Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Troisième partie. Responsabilisation et territorialité en milieu sahélien

11. Conclusion : le jeu des acteurs producteurs des nouvelles territorialités

Texte intégral

1Les populations de la vallée du fleuve Sénégal combinent leurs anciennes techniques agricoles et pastorales avec les nouvelles techniques proposées par les acteurs étrangers pour exploiter au mieux les ressources naturelles et gérer les territoires. Sur le plan de l’organisation sociale, l’émergence des associations villageoises de développement est liée au triple appui des ONG, des associations d’émigrés et des élus des collectivités locales occidentales. Le rapport entre les AVD et les associations d’émigrés est si fort que l’on peut parler à ce propos d’effet boomerang (Ba et Coquet 1994). En effet, il y a continuité entre les fedde (premières formes d’association dans les villages), les associations d’émigrés et les nouvelles AVD. La diversification des réseaux de relations a renforcé la créativité des populations villageoises. De même les directives venant de l’État en matière d’aménagement territorial et les initiatives émanant des ONG locales ou étrangères pour réaliser des projets de développement à la base ont conduit les Sahéliens à adopter de nouvelles stratégies. Ici, la mobilité interne et internationale des hommes s’est maintenue, là certains projets de développement ont réussi à fixer les jeunes dans les campagnes. En matière de responsabilisation et de pratique citoyenne à l’échelle locale, il y a une véritable avancée parmi les populations rurales. Les AVD sont dirigées par des hommes et des femmes ; dans leur composition même, un mélange s’opère entre jeunes et adultes, entre hommes et femmes. Les responsables diversifient leur domaine d’intervention tout en respectant les pouvoirs traditionnels en place. Toutes ces nouvelles formes d’organisation sociale permettent l’exercice d’une certaine forme de citoyenneté.

2La stratégie commune des populations de la vallée du fleuve Sénégal consiste à articuler plusieurs espaces. Pour cela, de jeunes hommes déploient leur énergie dans différents lieux – on les appelle les migrants. Ils tentent de profiter des avantages comparatifs dans les différentes régions et de s’assurer des revenus financiers pour améliorer les conditions de vie des personnes restées au village. La solidarité entre émigrés et sédentaires issus d’une même famille, d’un même village ou d’une même région participe de la constitution des réseaux sociaux transnationaux. Cette solidarité se concrétise par l’articulation de plus en plus forte des projets des responsables des AVD avec ceux des émigrés. L’existence d’un véritable ciment entre les villageois sédentaires et les émigrés est due au fait que les sociétés sahéliennes sont bâties sur des valeurs culturelles qui accordent beaucoup de place à la solidarité, au partage des biens, à la préservation des liens sociaux tissés entre des familles du même village ou de villages différents mais voisins. Il suffit d’observer la connivence entre les immigrés halpulaaren (originaires de la Mauritanie ou du Sénégal) pour se rendre compte du rôle qu’une langue peut jouer dans la construction communautaire. En France, par exemple, les immigrés africains originaires d’une même aire culturelle ont tendance à constituer une association pour agir ici et/ou en direction des zones d’origine. Ces réseaux associatifs d’immigrés s’appuient sur les anciens réseaux sociaux construits en Afrique.

3Ces formes de revalorisation des espaces villageois par des personnes situées dans différents lieux, dans différents pays, jettent les bases de ce que l’on peut appeler une organisation «  transterritoriale  » que seule permet la pluri-appartenance territoriale ou culturelle. L’analyse des formes d’affrontement sur un même terrain de stratégies d’acteurs autochtones et d’acteurs exogènes a permis de montrer l’importance des facteurs culturels dans les projets de développement. Ces affrontements idéologiques autour de la problématique de développement s’accompagnent de la diffusion de savoir-faire. Cette diffusion, qui est facilitée par la multiplicité des acteurs et leur mobilité, révèle les dynamiques sociales et territoriales en cours dans l’espace sahélien. Les territoires résultant des nouvelles formes d’appropriation des espaces produisent d’autres territorialités, qui correspondent aux nouvelles formes de perception de l’espace par les villageois et aux nouvelles pratiques territoriales. L’émergence de nouvelles centralités avec leurs spécificités en milieu rural est un des signes de la recomposition des territoires dans le bassin du fleuve Sénégal. Du côté de l’organisation sociale, la vigueur du tissu associatif accélère la maturation de la société civile. Les effets immédiats de ce mouvement associatif sont lisibles dans le fait qu’une partie de la population villageoise réclame sa participation à la définition des projets de développement locaux. Ce mouvement associatif est en train de réussir là où l’État sahélien a pour l’instant échoué.

4Aujourd’hui, les populations villageoises, quoique conscientes de leur dépendance financière auprès des bailleurs de fonds étrangers, n’hésitent pas à poser quelques conditions pour la mise en place des projets locaux de développement. À l’échelle des villages, les responsables des ONG commencent à être confrontés à la revendication des animateurs de développement des villages. Chaque village possède ses interlocuteurs, ou porte-parole, qui ont la légitimité d’exiger, au nom des leurs, certaines conditions avant la mise en place de projets émanant d’acteurs exogènes. Aussi, la compréhension du développement local en milieu rural sahélien procède d’une analyse qui accorde une importance particulière à la connaissance des interactions entre les différents réseaux sociaux établis dans un territoire bien circonscrit. Mais cet exercice est rendu difficile par la diversité des facteurs à prendre en compte dans la délimitation des frontières d’un territoire.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search