Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Deuxième partie. Les acteurs et les structures de développement

7. Conclusion : multiplication des acteurs et émergence d’une nouvelle société civile

Texte intégral

1De l’histoire des organisations de développement nationales ou internationales, on peut retenir qu’il y a plusieurs catégories d’acteurs dont l’émergence est à relier aux mutations politiques et économiques concomitantes dans les pays occidentaux et dans les pays du Sud. Les contextes politiques et économiques ajoutés aux spécificités culturelles dans chaque pays influencent sans cesse le comportement des acteurs au sein des organisations de développement. Les acteurs de développement par leurs modes d’intervention variés ont créé dans l’organisation spatiale des changements qui s’observent à plusieurs échelles géographiques. Dans un pays comme le Sénégal, certaines régions administratives sont délaissées par les organisations de développement parce que les personnes vivant dans ces zones sont peu habituées aux interventions d’acteurs exogènes. Tel est le cas de la région de Diourbel, ou encore des zones de pastoralisme comme le département de Linguère. Les régions délaissées sont aussi celles qui sont peu accessibles. À l’échelle d’une région administrative, les transformations résultent des nouvelles positions acquises par les localités du fait de l’installation des ONG. En effet, les bourgs qui accueillent les antennes des ONG accèdent à un rang de centres ruraux dans la mesure où nombre de responsables d’AVD y convergent pour assister à des réunions, à des sessions de formation, etc. C’est le cas de la localité Ndioum dans le département de Podor.

2L’intervention de plusieurs structures de développement dans une petite aire géographique (communauté rurale ou département) et dans le même temps peut favoriser la constitution d’un réseau d’associations, lequel assure une concertation dans les interventions. Les structures membres du réseau cultivent naturellement une logique de complémentarité. En revanche dans d’autres aires géographiques, on assiste à un affrontement des méthodes d’intervention ; s’installent alors des conflits entre les populations rurales et les structures de développement, entre les structures de développement (ONG, AVD, comités de jumelage) elles-mêmes, ou, enfin, entre les structures de développement et les représentants de l’État. Dans les lieux où les interventions des structures de développement se font dans une logique de concertation, se mettent en place de nouvelles solidarités entre les espaces. Et ces mises en relation empruntent différentes voies, car elles sont le fait d’acteurs ayant leur propre logique d’intervention, leur propre histoire. Par ailleurs, ces mises en relation s’accompagnent de recompositions des territoires, lesquelles se lisent au travers de l’émergence de nouvelles centralités et / ou de marginalisation de certains lieux.

3La question est maintenant de savoir quelles sont les nouvelles formes de responsabilisation des ruraux sahéliens que suscitent la gestion des nouvelles centralités, les nouvelles formes d’interdépendances entre les espaces, les solidarités entre les sociétés éclatées, ce qui nous permettra de nous interroger sur l’existence d’une adéquation entre la constitution des réseaux d’acteurs de développement et les territoires produits par ces mêmes acteurs.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search