Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Première partie. Le Sahel, espace de circulation

4. Conclusion : l’émigration reste-t-elle encore une stratégie de survie pour les Sahéliens ?

Texte intégral

  • 1 Le gouvernement sénégalais a créé divers services pour s’occuper de la question des émigrés : le B (...)

1Les autorités des pays africains encouragent l’émigration : elles sont conscientes de l’apport économique des émigrés (devises, projets d’équipement des villages). Des informations sur les pays de destination sont diffusées dans les quotidiens ; le gouvernement sénégalais a mis en place des services1 pour faciliter l’émigration, ou la ré-émigration, et pour aider les anciens émigrés à réaliser des projets économiques de réinsertion au Sénégal. Dans les pays d’immigration comme la France, le gouvernement sénégalais dispose d’un consulat général à Paris et de dix consulats honoraires établis dans certaines régions (voir carte 15), le choix de l’implantation d’un consulat dépendant de l’importance du nombre des immigrés sénégalais dans une région. Les consuls informent les ressortissants sénégalais des dispositions prises par le gouvernement sénégalais. À vrai dire, leur rôle se limite plutôt à aider les immigrés dans les démarches administratives pour le renouvellement des passeports ou autres pièces délivrées par les autorités du pays d’origine (certificat de nationalité sénégalaise, casier judiciaire, etc.).

  • 2 L’État du Canada accorde le visa d’entrée aux candidats à l’émigration seulement s’ils totalisent (...)

2Les villageois sont généralement favorables à l’émigration. Que les pluies ne tombent pas ou que la crue attendue n’arrive pas au bon moment, la pénurie alimentaire oblige les villageois actifs à aller chercher ailleurs des moyens de survie. Puisque cette situation est récurrente dans les milieux ruraux sahéliens, chaque famille par précaution encourage l’émigration d’un de ses membres. Pour beaucoup de villageois, l’argent de l’émigration est un moyen de survie. Ainsi, à l’instar de deux géographes (Ndiaye 1994, Daum 1992), on peut encore considérer l’émigration comme une chance pour les pays de départ. Parmi les personnes vivant dans les villages, seules les épouses des émigrés semblent déplorer ce phénomène, mais c’est plutôt l’absence prolongée du mari qui est en cause, et non le fait migratoire en lui-même. Jamais les hommes n’ont été aussi mobiles à la surface de la terre. Jamais l’Afrique n’a été aussi reliée au reste du monde grâce à la présence de ses ressortissants dans différents pays. La révolution des moyens de transport et des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) n’a pas fini d’accentuer la propension des hommes à se déplacer malgré le renforcement des contrôles aux frontières dans certains pays2.

3La migration sahélienne apparaît comme une migration solidement organisée à partir des pays d’origine d’une part et dans les pays d’immigration d’autre part. Les réseaux migratoires sahéliens sont de plus en plus denses et les destinations de plus en plus variables, d’autant plus que les profils des candidats à l’émigration sont divers. Les réseaux de relation mis en place par les migrants facilitent à la fois les déplacements des immigrés à l’intérieur d’un pays d’accueil et les projets de ré-émigration. C’est ainsi qu’il n’est plus exact de parler d’une migration sahélienne, car il y a plusieurs formes de migrations sahéliennes. Des études approfondies sur une longue période permettraient certainement de préciser les modèles migratoires maliens, sénégalais (voir Gonin 1997), ruraux ou urbains, etc. Une autre caractéristique de la migration sahélienne réside dans le fait que les émigrés ont un comportement particulier, celui de rester attachés au pays d’origine, et ils le manifestent presque tous de la même manière : retours réguliers, investissements dans le pays d’origine, aide aux parents restés au pays. Par ailleurs, les émigrés sahéliens ont développé une stratégie, celle de se constituer en association dans un pays dès qu’ils représentent un petit nombre. Cette volonté de resserrer les liens de solidarité par-delà les frontières participe d’une sorte de fidélité à la culture « communautariste ». Cependant les émigrés ne sont pas pour autant refermés sur eux-mêmes, ils négocient avec les autorités des pays d’accueil et de leur pays d’origine pour réaliser des actions qu’ils estiment d’intérêt collectif. Pour cela, on peut les considérer comme des vecteurs de mise en relation entre lieux de départ et lieux d’arrivée. Cette solide organisation de la migration sahélienne puise son fondement dans les principes qui régissent les rapports entre individus dans les communautés africaines. Le migrant sahélien estime avoir une dette à l’égard de son espace d’origine. Son rôle dans l’évolution des mentalités, dans la transformation de l’organisation sociale et spatiale des pays d’origine, dans l’actuel contexte de renforcement de la coopération Nord-Sud, et dans une mise en place du processus démocratique en Afrique, reste encore une question qui mérite d’être approfondie. Mais pour autant, il ne faut pas oublier que les émigrés ne sont pas les seuls responsables des transformations en cours dans les espaces villageois. Aussi, dans la deuxième partie de cet ouvrage, sont présentés d’une part les divers acteurs qui participent à la transformation des espaces d’origine des émigrés, et d’autre part sont examinés les réseaux de relations entre ces acteurs, parmi lesquels figurent les émigrés.

Notes

1 Le gouvernement sénégalais a créé divers services pour s’occuper de la question des émigrés : le BAOS (Bureau d’aide et d’orientation des Sénégalais de l’extérieur), le CSSE (Conseil supérieur des Sénégalais de l’extérieur), la DGSE (Direction générale des Sénégalais de l’extérieur) et, depuis 2000, le ministère des Sénégalais de l’extérieur. Cependant l’apport de ces services aux projets des émigrés reste limité. Les émigrés de retour dans les villages semblent parfois en ignorer l’existence.

2 L’État du Canada accorde le visa d’entrée aux candidats à l’émigration seulement s’ils totalisent un certain nombre de points calculés à partir de critères comme l’âge, le niveau d’instruction, etc.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search