Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Deuxième partie. Les acteurs et les structures de développement

5. Typologie des organismes et des acteurs de développement

Texte intégral

  • 1 En 1993, lors d’une mission dans les zones de forte émigration, en vue d’étudier les réalisations d (...)

1En 1993 une étude sur les projets des associations d’émigrés1 a permis de constater sur le terrain la très forte présence, non seulement des associations des émigrés, mais encore d’autres structures de développement dans la zone du bassin du fleuve Sénégal. Elle a aussi permis de remarquer que selon les lieux d’intervention il existe une spécificité dans les modes d’action des acteurs et dans la nature des projets. Par exemple dans les zones du waalo où prédominent les activités agricoles, les associations ou organismes de développement travaillaient constamment avec les groupements paysans. Dans les zones d’émigration, comme dans le département de Bakel, les structures de développement savent qu’elles peuvent compter sur l’aide financière des associations d’émigrés pour la réalisation d’opérations au bénéfice des villages d’origine de ces mêmes émigrés. En revanche dans le jeeri, zone de pastoralisme, les acteurs de développement ne travaillent que sporadiquement avec les éleveurs. En fait ces responsables d’associations de solidarité tentent de faire coïncider leurs périodes d’intervention avec le moment où les éleveurs sont temporairement fixés. De plus, ils envisagent rarement de construire des équipements, comme le dispensaire ou une école, dans ces zones où les populations ont bâti leurs modes de vie sur la mobilité.

2Une présentation des caractéristiques et des modes d’intervention des acteurs de développement semble donc essentielle pour mieux comprendre les transformations qu’ils ont introduites ou sont en train d’introduire dans les zones rurales sahéliennes.

3Dans les villages enquêtés, on peut constater que les habitants ne se trompaient guère sur l’identité des structures ayant initié et/ou financé des projets de développement. Aussi, avant d’analyser les profils et les stratégies des acteurs, une présentation globale des structures ou organismes de développement s’impose. Il faut savoir que les acteurs des projets agissent souvent au sein de structures ou d’associations (autochtones ou étrangères) de solidarité ou d’organismes (nationaux ou internationaux) de développement. Les projets portés par un seul acteur qui ne dépend d’aucune association sont quasi inexistants. D’ailleurs quand il existe, ce type d’acteur « solitaire » a été soutenu, au départ, dans son projet par une ONG ou une quelconque structure d’appui aux initiatives individuelles. Cet acteur isolé reste souvent un émigré qui, de retour dans sa région d’origine, décide de mettre en place une activité économique, par exemple un centre d’alimentation.

4Partir des catégories de structures de développement pour ensuite appréhender les catégories d’acteurs s’est aussi imposé pour les principales raisons suivantes. D’une part, il est apparu difficile d’effectuer des entretiens auprès d’un échantillon quantitativement assez représentatif des différents acteurs, tant certaines structures regroupent un nombre important d’acteurs de développement. Par exemple, la FPOB dans le département de Bakel comprend 2 450 membres ; l’UJAK dans la communauté rurale de Guédé-Village, 4 000 paysans et éleveurs. En revanche, étaient accessibles des informations (données qualitatives) assez précises sur ces structures de développement (histoire, mode d’intervention, etc.). L’autre raison qui conduit à privilégier une analyse des structures plutôt qu’une analyse de chaque acteur réside dans un constat : un acteur peut appartenir simultanément à deux ou trois structures de développement, lesquelles interviennent à des échelles géographiques différentes. C’est le cas de Oumar D. : membre du bureau de l’association de développement du village de Mbantou où il réside, secrétaire général de l’association Dental Bamtaare Tooro qui regroupe plusieurs villages, il est encore alphabétiseur de l’ONG USE/PIP. En fait, un villageois sénégalais peut occuper un poste de responsabilité au sein d’une association de développement dans son lieu d’origine et, en même temps, être animateur au sein d’une ONG étrangère intervenant au Sénégal. C’est pourquoi il semble pertinent de privilégier une approche qui prend comme objet d’étude l’association (un système constitué de plusieurs acteurs) plutôt que l’acteur (l’individu) tout seul.

5En tous les cas, sur le terrain, le constat d’une forte « identité » des associations (identité liée au pays d’origine de l’association, à sa méthode de travail, à sa zone d’intervention) dicte nécessairement une analyse des catégories de structures. Pour affiner l’analyse des catégories, il a aussi paru nécessaire de prendre en compte les quelques acteurs isolés qui ne dépendent d’aucune structure associative ou qui ont réalisé des projets « invisibles », c’est-à-dire des projets qui ne sont pas médiatisés dans la mesure où ils vont un peu contre les initiatives préconisées par l’État.

Les ONG nationales ou étrangères

6Le terme ONG est attribué à une association apolitique, à but non lucratif, régie par la loi du pays où elle est créée. Au Sénégal, les ONG sont régies par le Code des obligations civiles et commerciales du Sénégal. Elles ont pour objet d’apporter leur contribution au développement du Sénégal et sont agréées en cette qualité par le gouvernement (selon le décret 89-775 du 30 juin 1989 fixant les modalités d’action des ONG au Sénégal). En France, ce type d’association est régi par la loi du 1er juillet 1901. Cependant pour qu’une association ou organisation privée nationale régulièrement déclarée acquière le statut d’ONG, tout un cheminement est nécessaire.

Le statut juridique des ONG : de la création à la signature du protocole d’accord

  • 2 Au Sénégal, c’est le ministère de l’Intérieur qui délivre les récépissés aux associations.

7La mise en place d’une association à but non lucratif ne constitue pas une démarche compliquée. Un groupe d’individus qui décide de créer une association doit déposer, auprès d’un représentant de l’État, en général le préfet, les buts et les statuts qui régissent le mode de fonctionnement de ladite association. Ce représentant de l’État mène une enquête (au Sénégal, seuls les dirigeants de l’association sont auditionnés). Ces enquêtes ont pour objectif de vérifier si les buts visés par l’association n’entament pas la cohésion de la nation. Dès lors qu’il est avéré que le but principal de l’association est d’aider au développement économique, social, et ce sans aucune forme de discrimination, le représentant de l’État reconnaît officiellement l’association et celle-ci peut poursuivre aussi longtemps qu’elle le souhaite ses activités2.

8Toujours au Sénégal, la deuxième étape pour une structure qui a vocation à participer pleinement au développement économique et social consiste à demander l’agrément auprès du ministère de tutelle des associations d’appui au développement. Cet agrément est accordé à des associations qui justifient de deux ans d’existence et ont réalisé leurs actions avec succès. Seules les associations ayant obtenu un agrément du ministère de tutelle des ONG sont considérées comme ONG. Les associations culturelles et sportives, les groupements paysans, les GIE (groupements d’intérêt économique), quoique reconnus par le ministère de l’Intérieur, ne possèdent pas le statut d’ONG.

  • 3 L’USAID (agence américaine d’aide au développement international) possède une antenne au Sénégal. E (...)

9L’ultime étape pour une association d’appui au développement consiste à signer un protocole d’accord avec l’État. À ce niveau de reconnaissance, l’association bénéficie de nombreux privilèges : exonération des taxes pour l’importation de matériels de bureau, de moyens de transport, de matériels agricoles, etc. La plupart des gouvernements sahéliens confient à cette catégorie d’associations (ONG nationales ou étrangères) l’exécution de certains programmes de développement, lesquels sont définis par l’État ou par des institutions internationales. Mieux encore, les États peuvent mettre à la disposition de ces associations des techniciens pour un temps déterminé. Il faut souligner que, quoique renouvelable, le protocole d’accord est limité dans le temps : sa durée correspond à la durée d’exécution d’un programme précis d’une ONG. La signature de tels protocoles pose la question des rapports entre les gouvernements sahéliens et les ONG. Est-il possible de parler encore d’actions non gouvernementales, d’indépendance des ONG par rapport aux États ? Par ailleurs, on peut observer que ces protocoles d’accord introduisent une autre hiérarchisation au sein des associations d’appui au développement. En effet, les ONG ayant signé un protocole ont non seulement la reconnaissance de l’État, mais peuvent participer à la réorientation des politiques de développement national3.

L’arrivée des ONG au Sénégal : réponse au sous-développement et émergence de la société civile

  • 4 J’ai remarqué que ces associations ne sont que des relais d’associations déjà existantes en Europe. (...)

10Une enquête réalisée en 1993, dans le but d’établir un répertoire des ONG agréées au Sénégal (Kouassigan et Ndiaye 1993), a permis d’identifier 243 ONG toutes nationalités confondues. Les actes du séminaire de l’ONG Caritas en décembre 1994 indiquent qu’il existe au Sénégal 271 ONG. En 1998, lors d’un entretien, Babakar Cissé, directeur du service du développement communautaire du ministère de l’Enfance, de la Femme et de la Famille du Sénégal, en charge du dossier des ONG, affirme que près de 300 ONG interviennent. Ces dernières travaillent, suivant leurs moyens techniques et financiers, soit sur quelques régions, soit sur l’ensemble du territoire sénégalais. L’arrivée des ONG au Sénégal est très ancienne. D’après l’enquête de 1993, les premières ONG étrangères à s’installer dans ce pays sont américaines : la MENTM (mission évangélique New Tribes Mission) intervient depuis 1954, le CRS (Catholic Relief Service) est présent depuis 1961, ces deux associations ayant été fondées aux États-Unis d’Amérique en 1943. Quant aux ONG sénégalaises, l’une des plus anciennes serait le CEADS (Conseil des églises des assemblés de Dieu du Sénégal), créé en 19584.

11La plupart des ONG intervenant en Afrique en général et au Sénégal en particulier, toutes nationalités confondues, affirment avoir pour ambition de soutenir le développement à la base en appuyant les initiatives locales, et ce dans une démarche de partenariat étroit avec les populations locales. Les ONG affirment aussi respecter les plans locaux de développement définis dans les États où elles interviennent. Par exemple, l’ONG CRS dans le libellé de son objet indique qu’elle a pour ambition « de participer à l’effort national de développement économique, social et culturel du Sénégal par une assistance technique et financière en direction des institutions locales et des populations pour venir en aide aux plus démunis » (Kouassigan et Ndiaye 1993). Mais entre le discours et la pratique, force est de constater qu’il y a un décalage. Les entretiens avec les cadres administratifs de la sous-préfecture à Ndioum et ceux de la préfecture à Bakel montrent que certains coordonnateurs d’ONG mènent leurs activités sans se soucier du contenu des plans locaux de développement définis par l’État, dans la mesure où ils ne participent guère aux réunions de comité départemental ou de comité d’arrondissement de développement organisées périodiquement par le préfet ou les sous-préfets.

12Les raisons de la présence des ONG non africaines dans la zone sahélienne sont multiples. Certaines interviennent dans les cas d’urgence. S’étant spécialisées dans les actions humanitaires, elles apportent un secours aux personnes victimes des catastrophes naturelles (sécheresse, famine, épidémie) ou des guerres. La forte médiatisation des interventions humanitaires fait que cette catégorie d’ONG est très connue (Médecins du monde, Médecins sans frontières, Croix-Rouge, etc.). Cependant leur installation dans une région est souvent temporaire, car dès que les dégâts causés par la catastrophe naturelle (phénomène ponctuel) sont éradiqués, leur présence ne se justifie plus. Il en va de même en cas de guerre. À la suite de l’expulsion des ressortissants sénégalais de la Mauritanie, une mesure consécutive au conflit Sénégal-Mauritanie en 1989, l’Office africain pour le développement et la coopération (OFADEC, une ONG sénégalaise) a été chargé de l’installation des campements de réfugiés sur la rive gauche du fleuve Sénégal, du ravitaillement de ces populations déportées, de l’éducation des enfants, etc. Tant que ce problème n’est pas réglé – encore aujourd’hui il ne l’est pas complètement –, l’OFADEC continue à intervenir auprès des populations réfugiées.

13D’autres ONG se sont installées durablement en Afrique sahélienne, leur rôle consistant à prévenir certains fléaux comme la désertification, la déforestation, la pollution urbaine, la délinquance juvénile, etc. Ces ONG de « prévention » tentent de mettre en place des centres de formation, et d’initier des campagnes de sensibilisation sur les thèmes de la santé publique, de l’économie d’énergie, du traitement des ordures ménagères, etc. Au sein de cette catégorie, on peut citer l’ONG Enda tiers-monde dont les actions de sensibilisation et de formation des membres de petites associations en milieu rural et urbain mériteraient une analyse. Dans les zones rurales, l’intervention des ONG peut consister à rénover ou installer des équipements de base : école primaire, dispensaire, puits, forage, petits périmètres irrigués. Par ailleurs, certaines ONG (étrangères surtout) apportent un soutien financier aux associations villageoises. Au cours de ces dix dernières années, le processus de la démocratisation en Afrique a offert la possibilité aux ONG de travailler plus facilement à la mise en place de programmes d’éducation au développement. Elles apportent dans le même temps un appui institutionnel aux associations villageoises ou urbaines qui souhaitent réaliser des projets tels que la valorisation des produits artisanaux locaux.

La diversité des ONG ou leur difficile classification

  • 5 Les chercheurs H. Rouillé d’Orfeuil (1984), J.-D. Muller (1989), C. Condamines (1993), et un collec (...)

14Plusieurs auteurs ont tenté de classifier les ONG5. Les critères retenus pour établir cette classification sont : la date d’apparition des ONG, les modes d’intervention, les secteurs d’activité, et surtout le mode de financement. Cette liste de critères semble insuffisante, il apparaît important d’en ajouter deux autres : la nationalité et la place de la religion dans le mode d’intervention des ONG. En effet, le critère de nationalité permet de considérer l’ONG comme actrice des nouvelles mises en relation entre les peuples du Sud et le reste du monde. Quant au second critère, il permet de voir quelle est la place de la religion dans le discours idéologique des responsables ou agents des ONG, dans leurs rapports avec les populations. En effet, pour mieux appréhender la place des facteurs culturels dans le choix d’un modèle de développement, il est nécessaire de faire un détour par un des caractères forts de la culture d’un peuple, à savoir la religion. Il est admis que chaque religion enseigne un modèle idéal de vie. Ce n’est pas un hasard si les premiers projets collectifs des émigrés du Fuuta ont consisté en la construction de mosquées. Ce n’est pas non plus un hasard si la Zakat House, une ONG islamique d’origine koweïtienne, privilégie dans ses actions l’assistance aux orphelins ou la construction de mosquées. En réalité, les fondements culturels d’un groupe d’acteurs influencent fortement les choix des modèles de développement et d’aménagement. C’est ainsi que les coordonnateurs des ONG étrangères occidentales, au regard de leur culture du développement, privilégient les actions susceptibles de favoriser la mise en place du modèle de la démocratie occidentale en Afrique. La démocratie est définie par les coordonnateurs occidentaux des ONG comme un espace étatique où chaque individu, sans distinction de sexe, d’âge, d’origine sociale ou religieuse, peut participer à la définition de la voie de développement de son pays. Pour ces responsables d’ONG, la démocratie est aussi la possibilité pour tout individu, selon ses compétences et la confiance que lui témoignent ses concitoyens, de diriger une structure de développement. Cette définition de la démocratie sous-tend le modèle occidental de développement économique et social.

Cohabitation et dépendance entre ONG étrangères et nationales

  • 6 Tel est le cas de Caritas-Sénégal. Parfois, on assiste à des changements d’appellation : l’Union so (...)
  • 7 Il faut souligner néanmoins qu’aujourd’hui la politique de la plupart des ONG étrangères intervenan (...)

15Au Sénégal, les ONG étrangères sont plus nombreuses que les ONG nationales. Ces dernières sont au nombre de 64, soit 47 % du total des ONG intervenant au Sénégal. D’ailleurs, même en ne considérant qu’un nombre restreint d’ONG, par exemple les seules organisations membres du CONGAD, on constate une prédominance des ONG étrangères. En fait, le pourcentage est plus important qu’il n’y paraît si l’on prend en compte la nationalité de l’organisation à sa création. Il faut signaler que beaucoup d’ONG, pour diverses raisons, se sont, cette dernière décennie, « sénégalisées »6. La « sénégalisation » de ces associations étrangères a naturellement favorisé la forte présence de Sénégalais dans leur personnel, mais elle ne signifie pas l’absence d’expatriés (techniciens occidentaux ou d’autres nationalités). D’ailleurs, les coordonnateurs des ONG étrangères sont généralement des ressortissants des pays à partir desquels sont créées ces mêmes ONG. Par exemple, le délégué régional en Afrique de l’Ouest de l’Association française des volontaires du progrès (AFVP) est un Français, et sur les 72 personnes employées par cette structure et travaillant au Sénégal, 52 sont des expatriés, la plupart de nationalité française. Le reste, c’est-à-dire la minorité, du personnel est de nationalité sénégalaise7. Soulignons que si les ONG étrangères deviennent sénégalaises sans trop de difficultés, la situation est différente dans d’autres pays comme la Mauritanie. Certaines ONG occidentales, et surtout celles d’obédience chrétienne, peuvent hésiter à se « mauritaniser », car il leur faut alors prendre en compte (au moins dans les textes) dans leur mode d’intervention et le choix des actions à mener la religion de l’État mauritanien, c’est-à-dire l’islam.

Carte 17. Répartition des ONG par région et selon leur nationalité
(Source : d’après le répertoire des ONG agréées au Sénégal, MFEF et PNUD, 1993. © A. H. Ba, 2007)

  • 8 En Afrique sahélienne, le sigle ASI n’est pas encore très présent dans le vocabulaire des populatio (...)
  • 9 Parmi ces ONG, un nombre important intervient dans les pays pauvres situés majoritairement en Afriq (...)

16La prédominance numérique des ONG étrangères sur les ONG nationales a diverses explications. La première tient à la différence dans les dates de création et d’installation des ONG au Sénégal. En fait, avant l’indépendance du Sénégal, c’est-à-dire avant 1960, la société civile « colonisée » n’avait pas la possibilité financière et encore moins juridique de créer ce type d’organisation de développement. De toutes les manières durant la période de colonisation, c’est l’administration coloniale qui s’occupait de la réalisation des équipements de base (école, dispensaire, etc.) et, puisque celle-ci voulait asseoir sa domination sur les populations « indigènes », il n’était pas envisageable de favoriser la constitution d’associations susceptibles de critiquer les modèles de développement occidentaux. En revanche, à la même période, dans certains pays occidentaux d’économie libérale, la vie démocratique offrait aux citoyens la possibilité de créer des associations leur permettant de participer au développement économique, social, culturel et politique à l’échelle du quartier, de la ville, de la région administrative. Certaines de ces associations occidentales ont rapidement élargi leurs zones d’intervention, au point d’agir en direction des régions en difficulté en dehors même de l’Occident. En Europe, cette extension des actions de solidarité durant les deux dernières décennies explique d’ailleurs l’usage du sigle ASI (association de solidarité internationale) à la place d’ONG8. La société civile occidentale a appris à s’organiser pour mener, parallèlement à l’État, certaines actions qui jusque-là n’incombaient qu’à l’État seul. Dans les pays occidentaux, le nombre d’ONG est passé de 1600 en 1980 à plus de 3 000 en 19959. D’après le ministère de la Coopération française, le nombre minimum d’ASI en France en 1998 est estimé à 541.

  • 10 Les visites de terrain des experts européens ou africains dans les villages se limitent à quelques (...)

17Le foisonnement des ASI occidentales est lié au succès de leurs interventions, tant dans les pays d’origine que sur les autres continents. Il suffit de penser aux associations de défense de la nature comme Green Peace ou WWF (World Wild Fund for nature). La « méthode ONG » en tant que voie pour consolider la démocratie participative est née en Occident. Les ONG sont perçues par la société civile comme un moyen d’apporter directement une solidarité aux populations déshéritées mais aussi d’élaborer une autre forme de développement. La crise de certaines idéologies, comme le communisme, a poussé des personnes tant au Nord qu’au Sud à adhérer à des mouvements au sein desquels il était plus facile d’agir. En tous les cas, au travers des interventions des ONG, il devient possible de proposer d’autres modèles de développement et de coopération entre les peuples. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle certains responsables d’ONG sont très critiques sur les politiques de coopération bilatérales actuelles (pays européen - pays africain). Ils relèvent les erreurs des politiques de coopération Nord-Sud ; selon eux, il n’est pas tenu compte des réalités culturelles des populations rurales africaines et les experts qui pensent les politiques de coopération bilatérale, qu’ils soient africains ou européens, n’ont qu’une connaissance théorique et très limitée du terrain africain10.

  • 11 En France, les ONG louent des panneaux publicitaires pour faire leur campagne de récolte de dons. C (...)

18En Occident, le succès des actions des ONG est tel qu’aujourd’hui les donateurs pour la réalisation d’actions non gouvernementales de solidarité internationale, ainsi que les militants des ONG, appartiennent à toutes les catégories sociales. Il est vrai que les ONG occidentales, compte tenu de leur ancienneté, ont su améliorer leur communication pour récolter des dons et pour valoriser leurs expériences11. Toutefois, en Afrique sahélienne, c’est après 1960, et à la suite de la mise en place d’une politique de coopération multilatérale, que l’on assiste à la venue d’ONG étrangères. En effet, pendant les sécheresses de 1973-1974 et de 1983-1984, de nombreuses associations étrangères sont venues apporter un secours aux populations sahéliennes menacées par la disette consécutive aux calamités naturelles (sécheresse et épidémies).

19Le travail de ces ONG est devenu si important qu’elles ont décidé d’ouvrir des antennes dans les pays sahéliens. Au Sénégal, le pic de la phase d’installation de ces associations se situe entre 1983 et 1988. Cette période correspond aussi à la création des plans d’ajustement structurel (PAS) préconisés par les institutions financières internationales comme la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international. Ces PAS visent à mettre en place dans les pays économiquement pauvres les conditions d’une politique économique d’ouverture, où l’investissement privé est souhaité et la réduction du nombre des fonctionnaires fortement conseillée. Une des conséquences de ces PAS est le désengagement relatif des gouvernements sahéliens dans leur politique d’équipement et d’aménagement rural.

20La mise en place des PAS et de nombreux programmes de développement en Afrique sahélienne s’est alors faite avec l’appui des ONG occidentales et des experts des organismes internationaux. Cela explique la ruée des associations occidentales vers les pays d’Afrique sahélienne au milieu des années 1980 et l’émergence en Afrique des ONG locales vers la fin des années 1980. Cette naissance tardive des ONG africaines, autrement dit le décalage entre les dates d’apparition des ONG étrangères et des ONG africaines, peut donc justifier l’actuelle prédominance numérique des premières sur les secondes. Mais, dans le cas du Sénégal, même si on assiste depuis le milieu des années 1980 à la naissance d’associations sénégalaises de solidarité, beaucoup d’entre elles disparaissent après quelques années d’existence par manque de moyens financiers. Les ONG étrangères, par contre, sont caractérisées par leur longévité, leur puissance financière, la compétence de leurs équipes techniques dirigeantes, la diversité de leurs moyens techniques et logistiques. Ces « riches » ONG se répartissent en trois catégories : les ONG américaines, les ONG européennes, les ONG arabes, présentant des spécificités (mode de fonctionnement, zone et domaine d’intervention) sur lesquelles nous reviendrons.

21La création d’ONG africaines, même si elle apparaît comme un phénomène de mimétisme, révèle une prise de conscience de la société civile sahélienne. Sur le terrain africain, une dynamique est actuellement bien enclenchée, un mouvement social bien structuré s’est mis en place ces deux dernières décennies : chaque village possède son AVD ; les paysans se regroupent en GIE ; les femmes créent leur propre association ; et les jeunes réclament de plus en plus de place dans la gestion de leur environnement. La multiplication des associations culturelles et sportives dans chaque village est aussi symptomatique de cette dynamique sociale. Certains de ces groupements aspirent déjà à un statut d’ONG. Le décalage dans le temps entre l’entrée en scène des ONG locales et des ONG occidentales explique, en partie, quelques conflits latents entre des organisations intervenant dans les mêmes régions.

22Les anciennes reprochent aux nouvelles leur manque de compétence. Quant aux nouvelles ONG locales, elles accusent les anciennes associations occidentales de tuer les initiatives des populations villageoises en pratiquant une politique d’assistanat.

La religion comme inspiratrice du mode de fonctionnement des ONG

  • 12 Lors d’un entretien à Nouakchott avec le responsable (un Français qui a embrassé l’islam) de l’acti (...)
  • 13 IARA (Islamic African Relief Agency) est une ONG islamique dont le siège est au Soudan et qui inter (...)

23Les premières ONG sont des associations dirigées par des religieux, on les appelle ONG « chrétiennes et caritatives » (Condamines 1993). En effet, à côté du travail d’aide à la mise en place de petites infrastructures (dispensaire, école) dans les pays du Sud, cette catégorie d’ONG tentait dans le même temps d’évangéliser les populations bénéficiaires de leurs interventions. Mais en Afrique sahélienne, où la majorité de la population est fortement imprégnée de la religion musulmane (95 % de musulmans au Sénégal, près de 80 % au Mali, 100 % en Mauritanie), ces ONG d’obédience chrétienne ont peu de marge de manœuvre. Elles peuvent d’autant moins insister sur l’évangélisation des populations sahéliennes qu’au sein même du personnel autochtone un nombre considérable est de confession musulmane. Néanmoins, ces ONG « chrétiennes », même limitées dans la mise en pratique d’une partie de leurs objectifs, demeurent tout de même influentes en Afrique sahélienne. Leurs considérables et constants moyens financiers, ainsi que l’ancienneté de leur présence, en font de dynamiques associations de solidarité internationale et de développement. En outre, les ONG chrétiennes ont entretenu des rapports pacifiques avec les ONG islamiques. Dans le paysage des ONG religieuses figurent ces organisations dites islamiques, qui se sont installées en Afrique sahélienne au milieu des années 1980. Elles ne rencontrent pas de véritables obstacles à évoquer la religion musulmane. D’ailleurs, certaines d’entre elles s’appuient sur les préceptes du Coran pour indiquer le modèle de développement social à suivre. Lors d’un entretien avec un des animateurs d’une ONG islamique mauritanienne, Terre vivante, on a pu mesurer l’influence de la religion musulmane sur le choix des programmes de développement social et économique que cette ONG entend réaliser12. Les associations islamiques en Afrique sahélienne ont l’avantage, contrairement à leurs homologues chrétiennes, de pouvoir constituer l’ensemble de leur personnel avec des musulmans. Au Sénégal, les ONG islamiques sont, abusivement, appelées ONG arabes parce qu’elles reçoivent un appui financier des pays du Moyen-Orient13. Sur le territoire sénégalais, ces associations dont les modes d’intervention s’inspirent de l’islam sont au nombre de 11, soit 4,5 % du total des 243 ONG officiellement répertoriées en 1993.

24Plus récentes, les ONG laïques sont désormais numériquement plus importantes. Au Sénégal, elles sont au nombre de 219, soit 90 % du total des ONG. Cette prédominance des ONG laïques est due au fait que le gouvernement du Sénégal (État laïque) encourage la création d’associations respectueuses de la Constitution. En outre, il est plus facile pour une ONG de diversifier ses sources de financement quand elle n’affiche pas officiellement son approche religieuse. En effet, une ONG qui cible une population en fonction de la religion pratique dans une certaine mesure une discrimination. Les associations laïques de développement viennent de divers continents et c’est à l’intérieur de cette catégorie que la diversité des modes d’intervention est la plus prégnante. Les ONG peuvent aussi être classées selon le profil de leur personnel (coordonnateurs et agents).

Le profil des coordinateurs des ONG : une forte présence d’expatriés à la tête des ONG étrangères

  • 14 Le coordonnateur de l’ONG islamique Zakat House est un Sénégalais « arabisant ». Il a fait ses étud (...)

25La composition du personnel varie selon la nationalité et la spécialisation des ONG. Il est signalé plus haut que les coordonnateurs des ONG étrangères sont généralement des ressortissants des pays d’origine des ONG. Dans les rares cas où une association étrangère est coordonnée par un Sénégalais, il apparaît que ce dernier a déjà séjourné dans le pays d’origine de celle-ci14. Quant aux associations sénégalaises, leurs responsables sont des autochtones.

  • 15 Lors d’une mission de l’ONG USE en 1996, à l’intérieur du département de Matam, mission à laquelle (...)

26En s’intéressant par ailleurs à la composition par sexe du personnel des ONG, on constate que la proportion des femmes par rapport aux hommes est variable selon la nationalité des ONG. Dans les associations sénégalaises, les animateurs de terrain sont majoritairement des hommes - il faut entendre par animateurs les personnes chargées de recueillir des informations auprès des populations villageoises ou citadines et de participer à la réalisation de projets initiés par les ONG. En milieu rural, les horaires de travail des acteurs (coordonnateurs et animateurs) de développement sont à vrai dire très contraignants. Les réunions avec les villageois peuvent avoir lieu tard le soir et les missions dans les villages durer plusieurs jours15. Ces conditions de travail, ajoutées à des réalités culturelles locales, ne facilitent guère la participation des femmes à ces types d’activités dont le lancement et l’exécution nécessitent une disponibilité et une mobilité constantes. Au sein des ONG occidentales, la présence d’animatrices occidentales dans les secteurs d’activité comme la santé ou l’agriculture n’est pas un phénomène rare. Ainsi, dans le département de Podor, l’équipe des animateurs de terrain de l’ONG américaine Peace Corps est constituée de quatre volontaires américains, dont trois femmes et un homme. Toutefois, dans d’autres activités, par exemple dans le cadre des campagnes de sensibilisation sur des thèmes comme la planification familiale, on observe naturellement une forte proportion des femmes au sein de l’équipe des animateurs, qu’il s’agisse d’ONG sénégalaises ou occidentales.

27Pour ce qui est du niveau d’instruction du personnel des ONG, il existe une différence entre les unes et les autres. En effet, hormis les coordonnateurs, la plupart des animateurs des ONG sénégalaises rencontrés n’ont pas effectué d’études universitaires. En revanche au sein des ONG occidentales, les animateurs comme les coordonnateurs occidentaux possèdent un diplôme de l’enseignement supérieur de leur pays d’origine. Cette différence de niveau d’instruction a conduit certaines personnes à qualifier, sans appel, les ONG africaines de structures de développement incompétentes, et à parler d’amateurisme à propos de leur façon de travailler. Cela dit, des carences sont aussi à souligner chez les coordonnateurs ou les animateurs d’ONG occidentales. Ces derniers souffrent d’une difficulté de communication avec les populations villageoises auprès desquelles ils travaillent. En effet, les animateurs d’origine étrangère sont souvent coupés des populations par la barrière linguistique. Cet « écran » linguistique entre acteurs de développement étrangers et populations autochtones constitue un obstacle dans la mise en place et le suivi des projets de développement. Aussi compétent que soit « l’accompagnateur-traducteur » des acteurs occidentaux, celui-ci ne peut guère supprimer cette barrière linguistique qui compromet beaucoup de projets de développement. En effet, les débats qui précèdent la mise en place des projets et qui se déroulent entre les populations villageoises et les animateurs occidentaux sont entachés de nombreuses incompréhensions. Les témoignages d’un coordonnateur d’une ONG sénégalaise dont le siège est à Ndioum et d’une animatrice étrangère d’une ONG américaine montrent que la barrière linguistique peut avoir des conséquences graves sur le rapport entre populations villageoises et représentants des ONG :

Monsieur Y. S., Sénégalais coordonnateur d’une association de développement : « Les coordonnateurs des ONG se présentent comme des sauveurs des populations villageoises, ils tiennent un discours teinté de condescendance ; aux villageois est demandé : quels sont vos besoins ? Ces villageois sont tellement habitués à cette méthode que les débats entre enquêteurs-représentants des ONG et villageois sont stériles, il y a très peu d’échanges. »
Mademoiselle M. K., américaine, volontaire des Peace Corps, travaille dans les villages du Fuuta : « Les enquêtes menées par les représentants des ONG apportent peu d’informations sur les réalités villageoises. En effet, lors des séances d’enquêtes, les villageois mandatent une personne qui sait parler dans la langue des représentants des ONG ; cette personne présente les doléances des villageois, son objectif étant de séduire les enquêteurs afin de capter l’argent que ces derniers sont censés injecter dans le village. Dans la plupart des cas, les populations villageoises cherchent à faire en sorte que l’ONG réalise un projet, quelle que soit la nature de celui-ci, dans leur village. »

28Ces deux témoignages révèlent une absence de communication directe entre la plupart des représentants des ONG étrangères et les populations villageoises. C’est ainsi qu’il y a souvent une confusion entre la phase d’identification des besoins et la phase de recherche des solutions. Ce décalage réside dans le fait que les deux parties ne s’expriment dans la même langue. L’ONG américaine Peace Corps est si convaincue de la nécessité de parler la langue des populations avec lesquelles elle travaille qu’elle a mis en place un système d’apprentissage rapide des langues nationales pour les animateurs volontaires étrangers.

29Une autre manière de cerner le profil du personnel étranger ou local des ONG est d’analyser leurs réelles motivations. L’approche a consisté à recueillir des témoignages auprès des personnes d’origine européenne ou américaine travaillant dans les ONG étrangères ou dans des structures de coopération en Afrique, puis à les confronter aux témoignages et aux informations fournies par les villageois collaborant avec les coordonnateurs (africains ou occidentaux) des associations de développement. Ces entretiens avec les populations villageoises ont eu lieu dans différents endroits, particulièrement dans les lieux où plusieurs ONG ont installé leurs antennes : Ndioum, Bakel (Sénégal) ; Kayes (Mali) ; Sélibaby (Mauritanie). Plusieurs types de motivations apparaissent.

  • 16 À titre d’exemple, le salaire des expatriés travaillant au sein des ONG peut atteindre dans les ann (...)
  • 17 Dans son ouvrage intitulé Du don à l’aide : le marché de l’altruisme, M. Donsimoni montre qu’il exi (...)

30Parmi le personnel expatrié, certains sont inspirés par des sentiments altruistes, pensant par exemple qu’il faut être sur le terrain africain pour participer au transfert des technologies. Ces personnes considèrent que pour réduire les inégalités entre les personnes, il faut opérer un transfert des performances technologiques et des savoir-faire des pays riches vers les pays moins équipés, lesquels sont considérés comme les moins « développés ». D’autres ont au contraire une motivation égoïste et sont à la recherche de l’aventure, de l’exotisme, des avantages financiers qu’offre le traitement16 d’un expatrié coordonnateur d’une ONG étrangère. Il n’est pas facile de cerner les réelles motivations des acteurs étrangers occidentaux, chaque interviewé ayant son propre parcours (politique, professionnel), qui influence ses motivations. Néanmoins, tenter de connaître la face cachée des motivations des acteurs comme l’a fait Myriam Donsimoni pour les donateurs des ONG17 peut sembler nécessaire, car la connaissance des motivations permet de mieux comprendre les rapports que ces acteurs « exogènes » entretiennent avec leurs espaces d’intervention et avec les sociétés sur (ou avec) lesquelles ils travaillent. Ces investigations aident par ailleurs à mieux saisir l’histoire et la nature des projets des acteurs et à analyser les marques (ou transformations) que ces derniers veulent laisser sur leurs milieux d’intervention.

  • 18 Dans sa thèse de géographie soutenue en 1984 sur le milieu rural sénégalais, B. Fall montre comment (...)

31Les motivations des acteurs nationaux sont aussi de plusieurs ordres. D’abord le travail au sein d’une ONG leur apparaît comme le seul moyen d’agir au quotidien et directement avec les populations villageoises. En effet, celles-ci sont moins méfiantes quand il s’agit de mener un projet avec une ONG, car dans les pays comme le Sénégal les villageois ont longtemps souffert de l’autorité de l’État18. Pour les nationaux travaillant en milieu rural, les conditions de travail au sein des ONG sont d’autre part meilleures qu’au sein des structures étatiques. En effet, les ONG sont bien équipées en moyens de transport. Il n’est pas rare de voir les fonctionnaires de l’État (sous-préfet, responsables de services d’expansion rurale) utiliser la voiture d’une ONG pour effectuer leurs tournées à l’intérieur de leur circonscription administrative. Les acteurs nationaux considèrent par ailleurs qu’il ne faut pas laisser les seules associations étrangères investir le champ des actions non gouvernementales, si bien qu’on peut assister à une sorte de concurrence entre ONG nationales et étrangères. L’autre motivation des coordonnateurs et des présidents des conseils d’administration d’ONG nationales est d’ordre politique. En effet, les fréquentes périodes d’inauguration des équipements réalisés par ces associations permettent aux responsables de rappeler aux populations villageoises le rôle des ONG dans l’amélioration des conditions de vie. Ainsi, lors des cérémonies d’inauguration, on assiste souvent à un glissement vers des discours qui ont des allures de campagne électorale, la plupart des coordonnateurs ou des présidents du conseil d’administration étant affiliés à un parti politique. Ces cérémonies d’inauguration permettent donc de renforcer leur légitimité auprès des populations villageoises. Il y a là comme une sorte d’instrumentalisation des ONG.

32Au total, les motivations, les comportements et même les plans de carrière ne sont pas les mêmes selon qu’il s’agit d’un coordonnateur autochtone ou expatrié, travaillant au sein d’une ONG nationale ou d’une ONG étrangère. En outre, chaque association de solidarité possède une logique d’intervention spécifique, laquelle peut remodeler les visions de départ des acteurs.

Les associations d’émigrés et leurs relais dans les villes africaines

  • 19 Condé et Diagne 1983 ; Gonin et Quiminal 1986 ; Barou 1992 ; Daum 1992 ; Ba et Coquet 1993.
  • 20 Ndiaye 1992 ; Gonin 1997 ; Naïr 1997.
  • 21 Lors de la visite officielle en 1997, à Lille (France), de la délégation du conseil régional de Sai (...)

33Les associations constituées d’émigrés ressortissants du bassin du fleuve Sénégal commencent à être bien connues. Les nombreuses études menées depuis 1982 par différentes équipes19 témoignent de l’intérêt que les chercheurs portent d’une part aux modes de constitution des associations d’émigrés et d’autre part aux actions entreprises par les migrants dans les pays d’installation ou dans les pays d’origine. Cependant, les rapides mutations politiques et sociales tant dans les pays d’immigration (Naïr 1997) que dans les pays d’émigration invitent à revoir constamment la question de la structuration des associations d’émigrés. De même il est nécessaire d’examiner de plus près la place que les associations d’émigrés viennent d’acquérir dans les politiques de développement des pays d’origine. Cette dernière préoccupation reste pour l’instant celle des chercheurs qui considèrent les émigrés comme des acteurs de développement mais aussi comme des vecteurs de co-développement d’un nouveau genre20. En effet, nombre d’émigrés sont devenus des acteurs de développement incontournables, car aujourd’hui leurs interventions dans les pays d’origine sont de plus en plus diversifiées et visibles, au point d’influencer par endroits l’organisation des espaces sahéliens. Le dynamisme des associations d’émigrés dans l’espace sahélien en général, et dans le bassin du fleuve Sénégal en particulier, varie selon les lieux et le temps. Aussi, il semble important de faire d’abord un rappel de l’histoire de ces associations, pour ensuite traiter la composition démographique des associations d’émigrés, en insistant sur le parcours et le profil de quelques leaders. Cette démarche permet d’une part de mieux expliquer l’évolution du mode de fonctionnement des associations d’émigrés et les voies que ces associations pourraient emprunter dans l’avenir, et d’autre part, de mieux saisir la spécificité de cette catégorie d’acteurs ubiquistes. L’usage du terme ubiquiste indique que les émigrés ont cette capacité à intervenir dans le même temps dans des lieux différents. En effet, grâce à leurs correspondants dans les villages, les associations d’émigrés parviennent à intervenir régulièrement en direction des lieux d’origine. Les relations des émigrés avec les populations autochtones des pays de départ continuent à s’inscrire dans le respect des valeurs africaines et les villageois considèrent les émigrés comme des personnes qui se sont absentées quelque temps mais qui restent des membres à part entière des villages. D’ailleurs les villageois en parlant des émigrés disent « nos enfants qui ont voyagé ». En revanche, les associations d’émigrés sont perçues autrement par les représentants de l’État. En effet, la vie à l’étranger, les expériences acquises, les nouveaux savoir-faire et les attitudes différentes de celles qui ont cours dans les pays d’origine font que les émigrés et leurs associations sont considérés par les dirigeants politiques des États sahéliens comme des acteurs exogènes ayant leurs propres modes d’intervention21.

Naissance et positionnement des associations d’émigrés

  • 22 Fédération des associations pour la recherche, l’alphabétisation et l’éducation en langue peule dan (...)
  • 23 La périodicité de versement des cotisations était aussi variable. Le montant des cotisations par pe (...)

34En Afrique sahélienne, il est de tradition chez les personnes issues du même village et se retrouvant dans un autre lieu de créer une association dont l’objectif essentiel reste le maintien de la solidarité avec le village d’origine. Les dirigeants de ces associations sont souvent choisis parmi les plus anciens, et de préférence dans le groupe statutaire des rimbe (nobles). De l’histoire de la constitution des associations de migrants, il faut retenir que plus la revendication d’appartenance à une aire géographique bien précise ou à un groupe ethnolinguistique est forte chez un groupe d’émigrés sahéliens, plus le besoin de créer une association pour montrer l’attachement à la communauté et/ou à la zone d’origine est intense. En France l’association Kawtal22 illustre ce phénomène : cette fédération regroupe des associations des ressortissants de la Guinée, du Sénégal, du Mali, du Tchad, du Cameroun, etc. ; tous ses membres partagent, naturellement, l’usage de deux langues, le pulaar et le fulfulde. En France, au début de leur création, les associations d’immigrés sahéliens assuraient leurs frais de fonctionnement grâce à la cotisation des membres, dont le montant, d’après les enquêtes, était très variable23. La vie des associations est rythmée par les réunions ou les assemblées générales, qui constituent les moments forts pour aborder différents sujets tels que la présentation, le choix des projets ou l’état d’avancement des actions en cours dans les villages. Cette ferme et constante volonté chez les Sahéliens émigrés de maintenir une solide cohésion entre eux par-delà les frontières et ce fort attachement au lieu d’origine suscitent des interrogations sur la place des facteurs psychologiques, culturels, religieux dans les rapports des hommes aux lieux et aux sociétés d’origine.

  • 24 Durant les premières années d’immigration sahéliennes (1960), les associations d’étrangers n’étaien (...)

35Il est souligné dans les pages précédentes qu’une partie considérable des Sahéliens a émigré vers différents pays du monde. Dans chaque pays d’immigration, les immigrants ont créé une association, qui peut être officialisée si la loi du pays de résidence le permet. Dans le cas contraire, l’association existe mais elle reste non déclarée24. Dans les pays d’immigration comme la France, les immigrés ressortissants de la vallée du fleuve Sénégal sont membres d’une association regroupant des personnes originaires d’un des pays riverains de ce fleuve. D’après les responsables d’associations de ressortissants du Sénégal en France, tout immigré sénégalais adulte est membre d’une association. Le consulat général du Sénégal à Paris estime à près de 300 le nombre d’associations d’immigrés sénégalais. Si on admet comme vrais les propos des responsables d’associations, on peut considérer qu’au moins 25 % des immigrés sénégalais sont membres d’une association. De même, en ne retenant que les Sénégalais ressortissants des régions de Saint-Louis et de Tambacounda (régions par excellence d’émigration), on peut estimer à 50 % le taux de participation des immigrés à une association.

  • 25 L’association RIFEN (Rassemblement international des femmes noires), dont l’actuelle présidente est (...)

36La présence en France des femmes et des jeunes originaires de l’Afrique renforce le nombre d’associations d’immigrés. La création d’associations composées de femmes issues de l’immigration donne une nouvelle configuration au tissu associatif25. Celles qui sont constituées de jeunes restent cependant minoritaires. Dans l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing, par exemple, il n’existe que deux associations regroupant des jeunes ressortissants du Sénégal. D’ailleurs elles ont été initiées par des adultes. La CRAO (Communauté des ressortissants de l’Afrique de l’Ouest) a été créée par des adultes originaires du Mali, du Sénégal et de la Mauritanie, et un Sénégalais en coordonne les activités, centrées sur l’initiation à la danse traditionnelle sénégalaise. Cette activité n’attire pour l’instant que les jeunes Sénégalaises. La deuxième association de jeunes est celle de l’UTSF/AR, section Nord. Cette association a commencé ses activités en 1998 et regroupe des filles et des garçons sénégalais. Son objectif consiste à organiser des rencontres-débats autour des thèmes de l’immigration, des civilisations africaines, et des rencontres-échanges dans les villes de France où vivent des jeunes Sénégalais membres de l’UTSF/AR.

Les leaders d’associations d’immigrés : la visibilité des pratiques citoyennes

  • 26 Lors des élections présidentielles de 1993 et 2000 au Sénégal, il était possible pour les immigrés (...)

37Dans l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing, le contact régulier pendant cinq ans avec quatre leaders d’associations d’immigrés sénégalais et originaires de différents villages de la vallée du fleuve Sénégal a permis d’observer une constante : la plupart de ces responsables sont arrivés jeunes en France, quelques-uns ayant transité ou séjourné dans d’autres pays avant d’atteindre la France. Ils s’expriment tous bien ou moyennement en français et savent aussi lire et écrire en français, même moyennement. Dans leur village d’origine, ces leaders d’associations appartiennent à des familles influentes. Ils y reviennent régulièrement, en moyenne tous les deux ou trois ans, et se tiennent informés de l’évolution des réalités politiques et économiques de leur pays d’origine26. Dans l’agglomération lilloise, les leaders rencontrés vivent avec leurs épouses et leurs enfants, et exercent tous une activité professionnelle (ouvrier, commerçant, marabout ou autre). La présentation du parcours de deux d’entre eux est très significative, l’un pour son implication à la fois dans la vie associative à Villeneuve-d’Ascq et dans la réalisation des actions de développement dans son village d’origine, l’autre pour sa forte implication dans la vie d’une association s’occupant de la défense des droits des travailleurs immigrés sénégalais en France.

M. G. (âgé de 47 ans au moment de l’enquête) est originaire d’un village de la région de Saint-Louis et n’a jamais été à l’école française. Avant d’arriver en France en 1974, il a séjourné dans douze pays africains. Durant ses premières années en France, il travaille comme commerçant ambulant, puis il trouve un emploi comme ouvrier soudeur dans une usine à Wattrelos. Il habite durant cinq ans dans un foyer de travailleurs immigrés à Roubaix. En 1979, il loue un appartement et fait venir sa famille. Durant ses premières années en France, il s’inscrit au cours d’alphabétisation pour adultes dispensé par l’Association des étudiants africains de France. Il milite par la suite dans plusieurs associations d’immigrés africains et dans des associations françaises. Nommé président de l’association des ressortissants de son village d’origine en Europe, il se consacre à trouver des subventions pour la réalisation des projets de développement. Grâce à ses réseaux de relations en France notamment auprès des élus municipaux et des hauts responsables au Sénégal, il a réussi à obtenir des fonds pour la réalisation de plusieurs actions de développement dans son village (rénovation de l’école, rénovation du centre de santé, aménagement d’un jardin maraîcher, etc.). Il affirme que, pour se développer, l’Afrique a besoin de l’aide des pays occidentaux. Par ailleurs, il situe les causes des problèmes des pays africains dans les systèmes de gouvernement en cours. Même s’il est bien intégré en France, possèdant des amis de toutes origines, M. G. songe à repartir dans son village d’origine dès qu’il aura atteint l’âge de la retraite. D’ailleurs, il est en train de construire une maison dans son village, et là-bas il continuera son combat pour le développement. Lors des multiples entretiens, M. G. affirme que le fait de ne pas savoir bien lire et écrire en français constitue un grand handicap pour un responsable d’association comme lui.
S. D. (âgé de 49 ans au moment de l’enquête) est ressortissant du village O. dans le département de Matam, région de Saint-Louis. Il est arrivé en France à l’âge de 17 ans. Il lit et écrit en français. Membre fondateur de plusieurs associations d’immigrés ressortissants des pays du bassin du fleuve Sénégal dans l’agglomération de Lille, S. D. vit avec sa famille en France. Il est un des animateurs de l’association des ressortissants de son village d’origine. Il participe aux réunions à Paris organisées par cette association villageoise. Mais c’est dans l’agglomération lilloise que S. D. est très actif. Il est connu pour son combat pour la défense des droits des travailleurs immigrés sénégalais. Depuis 1986, il coordonne les activités de la section Nord des travailleurs immigrés sénégalais. Cette section organise de nombreux débats sur les relations Nord-Sud et l’immigration. Ainsi, les réflexions de ce leader sur les relation Afrique-Europe sont catégoriques : « Tant que les projets financés par les bailleurs de fonds étrangers ne seront pas en adéquation avec les besoins exprimés par les populations locales africaines, le développement du Sud par le biais de l’aide restera un échec et les peuples du Sud continueront à subir l’humiliation. Il faut savoir que toute aide n’est pas bonne à accepter, certaines formes d’aide sont des pièges... » Ce sont là les propos de S. D., ce leader d’association qui vit en France depuis trente-deux ans.

38Ces deux militants associatifs, originaires de la même région et appartenant à une même ethnie, ont une lecture différente des enjeux des relations Nord-Sud. Leur parcours migratoire différent peut expliquer leur divergence de point de vue. Tous les deux agissent pour un meilleur devenir des peuples du Sud. Cependant leurs stratégies et leurs échelles d’intervention sont différentes. M. G. mobilise des fonds ici pour les réinvestir en Afrique, alors que S. D. travaille sur l’information et la sensibilisation des Africains vivant en France, sur la question de la coopération et de leur intégration en France. Ces deux militants sont membres d’un club de Sénégalais. Ils se retrouvent chaque mois pour partager un repas et échanger sur la culture du Fuuta. Ils sont aussi tous deux membres d’une association dont l’objectif est d’assurer le rapatriement des dépouilles mortelles vers le Sénégal.

Les associations villageoises de développement : de nouveaux acteurs locaux

39Sont appelées associations villageoises de développement (AVD) toutes les associations créées et dirigées par les habitants des villages. Leur naissance suit deux logiques :

  • soit l’association est créée par un groupe d’individus qui souhaitent mener à terme un projet déjà identifié et/ou en cours de réalisation, et dans ce cas de figure le projet est antérieur à la structure de gestion qu’est l’AVD ;

    • 27 P. Gonin (1997), dans ses travaux sur la région de Kayes au Mali, a montré comment le succès des ré (...)

    soit elle est créée par un groupe de villageois qui s’accordent sur de vagues objectifs, et ensuite viendront le choix d’une action précise d’intérêt collectif et sa réalisation. Dans ce dernier cas, c’est la structure qui précède l’action. Préciser l’antériorité ou la postériorité de l’association par rapport à une action de développement qu’elle mène permet d’analyser le niveau d’organisation des villageois et leur degré d’appropriation des actions de développement27.

40Dans la région du fleuve Sénégal, dans les sociétés haalpulaar et soninké, les regroupements des personnes par classe d’âge sont très anciens. Chez les Haalpulaaren, par exemple les fedde sont de très anciens groupements des personnes de même classe d’âge, fondés sur un fonctionnement traditionnel où le président est souvent nommé à vie. Ce type d’associations traditionnelles coexiste avec des associations à mode de fonctionnement « moderne ». Ces dernières organisent périodiquement une élection des membres du bureau qui les dirigent, et une assemblée générale pour débattre de leurs activités.

41Dans sa thèse, Mamadou Lamine Ndiaye rappelle qu’au Sénégal l’émergence d’un mouvement associatif structuré dans les villages date du début des années 1960 et que celui-ci s’est consolidé au milieu des années 1980. En effet, au début des années 1960, c’est le parti politique socialiste, parti du premier président du Sénégal, qui incitait à la création d’associations de jeunesse socialiste en milieu rural. Cette politique avait un double objectif : organiser le monde rural, mais aussi contrôler les sociétés rurales, amener celles-ci à accepter les politiques agricoles définies par le pouvoir central basé à Dakar. Actuellement l’État cherche toujours à contrôler le monde paysan en encourageant la création de GIE dont le fonctionnement dépend étroitement de la Caisse nationale du crédit agricole du Sénégal (CNCAS). Celle-ci possède des antennes en milieu rural afin de faciliter l’accès aux crédits pour les paysans et les éleveurs membres d’un GIE. Ces groupements sont constitués par des ruraux exerçant la même activité, alors que les AVD sont constituées de personnes originaires d’un même village et exerçant diverses activités économiques.

42Aujourd’hui en milieu rural, rares sont les AVD qui sont sous le contrôle des partis politiques. En revanche, elles sont très liées aux associations d’émigrés, aux ONG ou aux organismes de développement nationaux ou internationaux. En fait la dépendance s’est déplacée. D’ailleurs, on note une corrélation entre le nombre d’ONG intervenant dans un même village et le nombre d’associations dans ce village. La multiplication des AVD dans un village peut produire des résultats antagonistes. En effet, si une entente s’établit entre elles, on peut assister à la naissance d’un collectif des différentes AVD. Dans le village de Golléré, par exemple, elles se sont regroupées au sein du Comité de développement de Golléré. Par contre dans d’autres villages, chacune est sous l’influence d’une ONG, et comme certaines ONG sont concurrentes, on retrouve les mêmes antagonismes au sein des AVD présentes dans un même village. Ce type de conflit entre AVD s’est déroulé à M., un village situé dans la communauté rurale de Guédé-Village dans le département de Podor. Cette localité avait reçu deux ONG, l’USE/PIP et le FSD, chacune proposant la mise en place d’une banque villageoise de crédits et d’épargne. Mais comme chaque ONG a une méthode particulière, les AVD n’ont pas réussi à s’entendre, et les unes ont choisi l’USE/PIP, les autres le FSD. La tension a gagné l’ensemble du village à tel point que certaines familles ont dû rompre leurs relations. On le voit, les conflits peuvent éclater entre les responsables des AVD d’un même village lorsqu’il s’agit de mobiliser toutes les associations autour d’un projet et de trouver un consensus autour de la méthode à suivre pour réaliser un projet. L’apparition des conflits est aussi liée au fait que chaque AVD nourrit l’ambition d’occuper la place du leader au sein du village. Cette place est d’autant plus convoitée qu’elle permet à l’AVD qui la détient d’être l’interlocutrice auprès des personnalités politiques ou des structures de développement de grande envergure.

43Dans le département de Podor comme dans celui de Bakel, les responsables des AVD rencontrés ont tous fréquenté les écoles de langue française ou maîtrisent l’écriture dans une des langues nationales courantes (soninké et pulaar). C’est ainsi que les AVD sont dirigées par des personnes qui doivent plus leur légitimité à leur compétence qu’à leur lignage. L’association Dental Bamtaare Tooro, qui regroupe dans le département de Podor 17 villages, a pour secrétaire général un descendant de captif. Ce dernier occupe un poste important au sein de cette grande association, mais sa compétence et sa connaissance du mouvement associatif font qu’il est accepté de tous.

  • 28 La structuration d’Endam m’est bien connue, car cette association est partenaire de l’association b (...)

44Dans la présentation des associations villageoises, il est utile de rappeler leur composition. Elles peuvent soit être mixtes, c’est-à-dire composées d’hommes et de femmes, soit ne regrouper que des hommes ou des femmes. Ce dernier type d’association a longtemps prévalu. Il faut préciser que dans les villages, voire dans les villes d’Afrique sahélienne, la stricte répartition des tâches domestiques par classe d’âge et par sexe ne favorisait guère la mixité. En revanche, la tendance au sein des nouvelles AVD est à la mixité et au mélange de personnes de classe d’âge différente. Dans les villes de l’intérieur du Sénégal, on peut observer des associations constituées de ressortissants d’un village ou de plusieurs villages voisins. À Dakar par exemple, l’association Endam28, qui regroupe des ressortissants de six villages de la communauté rurale de Guédé-Village, est constituée de trois sections : une réservée aux femmes, une aux hommes et une autre aux jeunes, son président étant un homme. La création au sein d’une association de ressortissants d’une section des femmes témoigne de la volonté effective de celles-ci de s’impliquer à leur manière dans la solidarité en direction des villages d’origine. Cette mobilisation des femmes au sein des associations révèle par ailleurs que, vivant en ville et ayant accédé à une certaine autonomie financière, elles n’ont pas oublié les villages dont elles sont originaires, et qu’elles tentent de négocier un nouveau statut au sein de la société urbaine et une reconnaissance auprès des villages d’origine. Ainsi, elles apportent leur participation financière à la réalisation des projets (construction de case de santé, installation d’un moulin à mil, etc.) initiés par leurs consœurs restées au village.

45Le développement des AVD dans le bassin du fleuve Sénégal au cours de cette dernière décennie est un phénomène qui signe le changement dans l’organisation sociale et économique des sociétés rurales. L’engouement des populations rurales pour ce type d’associations se lit à travers l’existence d’associations intervillageoises de développement (AIVD). Une AIVD regroupe au moins deux villages, lesquels peuvent être dans un même pays ou dans des pays limitrophes. L’Association de lutte anti-érosive sur la Falémé (ALAEF) dont les villages sont situés dans une région transfrontalière ou l’Association intervillageoise de Sinthiou Boubou (AISB), regroupant 32 villages dans la région de Tambacounda, constituent à ce titre deux exemples d’AIVD dont les modes de fonctionnement sont riches d’enseignements. Dans le premier cas, 10 villages, dont le patrimoine culturel commun est la langue soninké et dont l’ennemi commun est l’érosion hydrique, décident d’unir leurs forces pour améliorer leur cadre de vie. Dans le second cas, c’est le succès des réalisations dans le village de Sinthiou Boubou et le dynamisme de l’association de ce village dirigée par un ancien migrant, Thièdel Diallo, qui inspirent aux villages voisins l’idée de créer leur propre association. Thièdel Diallo propose ensuite à ces villages de s’unir dans une AIVD pour définir un programme global d’actions complémentaires.

Photo 3. Rencontre entre deux associations partenaires
Tutti Frutti Couleurs et Cultures (association française) et Endam (association sénégalaise) travaillent sur un projet de construction d’un centre d’échanges et de formation du citoyen dans la communauté rurale de Guédé-Village (région de Saint-Louis). Ce projet a reçu un financement du Conseil régional Nord -Pas-de-Calais.

La formule de la coopération décentralisée : une nouvelle échelle de partenariat

  • 29 En Rhônes-Alpes, la communauté de communes de Saint-Jean-de-Bournay soutient le développement des c (...)

46C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que la notion de jumelage entre les villes a été développée afin de consolider les liens entre les anciens alliés et de contribuer à la réconciliation entre les peuples belligérants (CUF 2006). La Fédération mondiale des cités unies travaille depuis lors au renforcement de cette mise en relation des cités. Aussi, les partenariats continuent à se nouer entre des collectivités locales situées dans différents pays du monde. En France, il existe une centaine de jumelages-coopérations entre les collectivités françaises et leurs homologues situées au Sénégal, au Mali et en Mauritanie. Ces accords de jumelage-coopération favorisent une ouverture de l’espace rural du bassin du fleuve Sénégal au reste du monde. Les échanges de savoir-faire portent sur divers secteurs d’activité (hydraulique, santé, éducation, gestion urbaine, etc.). Le renforcement des politiques de décentralisation dans des pays européens comme la France au début des années 1980 et dans des pays africains comme le Sénégal vers la fin des années 1990 a conféré localement aux élus et aux techniciens des États respectifs de plus grandes responsabilités. Par exemple, en France, les débats politiques en matière d’aménagement du territoire ont abouti en 1982 à une loi sur la décentralisation, qui stipule que les régions françaises sont érigées en collectivités territoriales et sont dotées d’une personnalité juridique. Devant cette relative autonomie des régions, le jumelage-coopération n’est plus désormais le seul apanage des communes urbaines ; certaines collectivités locales rurales, des communautés de communes, des établissements scolaires, voire des associations « loi 1901 »29 commencent à s’intéresser aux jumelages-coopérations et entreprennent de tisser des liens avec leurs homologues situés en Europe ou sur d’autres continents (Afrique, Amérique).

  • 30 D’après les textes officiels (source : CUF 2006), les actions entreprises dans le cadre de la coopé (...)

47En France, la loi du 6 février 1992 définit ainsi la coopération décentralisée : c’est une relation entre des collectivités territoriales françaises et des collectivités étrangères, les conventions passées entre les collectivités étant une modalité de l’exercice des compétences des collectivités, et non une compétence nouvelle ; la coopération décentralisée doit se faire dans les limites de compétences fixées par les lois de décentralisation, et porter sur leurs domaines de compétences ; les conventions doivent veiller au respect des engagements internationaux de la France30. La pratique de jumelage-coopération renforce les relations Nord-Sud et Est-Ouest en général, et les relations entre les collectivités africaines et les collectivités européennes en particulier. La diversité des actions entreprises dans le cadre des jumelages-coopérations montre la dynamique d’évolution de cette nouvelle forme de mise en relation Nord-Sud.

48Dans les premières années des jumelages-coopérations, la forme de relations était le jumelage bilatéral. Aujourd’hui, la tendance est aux jumelages multilatéraux : plus de deux villes ou de deux collectivités territoriales collaborent dans la réalisation d’une action. Les enquêtes de terrain montrent que c’est la coopération triangulaire ou tripartite regroupant trois villes ou collectivités territoriales qui est de plus en plus pratiquée. Il s’agit pour les collectivités de conjuguer leurs efforts (technique et surtout financier) pour l’aide au développement. On peut citer deux exemples de jumelage tripartite Nord-Sud très dynamique : celui né en 1985 entre la communauté rurale d’Agnam Civol (Sénégal), la commune de Garbsen (Allemagne) et celle d’Hérouville-Saint-Clair (France), et celui entre les villes de Lille, Liège et Saint-Louis du Sénégal. Le contenu des échanges dans le cadre de ces jumelages-coopérations est de plus en plus varié. Cependant les secteurs qui bénéficient le plus d’appui sont la santé, l’enseignement scolaire, la culture, l’adduction d’eau. Cette diversité des types d’échanges justifie l’implication de plusieurs personnes aux compétences variées et complémentaires.

Carte 18. Coopération décentralisée France - vallée du fleuve Sénégal
(Source : d’après données CUF, 1994. © A. H. Ba, 2007)

  • 31 En dehors de l’Afrique sahélienne, la région Nord - Pas-de-Calais mène aussi des actions de coopéra (...)

49L’ancrage d’une politique de coopération décentralisée au sein d’une collectivité locale ou territoriale est une affaire d’élus. Dans la région Nord - Pas-de-Calais, le dynamisme du jumelage-coopération entre la ville de Lille et la ville de Saint-Louis du Sénégal est lié à l’implication constante des équipes municipales successives des deux villes. En effet, depuis 1978, date du jumelage officiel entre les deux villes, les élus se rendent visite mutuellement. Mais c’est avec la constitution en 1981 de l’association Partenariat Lille - Saint-Louis du Sénégal que les échanges entre les deux villes se développent. En 1990, l’ambassadeur du Sénégal à Paris se rend dans le Nord pour participer à l’ouverture du festival du Sénégal, organisé à Lille par le Partenariat Lille - Saint-Louis du Sénégal et l’Amicale des étudiants sénégalais du Nord - Pas-de-Calais. De nombreuses manifestations auront lieu par la suite à Lille comme à Saint-Louis afin d’inciter les habitants des deux collectivités locales à s’impliquer davantage dans la politique de jumelage-coopération. L’identification, le choix et la réalisation des actions sont confiés aux comités de jumelage existant dans les villes jumelles. À Lille, l’association Partenariat Lille - Saint-Louis du Sénégal s’est dotée d’un directeur de projets et de quelques animateurs pour assurer le suivi des activités liées aux échanges entre les deux villes. À Saint-Louis, il existe une cellule de coordination des activités initiées par les deux villes. Les élus sont membres de ces comités, mais ce sont surtout des techniciens, dont les compétences et la disponibilité permanente restent nécessaires pour mener les divers projets, qui sont majoritaires. Ainsi, selon la nature des opérations entreprises, on rencontre au Nord comme au Sud une implication forte de médecins, d’enseignants, d’ingénieurs, d’animateurs socio-éducatifs. Le succès des échanges entre ces deux villes explique en partie le jumelage en 1988 entre la région Nord -Pas-de-Calais et celle de Saint-Louis du Sénégal. Le développement des échanges entre ces deux régions a pris de l’importance durant le mandat de Marie-Christine Blandin (présidente de région de 1992 à 1998). En effet, la création d’une commission ad hoc « Relations internationales », travaillant en lien étroit avec la direction des relations et de la solidarité internationales qui instruit les dossiers, a permis d’initier des actions envers la région de Saint-Louis du Sénégal et d’autres régions31. Les visites officielles à Lille du président malien, Alpha Oumar Konaré, et du président du conseil régional de Saint-Louis du Sénégal, Abdourahim Agne, ont donné une vigueur à la coopération décentralisée entre la région Nord et les collectivités territoriales du bassin du fleuve Sénégal.

50Parmi les acteurs de la coopération décentralisée figurent les leaders des associations issues de l’immigration. En effet, en France, les associations d’immigrés ressortissants du bassin du fleuve participent au renforcement de la mise en relation de leur territoire d’origine avec leur collectivité de résidence. C’est le cas de l’association ALDA (Association de liaison pour le développement d’Agnam), qui est constituée des ressortissants de la communauté rurale d’Agnam Civol dans le département de Matam : ses leaders en France travaillent avec la ville d’Hérouville-Saint-Clair (Calvados), laquelle appuie les projets d’adduction d’eau, de santé, d’activités agricoles, de formation et d’éducation dans la communauté rurale d’Agnam. Cependant il faut préciser que les migrants ne participent pas à l’amont à la définition du contenu des politiques de coopération en direction de leurs régions d’origine. Des relations étroites avec les responsables d’associations dans la ville de Lille permettent de donner deux exemples qui illustrent cette situation conflictuelle :

  • 32 En 1993, I. Coquet et moi-même avons travaillé sur une étude consistant à appréhender les projets d (...)

Certains leaders de l’association AMANOR (Association des Maliens du Nord) se sont toujours plaints de l’attitude du conseil régional du Nord -Pas-de-Calais. En effet, ces immigrés maliens considèrent qu’ils ne sont pas consultés pour la définition des politiques de coopération décentralisée en direction de la région de Kayes. De même ils estiment qu’ils ne sont pas associés directement à l’évaluation des actions de coopération entreprises par le conseil régional.
Dans un autre cas, on peut citer la relation des travailleurs immigrés sénégalais avec l’association Partenariat Lille - Saint-Louis du Sénégal. Au début de l’année 1993, un groupe de travail autour des projets des migrants sénégalais est mis en place, les réunions sont coordonnées par le Partenariat. Quatre travailleurs immigrés responsables d’associations villageoises participent à ce groupe. Mais vers la fin de l’année 1993, lors de l’assemblée générale du Partenariat, il n’est pas fait mention de la participation effective des immigrés sénégalais dans ce groupe de travail. Depuis lors un scepticisme s’est installé et certains immigrés sénégalais sont moins enclins à travailler avec le Partenariat. Pour ces immigrés sénégalais, le Partenariat avait besoin de faire figurer sur les comptes rendus écrits la présence des immigrés, mais l’objet n’était pas de travailler dans un esprit d’échanges réciproques. Sinon comment expliquer que le président de ladite association ait passé sous silence l’apport des immigrés dans ce groupe de travail qui a piloté une étude ?32

51En tous les cas, le développement des jumelages-coopérations entre les collectivités locales ou territoriales françaises et celles du bassin du fleuve Sénégal renforce la solidarité internationale. Mais comme les collectivités françaises disposent de moyens financiers et techniques largement supérieurs à leurs homologues du Sud, on assiste à un appui institutionnel, technique et un soutien financier des premières aux secondes. Tant que perdure ce déséquilibre des moyens techniques et financiers entre le Nord et le Sud, les politiques de solidarité internationale n’atteindront pas l’objectif idéal que constitue la mise en place d’échanges réciproques.

Les organismes de développement : des modes et des moyens différents pour des objectifs communs

52Au Sénégal, les organismes nationaux de développement et les organismes internationaux de développement ont les mêmes finalités, mais ils présentent des différences sur plusieurs points qu’il semble utile de rappeler. Alors que les premiers sont récents, car ils sont nés au début des années 1960 (années des indépendances des colonies françaises en Afrique), les seconds existent depuis la création de l’ONU en octobre 1945. Les autres différences entre ces deux types d’organismes sont importantes : inégalité des « espérances de vie », des moyens financiers et techniques, des pouvoirs de décision, des tailles des zones d’intervention. En effet, les organismes internationaux possèdent des budgets très importants pour mener des projets de développement et cette sécurité financière leur assure une pérennité de fonctionnement. En revanche, nombre d’organismes nationaux au Sénégal n’assument qu’à moitié leur mission, et d’ailleurs certains disparaissent après quelques années d’existence, faute de moyens financiers constants et de moyens techniques compétitifs. Les plans d’ajustement structurel préconisés par les institutions monétaires internationales ont concouru à la réduction du champ d’intervention de certains organismes nationaux sénégalais. On peut citer le cas de la SAED qui s’est désengagée dans son rôle de société d’encadrement des paysans : aujourd’hui, cette société d’État ne s’occupe pas de l’écoulement des produits agricoles. Or quand on connaît le manque d’équipement pour le stockage des produits agricoles frais (tomates, oignons), on mesure combien les paysans de la région de Saint-Louis du Sénégal et du département de Bakel ont encore besoin du soutien de l’État au travers des structures comme la SAED pour écouler leurs produits.

Les organismes étatiques de développement : une déconcentration mal réussie au Sénégal

  • 33 Durant les premières années des indépendances, L. S. Senghor, alors président du Sénégal, dans un s (...)
  • 34 En 1997, M. Guèye, alors directeur de l’aménagement du territoire, affirme que dans l’actuel plan n (...)

53Ces organismes de développement sont des structures déconcentrées des différents ministères. Leur présence dans les campagnes, dans les petites circonscriptions administratives comme les arrondissements, dépend de l’état d’avancement des politiques de décentralisation et de déconcentration. Ainsi, au Sénégal, dans chaque chef-lieu d’arrondissement, on note la présence d’un service vétérinaire, d’un service des eaux et forêts, d’un centre d’expansion rurale polyvalent (CERP). Ces services visent à renforcer le pouvoir de l’État auprès des populations villageoises, mais aussi à assurer un développement simultané et cohérent des régions rurales. Les agents et responsables de ces structures sont généralement des fonctionnaires de l’État formés dans des écoles nationales sénégalaises comme l’École nationale des cadres ruraux, l’École nationale d’économie appliquée, l’École nationale supérieure d’agronomie, etc.33 À côté de ces structures, il existe au niveau national la direction de l’aménagement du territoire dont le rôle est d’établir un plan national d’organisation du territoire capable de corriger les disparités régionales34. Au début de leur création, le rôle de ces structures étatiques dans l’application des politiques nationales de développement était considérable. Les CERP ont par exemple coordonné les séminaires d’animation en milieu rural (formation des paysans et des éleveurs, mise en place de coopératives agricoles, sensibilisation aux techniques d’exploitation des ressources naturelles, etc.). Cependant, aujourd’hui, avec l’application des plans d’ajustement structurel, certaines structures de développement national ont vu leur rôle s’amenuiser, car leurs moyens (financiers, logistiques) ne cessent de se réduire. Le dialogue avec le monde paysan est devenu rare. Aussi, les paysans sont de plus en plus nombreux à se regrouper en GIE et ils ne font appel aux services de l’État que pour l’obtention des crédits auprès de la CNCAS. Comme celle-ci accorde plus facilement des crédits aux GIE qu’à un individu, on observe la multiplication de GIE même chez les éleveurs, une catégorie socioprofessionnelle pour laquelle le regroupement formel est rare. Aussi, dans les zones situées à proximité d’une antenne de la CNCAS, il s’opère une véritable révolution culturelle chez les ruraux. En effet, les conditions d’obtention et/ou de remboursement d’un emprunt ont introduit de nouveaux comportements chez les paysans et éleveurs, notamment en matière de gestion financière. Un entretien avec le responsable de l’antenne de la CNCAS à Ndioum révèle que les éleveurs demeurent meilleurs payeurs que les paysans, le succès de l’embouche bovine permettant aux éleveurs de rembourser facilement les prêts.

Les organismes interétatiques de développement : penser le développement à l’échelle régionale

54Les organismes interétatiques les plus importants, comme la FAO, l’Unicef, l’Unesco, le PNUD, le PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement), l’OMS, dépendent de l’ONU et leurs interventions concernent de vastes zones géographiques. Viennent ensuite les organismes créés par les États riverains du fleuve Sénégal comme l’OMVS, ou des organismes africains sous-régionaux comme le CILSS, l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine), regroupant des États partageant une même zone éco-climatique ou les mêmes situations économiques. Cette deuxième catégorie d’organismes régionaux mène, d’une part, des études pour une meilleure connaissance des environnements africains (au sens large du terme), et tente, d’autre part, d’appliquer des politiques de développement pensées par leurs propres experts-consultants. Les responsables des antennes des organismes internationaux en Afrique sont de hauts cadres originaires d’Afrique ou d’autres continents.

55Au total, les acteurs des différents organismes de développement sont multiples. Ils participent selon leurs propres logiques (stratégies) à la mise en relation Sud-Sud ou à celle Nord-Sud des espaces ruraux ou urbains, la première n’excluant pas la seconde. Plutôt que de faire une « catégorisation » des acteurs, il est préférable de présenter leur diversité à travers l’histoire et la nature des structures au sein desquelles ils travaillent. Un acteur de développement peut, au cours de sa carrière, travailler successivement dans différentes structures de développement public ou privé, national ou international. Cette mobilité professionnelle des acteurs pourrait faire croire qu’il n’existe pas de véritable différence dans les modes de fonctionnement des multiples structures de développement présentes en Afrique. Rien n’est moins sûr, car le comportement de l’acteur par rapport aux populations rurales varie selon la structure au sein de laquelle il travaille. Par exemple, l’acteur de développement qui travaille au sein d’un organisme étatique sait que les paysans ont tendance à accepter les discours tenus par les représentants de l’État, que beaucoup de villageois ont même peur des représailles de celui-ci. Aussi, certains cadres de l’État en milieu rural présentent leurs projets aux paysans avec arrogance. De leur côté, les populations villageoises parlent des agents de l’État avec une certaine méfiance ; leurs propos - « ils viennent avec leurs projets » - révèlent bien le manque de communication qui peut exister entre villageois et acteurs de développement mandatés par l’État. En revanche, l’acteur de développement qui travaille au sein d’une ONG doit beaucoup négocier avec les paysans ou les éleveurs pour faire adopter sa méthode d’intervention. En fait cette possibilité de dialogue entre les animateurs des ONG et les paysans a été souhaitée par les premiers, qui ont voulu marquer leur différence avec les représentants de l’État en adoptant une attitude moins directive, en instaurant une concertation avec les populations villageoises dans l’identification des besoins, le suivi des projets, etc. Cependant, il faut souligner qu’au bout du compte, dans les deux cas, les logiques des ONG ou des structures nationales de développement l’emportent sur les logiques des populations villageoises. En fait les ONG et les structures étatiques disposent de moyens techniques et financiers qui sont de loin plus importants. De plus les villageois n’ont pas encore réussi à mettre en place une stratégie pour s’opposer efficacement à certains projets.

56L’explication de la transformation des espaces du bassin du fleuve Sénégal en général et de la région de Saint-Louis du Sénégal procède, d’une part, d’une étude de l’évolution des modes de fonctionnement des organismes de développement qui opèrent dans ces espaces ruraux et, d’autre part, d’une analyse de la logique de la mobilité de ces organismes à l’intérieur des espaces géographiques. Cette mobilité peut être considérée comme un essaimage des organismes de développement, lequel se manifeste à travers l’installation des antennes des organismes dans différentes zones géographiques. L’étude des différents modes d’intervention des structures élaborés par des acteurs exogènes et endogènes permet de voir en quoi les mises en relation participent de la mutation des espaces ruraux dans le bassin du fleuve Sénégal.

Notes

1 En 1993, lors d’une mission dans les zones de forte émigration, en vue d’étudier les réalisations des émigrés, j’ai été frappé par l’importance des actions entreprises par les ONG occidentales dans les milieux ruraux sahéliens.

2 Au Sénégal, c’est le ministère de l’Intérieur qui délivre les récépissés aux associations.

3 L’USAID (agence américaine d’aide au développement international) possède une antenne au Sénégal. Elle finance les ONG américaines intervenant au Sénégal et les autres structures de développement. Mme Anne Williams, directrice de l’USAID-Sénégal, avait organisé en 1997 une rencontre avec deux cents experts représentants de l’administration et du secteur privé pour présenter les objectifs stratégiques que l’USAID compte mettre en œuvre pour la période allant de 1998 à 2006. Cette rencontre s’était déroulée sous la présidence de M. Loum, ministre délégué chargé du budget (voir le quotidien sénégalais Le Soleil en date du 29 avril 1997).

4 J’ai remarqué que ces associations ne sont que des relais d’associations déjà existantes en Europe. Le mouvement des Éclaireurs s’est d’abord structuré en Europe avant de gagner les pays africains. Nous connaissons bien l’ampleur de ce mouvement pour avoir participé en 1977 au Nigeria à la première rencontre internationale des scouts et éclaireurs d’Afrique. Chaque État africain était représenté par une délégation de près de quarante personnes (jeunes et adultes).

5 Les chercheurs H. Rouillé d’Orfeuil (1984), J.-D. Muller (1989), C. Condamines (1993), et un collectif d’auteurs dans Le courrier, n° 152, 1995, ont proposé des critères pour une classification des ONG.

6 Tel est le cas de Caritas-Sénégal. Parfois, on assiste à des changements d’appellation : l’Union solidarité entraide (USE), une des plus importantes ONG du Sénégal, était autrefois dénommée Centre œcuménique d’entraide. L’USE est donc une émanation de la Cimade, ONG française (voir à ce propos USE 2005).

7 Il faut souligner néanmoins qu’aujourd’hui la politique de la plupart des ONG étrangères intervenant en Afrique sahélienne consiste à recruter l’essentiel de leur personnel parmi les populations autochtones ; seul le poste de coordonnateur reste pour l’instant réservé à un expatrié.

8 En Afrique sahélienne, le sigle ASI n’est pas encore très présent dans le vocabulaire des populations villageoises. En revanche, nous avons remarqué lors de nos entretiens avec les populations villageoises que même celles qui n’ont jamais été scolarisées en français savaient bien prononcer « ONG ».

9 Parmi ces ONG, un nombre important intervient dans les pays pauvres situés majoritairement en Afrique. En 1998 par exemple, le répertoire des associations de solidarité internationale françaises indique que 100 ASI interviennent en direction du Mali, autant au Sénégal, et 17 en Mauritanie.

10 Les visites de terrain des experts européens ou africains dans les villages se limitent à quelques jours et la barrière de la langue limite considérablement la communication entre experts et villageois.

11 En France, les ONG louent des panneaux publicitaires pour faire leur campagne de récolte de dons. Ces panneaux, dont l’objectif est d’attirer la compassion, montrent des images peu respectueuses de la dignité humaine. Nous pouvons citer l’exemple d’un panneau publicitaire d’une ONG qui lutte contre la faim. Sur ce panneau, réalisé en 1999, deux photos différentes montrent le même visage d’une femme noire. À gauche, on voit un visage squelettique et triste, et en dessous une phrase : « Leila avant ! » À droite, un visage cette fois-ci ravissant avec un joli sourire, et la phrase : « Leila après avoir reçu un don de 100 FF par mois d’une ONG. » En fait cette ONG laisse croire qu’avec 100 FF par mois un donateur français peut faire vivre une personne en Afrique. Cette logique de parrainage dans les pays pauvres est de plus en plus acceptée par les Européens.

12 Lors d’un entretien à Nouakchott avec le responsable (un Français qui a embrassé l’islam) de l’action culturelle et environnementale de l’ONG Terre vivante, celui-ci a affirmé sans détour que cette organisation proposait une approche holistique du développement, fondée sur la spiritualité de l’islam, le respect et la promotion des richesses culturelles locales.

13 IARA (Islamic African Relief Agency) est une ONG islamique dont le siège est au Soudan et qui intervient entre autres au Sénégal. Il faut préciser que le Soudan comme la Mauritanie, au regard de l’importance de la population noire autochtone qui y vit, ne peuvent être considérés comme des pays arabes, même s’il s’agit de républiques islamiques.

14 Le coordonnateur de l’ONG islamique Zakat House est un Sénégalais « arabisant ». Il a fait ses études en langue arabe, a séjourné durant plusieurs années dans les pays arabes et a travaillé dans le milieu diplomatique sénégalais. De même le coordonnateur du GRDR est un Sénégalais qui a déjà travaillé à Montreuil en France, siège social du GRDR.

15 Lors d’une mission de l’ONG USE en 1996, à l’intérieur du département de Matam, mission à laquelle j’ai participé, la plupart des réunions avaient lieu après le coucher du soleil, car c’est le moment où les villageois (hommes et femmes) sont le plus disponibles.

16 À titre d’exemple, le salaire des expatriés travaillant au sein des ONG peut atteindre dans les années 2000 1830 euros, indemnités d’acclimatation non comprises. Il faut rappeler qu’au Sénégal, par exemple, le salaire d’un cadre supérieur débutant ne dépasse guère 230 euros, que le salaire minimum garanti est de l’ordre de 80 euros. Les expatriés occidentaux travaillant en Afrique, et payés au même titre que leurs concitoyens restés en Occident, tirent beaucoup d’avantages financiers de cette situation. Il suffit d’ailleurs d’observer le train de vie de ces expatriés (voiture avec chauffeur, villa, domestiques) pour imaginer que nombre d’Occidentaux peuvent être tentés d’aller travailler en Afrique.

17 Dans son ouvrage intitulé Du don à l’aide : le marché de l’altruisme, M. Donsimoni montre qu’il existe plusieurs types de donateurs. Après avoir analysé les sentiments qui les motivent, elle établit trois catégories : le donateur « égoïste », le donateur « culpabilisé », le donateur « altruiste » (Donsimoni 1995).

18 Dans sa thèse de géographie soutenue en 1984 sur le milieu rural sénégalais, B. Fall montre comment certains paysans qualifiés de mauvais payeurs sont arrêtés et humiliés par les représentants de l’État. En effet le rapport de l’État aux paysans et aux éleveurs reste de nature conflictuelle.

19 Condé et Diagne 1983 ; Gonin et Quiminal 1986 ; Barou 1992 ; Daum 1992 ; Ba et Coquet 1993.

20 Ndiaye 1992 ; Gonin 1997 ; Naïr 1997.

21 Lors de la visite officielle en 1997, à Lille (France), de la délégation du conseil régional de Saint-Louis du Sénégal, la question du rôle des émigrés dans le développement des villages d’origine a été évoquée. Le président du conseil régional de Saint-Louis est intervenu pour dire que les émigrés ont leur propre vision du développement et qu’il n’était pas simple de travailler avec eux. Cette remarque d’une personnalité politique sénégalaise montre bien que les émigrés sont quelquefois considérés dans leur propre pays comme des « acteurs étrangers ».

22 Fédération des associations pour la recherche, l’alphabétisation et l’éducation en langue peule dans le monde, dont l’actuel siège social est à Mantes-la-Jolie, France.

23 La périodicité de versement des cotisations était aussi variable. Le montant des cotisations par personne pouvait être fixé à 25 FF ou plus par mois ; en cas d’urgence ou selon l’ampleur d’un projet, il pouvait atteindre 1000 FF.

24 Durant les premières années d’immigration sahéliennes (1960), les associations d’étrangers n’étaient pas reconnues par la loi française. Il a fallu attendre 1981 pour voir les étrangers obtenir le droit de se constituer en association. Le tissu associatif issu de l’immigration s’est donc renforcé et il n’est plus l’apanage des seuls immigrés de sexe masculin.

25 L’association RIFEN (Rassemblement international des femmes noires), dont l’actuelle présidente est une Béninoise résidant à Villeneuve-d’Ascq, possède des sections dans beaucoup de régions françaises - le critère d’adhésion : être une femme ayant des origines noires. C. Quiminal, lors d’une intervention à l’Université de Lille I en 1998, sur le thème de la migration soninké, a montré le développement important ces dernières années des associations féminines issues de l’immigration dans la région parisienne.

26 Lors des élections présidentielles de 1993 et 2000 au Sénégal, il était possible pour les immigrés sénégalais de voter à partir de la France. J’ai remarqué qu’à Lille les leaders des associations des travailleurs immigrés se mobilisaient plus que les étudiants pour se rendre à Paris où sont les bureaux de vote.

27 P. Gonin (1997), dans ses travaux sur la région de Kayes au Mali, a montré comment le succès des réalisations initiées par un ancien migrant, I. Konaté, a facilité la mise en place d’une association intervillageoise de développement dénommée Ordik.

28 La structuration d’Endam m’est bien connue, car cette association est partenaire de l’association basée en France Tutti Frutti couleurs et cultures dont j’ai assuré la présidence entre 1997 et 2001. La mise en relation entre ces associations a été facilitée par mon implication simultanée et directe dans le fonctionnement des deux associations.

29 En Rhônes-Alpes, la communauté de communes de Saint-Jean-de-Bournay soutient le développement des communes rurales du département de Bakel et de Kédougou. Dans la région Nord - Pas-de-Calais, les correspondances scolaires entre des écoles sénégalaises et françaises sont courantes.

30 D’après les textes officiels (source : CUF 2006), les actions entreprises dans le cadre de la coopération-jumelage ne doivent pas entrer en contradiction avec la politique extérieure de l’État français. Par ailleurs, l’action des collectivités territoriales est soumise au contrôle de légalité de droit commun, contrôle exercé a posteriori par le préfet de département pour vérifier si les différentes procédures sont respectées. Voir à ce propos le Guide de la coopération décentralisée, Paris, La Documentation française, 2005.

31 En dehors de l’Afrique sahélienne, la région Nord - Pas-de-Calais mène aussi des actions de coopération en direction du district de Moguilev (Belarus), des provinces de Hué et de Da Nang (Vietnam), des voïvodies de Cracovie, de Katowice, de Bielsko-Biata (Pologne).

32 En 1993, I. Coquet et moi-même avons travaillé sur une étude consistant à appréhender les projets des migrants sénégalais résidant dans la région Nord - Pas-de-Calais. Cette étude était pilotée par un groupe composé de migrants sénégalais et de représentants d’autres associations, dont le Partenariat Lille - Saint-Louis du Sénégal.

33 Durant les premières années des indépendances, L. S. Senghor, alors président du Sénégal, dans un souci de développer une cohésion entre les ethnies et de consolider la notion d’État-nation, souhaitait que les agents de l’État exercent leur métier loin de leur région d’origine. Aussi trouvait-on des Haalpulaaren en Casamance, des Diola au Fuuta, etc.

34 En 1997, M. Guèye, alors directeur de l’aménagement du territoire, affirme que dans l’actuel plan national d’aménagement du territoire le monde rural fait, tout comme les centres urbains, l’objet de propositions qui intégrent les besoins en réseaux routiers pour faciliter l’accès à ces zones et le transport de la production. « Il convient de faire en sorte que le citoyen, où qu’il se trouve, n’ait plus besoin de venir jusqu’à Dakar pour obtenir satisfaction » (voir « Entretiens avec M. Guèye », Le Soleil, mardi 4 février 1997, p. 5).

Table des illustrations

Légende Carte 17. Répartition des ONG par région et selon leur nationalité (Source : d’après le répertoire des ONG agréées au Sénégal, MFEF et PNUD, 1993. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Photo 3. Rencontre entre deux associations partenaires Tutti Frutti Couleurs et Cultures (association française) et Endam (association sénégalaise) travaillent sur un projet de construction d’un centre d’échanges et de formation du citoyen dans la communauté rurale de Guédé-Village (région de Saint-Louis). Ce projet a reçu un financement du Conseil régional Nord -Pas-de-Calais.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Carte 18. Coopération décentralisée France - vallée du fleuve Sénégal (Source : d’après données CUF, 1994. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search