Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Deuxième partie. Les acteurs et les structures de développement

6. Mode d’intervention et essaimage des structures de développement

Texte intégral

1La présence d’une multitude de structures de développement, nationales ou étrangères, dans le bassin du fleuve Sénégal s’accompagne d’une variabilité des modes d’action. En effet, chaque structure de développement a sa propre logique d’intervention, le principal objectif de chacune étant d’apporter une réponse aux besoins immédiats des villageois et/ou de soutenir les populations dans leurs projets. Une analyse des différents modes d’intervention des structures de développement permet, d’une part, d’appréhender l’origine des tensions latentes qui existent entre les acteurs (responsables et animateurs de ces structures) en présence, et, d’autre part, de voir comment ces différents modes d’action révèlent de nouveaux rapports des sociétés rurales ou urbaines à l’espace.

2Une autre manière de comprendre l’évolution du rapport à l’espace consiste à analyser les spécificités des zones d’intervention des acteurs. En effet, le choix d’une échelle géographique pertinente pour analyser un problème économique, social, écologique ainsi que le choix des lieux pour tester une méthode capable d’apporter une solution viable à un problème est lié, d’une part, à la « philosophie » de la structure, et d’autre part, aux moyens techniques, financiers et humains dont elle dispose. C’est ainsi que le choix de la taille de la zone d’intervention ou le passage d’une petite zone d’intervention à une zone plus grande, ou l’inverse, témoignent d’un changement dans les stratégies d’action et dans la perception de l’espace des acteurs.

Les échelles géographiques d’intervention

3Les structures de développement optent soit pour les microréalisations soit pour les macroréalisations. L’une ou l’autre option dépend des moyens techniques et financiers des structures. Les microréalisations sont à l’échelle du village. Par exemple en matière de gestion des espaces naturels, l’ONG EWA (atelier de développement autrichien) expérimente une gestion villageoise des espaces naturels. La démarche de cette association consiste à redéfinir les limites des terroirs villageois avec l’aide des populations villageoises et à identifier les savoir-faire respectifs de chaque village en matière de gestion de l’environnement, tels que la lutte contre les feux de brousse, la gestion des mares dans le jeeri, etc. Consciente de l’existence de techniques villageoises appropriées pour la gestion des terroirs, EWA a estimé nécessaire de combiner les savoir-faire locaux anciens et nouveaux et de les améliorer pour préserver les espaces naturels villageois. Pour inventorier l’ensemble des connaissances, cette association initie quelques villageois à la méthode active de recherche et de planification participative (MARP). Cette formation permet à quelques villageois d’effectuer un travail d’investigation sur leur milieu. Ensuite le choix des techniques à utiliser pour la sauvegarde de l’environnement est effectué avec l’ensemble des populations villageoises : chaque catégorie socioprofessionnelle et chaque tranche d’âge sont consultées dans l’élaboration d’un plan d’action. L’expérience de terrain de cette ONG fait dire à son représentant, basé à Ndioum, qu’interroger les seuls responsables des AVD n’est pas suffisant pour connaître les terroirs villageois, car leurs idées ne sont pas représentatives de l’ensemble des préoccupations des villageois.

4Grâce à sa démarche innovante, l’ONG EWA réactive la gestion collective des terroirs villageois voisins. De fait, durant les périodes où dominait la pratique des cultures de crue, il existait une gestion collective des terroirs villageois. Les habitants de différents villages voisins cultivant les mêmes terres avaient mis en place un système de gestion concerté, et les périodes de semence, de récolte, de défrichage, de vaine pâture sur les champs après les récoltes étaient déterminées et respectées par tous (paysans et éleveurs). L’introduction des cultures irriguées par un groupe motopompe (GMP) est responsable, en partie, de la modification de la physionomie des terroirs villageois et du système de gestion de l’environnement : les périmètres irrigués villageois peuvent occuper des terres différentes de celles des zones de cultures de décrue ; par ailleurs, ce sont les organismes d’encadrement, et non les villageois, qui décident du calendrier des campagnes agricoles.

  • 1 En Afrique et en Europe de l’Ouest, la taille des villages n’a rien d’équivalent. Au Sénégal par ex (...)

5En tout cas, la démarche qui consiste à engager chaque village dans la gestion de son environnement immédiat n’exclut pas pour autant une gestion concertée des terroirs communs aux villages. L’existence de l’Union des associations de sauvegarde de l’environnement (USAE) regroupant des villages du jeeri et du waalo, dans le département de Podor, témoigne bien de la volonté des villageois d’unir leurs forces dans la lutte contre la dégradation de l’environnement. Ce regroupement d’associations est soutenu par l’ONG EWA. En milieu rural, le village demeure la plus petite échelle géographique d’intervention des ONG ou autres structures de développement. Le nombre important de villages au Sénégal (14 000 au total)1 ne facilite pas la cohérence des interventions en milieu rural et l’équipement des villages en infrastructures scolaires ou de santé.

  • 2 Les villages de Nénet et de Bélel collaborent dans les mêmes projets, tout comme ceux de Lérabé et (...)

6La deuxième échelle géographique d’intervention des acteurs de développement correspond à l’espace constitué par un groupe de villages ayant développé des liens de solidarité très anciens. Ces liens puisent leur existence dans les pactes ancestraux signés entre les fondateurs des villages. Dans la communauté rurale de Guédé-Village, par exemple, des groupements constitués de deux à quatre villages entreprennent toujours et dans le même temps des projets, au point que la non-collaboration d’un village à un projet peut compromettre définitivement sa mise en place2. Les ONG qui ne prennent pas en compte ces facteurs de solidarité intervillageoise ont beaucoup de difficultés à faire aboutir leurs actions de développement.

7La communauté rurale peut apparaître comme une échelle géographique privilégiée d’intervention. Ici, les liens entre les villages obéissent à une autre logique. En effet, les villages membres d’une même communauté rurale constituent un groupe doté d’une personnalité juridique. Les conseillers de la communauté rurale peuvent user de leur pouvoir politique auprès de leur village d’origine pour faire accepter tel ou tel projet initié par des intervenants extérieurs.

  • 3 Au Sénégal, le territoire national est subdivisé en arrondissements, départements et régions. Chaqu (...)

8Les autres échelles d’intervention sont par ordre croissant l’aire du territoire départemental, régional ou national. Au Sénégal, nombre d’ONG tentent de faire correspondre leur aire d’intervention à l’aire d’un territoire administratif3. Cependant il existe des ONG comme le GRDR ou l’AFVP dont les secteurs d’intervention couvrent des régions limitrophes de différents pays. Généralement ces régions partagent des traits culturels communs et sont unies par une solidarité résultant du voisinage : le soninké est parlé dans le département de Bakel (Sénégal), dans la région du Guidimaxa (Mauritanie), dans la région de Kayes (Mali). Les macroréalisations initiées par des organismes internationaux concernent de vastes espaces correspondant à des milliers de villages. L’exécution de ces macroprojets demande plusieurs mois, voire des années, comme la réalisation des barrages de Diama dans le delta du fleuve Sénégal et de Manantali au Mali, ou bien le réaménagement des parcelles de cultures irriguées dans la région de Saint-Louis du Sénégal. Les modes d’intervention des acteurs, leur répartition dans l’espace et leurs déplacements participent d’une mutation permanente des espaces du bassin du fleuve. Aussi, diverses logiques sous-tendent la complexité des rapports des acteurs à leur espace d’intervention.

Les modes d’intervention des acteurs : la prédominance de l’approche sectorielle

9Les organismes de développement intervenant actuellement dans le bassin du fleuve Sénégal couvrent divers secteurs d’activité : agriculture, éducation, formation, santé, protection de l’environnement, hydraulique villageoise, etc. Dans le cas des 78 ONG membres du CONGAD, les secteurs d’intervention dominants demeurent l’éducation, l’agriculture, la santé, l’environnement, l’élevage. Les catégories sociales envers lesquelles les ONG apportent un soutien constant sont celles des enfants, des jeunes et des femmes. Dans le domaine de l’agriculture, les ONG mettent l’accent sur la valorisation des terres, la formation des paysans et des éleveurs aux techniques d’exploitation des ressources naturelles. Dans le secteur de l’éducation, la construction d’écoles primaires et de centres d’alphabétisation reste une priorité pour les structures d’appui au développement. Dans celui de la santé, ce sont la construction des centres de soins, la sensibilisation des populations aux problèmes d’hygiène qui constituent les principales actions. L’amélioration des techniques traditionnelles de lutte contre les feux de brousse, la formation des paysans à l’usage des nouvelles techniques de lutte contre les principales causes de dégradation des écosystèmes définissent l’essentiel des activités menées dans le secteur environnemental. Dans le domaine hydraulique, l’installation d’équipements (puits, forages, bornes fontaines) qui facilitent l’accès à l’eau potable pour les populations rurales ainsi que les troupeaux vivant dans le jeeri reste la principale forme d’intervention. Quant au secteur de la communication, le travail des structures de développement, telles que les ONG, se limite à l’entretien ou l’amélioration des pistes, lesquelles demeurent les voies de communication entre les villages. Les coûts élevés pour la réalisation de routes font que ce secteur reste peu investi par les ONG.

10Chaque secteur d’intervention peut être subdivisé en sous-secteurs. Par exemple, celui de la santé a comme sous-secteurs la formation des agents communautaires de santé, la construction d’infrastructures sanitaires (case de santé, centre de dépôt de médicaments, dispensaire), la sensibilisation des populations sur les questions de la planification des naissances, et enfin la prévention contre les épidémies. Généralement, les organisations de développement se spécialisent dans un seul secteur d’activité et elles interviennent soit en milieu rural, soit en milieu urbain. Ainsi, l’ARED (Association pour la recherche, l’éducation et le développement), une ONG américaine, œuvre exclusivement dans l’éducation et la formation en langues nationales sénégalaises. D’autres organisations, par contre, travaillent dans divers secteurs d’activité et dans différentes zones en même temps, telle l’ONG USE qui intervient dans les secteurs de l’hydraulique, de la santé, de l’alphabétisation, de la formation, et ce aussi bien en milieu rural (département de Podor, département de Matam, département de Kaffrine) qu’en milieu urbain (Dakar).

Du choix de secteurs d’activité à la stratégie d’intervention

  • 4 Dans la région de Saint-Louis, l’institut Pasteur de Lille coordonne un programme de recherche sur (...)

11Le choix d’un secteur d’activité ou de plusieurs secteurs d’activité par une association de développement est dicté par plusieurs facteurs. La philosophie et la stratégie propres à chaque association font d’abord que certains secteurs d’activité sont retenus et d’autres laissés de côté. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la vision sectorielle et verticale du développement a été souvent dominante pour plusieurs associations de développement. Cependant, l’approche systémique, où l’interaction entre les différents secteurs est prise en compte, est en train de faire son chemin. Le maintien de l’approche sectorielle pour quelques associations de développement, malgré la montée en puissance de l’approche transversale, est lié à deux faits : d’abord la plupart de ces associations se sont spécialisées durant leurs premières années de création dans un seul secteur d’activité ; ensuite elles ont beaucoup de difficulté à opérer une diversification de leur secteur d’activité dans la mesure où elles n’ont accumulé d’expériences que dans un seul domaine. Une telle association tient par exemple le discours selon lequel le développement en milieu rural passe par une maîtrise de l’écriture dans une langue, surtout une langue nationale, et elle travaille exclusivement à l’alphabétisation. De même, certaines ONG préconisent de mettre l’accent essentiellement sur les activités agricoles afin de rendre les paysans autonomes ; d’autres trouvent que la priorité se situe au niveau de la santé et de la planification familiale. Actuellement, dans le bassin du fleuve Sénégal, le fait nouveau est qu’une catégorie de ces associations (des ONG nationales surtout) oriente tout ou partie de son intervention vers l’enseignement de techniques de gestion de l’argent aux populations villageoises. Dans le département de Podor par exemple, le FSD (Fedde social et développement) a équipé une vingtaine de villages de caisses villageoises d’épargne et de crédits, et l’USE/PIP a fait de même dans une quinzaine de villages. Une autre explication du choix d’un secteur d’activité est à relier, d’une part, aux expériences politiques et professionnelles des membres fondateurs d’une organisation de développement et d’autre part à la compétence de l’équipe technique qui exécute le programme d’activité. Tel est le cas de l’ONG VSF (Vétérinaires sans frontières) où l’essentiel des activités concerne le domaine de l’élevage et où les bénévoles sont des médecins vétérinaires, ou encore de l’ONG ADAUA-Sénégal (Association pour le développement naturel d’une architecture et d’un urbanisme africains) dont les animateurs sont des architectes, des urbanistes ou des maçons. Enfin, l’acuité d’un problème endémique dans une zone bien déterminée, comme la propagation de maladies liées aux aménagements hydro-agricoles telles que la bilharziose, l’onchocercose, le paludisme, suscite la création d’organisations dont le rôle consiste à éradiquer le fléau4. La diffusion du sida en Afrique, surtout en milieu urbain, a suscité la création d’ONG de santé.

12La différence des moyens techniques et financiers ainsi que la nationalité des organisations expliquent la variété des modes d’action. Néanmoins, aujourd’hui, les structures de développement choisissent de plus en plus une approche transversale pour améliorer les conditions de vie des populations. Cette approche privilégie le concept de développement intégré. Il s’agit en fait d’identifier tous les problèmes existant dans une zone géographique, de voir les corrélations entre ceux-ci et de tenter d’apporter dans le même temps une solution à chaque problème. Une telle démarche nécessite un travail en commun de plusieurs structures, chacune devant apporter son expertise sur un secteur d’activité particulier.

Alliances familiales et clientélisme politique

13Les leaders des AVD ou les organisations paysannes agissent sur leur propre milieu, donc à l’échelle des terroirs villageois. Cette catégorie d’associations souffre d’un handicap majeur : elle manque d’outils pour appréhender les causes exogènes des problèmes villageois, ce qui explique d’ailleurs l’inefficacité de certaines solutions proposées. En revanche, elles ont l’avantage d’être très proches des populations villageoises, ce qui leur permet de réexaminer régulièrement les projets et de ne s’engager que dans les actions qui ont obtenu le consensus de l’ensemble de la population villageoise. Les techniques utilisées par ces associations pour la réalisation des opérations de développement sont issues des savoir-faire locaux. Il suffit de penser aux cases de santé construites avec des briques en banco (mélange d’argile et de sable) : l’utilisation des matériaux locaux réduit les dépenses pour la réalisation des projets. Les aides financières ou techniques extérieures obtenues pour les opérations définies par les AVD ou les organisations paysannes locales dépendent de l’importance des réseaux de relations des leaders d’association. Ces derniers peuvent obtenir de leurs amis (responsables politiques, hommes d’affaires, ressortissants à l’étranger) ou de certains organismes de financement tels que le FED des prêts ou des aides sous forme de dons d’argent, de matériel de construction ou d’équipement.

Photo 4. Un développement local qui passe par la valorisation des langues nationales
L’apprentissage des langues nationales est valorisé au travers de panneaux de ce genre où un même message est écrit en français, en pulaar et en wolof. (Agnam, 1996)

Photo 5. Réunion entre villageois et animateurs de l’ONG USE/PIP
Les réunions de sensibilisation entre villageois et animateurs de l’USE / PIP sont fréquentes. Durant ces séances tous les villageois (hommes et femmes) sont représentés, même les enfants peuvent y assister, à condition qu’ils ne fassent pas trop de bruits.

  • 5 Lors des enquêtes dans les villages et en France auprès des immigrés, on a pu remarquer que certain (...)

14Les associations d’émigrés, qui travaillent sur les mêmes échelles géographiques (échelle du village ou intervillageoise) que les AVD, adoptent les mêmes stratégies. En effet, les interventions de ce type d’association constituent, dans la plupart des cas, une réponse aux demandes formulées par les villageois. Bien entendu, les propositions peuvent parfois émaner des émigrés, qui suggèrent aux villageois la réalisation de projets comme l’installation d’un magasin d’alimentation, d’un poste de télécommunication. On le voit, ces équipements profitent en premier lieu aux familles des émigrés, car celles-ci ont souvent un pouvoir d’achat supérieur aux autres familles des villages5. Néanmoins, avant la réalisation d’un projet villageois, de nombreuses réunions sont nécessaires : celui-ci doit recevoir l’aval à la fois des villageois et des émigrés. Ensuite, les conditions de participation de chaque partie sont fixées. Les émigrés s’occupent généralement de réunir l’argent nécessaire pour la réalisation d’un équipement collectif ; les populations villageoises fournissent la main-d’œuvre et s’occupent de la gestion de l’ouvrage dès que celui-ci est terminé. La réalisation d’une action dans un village du bassin du fleuve Sénégal met donc en relation plusieurs catégories d’acteurs. Chacune use de ses atouts pour faire aboutir le projet, les délais devenant ainsi variables. La durée de réalisation est d’autant plus réduite que les émigrés ont une forte capacité à réunir rapidement l’argent nécessaire.

  • 6 L’association ADDIELLA (Association de développement de Diella, dans le département de Matam) avait (...)

15Les responsables des associations basées dans les centres urbains au Sénégal tissent des liens avec les personnalités politiques, administratives et religieuses, installées dans ces mêmes centres. Le rôle de ces leaders apparaît essentiel, car ils négocient avec les représentants de l’État les autorisations pour la réalisation de certains projets. Ce sont aussi ces responsables qui négocient auprès des hommes politiques l’affectation d’un instituteur ou d’un infirmier d’État pour le fonctionnement des équipements socio-éducatifs villageois. Il faut savoir que dans les zones d’émigration trouver de l’argent pour construire un dispensaire est une chose, mais avoir un infirmier nommé par l’État en est une autre6. La participation des représentants de l’État ou des autorités religieuses à l’inauguration de certains équipements villageois, comme les centres de santé, les puits ou les mosquées, est par ailleurs négociée par les responsables d’associations basées dans les capitales. Le rôle de ces derniers consiste à coordonner les actions des différents partenaires pour la réalisation d’un projet dans un village. La stratégie mise à l’œuvre s’appuie sur les réseaux de solidarité « clanique » et le clientélisme très en vigueur dans les centres urbains africains. Dans le cas du Sénégal, ces leaders basés à Dakar assurent le lien entre les populations restées au village et celles qui sont installées dans les centres urbains d’une part, et entre les associations d’émigrés dans les autres pays et les populations villageoises d’autre part. Par exemple, dans la région de Saint-Louis, quand un projet est initié par les habitants d’un village X, ces derniers demandent aux responsables d’une association basée à Dakar d’établir un devis du projet et de fixer le montant des cotisations pour chaque ressortissant, un montant qui varie selon la profession exercée par les émigrés de ce village, et selon leur pays de résidence. Les responsables de l’association à Dakar assurent ensuite la liaison avec les responsables des antennes ou des sections d’associations d’émigrés dans les autres pays. Les leaders des associations basées à Dakar jouent donc le rôle de courroie de transmission entre les villageois et les émigrés, et entre les représentants de l’État et les villageois.

Figure 5. Plan de financement du programme triennal de l’ADIGE (département de Bakel)

  • 1 Bail = Bailleurs de fonds

Note 1
Tableau 3. Le financement des projets locaux
(Source de la figure et du tableau : centre de documentation du GRDR, antenne de Bakel, 1997. © A. H. Ba, 2007)

Une stratégie fondée sur l’accroissement des moyens financiers et des compétences techniques

16Les structures nationales ou internationales de développement ou certaines ONG procèdent de deux manières dans leurs interventions : soit elles répondent à une sollicitation des populations villageoises qui souhaitent une aide d’urgence, une assistance technique, logistique, ou la réalisation d’un projet (creusement d’un puits, d’un forage, formation, etc.), soit, quand une étude commanditée par l’État ou par une institution internationale révèle un problème dans une zone déterminée, elles décident au regard de leurs compétences de proposer une solution. Dans les deux cas, la participation des populations villageoises dans la réalisation du projet est souhaitée. D’ailleurs la main-d’œuvre non qualifiée est recrutée parmi les villageois bénéficiaires des projets ; selon le budget de l’opération, elle est soit rémunérée, soit bénévole. Les interventions de ces structures de développement concernent plusieurs villages, la nature des opérations étant variable (construction d’un magasin de stockage de céréales, installation d’un moulin à mil dans chaque village pour alléger les travaux des femmes, etc.). Actuellement, dans le souci d’éviter le développement d’un esprit d’assistanat et dans une volonté d’amener les populations à faire siens les projets réalisés, une participation financière est demandée aux villageois bénéficiaires d’un projet de développement. Néanmoins l’essentiel de cette participation financière est obtenu en dehors des villages : d’après les entretiens avec les animateurs de l’antenne du GRDR et de l’antenne du PMR/FED (Programme microréalisation/Fonds européen de développement) à Bakel, la participation par village est fixée à 25 % environ du coût total du projet et ce sont les émigrés qui envoient la somme nécessaire aux villageois. L’analyse du plan de financement d’un programme de développement de l’Association pour le développement intégré de Galou (ADIGE) dans le département de Bakel met en évidence le rôle des émigrés dans la réalisation financière des projets villageois.

  • 7 Dans la vallée du fleuve Sénégal, le coût pour l’aménagement et l’équipement d’une superficie de 1  (...)

17Comme le montrent le tableau et la figure précédents, dans le cadre d’une réalisation pluriannuelle les villages ayant des ressortissants à l’étranger ont davantage la possibilité de collaborer avec des organismes qui exigent une participation financière pour l’exécution de microréalisations. Au-delà de ces microréalisations qui n’occasionnent que des dépenses limitées, peuvent être effectuées des interventions très coûteuses7, qui concernent de vastes zones, comme l’aménagement de grandes superficies pour les cultures irriguées ou pour la construction de barrages. Ici, les techniques utilisées par les organismes étrangers de développement pour la réalisation des projets sont sophistiquées. Aussi, les populations villageoises ne sont pas impliquées dans l’établissement du programme d’exécution des travaux. C’est plutôt l’État au travers de ces structures techniques décentralisées qui demeure l’interlocuteur des organismes de développement.

  • 8 En 1997, les allocations du fonds de dotation destinées aux collectivités locales de Saint-Louis se (...)
  • 9 L’assiduité au sein d’un comité de jumelage n’est pas facile, d’autant qu’en France comme en Afriqu (...)
  • 10 La CCIDAL (Cellule de coordination/information/animation pour le développement local) est animée pa (...)
  • 11 Les techniciens français mis à la disposition des partenaires sénégalais sont rémunérés par les col (...)

18Les stratégies d’intervention dans le cadre des jumelages-coopérations obéissent à des logiques différentes selon que l’on a affaire à un comité de jumelage situé au Sud (collectivités locales africaines) ou à un comité de jumelage du Nord (collectivités locales occidentales). Dans l’exemple du Sénégal, les collectivités locales ont des budgets de fonctionnement très faibles8 et elles ne parviennent pas à réaliser les actions qui sont théoriquement de leur ressort. Aussi, chaque collectivité locale sénégalaise tente de nouer des relations avec un partenaire étranger « riche » afin de profiter des appuis techniques et surtout financiers de celui-ci. Les élus des collectivités locales sénégalaises, au travers de leurs comités de jumelage, dressent une liste de leurs besoins, laquelle est soumise à l’appréciation de la collectivité française partenaire. Cette dernière, en fonction de ses moyens techniques et financiers et de ses compétences, tente de répondre aux sollicitations du partenaire sénégalais. Le calendrier des réalisations, du suivi et de l’évaluation des projets soutenus par les partenaires français est défini au cours des rencontres qui ont lieu alternativement au Sénégal ou en France entre les deux comités de jumelage9. Les partenaires français font des propositions pour le choix des techniques nécessaires à la réalisation des projets, tout comme pour leur suivi. C’est ainsi que certaines collectivités françaises mettent à la disposition de leurs homologues sénégalaises des techniciens. Dans le cas du jumelage-coopération entre la ville de Lille (France) et la ville de Saint-Louis (Sénégal), la première appuie la seconde dans le domaine de la gestion municipale. Des techniciens français rémunérés par les fonds du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération travaillent à Saint-Louis et apportent leur contribution à la mise en place, au sein de la commune de Saint-Louis, d’une agence d’urbanisme et de développement local. Des coopérants français travaillent également en collaboration avec des Sénégalais au sein d’une cellule mixte qui a été créée à cet effet10 et dont les priorités sont l’enseignement en milieu scolaire, la santé, le traitement des ordures ménagères. L’essentiel du budget pour la réalisation des programmes dans la ville de Saint-Louis est négocié par les partenaires français auprès des structures de financement comme le FED. Ce travail en commun des techniciens français et sénégalais constitue une stratégie efficace dans la mesure où il y a un échange de savoir-faire. Cependant la courte durée de séjour des coopérants français (en moyenne deux ans), un départ prématuré ou la suppression d’un poste de technicien français et la difficulté de trouver un remplaçant11 empêchent le suivi des travaux entamés.

  • 12 Il faut rappeler que la hiérarchisation sociale en vigueur au Fuuta conduit certaines personnes de (...)

19Au total, les stratégies d’intervention des différentes structures de développement sont élaborées en fonction des objectifs que les acteurs veulent atteindre. Le changement de stratégie d’une structure de développement au cours de son existence peut être lié à la taille de la zone d’intervention. Les structures qui n’interviennent qu’à l’échelle d’une ville modifient rarement leurs stratégies d’intervention. En revanche celles qui interviennent dans plusieurs régions distinctes élaborent différentes stratégies adaptées aux spécificités de chaque région. Ainsi, le coordonnateur européen d’une antenne d’une ONG occidentale à Ndioum dans le Fuuta a choisi de recruter une secrétaire sénégalaise issue des grandes familles de la zone. Ce geste, critiquable a priori, trouve sa justification dans le fait que le coordonnateur est conscient du poids de la tradition sur les considérations lignagères. En effet, celui-ci affirme qu’employer une secrétaire issue des familles de castes peut gêner le fonctionnement de sa structure12. En revanche, dans les grands centres urbains sénégalais où ces considérations ont tendance à disparaître, la question du choix de la secrétaire ne se poserait pas dans les mêmes conditions.

20Dans les zones qui bénéficient de l’intervention des émigrés (département de Bakel) ou d’autres structures de développement comme les ONG, on observe que les nouveaux acteurs de développement (des techniciens mandatés par les collectivités locales françaises) s’appuient sur les premiers acteurs pour élaborer de nouvelles stratégies d’intervention. Ces collaborations entre émigrés, ONG et techniciens des collectivités locales françaises constituent en soi une stratégie d’intervention. La communauté rurale de Balou dans le département de Bakel bénéficie d’un triple appui : les émigrés apportent un appui financier ; l’ONG la Kora, technique ; la collectivité locale française partenaire, institutionnel et financier.

21En définitive les stratégies des acteurs sont diverses et elles dictent quelquefois la mobilité de ceux-ci. En effet, certaines régions géographiques sont tantôt délaissées par les ONG, tantôt attractives. Cette mobilité des acteurs de développement est surtout valable pour les ONG étrangères et a des conséquences sur l’évolution des régions d’un même pays.

Répartition et mobilités des acteurs de développement : les zones d’essaimage des ONG

22Les ONG sont présentes en grand nombre dans les régions rurales pauvres et dans les grandes villes. Au Sénégal, la majorité des ONG ont l’adresse de leur siège à Dakar. En effet, c’est dans cette capitale nationale que se tiennent la plupart des séminaires ou des forums sur les problèmes de développement, lesquels attirent les acteurs de développement. De plus, les responsables d’ONG étrangères ont besoin d’entretenir des relations permanentes avec les ambassades de leur pays afin de se tenir au courant de certaines décisions concernant les projets de coopération. Au Sénégal, une politique de régionalisation est en cours afin de décentraliser le pouvoir politique et économique, mais on observe encore que la plupart des décisions en matière de planification régionale du développement sont prises à Dakar. Tout cela concourt à concentrer dans cette ville les structures de développement. Dans le reste du pays, elles sont représentées par leurs antennes et étendent leur zone d’intervention grâce au dynamisme de celles-ci. L’étude de la mobilité de ces associations de développement dans l’espace du bassin du fleuve Sénégal aide à mieux comprendre, d’une part, la logique de leur intervention et, d’autre part, les différenciations spatiales induites par leurs actions.

  • 13 Une frange de la population casamançaise réclame l’indépendance de la région. Les affrontements ent (...)
  • 14 En République islamique de Mauritanie, la plupart des ONG interviennent dans les régions du Sud riv (...)

23La répartition des ONG dans l’espace du bassin du fleuve Sénégal tient à trois facteurs essentiels. D’abord une ONG n’est présente que dans les lieux intéressés par ses services. Ainsi, les structures qui se sont spécialisées dans la lutte contre la délinquance juvénile ne se rencontrent que dans les villes, car en Afrique, ce phénomène ne se pose que dans les cités urbaines. De même une association qui travaille à l’amélioration des conditions d’exploitation des cultures irriguées n’est évidemment présente que dans les zones traversées par des cours d’eau. Ensuite, les conditions de création d’une association peuvent expliquer sa localisation dans une zone géographique particulière. En effet, certaines associations ont été créées pour venir en aide à une population spécifique. Tel est le cas de l’ONG GRDR créée en 1969 en France : au début, cette association travaillait à l’alphabétisation et à la formation des travailleurs immigrés. Quand elle commence à accompagner certains immigrés dans la réalisation de projets dans les pays d’origine, elle décide d’installer des antennes dans les villes des principales zones du bassin du fleuve Sénégal. C’est ainsi que les villes de Bakel (Sénégal), Kayes (Mali), et Sélibaby (Mauritanie) possèdent chacune une antenne du GRDR. Enfin, la sécurité et les spécificités écologiques d’une région peuvent inciter les associations à choisir certains lieux d’intervention plutôt que d’autres. Ainsi, la région de Casamance (dans le sud du Sénégal) a vu ses magnifiques paysages attirer beaucoup d’ONG, alors que dès les années 1990 l’insécurité13 liée au mouvement des « indépendantistes » fait fuir nombre d’entre elles. La facilité d’accès aux zones d’intervention et aux populations peut, par ailleurs, jouer dans le choix d’installation d’une ONG. L’intervention dans les zones enclavées et/ou avec les populations nomades crée des difficultés aux ONG qui n’ont pas suffisamment de moyens de transport pour faire face aux nécessaires déplacements. Dans le département de Podor, les villages situés le long de la route nationale bénéficient davantage des interventions des ONG que ceux situés dans le jeeri ou dans l’île à Morphil. Dans certains pays comme la Mauritanie, les actions des ONG occidentales sont très contrôlées par l’État14, à tel point qu’elles ont peu de choix pour étendre leur zone d’intervention.

  • 15 Les représentants des ONG sont associés à l’animation des comités de développement locaux.
  • 16 Les enquêtes de S. Kouassignan et O. Ndiaye en 1993 montrent que les ONG intervenant dans plusieurs (...)

24L’extension d’une association de développement se mesure à l’augmentation progressive du nombre de ses antennes, le choix des sites d’implantation étant lié à l’accessibilité du lieu, et éventuellement à la présence de quelques équipements de base (forage, dispensaire, poste). Au Sénégal, les antennes des associations étrangères de solidarité sont localisées dans les chefs-lieux de région, ou de département, et quelques rares fois d’arrondissement : cette cohabitation des animateurs des ONG avec les représentants de l’État assure aux premiers l’accès aux informations sur les politiques nationales de développement en cours15. Pour qu’une ONG dispose de plusieurs antennes dans différents lieux d’une région administrative, d’un pays ou d’un continent, elle doit réunir au moins deux conditions : une fidélité de ses bailleurs de fonds (donateurs et autres) et un important parc de véhicules. En effet, des véhicules tout-terrain16 sont nécessaires, d’une part, pour assurer aux responsables des antennes et des animateurs d’une ONG une meilleure circulation à l’intérieur de leur zone d’intervention, et d’autre part, pour faciliter les contacts entre les responsables des antennes et le coordonnateur régional de l’ONG basé dans la capitale. En outre, la décision d’installer une ou plusieurs antennes est liée à la durée d’exécution d’un programme d’activité. Une ONG qui s’engage dans la réalisation d’un programme dont la durée s’étale sur plusieurs années dans une vaste zone d’intervention gagne à opérer une déconcentration de ses animateurs et une décentralisation du pouvoir afin de mieux assurer la coordination des travaux. Chaque antenne est dotée d’une équipe d’animation, laquelle rend compte régulièrement de ses activités au coordonnateur de l’ONG. L’installation des antennes des ONG dans les centres ruraux a un double rôle : le suivi des opérations initiées est facilité, et la proximité des animateurs des ONG avec les populations bénéficiaires des projets permet d’instaurer une meilleure concertation. La participation des populations autochtones au sein des équipes d’animation constitue par ailleurs un gage d’un meilleur dialogue entre acteurs de développement et bénéficiaires des projets de développement.

25L’extension de la zone d’intervention d’une ONG a des conséquences sur les populations. En effet, il existe deux cas de figure. L’ONG peut décider d’étendre sa zone d’intervention, tout en continuant à travailler avec les populations résidant dans les environs immédiats de son premier lieu d’installation. Ainsi, le Service œcuménique d’entraide (SOE) créé en 1955 avec l’appui de la Cimade intervenait à l’intérieur de la ville de Dakar. En 1972, l’organisation est devenue complètement autonome avec une direction entièrement sénégalaise. En 1985, elle change de dénomination pour devenir Union solidarité entraide (USE) et son siège reste à Dakar, mais elle possède aujourd’hui deux antennes, une à Ndioum (département de Podor) et une autre à Nganda (département de Kaffrine). Tout en renforçant ses activités dans ces trois zones, l’USE n’a cessé d’étendre ses activités dans les départements de Matam et de Dagana. En revanche, dans l’autre cas de figure, des ONG quittent leur première zone d’installation et d’intervention pour aller travailler dans une autre zone très éloignée, et le départ s’accompagne d’une rupture totale avec les populations de la première zone. Les raisons de cette rupture sont essentiellement de deux ordres. Soit l’ONG se définit comme prestataire de services : elle réalise un équipement de base (école, forage, puits) pour une zone précise, et dès que les travaux sont achevés, elle se déplace pour trouver un autre « marché » et réaliser dans d’autres lieux les mêmes équipements au bénéfice d’une autre population. Soit l’ONG après une évaluation de ses activités (formation d’alphabétiseurs, d’auxiliaires vétérinaires, matrones, etc.) dans une zone juge qu’elle a atteint son but, alors elle migre vers des zones vierges d’interventions.

Carte 19. Zones d’intervention des ONG USE/PIP, GRDR dans la vallée du fleuve Sénégal
(Source : enquêtes personnelles, 1993-1997. © A. H. Ba, 2007)

26

Figure 6. Les possibles typologies des acteurs et des projets
(© A. H. Ba, 2007)

Figure 7. Réseau des acteurs dans les coopérations Nord-Sud
(© A. H. Ba, 2007)

  • 17 Dans la communauté rurale de Guédé-Village située dans le département de Podor, deux ONG locales, X (...)
  • 18 Quand plusieurs ONG dépendent d’un même bailleur de fonds, il y a concurrence, chacune cherchant à (...)

27En définitive, les ONG ne demeurent jamais trop longtemps dans une zone. Les raisons de ces déplacements sont multiples et varient selon l’histoire et la stratégie propre à chaque organisation. L’insécurité (guerre), l’instabilité politique, les conflits entre les ONG, le désaccord entre leurs responsables et les autorités locales peuvent contraindre une ONG à quitter une région pour une autre17. De même quand une ONG ne reçoit plus de subventions pour réaliser des opérations de développement dans sa région d’intervention, elle se déplace vers d’autres zones. Actuellement, la région de Tambacounda du Sénégal attire beaucoup d’ONG parce qu’elle est éligible par le PNUD. De nombreuses associations nationales ou étrangères se proposent ainsi de participer à l’exécution des projets de développement définis par les experts du PNUD. De même la région de Saint-Louis du Sénégal et la région de Kayes étant éligibles pour la région Nord - Pas-de-Calais, des ONG françaises basées à l’extérieur de celle-ci ont pu bénéficier des fonds auprès du conseil régional du Nord - Pas-de-Calais parce qu’elles interviennent dans ces collectivités à l’intérieur du bassin du fleuve Sénégal. Les collectivités locales sénégalaises jumelées à des collectivités locales françaises sont devenues des zones de prédilection des ONG nationales ou étrangères. En effet, les études ou les réalisations de projets de développement initiées dans le cadre des jumelages-coopérations sont confiées généralement aux ONG présentes dans les régions concernées par cette coopération. Les ONG entretiennent très judicieusement des liens avec les collectivités locales18. C’est ainsi que l’USE/PIP, qui travaille dans le département de Podor (région de Saint-Louis), a pu obtenir des financements de la région Nord - Pas-de-Calais pour la réalisation d’un de ses programmes de développement. Les liens entre les différents acteurs obéissent quelquefois à des logiques financières plus que politiques.

Notes

1 En Afrique et en Europe de l’Ouest, la taille des villages n’a rien d’équivalent. Au Sénégal par exemple, est considéré comme village tout groupement humain qui vit dans des habitations de type traditionnel (cases, maisons en banco, etc.) et où les services de l’État ne sont pas représentés. Dans le département de Podor, le village de Guédé-Village compte 3 036 habitants, celui de Donaye 2 681, et la population du village de Golléré était estimée en 1993 à 4 000 habitants. Certains villages sont caractérisés par l’absence d’infrastructures élémentaires comme un dispensaire, une école primaire, un poste de télécommunications ; le village de Nénet, par exemple, compte 1 313 habitants et n’est pas pour autant équipé d’un dispensaire.

2 Les villages de Nénet et de Bélel collaborent dans les mêmes projets, tout comme ceux de Lérabé et de Gamaji, ou Diambo Diawbe, Sinthiou Diambo et Diambo Cubbalo, ou encore Mbantou, Diéguess, Attya et Taganith dans la communauté rurale de Guédé-Village.

3 Au Sénégal, le territoire national est subdivisé en arrondissements, départements et régions. Chaque subdivision administrative est dirigée par un fonctionnaire nommé par le chef de l’État. Le territoire national du Sénégal est couvert par 48 communes (rurales ou urbaines), 320 communautés rurales et 11 régions, soit 379 collectivités locales. Ces collectivités sont dotées d’une personnalité morale et de l’autonomie financière. Elles sont administrées librement par des conseils élus au suffrage universel.

4 Dans la région de Saint-Louis, l’institut Pasteur de Lille coordonne un programme de recherche sur la bilharziose, une maladie qui s’est considérablement développée depuis que le barrage de Diama est entré en fonction en 1987.

5 Lors des enquêtes dans les villages et en France auprès des immigrés, on a pu remarquer que certaines familles dans les villages pouvaient recevoir des mandats d’un montant de 1 500 FF par mois, ce qui correspond au salaire d’un cadre moyen au Sénégal.

6 L’association ADDIELLA (Association de développement de Diella, dans le département de Matam) avait réussi à construire un centre de santé en 1991. Mais il a fallu attendre près de deux ans avant d’avoir un infirmier d’État pour le faire fonctionner.

7 Dans la vallée du fleuve Sénégal, le coût pour l’aménagement et l’équipement d’une superficie de 1 000 hectares pour les cultures irriguées est de l’ordre de 50 millions de francs français (données de la SAED, 1997).

8 En 1997, les allocations du fonds de dotation destinées aux collectivités locales de Saint-Louis se chiffrent à 502 millions de francs CFA (soit 5 millions de francs français).

9 L’assiduité au sein d’un comité de jumelage n’est pas facile, d’autant qu’en France comme en Afrique, nombre de cadres sont soumis aux contraintes des affectations administratives. Aussi dès qu’un acteur d’un comité de jumelage quitte la ville au sein de laquelle existe le comité, sa participation diminue et peut devenir nulle. J’ai remarqué tout de même que l’assiduité des acteurs dans les comités de jumelage est plus grande au niveau des petites localités et surtout dans les pays du Sud. Ce phénomène s’explique par la longévité des équipes municipales dans certaines villes sénégalaises.

10 La CCIDAL (Cellule de coordination/information/animation pour le développement local) est animée par des Français et des Sénégalais.

11 Les techniciens français mis à la disposition des partenaires sénégalais sont rémunérés par les collectivités françaises. Aussi, quand les contrats ne peuvent plus être renouvelés par suite d’un changement de politique en France ou pour d’autres raisons, les collectivités sénégalaises ont les plus grandes difficultés à trouver un technicien et à le rémunérer. Il faut dire que les collectivités locales sénégalaises ne jouissent pas encore d’une véritable autonomie financière et politique. Par exemple, la région de Saint-Louis du Sénégal compte beaucoup sur l’aide financière de sa partenaire, la région Nord - Pas-de-Calais, pour réaliser certains programmes.

12 Il faut rappeler que la hiérarchisation sociale en vigueur au Fuuta conduit certaines personnes de familles nobles à refuser les consignes venant de personnes issues de familles castées.

13 Une frange de la population casamançaise réclame l’indépendance de la région. Les affrontements entre les séparatistes casamançais et les militaires de l’armée sénégalaise rendent cette région peu sûre. Au début des années 1990, deux Français ont été portés disparus dans cette région.

14 En République islamique de Mauritanie, la plupart des ONG interviennent dans les régions du Sud riveraines du fleuve Sénégal, peuplées majoritairement de Noirs (Soninké et Haalpulaaren). Cette population noire est pour l’instant sous-représentée au sein du pouvoir mauritanien, selon la volonté des Beydanes (population blanche). Or les Beydanes craignent qu’au contact avec les ONG les populations noires acquièrent une autonomie et en viennent à remettre en cause le pouvoir en place. C’est pourquoi les actions des ONG occidentales sont contrôlées dans cette partie de la Mauritanie.

15 Les représentants des ONG sont associés à l’animation des comités de développement locaux.

16 Les enquêtes de S. Kouassignan et O. Ndiaye en 1993 montrent que les ONG intervenant dans plusieurs régions administratives sénégalaises à la fois possèdent un important parc de véhicules. L’AFVP possède 80 véhicules ; le DAHW, 28 voitures et 13 motos ; l’ONG Caritas-Sénégal dispose de 291 véhicules. Les budgets prévisionnels de ces ONG en 1993 (avant dévaluation) étaient respectivement de 1,3 millions de francs, 5 millions de francs, 1,54 millions de francs..

17 Dans la communauté rurale de Guédé-Village située dans le département de Podor, deux ONG locales, X et Y, intervenant dans la mise en place de caisses villageoises de crédits et d’épargne, se sont affrontées, car chacune défendait la pertinence de sa démarche. Comme ces deux ONG passaient successivement dans les villages pour proposer leurs méthodes, elles provoquèrent des conflits entre villageois. En effet, ces derniers se sont affrontés quand il s’est agi de choisir l’intervention d’une seule des deux ONG. Dans le village A., le choix entre les deux ONG a demandé plusieurs jours, et l’ONG X dont la proposition n’a pas été retenue a décidé de ne plus intervenir dans ce village.

18 Quand plusieurs ONG dépendent d’un même bailleur de fonds, il y a concurrence, chacune cherchant à présenter le maximun de projets afin de justifier ses demandes.

Notes de fin

1 Bail = Bailleurs de fonds

Table des illustrations

Légende Photo 4. Un développement local qui passe par la valorisation des langues nationales L’apprentissage des langues nationales est valorisé au travers de panneaux de ce genre où un même message est écrit en français, en pulaar et en wolof. (Agnam, 1996)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Photo 5. Réunion entre villageois et animateurs de l’ONG USE/PIP Les réunions de sensibilisation entre villageois et animateurs de l’USE / PIP sont fréquentes. Durant ces séances tous les villageois (hommes et femmes) sont représentés, même les enfants peuvent y assister, à condition qu’ils ne fassent pas trop de bruits.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 5. Plan de financement du programme triennal de l’ADIGE (département de Bakel)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Note 1 Tableau 3. Le financement des projets locaux (Source de la figure et du tableau : centre de documentation du GRDR, antenne de Bakel, 1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Carte 19. Zones d’intervention des ONG USE/PIP, GRDR dans la vallée du fleuve Sénégal (Source : enquêtes personnelles, 1993-1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 6. Les possibles typologies des acteurs et des projets (© A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 7. Réseau des acteurs dans les coopérations Nord-Sud (© A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search