Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Première partie. Le Sahel, espace de circulation

Première partie. Le Sahel, espace de circulation

Texte intégral

L’homme est sans cesse en mouvement à la surface de la terre [...], même les plus sédentaires d’entre nous ne demeurent jamais en un même lieu [...].
(Thumerelle 1986)

1Les déplacements contemporains s’inscrivent dans une longue histoire : le visage du Sahel d’aujourd’hui résulte en partie de toutes les relations établies, au fil des siècles, avec d’autres espaces du monde. Les types de relations que cette région a entretenues et continue d’entretenir avec le reste du monde sont essentiellement de deux ordres : commercial d’une part, culturel et politique de l’autre. Ces deux types de relations se manifestent différemment selon les périodes et selon la nature des échanges : à l’intérieur du continent africain ou avec le reste du monde.

2La tradition commerciale s’appuie sur la situation privilégiée du Sahel, une région de transition entre les pays du Maghreb et les pays de la zone forestière et côtière du golfe de Guinée. Déjà, les anciennes caravanes transsahariennes des commerçants arabo-berbères et les routes de la kola des dioulas (commerçants) soudanais se rencontraient dans la bande sahélienne (voir carte 2). Par ailleurs, la pratique d’autres activités économiques telles que le pastoralisme ou la pêche ont favorisé les déplacements des personnes. Le succès de l’ensemble de ces activités dès le début du xe siècle explique le développement des cités sahéliennes comme Aoudaghost, Tombouctou, Tékrour, Koumbi Saleh, Gao. Quand les Européens arrivent sur les côtes d’Afrique noire au milieu du xve siècle, ils développent d’abord un commerce fondé sur le troc de marchandises ; ensuite au début du xvie siècle, ils se lancent dans la traite négrière. Puis des voies de communications sont construites pour faciliter l’écoulement des produits africains vers les pays occidentaux, de telle sorte que pendant cinq siècles (xve-xxe siècle), des échanges fondamentalement inégaux vont régir les rapports d’une partie du Sahel avec le monde européen.

Carte 2. Les empires et royaumes sahéliens dans l’Afrique de l’Ouest entre le viiie et le xviie siècle
(Source : d’après l’Atlas historique de l’Afrique, 1992 et l’Atlas du continent africain, 1977. © A. H. Ba, 2007)

3Les relations de nature culturelle et/ou politique sont marquées par deux influences, extérieures au Sahel à leur origine. Le Sahel subit d’abord, vers la moitié du xie siècle, l’invasion des Almoravides propagateurs de l’islam. En effet, les zones sahéliennes sont les premières islamisées de l’Afrique noire occidentale. Quant au processus de colonisation, il était bien lancé quand, en 1885, les Européens se retrouvent à Berlin pour fixer les règles de partage de l’Afrique (Guillaume 1994). À partir de cette période, le destin de l’Afrique noire ne reste plus entre les mains des seuls Africains. Les effets de la colonisation sont nombreux : les empires et les royaumes africains se disloquent ; l’organisation sociale est perturbée ; les anciennes unités territoriales africaines se désintègrent petit à petit, et dans le même temps d’autres territoires naissent, fondés selon les exigences des colonisateurs. Ainsi, à l’hétérogénéité des peuples africains due à la diversité des ethnies vient se superposer un autre marqueur de différenciation : la politique coloniale. En effet, celle-ci va occasionner de nouvelles divisions territoriales, l’introduction d’un nouveau système de gestion des terres en Afrique sahélienne, d’une nouvelle religion (le christianisme) et des langues européennes.

  • 1 D’après le Fonds des Nations unies pour la population en 2005.
  • 2 Un ouvrage dirigé par J.-L. Amselle a abordé en 1976 les causes et les formes de déplacements dans (...)

4Ce n’est qu’avec l’indépendance post-coloniale qu’apparaissent les nouveaux États « modernes » sahéliens ; leurs frontières reprennent les contours des anciennes colonies (les subdivisions administratives coloniales), dont les limites avaient été arbitrairement décidées par les colonisateurs européens, indépendamment des articulations spatiales africaines antérieures. La diversification des relations des nouveaux États sahéliens avec le reste du monde explique l’évolution différente des nations africaines dans les choix de politique économique comme dans le modèle d’aménagement territorial. Mais surtout les indépendances permettent la reprise des déplacements des personnes à l’intérieur des nouveaux États ou entre États, et de ce fait renforcent la multiplicité des itinéraires et des destinations. Alors qu’environ 200 millions d’hommes, soit 3 % de la population mondiale, vivent à l’extérieur de leur pays d’origine1, on estime que 80 % des flux migratoires sur le plan international concernent les pays du Sud, le nombre de migrants interrégionaux en Afrique atteignant 40 millions. La mobilité Sud-Sud ou Sud-Nord est donc de plus en plus forte2.

5L’analyse des mobilités de personnes permet de manier à la fois les notions de lieu, de distance, de temps et de société. Dans le cas du Sahel, il est important de traiter le phénomène migratoire et ses effets dans une perspective historique, en considérant cette région comme une bande de transition et un couloir migratoire à l’intérieur de l’Afrique, puis comme un espace confronté au choc de l’Europe coloniale, et enfin comme un espace contemporain pour de nouvelles mobilités. Notre analyse du phénomène migratoire s’attache peu à montrer les caractères sociologiques des populations immigrées. En revanche, elle s’intéresse aux pratiques de l’espace par le migrant, en s’appuyant sur les spécificités culturelles de chaque migrant ou communauté d’immigrés. Cette démarche est à l’articulation d’une géographie culturelle et d’une géographie des mobilités. Ainsi, il s’agit d’étudier les réactions des populations villageoises sahéliennes face aux constantes mutations économiques et politiques, dont les facteurs explicatifs sont à rechercher parfois en dehors du continent africain. Si on considère que l’émigration constitue une des réponses des Sahéliens à ces transformations, alors une analyse de la dynamique du processus migratoire sahélien s’impose et celle-ci conduit à étudier les relations entre la migration interne et la migration internationale dans les espaces ruraux sahéliens en général et dans le bassin du fleuve Sénégal en particulier. Dans chacun des deux types de migration, l’appartenance ethnique et la stratification sociale ont-elles une influence sur le contenu du projet migratoire des individus ? La migration internationale sahélienne telle qu’elle se pratique ne participe-t-elle pas d’une nouvelle forme de mise en relation Nord-Sud ? Ne sommes-nous pas aujourd’hui en face de la constitution d’une diaspora sahélienne ? Celle-ci influence-t-elle, à la manière des autres diasporas (juive, indienne...), l’aménagement territorial des lieux d’origine ?

Notes

1 D’après le Fonds des Nations unies pour la population en 2005.

2 Un ouvrage dirigé par J.-L. Amselle a abordé en 1976 les causes et les formes de déplacements dans certaines régions d’Afrique noire. Selon l’un des auteurs, S. Amin, la marginalisation économique occasionnée par le capitalisme dominant explique en partie le déplacement de la main-d’œuvre des régions périphériques vers les centres économiques demandeurs de travailleurs.

Table des illustrations

Légende Carte 2. Les empires et royaumes sahéliens dans l’Afrique de l’Ouest entre le viiie et le xviie siècle(Source : d’après l’Atlas historique de l’Afrique, 1992 et l’Atlas du continent africain, 1977. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search