Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Troisième partie. Responsabilisation et territorialité en milieu sahélien

9. Rôles des échanges dans la recomposition des espaces

Texte intégral

La seule évidence qui s’impose reste l’impossibilité de comprendre ce qu’il advient dans un espace rural donné sans saisir tous les liens qui l’unissent à des degrés divers aux autres parties du monde. L’interdépendance planétaire n’est pas le propre des villes. (Bonnamour 1993)

  • 1 Voir à ce propos le mémoire d’habilitation à diriger des recherches de P. Gonin présenté en 1997 à (...)

1Le bassin du fleuve Sénégal n’est pas un espace fermé. Les nouvelles politiques de solidarité internationale ainsi que la mobilité des personnes, facilitée par un développement et une diversification des moyens de communication, ont renforcé les liens établis entre, d’une part, les différents villages et, d’autre part, les villages du bassin du fleuve et le reste du monde1. Pour saisir le rôle de ces multiples échanges dans la recomposition des territoires, il semble incontournable d’analyser leur nature et leur évolution. L’analyse des enquêtes de terrain amène à comprendre que la diversification des moyens de communication joue un rôle essentiel dans les mises en relation des espaces, même si pour l’instant, seule une certaine catégorie de personnes et seules certaines localités profitent des avantages offerts par cette évolution des moyens et voies de communication. Aussi, dans un premier temps, est présentée l’évolution des voies et moyens de communication dans l’espace rural sahélien. Ensuite, dans la perspective d’une analyse globale des modes de mise en relation des territoires, sont étudiés ceux qui s’inscrivent dans la logique de la solidarité internationale et ceux qui utilisent le canal des politiques nationales. Il s’agit de voir, enfin, comment chacune des logiques concourt à l’émergence ou à l’isolement de certains territoires et à l’intégration ou à l’ostracisme de certaines catégories sociales.

La fragilité des moyens de communication dans l’espace sahélien

2En Afrique sahélienne en général et dans l’espace du bassin du fleuve Sénégal en particulier, les infrastructures modernes pour le transport de personnes et de marchandises restent très modestes. D’ailleurs, la plupart des infrastructures existantes sont héritées de l’époque coloniale. Les régions rurales sahéliennes qui souffrent aujourd’hui d’enclavement correspondent à celles qui n’intéressaient pas ou n’ont intéressé que pendant un temps très court l’économie coloniale. Au Sénégal, la région centre-ouest est bien irriguée par le réseau routier et le réseau ferroviaire. Le pouvoir colonial avait fait de cette région une zone productrice d’arachide par excellence, et comme il fallait assurer le transport de cette culture de rente vers le port de Dakar, beaucoup de routes et de voies ferrées ont été construites et convergent vers Dakar (Atlas du continent africain, 1973). En revanche, toute la partie sud-est du Sénégal (Sénégal oriental), parce qu’elle ne présentait pas un grand intérêt économique pour le pouvoir colonial, ne bénéficia pas d’infrastructures de communication pendant longtemps : seule la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako traversant cette zone permettait de relier la région du sud-est à Dakar. Cette région reste encore aujourd’hui l’une des plus enclavées du Sénégal. On parle d’ailleurs de « Sénégal oublié », quand on l’évoque.

  • 2 En 1996, en Mauritanie, pour effectuer un trajet de 40 kilomètres séparant Sélibaby et Gouraye (vil (...)
  • 3 Il est prévu de construire huit ports fluviaux (Rosso, Dagana, Podor, Boghé, Kaédi, Matam, Bakel, A (...)

3Les actuels États africains ont d’énormes difficultés financières à entretenir ou construire de nouvelles infrastructures de communication. Dans beaucoup de pays, la route terrestre demeure la voie de communication privilégiée. Toutefois, la faible densité du réseau routier ainsi que l’état des routes et des pistes existantes, dégradé par les effets récurrents et conjugués de l’érosion hydrique et des vents de sable, font que certaines localités restent plus enclavées que d’autres. Sur la rive gauche du fleuve Sénégal, le principal axe de circulation est représenté par la seule route (nationale 2) qui relie les différents villages et bourgs de l’intérieur aux villes centres comme Saint-Louis ou Dakar. Sur la rive droite en territoire mauritanien, les routes qui longent le fleuve Sénégal ne sont pas bitumées, ce qui rend les déplacements longs et pénibles2. L’absence d’activités industrielles dans les zones de la moyenne et haute vallée du fleuve Sénégal et l’éloignement des régions abritant les capitales nationales expliquent, en partie, ce manque d’un réseau routier de bonne qualité. Toutefois, chaque pays tente de désenclaver les bourgs et les villages situés dans le bassin du fleuve. Ainsi l’État sénégalais vient d’achever la construction de la route nationale7 reliant Tambacounda à Kédougou, et, grâce à des financements étrangers (pays occidentaux et pays arabes), la rénovation du tronçon Ourossogui-Bakel et le bitumage de la route Tambacounda-Bakel ont pu être réalisés. Au Mali, un pont sur le fleuve Sénégal à hauteur de la ville de Kayes a été construit à la fin des années 1990. L’amélioration de la route nationale 2, qui longe le fleuve Sénégal du côté du territoire sénégalais, et l’aménagement de pistes en latérite, perpendiculaires à cette même route, ont permis de relier les localités à l’ouest et à l’est du bassin du fleuve. Actuellement, il est possible d’effectuer en un jour, par la voie routière en utilisant les transports en commun, le trajet Saint-Louis-Bakel, deux villes distantes de 553 kilomètres, alors qu’autrefois, au moins deux jours étaient nécessaires pour effectuer ce trajet. Par ailleurs, d’autres équipements comme les bacs installés en certains endroits sur les affluents et sur le fleuve Sénégal (Rosso, Ndioum, Madina Ndiathbé, Kaédi, Bakel, etc.), ainsi que la construction d’un pont sur le Doué à hauteur du village de Guia, situé à deux kilomètres de Podor, ont permis de relier, même pendant les périodes d’inondation, les villages du waalo situés entre le Doué et le fleuve Sénégal à ceux du jeeri. Il est à noter que certains villages ont su maintenir des liens entre eux malgré l’absence de voies de communication modernes. C’est ainsi que les villages riverains du même cours d’eau entretiennent, entre eux, des échanges réguliers. En fait, grâce à l’usage des pirogues, les cours d’eau (Jamel, Doué, Gayo...) apparaissent pour ces villages comme des voies naturelles de liaison. La pirogue est redevenue un moyen important de transport du fait de la nécessité d’écouler les produits des jardins maraîchers, lesquels sont situés à proximité des cours d’eau. L’objectif de (re)faire des cours d’eau des voies de communication privilégiées figure dans le programme de l’OMVS élaboré au début des années 1970 : il est prévu de construire des ports fluviaux et d’aménager le fleuve Sénégal afin de permettre sa navigabilité entre Saint-Louis et Kayes3. Toutefois, aujourd’hui, dans le département de Podor, les villages situés dans le waalo, comme ceux de l’île à Morphil (Démet, Oulaldé, Siouré, Kaskas, etc.), souffrent d’un relatif enclavement, car pour aller de ceux-ci aux autres villages situés dans le jeeri, il faut effectuer de longs détours.

4La mise en relation des localités rurales est, par ailleurs, facilitée par l’usage de plus en plus important de la charrette attelée à un cheval ou à un âne. Pour se rendre compte de la place de ce moyen de locomotion dans les mises en relation, il suffit d’observer le nombre important de charrettes qui viennent de plusieurs villages et qui convergent vers les marchés hebdomadaires. D’ailleurs, à Tarédji, un village de la communauté rurale de Guédé-Village, existe une association de propriétaires de charrettes, tant ce moyen de locomotion joue actuellement un rôle important dans la mobilité des villageois. Les charretiers attendent dans les petites gares routières comme Tarédji, Madina Ndiatbé, Gassambéri, situées sur les routes nationales, pour transporter les personnes vers les villages non desservis par les chauffeurs de bus. L’association voiture-charrette s’est considérablement développée en milieu rural et a réduit l’enclavement de certains villages. À une autre échelle, on peut constater que les anciens échanges entre les villages et bourgs transfrontaliers persistent. Ainsi, les villages sénégalais situés sur la rive gauche du fleuve Sénégal continuent d’entretenir des échanges commerciaux avec les villes ou bourgs mauritaniens situés sur la rive droite comme Rosso, Légceiba, Kaédi, Bogué, Maghama, Gouraye. Cependant, il faut noter que de part et d’autre du fleuve Sénégal (entre Saint-Louis et Bakel), les liaisons selon le sens ouest-est sont plus fluides que celles dans le sens nord-sud. En effet, le fleuve Sénégal constitue à la fois la limite entre le territoire sénégalais et mauritanien et un obstacle naturel qui ralentit les circulations des marchandises dans le sens nord-sud. Par ailleurs, le développement progressif du réseau de la poste et des télécommunications participe de la mise en relation entre les localités rurales. Au Sénégal, dans certains bourgs, des centres de poste ont été construits par l’État ou les émigrés, et avec la libéralisation du secteur de la télécommunication, intervenue ces dernières années, on observe une multiplication des télécentres dans de nombreux bourgs.

5Dans les villages d’émigrés, des téléphones sont installés dans les maisons, notamment à Golléré, où il existe deux télécentres publics et une vingtaine de téléphones individuels. En outre, avec l’installation d’antennes hertziennes dans les différents départements du Sénégal, les programmes de télévision émis depuis Dakar sont suivis par les habitants des villes les plus éloignées comme Bakel. Au Mali, la radio rurale de Kayes offre un autre mode de mise en relation entre les villageois et participe de la production de territoire virtuel.

6La nature et l’intensité des échanges internes sont variables selon chaque pays. Avec près de 14 000 kilomètres de routes et de pistes, dont 4 500 kilomètres sont bitumés, et une superficie de 197 161 kilomètres carrés, le Sénégal est mieux équipé que ses voisins, la Mauritanie et le Mali, qui possèdent moins de routes bitumées alors que leurs superficies sont respectivement égales à 1 030 700 et 1 240 192 kilomètres carrés. Mais force est de constater qu’il existe, dans chaque pays, un déséquilibre et un déficit en matière d’équipement en infrastructures de communication. Certaines régions administratives restent ainsi mal reliées entre elles, en particulier au Sénégal, où Saint-Louis et Tambacounda, les capitales des deux régions administratives riveraines du fleuve, sont privées de toute liaison directe entre elles.

7Afin de faciliter l’application des politiques d’intégration sous-régionale (Afrique de l’Ouest), chaque État a établi son propre programme pour la réhabilitation des infrastructures de transport et pour une meilleure innervation de son territoire. Chaque État tente ainsi de renforcer les réseaux qui alimentent les échanges externes, lesquels doublent ou prolongent les réseaux initialement conçus pour les échanges internes. Aujourd’hui, certaines localités du bassin du fleuve Sénégal sont reliées au reste des pays africains par le réseau routier ou ferroviaire. Par exemple, les villages des environs de Kidira (Sénégal) sont reliés aux localités de la région de Kayes (Mali) par le réseau ferroviaire et routier. Au Sénégal, les politiques d’amélioration des relations entre les localités ont permis l’équipement des chefs-lieux de département (Dagana, Podor, Matam, Bakel) en aérodromes ; de même au Mali ou en Mauritanie, des capitales régionales comme Kayes ou Sélibaby possèdent des aérodromes. Les compagnies aériennes nationales (Air Mauritanie, Air Sénégal, Air Mali) assurent dans leur pays respectif les liaisons internes, certaines localités étant desservies une fois par semaine : Dakar est reliée à Bakel par un vol hebdomadaire.

  • 4 Le conflit sénégalo-mauritanien de 1989 occasionna la fermeture des frontières jusqu’au rétablissem (...)

8Au total, les échanges entre les localités du bassin du fleuve Sénégal se diversifient et s’intensifient progressivement, tant qu’un conflit frontalier ne vient pas fermer certaines voies de circulation ou alourdir les contrôles au point de passage4. Pour l’instant, l’évolution différente des infrastructures de communication dans les trois pays et l’absence d’activités industrielles, mis à part la CSS à Richard-Toll, dans la région de Saint-Louis du Sénégal, ne jouent pas en faveur d’une densification rapide des réseaux de communication. Aussi, selon leur nature, les échanges empruntent de multiples voies, et par conséquent chaque type d’échange joue un rôle plus ou moins important dans la transformation des espaces et des sociétés. Les villages transfrontaliers consolident leurs relations économiques là où les voies de communication ont été améliorées. De toutes les manières, le renforcement des relations entre les villages de l’intérieur et les capitales nationales passe par une densification des réseaux de communication. Un autre vecteur de mise en relation des localités rurales sahéliennes réside dans les contacts établis lors de la réalisation des projets des associations de développement présentes dans le bassin du fleuve Sénégal. Dans ce cas la circulation des idées et le transfert des technologies matérialisent les mises en contact et l’émergence de nouvelles solidarités entre les lieux et les espaces. Cette autre forme d’échange, certes moins visible et donc difficilement quantifiable, peut participer de la recomposition des territoires.

Quand les projets de solidarité favorisent les mises en relation des localités

9L’application des plans de redressement économique successifs établis par les experts des institutions internationales (FMI, PNUD, FAO...) a concouru à l’émergence d’ONG nationales ou d’associations de plus petite envergure en milieu rural sahélien. Les responsables et les agents d’animation des différents organismes ou associations de développement, par leurs modes d’intervention respectifs, ont favorisé la mise en rapport d’espaces parfois non contigus et permis des échanges entre des groupes sociaux hétérogènes.

  • 5 Dans un hameau aux environs de Golléré, j’ai visité une ferme dont l’exploitant est un ancien émigr (...)

10Une analyse des témoignages recueillis auprès des leaders des groupements paysans, des associations villageoises de développement et des populations villageoises révèle l’évolution des mentalités. En effet, les discours tenus par certains leaders ou militants des associations montrent une véritable intention de rompre avec les anciennes pratiques. Par exemple, dans certains domaines tels que l’alphabétisation, le discours des acteurs locaux ou étrangers est sans équivoque. Pour ces derniers, il ne s’agit plus de réserver l’éducation aux seuls jeunes de sexe masculin, mais au contraire, hommes et femmes de tout âge sont invités à suivre les cours d’alphabétisation. De même certaines organisations paysannes, comme la FPOB, dont le fondateur et actuel président est un ancien émigré de France, a adopté une démarche syndicaliste. Cette association lutte depuis 1974 contre les différentes politiques agricoles sénégalaises, qu’elle considère toutes comme un frein à l’autonomisation des paysans. La dynamique du tissu associatif en milieu sahélien est porteuse de véritables changements, lesquels sont perceptibles aussi bien dans les nouvelles pratiques territoriales que dans les discours. C’est ainsi que l’on peut remarquer l’apparition de comportements trop individualistes, contraires à la tradition des sociétés sahéliennes5.

Photo 11. Exploitation agricole d’une forme nouvelle
Ce champ de maïs à Takoyel (environ de Golléré) est cultivé par un seul paysan qui possède son propre matériel agricole (motopompe, petit tracteur, etc.) ainsi qu’un troupeau de vaches et de moutons. Cette ferme agricole constitue le signe de l’introduction de modes d’exploitation individuelle dans des espaces où les paysans ont l’habitude de partager les moyens de production.

Aide au développement et mises en relation territoriales

  • 6 Le cas de la secrétaire de la FPOB est atypique. Adrian Adams est une Blanche de nationalité anglai (...)

11La plupart des actions liées à « l’aide au développement » en milieu rural et qui sont financées dans le cadre de la coopération bi- ou multilatérale concernent généralement plusieurs villages. Le moment des études de diagnostic qui précède la réalisation des projets est caractérisé par des réunions dans chaque village ; quant aux séances de sensibilisation ou de restitution, si elles existent, elles se déroulent dans quelques villages choisis en fonction de leur pouvoir politique, de leur accessibilité ou de leur taille. La mise en place des projets de développement initiés par des acteurs extérieurs aux villages suscite différentes réactions de la part des populations rurales. En effet, durant les phases de réalisation des projets, les positions des villageois sur les différents projets peuvent varier, au point que certains, se sentant « embarqués » dans des projets dont ils ne maîtrisent pas l’ensemble des données, s’allient pour défendre quelques intérêts communs. L’analyse du contenu des discours des paysans membres de la FPOB et des non-membres est à ce titre révélatrice. Les paysans membres de cette fédération s’opposent à tout projet qui ne leur ouvre pas les voies d’une autonomisation de leurs activités agricoles. Leur discours témoigne d’une véritable prise de conscience de la nécessité de contrôler de l’amont à l’aval les circuits de production et de distribution des produits agricoles. Quand ces paysans parlent du projet de réhabilitation des périmètres irrigués villageois financé par le Koweit, ils insistent sur le fait que l’État sénégalais use de tout son pouvoir pour faire de leur terroir une zone de riziculture et impose un système d’exploitation des terres qui ne fait que renforcer l’endettement des paysans. Et ces paysans ajoutent que les périmètres réaménagés en priorité sont ceux des personnes liées au parti politique au pouvoir. C’est pourquoi les leaders de la FPOB parlent de politique clientéliste et non d’appui aux forces paysannes. En effet, le manque de concertation entre l’État et les paysans aboutit à la formation de clans, opposant les groupes de villages favorables au projet de l’État et ceux qui le refusent. Actuellement, la FPOB poursuit une approche du développement au travers de projets intégrés. Elle travaille, d’une part, sur l’amélioration de la formation des paysans par le biais d’une alphabétisation fonctionnelle et, d’autre part, diffuse les techniques de stockage et de conservation des produits agricoles. Par ailleurs, cette association étudie les conditions d’un meilleur écoulement des produits agricoles. Au-delà de l’aide à l’amélioration des conditions de vie des paysans, elle essaye de maintenir une cohésion au sein d’un groupe de dix villages et mène une réflexion sur l’émigration et sur les projets des émigrés. La secrétaire de la FPOB qui est en même temps une chercheuse6 reste très nuancée sur le comportement des jeunes émigrés qui, installés en Europe, croient pouvoir tout changer : « Il ne suffit pas de fouler le sol français pour s’arroger toutes les compétences » Mais la principale difficulté que rencontre la FPOB demeure l’opposition de certains villageois proches du pouvoir politique, qui fustigent les démarches de la fédération. Ces derniers considèrent que les leaders de la FPOB n’ont d’autres ambitions que politiques. De plus, certains paysans appartenant au sommet de la pyramide sociale selon la stratification sociale traditionnelle critiquent les attitudes du président de la FPOB, qui, lui, appartient à une basse caste. On le voit, cette organisation paysanne est confrontée à différentes difficultés. Quoique fondée en 1974, la FPOB n’a obtenu une reconnaissance du gouvernement sénégalais qu’en 1986, c’est-à-dire quelques années après le lancement des politiques d’ajustement structurel. L’État a toujours considéré la FPOB comme l’illustration d’un mouvement syndical paysan qui pouvait remettre en cause une ancienne et permanente domination du gouvernement (constitué par les hommes du parti socialiste) sur les campagnes.

Carte 21. Zone d’intervention de la FPOB (Fédération des paysans organisés de Bakel, région de Tambacounda, Sénégal)
(Source : enquêtes personnelles, 1997. © A. H. Ba, 2007)

12À une autre échelle géographique, dans le contexte de la mise en place d’une coopération décentralisée entre le Nord et le Sud, et celui du développement de relations Sud-Sud, apparaissent de nouvelles formes de mise en relation et de solidarité entre villages. Dans la communauté rurale de Balou (département de Bakel), les entretiens avec le président de cette collectivité et avec certains paysans du village Yaféra révèlent comment les dix villages de la communauté ont été amenés à renforcer leurs relations. En effet, cette collectivité rurale sénégalaise bénéficie d’un double appui au développement de la part d’une localité française (Bouguenais depuis 1989) et d’une localité allemande (Ginsheim-Gustavsburg depuis 1992). Les opérations financées par les partenaires du Nord ont permis d’équiper chaque village d’une bibliothèque, d’un puits, d’une maison d’accueil, d’un moulin à mil. Un programme d’alphabétisation établi pour une durée de quatre ans est suivi par les dix villages. Une association qui sert d’interlocutrice auprès des partenaires du Nord est créée en 1996, chaque village étant représenté par quelques personnes. Ainsi, les villageois au travers de leurs représentants ont appris à décider ensemble d’un calendrier des réalisations des actions financées par les partenaires du Nord et à concevoir des projets qui concernent l’ensemble de leur collectivité territoriale : entre autres, les puits sont creusés en priorité dans les villages du jeeri. C’est là un exemple d’une communauté rurale qui ne pouvait que renforcer les liens entre ses villages, car sa coopération avec les Européens s’appuie sur une réalité institutionnelle. En fait, les élus du Nord ont signé un accord de partenariat avec la communauté rurale de Balou, une collectivité territoriale bien délimitée dans l’espace et bien définie institutionnellement ; par conséquent seuls les villages membres de cette communauté rurale de Balou sont les bénéficiaires directs des aides octroyées dans le cadre d’une coopération décentralisée. Les liens intervillageois préexistants sont ici renforcés grâce à la réalisation des actions de coopération décentralisée. Contrairement à l’exemple précédent, il existe, bien que rarement, des jumelages-coopérations qui ne contribuent pas à la consolidation des liens intervillageois à l’échelle d’une communauté rurale. Deux attitudes peuvent expliquer le faible rapprochement entre les localités appartenant à une même unité administrative :

  • Soit les élus du Sud orientent d’une façon injuste les aides émanant de la coopération décentralisée au bénéfice de quelques villages. Ce cas de figure illustre les relations clientélistes entre quelques chefs de village et le président de la collectivité territoriale du Sud. Cette situation crée souvent des conflits d’intérêts entre les villages.

  • Soit la coopération décentralisée concerne deux collectivités territoriales très vastes, tel le jumelage-coopération entre la région Nord - Pas-de-Calais et la région de Saint-Louis du Sénégal, qui illustre bien les difficultés rencontrées pour renforcer la mise en relation entre les localités qui composent la région sénégalaise. En effet, les réalisations les plus visibles et les plus financées dans le cadre de cette coopération sont concentrées essentiellement dans la ville de Saint-Louis. Quand les zones rurales de cette région bénéficient de réalisations, celles-ci sont tellement éparpillées et privées de cohérence apparente que l’on ne peut pas parler d’effet de rapprochement entre les localités de la région de Saint-Louis. D’ailleurs, parmi les recommandations édictées à la suite des réunions tenues dans la région Nord - Pas-de-Calais pour l’ancrage de la coopération décentralisée, figure celle de créer un réseau des associations et des communes de la région Nord travaillant dans la coopération décentralisée afin de mieux coordonner les actions ici et là-bas.

Les ONG : nouveaux « vecteurs » de mise en relation

13Compte tenu de leurs moyens financiers et logistiques, les ONG occidentales présentes en Afrique ont la possibilité d’intervenir en même temps dans plusieurs régions. À travers leurs actions, elles permettent directement ou indirectement la mise en relation de régions d’un même pays ou de régions situées dans différents États. L’exemple du GRDR est intéressant pour comprendre ce phénomène. Cette ONG française, dont le coordonnateur Afrique est basé à Dakar, possède trois antennes, une dans la région de Kayes au Mali, une deuxième dans la région de Sélibaby en Mauritanie, et une troisième dans la région de Tambacounda au Sénégal. Aussi, quand elle organise un séminaire de formation des agents ruraux de développement, ce sont des personnes originaires de ces trois pays qui se retrouvent ensemble. Pendant les séminaires, des liens se tissent d’une façon informelle entre les personnes, et à leur issue, comme le révèlent les entretiens lors des études de terrain, des villageois sénégalais nouent des relations étroites avec des villageois maliens ou mauritaniens. On peut considérer que ces liens établis entre agents de développement constituent des formes d’ouverture d’un village à un autre. Ces formes de relations construites sur de nouvelles logiques sont pour l’instant les fondements d’une solidarité Sud-Sud à l’échelle villageoise.

14Le Centre d’échanges et de formation pratique (CEFP) implanté à Bakel, dont le conseil d’administration est présidé par un ancien émigré, est une autre structure qui fédère des militants d’associations de développement situées dans les trois pays. Le président de ce centre, qui a séjourné près de vingt ans en France, connaît les leaders des associations d’immigrés, et la plupart des responsables des AVD dans le département de Bakel sont de sa génération. Son militantisme au sein du parti politique socialiste sénégalais lui a d’autre part valu le soutien des hautes autorités étatiques. C’est ainsi que le CEFP est devenu un lieu très dynamique ; de nombreuses sessions et des séminaires sous-régionaux y sont organisés : sessions de sensibilisation et de formation sur des techniques de protection de l’environnement, de gestion des périmètres irrigués, de diffusion de savoir-faire artisanaux, comme la fabrication de savon, la teinture, etc. Ces rencontres-formations constituent des moments privilégiés d’échanges : on a pu observer que des villageois de Golléré dans le département de Podor entretenaient des rapports étroits avec des Mauritaniens de la région de Sélibaby ou des Maliens de la région de Kayes. Ce même centre a organisé des voyages d’études au Burkina Faso et des stages de formation sur les cultures maraîchères en région de Kolda (région sud du Sénégal) au profit des villageois originaires des trois régions citées. Ces séminaires et voyages d’études créent, chez beaucoup, le sentiment d’appartenir à une même aire géographique, à une même communauté culturelle. Les séminaires, en particulier, amènent ces villageois à constater qu’ils sont confrontés aux mêmes difficultés écologiques et économiques et que par conséquent les voies à suivre pour résoudre les problèmes semblent être les mêmes quel que soit le village. En fait, les moments de réflexion en commun créent un terrain propice au rapprochement entre les villages, ou tout au moins entre les individus qui participent aux mêmes séminaires, les façons de poser les problèmes et d’envisager les solutions se rejoignant. Ces attitudes communes face à un problème soulèvent aussi la question de l’émergence des nouvelles territorialités, qui sera traitée plus loin.

15Dans le cas de l’USE/PIP, une ONG sénégalaise dont une des antennes est installée à Ndioum, on assiste aussi à des interventions qui facilitent le rapprochement entre les villages. Dans le département de Podor, cette organisation s’investit dans la formation d’alphabétiseurs en pulaar. Après les avoir formés, l’USE/PIP veille à les affecter à des zones et à des villages parfois très éloignés de leurs villages d’origine, cette mobilité des alphabétiseurs favorisant les relations entre les localités. En effet, la présence d’un enseignant originaire d’un village X dans un village Y pendant six mois ou plus peut naturellement concourir à créer des liens entre ces deux villages, l’alphabétiseur jouant, ici, le rôle d’intermédiaire. Par ailleurs, on observe que les séminaristes à la fin de leur formation créent une association pour consolider les liens.

Carte 22. Les équipements réalisés par l’USE/PIP dans le département de PODOR
(Source : données CERP de Ndioum, 1996. © A. H. Ba, 2007)

16Ainsi l’Association des agents sanitaires communautaires qui gère les cases de santé tout comme Fedde yarlitiibe (Union des alphabétiseurs volontaires) du département de Podor regroupent des personnes originaires de différents villages ayant suivi la même formation auprès de l’USE/PIP ; l’objectif de leurs membres est de faire profiter leurs villages respectifs des avantages qu’offrent les associations qu’ils ont mises en place. Chaque association nouvelle a un siège social dans un village, lequel constitue un point de rencontre entre les membres d’un groupement. La fréquentation d’un équipement collectif par les habitants de plusieurs localités favorise ainsi des liens intervillageois.

17Les initiatives des associations villageoises participent donc à la mise en relation entre les individus de villages voisins. En effet, dans les secteurs comme celui de la santé, de l’alphabétisation ou de l’agriculture, il n’est pas rare de voir un groupe de villages avoir une manière identique d’aborder les problèmes et de proposer des solutions. Les villages qui subissent l’influence des leaders d’une même association ont naturellement tendance à adopter les mêmes stratégies en matière de développement social et économique. De même, on a pu observer que le rythme d’évolution de la vie associative apparaît presque le même dans les groupes de villages liés à une même fédération d’associations. Le rôle de l’UJAK (association créée en novembre 1987 et intervenant dans 21 des 36 villages qui composent la communauté rurale de Guédé-Village) illustre bien cette évolution quasi similaire et concomitante des modes d’exploitation agricoles dans plusieurs villages. En effet, l’UJAK regroupe plusieurs AVD. Elle a, en fait, transformé de simples associations culturelles et sportives dont les objectifs étaient fort limités en AVD, lesquelles conçoivent le développement des villages en tenant compte des potentialités naturelles et en veillant à faciliter l’accès aux moyens de production pour chaque villageois. Chaque AVD bénéficie de l’appui institutionnel de l’UJAK dont l’objectif est de rendre autonomes les membres de chaque association. Pour assurer la sécurité alimentaire, l’UJAK expérimente un système d’exploitation familiale où l’élevage est associé à une activité agricole. De même la mise en place de banques de céréales dans les villages pour prévenir les périodes de soudure constitue une des stratégies de l’UJAK.

18Le programme de cette fédération d’associations concerne directement 4007 personnes, c’est-à-dire les membres des 22 AVD. Les nombreuses campagnes de sensibilisation sur les techniques d’exploitation agricole initiées par l’UJAK participent à la diffusion d’une même stratégie chez les villageois. La zone d’intervention de l’UJAK recoupe à peu près le territoire de la communauté rurale de Guédé-Village. D’ailleurs, le coordonnateur en a été élu vice-président lors des élections communales en 1996, si bien qu’on assiste à un rapprochement voire à une superposition de deux types de pouvoir. Les frontières du territoire de l’UJAK tendent à coïncider avec celles de la communauté rurale (administration territoriale), qui, datant de 1980, sont plus anciennes. Le mode de fonctionnement des associations intervillageoises renseigne sur l’évolution des liens entre groupes de villages. Par exemple, un système tournant pour les réunions est adopté par nombre de leaders d’associations intervillageoises, les réunions du conseil d’administration d’une association étant organisées tour à tour dans chaque village. Cela constitue un moyen non seulement de montrer l’existence et la dynamique d’une association auprès de chaque village, mais aussi de renforcer les liens entre les villageois. Comme la venue d’un visiteur dans un village ne passe jamais inaperçue et que la tradition dans la région du fleuve veut que l’hôte d’une famille soit aussi l’hôte de tout le village, dès lors on comprend bien que chaque réunion constitue une occasion de renforcer les liens entre les représentants des associations eux-mêmes, et d’autre part entre ces derniers et les villageois.

Les associations d’émigrés : actrices « ubiquistes » des mises en relation

  • 7 L’État malien s’est doté d’un ministère des Maliens de l’extérieur. Au Sénégal, la question des Sén (...)

19La création d’associations intervillageoises d’émigrés est un phénomène récent. En revanche, les associations dont les membres sont des immigrés résidant dans un même pays étranger et originaires de villages situés dans une même région administrative ou historique sont anciennes. La différence des règlements en matière de vie associative et l’évolution spécifique des politiques administratives et d’aménagement du territoire dans les États riverains du fleuve Sénégal font que les regroupements sur la base d’une appartenance à une même circonscription administrative sont de plus en plus fréquents. Des regroupements fondés sur l’appartenance à une même région culturelle ou historique à cheval sur plusieurs pays existent aussi, mais leurs actions en direction des régions d’origine souffrent du manque d’harmonisation des politiques nationales d’appui à l’initiative des émigrés7. Néanmoins, les émigrés, initiateurs de ce type d’associations, entendent ressusciter les liens ancestraux qui existaient entre leurs villages, lesquels partagent encore aujourd’hui quelques traits culturels, écologiques et politiques.

20L’association des ressortissants de l’arrondissement de Kidira (Sénégal), celle des ressortissants du département de Podor (Sénégal) ou celle des ressortissants de Sadiola (Mali) font partie des associations qui regroupent des personnes originaires d’une même circonscription administrative. Leurs leaders ont un autre regard sur les stratégies de développement pour leur pays d’origine : ils ont l’ambition de traiter les problèmes de développement sur une échelle géographique plus vaste ; ils ont vu la nécessité de fédérer leurs moyens financiers pour réaliser des projets tels que la construction de centres de santé ou de forage, en fait, des projets visant à réaliser des équipements qui profitent dans le même temps à plusieurs villages voisins. L’exemple de l’ALDA est de ce point de vue intéressant : créée en France à la fin des années 1980 et regroupant des ressortissants de onze villages de la communauté rurale d’Agnam Civol, cette association développe une coopération socio-économique entre les onze villages au travers de la réalisation et la gestion d’équipements communautaires, tels que l’école primaire, le forage, le jardin maraîcher d’expérimentation.

  • 8 Les responsables de ces associations appartiennent à la génération des immigrés sahéliens qui ont s (...)
  • 9 Le village de Guédé-Village est fier de posséder les familles awlube, ces célèbres griots spécialis (...)

21La vigueur du mouvement associatif issu de l’immigration dans les pays comme la France a facilité la création d’une nouvelle forme de fédération des associations d’immigrés. L’exemple le plus pertinent est le RADBF (Réseau des associations pour le développement du bassin du fleuve Sénégal) dont le siège social est à Paris. Ce réseau créé en 1993 regroupe 300 associations initiées par les immigrés maliens, mauritaniens et sénégalais8. Dans le bassin du fleuve, des centaines de villages des régions de Tambacounda et de Saint-Louis du Sénégal, de Kayes au Mali, de Guidimaxa, de Brakna, de Trarza, et de Gorgol en Mauritanie, bénéficient directement ou indirectement du soutien technique du RADBF dans la définition de leurs projets de développement. Cet exemple souligne la participation des émigrés à la délimitation de zones d’intervention pouvant évoluer vers la constitution de nouveaux territoires dans l’espace sahélien. Les émigrés ont compris que l’enjeu est de taille, car de la solidité des réseaux de leur association dépend leur capacité à peser sur l’évolution des politiques d’aménagement dans les villages d’origine mais aussi sur la manière dont sont définies les politiques de coopération Nord-Sud. Dans le bassin du fleuve Sénégal, l’évolution des politiques en matière d’organisation des sociétés civiles a favorisé de plus en plus les mises en relation des villages. C’est ainsi que la multiplication des GIE et des associations sportives et culturelles (ASC) en milieu rural suscite des rapports d’un nouveau type entre les populations villageoises. Par exemple, le désengagement de la SAED s’est accompagné d’une politique d’incitation à la création de GIE dont le rôle est d’amener les paysans à négocier eux-mêmes les fonds financiers pour l’exploitation de leurs périmètres agricoles. Aussi peut-on voir des personnes de villages voisins fonder des GIE pour exploiter de vastes superficies dans le waalo. Dans l’île de Morphil, 160 GIE d’exploitations agricoles sont membres de la Fédération des unions des GIE fondée en 1990. Cette fédération bien structurée possède un compte bancaire à la succursale de la CNCAS de Ndioum : c’est là un début d’autonomisation des organisations paysannes. Un autre groupement de 17 villages, dénommé Association pour le développement et la solidarité de l’île de Morphil et créé en 1993, œuvre dans le même sens que le précédent. En fait, ces associations tentent d’encadrer les paysans, d’améliorer leurs conditions de vie et de travail, de diversifier les activités économiques (teinture, élevage). Quant aux ASC, elles sont généralement le fait des jeunes vivant dans les villages et elles se cantonnent à l’organisation de tournois de football ou des représentations théâtrales. Toutefois ce type d’activités participe aussi à la mise en relation des villages. Dans la communauté rurale de Guédé-Village, la semaine culturelle organisée par l’association Dental Bamtaare Tooro est devenue un grand moment de rencontre entre les villageois voisins. Ces manifestations jettent les bases d’une autre forme de solidarité intervillageoise autour de la préservation de valeurs culturelles communes. Il s’agit pour les responsables d’associations d’organiser périodiquement une activité qui incite à la mobilisation de tous les habitants des villages voisins autour d’un projet commun, lequel stimule les solidarités locales. Chaque village apporte dans le cadre de ces manifestations sa contribution selon ses moyens financiers ou ses spécificités culturelles9. Dans les villages peuls, par exemple, à la fin de la saison des pluies, les jeunes bergers organisent les guuri baali : lors de ces rituels, le berger suivi de son troupeau de moutons traverse le village en courant, afin de montrer sa complicité avec ses bêtes et la santé de celles-ci ; les villageois élisent le plus beau troupeau à la fin de l’exhibition. Ces diverses activités culturelles témoignent de l’attachement d’un peuple à une identité culturelle : dans le Fuuta, on parle généralement de fuutankaagal (comportement des natifs du Fuuta), et plus particulièrement chez les Peuls, de pulaago (comportement spécifique du Peul). L’engagement des villageois à réaliser ces types de manifestations culturelles renforce le sentiment d’appartenance à une aire culturelle commune. Leur volonté manifeste de se retrouver ensemble pour bâtir un projet dont l’objectif est de préserver certaines valeurs communes participe d’une délimitation d’un espace culturel, lequel constitue à certains égards un territoire.

22En définitive, le contexte économique et politique en zone sahélienne favorise la naissance, l’implantation et le développement d’une ou plusieurs associations agissant à l’échelle du village ou à l’échelle d’une aire géographique couvrant plusieurs villages situés dans un pays ou dans plusieurs pays limitrophes. L’une des conséquences des interventions des associations est l’apparition de nouvelles formes de mise en relation entre les hommes et l’émergence de nouvelles solidarités intervillageoises. Étant donné que les manifestations des associations prennent de plus en plus d’importance dans la vie économique et culturelle, on peut considérer qu’elles confèrent aux lieux dans lesquels elles se déroulent une certaine position dans le secteur économique ou culturel. Aussi n’y-a-t-il rien d’étonnant à voir se dessiner de nouvelles centralités rurales. Ce processus de polarisation en milieu rural né de la dynamique associative récente offre une autre lecture de l’organisation des territoires ruraux du bassin du fleuve Sénégal.

Réseaux et territoires en émergence : les nouvelles centralités en milieu rural

23Du point de vue de l’organisation spatiale, les villages qui bénéficient d’équipements collectifs (santé, éducation, hydraulique) grâce aux inter ventions des associations de développement tendent à devenir des nouveaux centres ; la réactivation d’anciens atouts culturels ou économiques favorise l’apparition de nouveaux territoires ; l’introduction et la maîtrise d’une nouvelle technologie par un groupe de villages créent une certaine homogénéité entre ceux-ci et participent d’une mutation de l’espace rural.

24Pour rendre visibles les nouveaux éléments qui produisent et structurent les territoires, et aboutir à une bonne lisibilité des limites des territoires, il est utile de combiner deux approches complémentaires : une approche diachronique et une approche synchronique. La première permet de mettre en valeur le rôle des faits historiques et culturels dans une explication des corrélations existant entre les transformations successives d’ordre social et spatial. Quant à la seconde approche, elle permet de voir comment le système de diffusion des innovations concourt à l’évolution des attitudes culturelles. Cette double dialectique permet de mieux cerner les marqueurs des transformations de l’espace rural au sens large. Mais au-delà de l’analyse de la constitution, ou de la « destruction » ou encore de la reconstitution des territoires, c’est la question de la compréhension à différents niveaux géographiques des liens entre, d’une part, les anciens territoires et les nouveaux et, d’autre part, les nouveaux territoires eux-mêmes qui mérite une attention particulière.

La constitution de réseaux sociopolitiques et la production de territoires

25Une caractérisation des territoires en émergence peut procéder d’une analyse des différents types de réseaux (Durand, Levy, Retaillé 1992). En effet, les réseaux révèlent les lignes, les flux qui mettent en relation les multiples points (lieux ou individus), le tout s’inscrivant dans un territoire. Dans le champ de cette analyse et dans le cadre de la caractérisation d’un réseau social, les points sont représentés par un individu, une famille, une association et, dans le cadre d’un réseau de territoires, les points sont représentés par un village, une communauté rurale, une région ou un pays. Quant aux moyens de mise en relation des points, ils sont variables selon la nature du réseau. Les points du réseau politique ou social sont reliés entre eux par le biais des réunions, des colloques, du téléphone, des lettres, du fax, des cassettes audio, des émissions radio, des mandats, etc. La connexion entre les points du réseau territorial est assurée par les routes, les pistes, les ponts, etc. L’émigration africaine contribue à mettre en rapport le continent africain et d’autres continents : la forte organisation des réseaux migratoires (réseaux des associations d’émigrés) et la diversité des destinations montrent bien que les zones rurales d’émigration sont en relation avec les métropoles occidentales. À chaque période de l’année, on peut rencontrer dans les villages du bassin du fleuve un émigré en vacances, porteur de messages de ses compatriotes restés dans les pays d’immigration à destination des villageois ; quand un émigré quitte son village, il part avec des informations fournies par les villageois pour les parents émigrés. Ces réguliers allers et retours des migrants entre les pays d’immigration et les pays d’origine consolident les réseaux transcontinentaux.

26Par ailleurs, les séminaires ou colloques organisés par les ONG de grande envergure qui travaillent sur les thématiques similaires (protection de l’environnement, lutte contre la délinquance juvénile, lutte contre le sida...) ainsi que la multiplication des antennes de ces mêmes ONG dans différents pays participent d’une mise en contact des continents. D’ailleurs, les rapports entre ONG de divers continents sont d’autant plus réguliers que celles du Sud bénéficient du soutien financier, technique et institutionnel de leurs homologues du Nord.

  • 10 Un témoignage des agents de la SAED de la délégation de Bakel révèle que sur la rive droite la SONA (...)

27Les accords Sud-Sud, Nord-Sud signés dans le cadre de la coopération bilatérale ou multilatérale ou dans le cadre de la coopération décentralisée conduisent de plus en plus à la création de réseaux de « pays amis » ou de « groupes pays ». Au Nord, ces politiques de coopération sont financées par l’État, les collectivités territoriales et les ONG. La consolidation de ces réseaux passe par l’organisation de réunions annuelles, d’échanges entre cadres, de voyages d’études, etc. Les réseaux inter-États institutionnels qui se construisent dans le champ des relations Nord-Sud se sont densifiés ces dernières années grâce au développement des politiques de coopération décentralisée dans les pays européens (notamment en France, et en Allemagne), et ils sont maintenus par la mise en place d’organismes sous-régionaux ou interétatiques de développement, dont les axes d’intervention visent les domaines économique, politique, ou la protection de l’environnement : en Afrique de l’Ouest sahélienne, les organismes les plus connus sont l’OMVS, le CILSS, l’UEMOA. Le pilotage de programmes communautaires favorise le maintien des liens tissés entre les techniciens de différents pays. Dans le secteur agricole, les rencontres entre les agents de vulgarisation des techniques agricoles de la Mauritanie et du Sénégal illustrent la dynamique des échanges souhaitée par l’OMVS. En effet, les agents de la SAED (sénégalaise) se rendent sur les périmètres irrigués mauritaniens pour profiter des expériences réalisées par leurs homologues de la SONADER (Société nationale de développement rural), lesquels sont en avance dans la sélection des semences10. Dans le champ des relations Sud-Sud, on constate le développement de réseaux transfrontaliers, lesquels sont bâtis sur la recherche d’avantages comparatifs, la différence de prix des denrées alimentaires selon les pays ayant toujours favorisé la pratique de la contrebande. Ainsi, dans la partie sahélienne du bassin du fleuve Sénégal, il existe des zones frontières le long desquelles les trafics de marchandises sont fréquents, et cette intensité des flux commerciaux dans la bande frontière permet une mise en relation des différentes localités. De même la fréquentation par les villageois des équipements sanitaires ou scolaires situés dans les bourgs frontaliers favorise la mise en place des réseaux transfrontaliers. Par exemple, le centre de santé du village de Waoundé (département de Matam) au Sénégal est fréquenté par les Mauritaniens ; de la même manière le marché de Bakel attire les vendeurs et acheteurs mauritaniens du village de Gouraye, lequel est situé sur la rive droite du fleuve Sénégal en face de Bakel. On peut encore noter que la contrebande est pratiquée dans la ville de Rosso située sur la rive droite du fleuve Sénégal, point de passage très fréquenté par les voyageurs entre le Sénégal et la Mauritanie.

28À l’intérieur d’un même pays, se constituent des réseaux entre localités rurales. Les nouveaux réseaux intervillageois illustrent ce fait. Certaines relations entre villages sont anciennes : autrefois dans le waalo, les villages cultivant les mêmes terres ou pêchant dans les mêmes cours d’eau ou mares entretenaient des relations étroites, tout comme dans le jeeri, les villages utilisant la même mare s’accordaient sur un calendrier pour l’abreuvement des troupeaux. L’usage et la gestion des mêmes écosystèmes ont forcé les mises en relation des villages au point de créer des espaces économiques intervillageois. Aujourd’hui c’est la gestion de nouveaux équipements comme les centres de santé, ou l’animation de nouvelles structures associatives qui conditionnent les types de liens entre les villages. Avec la formalisation des relations entre les villageois (les associations intervillageoises déclarées), la lisibilité des réseaux intervillageois devient de plus en plus facile. Au Sénégal, le découpage territorial en collectivités rurales dirigées par un conseil rural constitué de représentants de chaque village a aidé au renforcement des relations entre les villages. Les campagnes de sensibilisation sur la politique de régionalisation qui est entrée en vigueur en 1997 avaient pour objectif d’amener les villages voisins à unir leurs ressources naturelles et leurs compétences pour mener ensemble des projets de développement local. Au total, l’histoire des mises en relation des groupes humains, des localités, des collectivités locales et territoriales est sous-tendue par des logiques économiques, politiques ou culturelles. Les caractéristiques (solidité-densité) des réseaux matérialisant les mises en relation expliquent en partie la diversité des territoires à l’intérieur desquels s’inscrivent ces mêmes réseaux.

Les territoires en formation : un processus long et complexe

29Qu’ils soient initiés par les États, les ONG ou par des associations villageoises, les différents équipements réalisés dans l’espace du bassin du fleuve Sénégal contribuent à refaçonner les bourgs et les villages, et donc les territoires dont les configurations sont fortement variables tant du point de vue de leur taille que de leur contenu. Le développement économique et la croissance démographique rapide des bourgs comme Ndioum (érigé en commune en 1990) ou Ourossogui sont liés à leur situation géographique. La population de Ndioum est passée de 4 290 personnes en 1976 à 7 000 en 1988 et à environ 11 000 en 1998. Quant à Ourossogui, sa population est passée de 4 259 personnes en 1976 à 6 402 en 1988 et à environ 10 000 en 1998. Ces communes, traversées par la route nationale qui longe le domaine du waalo, exercent une attraction sur les villages et hameaux environnants. Ndioum, par sa position de carrefour et de contact entre la zone du waalo au nord et celle du jeeri au sud, s’est dotée de fonctions essentielles lui permettant d’exercer une forte concurrence face à Podor pourtant capitale départementale. La place occupée par la commune de Ndioum est due à la présence, d’une part, de divers services et infrastructures étatiques qui ont un pouvoir de polarisation, comme l’hôpital à vocation régionale, le bureau de l’OPCE (Office des postes, des crédits et d’épargne), la brigade hydraulique, un grand marché, une gare routière, une antenne de la CNCAS, des magasins de matériels agricoles, et d’autre part, de plusieurs ONG nationales comme l’USE/PIP ou d’AVD comme la SAFOFED, la FAFD (Fédération des associations du Fuuta pour le développement), le FSD, le MAV (Mouvement des acteurs de la vallée), ou encore d’ONG étrangères telles que Peace Corps, la Mission luthérienne, EWA, qui ont installé leurs antennes dans cette même commune. La présence de toutes ces structures attire beaucoup de personnes habitant dans les villages situés aux alentours. C’est ainsi que la commune de Ndioum comme celle d’Ourossogui sont devenues des centres autour desquels des réseaux territoriaux se sont structurés. La proximité de la route a joué en faveur de ces communes. Beaucoup de séminaires organisés par l’État se déroulent, de plus, dans ces communes qui ne cessent de monter en puissance. D’ailleurs Ndioum est en train de dépasser Podor même si cette dernière conserve encore sa fonction de capitale départementale. On observe la même évolution entre Ourossogui et Matam : cette dernière, qui était autrefois capitale départementale et qui est devenue en 2005 capitale régionale – suite à la réorganisation territoriale voulue par le président Abdoulaye Wade –, reste peu accessible et peu attractive. On voit ici combien la présence d’ONG peut modifier la hiérarchie des communes du point de vue de leur attractivité et de leur rôle dans la diffusion des innovations.

30À une moindre mesure, les autres nouvelles communes, telles que Thilogne, Kanel, Semmé, situées sur la route nationale 2 assurent aussi chacune une fonction de centre en milieu rural. Ces localités reliées par la nationale constituent un territoire qui dessine une interface, autrement dit, une bande « coincée » entre le jeeri et le waalo et dont la largeur varie d’une commune à l’autre. Du point de vue de l’analyse régionale, cet axe routier peut être considéré comme un élément structurant un réseau dont les points correspondent aux communes, aux villages ; la ligne principale étant la route nationale et les lignes secondaires correspondant aux pistes.

31L’implantation d’une ONG ou d’une AVD dans une localité participe à la réorganisation des espaces. En effet, la plupart des ONG nourrissent l’espoir d’élargir leur zone géographique d’intervention. Aussi, à partir du premier site d’implantation d’une ONG, il est possible de mesurer les effets de ses réalisations sur les espaces ruraux : il suffit d’observer l’extension progressive de la zone d’intervention de l’USE/PIP dans la région de Saint-Louis. Les zones concernées par les opérations non gouvernementales se différencient ainsi rapidement des zones désertées par ces associations de développement. Cette différenciation spatiale dans la vallée du fleuve aboutit à la production de territoires, contigus ou non, qui gardent une certaine homogénéité du point de vue de l’appropriation de techniques de gestion de l’espace ou d’organisation sociale introduites par les ONG. Pour rendre compte de la constitution et de la diversité des zones d’intervention qui aboutissent à des territoires construits par des ONG, une analyse de quelques exemples pris dans différentes zones du bassin du fleuve Sénégal s’impose.

Carte 23. L’émergence de nouvelles centralités dans la vallée du fleuve Sénégal
(Source : enquêtes personnelles, 1993-1997. © A. H. Ba, 2007)

Le territoire de l’ALAEF : une solidarité ethnique par-delà les frontières nationales

32Les associations intervillageoises qui s’étendent sur un espace transfrontalier peuvent participer de la constitution d’un territoire dont l’élément fédérateur est à rechercher ailleurs que dans la sphère politico-administrative dans la mesure où celle-ci est différente selon les pays du bassin du fleuve. L’exemple de l’ALAEF illustre ce propos, sa présentation et son mode d’intervention étant intéressants à double titre. Cette association a d’abord réussi à mettre en place des moyens techniques permettant aux habitants de six villages sénégalais et de quatre villages maliens riverains de la Falémé de lutter contre l’érosion hydrique et d’assurer une meilleure circulation des personnes et des biens entre ces dix villages. Ensuite, elle a su convaincre les migrants de participer financièrement à la réalisation de certains projets. Les dix villages membres de cette association, partageant les mêmes conditions écologiques, ont décidé de lutter contre l’enclavement et les causes de dégradation de l’environnement. C’est ainsi que les premières actions de l’ALAEF ont consisté à protéger les sites des villages grâce à la fixation des berges, technique apprise lors de sessions de formation assurées par le GRDR et le CEFP de Bakel. Par ailleurs, des actions telles que la plantation de haies brise-vent, la construction de micro-barrages ont permis de limiter l’érosion et de faciliter l’usage des pistes reliant les villages voisins. Les séances de formation aux techniques de lutte antiérosive et d’entretien des pistes sont dispensées dans chaque village, où le coordonnateur de l’association, un ancien émigré, travaille en étroite collaboration avec le comité local. Pour désenclaver les villages membres, l’association s’est dotée pour le transport en commun d’une voiture qui effectue chaque jour un aller-retour entre Djimbé (siège de l’association) et Kidira. Par ailleurs, elle possède un camion qui permet le transport des produits agricoles des paysans vers les marchés de Kidira ou Bakel. L’ALAEF mène une réflexion sur la dynamisation économique des dix villages et a adopté une stratégie de développement global. Grâce à des fonds souples, elle subventionne les activités génératrices de revenus initiées par les femmes et les jeunes. En effet, retenir les jeunes dans les villages est un des objectifs essentiels de cette association, car ils sont les seuls à pouvoir assurer les durs travaux pour la protection de l’environnement et la maintenance des réalisations. La stratégie d’autonomie financière consiste à bien gérer les cotisations annuelles de chaque village membre, les recettes issues de la location du camion et les recettes de transport des passagers qui empruntent la voiture de l’association. De plus, l’ALAEF perçoit des revenus quand elle agit comme prestataire de services pour le compte des villages voisins qui commanditent des travaux de protection de l’environnement sur leurs terroirs. Elle bénéficie par ailleurs d’un appui financier des émigrés et de partenaires étrangers comme l’association Jardins de Cocagne en France ou le FED.

33Au sein des dix villages, il existe une volonté de mener ensemble un programme de développement intégré. Les membres de l’association sont conscients qu’intervenir sur une zone bien délimitée pour en faire un espace viable économiquement tout en sauvegardant le patrimoine écologique est un défi. Et puisque les terroirs des villages membres de cette association bénéficient d’un même programme de développement, il apparaît que la réalisation de ce programme favorise le renforcement des liens entre les villages. La préservation d’un patrimoine naturel commun, l’apprentissage et la diffusion des nouvelles techniques de sauvegarde de l’environnement ont fini par créer chez les villageois un sentiment d’appartenance à une même unité économique, d’autant que celle-ci est inscrite dans l’aire culturelle soninké. Cette association transfrontalière ignore les limites étatiques, la langue soninké constituant un élément fédérateur entre villages maliens et sénégalais. L’espace économique de ces villages est géré par un réseau social bien structuré autour de l’association dont le champ d’intervention correspond à un espace bien délimité. La zone d’intervention de l’ALAEF apparaît donc comme un territoire, car un groupe social avec des objectifs précis semble bien contrôler une portion de l’espace.

Le territoire de l’USE/PIP : une ONG bien implantée

34L’équipe qui coordonne l’USE/PIP est basée dans la commune de Ndioum, son programme émanant du comité de direction de l’USE, une ONG nationale dont le siège est à Dakar. Les activités liées à ce programme ont débuté en 1974 et elles se sont diversifiées au cours des années. Les principaux secteurs d’intervention sont la santé villageoise, la mise en place d’une caisse villageoise d’épargne et de crédits, l’hydraulique villageoise, l’alphabétisation en langue locale et la formation des responsables d’associations villageoises de développement. Dans le département de Podor, le nombre de centres d’alphabétisation villageois est passé de 5 en 1985 à plus de 60 en 1998. Les effets de ces interventions dans les villages se traduisent par l’émergence d’une certaine homogénéisation des espaces villageois, lesquels sont structurés par de nouveaux équipements comme une case de santé, un jardin maraîcher, une banque de céréales, une caisse villageoise d’épargne, un centre d’alphabétisation, etc. La modification rapide de la physionomie des certains villages est consécutive de l’installation et de l’utilisation de ces équipements. C’est ainsi que la différence d’organisation spatiale entre les villages ayant bénéficié des services du PIP et les autres villages est importante.

Carte 24. Territoire de l’ALAEF (association intervillageoise transnationale de villages soninké)
(Source : enquêtes personnelles, 1997. © A. H. Ba, 2007)

  • 11 En 1997, lors des enquêtes de terrain, A. Adams, la secrétaire de la FPOB, avait rédigé une note au (...)

35Le siège de l’antenne de l’USE à Ndioum est devenu un lieu de rencontre des animateurs des AVD initiés par le PIP. En effet, les animateurs des centres d’alphabétisation, les agents sanitaires des cases de santé, les gérants des caisses d’épargne se rendent régulièrement à Ndioum afin d’obtenir des informations et des conseils de l’équipe dirigeante du PIP pour le montage de projets villageois ou pour la gestion des équipements existants. L’émergence du territoire de l’USE/PIP est lié au dynamisme des associations, lesquelles travaillent en étroite collaboration avec cette ONG. Les animateurs de ces associations entretiennent non seulement des relations très étroites entre eux, mais aussi avec l’USE/PIP. Dans l’arrondissement de Gamadji Saaré, elle est devenue un référent. Beaucoup de projets villageois sont élaborés avec les coordonnateurs de cette ONG. Ce contact entre villageois et les animateurs est facilité par le fait que ces derniers sont des ressortissants du Fuuta. Les organisations paysannes récentes telles que l’UJAK ou encore les anciennes organisations paysannes telle la FPOB participent au côté des ONG locales comme l’USE/PIP à l’émergence d’une solidarité entre des villages où l’activité agricole est dominante. En effet, certains villages sont en train de devenir des pôles de rencontre et/ou des foyers de promotion de savoir-faire locaux et/ou de diffusion de technologies importées. C’est le cas des villages qui abritent les sièges des associations. On peut citer Tarédji (communauté rurale de Guédé-Village, département de Podor) : ce village possède le local de réunion et la pharmacie vétérinaire de l’association Dental Bamtaare Tooro, une pharmacie très fréquentée par les éleveurs. Un autre exemple très intéressant : le village de Koughani (département de Bakel) est le siège de la FPOB et abrite son centre de formaion, qui possède du matériel agricole (tracteur, décortiqueuse, batteuse...) mis à la disposition des paysans, un atelier mécanique pour l’entretien et la réparation des groupes motopompes. Un bâtiment de stockage d’oignons, un magasin de stockage de semences, une banque de céréales, une grande salle de réunion, une salle d’hébergement, un bureau pour les salariés de la FPOB sont les principales structures de ce centre qui sert aussi pour les sessions de formation de pompistes des villages environnants. Les responsables des dix groupements paysans membres de la FPOB entretiennent des relations permanentes avec l’organe exécutif de la fédération11. Lors de chaque assemblée générale, un programme d’activités agricoles et de formation des paysans est établi : l’autonomisation des paysans reste la finalité de la FPOB, de même que dans le département de Podor, les 22 villages membres de l’UJAK sont en passe de créer leur propre territoire.

La zone d’intervention ou le territoire en formation de l’ONG EWA

36L’ancrage d’une ONG dans un territoire n’est pas facile : il faut du temps mais surtout il faut réussir à gagner la confiance des populations villageoises et instaurer une certaine complicité avec celles-ci. L’ONG autrichienne EWA illustre bien la situation d’une association étrangère qui tente de créer son propre territoire. Elle travaille à la gestion des espaces naturels dans les villages et sa méthode d’intervention consiste à redéfinir les terroirs villageois à partir des informations recueillies auprès des villageois initiés à la MARP, le terroir villageois correspondant ici à l’espace économique du village. Lors des enquêtes menées par les animateurs de l’EWA, les villageois sans distinction d’âge et de sexe sont interrogés ; les entretiens portent sur la localisation des ressources naturelles et sur l’identification des anciennes et nouvelles techniques d’exploitation. À la fin des enquêtes, sont organisées dans les villages des séances qui ont pour objectif d’amener les villageois à avoir un regard critique sur leurs techniques et à optimiser leurs savoir-faire pour résoudre, à l’échelle de leur localité, les problèmes auxquels ils sont confrontés. Dans ses rapports avec les populations du département de Podor, cette ONG étrangère est arrivée à distinguer quatre zones d’intervention sur une bande nord-sud (le waalo, l’axe routier, le jeeri proche et le Ferlo). Les interventions spécifiques de l’EWA dans chacune de ces zones peuvent à terme renforcer leur différenciation du point de vue de l’organisation économique et sociale. Sur l’axe routier, l’économie est fondée sur les marchés hebdomadaires, dans le waalo, les cultures de décrue et irriguée restent les activités principales, dans le jeeri proche culture de sous pluie et élevage sont parfois couplés, et dans le Ferlo l’élevage demeure l’activité dominante. Pour l’instant, le mode d’intervention de cette ONG n’est pas assez ancré dans les mentalités des villageois pour créer chez eux les mêmes réactions face à un même problème. Par conséquent, comme il n’y a pas coïncidence entre un espace bien délimité et un mode d’intervention particulier, on ne peut pas parler de territoire contrôlé par l’EWA : il s’agit plutôt d’une zone d’intervention « diffuse ».

Photo 12. Le centre de formation des agriculteurs
Le centre de la FPOB à Koughani est un bel exemple d’autonomie des paysans et de solidarité entre agriculteurs. Il forme les pompistes du département de Bakel (Sénégal) et de la région de Kayes (Mali). C’est aussi une sorte de coopérative de matériel agricole.

Les territoires produits par les actions des anciens émigrés

  • 12 L’OMI et certaines ONG telles que le GRDR, la Kora aident à la réalisation de projets de migrants d (...)

37Quelques anciens émigrés rentrés dans leur région d’origine ont créé des associations. Cependant seules quelques-unes ont pu se maintenir et réaliser des projets de développement. En effet, celles qui n’ont pas réussi à avoir l’adhésion des villageois ont vite disparu, mais celles qui ont surmonté les problèmes posés par les villageois (attribution des terres, désignation des responsables de l’association, choix des projets à réaliser) et qui ont bénéficié d’un appui extérieur12, ont concrétisé des projets de développement exemplaires et ont eu des effets d’entraînement sur les villages voisins. Quelques exemples d’associations illustrent bien cette réalité.

38L’AISB, dont l’initiateur est un ancien émigré, mérite d’être analysée. Lors de sa création en 1986, cette association regroupait 12 villages, ce nombre est passé à 70 en 1992. Cette extension rapide de la zone d’intervention de l’AISB est liée au mode d’intervention et au charisme de son leader (Ndiaye 1992). Le centre de l’association, situé à Goudiry, abrite le bureau du coordonnateur de l’association et du projet, des ateliers mécaniques, des cases de passage. Parmi les activités innovantes figure la mise en place d’une petite entreprise en milieu rural : une boulangerie moderne qui alimente les habitants de Goudiry et des villages environnants. Les principales activités en cours dans les villages membres de l’association demeurent l’agriculture, l’alphabétisation, la santé, l’élevage, l’hydraulique villageoise, l’allégement des travaux féminins. La fluidité de la circulation des informations entre les villageois est assurée par le bureau exécutif. Cette mise en relation nécessaire entre les localités a développé chez les villageois le sentiment de mener ensemble un projet sur un espace commun. C’est ainsi que les villages bénéficiant de l’appui de l’AISB ont noué entre eux des liens de solidarité qui préfigurent la formation d’un territoire des villages partenaires d’un projet de développement rural.

  • 13 L’Association pour la solidarité et le développement des villages riverains du fleuve dans le Damga (...)

39Dans la région de Kayes au Mali, l’Organisation rurale pour le développement intégré de la Kolimbiné et de la Falao (ORDIK) a été initiée par un ancien émigré malien rentré en 1987 dans son village d’origine Kabaté. Ce village riverain de la Kolombiné abrite le bureau de l’association et du chef de projet. L’association a réalisé la construction de cinq mini-barrages sur les deux cours d’eau (Kolimbiné et Falao), le creusement d’une trentaine de puits, la construction d’un magasin intervillageois, où les paysans peuvent acheter charrettes, charrues, engrais et semences sélectionnées. L’alphabétisation fonctionnelle a permis d’assurer les sessions de vulgarisation des techniques agricoles et de gestion des banques de céréales. Tous ces équipements profitent directement ou indirectement aux habitants des hameaux et des villages situés à proximité de la Kolimbiné. L’adhésion des villageois à la réalisation d’un programme de développement intégré constitue un facteur de consolidation des nouveaux liens d’interdépendance entre les espaces villageois. Aujourd’hui, on voit se dessiner un territoire de l’ORDIK dont la Kolombiné et la Falao restent les deux éléments structurants. La plupart des projets de développement initiés par les émigrés et réalisés dans leur pays d’origine ont bénéficié durant les premières années de l’appui des anciens migrants et de l’aide financière des migrants restés dans les pays d’immigration13. C’est pourquoi, dans les zones de forte émigration, de nombreuses associations intervillageoises réussissent à réaliser diverses actions de développement rural qui s’accompagnent de l’introduction de nouvelles techniques culturales et de gestion. La mise en place et le suivi de ces actions suscitent le rapprochement entre les villages voisins.

Les types de transformations rapides à l’échelle du village

40Le développement récent de jardins maraîchers clôturés donne un autre visage au terroir villageois. C’est dans le jeeri que la présence de jardins maraîchers contribue à une nouvelle organisation de l’espace villageois. En effet, avec l’émergence des groupements féminins et l’équipement de chaque village par un puits, on assiste à une mobilisation des femmes autour de l’exploitation des jardins maraîchers. Ces exploitations agricoles, devenues de nouveaux lieux de rencontre pour les femmes, donnent une autre physionomie aux villages. Les jardins sont exploités une ou deux fois par an. Une clôture en grillage, doublée d’une haie vive, protège ces périmètres du bétail errant. Dans le jeeri, ces zones de cultures maraîchères sont situées à proximité des points d’eau (puits ou forage), notamment dans les villages sénégalais de Bélel, de Nénet de la communauté rurale de Guédé-Village. Les actions des anciens émigrés rentrés avec des projets dans les lieux d’origine provoquent aussi de remarquables réorganisations spatiales. L’exemple de la coopérative agricole d’un village, malien Lani Modi (cercle de Kayes), illustre combien l’emprise d’une structure sur un espace participe d’une transformation du terroir villageois. Cette coopérative, qui a débuté en 1984 à l’initiative de quatorze anciens émigrés (qui vivaient en France et ont décidé de rentrer) et de treize villageois n’ayant jamais émigré, a favorisé une innovation dans les pratiques des ruraux à travers la mise en place d’un élevage semi-intensif couplé aux cultures irriguées (riz, maïs, oignon, banane). Une partie des produits de ce complexe agricole (lait, fruits, légumes, céréales) est consommée par les membres de la coopérative et l’autre partie est vendue aux habitants de Lani Modi et à ceux de Kayes. Par ailleurs, les membres de cette coopérative agricole ont décidé de construire à proximité de leur périmètre irrigué des habitations en banco stabilisé, une nouvelle technique qui valorise les matériaux locaux. La contiguïté de l’espace habité avec l’espace agricole, où la culture irriguée est couplée à un élevage semi-intensif, est une autre nouveauté dans cette zone : s’amorce un début de rupture par rapport à l’ancien ordre d’agencement des champs cultivés et des villages. L’innovation réside ici moins dans la création de la coopérative que dans sa particularité : elle demeure une initiative de personnes qui, ayant séjourné longtemps à l’extérieur de leur pays, ont décidé de développer la pluriactivité dans leur milieu d’origine. Les membres de cette coopérative essayent de maîtriser la production et la distribution de leurs produits agricoles. Le président affirme que les produits issus du complexe agricole ont permis aux familles des coopérateurs d’atteindre une autosuffisance alimentaire, ce qui constitue un succès dans ces régions où les périodes de soudure sont longues et plongent parfois certains paysans dans des situations proches de la famine.

Photo 13. Une opération de développement local très efficace
Ce mini-barrage réalisé sur la rivière Kolimbiné (Mali) par l’association ORDIK est exemplaire. Il a permis aux populations de cultiver sur les bas-fonds et de pratiquer la pêche de manière permanente.

41La réalisation d’équipements individuels ou collectifs par les émigrés dans les villages d’origine concourt à transformer la physionomie des localités rurales. Le cas des villages de Golléré, de Moudéry, de Waoundé illustre bien ce phénomène, la construction de maisons modernes achevant leur transformation. Le village de Golléré, en particulier, possède une grande mosquée construite dans les années 1980 et financée par ses propres ressortissants, et depuis 1993, on observe, dans quelques quartiers, la construction de petites mosquées. Chaque groupe d’émigrés dont les familles résident dans le même quartier a en fait décidé de transformer l’ancienne salle de prière en une petite mosquée construite en ciment et surmontée d’un minaret. Ainsi, l’existence d’une petite mosquée désigne un quartier et révèle par la même occasion la capacité d’un petit groupe de migrants à réaliser une opération à l’échelle d’un quartier. Dans ce même village, le marché couvert réalisé en 1991 est l’équipement collectif qui est en train de modifier le plus l’organisation de l’espace villageois. La vie économique quotidienne du village se déroule dans et autour du marché couvert depuis que celui-ci est en fonction. Beaucoup d’artisans ont installé leurs ateliers tout autour, et même les vieux du village viennent discuter sous les arbres ou les hangars situés à proximité. Actuellement le village de Golléré, devenu commune, semble se structurer autour du centre économique organisé par ce marché couvert. Dans le même temps, l’extension du village se fait vers le sud le long de la « bretelle » qui relie Golléré à la route nationale 2, les clôtures en ciment des deux cimetières, dont l’un est situé au nord et l’autre au nord-est, bloquant l’extension du village vers le nord.

42Dans le village de Moudéry, dans le département de Bakel, où l’émigration vers l’Europe touche beaucoup la population active, les transformations induites par les réalisations individuelles des émigrés sont fortes. Ces derniers ont construit leur maison dans la partie sud du village alors que le noyau du village est au nord à proximité du fleuve. Dans le nouveau quartier, des allées très vastes séparent les maisons aux couleurs vives (voir photo 15), les maisons à étages avec leur vaste cour témoignant de la richesse des émigrés. Les jeunes de Moudéry ne s’y trompent pas, ils surnomment ce nouveau quartier Dallas ou Beverly Hills en référence aux somptueuses villas des cités riches montrées dans les téléfilms américains.

Photo 14. Projet d’un genre nouveau initié par des émigrés
Réalisée dans le village de Waoundé grâce à un GIE créé par des émigrés, cette boulangerie est gérée par un villageois. Par cette action, les émigrés créent du travail rémunéré dans les villages.

43La configuration des maisons des émigrés est révélatrice d’un début de changement des modes de vie et des mœurs. L’intérieur des nouvelles maisons des émigrés montre bien cette évolution : chaque chambre à coucher est reliée directement par une porte à une salle équipée de sanitaires et de douche, alors que, dans les anciennes constructions, les latrines et les coins pour les douches sont éloignés des chambres. Toutes ces nouvelles constructions possèdent une salle de séjour vaste et équipée d’une télévision. À Moudéry, un émigré en vacances affirme qu’il souhaite installer dès que possible une parabole pour accéder à plusieurs chaînes de télévision. L’influence des émissions des chaînes de télévision étrangères sur le comportement des jeunes dans ces villages est déjà perceptible notamment sur la tenue vestimentaire.

44Dans le village de Waoundé, les émigrés ont réalisé divers équipements qui constituent des repères dans le village, par exemple le collège d’enseignement en arabe, dont l’initiateur est un ancien émigré dans les pays arabes et qui coordonne une ONG islamique, Zakat House.

Photo 15. Les « villas » dans les villages
La maison est un signe de réussite pour les émigrés. Mais elle remplit aussi un autre rôle : « Une maison dans le pays natal, c’est le signe même de l’attachement et de l’enracinement, le point fixe à la migration, voire à l’errance ; c’est une manière de conjurer symboliquement la fluidité de ce temps qui passe et que l’on passe ailleurs » (Simon, 1994).

45

Photo 16. De grandes mosquées dans les villages
Les mosquées (ici celle de Orkadiéré) font partie des premières réalisations des émigrés. On continue encore aujourd’hui à construire des mosquées mais à l’échelle du quartier. Construire une mosquée est pour le musulman un acte de dévotion.

Photo 17. Équipement public réalisé par les migrants
Les migrants ont financé la construction de ce bureau de poste de Waoundé. Ce type d’équipement permet aux émigrés de s’assurer un meilleur contact avec les personnes restées aux villages (transfert d’argent, courrier, téléphone).

Photo 18. Jardin maraîcher des femmes à Golléré : une forme d’autonomisation
L’arrosage des parcelles n’est pas véritablement une corvée car les femmes sont ici maîtresses des lieux. Loin des regards et des indiscrétions des hommes, elles peuvent discuter sur beaucoup de sujets.

Carte 25. Transformation des villages d’émigrés sénégalais
(Source : enquêtes personnelles, 1993-1999. © A. H. Ba, 2007)

46L’existence d’une boulangerie moderne et d’un magasin d’alimentation qui sont deux GIE initiés par des émigrés en collaboration avec des villageois constituent des éléments de repère dans ce village. De même le centre de santé réalisé par les émigrés et deux grandes mosquées d’une architecture imposante structurent le village de Waoundé. Au total, les éléments responsables de la modification actuelle des espaces villageois sont nombreux. Dans les zones de forte émigration, ce sont surtout les équipements collectifs réalisés par les émigrés, tels que les centres de santé, les mosquées, les écoles, les banques de céréales, les postes, les marchés couverts, les jardins maraîchers, les magasins d’alimentation, les clôtures des cimetières, qui participent de la réorganisation de l’espace villageois.

47L’émergence des nouvelles centralités dans les campagnes du bassin du fleuve Sénégal s’accompagne de la production de territoires dont les contours restent encore flous. Ces territoires sont le résultat d’interventions des acteurs à différentes échelles géographiques (quartier, village, communauté rurale, région, etc.). Les réalisations des projets initiés par l’État ou par la société civile dans ses différentes composantes façonnent les espaces et modifient l’organisation sociale, politique et économique des populations villageoises. Les sièges des ONG locales, dotés de salle de réunions et d’autres équipements, sont souvent utilisés pour l’organisation des rencontres voulues par l’État : en 1997, pour le secteur nord du Sénégal, le forum sur la régionalisation a été tenu dans les locaux de l’antenne de l’USE/PIP à Ndioum. La création d’une infrastructure (centre de santé, télécentre, marché, forage) dans un village peut lui conférer une position de village polarisant. Dans tous les cas, les réalisations, qu’elles soient l’appui institutionnel à une AVD ou la construction d’une infrastructure dans une localité, créent de nouvelles attitudes culturelles et (re)dessinent par la même occasion les paysages. La réorganisation de l’espace rural du bassin du fleuve Sénégal et ses corollaires (re)posent la question du développement local. Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que dans cette zone s’affrontent depuis plusieurs décennies des logiques différentes. En effet, quand une zone d’émigration est en même temps une zone d’intervention des ONG, on peut comprendre que celle-ci soit de plus en plus ouverte au reste du monde. Mais cette ouverture est aussi porteuse de contradictions du fait de la complexité des jeux d’acteurs. Il en résulte tantôt une divergence entre stratégies de développement, tantôt une convergence. Dans le contexte politique africain actuel où l’État perd de son autorité du fait de la domination d’un système économique libéral, s’impose une autre approche de la géographie sahélienne, qui serait capable de mieux identifier les nouveaux acteurs du développement local des espaces sahéliens.

Notes

1 Voir à ce propos le mémoire d’habilitation à diriger des recherches de P. Gonin présenté en 1997 à l’université de Lille I, et l’Atlas des migrations ouest-africaines vers l’Europe réalisé par N. Robin en 1996.

2 En 1996, en Mauritanie, pour effectuer un trajet de 40 kilomètres séparant Sélibaby et Gouraye (village mauritanien situé sur la rive gauche en face de Bakel), nous avons mis trois heures. L’état des pistes et les nombreux arrêts à chaque village rendent le trajet pénible dans ces espaces semi-arides.

3 Il est prévu de construire huit ports fluviaux (Rosso, Dagana, Podor, Boghé, Kaédi, Matam, Bakel, Anbidébi).

4 Le conflit sénégalo-mauritanien de 1989 occasionna la fermeture des frontières jusqu’au rétablissement des rapports diplomatiques en 1993.

5 Dans un hameau aux environs de Golléré, j’ai visité une ferme dont l’exploitant est un ancien émigré qui a suivi des séminaires de formation dans une ONG. Ce paysan utilise son propre matériel agricole moderne et cultive seul son périmètre. Il réinvestit les bénéfices tirés de la vente de ses récoltes dans l’achat de nouveaux matériels agricoles et refuse toute collaboration avec ses voisins.

6 Le cas de la secrétaire de la FPOB est atypique. Adrian Adams est une Blanche de nationalité anglaise et une anthropologue de formation. Elle est une des épouses de Jaabe Sow, le président de la FPOB. Ce dernier est originaire de Koughani dans le département de Bakel. Militaire pendant sept ans dans l’armée française (1939-1947), il travaille ensuite comme navigateur dans la marine française pendant vingt-huit ans. Rentré au Sénégal en 1974, il fonde la Fédération des paysans organisés de Bakel, dont le siège est à Koughani. C’est lors de ces années de recherche dans les pays soninké qu’A. Adams noue des relations avec Jaabe. Parlant et écrivant le soninké, elle est une sorte de chercheur engagé. Lors de nos entretiens, elle a insisté inlassablement sur son attitude en disant : « Je suis une chercheuse qui travaille avec les populations soninké et non sur les populations soninké » Les soirées passées dans le village de Koughani avec ce couple atypique sont riches d’enseignements sur les ONG locales, étrangères, sur la coopération décentralisée, et sur l’émigration.

7 L’État malien s’est doté d’un ministère des Maliens de l’extérieur. Au Sénégal, la question des Sénégalais de l’extérieur est restée longtemps l’affaire du ministre des Affaires étrangères ; en Mauritanie, les initiatives des émigrés soninké ou haalpulaaren sont quasi ignorées par le gouvernement. Ici la population noire souffre d’un manque de considération de la part du gouvernement dirigé par des Beydanes (Maures blancs).

8 Les responsables de ces associations appartiennent à la génération des immigrés sahéliens qui ont suivi des formations très poussées dans le domaine de l’organisation de la vie associative auprès des ONG françaises comme le GRDR, le PS-Eau, etc.

9 Le village de Guédé-Village est fier de posséder les familles awlube, ces célèbres griots spécialistes des arbres généalogiques et conservateurs des légendes du Fuuta. Lors des cérémonies, hommes et femmes awlube jouent de la musique avec des instruments traditionnels.

10 Un témoignage des agents de la SAED de la délégation de Bakel révèle que sur la rive droite la SONADER a beaucoup avancé sur les techniques de sélection des semences. Aussi les agents sénégalais se rendent-ils régulièrement à Gouraye situé en face de Bakel pour échanger avec leurs homologues mauritaniens.

11 En 1997, lors des enquêtes de terrain, A. Adams, la secrétaire de la FPOB, avait rédigé une note au responsable du groupement de Yaféra pour lui signifier de bien vouloir répondre à mon questionnaire. Sans cette note de recommandation, le responsable du groupement paysan de Yaféra n’aurait pas répondu à l’enquête ainsi qu’il en avait été décidé lors d’une assemblée générale de l’association.

12 L’OMI et certaines ONG telles que le GRDR, la Kora aident à la réalisation de projets de migrants de retour.

13 L’Association pour la solidarité et le développement des villages riverains du fleuve dans le Damga (Dembakane) dans le département de Matam, l’association ADIGE avec ses 40 villages (département de Bakel), l’association Soxana fedde (département de Bakel) bénéficient toutes de l’appui des émigrés.

Table des illustrations

Légende Photo 11. Exploitation agricole d’une forme nouvelle Ce champ de maïs à Takoyel (environ de Golléré) est cultivé par un seul paysan qui possède son propre matériel agricole (motopompe, petit tracteur, etc.) ainsi qu’un troupeau de vaches et de moutons. Cette ferme agricole constitue le signe de l’introduction de modes d’exploitation individuelle dans des espaces où les paysans ont l’habitude de partager les moyens de production.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Carte 21. Zone d’intervention de la FPOB (Fédération des paysans organisés de Bakel, région de Tambacounda, Sénégal) (Source : enquêtes personnelles, 1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Carte 22. Les équipements réalisés par l’USE/PIP dans le département de PODOR (Source : données CERP de Ndioum, 1996. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Carte 23. L’émergence de nouvelles centralités dans la vallée du fleuve Sénégal (Source : enquêtes personnelles, 1993-1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Carte 24. Territoire de l’ALAEF (association intervillageoise transnationale de villages soninké) (Source : enquêtes personnelles, 1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Photo 12. Le centre de formation des agriculteurs Le centre de la FPOB à Koughani est un bel exemple d’autonomie des paysans et de solidarité entre agriculteurs. Il forme les pompistes du département de Bakel (Sénégal) et de la région de Kayes (Mali). C’est aussi une sorte de coopérative de matériel agricole.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo 13. Une opération de développement local très efficace Ce mini-barrage réalisé sur la rivière Kolimbiné (Mali) par l’association ORDIK est exemplaire. Il a permis aux populations de cultiver sur les bas-fonds et de pratiquer la pêche de manière permanente.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Photo 14. Projet d’un genre nouveau initié par des émigrés Réalisée dans le village de Waoundé grâce à un GIE créé par des émigrés, cette boulangerie est gérée par un villageois. Par cette action, les émigrés créent du travail rémunéré dans les villages.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 15. Les « villas » dans les villages La maison est un signe de réussite pour les émigrés. Mais elle remplit aussi un autre rôle : « Une maison dans le pays natal, c’est le signe même de l’attachement et de l’enracinement, le point fixe à la migration, voire à l’errance ; c’est une manière de conjurer symboliquement la fluidité de ce temps qui passe et que l’on passe ailleurs » (Simon, 1994).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Photo 16. De grandes mosquées dans les villages Les mosquées (ici celle de Orkadiéré) font partie des premières réalisations des émigrés. On continue encore aujourd’hui à construire des mosquées mais à l’échelle du quartier. Construire une mosquée est pour le musulman un acte de dévotion.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Photo 17. Équipement public réalisé par les migrants Les migrants ont financé la construction de ce bureau de poste de Waoundé. Ce type d’équipement permet aux émigrés de s’assurer un meilleur contact avec les personnes restées aux villages (transfert d’argent, courrier, téléphone).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo 18. Jardin maraîcher des femmes à Golléré : une forme d’autonomisation L’arrosage des parcelles n’est pas véritablement une corvée car les femmes sont ici maîtresses des lieux. Loin des regards et des indiscrétions des hommes, elles peuvent discuter sur beaucoup de sujets.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Carte 25. Transformation des villages d’émigrés sénégalais (Source : enquêtes personnelles, 1993-1999. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/922/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search