Version classiqueVersion mobile

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Introduction

Texte intégral

Les peuples changent par l’agriculture, l’industrie, les voies commerciales... et ils ne cessent de se modifier eux-même par les migrations et les croisements. (Élisée Reclus, cité dans Bailly 1995a)

1Les peuples noirs du continent africain ont subi au cours des huit derniers siècles plusieurs invasions des peuples d’autres continents. Ces invasions synonymes de domination ont laissé des traces très perceptibles. Ainsi l’islamisation des Africains au xie siècle et la pénétration des Européens dans ce continent au xve siècle constituent des événements majeurs dans l’histoire de l’Afrique noire en général et de la zone sahélienne en particulier. Ces contacts des Sahéliens avec les Arabes et les Européens ont contribué à une réorganisation des sociétés et des espaces. Encore aujourd’hui, on ne peut entreprendre aucune étude sérieuse sur le Sahel sans tenir compte de ces deux événements majeurs tant ils ont marqué et continuent encore d’influencer les modes de vie des Africains. La zone sahélienne est une bande au sud du Sahara. Par son caractère très accessible (fleuves facilement navigables, absence d’obstacles naturels tels que forêt ou montagne), le Sahel est apparu très tôt dans l’histoire de l’humanité comme un couloir de migration, de circulation, et une zone de contact entre différents peuples. Pourtant s’il fallait faire aujourd’hui un bilan de ces multiples contacts entre les peuples du Sahel et le reste du monde, nous dirions, sans verser dans un quelconque pessimisme, que le Sahel n’a pas pu ou n’a pas su profiter véritablement de ces contacts. L’écrivain antillais Aimé Césaire affirmait en 1955 : « Le grand drame historique de l’Afrique a moins été sa mise en contact trop tardive avec le reste du monde, que la manière dont ce contact été opéré. » Cette constatation reste encore d’actualité, car aujourd’hui, selon les critères socio-économiques dressés par les experts du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la plupart des pays de la zone sahélienne appartiennent à la classe des pays les plus pauvres du monde. Cependant, malgré ces données peu glorieuses du PNUD, une véritable dynamique demeure chez les populations rurales du bassin du fleuve Sénégal (dont une partie est inscrite dans le Sahel). Cette nouvelle dynamique se manifeste à travers les formes d’organisation sociale, les formes d’échanges et de solidarité (nationale et internationale) et de gestion des espaces. En effet, les populations villageoises dans leurs différentes composantes – les sédentaires et les émigrés, les populations villageoises seules ou associées à des acteurs de développement étrangers (ONG nationales ou étrangères, collectivités territoriales occidentales) – tentent de gérer autrement leur environnement en diversifiant leurs moyens de production et en améliorant leurs conditions de vie.

2Durant ces trois dernières décennies, les rapports de l’espace sahélien avec le reste du monde ont connu de profondes modifications. Les catastrophes naturelles comme les sécheresses de 1974 et celle de 1984 ont attiré les ONG ; puis des décisions politiques comme la fermeture des frontières européennes à l’immigration africaine par suite de la crise économique en Europe occidentale de 1974, d’autres événements politiques majeurs tels que la chute du mur de Berlin en 1989, l’instauration progressive à partir du milieu des années 1980 de régimes multipartistes et démocratiques en Afrique sahélienne, la mise en place des politiques de régionalisation et de décentralisation dans les pays européens comme dans certains États africains ont concouru à la naissance de nouvelles formes de mise en relation Nord-Sud. L’usage généralisé du terme mondialisation aurait pu ravir la place au concept de polarisation Nord-Sud et Est-Ouest. Il n’est pas question de faire une quelconque apologie du tiers-mondisme (terme à bannir parce qu’il contribue à forger chez les habitants des anciennes colonies un complexe d’infériorité), mais les rapports entre le Nord (pays riches en Europe, en Amérique du Nord et en Asie) et le Sud (dont les pays d’Afrique noire) continuent encore à s’inscrire dans une logique de domination du Nord sur le Sud. Plusieurs faits l’attestent :

  • l’usage dominant des langues occidentales pour la diffusion des sciences ;

  • l’usage dominant des technologies occidentales pour l’exploitation des ressources naturelles ;

  • la concentration des grands organes de décision dans les métropoles occidentales : institutions politiques (ONU), financières (Fonds monétaire international, FMI, et Banque mondiale, BM), bourses de céréales, etc.

Choix du terrain d’études et méthode d’investigation : une approche multiscalaire

3Pour étudier la recomposition territoriale en milieu rural sahélien, il est nécessaire de comprendre l’effet des initiatives conduites simultanément ou successivement dans le temps et dans l’espace par des acteurs aux origines diverses, aux compétences variées et aux logiques différentes. La zone sahélienne en général, et le bassin du fleuve Sénégal en particulier, présente un ensemble de caractéristiques intéressant pour notre objet d’étude. D’abord, le bassin du fleuve Sénégal a une histoire politique très riche ; zone de contact privilégiée, cette aire géographique a vu naître et disparaître les royaumes les plus célèbres de l’Afrique noire occidentale : l’empire du Ghana, l’empire songhaï, l’empire du Mali, le royaume Tékrour, le Fuuta Tooro. Le bassin du fleuve Sénégal a ensuite constitué un axe de pénétration privilégié des colonisateurs européens. Pendant les premières années de la colonisation vers le milieu du xixe siècle, les Français s’installent à Saint-Louis et remontent le fleuve Sénégal en installant des comptoirs commerciaux. Compte tenu des frontières nationales, le bassin du fleuve Sénégal est aujourd’hui à cheval sur quatre États : la Mauritanie, le Sénégal, le Mali et la Guinée-Conakry. C’est une vaste région naturelle qui couvre 333 800 kilomètres carrés. On y observe quatre zones climatiques dont la zone sahélo-soudanienne située au nord d’une ligne Dakar-Kidira-Kayes-Diéma (voir carte 1). Le bassin du fleuve Sénégal se définit encore comme la première zone islamisée de l’Afrique noire occidentale (99 % de la population de la région de Saint-Louis du Sénégal est musulmane). C’est aussi une région rurale où le pastoralisme et l’agriculture demeurent les activités dominantes (près de 80 % de la population des trois pays riverains du fleuve Sénégal est rurale). Deux principales ethnies, les Soninké et les Haalpulaaren, peuplent la région et y cohabitent paisiblement. Enfin, le bassin du fleuve Sénégal constitue une zone d’émigration par excellence (par l’ancienneté du phénomène migratoire et le taux d’émigrés), ses ressortissants vivant dans différents continents du monde, et il est aussi devenu une région de prédilection des ONG nationales ou étrangères (Saint-Louis est la troisième région administrative du Sénégal pour le nombre d’ONG). Il s’agit donc d’un espace où s’opèrent des échanges et des modifications à différents niveaux géographiques (village, communauté rurale, départemental, région), et c’est dans cette zone de multiples échanges que les investigations ont été menées.

Carte 1. Les limites géographiques du bassin du fleuve Sénégal
(Source : d’après documents OMVS. © A. H. Ba, 2007)

4Le concept de recomposition territoriale s’applique bien à cette région. Les logiques qui sous-tendent cette recomposition sont multiples, tantôt endogènes lorsqu’elles sont initiées par les populations villageoises, tantôt exogènes lorsqu’elles sont l’œuvre d’acteurs étrangers ou des représentants de l’État, les deux logiques pouvant se combiner. Durant les premières années d’occupation de l’Afrique de l’Ouest, le pouvoir colonial ambitionne de faire de la région du fleuve une zone de production de cultures de rente. C’est le début d’une série de projets souvent avortés pour diverses raisons (résistance locale, mésentente entre les pouvoirs coloniaux). Le seul grand projet qui voit le jour pendant la période coloniale reste l’aménagement de vastes superficies sur les terres du waalo pour la culture de la canne à sucre à Richard-Toll dans le département de Dagana. L’usine de fabrication de sucre de la Compagnie sucrière sénégalaise est un symbole de l’histoire des projets coloniaux. Les nouveaux États indépendants poursuivront ces projets. C’est ainsi que deux gigantesques barrages financés par le FMI, la BM, le FED (Fonds européen de développement) sont construits sur le fleuve Sénégal (le barrage de Diama en 1986 et celui de Manantali en 1990). D’ailleurs pour certains experts, la région du fleuve Sénégal est celle de toute l’Afrique noire occidentale qui a reçu le plus d’aide pour le développement.

5À partir de 1983-1984, les collectivités territoriales françaises, en saisissant l’opportunité qui leur est offerte par les lois de décentralisation de 1982 de pouvoir nouer des relations avec des collectivités d’autres États, vont s’intéresser à l’Afrique noire francophone. Par exemple, la région Nord - Pas-de-Calais en France a, depuis 1986, fait du bassin du fleuve une de ses zones d’intervention privilégiées (la région de Saint-Louis au Sénégal et la région de Kayes au Mali bénéficient d’un appui au développement). D’autres partenaires (associations de solidarité nationale ou internationale...) d’appui au développement interviennent sur cette même région depuis des décennies. Pourtant, force est de constater un paradoxe : le bassin du fleuve reste une région incapable de retenir sa population active.

Problématique et méthode de recherche : une complexe relation entre acteurs et territoires

6Une étude de 1993 (Ba et Coquet 1993) sur les projets des associations villageoises de ressortissants du bassin du fleuve Sénégal montre que les migrants s’appuient sur un réseau de partenaires divers dans les pays d’accueil et dans les pays d’origine pour concrétiser leurs projets. Pour mieux comprendre le rôle des mises en relation dans la conduite des projets de développement, une définition des acteurs et des projets s’impose, aussi bien dans les territoires sahéliens qu’européens.

7En Afrique, devant le nombre considérable de groupes d’acteurs en présence, la méthode qualitative est privilégiée dans les investigations. Une classification des acteurs de développement est établie à partir de plusieurs critères. La première forme de classification distingue les groupes d’acteurs selon la taille de la zone d’intervention, la deuxième selon la nationalité, et la troisième est établie d’après les rapports des groupes d’acteurs avec l’État. Les entretiens semi-directifs et qualitatifs sont effectués d’abord auprès des responsables des organisations (groupe d’acteurs), les questions portant sur les modes d’intervention et la nature des actions réalisées ; ils s’accompagnent d’une visite sur le terrain visant à observer le caractère des réalisations. Ensuite des entretiens auprès des populations villageoises bénéficiaires des réalisations ont permis d’identifier les modifications apportées par les réalisations et surtout de saisir le regard que ces mêmes populations portent sur les groupes d’acteurs. Enfin des entretiens auprès des représentants de l’État ont permis de mesurer le degré d’engagement de celui-ci pour le développement des campagnes et surtout de voir si l’État par l’intermédiaire de ses représentants exerce sa fonction de contrôle des aménagements en cours sur son territoire.

8En Europe (France, Belgique), les acteurs des mises en relation, élus des collectivités territoriales et locales, responsables d’association de migrants et d’ONG, ont été étudiés. Travailler sur deux terrains d’étude aussi différents et éloignés n’est guère commode. Cependant quelques atouts ont atténué les difficultés : la maîtrise de la langue peule, qui est parlée dans le bassin du fleuve Sénégal, a pu faciliter les enquêtes sur le terrain en Afrique. En France, le fait d’avoir résidé plusieurs années dans le Nord - Pas-de-Calais, où on note une forte présence d’immigrés sénégalais mais aussi maliens et mauritaniens, constitue un avantage. Par ailleurs, comme le Nord - Pas-de-Calais est très actif dans le domaine de la coopération décentralisée en direction du bassin du fleuve Sénégal, il est aisé de suivre régulièrement et de plus près l’évolution de cette nouvelle forme de coopération entre le Nord et le Sud. Enfin grâce à une forte implication dans la vie d’une association dont l’un des axes est la solidarité internationale, il devient possible d’examiner à un autre niveau la coopération entre les associations du Nord et celles du Sud.

9Les résultats des recherches ont permis de démontrer qu’il existe de nouvelles formes de mise en relation des espaces et que la recomposition des territoires sahéliens en cours est la conséquence des initiatives de ces acteurs multiples des relations Nord-Sud et Sud-Sud. Trois parties composent cet ouvrage :

  • La première est consacrée au Sahel comme espace de circulation. Elle aborde les premières formes de relation du Sahel avec le reste du monde et présente les faits historiques qui ont favorisé les anciennes et les nouvelles mises en relation dans l’espace sahélien. Un phénomène très marquant dans les sociétés sahéliennes actuelles est analysé : la mobilité, une attention particulière étant portée au processus migratoire et aux effets de ces migrations sur les sociétés et les lieux d’origine.

  • Dans une deuxième partie, sont étudiés les types d’acteurs et les structures de développement dans la vallée du fleuve Sénégal. Comment s’est opérée la mise en place des réseaux d’acteurs ? Quels sont les modes d’intervention en présence et les formes de hiérarchisation dans ces réseaux d’acteurs ?

  • La troisième partie aborde la question des nouvelles territorialités africaines. En quoi les nouvelles formes de mise en relation et les actions qu’elles impliquent concourent-elles à une responsabilisation et à une émergence d’une nouvelle territorialité en milieu rural sahélien ? Une analyse de la constitution de réseaux sociopolitiques et de la production de territoires nouveaux permet de dire qu’une nouvelle approche de la géographie africaine s’impose. C’est en prenant en compte la forme africaine de développement local que cette nouvelle approche géographique permettrait de mieux saisir les changements en cours.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Les limites géographiques du bassin du fleuve Sénégal(Source : d’après documents OMVS. © A. H. Ba, 2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search