Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Troisième partie. Responsabilisation et territorialité en milieu sahélien

8. Persistance des formes traditionnelles d’appropriation des espaces

Texte intégral

Les relations que les sociétés nouent avec l’environnement et la façon dont elles aménagent et modèlent les territoires où elles vivent dépendent de l’ensemble des techniques de production et de transport dont elles disposent ainsi que des systèmes d’organisation sociale qui leur permettent de maîtriser plus ou moins bien des espaces étendus. (Claval 1995a)

  • 1 En 1992, O. Leservoisier, dans ses travaux sur la question foncière dans le Gorgol en Mauritanie (r (...)

1La gestion et l’affectation des terres ne sont jamais faciles dans une société rurale très hiérarchisée comme c’est le cas dans la vallée du fleuve Sénégal. Comme il est indiqué dans les premiers chapitres, généralement, les personnes qui occupent le haut de la pyramide sociale en milieu rural sahélien sont celles qui possèdent beaucoup de terres – cette corrélation est d’ailleurs valable dans beaucoup de sociétés rurales du monde (Lebeau 1991). C’est ainsi que le propriétaire terrien reste fort attaché à cette prérogative. Au Sénégal la loi sur le domaine national votée en 1964 avait pour ambition de laisser à l’État le soin d’assurer une redistribution équitable des terres de façon à non seulement limiter les conflits fonciers, mais aussi faciliter la réalisation des projets agricoles et d’aménagement d’intérêt national. L’application de cette loi reste difficile, car dans certaines zones rurales, celle du Fuuta par exemple, le joom leydi (propriétaire terrien) s’appuie sur le droit foncier coutumier et contourne la loi afin de préserver son statut social bâti sur le pouvoir foncier. C’est pourquoi, encore aujourd’hui, l’exploitation des ressources naturelles dans la vallée du fleuve suscite souvent des conflits entre les ruraux vivant dans le même espace économique1. Ces moments de discorde réactivent les solidarités intra-claniques, familiales, et permettent la réaffirmation des pouvoirs. Un cas de conflit fréquent est celui qui oppose les éleveurs et les paysans.

2À partir de l’analyse de l’évolution de l’organisation spatiale sur une bande qui borde la rive gauche du fleuve Sénégal, allant de Podor (moyenne vallée) à Bakel (haute vallée), il est possible de montrer comment le maintien de certaines formes traditionnelles d’appropriation spatiale explique les configurations des terroirs villageois.

L’apparition de la riziculture ou la modification des terroirs du waalo

3L’une des raisons de l’échec des politiques agricoles en Afrique sahélienne réside dans le fait que les populations villageoises n’étaient impliquées ni dans la conception des projets de développement agricoles ni dans la gestion et la valorisation des terroirs (Dumont 1991, Giri 1989, Mikhaïlof 1984).

  • 2 Les musiciens traditionnels du Fuuta content l’histoire de Balla jeerel : ce jeune homme né dans le (...)

4Les périodes de crue (septembre-octobre) et de décrue (novembre-décembre) du fleuve Sénégal rythment la vie des habitants des villages riverains du fleuve. Cette zone concernée par les crues et les décrues est nommée le waalo. C’est le domaine de villages qui sont peuplés en majorité de paysans sédentaires et dont la taille est variable ; villages de 300 habitants, gros bourgs de 3 000 habitants ou plus parsèment le waalo. Autrefois, les modes de vie dans le waalo et le jeeri (zone non atteinte par les crues et les décrues) étaient si différents que le waalanke (habitant du waalo) ne pouvait guère séjourner longtemps dans le jeeri et vice versa2. Les champs de sorgho du waalo sont situés à deux ou trois kilomètres des sites des villages ; les autres cultures traditionnelles, comme le maïs, la courgette, la patate douce, le niébé, sont pratiquées sur les berges des cours d’eau. Les paysans habitant sur les bords de la droite du Doué (affluent du fleuve Sénégal) cultivent généralement sur les berges de la rive gauche, domaine du waalo, et savent utiliser les différents biotopes : au fur et à mesure que l’eau se retire, ils font pousser de nouvelles variétés. Avant l’introduction de la culture du riz, le sorgho et le maïs demeuraient les principales céréales consommées par les Fuutanke (habitant du Fuuta). Comme la faible pluviométrie dans les zones de la moyenne vallée du fleuve (moins de 400 millimètres de précipitation et moins de 30 jours de pluies) rend aléatoires les cultures pluviales et les cultures de décrue, l’État sénégalais privilégie l’extension des champs de cultures irriguées et la diversification des produits plutôt que l’aide aux paysans qui souhaitent pratiquer les cultures vivrières traditionnelles. Actuellement, les campagnes de culture de tomates, d’oignons et de riz se font successivement sur les mêmes terres, de telle sorte que l’occupation des parcelles irriguées devient presque permanente. Ce phénomène constitue un autre changement dans l’organisation des sociétés et des espaces ruraux : le paysan du Fuuta ne semble plus observer de temps de repos comme c’était le cas dans le système cultural traditionnel. L’aménagement et la distribution des superficies irriguées étant assurés par l’État, on constate également un certain équilibre entre les différentes couches sociales d’un même village. Autrement dit, les anciens propriétaires terriens ne sont plus ceux qui contrôlent les rizières.

  • 3 J’ai en mémoire les menaces verbales et physiques dont a été victime le sous-préfet de Ndioum en 19 (...)

5L’analyse de l’emplacement des champs de cultures irriguées et des champs de cultures vivrières traditionnelles par rapport aux villages révèle aussi une modification de l’organisation des terroirs. En effet, contrairement aux champs de cultures de décrue, les terres affectées aux cultures irriguées sont en général sur les zones argileuses, très proches des cours d’eau permanents et des villages. Les premières implantations de rizières ont d’ailleurs suscité des conflits entre villages voisins, que les autorités administratives locales étaient souvent incapables d’arbitrer3. Le cas du périmètre rizicole de Mbantou illustre bien les changements survenus dans l’organisation des terroirs. Ce périmètre, aménagé au milieu des années 1970 à la frontière des terroirs villageois de Mbantou et de Guédé-Village, sur la rive gauche du Doué, a en effet modifié l’organisation des espaces villageois. Des zones forestières ont été déboisées pour accueillir les champs de riz : les premières rizières sont localisées sur un espace autrefois occupé par une forêt galerie de goniaké qui longeait le Doué et qui constituait d’ailleurs la limite naturelle entre les terroirs des deux villages. L’extension des superficies des rizières s’est d’autre part faite vers le sud et a eu pour conséquence la suppression du veendu (lac ou mare temporaire) Das, qui servait, jusque dans le milieu des années 1970, de point d’abreuvoir des troupeaux venant des villages du jeeri proche. Aujourd’hui, pour se désaltérer, les troupeaux sont obligés de contourner les rizières pour accéder à la rivière. Cette modification des pistes pastorales participe de la réorganisation de l’espace rural. Les aménagements hydro-agricoles en cours et les équipements qui accompagnent ces types d’aménagement donnent également un autre visage aux espaces ruraux riverains des cours d’eau. C’est ainsi que dans la communauté rurale de Guédé-Village sont apparus plusieurs éléments nouveaux : à proximité des villages sont construits de grands bâtiments en dur, qui sont en rupture avec les maisons en banco et servent de magasin communautaire de stockage des produits agricoles. Les pistes de desserte des rizières quadrillent l’espace rizicole et relient certains villages ; les digues construites parallèlement au Doué et les larges canaux d’irrigation entourant les rizières constituent désormais des couloirs de rupture entre le Doué et les surfaces irriguées d’une part, et entre les zones irriguées et le reste du terroir villageois d’autre part. C’est aussi aux alentours des rizières que l’on peut observer l’introduction d’essences telles que les eucalyptus qui composent les haies brise-vent.

Le jeeri d’hier et d’aujourd’hui : modification des sens de circulation

Carte 20. Transformation des terroirs villageois dans la communauté de Guédé-Village
(Source : données SAED, 1997, et enquêtes personnelles. © A. H. Ba, 2007)

Photo 6. Canal d’irrigation
Ce canal d’irrigation parallèle à la rivière Doué a été creusé après le déboisement de la forêt galerie de goniaké. Le long de ce canal se développent de nouvelles espèces végétales. (cuvette de Mbantou, 1997)

  • 4 Dans la communauté rurale de Guédé-Village, la taille moyenne des villages est de 760 habitants. Le (...)
  • 5 J. Gallais dans son ouvrage paru en 1994 affirme la fin du pastoralisme dans le Sahel.
  • 6 On attribue à certains Peuls la faculté de pouvoir communiquer avec les animaux. Des Peuls affirmen (...)
  • 7 Par exemple : « hoorde kossam = kore nide gawri » (un volume de lait caillé = deux volumes de céréa (...)

6Les transformations des terroirs sont aussi visibles dans le jeeri, domaine quasi exclusif du pastoralisme. Dans les vastes plaines parsemées d’arbres, on voit des hameaux dispersés ; les densités de population sont variables selon les secteurs, mais globalement, elles restent plus faibles dans le jeeri que dans le waalo4. Les types d’habitation sont très simples, comme le sont les matériaux qui rentrent dans leur construction : ici des cases avec un toit de paille, là des huttes recouvertes de paille (voir photo 7). Ces habitations ne sont pas occupées toute l’année, car la plupart des éleveurs pratiquent le semi-nomadisme, la saison sèche les obligeant à partir à la recherche de fourrage et de points d’eau. L’élevage est une activité très ancienne dans le Ferlo et dans le Fuuta comme en témoigne le fantang, registre de chants et de poèmes pulaar chantés par les wambabe (chanteurs poètes) pour vanter le pastoralisme (voir Ndongo 1986). Le fantang, qui renforce l’attachement des Peuls à la pratique de l’élevage5, témoigne de leur connaissance des biotopes6. Les Peuls entretiennent des rapports étroits avec les cultivateurs du waalo. Après les récoltes, ils font paître leurs troupeaux sur les champs de décrue ou des rizières. Durant ces périodes de vaines pâtures, les champs sont enrichis en engrais organique par les bêtes. Par ailleurs, les paysans assurent aux éleveurs l’approvisionnement en céréales. Autrefois, un système d’échanges (troc) entre produits laitiers et céréales7 permettait aux Peuls d’accéder aux produits des paysans et vice versa. Aujourd’hui, l’achat direct de céréales dans les marchés hebdomadaires leur donne accès à d’autres produits agricoles et piscicoles : les marchés situés dans le jeeri, comme celui de Mbidi, sont ravitaillés en produits frais (poissons, légumes, etc.) par des camions frigorifiques venant de Saint-Louis ou de fourgonnettes venant de Podor ou de Ndioum. De même, le développement de l’usage de la charrette tirée par un cheval ou un âne permet aux Peuls du jeeri de venir se ravitailler dans les marchés hebdomadaires situés le long de la route nationale 2 qui relie Saint-Louis à Bakel. Par ailleurs, dans certains villages peuls semi-nomades, comme Bélel ou Nénet, des jardins maraîchers se sont développés récemment autour des forages. La pratique de l’embouche bovine tend même à être adoptée par des Peuls, qui se procurent ainsi du numéraire, les grandes périodes de vente du bétail correspondant à la veille de la célébration des deux grandes fêtes musulmanes (la fin du ramadan et le jour de l’Aïd-el-Adha).

Photo 7. Une case de Peul dans le jeeri
Habitation simple avec un toit composé de branchages et de paille reposant sur un mur circulaire fabriqué à partir d’argile.

Photo 8. Le marché hebdomadaire de Guia
Pour beaucoup de paysans ces marchés ruraux permettent l’écoulement des produits agricoles. Des commerçants venant de grandes villes comme Saint-Louis fréquentent régulièrement ces marchés locaux.

7La multiplication des aménagements hydrauliques, matérialisés par un creusement de puits et de forages, a introduit une nouvelle organisation spatiale et a modifié le sens de circulation des pasteurs. En effet, les Peuls du jeeri se rendent de moins en moins sur les rives du Doué pour abreuver leurs troupeaux : les puits et les forages disséminés dans le jeeri fournissent pendant une bonne partie de l’année de l’eau potable, aussi bien aux hommes qu’aux animaux. Les forages comme celui de Mbidi constituent un lieu central de rencontre entre les éleveurs. Pour abreuver son troupeau, le Peul se dirige vers le point d’eau le plus proche de son village, mais plus encore vers les puits et les forages les mieux alimentés en eau. Quand la saison des pluies est bien installée, les Peuls du jeeri proche, qui ont remonté loin dans le Ferlo, se rapprochent des gros villages des paysans sédentaires situés à proximité du fleuve Sénégal. Comme une partie de cette catégorie de Peuls possède généralement des parcelles de cultures dans le waalo, on les appelle les agro-pasteurs. L’abondance et la proximité du fourrage dans les villages, pendant l’hivernage, permettent aux bergers de ne consacrer qu’un temps très réduit à la surveillance de leurs troupeaux, et ainsi de s’adonner à l’aménagement des champs irrigués dans le waalo ou à l’exploitation des champs de cultures de sous pluie (millet) situés dans les zones de dépression du jeeri. L’introduction des cultures irriguées associées aux cultures de décrue ou de sous pluie et la pratique du pastoralisme révèlent une organisation spatiale différente dans le waalo et le jeeri. Paysans et éleveurs ne cessent par leurs pratiques respectives de structurer autrement les terroirs villageois. Dans le waalo par exemple, les domaines de cultures irriguées augmentent progressivement au détriment des domaines réservés autrefois aux cultures de décrue, ce qui empêche les éleveurs d’accéder aux points d’abreuvoir situés sur les cours d’eau. Dans le jeeri, les points d’eau se multiplient et les anciens lieux de rencontre des éleveurs sont concurrencés par les petits centres de rencontre consécutifs aux petits aménagements hydrauliques villageois. Aujourd’hui, de nouvelles structures associatives et de nouveaux équipements collectifs ont permis l’intensification des échanges entre paysans et éleveurs. Ces échanges s’accompagnent de nouvelles formes d’exploitation des espaces ; paysan ou éleveur, chacun cherche à contrôler son espace de vie en comptant parfois sur des réseaux variés. L’examen du rôle de ces formes multiples d’échanges sur la recomposition des territoires en formation demeure un point essentiel dans l’approche des espaces sahéliens.

Photo 9. Équipement hydroagricole
Les motopompes fonctionnant à l’électricité sont des équipements très coûteux. Introduits dans la vallée du fleuve Sénégal dans le milieu des années 1990, ils permettent d’irriguer des milliers d’hectares.

Photo 10. Pollution des rivières
Cette motopompe à gasoil sur la rivière Doué fait partie des équipments hydro-agricoles introduits dès les années 1970. Elle permet d’irriguer les petits périmètres rizicoles (centaines d’hectares). Cependant ces machines sont responsables de la pollution des cours d’eau que les autorités n’évoquent guère.

Notes

1 En 1992, O. Leservoisier, dans ses travaux sur la question foncière dans le Gorgol en Mauritanie (rive droite du fleuve Sénégal ), montre que les conflits existent non seulement entre nomades et paysans, mais aussi au sein des paysans appartenant à la même communauté.

2 Les musiciens traditionnels du Fuuta content l’histoire de Balla jeerel : ce jeune homme né dans le jeeri vient séjourner dans le waalo. Il est amoureux d’une ravissante fille issue d’une famille de pêcheurs, et courtisée par d’autres jeunes pêcheurs. Balla pour gagner ses faveurs tente de se comporter comme un natif du waalo, en participant à des campagnes de pêche. Cependant il ne sait pas nager et manque de se noyer dans le fleuve. Finalement le malheureux Balla retourne dans le jeeri, car le waalo lui semble un milieu hostile.

3 J’ai en mémoire les menaces verbales et physiques dont a été victime le sous-préfet de Ndioum en 1978. Un notable du village de Mbantou, jugeant que le sous-préfet avait pris parti pour les habitants du village rival, Guédé, rejetait ses propositions et le menaçait de mort s’il revenait sur le périmètre pour arbitrer ce conflit.

4 Dans la communauté rurale de Guédé-Village, la taille moyenne des villages est de 760 habitants. Les gros villages peuplés de 1500 à 3036 habitants sont situés dans le waalo, alors que dans le jeeri, domaine des villages de petite taille, on rencontre des villages de 44 habitants comme Bisnabe.

5 J. Gallais dans son ouvrage paru en 1994 affirme la fin du pastoralisme dans le Sahel.

6 On attribue à certains Peuls la faculté de pouvoir communiquer avec les animaux. Des Peuls affirment que l’on peut lire le destin d’une personne à travers les caractères morphologiques de ses bêtes (bovins, ovins, chevaux)

7 Par exemple : « hoorde kossam = kore nide gawri » (un volume de lait caillé = deux volumes de céréale).

Table des illustrations

Légende Carte 20. Transformation des terroirs villageois dans la communauté de Guédé-Village (Source : données SAED, 1997, et enquêtes personnelles. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Photo 6. Canal d’irrigation Ce canal d’irrigation parallèle à la rivière Doué a été creusé après le déboisement de la forêt galerie de goniaké. Le long de ce canal se développent de nouvelles espèces végétales. (cuvette de Mbantou, 1997)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Photo 7. Une case de Peul dans le jeeri Habitation simple avec un toit composé de branchages et de paille reposant sur un mur circulaire fabriqué à partir d’argile.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Photo 8. Le marché hebdomadaire de Guia Pour beaucoup de paysans ces marchés ruraux permettent l’écoulement des produits agricoles. Des commerçants venant de grandes villes comme Saint-Louis fréquentent régulièrement ces marchés locaux.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/921/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Photo 9. Équipement hydroagricole Les motopompes fonctionnant à l’électricité sont des équipements très coûteux. Introduits dans la vallée du fleuve Sénégal dans le milieu des années 1990, ils permettent d’irriguer des milliers d’hectares.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/921/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Photo 10. Pollution des rivières Cette motopompe à gasoil sur la rivière Doué fait partie des équipments hydro-agricoles introduits dès les années 1970. Elle permet d’irriguer les petits périmètres rizicoles (centaines d’hectares). Cependant ces machines sont responsables de la pollution des cours d’eau que les autorités n’évoquent guère.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/921/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search