Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Deuxième partie. Les acteurs et les structures de développement

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

Les acteurs agissent sur l’espace selon leurs moyens et leurs stratégies, qui dépendent en partie au moins de leurs représentations (y compris de leurs représentations de l’espace même). Il s’ensuit des inégalités substantielles dans leurs effets sur l’espace, et des décalages par rapport aux ambitions réelles des acteurs ou aux qualités des lieux et des territoires. (Brunet 1993)

1La précarité de la situation économique dans l’espace sahélien ces trois dernières décennies a fait l’objet de nombreux écrits. Les causes structurelles comme la faible performance des techniques d’encadrement et des outils agricoles, la médiocrité des circuits de commercialisation, conjuguées aux causes conjoncturelles comme la faible pluviométrie et la dévaluation du franc CFA, expliquent en partie cette sorte d’enlisement économique de l’espace sahélien en général, et des campagnes de la vallée du fleuve Sénégal en particulier. Parmi les révélateurs de cette situation figure l’émigration. En effet, beaucoup de jeunes gens continuent à quitter leurs villages pour tenter de trouver du numéraire dans d’autres régions ou d’autres pays. Dans le même temps, de nombreuses structures ou associations de solidarité nationale ou internationale, animées par des acteurs de diverses origines, œuvrent au travers d’opérations de développement pour améliorer les conditions de vie dans les villages et pour fixer les populations. L’ensemble de ces multiples actions laisse des marques de plus en plus visibles à toutes les échelles géographiques de l’espace du bassin du fleuve Sénégal.

  • 1 Bilan du monde, Le Monde, édition 2004.
  • 2 Voir le répertoire 2006 des ONG membres du CONGAD, Sénégal

2Les pays sahéliens sont classés par les experts du PNUD1 parmi les pays, économiquement, les plus pauvres du monde. C’est aussi dans ces pays que l’on rencontre un nombre important d’associations de solidarité locale ou étrangère2. Au Sénégal, par exemple, dans la seule région de Saint-Louis, interviennent 40 ONG membres du CONGAD, soit 51 % du total des ONG membres de ce conseil, et dans la région de Tambacounda on note la présence de 40 % d’entre elles. Ces deux régions administratives restent économiquement les moins riches du Sénégal et demeurent par ailleurs des régions rurales de forte émigration. En zone sahélienne, il semble y avoir co-occurrence entre la présence d’ONG dans une région et la pauvreté de celle-ci.

  • 3 En 1992, l’institut Panos a mené une étude sur les associations d’immigrés vivant en France et res (...)
  • 4 L’Atlas de la coopération décentralisée, réalisé par Cités unies France et édité en 1995, montre l (...)

3En fait, ces régions en difficulté sont, comme il est signalé dans l’introduction générale, le théâtre de divers projets menés par différentes structures, telles que les ONG nationales ou étrangères, les associations d’émigrés originaires de ces mêmes régions3, les organismes internationaux de développement. Au début des années 1960, la plupart des actions d’aide aux pays sahéliens étaient menées dans le cadre de la coopération bilatérale (État-État) ou multilatérale. Aujourd’hui, une nouvelle forme de coopération, la coopération décentralisée, est venue renforcer les deux premières. Celle-ci met en rapport les collectivités locales ou territoriales du Nord avec leurs homologues au Sud. Les principaux acteurs de cette nouvelle forme de coopération sont les élus, les techniciens des services des collectivités, les coordonnateurs des ONG, les animateurs des comités de jumelage et certains techniciens d’État. La coopération décentralisée s’est considérablement développée en direction de l’Afrique à la suite de la mise en place des processus de décentralisation et de régionalisation, vers le milieu des années 1980, dans certains États africains comme le Sénégal ou le Mali4.

4La présence d’une multitude d’acteurs de développement dans une même région, comme le bassin du fleuve Sénégal, soulève la question légitime de la cohérence et de l’efficacité des actions de développement et des modes d’action des ONG et des autres structures de développement. Une réponse à cette question récurrente dans les études sur les modes d’organisation et d’aménagement des espaces passe par une analyse des structures de développement en présence. Une approche par catégories de structures, dont les critères de distinction sont la nature des projets, les profils, les discours et les modes d’intervention des acteurs, semble pertinente. L’analyse des différentes stratégies des acteurs permet d’établir, à partir des catégories préétablies, de nouvelles catégories de structures de développement. L’appréhension des modalités d’émergence et de fonctionnement de ces nouvelles structures peut contribuer à saisir l’évolution des rapports de l’homme à l’espace. On peut aussi s’interroger sur la nature des liens entre les acteurs eux-mêmes. Leurs rapports s’inscrivent-ils dans des logiques de complémentarité, de concurrence ou de conflit ? Quelle est la logique dominante ? L’attitude des populations villageoises sahéliennes par rapport aux projets de développement reste une autre question essentielle. En fait, au regard des spécificités culturelles et des conditions écologiques des espaces villageois, on peut s’attendre à des comportements différents des populations villageoises par rapport aux projets initiés par des acteurs exogènes. Dans ces conditions, une analyse des diverses formes de réaction des ruraux par rapport aux politiques d’aménagement rural renseigne-t-elle suffisamment sur l’évolution générale des mentalités dans les campagnes ? Par ailleurs, le contact de plus en plus permanent des populations villageoises avec les ONG de développement bouscule-t-il par moments les rapports des villageois à l’État ?

5L’étude de terrain a permis de comprendre la forte interaction entre le projet, les acteurs et les populations bénéficiaires des projets. Aussi, les analyses sont centrées sur les particularités des structures et des acteurs pour mieux expliquer les possibles interrelations. Elles s’appuient sur les observations directes de terrain, et sur les entretiens menés auprès des acteurs rencontrés en Europe et en Afrique. C’est à deux échelles géographiques différentes qu’il est envisagé de cerner les interactions afin de rendre compte de leurs caractéristiques. Il s’agit de voir où ces interactions sont les plus perceptibles, les plus solides ou les plus faibles.

6La première échelle d’analyse demeure celle du village ; ce niveau d’analyse et d’observation permet en un temps réduit (une dizaine de jours) de s’intéresser à l’ensemble des réalisations dans un village et de comprendre le mode de fonctionnement de chaque association porteuse de projets de développement. Ainsi dans le village de Golléré, chaque réalisation est étudiée en profondeur grâce aux entretiens avec les responsables des associations ayant réalisé une ou plusieurs actions de développement, ou des responsables d’associations dont les projets sont en cours de réalisation.

7La deuxième échelle d’analyse correspond à un ensemble d’espaces villageois. Sont d’abord identifiées quelques structures de développement intervenant dans le même temps sur de vastes espaces (communauté rurale, département ou région). Ensuite sont examinés, sur le terrain, la réalité des opérations de développement et les rapports de ces structures de grande envergure avec les autres plus petites. Au Sénégal, trois associations font l’objet d’une étude approfondie : l’Union des jeunes agriculteurs de Koyli-Wirnde (UJAK) dans la communauté de Guédé-Village, la Fédération des paysans organisés de Bakel (FPOB) dans le département de Bakel, et l’Union solidarité entraide/programme intégré de Podor (USE/PIP) dans le département de Podor. En France, est considéré le cas du conseil régional du Nord - Pas-de-Calais comme institution intervenant en direction de la région de Saint-Louis du Sénégal et de la région de Kayes au Mali, le GRDR comme ONG française intervenant dans une zone transfrontalière du bassin du fleuve Sénégal, le Partenariat Lille-Sénégal comme association assurant la coordination des activités d’un comité de jumelage entre deux capitales de région : Lille (Nord - Pas-de-Calais, France) et Saint-Louis (région de Saint-Louis, Sénégal).

  • 5 Quand le président d’une ONG locale est un leader politique, il use de ses relations pour faire co (...)

8Cependant, ces deux démarches comportent quelques limites. D’abord, à l’échelle du village, il n’y a pas de grandes différences dans le fonctionnement des structures, car il y a un effet de mimétisme. Ensuite, au niveau régional ou national, l’ancienneté et la célébrité de certaines associations telles que l’USE/PIP5 cachent la visibilité des autres associations. De même, certaines réalisations des ONG ou d’autres structures de développement, du fait de leur nature ou du lieu où elles sont menées, sont plus médiatisées que d’autres. Certaines actions, quoique qualitativement importantes, par exemple les actions de sensibilisation et d’éducation dans les secteurs de la santé et de la protection de l’environnement, ne sont pas visibles facilement ; en tout cas, elles le sont moins que la construction, suivie d’une inauguration, d’un centre de santé, d’un puits, ou l’aménagement d’un périmètre irrigué villageois. Enfin, les limites des analyses issues des enquêtes viennent de la difficulté à obtenir des organismes et de certaines personnes ressources des données quantitatives récentes. Les responsables des services techniques des collectivités territoriales ou les coordonnateurs des ONG ne souhaitent pas toujours fournir le détail de leur rapport d’activité aux enquêteurs. Quant aux villageois, rares sont ceux qui possèdent les documents indiquant avec précision le coût des réalisations.

9Néanmoins, les observations sur les modes de fonctionnement des structures de développement et les témoignages recueillis auprès de certaines personnes ressources (coordonnateurs des associations de solidarité, des organismes internationaux, anciens des villages) permettent de préciser les caractéristiques des structures et des acteurs de développement, leurs relations, et de faire une analyse des types de transformations sociales et spatiales dans les villages.

Notes

1 Bilan du monde, Le Monde, édition 2004.

2 Voir le répertoire 2006 des ONG membres du CONGAD, Sénégal

3 En 1992, l’institut Panos a mené une étude sur les associations d’immigrés vivant en France et ressortissants du bassin du fleuve. Les résultats de cette étude indiquent qu’il existerait plus de 400 associations d’immigrés travaillant pour le développement de leur pays d’origine.

4 L’Atlas de la coopération décentralisée, réalisé par Cités unies France et édité en 1995, montre le nombre important des jumelages-coopérations entre les collectivités françaises et leurs homologues dans les pays francophones.

5 Quand le président d’une ONG locale est un leader politique, il use de ses relations pour faire connaître son association. Ainsi, toute action entreprise (aussi petite soit-elle) par cette ONG est très médiatisée, et par conséquent renforce sa renommée.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search