Version classiqueVersion mobile

Épistémologies du genre

Partie 1. Pluralité et croisements des disciplines

Les bibliothèques au prisme du genre

L’apport critique de la méthodologie du genre appliquée à la classification des savoirs

Florence Salanouve

Texte intégral

  • 1 Par l’appellation « bibliothèques publiques », il est fait référence aux bibliothèques gérées par (...)

1L’image des bibliothèques en tant que « citadelles du savoir » supposées à la fois conserver et transmettre la connaissance tout entière demeure une vision communément partagée. Dépositaires du savoir, réceptacles des œuvres du passé et de la création d’aujourd’hui, les bibliothèques publiques françaises contemporaines se caractérisent par la pluralité de leurs missions1. Si elles jouent un rôle éducatif, culturel, patrimonial, elles se définissent également comme un outil d’émancipation sociale, s’appuyant depuis la fin des années 1970 sur l’idée de démocratisation culturelle comme valeur matricielle. L’histoire explique cette particularité : l’héritage révolutionnaire n’a pas seulement consisté à faire entrer des masses de documents dans les collections publiques, il a aussi constitué un modèle politique du citoyen éclairé, voulant faire de la bibliothèque « l’école de tous les citoyens » (Bertrand 2005, p. 35).

2Cette analyse se trouve aujourd’hui en partie nuancée, voire remise en question, par l’application de l’appareil conceptuel des théories féministes aux bibliothèques. Telle est la thèse défendue, avec une pointe de provocation, par Bess Sadler et Chris Bourg :

  • 2 Bourg et Sadler 2015, en ligne (notre traduction)  : « In spite of the pride many libraries take i (...)

Les bibliothèques ont toujours reflété les inégalités, les préjugés, l’ethnocentrisme ainsi que les déséquilibres de pouvoir […] à travers les politiques documentaires et les pratiques de recrutement qui reproduisent les biais de ceux qui sont au pouvoir dans une institution donnée.2

3Il y a là peut-être un paradoxe fondamental que le genre concourt à mettre en évidence : comment la bibliothèque, pensée en tant qu’outil d’émancipation sociale, est-elle susceptible de constituer un vecteur d’exclusion ?

4Le genre est moins envisagé ici comme la délimitation d’un objet de recherche que comme une « méthodologie traversière » (Coulomb-Gully 2014) permettant de renouveler la réflexion scientifique en dévoilant certains angles morts et en mettant en exergue les impensés conçus comme des évidences.

  • 3 La classification des bibliothèques – ou classification documentaire – constitue un outil professi (...)

5Au prisme du genre, l’enjeu de revisiter les manières de classer les collections des bibliothèques s’articule en deux temps : d’une part, il s’agit de déterminer la place – minorée, neutralisée, fragmentée ou tout simplement invisible – que tiennent les questions liées au genre dans l’organisation des connaissances reflétée par les classifications des bibliothèques3, et, d’autre part, révéler la manière dont cette organisation produit elle-même une matrice normative qui perpétue des cadres de pensée qui s’ignorent.

  • 4 Cette recherche, s’inscrivant dans le cadre d’un doctorat en sciences de l’information et de la co (...)

6Ce chapitre, s’inscrivant dans une recherche en cours4, propose plusieurs pistes de réflexion et hypothèses autour d’un espace de recherche à déployer.

Les sciences de l’information et des bibliothèques sont-elles gender blind ?

Un retard français ?

  • 5 Il est intéressant de noter qu’aucune expression ou appellation ne fait l’unanimité concernant ce (...)
  • 6 Des enquêtes originales ont participé à l’émergence de questionnements en rapport avec les études (...)
  • 7 Voir notamment les travaux majeurs de Hope Olson dont il sera question dans la suite de notre prop (...)

7Les mécanismes de l’invisibilisation du genre dans ce qu’on pourrait appeler les sciences de l’information et des bibliothèques5 sont complexes. Rattachées institutionnellement aux sciences de l’information et de la communication (SIC) qui ont elles-mêmes tardé à inoculer le genre comme problématique centrale au sein des recherches universitaires (Coulomb-Gully 2014), les études françaises relatives aux bibliothèques en France enregistrent à ce sujet un retard notable, même si elles commencent à imprégner le champ académique et professionnel selon un ensemble de mécanismes plus ou moins institutionnalisés6. Le contraste devient criant lorsque l’on compare les études françaises au domaine des Library Information Science (LIS), caractérisé aux États-Unis notamment par une importante production académique empreinte de théories féministes7. Pour quelles raisons la tradition des études sur les bibliothèques est-elle restée gender blind, à la fois aveugle et réticente aux études de genre (Coulomb-Gully 2009) ?

Trois hypothèses

  • 8 « C’est moins d’un aveuglement ou d’une indifférence que les SIC font preuve (pour le moment encor (...)

8Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. La première hypothèse concerne l’institution universitaire française qui manifeste – ou tout du moins semble avoir manifesté jusqu’ici – un certain nombre de réserves à légitimer les études de genre. Marie-Joseph Bertini évoque « l’évitement majeur » (2009a, p. 12), voire le « refus – plus ou moins assumé » (2009b, p. 156) pour les sciences de l’information et de la communication (SIC) de scruter le genre8. Robert Boure qualifie les SIC d’« ensemble flou et pluriel […] marqué par une crise identitaire plus ou moins forte et par des relations de voisinage difficiles à gérer, et en tout état de cause, à l’origine d’éclatements et de recompositions multiples plus ou moins bien tolérés » (cité par Bertrand 2013, p. 4). On peut supposer que la recherche de légitimité à laquelle les sciences des bibliothèques se confrontent a trait à la quête de légitimité du champ qui les englobe, à savoir les SIC (Coulomb-Gully 2009). À l’intérieur de ce champ, les sciences de l’information appliquées aux bibliothèques sont en proie aux mêmes difficultés, peut-être même amplifiées du fait que la « bibliothéconomie » n’a pas d’existence académique (Bertrand 2013, p. 4). Ces obstacles rendent malaisées les approches croisées, notamment avec des concepts récents et/ou controversés.

9La deuxième hypothèse, étroitement liée à la précédente, tient à ce que les sciences de l’information et des bibliothèques restent particulièrement attachées à l’héritage positiviste et aux notions de « neutralité » et d’« objectivité » (Trosow 2001, p. 363). Il n’y a pas de doute sur le fait que la légitimité vacillante des SIC et, ce faisant, les études portant sur les bibliothèques, rendent d’autant plus aiguë la question de leur objectivité scientifique. Marie-Joseph Bertini apporte, dans cette optique, une définition éclairante, rappelant que les études de genre sont étroitement articulées aux Sciences studies, fondées sur l’idée que les savoirs sont le produit de constructions sociales, interrogeant deux principes : « […] d’une part, l’objectivité du chercheur ; d’autre part, l’universalité de ses résultats grâce à la validité consensuellement reconnue de sa méthode scientifique » (2009b, p. 161).

10La troisième hypothèse tient à la prégnance de l’universalisme républicain en France. Les résistances et les freins à l’émergence des études de genre sont en effet à mettre, en grande partie, sur le compte du paradigme de l’universalisme français.

Fondée sur le mythe de l’universalité (Habermas), la sociopolitique française interdit toute référence aux caractères sexuels, raciaux, ethniques et religieux des individus qui la composent, projetant ainsi au centre de l’espace public l’idéologie d’une citoyenneté dont la neutralité revendiquée s’articule à un masculin idéal-type et régulateur, rendu invisible par les stratégies discursives instituant cette mythologie nationale, aujourd’hui remise en question. (Bertini 2006, p. 116)

11Cet élément peut expliquer en partie la raison pour laquelle la notion de genre est longtemps restée « invisible » dans les institutions étatiques chargées de conserver le patrimoine et de diffuser la culture, conformément aux valeurs républicaines.

Pour un gender turn des classifications des bibliothèques

Un dispositif de genre en bibliothèque

  • 9 Alors que le genre se construit tout au long de la vie, les diverses « étapes » de sa construction (...)

12Si les bibliothèques sont envisagées comme des structures de pouvoir qui classent des contenus et des savoirs qu’elles contribuent à diffuser, les classifications des bibliothèques ne participent-elles pas à faire le genre et à véhiculer des normes genrées ?9

13La notion de « dispositif », dans une perspective foucaldienne, s’avère pertinente. Un « dispositif », au sens où l’entend Michel Foucault, se concentre sur la question du pouvoir, entendue non comme l’édifice juridique de la souveraineté ou l’appareil d’État et les idéologies qui l’accompagnent, mais plutôt comme des mécanismes de domination de nature hétérogène. Il a une « fonction stratégique dominante […], est donc toujours inscrit dans un jeu de pouvoir, mais toujours lié aussi à une ou des bornes du savoir qui en naissent, mais, tout autant, le conditionnent » (Foucault 2001, p. 300).

14Reprenant le concept de « dispositif », Marie-Joseph Bertini considère la grille de lecture foucaldienne comme le chaînon manquant des chercheurs en SIC pour penser le caractère déterminant du genre (2009b, p. 159). Analyser la façon dont les discours fabriquent de la norme constitue en effet un des objectifs prioritaires des travaux sur le genre. Appliqué aux classifications des bibliothèques, le « dispositif » de genre se révèle complexe et peu visible. L’intérêt d’une telle démarche réside en ce qu’elle concourt à révéler au sein des bibliothèques les questions de pouvoir, de domination et de normativité sexuelle, sociale et culturelle. Au sein des bibliothèques, l’ordre semble régner de fait, conformément à une façon de classer qu’il ne semble pas intéressant, au premier abord, d’étudier et de remettre en question. Car la classification apparaît comme l’évidence même. Il n’est pas un jour, dans les bibliothèques, où l’on ne classe pas. Or, à force de quotidienneté, la classification – le fait même de classer – peut devenir ou sembler invisible (Bowker et Leigh Star 1999, p. 6-7). Cette invisibilité participe d’une conception de la classification comme processus neutre, voire naturel. Pourquoi donc s’intéresser à ce pan invisible de la classification ? L’essentiel ne réside-t-il pas dans le fait que l’opération de recherche soit facilitée ? Autrement dit, qu’importe le classement, tant que l’on s’y retrouve ou que l’on trouve ce que l’on cherche.

Une double approche théorique des classifications

15La démarche proposée ici se situe à l’intersection d’une approche interprétative de la classification et d’une approche épistémologique du genre. L’approche théorique de la classification peut être envisagée selon deux dimensions : l’une est déductive, l’autre est constructiviste (Mai 2004, p. 40). Celle que nous adoptons envisage la classification en tant que vue sur le monde et représentation idéologique de la connaissance. Si la classification est interprétation du monde, le genre invite de son côté à repenser, pour les dépasser, les classifications sur lesquelles s’appuie notre vision du monde. Le concept de genre renvoie, dans ce cas, aux dispositifs par lesquels le pouvoir saisit, classe et discipline les individus.

16Or, les classifications des bibliothèques, loin d’être neutres, reproduisent des logiques d’exclusion et de marginalisation et se fondent sur un système de relations hiérarchiques.

Un décryptage genré des classifications

17Les classifications, outils professionnels normés, destinés à classer les documents en fonction de leur sujet, méritent à ce titre une étude approfondie tant elles donnent à voir par leur dimension idéologique une représentation des connaissances à un moment donné. Aux différentes représentations du monde correspondent différentes pratiques de catégorisation. Depuis L’advis pour dresser une bibliothèque de Gabriel Naudé (1623) jusqu’au système d’indexation électronique Rameau, en passant par les classifications universalistes du xixe siècle, ont été élaborés, façonnés, expérimentés, standardisés et diffusés en France, mais aussi ailleurs dans le monde, des systèmes variables de classement des documents.

  • 10 Les éléments extraits du site data.bnf.fr sont datés de décembre 2015.
  • 11 Le langage d’indexation constitue le Répertoire d’autorité en matière de classement encyclopédique (...)
  • 12 Créée en 2003, cette vedette est définie ainsi  : « Courant issu des études sur les femmes qui, à (...)

18Si la classification suggère une orientation particulière de la connaissance, un domaine de la connaissance peut être classé selon différentes perspectives épistémologiques. À partir du site data.bnf.fr10, il nous a été possible de quantifier dans les collections de la BnF le nombre d’ouvrages indexés avec le terme « études sur genre » du langage d’indexation Rameau11. Cette analyse permet de dégager une première représentation du genre dans l’indexation documentaire Rameau. Il apparaît d’abord que les ouvrages sur le genre et la sexualité n’ont pas toujours été classés selon la vedette « Études de genre », puisque celle-ci n’a été créée qu’en 200312. De même, il ressort que les thèmes les plus associés aux études de genre sont les suivants : « identité sexuelle » (106 documents concernés), « rôle selon le sexe » (80 documents concernés), « études sur les femmes » (36 documents concernés) ou « femmes » (28 documents concernés). D’autres termes sont moins utilisés : les termes de « théorie féministe » (18 documents concernés), « féminisme » (16 documents concernés) ou « théorie queer » (16 documents concernés).

19Cette variété de classifications possibles peut s’expliquer par le fait que le processus de catégorisation dépend souvent de la perception fine du domaine qu’aura la personne qui procède à la classification. Il existe, en effet, une différence de traitement liée à la connaissance du champ disciplinaire par un·e professionnel·le. Renan Benyamina (2013) constate la façon non linéaire dont certains ouvrages majeurs des études de genre sont catégorisés, soit avec la vedette « études de genre », soit « identité sexuelle », soit « théorie féministe ». Il met en évidence la subjectivité inhérente à l’acte même d’indexer en affirmant que « la description des documents bute ici sur la subjectivité et sur la connaissance du champ des professionnel·le·s chargé·e·s de l’indexation » (p. 27).

  • 13 Bourg et Sadler 2015, en ligne (notre traduction) : « In addition, theoretically neutral library a (...)

20En ce sens, l’étude de la classification contribue à mettre en évidence les biais, les lacunes, les présupposés voire les impensés relatifs à un domaine de la connaissance. Chris Bourg et Bess Sadler (2015) adhèrent à cette conception, soulignant que « les activités en théorie neutres des bibliothèques, à l’instar du catalogage, recréent souvent les schémas sociaux de l’exclusion et de l’inégalité »13. Dans une analyse consacrée à l’étude des classifications et la représentation du genre et du sexe dans la première (1876), deuxième (1885) et dix-septième classification Dewey (1965), Melody J. Fox (2015) indique que l’apparition des « femmes » dans la classification en 1885 se trouvait reliée, ou plutôt encadrée, pêle-mêle, par les convenances, le suicide, le cannibalisme et l’embaumement à l’intérieur de la classification 390 « Customs Costumes Folkore ». Celle-ci comprend, en effet, les subdivisions suivantes (cité par Fox 2015, p. 156-157) :

391 Costume and Care of person
392 Birth, Home and Sex Customs
393 Treatment of the Dead
394 Public and Social Customs Including fairs ; chivalry, tournaments ; dueling, suicide
395 Etiquet
396 Women’s position and treatment
397 Gipsies Nomads Outcast races
398 Folklore Proverbs
399 Customs of war Weapons, war dances, treatment of captives, scalping, mutilation, burning, cannibalism, etc.

  • 14 La sous-catégorie « Relations with women » renforce la hiérarchisation des rôles entre hommes et f (...)

21Il s’agit donc de questionner les cadres de référence que les classifications fixent et reconfigurent et d’étudier leur rôle dans la diffusion des normes de genre. Selon Hope Olson (2002), l’acte même de classer est genré en ce qu’il matérialise des valeurs et des stratégies, créant des systèmes d’exclusion, de marginalisation ou de hiérarchisations. Elle montre, par exemple, comment les premiers systèmes de catalogage, sur lesquels la plupart des pratiques actuelles sont fondées, ont privilégié des relations hiérarchiques : les catégories génériques (broader terms) contenant des sous-catégories (narrower terms). Les sous-catégories n’y sont pas également distribuées et favorisent une représentation du monde à dominante masculine14.

22L’analyse des rouages genrés des classifications permet, en somme, de mettre l’accent sur ce qui n’a pas été étudié ou reste invisibilisé : si les classifications des bibliothèques contribuent certes à mettre en ordre le monde, elles peuvent exercer des jugements, rigidifier les distinctions et naturaliser les hiérarchisations.

*

23Cette approche, parce qu’elle dévoile un aspect peu questionné des classifications des savoirs en bibliothèque, invite à un positionnement critique. Le champ des études de genre ébranle les pratiques jusque-là en usage concernant la classification des savoirs en bibliothèques. Comme le souligne Marlène Coulomb-Gully, il s’agit d’une démarche destinée à « mettre en cause tous les rapports de force et de domination constitués par une déconstruction critique fondamentale des impensés » (2009, p. 148).

24Car si le genre peut contribuer à faire évoluer les rapports de pouvoir, quitte à les renverser, il invite, dans une visée transformative, à mettre à disposition de tou·te·s de nouvelles méthodes de catégorisation résistant aux schémas d’exclusion et de marginalisation.

Bibliographie

Benyamina Renan, 2013, Du placard aux rayons : visibilité des questions de genre dans les bibliothèques publiques, Mémoire de conservateur de bibliothèque, ENSSIB. En ligne : [http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/60383-du-placard-aux-rayons-visibilite-des-questions-de-genre-dans-les-bibliotheques-publiques.pdf] (consulté le 15 avril 2016).

Bertini Marie-Joseph, 2006, « Un mode original d’appropriation des Cultural Studies : les Études de Genre appliquées aux sciences de l’information et de la communication. Concepts, théories, méthodes et enjeux », Revue internationale de communication MEI (Médiation et Information), no 24-25, Études culturelles et Cultural Studies, p. 115-126.

 2009a, Ni d’Ève ni d’Adam. Défaire la différence des sexes, Paris, Max Milo.

 2009b, « Le Gender Turn, ardente obligation des sciences de l’information et de la communication françaises », Questions de communication, no 15. En ligne : [https://questionsdecommunication.revues.org/532] (consulté le 15 avril 2016).

Bertrand Anne-Marie, 2005, « Bibliothèque, politique et recherche », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), no 2, p. 35-40. En ligne : [http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-02-0035-006] (consulté le 15 avril 2016).

 2013, « Un anglicisme encombrant : les sciences de l’information et des bibliothèques en France », Revue de l’ENSSIB, no 1. En ligne : [http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2013-01-008] (consulté le 15 avril 2016).

Bourg Chris, Sadler Bess, 2015, « Feminism and the future of library discovery », The Code4Lib Journal, no 28. En ligne : [http://journal.code4lib.org/articles/10425] (consulté le 15 avril 2016).

Bowker Geoffrey C., Leigh Star Susan, 1999, Sorting Thing Out : Classification and its Consequences, Cambridge (MA), The MIT Press.

Coulomb-Gully Marlène, 2009, « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline gender blind ? », Questions de communication, no 15. En ligne : [http://questionsdecommunication.revues.org/518] (consulté le 15 avril 2016).

 2014, « Inoculer le genre », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 4. En ligne : [https://rfsic.revues.org/837] (consulté le 15 avril 2016).

Courbières Caroline, 2013, « La représentation documentaire du genre dans les classifications décimales », Hermès, La Revue, no 66, p. 112-118.

Delphy Christine, 2002, « Penser le genre : quels problèmes ? », Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Hurtig Marie-Claude, Kail Michèle et Rouch Hélène dir., CNRS Éditions, p. 89-102.

Fleury Laurent, 2011, Sociologie de la culture et des pratiques culturelles, Paris, Armand Colin.

Forlani Séverine, 2010, Femmes, pouvoir et bibliothèques, Mémoire de conservateur de bibliothèque, ENSSIB. En ligne : [http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48195-femmes-pouvoir-et-bibliotheques.pdf] (consulté le 15 avril 2016).

Foucault Michel, 2001, « Entretien avec Michel Foucault, Le jeu de Michel Foucault », Dits et écrits II – 1976-1988, Paris, Gallimard.

Fox Melodie J., 2015, Gender as an “Interplay of Rules” : Detecting Epistemic Interplay of Medical and Legal Discourse with Sex and Gender Classification in Four Editions of the Dewey Decimal Classification, PhD thesis, University of Wisconsin-Milwaukee. En ligne : [http://dc.uwm.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1877&context=etd] (consulté le 15 avril 2016)

Mai Jens-Erik, 2004, « Classification in context : relativity, reality and representation», Knowledge Organization, vol. 31, no 1, p. 39-48.

Octobre Sylvie, 2014, Questions de genre, questions de culture, Paris, DEPS, Ministère de la Culture.

Olson Hope A., 2001, « The power to name : representation in library catalogs », Sign, vol. 26, no 3, p. 639-668.

 2002, The Power to Name : Locating the Limits of Subject Representation in Libraries, Dordrecht, The Netherlands, Kluwer Academic Publishers.

Roselli Mariangela, 2011, « La bibliothèque, un monde de femmes. Déterminations et conséquences sur la segmentation des publics jeunes dans les bibliothèques », Réseaux, no 168-169, p. 133-164.

Scott Joan Wallach, 1988, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique » [1986], Les Cahiers du GRIF, no 37-38, p. 125-153.

Trosow Samuel E., 2001, « Standpoint epistemology as an alternative methodology for library and information science », The Library Quarterly : Information, Community, Policy 71, no 3, p. 360-382.

Notes

1 Par l’appellation « bibliothèques publiques », il est fait référence aux bibliothèques gérées par l’État ou les collectivités locales  : on compte, notamment, les bibliothèques municipales, les bibliothèques départementales, les bibliothèques intercommunales, les bibliothèques universitaires, la Bibliothèque publique d’information, la Bibliothèque nationale de France.

2 Bourg et Sadler 2015, en ligne (notre traduction)  : « In spite of the pride many libraries take in their neutrality, libraries have never been neutral repositories of knowledge. Research libraries in particular have always reflected the inequalities, biases, ethnocentrism, and power imbalances that exist throughout the academic enterprise through collection policies and hiring practices that reflect the biases of those in power at a given institution. »

3 La classification des bibliothèques – ou classification documentaire – constitue un outil professionnel normé, se définissant comme l’organisation des connaissances en un système ordonné de classes et sous-classes et établissant des relations entre les diverses notions selon leurs sujets.

4 Cette recherche, s’inscrivant dans le cadre d’un doctorat en sciences de l’information et de la communication (SIC) à l’université Nice Sophia Antipolis, est consacrée au rapport que les bibliothèques entretiennent avec le genre, dans leur mode de catégorisation et de hiérarchisation des savoirs et vise à analyser l’évolution des stratégies documentaires dans une approche genrée. L’enquête de terrain en cours se fonde sur une analyse des classifications (cotation et indexation) de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

5 Il est intéressant de noter qu’aucune expression ou appellation ne fait l’unanimité concernant ce domaine d’étude. Si « sciences de l’information et des bibliothèques » (dérivé de l’École nationale supérieure de l’information et des bibliothèques) constitue, pour citer Anne-Marie Bertrand, un « anglicisme encombrant », il faut également noter que la « bibliothéconomie » n’a pas de réelle existence académique et que la formule québécoise pour Library Information Science (LIS) reste « Bibliothéconomie et sciences de l’information » (Bertrand 2013).

6 Des enquêtes originales ont participé à l’émergence de questionnements en rapport avec les études de genre  : l’accès ambivalent des femmes aux hautes fonctions des bibliothèques à travers l’exemple des bibliothèques universitaires (Forlani 2010) ou encore la visibilité des questions de genre dans les collections des bibliothèques publiques (Benyamina 2013). D’autres approches sémio-communicationnelles doivent être mentionnées, à savoir la façon dont le discours documentaire élabore des représentations de genre (Courbières 2013). Cependant, ces recherches restent isolées, le champ articulant bibliothèque et études de genre en France constituant un espace de recherche à déployer.

7 Voir notamment les travaux majeurs de Hope Olson dont il sera question dans la suite de notre propos.

8 « C’est moins d’un aveuglement ou d’une indifférence que les SIC font preuve (pour le moment encore) vis-à-vis des études de Genre, que d’un rejet, d’une volonté diffuse de maintenir cette problématique à la lisière de leur champ épistémique » (Bertini 2009b).

9 Alors que le genre se construit tout au long de la vie, les diverses « étapes » de sa construction n’ont pas bénéficié des mêmes attentions. Ainsi, nombre d’études ont porté sur les institutions vectrices des normes de genre à travers les modes de socialisation primaire telles que la famille ou l’école. Moins analysées dans ce rapport de pouvoir, les institutions culturelles – en tant que mode de socialisation secondaire – constituent une structure de pouvoir d’autant plus importante que leur capacité à « influencer des activités, à gouverner des pratiques et à instaurer des “régimes de familiarité” entre les individus et la culture » est invisible (Fleury 2011, p. 92).

10 Les éléments extraits du site data.bnf.fr sont datés de décembre 2015.

11 Le langage d’indexation constitue le Répertoire d’autorité en matière de classement encyclopédique et alphabétique unifié.

12 Créée en 2003, cette vedette est définie ainsi  : « Courant issu des études sur les femmes qui, à partir d’une position anti-essentialiste concevant les différences entre les sexes comme une construction sociale, cherche à analyser l’articulation entre le masculin et le féminin dans la société ». L’ensemble des informations relatives à la vedette est disponible sur le site suivant  : [http://data.bnf.fr/16248353/etudes_sur_le_genre/] (consulté le 15 avril 2016).

13 Bourg et Sadler 2015, en ligne (notre traduction) : « In addition, theoretically neutral library activities like cataloging have often re-created societal patterns of exclusion and inequality. »

14 La sous-catégorie « Relations with women » renforce la hiérarchisation des rôles entre hommes et femmes, les hommes incarnant une position en tant que sujet de connaissance et les femmes en tant qu’objet. Hope Olson prend l’exemple suivant : « Il n’existe pas un tel parallèle sous la catégorie “Men” : il n’est pas possible d’exprimer les relations avec les hommes de Simone de Beauvoir alors que relations avec les femmes de Jean-Paul Sartre peuvent être précisées » (Olson 2001, p. 647 ; notre traduction).

Auteur

Florence Salanouve est conservatrice de bibliothèque à l’université Nice Sophia Antipolis et chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France. Doctorante en sciences de l’information et de la communication (université Nice Sophia Antipolis), sa recherche consiste à interroger les classifications des bibliothèques au prisme de l’épistémologie féministe. Sur la question, elle a publié en 2016 un article intitulé « Les bibliothèques en France ont-elles un genre ? » (Revue de l’Enssib [en ligne], no 3).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search