Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Première partie. Le Sahel, espace de circulation

3. Les Sahéliens ubiquistes ou l’effet boomerang

Texte intégral

Lorsqu’elle est librement voulue par ceux qui la pratiquent et librement acceptée par ceux qui l’accueillent, la migration est facteur d’équilibre, d’adéquation, d’ajustement, de relations. (Simon 1995)

  • 1 Dans les sociétés haalpulaar et soninké l’endogamie est encore très forte dans la mesure où les par (...)

1S’il est une spécificité des migrants sahéliens, c’est bien celle de leur forte relation au pays d’origine. Le caractère des sociétés sahéliennes, la fonction de la migration chez ces peuples, les raisons d’un départ expliquent l’attachement quasi viscéral des Sahéliens au pays d’origine. Il faut rappeler que les migrations internationales sahéliennes avaient, au début des années 1960, plutôt un caractère temporaire (Poiret 1997). L’attachement des Sahéliens au pays d’origine, ou pour être précis à la communauté d’origine, s’inscrit dans la logique de toutes les sociétés dans lesquelles la préservation des liens familiaux constitue une règle. En effet, dans les sociétés sahéliennes, société holistique, l’individu est très lié à sa famille, à son clan, à son ethnie. Il y a comme une sorte de pacte, de serment de fidélité à la communauté d’origine. Les règles qui régissent ce type de société mettent l’accent sur l’intérêt collectif1. Le migrant sahélien, quel que soit l’éloignement physique de son lieu d’origine, reste un membre à part entière de sa communauté, il peut être sollicité à tout moment par celle-ci. C’est ainsi que l’émigration n’est pas du tout considérée chez les Sahéliens comme une rupture totale avec la communauté d’origine. Les formes de manifestation d’attachement des migrants sahéliens à leur pays sont diverses. Elles évoluent en fonction du temps, et des politiques d’immigration dans les pays d’accueil.

2Une analyse de la dynamique migratoire passe par une observation de l’organisation des migrants dans les pays d’accueil ainsi que par une appréhension de la nature des rapports des migrants avec leur communauté d’origine. Autrement dit, quelle forme prend la mise en relation induite par ces migrants ? Pour mener à bien cette analyse, des entretiens ont été réalisés, en France, auprès de quarante personnes, essentiellement des responsables d’associations d’immigrés. Par ailleurs, le fait de collaborer à l’organisation de manifestations d’associations d’immigrés et de participer à ces maifestations a aussi permis de tirer des enseignements sur les préoccupations et les intentions des immigrés en France. À l’autre extrémité, dans le bassin du fleuve Sénégal, il s’agissait d’essayer de saisir le regard que les populations villageoises portent sur le phénomène migratoire. Cette démarche par empathie a été très instructive sur les stratégies déployées par les migrants et par les populations villageoises.

3Jusqu’à la fin des années 1970, les émigrés initiaient très rarement des projets d’intérêt collectif en direction de leur pays d’origine. En revanche, la solidarité entre immigrés en France était plus manifeste. Les « pionniers » venaient en aide aux derniers venus. Les « primo-migrants » avaient des caisses villageoises, dont le but consistait à venir en aide aux nouveaux qui n’avaient pas encore perçu leur premier salaire. Ces caisses permettaient aussi le rapatriement des malades ou des dépouilles mortelles. Le migrant le plus âgé, souvent un noble, en avait la responsabilité. Durant son séjour, l’émigré économisait pour la communauté une partie de son salaire, qu’il gardait lui-même ou confiait à un aîné ; l’autre partie était envoyée à la famille restée au village. En répondant à cette double obligation, le migrant respectait par-delà les frontières le double contrat passé avec la famille d’une part, et la communauté d’origine d’autre part.

Constitution et typologie des associations d’immigrés dans les pays de résidence

L’histoire des associations d’immigrés

4Les actions des migrants en direction des pays d’origine prennent de l’importance à partir de la prise de conscience des problèmes liés à la nouvelle situation économique en France, qui subit une crise de l’emploi à partir des années 1975, et de la volonté de trouver des solutions aux causes des départs. Les actions des migrants introduisent quelques modifications à la fois dans l’organisation de la vie en immigration et dans l’organisation de l’espace villageois dans les pays d’origine. Un rappel de l’histoire des associations d’immigrés en France permet de montrer des formes de mobilisation à plusieurs niveaux.

  • 2 De nombreuses études ont été consacrées à cette catégorie d’associations (Gonin 1990, Daum 1992, Nd (...)

5Deux grandes catégories d’associations se distinguent : la première correspond aux associations qui ont vocation à intervenir directement en direction des villages. Au début de l’immigration, elles étaient connues sous le nom impropre de caisses villageoises. Aujourd’hui, certaines sont devenues de véritables associations d’immigrés pour le développement des villages d’origine2. La deuxième catégorie correspond aux associations ayant vocation à régler les problèmes qui se posent à la communauté sahélienne immigrée en France, tels que l’apprentissage des langues d’origine, les conflits familiaux, etc. Cette deuxième catégorie est moins importante numériquement, car elle ne s’est véritablement développée qu’avec le regroupement familial, donc autour des années 1980. La nouvelle composition de la population immigrée favorisée par le regroupement familial participe de la diversification des associations. En effet, la variété des associations témoigne de la diversité des sous-groupes sociaux (femmes, jeunes, étudiants, travailleurs) qui composent la communauté immigrée sahélienne. Celle-ci tente de faire face à la menace de délitement d’un fonds culturel commun dont la préservation a assuré jusque-là le ciment d’une communauté immigrée originaire des mêmes régions.

La diversité des associations sénégalaises en France

6À partir du répertoire des associations sénégalaises en France fourni par le consulat général du Sénégal à Paris, il est possible de distinguer, sur la base du titre et de l’activité dominante de chaque association, huit types de regroupements selon les critères suivants :

  • L’appartenance à un même lieu d’origine. Dans ce type d’association, qui est très ancien, le critère géographique est prédominant, mais l’étendue de la zone concernée reste variable : on peut passer d’une association regroupant des personnes originaires du même quartier ou d’une grande ville comme Dakar à une association de personnes originaires du même département, d’une même région administrative ou historique. Cette catégorie est numériquement majoritaire. Elle représente 76 associations, soit 38 % des associations répertoriées. Une analyse plus fine montre que les regroupements des personnes originaires du même village sont dominants, 40 associations appartenant à cette sous-catégorie, soit 55 %. La quasi-totalité des villages concernés par ces associations d’immigrés sont situés dans la région de Saint-Louis et de Tambacounda.

  • L’appartenance à un groupe ethnique. Ce type d’association est plutôt rare, on peut en noter deux : celle des Manjack (une ethnie de la région de Ziguinchor, au sud du Sénégal) et celle des Haalpulaaren des Vosges, qui regroupe des locuteurs du pulaar originaires de Sénégal et de la Mauritanie.

    • 3 Voir les bulletins n°2, 1993, et n°3, 1994, de la chronique du Réseau migrations internationales - (...)
    • 4 Le passeport diplomatique ou de service facilite considérablement l’obtention du visa pour se rendr (...)

    L’appartenance à une confrérie religieuse ou à une simple association de musulmans. Il existe une dizaine d’associations de ce type, comme celle des membres de la confrérie khadria ou encore des musulmans mourides. Au Sénégal où près de 95 % de la population est musulmane, l’appartenance à une confrérie participe d’une véritable organisation de la communauté musulmane, et de la vie spirituelle. Les liens de solidarité à l’intérieur d’une confrérie sont très forts. Par exemple, en Italie, la plupart des immigrés sénégalais appartiennent à la confrérie mouride, qui contrôle pour ainsi dire le réseau migratoire entre le Sénégal et l’Italie. C’est ainsi que dans ce pays d’immigration, l’appartenance à cette confrérie offre des garanties aux immigrés sénégalais3. Un contrat tacite est établi entre l’immigré et la classe dirigeante de la confrérie qui, installée au Sénégal, a des ramifications dans certains pays. En effet, le chef spirituel use de ses réseaux clientélistes auprès des pouvoirs politiques du Sénégal pour aider le départ des émigrés mourides vers l’étranger. Il peut négocier un passeport diplomatique ou de service pour certains émigrés4. Il aide aussi le rapatriement de biens des émigrés au Sénégal. Quant aux immigrés en Italie ou aux États-Unis d’Amérique, ils appuient financièrement l’instance de direction de la confrérie mouride dans ses activités au Sénégal, notamment pour le maggal (pèlerinage annuel à Touba, capitale spirituelle des mourides, qui accueille des milliers de personnes venant de tous les continents).

  • La pratique d’une langue commune. On peut citer la dynamique Association pour la promotion du soninké (APS) ou la Kawtal Jaagoobe Pulaar e Fulfulde e windere nde (Fédération internationale des associations de locuteurs du pulaar et du fulfulde) ou encore l’Association pour la promotion du jaaxanke. Ce type d’association est né au début des années 1980 et témoigne de la volonté des parents de valoriser les langues africaines et de transmettre à leurs enfants un patrimoine culturel. Seules quatre associations sont concernées par cette catégorie.

  • L’appartenance à un même corps de métier. Il existe des associations de marabouts, d’artistes, de commerçants, de laobe (boisseliers, fabricants et vendeurs d’objets en bois). Seules neuf associations appartiennent à ce type de regroupement.

  • La valorisation d’un intellectuel ou le soutien d’un homme politique. Tel est le cas de l’Association en hommage à Amadou Hampaté Bâ (historien, écrivain, grand témoin de la période coloniale et ancien ambassadeur du Mali auprès de l’Unesco), de l’Association David Diop, autre écrivain sénégalais, et de l’Association de soutien à Abdou Diouf (ancien président du Sénégal).

  • L’appartenance à une même classe d’âge. Ce type de regroupement (association des jeunes du village d’Orkadiéré, de Bakel, de Moudéry, etc.) témoigne de la volonté des jeunes immigrés souvent alphabétisés de se démarquer des adultes et d’initier des projets centrés sur la promotion des activités sportives et culturelles dans les villages d’origine.

  • Le statut de l’immigré en France. Il s’agit des associations d’étudiants, de femmes d’immigrés ou de travailleurs immigrés. Les premières existent dans toutes les grandes universités des capitales régionales (Paris, Bordeaux, Rouen, Lille, Marseille, Lyon, etc.). Si la plupart sont apolitiques et ne s’occupent que d’activités culturelles et de l’amélioration de la vie des étudiants en France, il en existe un petit nombre très lié aux partis politiques sénégalais (les associations des étudiants socialistes de France). Les associations de travailleurs sont nombreuses, mais l’association UTSF/AR est la plus importante, regroupant plus de 1 000 adhérents et possèdant une dizaine de sections dans les provinces. Ses actions concernent la défense des droits des Sénégalais immigrés, à la fois en France et au Sénégal. Les associations de femmes immigrées sont, quant à elles, au nombre de quatre et présentes essentiellement à Paris. L’immigration féminine africaine est en effet récente et les femmes mariées n’ont ni le temps ni l’expérience du mouvement associatif en France.

7Cette diversification en France des associations révèle la variété de leurs objectifs et par conséquent la diversité des profils des immigrés. Elle montre aussi le décalage qui existe entre la représentation que les institutions, les pouvoirs politiques et l’opinion publique française se font de la population immigrée sahélienne et la réalité. L’immigré noir africain n’est plus exclusivement représenté par le travailleur immigré illettré et polygame. Aujourd’hui, le travailleur immigré peut être un ancien étudiant sénégalais qui a décidé de se fixer en France après ses études. L’analyse de la composition des associations africaines dans l’agglomération lilloise révèle que d’anciens étudiants de plus en plus souvent s’associent à des travailleurs immigrés n’ayant qu’un faible niveau d’études. Cette présence d’anciens étudiants participe d’une réorientation des objectifs et des stratégies des associations.

8Dans les pays africains, les premiers immigrés sénégalais ont aussi constitué des associations. Celles-ci avaient pour rôle premier de faire face aux difficultés que pouvaient rencontrer les immigrés dans les pays d’accueil : aide aux malades dans les dépenses pour les soins médicaux, prêt d’argent aux nouveaux immigrés pour commencer un commerce, célébration des fêtes musulmanes, paiement d’un avocat pour assurer la défense des émigrés ayant affaire à la justice, et récemment rapatriement du corps des défunts. Cette évocation des immigrés dans d’autres pays met en relief la particularité de l’immigration sahélienne en France. Mais on peut constater que partout où les Sénégalais sont présents en petit nombre, ils créent une association. Ainsi, en Malaisie ou dans des pays aussi lointains que l’Australie, les Sénégalais se rassemblent en associations pour trouver des réponses aux problèmes qui se posent à eux.

Carte 13. Les associations d’immigrés sénégalais dans le monde
(Source : ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, 1997. © A. H. Ba, 2007)

Carte 14. Les associations d’immigrés sénégalais en France
(Source : consulat général du Sénégal à Paris, 1996. © A. H. Ba, 2007)

Carte 15 (haut). Les consulats du Sénégal en France
(Source : consulat général du Sénégal à Paris, 2007 © A. H. Ba, 2007)
Carte 16 (bas). Coopération décentralisée France-Sénégal
(Source : d’après données CUF, 1994. © A. H. Ba, 2007)

Le maintien des liens avec les espaces d’origine

9Les entretiens menés auprès des immigrés en France et en Belgique (à Bruxelles exclusivement) ainsi que les observations directes sur les modes de vie des immigrés révèlent combien la relation avec les pays d’origine est forte. On a pu constater que le choix des moyens utilisés pour la mise en relation des lieux d’origine et des lieux d’accueil dépendait des profils et des générations de migrants et bien sûr de l’existence dans les pays d’origine des outils modernes de communication récepteurs et émetteurs d’informations.

Le fonctionnement des associations

10Une étude réalisée par l’institut Panos en 1992 (Daum 1992) montre que, parmi les ressortissants du bassin du fleuve Sénégal en France, quatre immigrés sur cinq sont membres actifs d’une association. Le rôle de ces associations en direction des pays d’origine amène les migrants à se tenir régulièrement informés de ce qui se passe dans les villages. À partir de l’échantillon utilisé par l’institut Panos apparaît une forte concentration des immigrés dans la région Île-de-France. Aussi la plupart des associations ont-elles leur siège à Paris et dans les environs de Paris (voir carte 14). Mais la restructuration des associations favorise, de plus en plus, la mise en place de sections dans les villes de province. Ainsi le siège du secrétariat exécutif de l’UTSF/AR est à Paris et l’association dispose de plusieurs sections dans d’autres villes comme Lille, Bordeaux, Le Havre, Mantes-la-Jolie, Beauvais, Creil, Orléans, etc. De même, l’association Kawtal possède plusieurs antennes dans différentes villes de France. On retrouve la même configuration dans les associations villageoises basées au Sénégal. Par exemple, les ressortissants du village de Diella ont leur association mère à Dakar, des antennes existant dans différents pays d’Afrique et d’Europe. En France, des sections de cette association sont à Lille, Caen et Paris. D’une manière générale quand on considère l’histoire d’un regroupement de ressortissants sénégalais d’un village X, très souvent leur première association est créée à Dakar. Il faut préciser que Dakar, capitale du Sénégal, concentre près d’un tiers de la population sénégalaise et continue d’attirer les populations rurales. Ensuite, quand certains ressortissants de ce village X se retrouvent dans un autre pays, ils y créent une structure qui sera, en fait, une antenne de l’association mère basée à Dakar. Et quand les ressortissants du même village sont nombreux et dispersés dans un même pays étranger, ils créent dans chaque lieu de résidence une section. Le rôle de l’association de Dakar est important, car elle sert de relais, assure la circulation de l’information d’une part entre les différentes antennes et d’autre part entre les antennes et les villageois (voir figure 3). En France, les réunions organisées par les associations ont lieu très souvent à Paris, mais il arrive qu’elles se déroulent aux sièges des sections situées dans les villes de province. Pendant les réunions, beaucoup d’informations en provenance des villages ou du pays d’origine sont communiquées.

  • 5 M. D. Sall, doctorant en sociologie, a entamé des travaux sur la prédication de Thierno Mansour Bar (...)

11Par la nature et la diversité de leurs manifestations, les associations d’immigrés participent à la préservation des rapports avec les pays d’origine. L’organisation de journées culturelles, où sont invités des musiciens venus directement du Sénégal, témoigne bien de cette volonté de conserver les liens avec la culture d’origine. Certaines associations à caractère religieux invitent des guides spirituels de leur confrérie et de leur ethnie dans le but de recevoir des enseignements sur l’islam5. Par ailleurs, des associations d’immigrés bien structurées, comme l’association des ressortissants de Bokidiawé, l’UTSF/AR, la CRAO (Communauté des ressortissants de l’Afrique de l’Ouest), organisent des séjours au Sénégal pour faire découvrir aux enfants sénégalais nés en France les lieux d’origine de leurs parents. Le rôle des associations issues de l’immigration demeure incontestable dans la mise en relation entre lieux d’origine et lieux d’immigration.

Les nouveaux outils de communication

12Les immigrés vivant dans des chambres de foyers ou dans des maisons individuelles sont souvent équipés de téléphone, poste de télévision et magnétoscope. Au cours des entretiens, à la question : « Par quel moyen communiquez-vous le plus fréquemment avec votre proche famille restée au Sénégal ? », les enquêtés répondaient : par le téléphone. La construction par les émigrés de bureaux de poste dans les villages, la prolifération de télécentres dans certains bourgs voire dans certains villages au Sénégal encouragent l’usage du téléphone. Dans le village de Golléré, les migrants ont construit un bureau de poste ; entre 1995 et 1997, quatre télécentres sont installés et, dans le même temps, une vingtaine de familles s’est dotée d’un téléphone à domicile. Dans la région de Kayes, les membres des associations d’immigrés en France utilisent la télécopie pour transmettre certaines informations à leur famille ou pour s’informer de l’état d’avancement des projets de développement en direction des villages. Certaines associations d’immigrés ont mis en place des coopératives alimentaires dans les villages d’origine : la famille d’un émigré membre de cette coopérative peut s’y ravitailler à condition de présenter un bon, une note venant de l’émigré lui-même. Les magnétoscopes permettent de visionner diverses cassettes sur la culture d’origine (pièces de théâtre jouées par les comédiens sénégalais s’exprimant en pulaar ou en wolof, musique traditionnelle, chants religieux, etc.). Certains filment leur séjour dans les villages africains et les images sont diffusées au retour pour permettre aux membres de la famille ou aux amis restés en France de voir les transformations dans les lieux d’origine. En assistant inopinément à ces « séances vidéo », j’ai pu mesurer combien ces cassettes jouaient un rôle important dans le maintien de la relation affective avec les gens restés au village et dans la connaissance du pays d’origine. Cette relation n’est pas physique (directe) certes, mais les informations fournies sont réelles. Elles ont une valeur pédagogique très forte auprès des enfants qui ne sont pas encore allés dans le pays de leurs parents. À partir de ces observations, il apparaît que les liens avec le pays d’origine se maintiennent. Certes, les visites sont devenues moins fréquentes que durant les premières années d’immigration, les membres d’une famille ne pouvant pas se rendre tous en même temps dans le pays d’origine vu le coût élevé des frais de transport. Mais les séjours dans les pays d’origine s’effectuent à tour de rôle et la majorité des hommes reviennent épisodiquement en Afrique pour suivre l’état d’avancement de leurs projets tels que la construction de maison, la mise en place d’une petite activité économique pour leur retour définitif.

Figure 3. Évolution des formes de regroupement dans les pays d’origine et dans les pays d’immigration ou « L’effet boomerang »
(© A. H. Ba, 2007)

13En tous les cas, en France, la fréquence des voyages vers le pays d’origine, l’augmentation des associations africaines culturelles issues de l’immigration témoignent de la volonté des immigrés africains en général et sénégalais en particulier de préserver leur culture d’origine et donc de garder des liens avec la société d’origine.

14

Figure 4. Mise en relation entre les pays d’origine des émigrés et les pays d’immigration
(Source : d’après A. H. Ba et I. Coquet, 1993. © A. H. Ba, 2007)

Notes

1 Dans les sociétés haalpulaar et soninké l’endogamie est encore très forte dans la mesure où les parents peuvent choisir pour leur fils en âge de se marier sa future épouse. Celle-ci est recherchée dans les familles issues de la même ethnie et souvent du même clan.

2 De nombreuses études ont été consacrées à cette catégorie d’associations (Gonin 1990, Daum 1992, Ndiaye 1992, Ba 1998a).

3 Voir les bulletins n°2, 1993, et n°3, 1994, de la chronique du Réseau migrations internationales - Sénégal, Orstom-IFAN, Dakar, Sénégal.

4 Le passeport diplomatique ou de service facilite considérablement l’obtention du visa pour se rendre dans nombre de pays.

5 M. D. Sall, doctorant en sociologie, a entamé des travaux sur la prédication de Thierno Mansour Baro, guide spirituel haalpulaar (thèse en cours, 1999, université de Lille 1). Ce dernier effectue des tournées dans les villes françaises où résident les immigrés sénégalais. Lors de ses tournées, il rappelle aux Sénégalais l’importance de la religion dans la cohésion d’une communauté. Les immigrés invitent souvent les guides spirituels de leur confrérie en France.

Table des illustrations

Légende Carte 13. Les associations d’immigrés sénégalais dans le monde (Source : ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, 1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Carte 14. Les associations d’immigrés sénégalais en France (Source : consulat général du Sénégal à Paris, 1996. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Carte 15 (haut). Les consulats du Sénégal en France (Source : consulat général du Sénégal à Paris, 2007 © A. H. Ba, 2007) Carte 16 (bas). Coopération décentralisée France-Sénégal (Source : d’après données CUF, 1994. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 3. Évolution des formes de regroupement dans les pays d’origine et dans les pays d’immigration ou « L’effet boomerang » (© A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 4. Mise en relation entre les pays d’origine des émigrés et les pays d’immigration (Source : d’après A. H. Ba et I. Coquet, 1993. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search