Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Première partie. Le Sahel, espace de circulation

1. Le Sahel, bande de transition et couloir de circulation

Texte intégral

Comment définir le Sahel ?

1Si la définition et la délimitation du Sahel ne font pas l’objet de ce travail, il est néanmoins indispensable d’en préciser les traits fondamentaux. Les faits bioclimatiques qui dominent au premier abord et la construction historique de l’entité sahélienne imposent la notion de contact et d’interface pour caractériser cette région. Le terme Sahel, qui signifie rivage en arabe, était utilisé par les chroniqueurs arabes médiévaux pour décrire le rivage méridional de cet autre océan qu’est le Sahara. Le Sahel est donc la lisière du Sahara ; il est caractérisé par l’aridité et l’irrégularité des conditions biogéographiques (Toupet 1992). Théodore Monod, grand connaisseur des milieux sahariens et sahéliens, le définit ainsi :

Le Sahel est une zone éco-climatique qui traverse toute l’Afrique moyenne, au nord de l’équateur, entre le désert proprement dit, c’est-à-dire le Sahara, et la savane de type soudanien. [...] c’est une bande qui court de l’Atlantique à la mer Rouge. Sur cette zone relativement sèche, semi-aride, en principe il pleut tous les ans, plus ou moins. La zone sahélienne commence au nord avec 100 à 250 millimètres de pluies et se termine au sud avec 400 à 500 millimètres, valeurs bien entendu largement approximatives. De ces données climatiques dépendront, également dans une large mesure, la composition floristique et les caractères de la végétation : il s’agit le plus souvent d’une savane plus ou moins boisée comprenant, avec un tapis de graminées particulièrement dense après les pluies annuelles, un peuplement arbustif et arboré. Les paysages sahéliens sont, dans l’ensemble, assez monotones, surtout dans les plaines sans accidents topographiques importants [...]. (Vernet 1994, p. 35)

Carte 3. Les zones éco-écologiques (agro-halio-pastorale) dans le Fuuta Tooro (© A. H. Ba, 2007)

2Au total, le Sahel des naturalistes et des géographes (Monod 1994 ; Toupet 1992 ; Atlas du continent africain, 1973) se définit essentiellement à partir des éléments climatiques (précipitations, températures). De ce point de vue, les limites de la zone sahélienne sont loin d’être immuables, car le désert semble poursuivre son avancée vers le sud.

  • 1 Le CILSS regroupe le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso (siège du CILSS), le Niger, la Guinée, la G (...)
  • 2 D’après J. A. Ade Ajayi et M. Crowder, coordonnateurs de Historical Atlas of Africa (adaptation fr (...)
  • 3 La poursuite des recherches archéologiques permettrait de lever le voile sur toutes les périodes d (...)
  • 4 Parmi les auteurs les plus cités, Al-Bakri, géographe et chroniqueur arabe, a publié en 1068 des t (...)
  • 5 Les commentaires simplistes sur les cultures sahéliennes que donnaient les scientifiques, missionn (...)

3Si l’on retient les seuls éléments physiques pour définir le Sahel, on oublie les autres déterminants que sont le culturel, le politique, etc. En effet, le Sahel présente plusieurs visages. De nouveaux critères permettent de mieux délimiter l’espace sahélien. Par exemple, « l’espace CILSS » (Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel) correspond à un Sahel politique, puisque le CILSS regroupe neuf pays africains1. Certains de ces États comme la Gambie, la Guinée-Bissau ou les îles du Cap-Vert n’appartiennent pas à la zone bioclimatique sahélienne, mais en raison des avantages offerts par la constitution de grands organismes interétatiques, ils ont négocié leur adhésion au CILSS. Il existe aussi un Sahel culturel : malgré l’étendue de la bande sahélienne, on retrouve certains comportements identiques chez « les hommes du Sahel » (Gallais 1984). Dans tous les cas, les connaissances acquises sur l’évolution des climats montrent que l’histoire du Sahel est étroitement liée à celle du Sahara2. C’est pour fuir les précarités des conditions naturelles dans le Sahara desséché que des groupes humains ont migré vers le sud et ont occupé l’actuel Sahel (Ki-Zerbo 1978). Le semi-nomadisme et la sédentarisation de ces derniers ont permis le développement de royaumes et empires sahéliens : malgré des conditions climatiques hostiles, des hommes ont réussi à développer au fil des temps des stratégies pour assurer leur survie. Les sources concernant l’histoire des royaumes du Sahel sont diverses3. Les textes des auteurs arabes d’Afrique du Nord4 et les lettrés noirs convertis à l’islam décrivent bien les villes de Tombouctou, Gao, Koumbi Saleh, ainsi que les royaumes sahéliens. Des chercheurs africains contemporains (Ki-Zerbo 1978 ; Lam 1993 ; Barry 1988...) grâce à leur parfaite maîtrise des langues africaines et des techniques modernes d’investigation ont pu écrire l’histoire de l’Afrique et réfuter sans esprit de revanche les discours simplistes tenus par certains Européens5 durant la période coloniale sur la civilisation africaine. En réalité, les sources sur l’histoire du Sahel ne manquent pas.

La permanence de la stratification sociale et des formes de pouvoir dans le Sahel

4Un rappel historique de la constitution et de la décomposition de ces empires sahéliens permet de mieux comprendre quelques pratiques héritées du passé dans l’organisation spatiale et sociale actuelle des États sahéliens. Les systèmes monarchiques dans les premiers royaumes sahéliens ont combiné la mise en place d’une hiérarchisation sociale rigide avec l’intégration des groupes ethniques et ils se sont appuyés sur l’islam. Dans les anciens empires sahéliens, l’organisation sociale était le fait de sociétés segmentaires, où le moteur socio-économique était la grande famille patriarcale à patronyme commun, rassemblée en général dans une cour commune (galle chez les Peuls, ka chez les Soninké, etc.). Plusieurs clans liés en général par la communauté de langue constituaient une ethnie, qui était donc, à un niveau élémentaire, une communauté de culture et de destin. Quant à la gérontocratie sur laquelle reposait l’autorité, elle était tempérée par des assemblées à caractère démocratique, où les chefs de famille, de village. avaient un rôle consultatif. L’endogamie et le système matrilinéaire, qui prévalait sur le système patrilinéaire, favorisaient la rigidité de la stratification sociale (Ki-Zerbo 1978). L’empire du Mali peut servir d’exemple par la manière dont il a réalisé un modèle d’intégration politique avec des peuples aussi variés que les Touareg, les Wolof, les Malinké, les Bambara, les Songhaï, les Peuls, qui reconnaissaient un seul souverain. Dans cet espace, les hommes, les idées, les biens circulaient librement.

  • 6 Deux auteurs (Barry 1988 ; Lavigne-Delville 1994) abordent avec beaucoup de clarté la question de (...)
  • 7 Le terme marabout serait dérivé de Al-mourabitun : les Almoravides.

5La stratification sociale fondée sur un système d’ordres et de castes, toujours présente dans les pays sahéliens, existait déjà au ixe siècle dans l’empire du Ghana. Cette hiérarchisation sociale mérite d’être rappelée, car encore de nos jours, tout projet social, politique ou économique qui fait fi de cette réalité culturelle est voué à l’échec. Dans l’actuelle région de Saint-Louis du Sénégal, par exemple, l’application de la loi du domaine national votée en 1964 pose un problème, car elle remet en cause la stratification sociale dans la mesure où elle enlève à la catégorie sociale qui occupe le sommet de la pyramide son pouvoir foncier (Schmitz 1994). Dans les campagnes du bassin du fleuve Sénégal, la hiérarchisation sociale est en partie liée à la possession des terres. La corrélation entre la fonction de chef et la possession de terres est si forte que, dans la plupart des villages du Fuuta, seuls les descendants des denyankoobe ou des toorobe peuvent prétendre à la fonction de chef de village. L’ensemble de la stratification sociale est très perceptible dans le monde rural où le conservatisme est vivace : encore aujourd’hui dans les campagnes sénégalaises, le contrat de mariage n’est possible qu’entre des personnes issues de familles appartenant à un même ordre ou une même caste6. Cependant, dans les grandes villes, l’endogamie et la stratification sociale fondées sur le groupe ethnique sont combattues indirectement. Avec l’urbanisation, on assiste au développement d’une « citadinité » où l’anonymat contribue à la dilution des castés dans le groupe des nobles. Les activités professionnelles modernes accélèrent dans une certaine mesure les mutations sociales, et participent d’une modification des rapports entre les anciens groupes statutaires. Même si la stratification se maintient, elle se construit sur d’autres critères. L’islamisation des sociétés sahéliennes a en effet bouleversé l’organisation sociale et politique des espaces. La religion des sociétés sahéliennes à l’époque de l’empire du Ghana était une religion animiste, d’essence africaine. L’historien burkinabé Joseph Ki-Zerbo, en analysant les apports des musulmans aux sociétés africaines, écrit : « Les Arabo-Berbères ont donné à l’Afrique noire une de ses principales religions et ont transformé des pans entiers de son paysage socioculturel » (Ki-Zerbo 1978). L’introduction de l’islam a eu comme première conséquence la naissance d’une nouvelle classe sociale : les marabouts7. Ces maîtres de l’enseignement coranique, qui occupaient par ailleurs les postes de trésorier ou d’interprète du roi auprès des émissaires venus des pays arabes, avaient une forte influence sur les rois, notamment dans les décisions concernant les formes d’organisation sociale (mariage, héritage, affranchissement des esclaves, etc.) et le contrôle des empires (impôt, attribution des terres, etc.). Les marabouts conservent encore aujourd’hui une forte influence sur les chefs d’État, en particulier au Sénégal. Le système patrilinéaire a d’autre part supplanté le système matrilinéaire, alors que ce dernier était prédominant dans certaines sociétés sahéliennes. Une nouvelle forme de partage des richesses est édictée, le versement de la zakat aux pauvres (impôt selon la charia) ayant été institué. Le vendredi devient un jour important de la semaine : les fidèles venus de différents villages se retrouvent en grand nombre chaque vendredi dans une mosquée pour effectuer ensemble la prière de dohr (vers 14 heures). Les villages et les bourgs qui possédaient une mosquée et un imam deviennent des centres spirituels dans la mesure où le Coran y est enseigné et commenté. D’ailleurs la célébrité de certains villages dans le bassin du fleuve Sénégal tient à la renommée du ou des imams qui y ont séjourné. Les fidèles fréquentant une même mosquée développent entre eux une nouvelle solidarité fondée sur une allégeance à un même imam, à un même guide spirituel. Le rôle des mosquées dans la circulation de l’information est considérable. La célébration des fêtes annuelles musulmanes rythme aussi la vie de la majorité des Sahéliens ; durant ces fêtes, on observe le retour massif au village des personnes travaillant temporairement dans les villes.

  • 8 Dans les véhicules de transport en commun qui empruntent la route qui relie Podor à Bakel, on ente (...)

6Ce rappel des époques antérieures à la confrontation avec l’Europe permet de souligner quelques caractéristiques d’héritages anciens. Ainsi, de la coexistence des États animistes et des États théocratiques est né un système de gouvernement qui a laissé des empreintes sur les actuels États africains. Les peuples du Sahel partagent la même histoire, les mêmes légendes. Le sentiment d’avoir appartenu à des territoires interdépendants est toujours présent chez les gens du bassin du fleuve Sénégal et les limites de ces anciens territoires politiques sont connues de ses historiens locaux et des natifs du terroir8. L’intensité du commerce transsaharien et la pratique du pastoralisme ont aussi favorisé très tôt la mobilité de la plupart des Sahéliens. L’organisation sociale et économique des royaumes a permis l’établissement de liens de solidarité, de complémentarité entre les différents groupes humains (les ethnies, les castes). Les solides fondements de cette organisation sociale ont ainsi permis de résister partiellement aux influences non africaines. Toutefois, dès que les Européens pénètrent dans le continent africain au xvie siècle, les formes d’organisation politique et territoriale sahéliennes commencent à se transformer. En effet, la nature du contact avec les Européens a entraîné des modifications beaucoup plus importantes que celles occasionnées par les musulmans arabo-berbères, parce qu’il s’est agi de transferts de capitaux et surtout d’idées, de techniques (chemins de fer, port maritime...), et de systèmes d’organisation ayant une tout autre puissance immédiate de perturbation.

Carte 4. Les États théocratiques dans le bassin du fleuve Sénégal
(Source : d’après l’Atlas historique de l’Afrique, 1992. © A. H. Ba, 2007)

Photo 1. Mosquée de Guédé-Village située à 8 kilomètres environ de Alwaar, village natal de El-Hadj Omar
Classée patrimoine historique, cette mosquée construite en banco est le symbole d’un Sahel musulman

La désorganisation du Sahel intérieur ou la polarisation de la façade maritime sahélienne

7Les embouchures des fleuves Sénégal, Gambie et Casamance ont été les zones les plus disputées par les Européens. En 1639, les Français fondent leur premier établissement au Sénégal, à Bieurt très en aval de Ndar (l’actuelle Saint-Louis). Le commerce atlantique dominé par la traite des esclaves a transformé les régions de la façade maritime de l’Afrique occidentale en zones d’échanges et en centres économiques. En revanche, les royaumes sahéliens (Gadiaga, Boundou, Kaarta, Mali.) et les villes (Tombouctou, Aoudaghost, Koumbi Saleh.) de l’intérieur qui avaient fondé leur prospérité sur le commerce transsaharien depuis le iiie siècle rentrent dans une période de crise économique. D’abord on assiste à des migrations forcées vers l’intérieur des terres ou vers des régions refuges d’accès difficile, à de nouvelles relations sociales inégales entre les ethnies. Les cités très éloignées des cours d’eau et de l’océan perdent leur puissance économique. Ensuite, on observe un mouvement inverse, les populations paysannes de l’intérieur migrent temporairement vers les villes et bourgs coloniaux pour trouver des rentrées substantielles de numéraire. Durant cette période, il faut préciser que les migrations restent exclusivement internes et temporaires. Les métropoles européennes ne constituaient pas encore une destination.

8Dans le cas du bassin du fleuve Sénégal, la pénétration française à l’intérieur des terres a été rendue possible grâce à plusieurs facteurs. Le fleuve Sénégal constituait d’abord une voie de circulation privilégiée pour les Européens. Ensuite, cette région possédait la gomme arabique (produit tropical fort prisé par les industries textiles européennes). Enfin, certains souverains denyanke du Fuuta, parce qu’ils tiraient quelques bénéfices du commerce mercantiliste européen, ont facilité la circulation des marchands européens sur les territoires sahéliens. Les Français ont donc établi progressivement, à partir de Saint-Louis, des comptoirs commerciaux (voir carte 5).

L’organisation de l’espace colonial sahélien

9Déjà en 1819, les colons français commençaient à exploiter les terres du delta du fleuve Sénégal, en y expérimentant des cultures de rente (riz, coton). Les terres de la moyenne et de la haute vallée du fleuve ne font l’objet de projets agricoles coloniaux que plus tardivement. Les politiques coloniales ont consisté à exercer une forte pression sur le pouvoir économique et politique local aux alentours des sites abritant les comptoirs commerciaux. La domination politique et économique des Européens s’est vite matérialisée sur les espaces africains par la construction de routes, de chemins de fer qui convergent vers des ports maritimes africains, à partir desquels les produits tropicaux sont acheminés vers l’Europe. Durant la période coloniale, pour les besoins d’un contrôle efficace des colonies, les Français introduisent un découpage territorial qui conduit à une première forme de recomposition des territoires sahéliens.

Carte 5. La pénétration française dans la vallée du fleuve Sénégal
(Source : d’après l’Atlas du Sénégal, 1977. © A. H. Ba, 2007)

  • 9 Le premier chef de canton du Tooro est recruté dans l’aristocratie denyanke, celle-là même qui rég (...)

10Pour administrer les colonies, les Français s’appuient sur les chefs locaux9, dont le pouvoir est cependant fort limité. En fait, ils ne font qu’exécuter les ordres venant de l’autorité coloniale, en l’occurrence le gouverneur. Dans le Fuuta Tooro, le récit de la tragique histoire de Baidi Katié montre bien la domination des Français sur les chefs locaux :

  • 10 Témoignage recueilli en 1997 auprès de deux anciens de Guédé-Village et de Mbantou : Olol Bâ, 88 a (...)

L’histoire de Baidi Katié est contée par les orateurs fuutanke, historiens traditionnels. Baidi Katié était un employé colonial, il accompagnait les autorités coloniales dans les missions à l’intérieur du Fuuta. Lors d’une mission, une dispute éclata entre lui et un chef militaire français, responsable de la mission. Le chef militaire n’apprécie pas son attitude, il décide de le punir en le reléguant au rang de porteur. Baidi Katié ne supporte pas l’humiliation, il tue le chef militaire. L’autorité coloniale basée à Saint-Louis lance un avis de recherche de Baidi Katié. Deux notables locaux, Mamoudou Yéro Sall et Sidik Sall originaires de Guédé, sont considérés comme ses protecteurs. Ils sont exécutés par le pouvoir colonial. Cette affaire divisa beaucoup les notables et les chefs locaux du canton de Podor. Les orateurs racontent que la plupart des chefs se sont empressés de clamer auprès du pouvoir colonial qu’ils n’avaient rien à voir avec Baidi Katié afin d’éviter de subir l’emprisonnement ou l’exécution. Aujourd’hui, une place à Podor porte le nom de Lamtooro Sidik Sall.10

11La centralisation du pouvoir colonial, la dépendance des colonies par rapport à l’administration coloniale, et donc à la métropole, ont fortement marqué les mentalités africaines même après la colonisation. Les effets de l’économie coloniale sur les terroirs villageois sont multiples. Il faut admettre que durant la colonisation la prétendue œuvre humanitaire venait très loin derrière le souci d’exploiter au mieux les matières premières pour les industries européennes. Sinon, comment expliquer le développement rapide des cultures de canne à sucre, de coton, de riz, d’arachide au détriment des cultures traditionnelles comme le mil, le niébé, le sorgho, qui constituaient dans la région sahélienne l’essentiel de l’alimentation des paysans ? Comment expliquer les travaux forcés qui ont fait des centaines de victimes dans les populations africaines ? Comment justifier que les langues européennes aient été imposées au détriment des langues locales ?

  • 11 Durant les premières années après la décolonisation, l’assistance technique française était fort p (...)
  • 12 Nous reviendrons dans la troisième partie sur le rôle de la SAED en tant que structure nationale d (...)

12Les terres fertiles du waalo, qui ont été les premières terres annexées dans le bassin du fleuve Sénégal, ont accueilli les premiers casiers pour l’expérimentation des cultures de rente : coton, riz, canne à sucre. La réalisation de casiers rizicoles de Richard-Toll, de Guédé-Village et de Guédé-Chantier dans la moyenne vallée illustre la volonté des pouvoirs coloniaux d’introduire de nouvelles pratiques culturales dans les colonies (Maïga 1995a). Les politiques agricoles entamées pendant la période coloniale ont été poursuivies par les pouvoirs politiques africains même après la décolonisation11. Dans le cas du Sénégal, il y a eu un constant effort pour le développement des cultures de rente : arachide dans le centre-ouest du pays, et riz dans la vallée du fleuve Sénégal et en Casamance. C’est ainsi que, pour accélérer les aménagements sur la rive gauche, a été créée en 1965 la Société d’aménagement et d’exploitation des terres du delta et de la Falémé (SAED)12. Sa mission consistait dans un premier temps à réduire le déficit alimentaire, et dans un second temps, à exporter le riz cultivé dans le delta. Elle devait, parallèlement, s’occuper de l’aménagement des superficies cultivables, de l’encadrement des paysans et de leur formation aux techniques d’irrigation, de la réalisation d’équipements sociaux et de la commercialisation des produits agricoles.

Le début des politiques de coopération

  • 13 Voir à ce propos Y. Lacoste, « Géopolitique africaine », Hérodote, n° 47, 1987.

13À la fin de la colonisation, les nouveaux États africains manifestent leur indépendance politique au travers d’une diversification de leurs accords de partenariat avec, d’une part, les pays européens n’ayant pas participé directement à la colonisation et, d’autre part, les pays non européens. Ces nouvelles relations des États africains avec le reste du monde prennent le nom de coopération bilatérale et/ou multilatérale. Déjà, quelques années avant l’accession à l’indépendance, l’idée de construire une Afrique forte était présente dans l’esprit de certains hommes politiques africains. Mais le panafricanisme ne reste qu’à l’état de discours. Les tentatives de regroupement des nouveaux États limitrophes, qui du reste partageaient une histoire commune, échouent. Par exemple, en Afrique de l’Ouest, la confédération du Mali, constituée du Sénégal et du Soudan (actuel Mali), éclate en 1960 : elle n’a vécu qu’un an. Le manque de maturité politique des nouveaux chefs d’État ne permettait guère la mise en place de politiques supranationales et, au sein des cadres africains, il existait un décalage dans la conception de l’État-nation, les uns étant influencés par les marxistes, les autres par les libéraux. Un autre décalage se situait entre les leaders politiques et le reste du peuple qui n’avait pas fréquenté les écoles de langue française ou anglaise, et qui n’avait donc pas une idée de la nation selon la conception occidentale13. Il n’y avait pas, par conséquent, durant les premières années post-coloniales une adéquation entre les limites du territoire étatique et celles de l’État-nation.

  • 14 Les Haalpulaaren habitant sur la rive droite du fleuve Sénégal, en territoire mauritanien, sont ap (...)

14À l’intérieur du territoire sénégalais par exemple, au début des années 1960, il n’était pas possible, selon les anciens des villages, de parler d’une allégeance générale des populations au chef de l’État. Les limites du territoire ethnique étaient mieux connues que celles du territoire national. Chez les Peuls du bassin du fleuve qui empruntaient les mêmes parcours pastoraux avant et après la colonisation, les deux rives du fleuve Sénégal faisaient partie de leur espace pastoral depuis des siècles, par conséquent le fleuve Sénégal ne pouvait être considéré comme une frontière étatique entre le Sénégal et la Mauritanie. Pour ces éleveurs, les tracés des frontières nationales n’avaient pas de véritable signification. En effet, jusque dans le milieu des années 1970, on entendait rarement dans le vocabulaire des Peuls les termes sénégalais ou mauritaniens, qui renvoyaient à l’appartenance à un territoire national14.

  • 15 Cette nouvelle forme de coopération Afrique - pays occidentaux s’est caractérisée après les indépe (...)

15La plupart des projets transnationaux dans l’espace sahélien ont vu le jour grâce au financement des bailleurs de fonds étrangers15. Les programmes d’aménagement rural ont encouragé la mise en place de politiques nationales de développement agricole (Fall 1984). Ainsi les régimes fonciers sont révisés, de nouvelles subdivisions territoriales sont effectuées et des structures publiques sont créées pour faciliter l’exécution des programmes de développement rural. En 1963 naît à Bamako le Comité inter-États pour l’aménagement du bassin du fleuve Sénégal, qui se fixe trois objectifs : le développement des cultures irriguées de la vallée, la production d’énergie hydroélectrique et le développement minier et industriel dans le haut bassin, le développement du transport fluvial sur le fleuve Sénégal et certains de ses affluents. En mars 1968, les mêmes quatre États fondent l’Organisation des États riverains du Sénégal (OERS). Il s’agit désormais de coordonner et d’harmoniser les politiques de développement dans le domaine économique, social et culturel en vue d’exploiter de façon commune les ressources naturelles (Maïga 1995a). Chaque État doit veiller à une meilleure attribution des terres afin d’impliquer l’ensemble des populations. Le rétablissement de l’équilibre écologique dans le bassin, la réduction de la contrainte de la continentalité figurent aussi parmi les objectifs du programme à long terme. Les deux grandes réalisations de l’OERS devenue Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) vers la fin des années 1980 demeurent les barrages anti-sel de Diama et de Manantali à Bafoulabé (Engelhard et al. 1986). Ces deux grands ouvrages ont pu être réalisés grâce aux soutiens financiers et/ou techniques de plusieurs pays. Cette diversité des partenaires financiers pour ces projets illustre bien l’entrée en vigueur en Afrique des politiques de coopération multilatérale et le rôle actif des organes de l’ONU comme l’Organisation pour l’agriculture et la nourriture (la FAO) et le PNUD.

16Les déstructurations des royaumes sahéliens, l’introduction de nouvelles politiques agricoles éloignées des préoccupations des paysans, la recherche du numéraire ont, entre autres, occasionné dans les espaces sahéliens une recrudescence des mobilités des personnes. Ces déplacements peuvent s’observer d’abord à l’intérieur de chaque pays, puis des pays sahéliens vers les pays côtiers africains ou encore vers les pays situés en dehors du continent africain. À l’instar d’Adrian Adams (1977), on peut considérer qu’ils constituent une réponse aux déséquilibres économiques ruraux introduits par le système colonial et entretenus par les gouvernements des nouveaux États indépendants. En fait, les politiques agricoles et les aménagements qui les accompagnent n’ont pas réussi à fixer les populations villageoises. Au contraire, elles ont suscité l’exode rural et la migration internationale. Les populations n’ont-elles pas su s’adapter aux exigences des technocrates ? Cette recrudescence de la mobilité des ruraux soulève de nombreuses questions sur l’évolution de l’organisation des campagnes et des sociétés sahéliennes.

Notes

1 Le CILSS regroupe le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso (siège du CILSS), le Niger, la Guinée, la Guinée-Bissau, les îles du Cap-Vert, la Gambie, et la Mauritanie.

2 D’après J. A. Ade Ajayi et M. Crowder, coordonnateurs de Historical Atlas of Africa (adaptation française : C. Coquery-Vidrovitch et G. Laclavere dir., 1992, Paris, Éditions du Jaguar), les fouilles archéologiques montrent que la zone sahélienne est ancienne et que son peuplement est consécutif l’assèchement du Sahara intervenu vers 5000 ans avant J.-C.

3 La poursuite des recherches archéologiques permettrait de lever le voile sur toutes les périodes de l’histoire des royaumes sahéliens.

4 Parmi les auteurs les plus cités, Al-Bakri, géographe et chroniqueur arabe, a publié en 1068 des textes sur les cités noires de l’Afrique ; Ibn Battuta, autre grand voyageur arabe, a décrit les merveilles de l’empire du Mali en 1352.

5 Les commentaires simplistes sur les cultures sahéliennes que donnaient les scientifiques, missionnaires, étaient entachés de racisme. En effet, durant la période coloniale beaucoup d’auteurs européens de disciplines différentes soutenaient l’infériorité des peuples noirs par rapport aux Européens. Ces thèses avaient pour but de justifier la colonisation comme une bonne action dans la mesure où elle avait pour objet de « civiliser » les Noirs. Il faut préciser qu’une partie des savants européens réfutaient aussi les thèses racistes et l’impérialisme. L’historien sénégalais C. A. Diop qualifie sans détour nombre d’auteurs occidentaux de l’époque coloniale de falsificateurs de l’histoire africaine (Diop 1981).

6 Deux auteurs (Barry 1988 ; Lavigne-Delville 1994) abordent avec beaucoup de clarté la question de la hiérarchisation sociale en Afrique de l’Ouest. En 1998, la revue hebdomadaire L’autre Afrique, n°2, a aussi consacré un article à la stratification sociale au Sénégal. L’article intitulé « La revanche des castés » montre, témoignages à l’appui, que même les grands hommes politiques du pays souffrent de leur appartenance à la caste inférieure. Les artisans (forgerons, boisseliers, etc.) constituent le groupe des « castés ». Dans la région du fleuve Sénégal, cette catégorie socio-professionnelle n’occupe jamais la première place dans les instances politiques traditionnelles.

7 Le terme marabout serait dérivé de Al-mourabitun : les Almoravides.

8 Dans les véhicules de transport en commun qui empruntent la route qui relie Podor à Bakel, on entend souvent les passagers du terroir évoquer le franchissement des frontières des anciennes provinces. Ils disent : on est maintenant dans le Tooro, le Lao, le Gadiaga, etc. Certains villages marquent les limites entre ces anciennes provinces.

9 Le premier chef de canton du Tooro est recruté dans l’aristocratie denyanke, celle-là même qui régnait dans le Fuuta Tooro.

10 Témoignage recueilli en 1997 auprès de deux anciens de Guédé-Village et de Mbantou : Olol Bâ, 88 ans, et Boubou Yéro Ba, 80 ans.

11 Durant les premières années après la décolonisation, l’assistance technique française était fort présente dans les différents services des États africains, surtout dans les services de la planification et du développement. Aussi n’est-il guère étonnant d’observer la poursuite des plans de développement pensés sous l’époque coloniale.

12 Nous reviendrons dans la troisième partie sur le rôle de la SAED en tant que structure nationale de développement, et sur son rapport avec les paysans.

13 Voir à ce propos Y. Lacoste, « Géopolitique africaine », Hérodote, n° 47, 1987.

14 Les Haalpulaaren habitant sur la rive droite du fleuve Sénégal, en territoire mauritanien, sont appelés les rewankoobe (les gens du Nord). Ceux qui habitent sur la rive gauche, quoique officiellement sénégalais, sont appelés les worgankoobe (gens du Sud). Chez les Haalpulaaren habitant dans le département de Podor, les termes sénégalnaajoo (sénégalais) et mauritaninaajo (mauritanien) sont employés par les jeunes. Les anciens des villages les utilisent rarement.

15 Cette nouvelle forme de coopération Afrique - pays occidentaux s’est caractérisée après les indépendances par la présence de techniciens occidentaux dans les services étatiques africains. Ces derniers avaient pour rôle de coordonner la plupart des projets de développement (politique, économique, social) des nouveaux États africains. Les « tiers-mondistes » qualifient cette forme de coopération de néocolonialisme, car selon eux, il y a une mainmise politique des pays occidentaux sur les États africains. Les premiers dictent aux seconds les voies politiques et économiques à suivre.

Table des illustrations

Légende Carte 3. Les zones éco-écologiques (agro-halio-pastorale) dans le Fuuta Tooro (© A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Légende Carte 4. Les États théocratiques dans le bassin du fleuve Sénégal(Source : d’après l’Atlas historique de l’Afrique, 1992. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Photo 1. Mosquée de Guédé-Village située à 8 kilomètres environ de Alwaar, village natal de El-Hadj OmarClassée patrimoine historique, cette mosquée construite en banco est le symbole d’un Sahel musulman
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Carte 5. La pénétration française dans la vallée du fleuve Sénégal(Source : d’après l’Atlas du Sénégal, 1977. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search