Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Troisième partie. Responsabilisation et territorialité en milieu sahélien

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

Le déplacement des lieux du pouvoir, comme des points d’ancrage de la vie sociale, le plus souvent imposé aux sociétés locales par des initiatives venues d’en haut, procède d’une forme de manipulation de leur territorialité... (Maurel 1989)

  • 1 Il faut préciser que le français reste la langue officielle dans des pays comme le Sénégal, le Mal (...)
  • 2 Voir à ce propos l’éditorial rédigé par Y. Lacoste dans la revue Hérodote, n° 65-66, 1992, et l’ou (...)
  • 3 Ici le territoire est considéré à partir de la définition donné par M. Le Berre dans l’Encyclopédi (...)

1Le foisonnement des associations locales ou étrangères de développement en milieu rural sahélien au cours de ces dix dernières années a bénéficié d’un contexte politique favorable. En effet, la mise en place du processus démocratique s’est accompagnée dans certains pays africains de réformes politico-administratives comme la régionalisation en 1997 au Sénégal, la décentralisation en cours au Mali et en Mauritanie. Cette modification des formes de gestion des collectivités locales ou territoriales a entraîné une implication de la société civile dans la réalisation et la gestion des équipements communautaires. Mais l’avancée la plus importante à signaler est la participation des populations rurales et citadines à la définition des politiques de développement et d’aménagement territorial réservées, jusque-là, à la seule élite intellectuelle ou sociale. Aussi peut-on considérer que les populations sahéliennes sont en train d’expérimenter la citoyenneté participative à travers une pratique de développement qui articule le global et le local. L’application actuelle de ces réformes administratives soulève la question du rôle de l’État en Afrique sahélienne. En effet, dans ces pays, l’État semble incapable d’assumer ses rôles les plus élémentaires d’autant que sont encore vivaces les facteurs limitant la construction des États-nations sahéliens, dans une acception moderne. Parmi ces facteurs, la barrière linguistique1 qui existe entre les dirigeants de l’État et la majorité de la population ne facilite pas la cohésion nationale. La non-connaissance ou reconnaissance par la majorité de la population des limites nationales, l’inefficacité des infrastructures de communication, l’ignorance par les populations des dispositifs juridiques et politiques mis en place pour une organisation des moyens de production, la médiocrité des circuits de distribution et de commercialisation des ressources naturelles sur l’ensemble du territoire sahélien s’y ajoutent. Par ailleurs, dans ces États sahéliens, les équipements pour l’amélioration de la santé de base ainsi que les équipements pour l’éducation de base sont inégalement répartis. Toutes les études géopolitiques2 montrent bien les causes de la fragilité de l’État-nation hérité de la colonisation européenne, le phénomène étant surtout identifiable en Afrique noire. Un autre constat à établir est le désengagement de l’État sahélien. En effet, devant les politiques de libéralisation inspirées par les institutions financières internationales, les gouvernants africains perdent peu à peu le contrôle des secteurs économiques sur lesquels ils fondaient le développement de leur pays. Dans le même temps, des acteurs de la société civile proposent une multitude de projets de développement et d’aménagement des espaces. Aussi assiste-t-on à une confrontation, voire à un affrontement des modes d’intervention et de stratégies, entre ceux qui préconisent les microprojets à l’échelle d’un village ou d’une ville et ceux qui sont pour les grands projets, lesquels peuvent profiter à plusieurs localités. Pour réaliser ces micro- ou macro projets, certains acteurs locaux utilisent des techniques anciennes pour atteindre leurs objectifs, alors que dans le même temps, des acteurs étrangers encouragent l’importation des techniques occidentales qualifiées de modernes. Les interactions entre les stratégies des acteurs (élus locaux, coordonnateurs d’AVD, d’AVR, d’ONG ou d’autres organismes) occasionnent l’apprentissage de nouvelles responsabilités. En fait, par leur appartenance à des associations inter villageoises, à des comités de jumelage-coopération ou à d’autres structures de développement, les acteurs locaux ou étrangers sont amenés à exercer des responsabilités sur des portions d’espace de plus en plus en grandes. Ces portions d’espace dont les contours ne cessent de se modifier et qui passent sous le contrôle (en partie) de nouveaux groupes d’acteurs peuvent être considérées comme des territoires des groupes d’acteurs3 et leur mode de constitution suscite de nouveaux questionnements.

2Peut-on considérer que ces territoires en émergence résultent exclusivement de la vigueur du tissu associatif, lequel est constitué d’acteurs endogènes en lien avec des acteurs exogènes (délocalisés) comme les émigrés ou les coordonnateurs des ONG étrangères ? L’espace rural sahélien serait-il en train d’entrer dans une nouvelle ère en matière de gestion des territoires et de développement local ? En fait, la question essentielle demeure de savoir si les territoires en émergence sont assez solidement structurés pour permettre un développement durable. Autrement dit, peut-on ou pourra-t-on observer dans ces territoires en constitution l’exercice d’une citoyenneté active, c’est-à-dire d’une citoyenneté où chaque individu a la possibilité de s’appuyer soit sur une logique ascendante, soit sur une logique descendante ou les deux à la fois, pour proposer un plan de développement et donner son avis sur les voies de développement préconisées par les instances étatiques ? La réponse à ces interrogations passe par une analyse à différentes échelles géographiques des réseaux de relations véhiculant des modes d’action sur les territoires. Cette approche permet d’appréhender les contours et le contenu des territoires, lesquels peuvent être déclinés en territoires des associations villageoises, territoires de réinvestissement des migrants, territoires des ONG, territoires des jumelages-coopérations. Les analyses de terrain menées à différentes échelles spatiales ont permis de constater la diversité des liens entre les territoires. En effet, certains territoires sont juxtaposés et, par mimétisme, fonctionnent selon les mêmes logiques (politique, économique, etc.) ; ils entretiennent des relations de complémentarité dans divers secteurs. Il existe aussi des territoires qu’une distance métrique importante sépare mais qui ont noué des relations économiques ou culturelles très solides. Par ailleurs, des territoires de petite dimension sont inclus dans d’autres naturellement plus grands, et dans ce dernier cas de figure, on peut parler de chevauchement de territoires. Il est apparu que la proximité physique des territoires ne signifie pas que tous les liens entretenus entre ces territoires soient solides. Ainsi, on peut observer l’existence entre des territoires voisins de liens culturels solides, alors que dans le même temps, les liens de nature économique demeurent faibles voire inexistants.

3La formation des territoires est un processus qui s’effectue sur le long terme. C’est là une idée partagée par les géographes. Cependant, à un moment donné, il est légitime de formuler l’hypothèse selon laquelle il y a une recomposition des territoires dès lors qu’il devient possible de montrer l’apparition brusque de nouveaux éléments porteurs de modifications dans la configuration et la gestion d’anciens territoires. Le déplacement d’un pouvoir (économique, culturel, politique, etc.) d’un lieu vers un autre ou la création d’un nouveau pouvoir dans un lieu suffit-il à expliquer l’émergence des centralités ? De même peut-on considérer que l’évolution des modes de gestion des espaces ruraux contribue à la constitution de nouvelles territorialités au sens de nouveaux systèmes de comportements, de nouvelles attitudes des hommes par rapport à l’espace ?

  • 4 Les hommes politiques ont si bien compris l’aura dont bénéficient les leaders des associations de (...)

4Les réseaux complexes de relations élaborés par les acteurs de diverses origines permettent dans une certaine mesure les mises en contact des espaces. Mais dans le même temps, on observe que ces nouvelles mises en relation suscitent d’autres problèmes comme les luttes pour le pouvoir, qui opposent les leaders des réseaux d’acteurs de la société civile et les hommes politiques. Les responsables des réseaux des associations de développement, en se jouant des frontières étatiques, constituent à certains égards une menace pour les hommes politiques dont les zones d’intervention correspondent souvent aux seuls territoires nationaux. En fait, certains hommes politiques ne sont-ils pas en train de perdre leur pouvoir auprès des populations rurales, sur desquelles les responsables ONG ont de plus en plus de prise ? Les hommes politiques sahéliens peuvent-ils renforcer leur légitimité et consolider la notion d’État-nation en ignorant la montée en puissance des associations de développement dont les zones d’intervention couvrent des régions de pays différents4 ? Les populations rurales vont-elles faire davantage allégeance aux coordonnateurs des ONG et des structures de développement qu’aux leaders politiques de leur pays ? N’assiste-t-on pas là à une nouvelle forme de clientélisme ? C’est dans ce contexte de diversification des réseaux de relations et de renforcement des échanges de toutes natures entre les peuples du Sud et du Nord qu’il semble nécessaire de faire une analyse de la recomposition des territoires dans le bassin du fleuve Sénégal. Le travail d’approfondissement est centré sur le territoire sénégalais, les quelques exemples cités dans les territoires du Mali ou de la Mauritanie ayant pour seul but d’apporter une meilleure compréhension des particularités sénégalaises. Le fil conducteur de l’analyse est la lecture des logiques des nouvelles formes de solidarité ou de déconnexion entre les territoires en construction. Aussi, un rappel de l’organisation spatiale du monde rural sahélien semble nécessaire avant de tenter d’apporter un éclairage sur les logiques qui sous-tendent l’émergence de nouveaux territoires dans la moyenne et haute vallée du fleuve Sénégal. Quelles centralités ou quels espaces de marge ? Quels types d’échanges ou quels freins à la diffusion de l’innovation ? Dans quels types de confrontations ou d’affrontements s’instaurent les liens entre les producteurs des nouveaux territoires dans le bassin du fleuve Sénégal ? Les réponses à ces questions vont permettre une autre lecture de l’évolution du rapport à l’autre et du rapport de l’homme au territoire. Quel est le développement territorial local, alors que les échelles se superposent, s’ignorent ou s’ajustent ? Quelles territorialités résultent des mises en relation des espaces et des hommes ? Comment les acteurs, producteurs de ces nouvelles territorialités, articulent le local et le global ?

Notes

1 Il faut préciser que le français reste la langue officielle dans des pays comme le Sénégal, le Mali, alors que dans le même temps, dans des régions rurales comme la région de Saint-Louis du Sénégal, plus de 75 % de la population totale n’a pas fréquenté l’école française.

2 Voir à ce propos l’éditorial rédigé par Y. Lacoste dans la revue Hérodote, n° 65-66, 1992, et l’ouvrage de A. Dubresson et J.-P. Raison édité en 1998.

3 Ici le territoire est considéré à partir de la définition donné par M. Le Berre dans l’Encyclopédie de géographie (Bailly 1995c) : « Le territoire est une portion de la surface terrestre délimitée que se réserve une collectivité humaine qui l’aménage en fonction de ses besoins ; il contient, d’une part, l’idée d’autorité s’exerçant sur une surface dont les limites sont reconnues, d’autre part, celle d’utilisation et d’aménagement par un groupe social. »

4 Les hommes politiques ont si bien compris l’aura dont bénéficient les leaders des associations de solidarité nationale ou internationale auprès de la société civile qu’ils négocient une place de président d’un réseau d’ONG nationale, ou à défaut une place de conseiller d’administration d’une ONG.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search