Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Première partie. Le Sahel, espace de circulation

2. Mobilités sahéliennes : les processus contemporains des migrations

Texte intégral

Galla gunne ya mpsa kalle nga. Mieux vaut travailler à l’étranger que mourir. (proverbe soninké, cité dans Adams 1977)

1Les causes de l’émigration des gens du bassin du fleuve ne sont pas différentes de celles qui poussent généralement les personnes des autres régions du monde à émigrer. Dans les années 1970, Adrian Adams avait bien analysé les raisons des départs des gens du fleuve Sénégal. Pour cette anthropologue anglaise qui s’est installée définitivement dans le département de Bakel au cœur de l’ethnie soninké, les raisons de l’émigration soninké sont d’ordre économique et culturel. Les travaux de Catherine Quiminal (1991) sur cette même ethnie accréditent la thèse d’Adrian Adams.

  • 1 D’après les données d’Eurostat, 1995.
  • 2 Voir Lericollais 1974, Adams 1977, Minvielle 1985, Condé et Diagne 1983.

2Parmi les 414 942 ressortissants des pays de l’Afrique de l’Ouest qui résident dans les pays de l’Union européenne1, on estime que 134 107 sont originaires des trois pays riverains du fleuve Sénégal (Mali, Mauritanie et Sénégal). Les premières études consacrées à cette immigration montrent que ces ressortissants résident majoritairement en France (ils y sont 88 017)2, mais il faut préciser qu’aujourd’hui la France n’est plus dans le monde occidental le seul pays de destination des émigrés sahéliens. Ce phénomène migratoire touche diverses catégories sociales et divers groupes ethniques, et ces mouvements de population ont des effets sur l’organisation sociale et spatiale dans la vallée du fleuve Sénégal.

  • 3 L’Union des travailleurs sénégalais de France / action revendicative (UTSF/AR) revendique chaque an (...)

3La connaissance du nombre exact d’immigrés et d’étrangers dans un pays reste très difficile, car le nombre de clandestins ne peut pas par nature être connu. Évaluer les paramètres de la migration comme la durée du séjour de l’immigré, le temps des trajets, le nombre d’entrées ou de retours définitifs, l’âge des migrants, leur répartition par sexe, le montant des mandats vers les pays d’origine est une gageure dans la mesure où la plupart restent un peu méfiants à l’égard des autorités des pays d’origine et d’accueil. Par exemple, les Sahéliens immigrés ont souvent recours à des services parallèles pour envoyer les mandats au pays d’origine3. Par ailleurs l’analyse du fait migratoire contemporain dans cette étude s’attache à montrer les pratiques de l’espace par le migrant, en tenant compte des spécificités culturelles de chaque migrant et de chaque communauté d’immigrés. Dans chaque type de migration il faut se demander si les caractères socioculturels influent sur le contenu du projet migratoire.

Le profil des candidats à l’émigration

Des hommes jeunes et seuls aux regroupements familiaux, le tournant de 1976

  • 4 D’après les sources de la direction de la prévision et de la statique du service régional de la sta (...)

4Les entretiens réalisés dans les villages et les enquêtes en France ont permis de constater que les candidats à une migration internationale sont souvent des jeunes gens célibataires ou des jeunes mariés. La migration internationale reste essentiellement une migration masculine. Dans le Nord - Pas-de-Calais, sur l’ensemble des migrants interrogés et arrivés avant 1975, aucun d’entre eux n’avait plus de 25 ans, au moment où il entrait en France. Encore aujourd’hui, l’analyse des données démographiques sur les migrations sénégalaises4 révèle une forte émigration masculine. Le tableau 1 montre la sous-représentation chez les hommes de certaines classes d’âge (35-39 ans, 40-44 ans, 45-49 ans) dans la population résidente de la région de Saint-Louis. C’est une des conséquences de la mobilité des personnes.

Figure 1. Pyramide des âges

5

Tableau 1. Structure de la population par âge et par sexe
(Source de la figure et du tableau : service régional de la planification de Saint-Louis du Sénégal, données 1998. © A. H. Ba, 2007)

6Du fait de la présence de plus en plus importante des écoles d’enseignement en français dans les campagnes africaines, on constate que les nouveaux candidats à l’émigration sont de plus en plus des jeunes gens qui ont été scolarisés, en sorte qu’ils sont en train de modifier fondamentalement le profil des immigrés noirs en France. Les enquêtes dans les foyers de Rouen, de Paris, de Lille, et les entretiens avec les responsables d’associations ont révélé que la plupart des immigrés de moins de 40 ans savent lire et écrire (moyennement) en français avant de venir en France.

  • 5 S. Fainzang (Fainzang et Journet 1988) aborde les conséquences du regroupement familial, notamment (...)

7À partir de 1976, deux ans après la décision d’arrêter l’immigration de travail, le gouvernement français a, sous certaines conditions, permis aux travailleurs immigrés de faire venir leur épouse et leurs enfants de moins de 18 ans. Ce phénomène de regroupement familial5 a eu pour conséquence la modification de la structure démographique des immigrés ressortissants des pays d’Afrique noire ou du Maghreb. D’après le recensement général de la population de 1990, les personnes âgées de moins de 14 ans représentent près de 32 % de la population immigrée originaire du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal. Aussi, les épouses d’émigrés et leurs enfants constituent une nouvelle catégorie de candidats à l’émigration.

Une émigration dominée par deux groupes ethniques

  • 6 Voir Lericollais 1974, Condé et Diagne 1983.

8Même si l’émigration concerne les personnes des différentes ethnies qui cohabitent dans la région du bassin du fleuve Sénégal, ce sont les Toucouleur et les Soninké qui constituent l’essentiel du contingent6. Les autres ethnies de la région de Saint-Louis du Sénégal, à savoir les Wolof, les Maures, et le sous-groupe ethnique peul, envisagent rarement une migration internationale. Plusieurs raisons expliquent la différence ethnique des candidats à une émigration internationale. Les Wolof, par exemple, sont minoritaires dans la vallée du fleuve (tableau 2). L’essentiel de cette population réside dans la partie ouest de la région de Saint-Louis du Sénégal, exploitant depuis longtemps les terres du delta du fleuve Sénégal, gérant souvent les secteurs d’activité tels que le commerce alimentaire et le transport et vivant assez bien de ces activités économiques. Les Wolof sont par conséquent moins tentés par une migration internationale.

9Le deuxième groupe ethnique peu enclin à migrer vers l’étranger est constitué par les Maures (Haratin), originaires de la Mauritanie. Ceux qui vivent au Sénégal sont des affranchis ou des descendants d’anciens esclaves noirs des Beydanes (population arabo-berbère de l’actuelle Mauritanie). Les principales activités économiques des Haratin sont l’élevage pour les hommes et le tannage pour les femmes. En France, on rencontre peu de migrants maures originaires du Sénégal. En revanche, ils sont présents dans les pays du Maghreb et du golfe Persique.

  • 7 Voir Nutall 1989.

10En ce qui concerne le groupe des Peuls, il s’est spécialisé dans l’élevage, et la plupart pratiquent le semi-nomadisme. La vie pastorale ne laisse pas de répit aux Peuls et la migration internationale de travail ne fait pas partie de leur organisation sociale et économique7. Cependant, aujourd’hui, quelques jeunes Peuls abandonnent l’élevage pour tenter l’émigration internationale comme les membres d’autres ethnies.

11La situation est inverse pour les Soninké et les Toucouleur (paysans sédentaires de la vallée du fleuve Sénégal). Les Soninké sont considérés comme ayant plus que les autres groupes ethniques une propension à migrer vers des contrées lointaines. Les dioulas (grands commerçants) de l’empire du Mali appartiennent à ce groupe ethnique ; ils assuraient les liens commerciaux entre la zone côtière et le Sahara. Quant aux Toucouleur, ils ont commencé à pratiquer la migration (surtout interne et temporaire) pendant la période coloniale. Quelques jeunes paysans toucouleur migrent vers les centres urbains notamment du bassin arachidier pour effectuer des activités rémunérées. Ces déplacements de paysans vers les villes ont souvent lieu en dehors des périodes de culture de décrue du waalo (décembre-mars).

12Ces quelques remarques sur le profil ethnique des candidats à l’émigration confirment l’hypothèse selon laquelle le phénomène migratoire sahélien n’a pas la même ampleur dans tous les groupes ethniques. Les observations sur le terrain conduisent à formuler une autre hypothèse : les destinations, les itinéraires des émigrés varient suivant les différentes zones géographiques, les saisons, les groupes ethniques, voire les castes.

Figure 2. Répartition des groupes ethniques par département dans la région de Saint-Louis

13

Tableau 2. Effectifs des ethnies par département
(Source de la figure et du tableau : service régional de la planification, 1998. © A. H. Ba, 2007)
Remarque : considérer les Peuls et les Toucouleur comme deux ethnies distinctes est de notre point de vue incohérent. Dans le région de Saint-Louis, le pulaar est la langue maternelle des personnes qui sont classées dans l’une ou l’autre prétendue ethnie. Puisque la langue originelle est un fort déterminant d’ethnie, il serait alors plus judicieux de parler de l’ethnie halpulaar.

Vers des destinations variées selon les zones géographiques de départ

  • 8 D’après la direction des statistiques et de la prévision des populations, Sénégal, 1998.
  • 9 D’après A. Adams (1997), les premiers travailleurs migrants étaient les employés dans les navires e (...)
  • 10 S. Traoré (1994) montre qu’à partir d’une analyse des facteurs socio-historiques on peut expliquer (...)

14Au Sénégal, les migrations internationales représentent 8 % du total des migrations8. Cependant, les observations de terrain à l’échelle du village révèlent quelques particularités. Dans certains villages, la migration internationale vers l’Europe ou ailleurs est en effet plus importante que la migration interne. Cette différence de choix dans les destinations des villageois tient essentiellement à trois facteurs explicatifs. Le premier est la situation géographique des villages : ceux qui sont situés le long du fleuve Sénégal et très éloignés des centres urbains sont les plus touchés par l’émigration9. Le deuxième facteur tient à la spécificité socio-ethnique : dans les villages où prédominent les Soninké, on peut s’attendre à de forts taux d’émigration. Le troisième facteur est historique : l’ancienneté de la pratique de la migration dans une aire géographique influe beaucoup sur le taux d’émigration, les destinations et les itinéraires. Dans les villages, quand la migration est pratiquée depuis longtemps, celle-ci entre dans l’organisation économique et sociale, ce qui est le cas dans certains villages soninké des départements de Matam, de Bakel ou de la région de Kayes. À partir de ces zones, de solides réseaux migratoires se sont constitués afin de permettre les départs, en sorte que la pratique de la migration a pu se perpétuer sur plusieurs générations10. La migration apparaît ainsi comme une constante dans ces localités. La multiplicité des destinations et des itinéraires montre en fait que l’émigration sénégalaise se maintient tout en se diversifiant.

15Cette idée a pu être vérifiée à partir des entretiens menés dans des villages sur une bande allant du département de Podor au département de Bakel. À l’intérieur de cette aire géographique se distinguent les villages d’agriculteurs du waalo (villages situés à proximité des zones inondables par les crues) et ceux des éleveurs dans le jeeri (villages de la zone non inondable, zone de pastoralisme). Le choix de cette zone géographique est dicté par deux faits : d’abord il existe quelques données statistiques sur les taux d’émigration, issues de deux études (Engelhard 1986 et Daum 1992), ensuite les deux principales ethnies qui alimentent essentiellement l’émigration cohabitent dans cette région.

L’exemple des habitants de la communauté rurale de Guédé-Village

16En 1997, la population de la communauté rurale de Guédé-Village s’élève à 30 980 personnes. Les paysans migrants de cette communauté rurale se dirigent vers Richard-Toll, une ville située entre Dagana et Saint-Louis et qui possède une usine, la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS). Cette dernière recrute beaucoup d’ouvriers agricoles pendant les campagnes de récolte de la canne à sucre. En 1998, sur un total de près de 7500 personnes employées par la CSS, 3000 étaient des employés saisonniers. Les centres urbains comme Dakar ou Saint-Louis constituent par ailleurs des destinations pour les jeunes villageois qui sont aptes à travailler dans les chantiers comme manœuvres ou qui désirent apprendre les métiers de tailleur, de chauffeur ou de mécanicien. Les pêcheurs migrent pendant la période de moindre activité culturale vers la région de Casamance où ils pratiquent la pêche. Les migrants peuls des villages de Bélel, de Nénet ou de Lérabé se dirigent quant à eux vers Dakar ou Thiès où ils s’installent à leur propre compte comme vendeurs de lait. Ils apprennent la technique artisanale de transformation du lait en poudre (importée des pays occidentaux) en lait caillé, lequel est fort prisé par les populations urbaines. Il existe donc, dans la migration interne, comme une sorte de spécialisation dans les activités selon les groupes ethniques : on migre avec ses compétences.

17Dans les villages enquêtés, la migration internationale concerne peu de personnes. Quand elle existe, les destinations principales demeurent les pays africains limitrophes (voir carte 7) : pour les habitants des villages de la communauté rurale de Guédé-Village, les grands centres urbains comme Nouakchott, Nouadhibou, Zouérate en Mauritanie demeurent les destinations principales. Pour se rendre compte de la présence des jeunes gens dans ces villes mauritaniennes, il suffit d’écouter les chants des filles du Fuuta, qui évoquent souvent, dans leurs refrains, les noms de ces villes où séjournent leur fiancé ou leurs frères (« yo jam waal nua... yo jam naallu nua... », « que la paix demeure à Nua », Nua pouvant signifier Nouakchott ou Nouadhibou). Cependant, il faut noter que dans ces zones rurales la migration n’était pas véritablement considérée comme le seul et unique moyen de gagner de l’argent. D’ailleurs, pour beaucoup de pères de famille, la bonne stratégie consiste à envoyer un seul enfant (un garçon de préférence) à l’école pendant que les autres restent pour aider la famille dans diverses activités (élevage, agriculture, etc.), de façon à s’assurer sur le long terme une diversité de rentrées d’argent.

Carte 6. Localisation des cuvettes de riziculture dans le département de Podor
(Source : données SAED, délégation de Podor, 1977. © A. H. Ba, 2007)

18

Carte 7. Flux migratoires au départ de la rive gauche du fleuve Sénégal et de Dakar
(Source : enquêtes personnelles, 1993-1997. © A. H. Ba, 2007)

19

Carte 8. Les équipements sociaux réalisés par l’État dans le département de Podor
(Source : données CERP de Ndioum, 1996. © A. H. Ba, 2007)

Carte 9. Les équipements éducatifs et culturels dans le département de Podor
(Source : données CERP de Ndioum, 1996. © A. H. Ba, 2007)

Le cas du village de Golléré et de ses environs

20Ce village de 4000 personnes, situé dans l’est du département du Podor, est habité par des Haalpulaaren essentiellement composés de paysans et de quelques éleveurs. Les artisans (tisserands, forgerons, teinturières) ne peuvent guère vivre de leurs seules activités (voir photo 2). Seuls les propriétaires de magasin d’alimentation parviennent à vivre grâce à leur négoce. Dans le village de Golléré, la migration interne est importante. Dans Ndiaka, un quartier de Golléré, la migration interne représente 80 % des départs. À l’échelle du village, la migration internationale en direction des pays d’Afrique centrale reste aussi non négligeable. Dans le quartier de Barangol qui regroupe 200 carrés (un carré correspond à une concession qui regroupe un ou plusieurs ménages, le père et ses fils mariés vivant dans la même concession et mettant en commun leurs ressources pour nourrir femmes et enfants) 65 personnes ont migré vers des pays étrangers. On peut considérer à partir de ces données que 32,5 % des carrés ont un de leurs membres à l’étranger. Mais étant donné que dans un même carré, deux ou trois personnes peuvent émigrer dans le même temps, et que dans d’autres il n’existe pas d’émigré, on doit reconsidérer à la baisse le pourcentage de carrés comptant une personne au moins à l’étranger. En fait, moins de 32,5 % des carrés de Barangol sont dans ce cas.

Photo 2. Forgeron-bijoutier à Golléré
L’artisanat subsiste difficilement, à Golléré comme partout ailleurs dans le bassin du fleuve Sénégal. Le métier de forgeron-bijoutier est réservé à une catégorie de personnes, il se transmet de père en fils.

Les migrations soninké, ou l’importance de l’émigration internationale

21Pour le département de Matam sont pris en compte les résultats des premières enquêtes effectuées lors d’une mission en 1993 ainsi que des informations complémentaires plus récentes, obtenues auprès des ressortissants de ces villages qui vivent en France. Les villages enquêtés dans ce département sont : Agnam Lidoubé (1 000 habitants), Agnam Goly (1 400 habitants) Agnam Thiodaye (2 000 habitants). Pour le village d’Agnam Lidoubé, les résultats des enquêtes révèlent que les immigrés originaires de ce village sont 41 en France, 15 au Gabon, 15 en Côte d’Ivoire, 8 au Cameroun, moins de 5 en Belgique, en Italie et en Allemagne. Pour le village d’Agnam Goly, on observe que les pays de destination et le nombre d’immigrés par pays d’accueil sont presque identiques. Ces localités ont une histoire commune et les habitants cultivent les mêmes terres du waalo. Comme dans les villages précédents, les activités économiques exercées (artisanat, élevage et culture des champs) par les villageois ne rapportent pas assez pour subvenir à leurs besoins. D’après les enquêtes menées en 1993, 178 personnes originaires du village d’Agnam Goly vivaient à l’étranger, c’est-à-dire près de 13 % de la population totale du village ; 150 d’entre eux résidaient en France, alors qu’en Afrique le Gabon en comptait 10, la Côte d’Ivoire 10 et le Cameroun 8. Au regard de ces chiffres, la France constitue dans le cadre de l’émigration internationale un pays de destination par excellence pour les émigrés ressortissants de ces deux villages. En effet, près de 50 % des émigrés du village d’Agnam Lidoubé et 84 % de ceux d’Agnam Goly vivent dans ce pays.

  • 11 D’après les données du service départemental de développement à la base de Bakel, 1993.

22Dans le département de Bakel, les entretiens ont été effectués dans les villages de Moudéry, de Koughany, de Ballou et de Yaféra. Dans la communauté rurale de Moudéry qui compte 17 445 personnes (7498 personnes de sexe féminin, 9031 de sexe masculin), l’émigration touche quelque 30 % de la population active11. Il faut savoir que vers le milieu des années 1970, l’émigration internationale était déjà importante dans cette zone. Les cartes dressées dans l’Atlas du Sénégal (Nguyen-Van-Chi-Bonnardel 1974) montrent que dans les villages des environs de Bakel près de 50 % de la population a migré vers des pays étrangers, en particulier vers la France.

  • 12 Voir les travaux de C. Nutall sur Ourosogui (1989), les rapports d’activités du GRDR sur Bakel et K (...)

23Au total, dans certains villages soninké, les taux d’émigration peuvent être élevés. C’est ainsi qu’un triangle dont les sommets correspondent aux villes de Tambacounda (Sénégal), de Kaédi (Mauritanie) et Bafoulabé (Mali) est qualifié de triangle de l’émigration. Cette zone englobe plusieurs villages majoritairement peuplés de Soninké ; c’est aussi à l’intérieur de ce triangle que sont situées les villes de Matam, Ourosogui, Sélibaby, Bakel, Kayes, très connues pour le succès des actions qui y sont réalisées par des émigrés12.

Multipolarisation des itinéraires

24À partir des entretiens réalisés en France, il est possible de retracer plusieurs itinéraires d’émigrés sénégalais (voir carte 11). Les migrants sahéliens avaient mis en place un système migratoire particulier que les spécialistes ont appelé noria (Adams 1977, Gonin et Quiminal 1986). Ce système de rotation des membres de la même famille dans la pratique migratoire montre que la stratégie des familles consiste à envoyer toujours une personne pendant un certain temps à l’étranger pour s’assurer de la rente migratoire. Aujourd’hui les stratégies se diversifient, plusieurs personnes d’une même famille pouvant émigrer dans la même période vers des destinations différentes. En effet, les affinités telles que la religion (islam), la culture, l’histoire partagée avec les anciennes puissances coloniales qui dictaient autrefois le choix des pays de destination ne rentrent plus en jeu ; du moins, elles sont devenues moins importantes dans le choix du pays de destination. Des Sénégalais sont aujourd’hui présents en Malaisie, au Japon. Ils migrent vers tous les pays du monde. On assiste à la formation d’une diaspora sénégalaise tant leur nombre à l’étranger est important et leur dispersion forte.

Carte 10. Les émigrés sénégalais dans le monde
(Source : estimations ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, 1997. © A. H. Ba, 2007)

Carte 11. Exemples d’itinéraires de migrants sénégalais vers la France
(Source : enquêtes personnelles, 1995-1997. © A. H. Ba, 2007)

Carte 12. Principales destinations des émigrés sénégalais
(Source : enquêtes personnelles, 1995-1997. © A. H. Ba, 2007)

25Quelle que soit la diversité des destinations, certaines questions restent cruciales : les comportements des migrants sahéliens dans les pays d’immigration, les formes d’organisation, les stratégies déployées pour maintenir les liens avec les pays d’origine devront être examinés à la lumière de ces nouveaux espaces d’accueil. Il est aussi intéressant de se demander quel regard les populations villageoises portent sur l’émigration, et quel est le point de vue des communautés autochtones sur les politiques relatives aux populations immigrées. La vie en émigration participe de la formation de Sahéliens dont le rôle sur l’avenir des pays d’origine n’est plus à négliger.

Notes

1 D’après les données d’Eurostat, 1995.

2 Voir Lericollais 1974, Adams 1977, Minvielle 1985, Condé et Diagne 1983.

3 L’Union des travailleurs sénégalais de France / action revendicative (UTSF/AR) revendique chaque année l’amélioration des conditions d’envoi des mandats. En effet les destinataires ne perçoivent pas à temps leurs mandats et en 1997 le gouvernement sénégalais voulait augmenter les taxes sur les mandats.

4 D’après les sources de la direction de la prévision et de la statique du service régional de la statistique de Saint-Louis du Sénégal, 1998.

5 S. Fainzang (Fainzang et Journet 1988) aborde les conséquences du regroupement familial, notamment la question de la polygamie, le problème de promiscuité. Les travaux de C. Poiret (1997) sur les familles noires immigrées sont éclairants sur les difficultés que pose le regroupement familial, telles que l’adaptation, la transmission des cultures.

6 Voir Lericollais 1974, Condé et Diagne 1983.

7 Voir Nutall 1989.

8 D’après la direction des statistiques et de la prévision des populations, Sénégal, 1998.

9 D’après A. Adams (1997), les premiers travailleurs migrants étaient les employés dans les navires européens qui assuraient le commerce fluvial ou maritime durant l’époque coloniale. Cette main-d’œuvre était essentiellement recrutée dans les villages riverains du fleuve Sénégal. Ces employés de la marine sont les premiers Noirs à séjourner en France et dans certains pays européens comme travailleurs immigrés.

10 S. Traoré (1994) montre qu’à partir d’une analyse des facteurs socio-historiques on peut expliquer les stratégies mises en œuvre par chaque groupe ethnique pour la pratique de la migration.

11 D’après les données du service départemental de développement à la base de Bakel, 1993.

12 Voir les travaux de C. Nutall sur Ourosogui (1989), les rapports d’activités du GRDR sur Bakel et Kayes en 1992 et P. Gonin sur Kayes (1997).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Pyramide des âges
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tableau 1. Structure de la population par âge et par sexe (Source de la figure et du tableau : service régional de la planification de Saint-Louis du Sénégal, données 1998. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure 2. Répartition des groupes ethniques par département dans la région de Saint-Louis
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 2. Effectifs des ethnies par département (Source de la figure et du tableau : service régional de la planification, 1998. © A. H. Ba, 2007) Remarque : considérer les Peuls et les Toucouleur comme deux ethnies distinctes est de notre point de vue incohérent. Dans le région de Saint-Louis, le pulaar est la langue maternelle des personnes qui sont classées dans l’une ou l’autre prétendue ethnie. Puisque la langue originelle est un fort déterminant d’ethnie, il serait alors plus judicieux de parler de l’ethnie halpulaar.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Carte 6. Localisation des cuvettes de riziculture dans le département de Podor (Source : données SAED, délégation de Podor, 1977. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Carte 7. Flux migratoires au départ de la rive gauche du fleuve Sénégal et de Dakar (Source : enquêtes personnelles, 1993-1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Carte 8. Les équipements sociaux réalisés par l’État dans le département de Podor (Source : données CERP de Ndioum, 1996. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Carte 9. Les équipements éducatifs et culturels dans le département de Podor (Source : données CERP de Ndioum, 1996. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo 2. Forgeron-bijoutier à Golléré L’artisanat subsiste difficilement, à Golléré comme partout ailleurs dans le bassin du fleuve Sénégal. Le métier de forgeron-bijoutier est réservé à une catégorie de personnes, il se transmet de père en fils.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Carte 10. Les émigrés sénégalais dans le monde (Source : estimations ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, 1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Carte 11. Exemples d’itinéraires de migrants sénégalais vers la France (Source : enquêtes personnelles, 1995-1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Carte 12. Principales destinations des émigrés sénégalais (Source : enquêtes personnelles, 1995-1997. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/911/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 403k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search