Version classiqueVersion mobile

Épistémologies du genre

Préface

Christine Détrez

Texte intégral

1Il a beaucoup été question ces dernières années de « théorie » du genre. Si les adversaires semblent s’opposer sur bien des points, il en est pourtant un qui paradoxalement les rassemblait : l’utilisation du mot, de l’idée de « théorie » comme un repoussoir. En effet, les un·e·s le brandissaient comme un épouvantail, afin de mettre en garde les parents contre une idéologie venue d’outre-Atlantique pour dévoyer leurs enfants, détruire les valeurs sacrées du mariage et de la famille et, enfin, précipiter la société dans le chaos. Les autres s’en défendaient comme d’une accusation, arguant qu’il n’y a pas de « théorie » du genre, mais des études de genre, marquées par la diversité, la dimension empirique, l’évaluation entre pairs : pas de théorie donc, mais de la science.

2Pourtant, a-t-on déjà vu des sciences sans théorie ? Quand et pourquoi le mot s’est-il donc doté d’un sens péjoratif ? Est-ce le singulier de l’emploi « théorie », ou le mot lui-même, qui fâche ? Si le rejet de ce mot se comprend dans l’urgence politique et médiatique, il est nécessaire, dans le temps long de la recherche, de revenir sereinement à la réflexion, et de prôner une vraie analyse des enjeux autour de l’« épistémologie », du « concept », des « définitions », non pas contre mais en complément des multiples études empiriques. En effet, si celles-ci sont fondamentales pour mettre au jour le caractère systémique du genre, elles peuvent parfois donner une impression d’éparpillement, et surtout, plonger le lecteur, la lectrice, le chercheur, la chercheuse dans une forme de vertige : les inégalités, les dominations, les rapports de pouvoir s’exercent partout, toujours et sur chacun·e, à tel point qu’ils peuvent sembler implacables et imparables.

3C’est un des intérêts majeurs de cet ouvrage et des contributions qu’il rassemble : revendiquer la dimension épistémologique des études de genre, en éprouver les débats, les controverses, bref, faire science, afin de démonter la boîte noire, et donner les outils du changement.

4L’autre défi de ce livre est de relever la gageure de la pluridisciplinarité : l’inter- ou pluridisciplinarité est devenue une antienne des sciences sociales, la condition sine qua non pour obtenir des financements des agences de recherche ou du CNRS. Souvent affichée, cette inter/pluridisciplinarité reste souvent de l’ordre du vœu pieux, non pas par paresse ou négligence, mais parce qu’elle est extrêmement complexe à mettre en œuvre : ce n’est, ici encore, qu’avec le temps, qui permet de créer des liens, d’apprendre à comprendre le langage de l’autre, qu’elle peut être autre chose qu’une ligne sur le papier, ou qu’une juxtaposition de discours sans dialogue. Cet ouvrage doit ainsi être lu comme l’aboutissement de plusieurs années d’échanges, ponctuées par les séminaires, les rencontres et les journées d’étude qui ont animé l’ENS de Lyon, par leur enthousiasme, leur énergie et leur ambition intellectuelle.

5Vanina Mozziconacci et Cécile Thomé concluent la postface de cet ouvrage par des remerciements. Un petit détour par une anecdote personnelle permettra de montrer que ces remerciements sont réciproques, et qu’il ne s’agit pas là d’une simple pirouette de politesse : il y a une bonne dizaine (quinzaine ?) d’années, tandis que je consacrais un cours de ce qui à l’époque s’appelait encore maîtrise aux stéréotypes dans la littérature de jeunesse, m’a échappé le fameux « je ne suis pas féministe mais ». Une étudiante, aujourd’hui éminente chargée de recherche au CNRS, est venue me voir à la fin du cours, et m’a demandé pourquoi j’avais prononcé cette phrase, me laissant bouche bée et sans réponse. Parce que féministe voulait dire engagée, parce qu’engagée voulait dire subjective, tout le contraire de la neutralité scientifique établie comme norme étalon de la rigueur, de la valeur. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir travaillé sur les constructions sociales du jugement, sur les constructions sociales de la légitimité, en sociologie de la culture : mais il a fallu que cette étudiante pointe cette phrase pour que du goût individuel, j’en vienne à m’intéresser aux définitions de l’« Art », de la « Littérature », de la « Science », et des façons légitimes de les pratiquer et de les enseigner, et à leur participation active dans l’élaboration de cette matrice des inégalités qu’est le genre. Depuis, j’affirme que je suis féministe, j’affirme qu’on peut être féministe et scientifique, rigoureuse et engagée, et cela d’autant plus quand on me pose la question dans les interventions que je peux donner sur « la question du genre » dans les lycées.

6L’expérience du labo junior GenERe, les colloques qui y ont eu lieu, les discussions informelles avec ses membres, et enfin cet ouvrage qui vient le clore ont été autant de façons de renforcer cette conviction. On ne dira jamais assez combien la transmission est dans les deux sens, et combien les étudiant·e·s forment et font grandir les enseignant·e·s.

7Pour tout cela, bravo et merci, et vous allez bien nous manquer…

          Christine Détrez,
          professeure des universités en sociologie à l’ENS de Lyon
          et référente égalité femmes-hommes,
          le 28 octobre 2016

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search