienne.

3La pénétration de l’islam au xe siècle et la colonisation européenne au xviiie siècle ont laissé des empreintes indélébiles sur les formes d’organisation des sociétés et des espaces sahéliens. C’est pourquoi trois cultures différentes, noire-africaine, arabo-musulmane et européenne continuent à s’entrecroiser. Les métamorphoses culturelles induites sont perceptibles partout. Dans les villes par exemple, on observe un syncrétisme religieux et culturel. Dans un tel contexte, on comprend bien la source des dissensions entre les bailleurs de fonds, les techniciens et les bénéficiaires directs des projets de développement.

4Après les indépendances, des politiques de coopération au développement ont été initiées pour soutenir les pays africains. Les pays européens riches ont décidé d’apporter, voire d’imposer, leur appui technique et financier aux nouveaux États africains. Les formes et le contenu de cette coopération Nord-Sud n’ont cessé de se modifier, les conséquences de celle-ci sur l’évolution de l’organisation des espaces et des sociétés africaines sont diverses. On peut citer parmi d’autres le développement de l’urbanisation, des modes de vie occidentaux, de l’usage des langues occidentales au détriment des langues locales.

Les limites des politiques internationales face aux stratégies individuelles

5Les principaux objectifs des politiques de coopération consistaient en la réduction de l’écart entre le niveau de vie des Européens et celui des Sahéliens. Il fallait en même temps fixer les Sahéliens sur leur pays d’origine. Le bilan de ces politiques montre que les résultats escomptés sont loin d’être atteints, car la majorité des pays économiquement pauvres se trouve en Afrique et les sociétés sahéliennes n’ont jamais été aussi mobiles. En effet, une migration interne doublée d’une migration internationale alimente ces déplacements de personnes. Toutes deux s’inscrivent dans le mode de fonctionnement des sociétés sahéliennes. Les frontières perçues par les populations villageoises sahéliennes sont différentes de celles établies après la colonisation. Les unes et les autres n’ont pas systématiquement les mêmes genèses et encore moins les mêmes effets sur les espaces délimités. En fait, les rapports que le migrant sahélien entretient avec son lieu d’origine sont variables. Ils changent selon le profil du migrant (âge, sexe, instruction), son ethnie d’appartenance, son pays d’origine, selon que sa famille (épouse et enfants) réside en France ou en Afrique.

Accentuation et diversité des formes de mobilité et problèmes identitaires

6La migration africaine soulève de nombreuses questions dans les pays de départ et dans les pays d’arrivée. En Europe, la question de l’altérité est au centre des débats. Quel est le rapport à l’autre  ? La place de l’immigré en général et de l’immigré ressortissant des pays du Sud en Europe est toujours débattue. En France, par exemple, la question du vote à l’échelle communale des immigrés-étrangers hors Union européenne n’est toujours pas réglée.

7Dans les pays de l’Europe de l’Ouest (les pays d’immigration), la migration africaine est perçue comme un élément révélateur de la pauvreté économique des zones de départ. Par ailleurs, l’installation «  définitive » des immigrés sahéliens et de leurs descendants dans les pays européens soulève des débats contradictoires au sein de la classe politique. Les conséquences de ces discours sur les populations immigrées sahéliennes sont sans conteste néfastes eu égard à la montée de la xénophobie. Paradoxalement, c’est dans certains pays de l’Europe de l’Ouest (France, Allemagne) que les débats sur l’intérêt de renforcer les politiques de solidarité internationale sont les plus nourris. En France, beaucoup de collectivités locales ou territoriales pratiquent la coopération décentralisée avec les pays émetteurs comme le Sénégal ou le Mali. D’ailleurs, on aurait pu s’attendre, dans le cadre de la conception et de la pratique de ces politiques de coopération décentralisée, à voir une main tendue aux immigrés responsables d’associations de développement. Mais il n’en est rien ; les immigrés sahéliens, qui ont pourtant entamé des actions de solidarité en direction de leur pays d’origine depuis le début des années 1960, restent pour l’instant exclus du champ politique. En Afrique, le fait migratoire est très ancien et les causes et les formes de migrations sont diverses. Dans certaines sociétés africaines, l’absence temporaire d’un chef de famille n’est pas considérée comme un handicap dès lors que le migrant compense son absence sous quelque forme que ce soit. L’individu est lié à sa communauté d’origine par une espèce de pacte tacite ; par conséquent il est tenu de participer, où qu’il soit, à la survie de celle-ci. Le champ migratoire est vaste et permet que se nouent des relations entre des hommes de différentes origines. D’ailleurs les émigrés apparaissent de plus en plus comme de véritables vecteurs de mise en relation. Attachés viscéralement à leur zone d’origine, les Sahéliens en émigration utilisent le capital financier, social et les expériences acquises dans d’autres espaces pour assurer le bien-être des leurs restés au village mais aussi pour sauvegarder certaines valeurs culturelles (construction de mosquée, apprentissage des langues d’origine…). Par ailleurs, les innovations existent : elles sont le fait des émigrés et il leur a fallu plusieurs mois voire des années de discussions pour faire accepter certains projets aux anciens des villages. Ce long processus est caractéristique des phases de mutation des sociétés, et c’est en cela que la migration est facteur de transformation. Le maintien des relations entre sédentaires et émigrés d’un même lieu participe de la constitution des sociétés éclatées : on peut aujourd’hui parler d’une véritable diaspora sahélienne. La notion de pluri-appartenance tant dans le mode de pensée que dans les modes d’organisation des espaces trouve au sein des sociétés sahéliennes sa pleine expression.

Multi-appartenance, constitution de réseaux d’acteurs et production de territoires

8La multiplication des projets de développement émanant de divers acteurs dans l’espace rural du bassin du fleuve Sénégal a favorisé le développement de réseaux complexes de relations entre des lieux et des territoires non contigus. La connaissance des acteurs de développement (localisation, forme de mobilité, stratégies d’action) informe sur les divers aspects que peuvent prendre les espaces sahéliens de demain. Par exemple, dans les départements de Bakel et de Matam, beaucoup d’opérations collectives ou individuelles dans les villages sont le fait des émigrés, alors que dans le département de Podor, la plupart des projets au profit d’un village sont le fait des ONG. Les logiques des acteurs n’étant pas les mêmes, et les rapports des populations villageoises aux réalisateurs des projets étant variables selon qu’elles ont affaire à des responsables d’association d’émigrés, des ONG, ou à des élus du Nord, on constate une évolution différente de l’organisation des espaces villageois. De même, à une autre échelle, celle du bassin du fleuve Sénégal, on a pu remarquer une évolution différente des mentalités. Pourtant ces populations partagent la même histoire et ont beaucoup de traits culturels communs. L’importance numérique des projets réalisés par les émigrés explique en fait la transformation distincte des villages : dans la même région, les villages avec beaucoup d’émigrés possèdent plus d’équipements collectifs modernes que les autres où les émigrés sont peu nombreux. Pour autant peut-on considérer que l’émigration est une chance pour certains villages  ?

Logique de transferts de techniques et créativité locale

  • 1 Les syndicats paysans européens parviennent à renégocier avec leurs États respectifs le contenu de (...)

9L’analyse des attitudes des populations paysannes et pastorales de la partie sahélienne du bassin du fleuve Sénégal montre que celles-ci sont créatives ; elles tentent, à leur manière, de faire face aux péjorations climatiques, aux déséquilibres économiques et politiques. Leurs propres stratégies mêlées à celles des acteurs exogènes ont favorisé le développement d’un tissu associatif à l’intérieur duquel se construisent de nouvelles voies de développement. Le premier résultat de cette interaction entre les associations villageoises et les acteurs étrangers est la constitution de nouvelles formes de solidarités, lesquelles produisent des territoires dont les contenus se déclinent en termes de réseau associatif, réseau économique, etc. L’adoption de l’échelle villageoise ou intervillageoise comme échelle pertinente d’intervention redonne au concept de développement local tout son sens. Cette voie de développement offre-t-elle des perspectives de développement durable aux campagnes sahéliennes alors qu’elles restent dominées par les villes et par d’autres centres de décision situés en dehors du continent africain  ? La question est d’autant plus importante que pour l’instant la domination d’une économie libérable débridée, et élaborée en Occident, semble dicter les limites du modèle de développement local rural en Afrique, continent dont le poids sur les marchés mondiaux reste faible. Les paysans sahéliens n’ont pas encore conquis et encore moins maîtrisé les formes et les moyens légaux de revendication de leurs droits tels qu’ils sont définis dans le système démocratique en cours en Occident1. En effet, la question du développement local rural sahélien est à traiter en tenant compte de la nature du système démocratique en cours en Afrique. Peut-on parler de l’endogénéisation du développement là où les initiatives venant de la base ne sont pas soutenues par l’État  ? En tout cas, les territoires des AVD apparaissent comme des territoires à l’intérieur desquels l’apprentissage de la démocratie participative est en bonne voie. D’ailleurs, les recompositions territoriales en cours prennent forme au sein de ces espaces contrôlés par les AVD. C’est dans les espaces transfrontaliers que l’on observe la forte émergence de nouveaux territoires, car ils transcendent les contraintes héritées du tracé des frontières étatiques. Les actions des associations de solidarité produisent en effet des territoires dans la mesure où elles diffusent les mêmes techniques, mettent en relation des villages autour de la gestion d’équipements collectifs identiques. L’ampleur et la nature des actions des associations villageoises de développement dictent l’évolution de l’organisation des campagnes sahéliennes. L’importance accordée à la formation, à la sensibilisation des villageois par les responsables des AVD fait qu’aujourd’hui les rapports des villageois à l’État, aux bailleurs de fonds étrangers sont en train de changer. Les villageois, qui acceptaient autrefois sans conditions les propositions des acteurs exogènes, commencent à poser quelques conditions. Par ailleurs, les responsables d’AVD établissent avec les leaders des associations d’émigrés des rapports qui empruntent de nouvelles voies : certains effectuent des tournées en France pour sensibiliser leurs compatriotes sur l’intérêt de soutenir les projets villageois. Quant aux associations d’immigrés en France, leur évolution est considérable, d’autant que le début des années 1990 a vu se créer des réseaux d’associations d’immigrés qui visent avant tout à négocier leur place dans la conception et la réalisation des politiques de coopération décentralisée en France et en Afrique sahélienne. Il serait intéressant dans une autre étude de mesurer d’une façon plus précise les résultats économiques des réalisations des associations locales et étrangères dans ces territoires en émergence.

Mondialisation des échanges et émergence de territorialités

10Les relations entre l’Afrique et l’Occident peuvent être perçues sous différents angles d’approche. Sous l’angle économique, on peut parler d’une mise en relation entre pays économiquement pauvres et pays économiquement riches ; sous l’angle politique, d’une mise en relation pays démocratique - pays en voie de « démocratisation » ; sous l’angle des mobilités, pays d’émigration - pays d’immigration ; sous l’angle de l’histoire géopolitique, ancien pays colonisés - anciens pays colonisateurs, pays donateurs (dominants) - pays demandeurs d’aide (dominés), etc. Aucun des angles d’approche n’offre la possibilité d’exprimer la notion de réciprocité dans les échanges entre Europe et Afrique. Pourtant, on sait que sans la prise en compte de cette réciprocité dans les relations entre nations, la logique de dépendance tend à prévaloir, et non celle de partenariat respectueux de voies pluralistes en matière de développement. D’ailleurs, il faut rappeler que l’idée selon laquelle il existe un seul et unique modèle de développement valable pour tous les peuples est encore défendue par certains hommes politiques occidentaux voire africains. Toutefois la voie qui s’impose aujourd’hui est celle qui privilégie le développement durable, un concept qui s’appuie sur des solutions de remplacement élaborées à partir des savoir-faire et des technologies utilisés dans les différentes cultures dans le monde. La domination actuelle du système économique libéral favorise la mobilité des hommes et des capitaux et renforce l’interdépendance entre les espaces et les peuples. Aussi, la recherche de solutions nouvelles aux problèmes sociaux, politiques, environnementaux ou économiques passe par une connaissance des liens existant entre les régions. De même pour maintenir les équilibres, il est utile d’effectuer un inventaire et une sauvegarde des techniques et des savoir-vivre élaborés dans chaque région géographique du monde.

11Actuellement, le développement local rural en Afrique sahélienne se fait, de plus en plus, avec les ressortissants de cette zone vivant à l’étranger ou avec des acteurs exogènes. Les territoires issus des projets de ces acteurs présentent des formes d’organisation spatiale et sociale particulières. La connaissance approfondie de ces territoires et des territorialités ne peut pas se faire sans une interrogation constante sur les stratégies de chaque catégorie d’acteurs et une analyse approfondie des rapports qui existent entre ces derniers. Puisque dans certaines régions africaines, la transformation des espaces villageois est liée à la mobilisation des immigrés sahéliens vivant dans les métropoles occidentales ou des ONG locales ou étrangères, on peut dire que les nouvelles problématiques de la géographie rurale africaine résident dans une analyse des concepts de mobilité et de mise en relation.

Notes

1 Les syndicats paysans européens parviennent à renégocier avec leurs États respectifs le contenu des politiques agricoles. Les subventions attribuées aux agriculteurs français en difficulté restent permanentes. Au Sénégal, les paysans de la vallée du fleuve vendent leur récolte de tomates à la Société nationale de transformation industrielle, laquelle fixe les prix de vente. De plus cette entreprise verse tardivement aux paysans le prix des récoltes, ce qui met les paysans dans une situation financière difficile.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search