Version classiqueVersion mobile

Le voyage excentrique

 | 
Susan Pickford

Chapitre IV

Xavier de Maistre : voyager dans une chambre

Texte intégral

  • 1 Luc Rey, Xavier de Maistre, sa vie et ses ouvrages, Chambéry, Pouchet, 1865, p. 92.

Qui n’a relu vingt fois ce modèle de grâce,
Chef-d’œuvre littéraire écrit en badinant ?
Des vieux sentiers battus abandonnant la trace,
de Maistre, – la fortune aide parfois l’audace, –
A trouvé dans sa chambre un nouveau continent.1

  • 2 Sur les fortunes critiques de Sterne en France, voir Lana Asfour, Laurence Sterne in France, Londr (...)
  • 3 Anatole France, « Xavier de Maistre », Le Génie latin, Paris, Calmann-Lévy, 1917, p. 327.
  • 4 J. L. Vissière, « Un micro-genre littéraire : le voyage autour d’une chambre », Mélanges de littér (...)
  • 5 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 2002, p. 94-95.
  • 6 La période 1900-1925 voit dix voyages autour d’un berceau, de la Chambre du cartel des gauches, ou (...)

1Ces quelques lignes, écrites en 1858, sont le fidèle reflet de la réputation littéraire de Xavier de Maistre (1763-1852) au xixe siècle. Le Voyage autour de ma chambre se situe vers la fin de la première vague des imitateurs de Sterne en France, initiée par Julie de Lespinasse dans les années 17702. Pour Anatole France – un exemple parmi bien d’autres –, la qualité sternienne des écrits maistriens saute aux yeux : « La Révolution française était déjà vieille en 1794 ; le livre du jeune officier était nouveau, on en parla ; il était court, on le lut. On en goûta fort l’esprit. On s’écria : “C’est du Sterne !” »3. Xavier de Maistre reconnaît ouvertement cette filiation littéraire tout en renouvelant le modèle du voyage excentrique, notamment par la radicalisation du dispositif spatio-temporel à l’œuvre dans son récit. C’est ainsi qu’à la différence de la grande majorité des imitateurs de Sterne, il fera des épigones à son tour. Le catalogue de la Bibliothèque nationale de France liste une soixantaine de voyages autour d’espaces atypiques pour le xixe siècle. Le lecteur est invité à voyager autour du viaduc de Nogent-sur-Marne (Henri Escoffier, 1889), d’une compagnie mutuelle américaine d’assurances sur la vie (Albert Zollinger, 1884), ou de « ma maîtresse » (« Gabriel Richard », pseudonyme de Richard Lesclide, 1851) (voir l’annexe 1). Il existe même ce que l’on pourrait qualifier de « nano-genres » à l’intérieur du « micro-genre »4 du voyage maistrien : le Voyage autour de mon jardin d’Alphonse Karr (1845) est suivi par le Voyage autour de mon jardin de Jean-Antoine de Mongis (1863), le Voyage autour de mon jardin, botanique amusante et usuelle, d’Henri Van Looy (1883), et le Voyage autour de mon jardin de « Georges d’Albrays » (pseudonyme de Marie Guerrier de Haupt, 1900). De même, il existe deux voyages autour de la Chambre des députés, par Joseph Tanski (1845) et un certain E. D. (1876). Il s’agit souvent d’ouvrages publiés par de petits éditeurs inconnus, parfois dans des villes de province comme Bourges ou Épernay, levant un coin de voile passionnant sur tout un pan de l’histoire de l’édition dans l’espace francophone qui n’est que trop peu connu. Cette multiplicité de références suggère que la formule de titre « voyage autour de + espace atypique » acquiert une certaine résonance éditoriale sur la base des « capacités connotatives de l’intitulation » en plaçant le texte sous « la caution indirecte d’un autre texte » qui lui confère « le prestige d’une filiation culturelle »5. C’est ainsi que, malgré l’amateurisme auctorial revendiqué par Xavier de Maistre, ses écrits trouvent un large écho qui résonne encore aujourd’hui6.

  • 7 Alfred Berthier, Xavier de Maistre : Étude biographique et littéraire, Genève, Slatkine, 1984, p.  (...)
  • 8 Ibid., p. 12. Italiques dans l’original.
  • 9 Margaret Ezell, Social Authorship and the Advent of Print, Baltimore, Johns Hopkins University Pre (...)
  • 10 A. Berthier, Xavier de Maistre, ouvr. cité, p. 63.
  • 11 Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, Paris, Flammarion, 2003, p. 25, désormais VC.
  • 12 A. Berthier, Xavier de Maistre, ouvr. cité, p. 125.

2Il peut être surprenant de voir le frère du sévère Joseph de Maistre s’adonner à une frivolité à la manière de Sterne. Or, la biographie du jeune Xavier révèle d’importantes différences de caractère entre le jeune rêveur et son aîné de dix ans. Le jeune savoyard est un enfant « paresseux, distrait, passant son temps à bayer aux corneilles »7 que sa famille appelait Ban ou Bans, du patois « baban », terme qui « évoque l’idée d’un musard incorrigible et ébahi, d’une inélectrisable lenteur, d’une pococuranza parfaite, d’un impayable il n’y a rien qui presse… d’un perpétuel flâneur, candide à la fois et non dénué d’esprit et de malicieuse observation »8. C’est ainsi que l’écriture et la publication de son livre le plus célèbre, le Voyage autour de ma chambre, reflètent une approche de dilettante en matière de littérature qui vise une posture d’automarginalisation tout aristocratique dans un champ des lettres en pleine professionnalisation. Il est impossible de juger de la sincérité d’une telle posture avec le recul historique ; Xavier de Maistre poursuit certes une carrière littéraire en publiant d’autres récits, mais son œuvre, peu prolifique par ailleurs, se construit surtout par intermittence. Quoi qu’il en soit, le dilettantisme affiché et le refus de la « littérature industrielle » décrite par Sainte-Beuve resteront des constantes de sa vie d’auteur. Il déclare à sa sœur Jeanne en 1803 : « Je suis quelquefois tenté d’essayer encore, mais les moments de chaleur sont courts. Le courage me manque… Je vois donc à regret que je ne suis pas destiné à la littérature, et mon pauvre Voyage autour de ma chambre ressemble assez au galop de Rossinante » (ibid., p. 85). Posture maintenue jusqu’en 1839 lorsqu’il écrit à son libraire Charpentier : « En passant auprès d’une librairie je n’ai pas besoin d’entrer ni de demander le catalogue […] d’ailleurs, ne voit-on pas annoncés partout en énormes caractères les chefs-d’œuvre de la semaine qui recouvrent ceux des mois passés ? » (p. 177). Si Xavier de Maistre compose dans sa jeunesse de brefs textes pour une diffusion limitée – des vers de circonstance pour sa famille, des pamphlets anonymes sur des événements d’actualité en tirage limité relevant des éphémères –, il s’agit avant tout d’une pratique sociale de l’auctoriat9, cantonnée à la sphère familiale ou amicale, qui ne s’apparente pas à une œuvre. De même, le texte auquel il doit son existence publique en tant qu’auteur est le fruit d’une contingence historique. Mis aux arrêts suite à un duel, de Maistre, alors officier de l’armée sarde en garnison au Piémont, est condamné à quarante-deux jours d’assignation à domicile. Il met ce temps à profit pour passer des vers de circonstance à un texte aux dimensions plus conséquentes, signe peut-être d’une ambition littéraire en devenir. Quoi qu’il en soit, il dit ne pas destiner l’ouvrage à une diffusion publique lorsqu’il en fait la lecture à un cercle d’intimes en 1794. C’est son frère Joseph qui fait imprimer l’ouvrage à Lausanne en avril 1795 à son insu ; Xavier dira plus tard : « J’eus la surprise qu’éprouverait un père en revoyant adulte un enfant laissé en nourrice »10. Il poursuit son œuvre littéraire de manière occasionnelle jusqu’en 1825 avec Le Lépreux de la cité d’Aoste (1811), La Jeune Sibérienne (1815), Les Prisonniers du Caucase (1815) et l’Expédition nocturne autour de ma chambre (1825), le tout remplissant un volume de 406 pages dans l’édition Charpentier des Œuvres complètes (1839). Il fait preuve d’une certaine désinvolture vis-à-vis du destin éditorial de ses œuvres tout au long de sa carrière, se désintéressant de la mise en collection de ses écrits, défendant à son neveu de réimprimer le Voyage autour de ma chambre et lui laissant le choix de publier ou non les autres récits (ibid., p. 129). Malgré son dilettantisme revendiqué, le succès est au rendez-vous : Victor Hugo écrit en janvier 1829 à son éditeur, « il y a surtout deux ouvrages qu’il est impossible que vous n’ayez pas lus […]. C’est le Voyage autour de ma chambre et le Sentimental Journey de Sterne. Jamais livre, jamais roman ne se sont plus vendus que cela »11. Cette réussite va l’obliger à se confronter aux institutions littéraires avec une certaine répugnance, qui lui fait écrire à son frère en août 1817 : « C’est une terrible chose qu’une célébrituscule d’opuscules qui commence à cinquante-trois ans révolus !… »12.

Les premiers écrits

3Les tout premiers écrits semi-publics de Xavier de Maistre témoignent déjà d’une exubérance toute sternienne. Le 5 mai 1784, à tout juste vingt ans, il participe à une « expérience aérostatique » à Chambéry, un an après les frères Montgolfier et Pilâtre de Rozier. Il réussit un vol d’une trentaine de minutes, saluant son régiment et prenant un porte-voix pour crier « Honneur aux dames ! ». Le vol lui inspire un Prospectus de l’expérience aérostatique de Chambéry (15 pages) et une Lettre de Mr. de S* à M. le Comte de C* Off* dans la L* des C* contenant une relation de l’expérience aérostatique de Chambéry (19 pages), publiés la même année. Ces deux textes de jeunesse préfigurent par certains aspects le Voyage autour de ma chambre. Le Prospectus invite ses lecteurs à explorer un terrain inconnu qui n’est pas sans rappeler la chambre vue sous l’angle d’une « contrée délicieuse, qui renferme tous les biens et toutes les richesses du monde » (VC, p. 133). Le voyageur en ballon peut

  • 13 Xavier de Maistre, Prospectus de l’expérience aérostatique de Chambéry, Chambéry, Puthod, 1784, p. (...)

voyager à travers une région inconnue aux générations passées, & […] c’est pour lui le comble de l’imprudence & même du ridicule de dire hardiment “je ne veux pas visiter ce pays ; je n’ai rien à y voir”, sans savoir encore ce qu’il peut y chercher, & bien moins ce qu’il peut y trouver sans le chercher […] il y a beaucoup de sagesse à se mettre modestement sur le chemin du hasard.13

  • 14 Ibid., p. 14-15. Italiques dans l’original.

4Il fait preuve d’humour en invitant les dames à venir inspecter le ballon, déclarant que « nous ne leur parlerons point une langue inconnue en les priant de venir admirer la force de notre toile écrue, l’égalité et le mordant des différens points de couture, la rondeur des ourlets » et concluant que les belles de Chambéry « n’ont rien de commun avec les Ballons que de faire tourner les têtes »14. La Lettre se destine aux détracteurs qui avaient décoché des « épigrammes à la glace […] contre le Ballon de Chambéry ! ». Xavier de Maistre adopte un ton railleur en s’adressant directement à ses détracteurs, préfigurant les invitations au lecteur à franchir la barrière métaleptique dans le Voyage autour de ma chambre ; le ton provocateur n’est pas sans rappeler l’invitation au lecteur de déchirer le chapitre 22 du Voyage autour de ma chambre, voire de jeter l’ouvrage au feu.

  • 15 Xavier de Maistre, Lettre de Mr. de S* à M. le Comte de C* Off* dans la L* des C* contenant une re (...)

De tous côtés on nous accabloit de prophéties sinistres, & l’on nous prouvoit par de beaux argumens que la rondeur parfaite d’un grand Ballon s’opposeroit à son ascension. Si l’événement ne nous dispensoit pas de répondre à ces Messieurs, nous leur conseillerions de construire incessamment un Aérostat en forme de fuseau de vingt mille pieds de longueur avec laquelle ils pourroient aisément percer l’air, & s’en aller droit à la Lune déboucher une de ces bouteilles visitées par feu Astolphe […]. N’allez pas, s’il vous plaît, me dire comme le Dandin de Racine “… Je prétends / Qu’Aristote n’ait point d’autorité céans” […] Si cependant cette érudition vous ennuie, je suis prêt à finir ; mais j’ai peine à croire que vous comptiez pour rien le témoignage de tout ce que l’Antiquité a produit de plus illustre.15

5Un autre texte non daté révèle son goût pour l’excentricité sternienne de manière plus explicite. Le Chapitre des parenthèses (resté inédit du vivant de l’auteur) multiplie les parenthèses au point de rendre le texte illisible en interrompant l’axe syntagmatique de la phrase par une surabondance d’incises et de surincises :

  • 16 Xavier de Maistre, Nouvelles, Genève, Slatkine, 1984, p. 259.

Il est indubitable (je me sers de ce mot indubitable parce que je n’aime pas les écrivains (et j’en connois beaucoup) qui avancent timidement et d’une manière douteuse (méthode faite pour décourager le lecteur) les pensées qu’ils veulent publier) que l’invention des parenthèses (dont on ignore (comme de toutes les inventions sublimes) le véritable auteur et qui (malheureusement) est tombée en désuétude depuis quelque tems) est une de ces découvertes (hélas trop rares) qui honorent l’humanité.16

  • 17 Voir par exemple Stendhal, Courrier anglais : Lettres à Stritch et Paris Monthly Review, Paris, Le (...)

6Les goûts littéraires du jeune Xavier de Maistre se prêtent donc à l’excentricité. Le seul compte rendu contemporain du Voyage autour de ma chambre, dans le Journal de Paris du 23 mai 1796, ne fait aucune allusion à Sterne, mais la comparaison devient un poncif de la critique maistrienne suite à la publication de ses Œuvres complètes en 182517. Si le Voyage autour de ma chambre ne fait qu’une seule fois allusion aux écrits de Sterne de manière directe en évoquant « le dada de mon oncle Tobie » au début du chapitre 24, il est clair que son style est façonné par le modèle sternien. Les similitudes stylistiques entre les deux auteurs sont légion : le goût revendiqué pour la digression, les interpellations ludiques du lecteur, les histoires annoncées mais sans cesse repoussées, les jeux textuels, le sentimentalisme du narrateur, la relation entre le narrateur et son valet qui rappelle fortement Yorick et La Fleur. Au-delà de ces éléments thématiques communs à bon nombre des imitateurs de Sterne, une lecture détaillée du Voyage autour de ma chambre révèle des échos textuels renvoyant tant au Voyage sentimental qu’à Tristram Shandy.

L’excentricité sternienne dans les voyages maistriens

  • 18 Il s’agit d’un cabriolet étroit à deux places.
  • 19 Yorick s’isole dans sa chambre « comme un Anglais ne voyage pas pour voir des Anglais ». VS, p. 17 (...)
  • 20 « Je sais bien, en même temps, que, comme les voyages et mes observations seront d’une nature diff (...)

7Les échos textuels commencent dès le début du Voyage autour de ma chambre lorsque le narrateur vante sa nouvelle manière de voyager en s’isolant et fournit une liste des catégories de voyageur : « […] avare ou prodigue, riche ou pauvre, jeune ou vieux, né sous la zone torride ou près du pôle […] dans l’immense famille des hommes […] il n’en est pas un seul […] qui puisse, après avoir lu ce livre, refuser son approbation à la nouvelle manière de voyager que j’introduis dans le monde » (VC, p. 41-42). Ce commentaire ironique sur les codes du récit de voyage encyclopédique rappelle les propos du narrateur sternien dans la préface écrite dans la désobligeante18 par sa position liminaire ; par l’isolement revendiqué du narrateur19 ; par la typologie ironique des catégories de voyageurs ; et par la revendication de la nouveauté qui fait écho à Yorick20.

  • 21 « Quoiqu’il y ait quatre couvents dans la ville, il n’y a qu’une seule église paroissiale. Je n’ai (...)
  • 22 « La Bastille n’est qu’un autre mot pour une tour, et une tour n’est qu’un autre mot pour une mais (...)
  • 23 « Je pris le linge, et je nettoyai délicieusement mon soulier gauche, sur lequel je laissai tomber (...)

8Au début du chapitre 4, le narrateur maistrien propose une parodie de la précision scientifique du récit de voyage encyclopédique en donnant la latitude et les dimensions précises de sa chambre comme s’il s’agissait d’un monument ou d’un site touristique. Xavier de Maistre a pu s’inspirer de Sterne, qui privilégie l’imprécision désinvolte en fournissant une description de Calais dans Tristram Shandy21. Plus loin, le narrateur du Voyage autour de ma chambre évoque le doux plaisir qu’il ressent à « oublier ses livres et ses plumes pour tisonner son feu, en se livrant à quelque douce méditation, ou en arrangeant quelques rimes pour égayer ses amis ! Les heures glissent alors sur vous, et tombent en silence dans l’éternité, sans vous faire sentir leur triste passage » (VC, p. 48-49). Cet éloge de la solitude fait écho au passage où Yorick s’imagine prisonnier dans la Bastille22. La sensibilité est un autre trait commun aux narrateurs maistrien et sternien23.

9Au début du chapitre 22, le narrateur interpelle « ma chère Jenny » (VC, p. 83). Cette « chère Jenny », lectrice idéale, est parente de la « chère Jenny » de Tristram. Jeune homme, Xavier de Maistre séjourne quelque temps à Aoste, où il tombe amoureux de Marie-Dauphine Barrillier. Ils échangent des lettres : elle l’appelle Joris, il l’appelle… Élisa, prénom éminemment sternien. C’est sous ce nom qu’elle figure dans l’Expédition nocturne autour de ma chambre.

  • 24 « Mais nous distinguons, mon bon père, entre ceux qui ne veulent manger que le pain de leur propre (...)
  • 25 VC, p. 103. « Un ours blanc ! Très-bien. En ai-je jamais vu ? Aurais-je jamais pu en voir ? Dois-j (...)

10Un autre écho textuel se trouve dans le chapitre 28. Le narrateur se repose dans son fauteuil, qu’il appelle sa « chaise de poste », lorsqu’un visiteur inopiné le fait sursauter ; la chaise de poste « se renversa sur moi ». Fâché par ce malencontreux accident, il se venge sur le pauvre qui demande l’aumône à sa porte en lui criant : « Fainéant ! allez travailler ». C’est seulement alors qu’il reconnaît Jacques, un berger qu’il avait connu à Chambéry. Il se repent aussitôt de sa première réaction. Cet épisode rappelle la rencontre entre le moine franciscain qui vient quêter l’aumône et Yorick, interrompu dans ses pensées, qui l’accuse de fainéantise avant de regretter sa réponse24. Au début du chapitre 32 le narrateur voit en songe les dangers de la révolution, symbolisés par « un ours blanc, un philosophe, un tigre, ou quelque autre animal de cette espèce » assoiffé de sang, allusion au « white bear » qui sert à Walter Shandy à faire la démonstration des temps des verbes modaux25.

  • 26 « Je commençai aussitôt l’Expédition nocturne ; mais mon frère, à qui je fis part de mon dessein, (...)

11Les échos de l’œuvre sternienne sont moins nombreux dans l’Expédition nocturne, ce qui s’explique par ses conditions de composition. Xavier de Maistre commence à rédiger cette suite au Voyage autour de ma chambre dès 1799, mais interrompt aussitôt son travail sur les conseils de son frère Joseph, qui craint que la pratique ne tourne au procédé26. Le texte ne sera complété et publié qu’en 1825 à l’occasion de la publication des œuvres complètes : entre-temps, ses goûts littéraires évoluent, comme en témoignent ses autres récits, Le Lépreux de la cité d’Aoste, La Jeune Sibérienne et Les Prisonniers du Caucase, où il ne subsiste aucune trace d’une excentricité quelconque. L’Expédition nocturne trahit quelques traces de sa genèse dans le sillage du Voyage autour de ma chambre : Jenny devient Marie ou Sophie mais elle demeure la lectrice idéale, appelée à témoigner en faveur du narrateur ; l’explication du système amoureux du narrateur, qui consiste à aimer toutes les femmes à égalité, n’est pas sans rappeler le cœur d’artichaut de Yorick ; la composition d’une épître dédicatoire qui précède le choix du destinataire rappelle la manière de procéder de Tristram, qui, lui, compose des dédicaces afin de les mettre en vente.

  • 27 L’un des premiers critiques à commenter cet aspect du texte n’est autre que Joseph de Maistre : «  (...)

12Outre les nombreux échos textuels, le Voyage autour de ma chambre déploie toute une gamme de pratiques excentriques en imitation de Sterne. L’excentricité première du récit réside dans le fait que le narrateur prétend rédiger un récit de voyage classique27 sur un espace très réduit. Il donne une parodie des instructions au voyageur au début du chapitre 2 et catégorise des voyageurs qui pourront suivre avantageusement son exemple : les malades, les poltrons, les indolents, les anachorètes. Il justifie la prolixité de ses descriptions :

  • 28 VC, p. 74. Italiques dans l’original.

C’est la manière des voyageurs. Lorsqu’on part pour monter sur le Mont-Blanc, lorsqu’on va visiter la large ouverture du tombeau d’Empédocle, on ne manque jamais de décrire exactement les moindres circonstances, le nombre de personnes, celui des mulets, la qualité des provisions, l’excellent appétit des voyageurs, tout enfin, jusqu’aux faux pas des montures, est soigneusement enregistré dans le journal, pour l’instruction de l’univers sédentaire.28

13Or, tout en plaçant son récit sous le signe du récit de voyage, l’auteur s’en éloigne en employant des techniques narratives empruntées à Sterne pour excentriciser son texte.

  • 29 Leonard Koos, « The adventure of staying home in Xavier de Maistre’s Voyage autour de ma Chambre » (...)

14La dislocation entre le récit de voyage classique et le Voyage autour de ma chambre commence au niveau macrotextuel avec la division en chapitres. Quarante-deux jours d’incarcération ; quarante-deux chapitres. Si l’on a pu supposer une corrélation directe, un jour par chapitre, en comparant le texte à un journal de bord29, il ne permet aucunement une telle hypothèse. Les indices du déroulement temporel sont minimes : le seul événement clairement daté est la sortie de prison au 42e jour. Cet événement mis à part, les actions décrites suffisent à remplir quelques heures d’activité à peine. Les quarante-deux chapitres sont un leurre destiné à faire croire au lecteur que le texte est structuré par une progression spatio-temporelle et isochronique à la manière d’un récit de voyage classique. Or, le récit maistrien fait fi de la règle générique qui fait avancer le texte, de façon linéaire, contiguë, suivant la route du voyage, en évitant toute prolepse ou analepse. Au début du chapitre 4, il revendique le droit de voyager de façon non linéaire en intégrant la digression, tant spatiale que thématique, à l’acte de narration :

  • 30 VC, p. 47-48. Italiques dans l’original.

Ma chambre […] forme un carré long qui a trente-six pas de tour, en rasant la muraille de bien près. Mon voyage en contiendra cependant davantage ; car je la traverserai souvent en long et en large, ou bien diagonalement, sans suivre de règle ni de méthode. – Je ferai même des zigzags, et je parcourrai toutes les lignes possibles en géométrie, si le besoin l’exige. Je n’aime pas les gens qui sont si fort maîtres de leurs pas et de leurs idées, qui disent : “Aujourd’hui, je ferai trois visites, j’écrirai quatre lettres, je finirai cet ouvrage que j’ai commencé.” Mon âme est tellement ouverte à toutes sortes d’idées […] elle reçoit si avidement tout ce qui se présente !… – Et pourquoi refuserait-elle les jouissances qui sont éparses sur le chemin difficile de la vie ? Elles sont si rares, si clairsemées, qu’il faudrait être fou pour ne pas s’arrêter, se détourner même de son chemin, pour cueillir toutes celles qui sont à notre portée. Il n’en est pas de plus attrayante, selon moi, que de suivre ses idées à la piste […] sans affecter de tenir aucune route. Aussi, lorsque je voyage dans ma chambre, je parcours rarement une ligne droite : je vais de ma table vers un tableau qui est placé dans un coin ; de là je pars obliquement pour aller à la porte ; mais, quoiqu’en partant mon intention soit bien de m’y rendre, si je rencontre mon fauteuil en chemin, je ne fais pas de façon, et je m’y arrange tout de suite.30

  • 31 « Si l’ouvrage est trop long à son gré [du lecteur], il n’a pas dépendu de moi de le rendre plus c (...)
  • 32 « La chute de ma chaise de poste a rendu le service au lecteur de raccourcir mon voyage d’une bonn (...)
  • 33 « J’ai promis un dialogue entre mon âme et l’autre ; mais il est certains chapitres qui m’échappen (...)
  • 34 « Il ne tiendrait qu’à moi de faire un chapitre sur cette rose sèche que voilà, si le sujet en val (...)
  • 35 « Je suis décidé à la laisser cinq minutes dans cette attitude, – jusqu’à ce que j’aie ramené les (...)

15Cette revendication du droit à la non-continuité tant voyageuse que narrative peut servir de manifeste pour le Voyage autour de ma chambre. Le narrateur emprunte des techniques à Sterne pour mettre en avant le processus d’écriture, développant le discours narratorial aux dépens de l’effet d’hypotypose. Le dédoublement du narrateur en l’âme et la bête permet d’intercaler de nombreuses digressions qui phagocytent la description. Le texte met en scène deux voix en lutte, l’une qui tient à remplir l’engagement générique auquel le titre programmatique l’astreint en fournissant une description de la chambre et l’autre qui ne tient qu’à divaguer, faisant alterner une mise en scène de la perte de contrôle auctorial et l’exercice arbitraire de ce même contrôle. Le narrateur met en avant le fait que la longueur du texte est dictée par la durée de son incarcération, circonstance indépendante de sa volonté31 : le cours de la rédaction peut par ailleurs être brusquement modifié par un événement extérieur32. La démission auctoriale se poursuit lorsque le narrateur déclare : « je ne sais pas trop, dans ce moment, ce qu’on pourrait répondre à cette observation, à laquelle je ne m’attendais pas en commençant ce chapitre » (VC, p. 89), ou lorsque certains sujets s’imposent à sa plume sans qu’il puisse s’y opposer33. À d’autres moments, le narrateur prend ouvertement plaisir à façonner le texte à sa guise, mettant en avant sa maîtrise du contenu34 pour souligner l’arbitraire du pouvoir auctorial en écho aux déclarations de contrôle auctorial chez Tristram35.

  • 36 « Qu’on n’aille pas croire qu’au lieu de tenir ma parole, en donnant la description de mon voyage (...)
  • 37 « Il me serait impossible d’expliquer comment et pourquoi je me brûlai les doigts aux premiers pas (...)
  • 38 « Il ne faut pas anticiper sur les événements : l’empressement de communiquer au lecteur mon systè (...)

16Autre pratique en commun : la divergence des temps narratifs sur le plan des niveaux diégétiques36. De Maistre superpose deux temps de narration correspondant à deux niveaux diégétiques, rappelant le septième volume de Tristram Shandy. Le temps narratif se trouve également manipulé dans les accroches à la narration chronologique qui éloignent le texte du récit de voyage classique, comme cette narration à rebours où le narrateur doit revenir en arrière afin de commencer son récit ab ovo. Tout comme Tristram Shandy commence par la conception du héros éponyme avant de remonter aux événements précédant sa conception, le narrateur du Voyage autour de ma chambre commence par évoquer dans son sixième chapitre un événement qui n’aura finalement lieu qu’au huitième avant de se rendre compte qu’il doit d’abord expliquer son système de l’âme et de la bête37. Cette narration à rebours s’oppose à la narration séquentielle calquée sur une contiguïté spatiale, dont le narrateur reconnaît l’importance par ailleurs dans le récit de voyage classique38.

  • 39 « Je ne voulus pas non plus m’assujettir à voyager beaucoup en voiture, comme auparavant, persuadé (...)
  • 40 « Cette invention étant spécialement destinée aux personnes qui voudront adopter ma nouvelle maniè (...)

17Les échos textuels de Sterne, moins fréquents dans l’Expédition nocturne, subsistent surtout dans le traitement du fil narratif et dans la disproportion de certains éléments textuels. Le narrateur se plie au début de son voyage aux règles du récit de voyage classique. Il commence par donner quelques détails concernant l’heure et les conditions météorologiques de son départ. Il choisit un moyen de locomotion en adéquation avec le voyage, qui ne doit durer que quatre heures, et confirme son intention de se plier à la simultanéité de l’expérience et de son écriture39. Il se positionne explicitement en auteur de guide de voyage40 avant de révéler qu’il s’agit d’une nouvelle manière, non pas de voyager, mais… « de faire l’amour, beaucoup plus avantageuse que la précédente, sans avoir aucun de ses nombreux inconvénients » (EN, p. 64).

  • 41 « Je pris un crayon et me mis à l’ouvrage […] les vers coulaient d’eux-mêmes sous ma plume ; j’en (...)
  • 42 « Dans le poème en vingt-quatre chants que j’ai composé depuis lors […] je n’ai pas cru nécessaire (...)
  • 43 La nature digressive du texte fait l’objet d’une explication dans le chapitre 33, dans lequel le n (...)
  • 44 « Il ne faut pas anticiper sur les événements : je reviens à mon sujet, ne voulant pas intervertir (...)
  • 45 « Ce chapitre n’est absolument que pour les métaphysiciens », VC, p. 52 ; « […] je ne l’écris que (...)

18Loin d’être des notes prises sur le vif, le récit emploie majoritairement le passé simple, signe d’une rédaction a posteriori. Le narrateur rompt les conditions du pacte générique établi par le titre programmatique en déployant la même gamme de procédés excentricisants que le Voyage autour de ma chambre. Mise en avant du contrôle auctorial41, disproportion du paratexte par rapport au texte42, emploi de la digression43 tout en insistant sur l’importance de « l’ordre méthodique »44. Citons encore la restriction volontaire du lectorat45 ou encore les invitations au lecteur à franchir la barrière métaleptique pour venir déjeuner avec le narrateur (VC, p. 122), ou alors à participer au façonnage matériel du livre en déchirant le chapitre 22 ou même en jetant le livre au feu (VC, p. 83).

19Parmi les procédés excentricisants empruntés à Sterne, le plus flagrant est sans aucun doute l’excentricité paratextuelle, surtout le chapitre 12 mais également l’extrême brièveté des chapitres 13 et 33 qui font respectivement deux et trois lignes et demie de texte dans l’édition originale. Cette excentricité paratextuelle est également présente dans l’Expédition nocturne sous forme de chapitres excessivement courts (les chapitres 16, 19, 25 et 27, dont le plus long fait neuf lignes et demie) et dans la transcription des « gh ! gh ! gh ! », onomatopée des claquements de langue (EN, p. 100).

Figure 17. Le chapitre à deux mots. Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, Turin [Lausanne], 1794, p. 45.

Figure 17. Le chapitre à deux mots. Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, Turin [Lausanne], 1794, p. 45.

© Beineke Rare Book and Manuscript Library, Yale University.

  • 46 VOTS, p. 479 / « […] my plain into a city », LOTS, 7.43.648. Italiques dans l’original.
  • 47 « Dans les montagnes, la patrie a une physionomie ; dans les plaines, elle n’en a point. Que reste (...)
  • 48 VC, p. 133. Rappelons à cet égard cette charmante anecdote : vers la fin de sa longue vie, Xavier (...)

20Moins visible que les éléments paratextuels atypiques est une excentricité proprement maistrienne. Celle-ci consiste à jouer avec l’échelle narrative, radicalisant la pratique narrative préconisée par Sterne : changer « ma plaine en cité »46. Si le narrateur de l’Expédition nocturne souligne l’absence de repères visuels dans la plaine47, le Voyage autour de ma chambre part du principe qu’il y a autant à visiter dans une chambre que dans les grandes destinations touristiques dès lors qu’on accepte de voyager à très petite échelle. Sa chambre est « une feuille d’arbre […] habité[e] par des vermisseaux invisibles » où il a l’impression d’être « une souris dans un grenier »48. Lorsque ses quarante-deux jours d’incarcération touchent à leur fin, il déclare même qu’un « espace de temps égal ne suffirait pas pour achever la description du riche pays où je voyage agréablement » (VC, p. 112).

Tableau 2. Comparaison de la vitesse de croisière isochronique d’un voyage classique et d’un voyage excentrique

Titre, auteur Distance parcourue à vol d’oiseau, durée du voyage Vitesse de croisière isochronique
Relation du premier voyage aux Indes, Vasco de Gama Départ de Lisbonne : 8 juillet 1497
Arrivée au cap de Bonne-Espérance :
22 novembre 1497
Distance : 8 516 km
Durée : 138 jours
61,7 km / jour
Voyage dans l’intérieur de l’Afrique, Mungo Park Départ de Portsmouth : 22 mai 1795
Arrivée à Gillifrie : 21 juin 1795
Distance : 4 384 km
Durée : 31 jours
141,42 km / jour
Voyage dans l’intérieur de la Chine et en Tartarie, George Staunton Départ de Londres : 21 septembre 1792
Arrivée à Dengzhou : 20 juillet 1793
Distance : 8 694 km
Durée : 303 jours
28,69 km / jour
Journal de voyage à la Jamaïque,M. G. Lewis Départ de Londres : 8 novembre 1815
Arrivée à la Jamaïque : 1er janvier 1816
Distance : 7 541 km
Durée : 55 jours
137,11 km / jour
Voyage autour de ma chambre, Xavier de Maistre Distance : « [Ma chambre] forme un carré long qui a trente-six pas de tour. » (p. 47)
Durée : 42 jours
0,86 pas / jour
  • 49 L’intérêt que Xavier de Maistre porte à la pensée de Locke est rendu explicite dans le dernier cha (...)
  • 50 Étienne Bonnot de Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines [1746], Paris, Vrin, 2 (...)

21L’influence du modèle sternien se poursuit par la présence en filigrane de la pensée lockéenne49, notamment dans le clivage de la voix narrative, présenté comme l’âme qui dialogue avec la bête dans une version burlesque du débat matérialiste. Pour Condillac, l’âme est « si dépendante du corps, que bien des philosophes ont confondu ces deux substances » ; or, l’âme est « distincte et différente du corps »50. Le narrateur maistrien soutient a contrario que l’âme et la bête sont « deux êtres absolument distincts, mais tellement emboîtés l’un dans l’autre, ou l’un sur l’autre, qu’il faut que l’âme ait une certaine supériorité sur la bête pour être en état de faire la distinction » (VC, p. 52). La bête correspond à cette partie de l’esprit qui, selon la pensée lockéenne, agit par automatisme :

Lorsque vous lisez un livre, Monsieur, et qu’une idée plus agréable entre tout à coup dans votre imagination, votre âme s’y attache tout de suite et oublie le livre, tandis que vos yeux suivent machinalement les mots et les lignes ; vous achevez la page sans la comprendre et sans vous souvenir de ce que vous avez lu. – Cela vient de ce que votre âme, ayant ordonné à sa compagne de lui faire la lecture, ne l’a point avertie de la petite absence qu’elle allait faire ; en sorte que l’autre continuait la lecture que votre âme n’écoutait plus. (VC, p. 53-54)

  • 51 « Les vapeurs de la digestion, se portant à mon cerveau, obstruèrent tellement les passages par le (...)
  • 52 « “Quoi ! dis-je alors en moi-même, il y a donc des hommes qui décrottent les souliers des autres (...)
  • 53 Le Voyage d’un catholique autour de ma chambre évoque cette interprétation érotique : « Et le tert (...)

22Comme dans Tristram Shandy, le système lockéen de l’association des idées sous-tend la structure narrative, les idées circulant dans le cerveau de manière fluide51. L’associationnisme structure le Voyage autour de ma chambre au niveau macro-textuel : le narrateur passe de la description à la digression en parcourant les objets de sa chambre qui lui rappellent des anecdotes. Au niveau micro-textuel, le narrateur aborde le fonctionnement associationniste de la pensée à plusieurs reprises52. Les pensées arrivent pêle-mêle aux moments de grande émotion : le narrateur, troublé par la beauté de Rosalie (dont le souvenir est d’ailleurs le produit de l’enchaînement associationniste rose + lit = Rosalie), évoque « la foule des pensées décousues » (VC, p. 64) suscitées par ce souvenir. Perdant le fil de ses pensées, il n’est plus en mesure de communiquer : les deux mots du chapitre suivant – « le tertre » – émergent d’un flot de pensées incommunicables. C’est ainsi que la mise en scène du dysfonctionnement de la pensée associationniste lockéenne mène à l’excentricité la plus visuellement marquante du livre (voir la figure 17). À une époque où la ponctuation commence à être codifiée sur des bases grammaticales, la figuration visuelle de l’ellipse par les tirets est signe du désordre rhétorique qui règne dans l’esprit du narrateur. Les tirets servent à figurer une série d’aposiopèses, d’énoncés avortés ; leur amoncellement symbolise l’indicibilité du souvenir, la présence du lit et de l’être aimé en filigrane suggérant qu’il est d’ordre sexuel ; ce « tertre » cache peut-être un mont de Vénus, voire un pic de plaisir. Les tirets représentent autant de moments où la parole sensée, susceptible d’analyse lockéenne, cède la place aux vocalisations averbales d’une jouissance à peine dissimulée53.

Le voyage immobile : les avatars littéraires de Xavier de Maistre

  • 54 Sur ce phénomène, voir Betty Schellenberg, « The measured lines of the copyist: Sequels, reviews, (...)

23Le Voyage autour de ma chambre et l’Expédition nocturne empruntent à Sterne une structure narrative alternant progression et digression et une série de procédés excentriques. Il s’agit de plaquer le style narratif propre à un grand voyage sur un voyage à petite échelle. Mais Xavier de Maistre radicalise le procédé en réduisant la dimension spatiale par rapport à la dimension temporelle, qui devient démesurément longue par rapport à la distance parcourue. L’idée n’est pas entièrement nouvelle – c’est une variante du pastiche du récit de voyage qui sous-tend le Voyage de Paris à Saint-Cloud par mer de Louis-Balthazar Néel (1748) – mais elle arrive sur un marché éditorial où le phénomène de la « recette »54 littéraire prend une nouvelle ampleur car elle permet de minimiser la prise de risque éditoriale en se calant sur un modèle dont la valeur est attestée. Tout comme Sterne suscite une foule d’avatars, donc, de Maistre crée à son tour un micro-genre basé sur l’oxymore du voyage immobile. Les imitations et traductions ne se font guère attendre. Le jeune Nodier ironise sur cette nouvelle mode :

  • 55 Cité dans Daniel Sangsue, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, José (...)

Il y a longtems qu’on n’imprime plus que des Voyages et des Enfans. Vous avez lu le Voyage autour de ma chambre, le Voyage de vingt-quatre heures, le Voyage au Palais-Royal, le Voyage dans le boudoir de Pauline, le Voyage dans mes poches. Qui ne connaît pas l’Enfant du carnaval, l’Enfant du mystère, l’Enfant de la sacristie, l’Enfant du malheur, l’Enfant de mon père, et tant d’enfans qui font si peu d’honneur à leurs parens ? C’est une manie à laquelle je me prête quelquefois par ménagement pour mes connaissances. Tout le monde sait qu’il n’y a pas d’année que je ne fasse un Voyage à mon libraire, et un enfant à sa femme.55

  • 56 Pour une description plus complète de ces récits, voir Susan Pickford, Le Récit de voyage excentri (...)

24Daniel Sangsue estime que la période située entre 1795 et la fin des années 1820 voit le creux de la vague de l’excentricité littéraire ; or, la mode des « voyages immobiles » maintient sa pratique en France et en Allemagne. Ces hypertextes revendiquent leur parenté avec l’hypotexte maistrien à travers un titre de type « voyage autour de + espace réduit ». Il ne s’agit pas de suites allographes à proprement parler, incompatibles avec le pastiche de référentialité qui sous-tend le genre, mais d’une transposition de la voix narrative et d’une translocalisation dans un nouvel espace diégétique. Dans le cas du vaudeville de Périn, il y a en outre une transformation intermodale de la narration à la dramatisation. Deux des textes en allemand relèvent de la transposition linguistique directe (la traduction) alors que, dans le cas des textes de Schreiber et de Stern, il s’agit d’une transposition linguistique doublée d’une transposition de la voix narrative et d’une translocalisation56.

  • 57 A. Berthier, Xavier de Maistre, ouvr. cité, p. 76.
  • 58 Étienne François, « Les échanges culturels entre la France et les pays germaniques au xviiie siècl (...)
  • 59 Voir Jeffrey Freedman, Books without Borders in Enlightenment Europe, Philadelphie, University of (...)
  • 60 « Eh quoi parce que Christophe Colomb, et Americ Vespus [sic] furent les premiers qui osèrent pous (...)

25Lorsque Xavier de Maistre traverse l’Allemagne pour se rendre en Russie en 1799, il écrit à son frère Joseph : « Je l’ai [le VC] trouvé partout ; il est traduit en allemand. On en a fait un autre intitulé : Second voyage autour, etc. aussi traduit, très joli, et une troisième imitation, Voyage dans mes poches, médiocre »57. Les transferts culturels de France en Allemagne à cette époque sont « multiples et profonds »58 ; il n’est dès lors peut-être pas étonnant que les premiers auteurs à réagir au Voyage autour de ma chambre soient majoritairement allemands. Le Voyage autour de ma chambre est traduit en allemand dès 1796 dans le recueil Mährchen [sic] und Erzählungen für Kinder und Nicht-Kinder [Contes et récits pour enfants et non-enfants] chez Hartknoch à Riga, puis de nouveau par Karl Gottlob Schelle (1777-?) en 1797 sous le titre Mein Zimmer eine kleine Welt [Ma chambre, un petit monde] (Leipzig : F. A. Leupold). Signe de la porosité des frontières en matière de circulation de livres en ce xviiie siècle59, le Nouveau Voyage autour de ma chambre, ouvrage anonyme paru en français en 1797 chez Fauche à Brunswick est traduit en 1798 par Friedrich Freiherr von Zinck (1753-1802) sous le titre Neue Reise in meinem Zimmer herum dans une édition parue en Suisse. De toutes les imitations, c’est celle qui dialogue le plus avec le texte maistrien60 en tirant une série de comparaisons entre le narrateur et Xavier de Maistre : tous les deux ont été mis aux arrêts, tous deux aiment écrire, tous deux ont un lit rose et blanc (ibid., p. 10-11). La fin du livre propose une variante intéressante de l’excentricité typographique pratiquée par Sterne et de Maistre (voir la figure 18).

Figure 18. La page de ponctuation excentrique. Anonyme, Nouveau Voyage autour de ma chambre, Brunswick, P. Fauche, 1797, p. 200.

Figure 18. La page de ponctuation excentrique. Anonyme, Nouveau Voyage autour de ma chambre, Brunswick, P. Fauche, 1797, p. 200.

© Sterling Memorial Library, Yale University.

26Une autre imitation paraît en 1797 : Die Reise meines Vetters auf seinem Zimmer [Voyage de mon cousin autour de sa chambre] d’Alois Wilhelm Schreiber (1761-1841) est publié à Brême chez Friedrich Wilmans. L’auteur prend le voyage essentiellement comme prétexte pour faire le tour de ses connaissances et des objets de sa chambre en fournissant l’histoire de chacun. Chaque chapitre s’apparente à une nouvelle à part entière et il n’y a aucune notion de progression spatiale d’un chapitre à l’autre. Toutefois, l’auteur a intégré certaines des techniques narratives de Xavier de Maistre et de Sterne, notamment l’autoréférentialité de l’écrit et l’interpellation du lecteur. Ce texte est l’une des rares imitations de Xavier de Maistre à faire allusion de manière directe aux écrits de Sterne.

27La deuxième imitation en langue française est le Voyage dans mes poches, ouvrage anonyme paru en l’an VII à Genève chez J. J. Paschoud et à Paris chez Maradan. Le texte n’innove guère : l’auteur s’inscrit sous le patronage de Xavier de Maistre dans ses propos liminaires et, plus intéressant, révèle la cristallisation du micro-genre dans la conscience littéraire de l’époque :

  • 61 Anonyme, Voyage dans mes poches, Genève, J. J. Paschoud et Paris, Maradan, An VII [1798-1799], p.  (...)

On me prêta il y a quelques jours un petit ouvrage intitulé : Voyage autour de ma chambre, par M. le chevalier X. o. a. s. d. s. M. s. [officier au service de sa Majesté sarde]. Je le lus avec autant d’intérêt que de plaisir, & je l’avais à peine fini, que jettant les yeux sur l’ensemble de mon intérieur, sur la porte, sur le secrétaire, & sur mon lit (quoiqu’il ne soit pas rose & blanc) je jugeai que je pouvais très bien aussi, faire à peu de frais, & sans fatigue, un Voyage dans mon appartement : j’eus la présomption de croire que je pouvais glaner avec fruit dans un champ déjà moissonné, & rencontrer même quelques fleurs échappées à M. le chevalier X. Fort content de mon idée, je ne me presse pas de l’exécuter, bien persuadé que pour la course que je médite, j’aurai toujours à mes ordres la voiture & le tems qui me conviendront le mieux : je laisse donc passer quelques jours ; & en homme qui n’est nullement pressé, je ne m’occupe que très-faiblement encore des préparatifs de mon voyage. Ne remets jamais à demain, dit le sage, ce que tu peux faire aujourd’hui : que ne me suis-je pas rappelé plutôt ce précepte de morale ! pendant que je projettais, un autre exécutait ; un autre, avec beaucoup plus de succès sans doute, que je ne pouvais le faire, a voyagé autour de sa chambre, & rival aimable de M. le chevalier X., il ne lui manque peut-être pour l’emporter sur lui, que d’en avoir eu la première idée.61

  • 62 « Mais, me disais-je hier au soir, si par l’intérêt de mon amour propre, je n’ose voyager autour d (...)
  • 63 « Oh ! mes chers confrères, Messieurs les auteurs, je sens aujourd’hui pour la première fois, de q (...)

28Voyant que la chambre n’est plus un territoire vierge à découvrir, l’auteur décide de restreindre l’espace du voyage encore plus radicalement à… ses poches62. Le narrateur introduit un thème d’une grande importance dans la littérature excentrique : la critique du livre en tant qu’objet commercial63, l’auteur excentrique refusant de se plier aux nouvelles exigences du marché. Il cherche à se distinguer en excentricisant les aspects matériels et thématiques de ses œuvres pour critiquer l’industrialisation à outrance de l’édition qui provoque ce cri de colère de Nodier en 1840 :

  • 64 Cité dans D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, 1987, p. 34.

Le libraire du progrès sait que la gloire viagère des livres qu’il publie n’a guère plus de durée probable que la vie des moucherons du fleuve Hypanis, et qu’à peine baptisée par la réclame elle sera enterrée dans trois jours avec le feuilleton. Il couvre d’un papier jaune ou vert son papier blanc noirci d’encre, et il abandonne le spongieux chiffon à toutes les intempéries des éléments. Un mois après, le honteux volume gît dans les caisses de l’étalagiste, à la merci d’une belle pluie matinale. Il s’humecte, s’abreuve, se tord, se marbre çà et là de larges zones mordorées, retourne peu à peu à l’état de bouillie dont il est sorti, et n’a presque plus de préparation à subir pour tomber sous le pilon du cartonnier.64

29Sterne et Xavier de Maistre prennent pour cible les poncifs du récit de voyage, son manque d’originalité et sa tendance au plagiat. L’auteur du Voyage dans mes poches, lui, critique cette même tendance tout en soulignant le rôle du marché dans la tentation de produire du texte, même vide de sens, car c’est la publication – au sens de rendre public, de mettre sur le marché – qui permet de métamorphoser l’homme ordinaire, l’écrivain amateur, en « auteur, en homme d’importance ».

  • 65 Parmi ses autres œuvres on peut citer La Nuit anglaise, ou les aventures, jadis un peu extraordina (...)
  • 66 Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière, Voyage dans le boudoir de Pauline, Paris, Maradan, 1 (...)
  • 67 « Permettez, mesdames : vous aimez ces belles histoires où l’on vous tient en suspens pendant troi (...)

30La troisième imitation française du Voyage autour de ma chambre, le Voyage dans le boudoir de Pauline, paraît en l’an IX (1800) sous la plume de Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière (1774-1847), auteur relativement prolifique qui se spécialise dans la parodie de genres à succès, et qui a déjà pratiqué l’excentricité paratextuelle dans le roman65. Le Voyage dans le boudoir de Pauline rappelle brièvement son appartenance générique afin de mieux marquer la distance qui l’en sépare dans le corps du texte. Le premier chapitre, intitulé « Motifs de mon voyage », présente la figure d’un lecteur pour qui le pays que le narrateur promet de dérouler sera « une terre plus inconnue que les Terres Australes » : le pays de l’Amour. Le narrateur attend sa bien-aimée Pauline dans son boudoir. Il décide de voyager « autour de ce réduit délicieux, où je suis sûr de la retrouver à chaque pas, de la rencontrer dans chacun des objets qui s’offrent à ma vue. Ah ! Jamais voyage n’aura été plus pittoresque et à-la-fois plus uniforme que le mien ; jamais sentier n’aura offert, sous les pas du voyageur, plus de fleurs et moins d’épines ! »66. La narration fait preuve de quelques rares excentricités : le narrateur suspend sa description pour mettre en avant sa maîtrise du récit67, et évoque un livre imaginaire excentrique par ses dimensions démesurées, une Histoire générale des modes, par l’abbé Colifichet, dont il cite le tome 201430, chapitre 318019008, dans la 1140e édition (ibid., p. 227). Le texte conclut avec l’arrivée de Pauline, que le narrateur prend comme prétexte pour écrire un chapitre paradoxalement invisible pour le lecteur, car voilé par le rideau qui est l’objet même du chapitre :

Chapitre XXIV : Le Rideau

Paix ! On vient d’ouvrir la porte de l’antichambre […]. Voilà Pauline !… Ah ! oui, c’est bien elle […]. D’après cela, madame, vous devinez que… – Quoi donc ! monsieur ? – Que c’est ici que le chapitre du rideau commence, et que mon voyage finit.

FIN
(Ibid., p. 245)

  • 68 René Périn, Voyage autour de ma chambre, Vaudeville en un acte [1803], Paris, Fages, 1816, p. 6.

31Certains imitateurs de Xavier de Maistre ont apporté des modifications plus importantes à la structure narrative du Voyage autour de ma chambre. René Périn (1774-1858), auteur d’un Itinéraire de Pantin au Mont-Calvaire, ou Lettres inédites de Chactas à Atala (1811) sous le nom de « Monsieur de Chateauterne », transpose l’(in)action au théâtre pour en faire un vaudeville en un acte. Le bref monologue entrelardé de chants est joué à l’Ambigu-Comique le 16 février 1803 et édité la même année chez Fages à Paris, puis réédité en 1816. Il ne s’agit pas d’une transposition théâtrale directe du Voyage autour de ma chambre, mais plutôt d’une adaptation, comme la didascalie l’indique : les tableaux ne représentent pas Ugolin, le chevalier d’Assas ou Raphaël, comme dans le Voyage autour de ma chambre, mais Henri IV, une femme de quarante ans, une femme plus jeune. Le seul personnage est un soldat mis aux arrêts dans sa chambre à Metz, non pour avoir participé à un duel, mais pour avoir séduit une femme et ainsi négligé son devoir militaire. Son incarcération ne durera que deux heures, ce qui réduit considérablement la potentialité excentricisante du texte, car le temps du voyage n’est pas disproportionné à l’espace de la chambre : le déplacement du voyageur s’opère à une échelle quasi normale. Le soldat fait allusion à ses prédécesseurs littéraires : « Mais, en dépit de vos arrêts, de vos serrures, je ferai mon voyage, dussai-je [sic] le faire autour de ma chambre. Après tout, je ne serai pas le seul qui aura voyagé de cette façon »68. Le principal intérêt de ce bref texte d’une douzaine de pages est le fait qu’il indique que le concept du voyage autour d’une chambre a une diffusion culturelle suffisante pour être connu du public populaire de l’Ambigu-Comique.

32L’inspiration maistrienne devient plus diffuse au début du xixe siècle lorsque « Karl Stern », pseudonyme de Friedrich Wilhelm Karl Meyer (178?-?), publie Auch eine Reise auf meinem Zimmer [Un autre voyage autour de ma chambre] à Leipzig chez Carl Friedrich Enoch Richter en 1805. Malgré le pseudonyme sternien, le texte n’a d’excentrique que le titre et l’espace restreint du voyage. Le texte commence par une « Préface et projet de voyage » qui précise que le narrateur décide de voyager dans sa chambre à l’instar de Johann Bernoulli, éditeur d’un recueil de récits de voyage en cinq volumes, publiés dans les années 1770-1780 : il ne fait aucune allusion à l’exemple maistrien. Le début du voyage est retardé trois fois, par l’extinction subite de la bougie, par les cloches de l’église qui incitent le narrateur à passer sa tête par la fenêtre pour voir sa bien-aimée, et par la visite d’un ami. Ce n’est donc qu’au troisième chapitre que le voyage annoncé dans la préface peut commencer. Le récit est construit sur les bases d’un simple inventaire des objets de la chambre sans contiguïté narrative ni spatiale : par conséquent, le chapitre intitulé « Abschweifung » (digression) n’en a guère le statut narratif. Ce texte n’a quasiment plus rien du modèle sauf une tendance à faire appel au lecteur, caractéristique qui est loin d’être une spécificité maistrienne. Rien ne nous indique que Karl Stern ait connu le Voyage autour de ma chambre directement : il est possible qu’il ait emprunté l’idée d’une Zimmerreise chez Schreiber.

  • 69 « A.L.O.F. », Voyage sans bouger de place, Paris, Lenormand, 1809, p. vii.

33Le dernier ouvrage de cette première vague de voyages immobiles est le Voyage sans bouger de place par A.L.O.F. (Auguste Leblanc, officier français, 1776-1832), paru chez Lenormand à Paris en 1809. Le narrateur, officier dans l’armée française, informe le lecteur dès la préface que deux blessures le mettent momentanément « dans l’impossibilité absolue de faire la moindre chose, si ce n’est un voyage de cette nature »69. Il s’agit du narrateur le plus radicalement immobile de notre série : cloué au lit, privé de l’usage de son bras droit, il lui reste tout juste assez de force dans la main pour tracer quelques lignes. Il prend le parti d’abandonner

  • 70 Ibid., p. 2. Italiques dans l’original.

à l’auteur du Voyage dans ses poches [sic], aux Chevalier X…, aux Chapelle, aux Bachaumont, aux Cook, aux Levaillant, aux Volney, aux Tournefort, aux Kolbe, aux Pockocke, la gloire de faire des découvertes heureuses, ainsi que le souci de se pourvoir d’équipages, de munitions, d’argent, d’interprètes, de courage et de forces ; et moi, observateur tranquille des lois de la nature, ami du repos et de la paix […] je choisis un site agréable, un air pur ; je m’assieds ; je respire ; et je voyage sans bouger de place.70

34La table qui suit recense la manière dont ces textes reproduisent les caractéristiques du style maistrien.

Tableau 3. Transpositions de l’excentricité dans les imitations du voyage maistrien

Auteur, titre, date Principaux types d’excentricité transposés
Johann David Schubert et Christian Gottlieb Geyser, « Meine Reise durch mein Zimmer », Mährchen und Erzählungen für Kinder und Nicht-Kinder Riga, Hartknoch, 1796, p. 129-243.
Transposition linguistique directe
Reproduction à l’identique des excentricités maistriennes, y compris l’excentricité typographique
Karl Gottlob Schelle, Mein Zimmer eine kleine Welt, Leipzig, F. A. Leupold, 1797.
Transposition linguistique directe
Reproduction à l’identique des excentricités maistriennes, y compris l’excentricité typographique (ajout d’un point d’exclamation)
Anonyme, Nouveau Voyage autour de ma chambre, Brunswick, Fauche, 1797.Transposition de la voix narrative + translocalisation Titres de chapitres auto-référentiels (« C’est bien peu, mais c’est tout ce que je puis »)
Références à la matérialité du livre (« Je […] devois [ce chapitre] à mon libraire, parce que ces Messieurs comptent par feuilles », p. 8)
Invites au lecteur à franchir la barrière métaleptiqueAtermoiement narratif
Mise en scène du libre arbitre du narrateur (« Rien ne me presse, j’arriverai toujours assez tôt, je fais des séjours aussi longs et aussi fréquens que bon me semble », p. 82)
Mise en scène de l’assujettissement du narrateur par les conditions matérielles de l’écriture
Excentricité typographique
Friedrich Freiherr von Zinck, Neue Reise in meinem Zimmer herum, Basel, Flick, 1798.
Transposition linguistique directe du précédent
Reproduction à l’identique des excentricités du précédent, y compris l’excentricité typographique : « O mein Herr !!!! O gnädige Frau – ! – !! – !!! – !!!! O gnädiges Fräulein ;;;; Was befehlen sie, Herr Kritiker ???? u.s.w. u.s.w. u.s.w. u.s.w. u.s.w. ?!?!?!?! – – – – O Herr Verleger, was sind Ihre Gedankenstriche nicht für eine herrliche Erfindung !!!!! – – – – – – »
Alois Wilhelm Schreiber, Reise meines Vetters auf seinem Zimmer, Brême, Friedrich Wilmans, 1797.
Transposition linguistique indirecte (adaptation plutôt que traduction) + translocalisation + transposition de la voix narrative
Distanciation ironique de l’« éditeur » par rapport au texte, attribué à son cousin
Mise en scène des hésitations de l’auteur quant au choix d’un titreInterpellation du lecteur, invité à jeter le livre au feu
Invocation de Yorick et de la marotte : inscription dans l’intertexte de Tristram Shandy
Anonyme, Voyage dans mes poches, Genève, J. J. Paschoud et Paris, Maradan, an VII.
Transposition de la voix narrative + translocalisation
Restriction radicale de l’espace du voyageMise en scène de la participation du lectorat dans la diégèse pour mettre en doute la validité du projet auctorial
Mise en scène du libre arbitre du narrateur
Digressions prenant pour sujet le processus d’écriture
Disproportion d’un élément du texte : gonflement du paratexte de l’autobiographie intercalée
Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière, Voyage dans le boudoir de Pauline, Paris, Maradan, 1800.
Transposition de la voix narrative + translocalisation
Dialogue avec une série de lecteurs dont la curiosité est piquée par le titre
Mise en scène du libre arbitre du narrateur et de sa maîtrise de la matière à écrire
Évocation d’un livre imaginaire à dimensions démesurées
Mise en scène d’un chapitre « invisible » caché par le rideau qui en est l’objet
René Périn, Voyage autour de ma chambre, Vaudeville en un acte, Paris, Fages, 1803.
Transposition de la voix narrative + translocalisation + transformation intermodale
Invocation de Sterne et des précurseurs dans le domaine du voyage immobile
Métacommentaire sur la tendance au plagiat dans le récit de voyage
Mise en scène des atermoiements auctoriales
Karl Stern [Friedrich Wilhelm Karl Meyer], Auch eine Reise auf meinem Zimmer, Leipzig, Carl Friedrich Enoch Richter, 1805.
Transposition linguistique indirecte + transposition de la voix narrative + translocalisation
Début de la narration du voyage retardé à plusieurs reprises
Abandon rapide du projet de voyage élaboré en début de texte
Progression sur le principe de la digression
Atermoiement du narrateur qui engage le lecteur à attendre la description de la bibliothèque qui ne sera jamais décrite
Interruption subite de la narration par la mise en scène de l’écriture en temps réel : le narrateur interrompt le récit lorsqu’on frappe à la porte
A.L.O.F. [Auguste Leblanc], Voyage sans bouger de place, Paris, Lenormand, 1809.
Transposition de la voix narrative + translocalisation
Immobilisation totale du narrateur qui met en pratique le voyage par échelle de perception en voyageant « par moyen d’une lunette »Invite aux lecteurs à intervenir dans la diégèse
Mise en scène de la destruction matérielle d’un document et interruption concomitante du récit infradiégétique
Excentricité typographique : trois lignes de points voilent la fin d’un poème.
  • 71 Frédéric Barbier, « L’économie éditoriale », Histoire de l’édition française, vol. 2 : Le Livre tr (...)

35À l’exception du vaudeville de Périn qui voit une deuxième édition en 1816, ces ouvrages ne suscitent aucune réaction critique et connaissent une seule édition avant de sombrer dans l’oubli. Mais autant l’épiphénomène du voyage immobile manque d’intérêt sur le plan littéraire, autant il est intéressant sur le plan éditorial, car il incarne un phénomène nouveau qui va au-delà de la simple imitation littéraire. Au moment où paraît le Voyage autour de ma chambre, l’industrialisation de l’édition est en marche, les techniques de vente se modernisent pour « proposer au public des produits typés […] et en tout cas aisément reconnaissables »71. Dans un marché qui voit les débuts d’une consommation de masse, la marque commerciale prend de l’ampleur à partir des années 1760 : son essor est grandement facilité par les avancées techniques qui permettent aussi une production industrialisée du livre. Le paradigme moderne de l’auteur doit beaucoup à la marque qui habitue le consommateur à associer un produit à un nom. Un phénomène analogue est à l’œuvre dans cette agrégation d’une dizaine d’imitations dans l’espace de quelques années, qui sont autant de produits dérivés profitant d’un modèle à succès.

  • 72 « […] every Way as entertaining […] contrary to the Usage of Second Parts ». Cité dans B. Schellen (...)
  • 73 Stig Strömholm, Le Droit moral de l’auteur, en droit allemand, français et scandinave, avec un ape (...)
  • 74 Cette tendance est particulièrement visible dans les comptes rendus des imitations de Sterne : « C (...)

36Ce phénomène éditorial ne peut émerger pleinement sans un lectorat d’envergure. Les auteurs des hypotextes imités cherchent à se distancer du phénomène dans leurs propres suites autographes, adoptant une rhétorique de l’inimitabilité sous-tendue par la supposition que toute forme d’imitation se situe dans un rapport d’infériorité au texte maître. C’est ainsi que Defoe soutient, dans les Further adventures of Robinson Crusoe, que cette suite est « tout aussi divertissante » que la première partie, « contrairement à la pratique des deuxièmes parties »72. Cette nouvelle rhétorique doit beaucoup aux enjeux commerciaux de la librairie moderne et de la professionnalisation des lettres : les auteurs risquent des pertes financières si le public ne fait pas la distinction entre productions originales et imitations allographes. Par conséquent, ils cherchent à renforcer l’identification de l’auteur et de son œuvre, notamment dans le contexte français par le droit moral, dont la cristallisation en droit d’auteur remonte à cette période73. Cette rhétorique trouve un écho chez les critiques littéraires qui jugent désormais les imitations à l’aune de l’hypotexte. Le nouveau discours critique estime qu’un imitateur peut fournir une imitation convaincante sans pour autant capter l’esprit de l’original74.

37Se pose alors la question de l’imitation d’un hypotexte qui revendique volontairement sa marginalité en affichant sa propre excentricité. Suffit-il de singer l’excentricité pour devenir excentrique à son tour ? Peut-on imiter, voire simuler l’excentricité ? D’après la filiation que fournit Nodier dans l’Histoire du roi de Bohême, l’excentricité passe de génération en génération :

  • 75 Charles Nodier, Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux, Paris, Delangle, 1830, p. 28.

Et vous voulez que moi, plagiaire des plagiaires de Sterne –
Qui fut plagiaire de Swift –
Qui fut plagiaire de Wilkins –
Qui fut plagiaire de Cyrano –
Qui fut plagiaire de Reboul –
Qui fut plagiaire de Guillaume des Autels –
Qui fut plagiaire de Rabelais –
Qui fut plagiaire de Morus –
Qui fut plagiaire d’Érasme –
Qui fut plagiaire de Lucien – ou de Lucius de Patras – ou d’Apulée – car on ne sait lequel des trois a été volé par les deux autres, et je ne me suis jamais soucié de le savoir…
Vous voudriez, je le répète, que j’inventasse la forme et le fond d’un livre !75

38En revendiquant ouvertement le plagiat, Nodier en désamorce l’aspect condamnable. En exposant cette pratique de l’ombre au grand jour, il la neutralise. Le plagiat revendiqué devient une manière d’attirer l’attention du lecteur sur la structure de l’œuvre et sur sa place dans un champ littéraire nécessairement construit sur la base d’influences plus ou moins assumées ou avouées. Les plagiats qu’évoque Nodier deviennent alors un fonds commun de pratiques excentricisantes dans lequel puisent les auteurs cités. Si tous ces auteurs puisent dans ce fonds commun – hypertrophie de la présence du narrateur, présence intradiégétique du lecteur, bizarreries typographiques et paratextuelles, mise en scène de la conscience du texte de sa propre matérialité, structure fortement digressive – chaque texte met en œuvre ces traits excentriques à sa manière.

  • 76 Cité dans Richard Sieburth, « Une idéologie du lisible, le phénomène des Physiologies », Romantism (...)

39C’est dans ce sens qu’il est pertinent de s’interroger sur la catégorisation des imitations (trop) fidèles d’un hypotexte indéniablement excentrique. En singeant l’excentricité maistrienne, ses imitateurs se constituent en groupe et perdent de ce fait cette volonté de marginalité dans le champ littéraire qui est une condition sine qua non de l’excentricité. De phénomène marginal, le voyage immobile devient mode et s’approche ainsi du centre du champ éditorial. Les imitateurs pratiquent une excentricité à l’emporte-pièce, comme le feront quelques années plus tard les fabricants de Physiologies : « Prenez une pincée de Labruyère ; – une cuillerée de Lettres persannes [sic]. Faites infuser Les Guêpes […]. Mettez à contribution les feuilletons du Corsaire et du Charivari. Où il y a à prendre, prenez »76.

  • 77 Charles Nodier, De la littérature légale [1828], Genève, Droz, 2003, p. 115.

40Dans ses Questions de littérature légale (1812), Nodier évoque les auteurs et les libraires qui « s’empare[nt] des titres à la mode, pour profiter de la curiosité du public, fixée par un ouvrage remarquable, et qui en cherchent partout l’équivalent »77. Si Nodier conclut que « c’est un plagiat de bien peu d’importance que celui d’un titre », il situe néanmoins l’imitation et le plagiat sur le terrain juridique. Si le plagiat a toujours été proscrit sur le terrain moral, la condamnation se déplace sur le terrain juridique avec la cristallisation de la propriété intellectuelle. En France, le plagiat est assimilé à la contrefaçon par la loi du 19 juillet 1793. L’assimilation du plagiat à la contrefaçon oppose deux visions du travail auctorial. L’auteur de l’hypotexte est un artiste, sa création le fruit de son génie. Cette image correspond bien à la philosophie auctoriale de de Maistre, auteur dilettante qui ne cherche pas à publier son texte. L’auteur de l’imitation trop appuyée, en revanche, est assimilé à un fabricant proto-industriel qui fournit des marchandises indifférenciées pour un marché de masse. Or, excentricité et production de masse s’excluent mutuellement. C’est pourquoi, paradoxalement, ces imitations qui endossent les habits de l’excentricité textuelle ne peuvent en être, au final, que le simulacre.

  • 78 Anonyme, « New travels round my chamber », Édimbourg, Cadell & co, et Londres, Simpkin & Marshall, (...)
  • 79 Citons à titre d’exemples Marc Michel et Louis Dugard, Voyage autour de ma femme, comédie mêlée de (...)
  • 80 Adolphe Poujol et Édouard Scheidig, Voyage autour de ma chambre, monologue mêlé de chants, Paris, (...)
  • 81 Arthur Mangin, Voyage scientifique autour de ma chambre, Paris, Bureau du Musée des familles, 1862 (...)
  • 82 Emma Faucon, Voyage d’une jeune fille autour de sa chambre, Paris, Victor Sarlit, 1870 ; Jean-Bapt (...)

41Après le Voyage sans bouger de place, la mode du voyage immobile s’essouffle. Cette première vague ne traverse pas la Manche, où les ouvrages de Xavier de Maistre ne sont traduits qu’en 1817 (pour le Lépreux) et 1818 (pour le Voyage autour de ma chambre). Après 1810, on trouve encore des voyages autour d’une chambre, mais de manière sporadique. 1828 voit la publication de la seule imitation anglaise78, une nouvelle anonyme où la lecture du Voyage autour de ma chambre donne lieu à une série d’anecdotes liées aux objets de la chambre du narrateur, sans développement thématique du récit de voyage. On trouve également de nombreux « voyages autour » qui empruntent – plus ou moins heureusement – au ton frivole du Voyage autour de ma chambre, tout en restant plus ou moins proches de la structure séquentielle du récit de voyage79. Il y aura une deuxième vague de voyages dans une chambre à partir des années 1850-1860, avec des adaptations théâtrales80, des voyages de vulgarisation scientifique81 et des voyages d’inspiration catholique82 où la trame textuelle empruntée à Xavier de Maistre sert à promouvoir les idées défendues par son frère Joseph (voir l’annexe 1).

  • 83 A. Mangin, Voyage scientifique, ouvr. cité, p. 6.

42Arthur Mangin est d’un optimisme mal placé lorsqu’il soutient que « la renommée que s’est acquise Xavier de Maistre […] est une garantie de succès pour ses imitateurs »83. Le charme du Voyage autour de ma chambre manque trop souvent à ses imitateurs : le voyage dans une chambre tourne, comme l’avait craint Joseph de Maistre, au procédé. Les héritiers de la tradition excentrique, après de Maistre, sont surtout caractérisés par leur traitement de l’image, qui est, grâce aux avancées technologiques dans le domaine de l’imprimerie, émancipée de son emplacement traditionnel aux confins du texte. C’est l’œuvre de Rodolphe Töpffer, inventeur suisse de la bande dessinée, qui représente le mieux le renouveau de l’excentricité sternienne à partir de 1820, en faisant dialoguer les deux régimes sémiotiques, texte et image, d’égal à égal.

Notes

1 Luc Rey, Xavier de Maistre, sa vie et ses ouvrages, Chambéry, Pouchet, 1865, p. 92.

2 Sur les fortunes critiques de Sterne en France, voir Lana Asfour, Laurence Sterne in France, Londres / New York, Continuum, 2008.

3 Anatole France, « Xavier de Maistre », Le Génie latin, Paris, Calmann-Lévy, 1917, p. 327.

4 J. L. Vissière, « Un micro-genre littéraire : le voyage autour d’une chambre », Mélanges de littérature générale et de critique romanesque offerts au professeur Henri Coulet, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1988, p. 417-430.

5 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 2002, p. 94-95.

6 La période 1900-1925 voit dix voyages autour d’un berceau, de la Chambre du cartel des gauches, ou d’un cheval de bronze. Le titre revient quinze fois de 1925 à 1950, où on voyage autour de son cœur, de son amant, de sa bibliothèque, de sa voiture, d’un appareil photo. La période 1950-2015 offre une trentaine de voyages – autour du génome humain, autour de mon crâne, de la femme, du papier, des mathématiques, de l’école Jules Verne à Alençon. Plusieurs de ces ouvrages font référence explicite au titre maistrien, comme le Voyage autour de ma chambre à bulles (Antoine Bérard, 1979), le Voyage autour de la Chambre : Brest, 1851-2001 (Renée Le Gall, 2002), le Nouveau Voyage autour de ma chambre de Maurice Rheims (2000) et le Voyage autour de ma chambre : Voyage immobile d’Olivier Smolders (2009, version cinématographique 2012).

7 Alfred Berthier, Xavier de Maistre : Étude biographique et littéraire, Genève, Slatkine, 1984, p. 11.

8 Ibid., p. 12. Italiques dans l’original.

9 Margaret Ezell, Social Authorship and the Advent of Print, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1999.

10 A. Berthier, Xavier de Maistre, ouvr. cité, p. 63.

11 Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, Paris, Flammarion, 2003, p. 25, désormais VC.

12 A. Berthier, Xavier de Maistre, ouvr. cité, p. 125.

13 Xavier de Maistre, Prospectus de l’expérience aérostatique de Chambéry, Chambéry, Puthod, 1784, p. 6-11.

14 Ibid., p. 14-15. Italiques dans l’original.

15 Xavier de Maistre, Lettre de Mr. de S* à M. le Comte de C* Off* dans la L* des C* contenant une relation de l’expérience aérostatique de Chambéry, Chambéry, M. F. Gorrin, 1784, p. 6-7. Italiques dans l’original.

16 Xavier de Maistre, Nouvelles, Genève, Slatkine, 1984, p. 259.

17 Voir par exemple Stendhal, Courrier anglais : Lettres à Stritch et Paris Monthly Review, Paris, Le Divan, 1935, p. 189 ; Henri Patin, « Sur M. Xavier de Maistre », Mélanges de littérature ancienne et moderne, Paris, Hachette, 1840, p. 449 ; Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Poètes et romanciers modernes de la France : Le comte Xavier de Maistre », Portraits contemporains, vol. 2, Paris, Didier, 1855, p. 31.

18 Il s’agit d’un cabriolet étroit à deux places.

19 Yorick s’isole dans sa chambre « comme un Anglais ne voyage pas pour voir des Anglais ». VS, p. 17 / « As an Englishman does not travel to see English men ». ASJ, p. 17. Italiques dans l’original.

20 « Je sais bien, en même temps, que, comme les voyages et mes observations seront d’une nature différente de ceux de tous mes prédécesseurs, j’aurais pu exiger pour moi seul une niche entière. » VS, p. 14 / « I am well aware, at the same time, as both my travels and observations will be altogether of a different cast from any of my fore-runners ; that I might have insisted upon a whole nitch entirely to myself. » ASJ, p. 15.

21 « Quoiqu’il y ait quatre couvents dans la ville, il n’y a qu’une seule église paroissiale. Je n’ai pas eu occasion d’en prendre les dimensions exactes, mais il est assez facile de s’en former une idée passable ; – car comme il y a quatorze mille habitants dans la ville, si l’église les contient tous, elle doit être d’une grandeur considérable ; – et si elle ne les contient pas, – c’est une pitié qu’ils n’en aient pas d’autre. » VOTS, p. 428 / « Though there are four convents, there is but one parochial church in the whole town ; I had not an opportunity of taking its exact dimensions, but it is pretty easy to make a tolerable conjecture of ‘em – for as there are fourteen thousand inhabitants in the town, if the church holds them all it must be considerably large – and if it will not – ‘tis a very great pity they have not another. » LOTS, 7.5.581.

22 « La Bastille n’est qu’un autre mot pour une tour, et une tour n’est qu’un autre mot pour une maison dont on ne peut pas sortir – Dieu ait pitié des goutteux ! Car ils y sont deux fois par an – mais avec neuf livres par jour, une plume, de l’encre, du papier, et de la patience, si un homme ne peut pas sortir, il peut s’y trouver très-bien. » VS, p. 103 / « […] the Bastile is but another word for a tower – and a tower is but another word for a house you can’t get out of – Mercy on the gouty ! for they are in it twice a year – but with nine livres a day, and pen and ink and paper and patience, albeit a man can’t get out – he may do very well within – at least for a month or six weeks ; at the end of which, if he is a harmless fellow his innocence appears. » ASJ, p. 68.

23 « Je pris le linge, et je nettoyai délicieusement mon soulier gauche, sur lequel je laissai tomber une larme de repentir. » VC, p. 78. Cette « larme de repentir » évoque la larme de l’ange, ému par la sensibilité de Toby, qui efface son juron dans le registre de sa vie : « – L’ange accusateur, qui vola avec ce jurement à la chancellerie du ciel, rougit en l’y déposant ; et l’ange greffier en l’inscrivant laissa tomber une larme sur le mot, et l’effaça pour jamais. » VOTS, p. 376 / « – The Accusing Spirit, which flew up to heaven’s chancery with the oath, blushed as he gave it in ; – and the Recording Angel, as he wrote it down, dropped a tear upon the word, and blotted it out for ever. » LOTS, 6.8.511.

24 « Mais nous distinguons, mon bon père, entre ceux qui ne veulent manger que le pain de leur propre labeur – et ceux qui mangent le pain des autres, et n’ont d’autre plan de vie que de la traîner dans la paresse et l’ignorance, pour l’amour de Dieu […]. Mon cœur se serra au moment où il ferma la porte. » VS, p. 8-9 / « […] we distinguish […] betwixt those who wish only to eat the bread of their own labour – and those who eat the bread of other people’s, and have no other plan in life, than to get through it in sloth and ignorance, for the love of God […]. My heart smote me the moment he shut the door. » ASJ, p. 9. Italiques dans l’original.

25 VC, p. 103. « Un ours blanc ! Très-bien. En ai-je jamais vu ? Aurais-je jamais pu en voir ? Dois-je jamais en voir ? Ai-je jamais dû en voir ? Ou puis-je jamais en voir ? Que n’ai-je vu un ours blanc ! » VOTS, p. 360 / « A White Bear ! Very well. Have I ever seen one ? Might I ever have seen one ? Am I ever to see one ? Ought I ever to have seen one ? Or can I ever see one ? Would I had seen a white bear ! » LOTS, 5.43.486-487.

26 « Je commençai aussitôt l’Expédition nocturne ; mais mon frère, à qui je fis part de mon dessein, m’en détourna : il m’écrivit que je détruirais tout le prix que pouvait avoir cette bluette, en la continuant ; il me parla d’un proverbe espagnol qui dit que toutes les secondes parties sont mauvaises, et me conseilla de chercher quelque autre sujet : je n’y pensais plus. » C.-A. Sainte-Beuve, « Poètes et romanciers modernes », art. cité, p. 30.

27 L’un des premiers critiques à commenter cet aspect du texte n’est autre que Joseph de Maistre : « Notre intention n’est pas de rabaisser le mérite des voyageurs qui ont paru dans le monde avant celui dont nous publions de nouveau les découvertes et les aventures intéressantes. Magellan, Drake, Anson, Cook, etc., furent sans doute des hommes remarquables ; cependant il nous est permis, et même, si nous ne sommes fort trompés, c’est un devoir pour nous de faire remarquer, dans le Voyage autour de ma chambre, un mérite particulier qui le place fort au-dessus de tous ceux qui l’ont précédé. Les plus fameux voyages peuvent être répétés ; un élégant pointillé nous les représente sur toutes les mappemondes, et chacun est libre de s’élancer sur les traces des hommes hardis qui les exécutèrent. Il n’en est pas ainsi du Voyage autour de ma chambre : il est fait une fois pour toutes, et nul mortel ne peut se flatter de le recommencer ; d’autant que le pays même où il s’accomplit n’existe plus […]. Quant à ces hommes mal organisés qui ont osé ranger le Voyage autour de ma chambre parmi les voyages imaginaires, nous les plaignons sincèrement ; il faut avoir le tact bien émoussé, il faut être bien étranger au sentiment du vrai, pour juger ainsi un ouvrage dont toutes les pages étincellent de réalités. » VC, p. 147-148. Italiques dans l’original.

28 VC, p. 74. Italiques dans l’original.

29 Leonard Koos, « The adventure of staying home in Xavier de Maistre’s Voyage autour de ma Chambre », Romance Notes, no 41.3, 2001, p. 292.

30 VC, p. 47-48. Italiques dans l’original.

31 « Si l’ouvrage est trop long à son gré [du lecteur], il n’a pas dépendu de moi de le rendre plus court : toute vanité de voyageur à part, je me serais contenté d’un chapitre […] je crois même que, sans l’entremise de certaines personnes puissantes qui s’intéressaient à moi […] j’aurais eu tout le temps de mettre un in-folio au jour, tant les protecteurs qui me faisaient voyager dans ma chambre étaient disposés en ma faveur ! » VC, p. 45. Italiques dans l’original.

32 « La chute de ma chaise de poste a rendu le service au lecteur de raccourcir mon voyage d’une bonne dizaine de chapitres. » VC, p. 106.

33 « J’ai promis un dialogue entre mon âme et l’autre ; mais il est certains chapitres qui m’échappent, ou plutôt il en est d’autres qui coulent de ma plume, comme malgré moi, et déroutent mes projets. » VC, p. 112. Ce dernier exemple rappelle les déclarations de perte de contrôle auctorial de Tristram : « Quand un homme conte une histoire de la façon étrange dont je conte la mienne, il est continuellement obligé d’aller en avant et en arrière pour empêcher le fil de se rompre dans la pensée du lecteur […] – et en ce moment vous voyez que je me suis perdu moi-même ! – » VOTS, p. 411 / « […] when a man is telling a story in the strange way I do mine, he is obliged continually to be going backwards and forwards to keep all tight together in the reader’s fancy […] – and now you see, I am lost myself ! – » LOTS, 6.33.558.

34 « Il ne tiendrait qu’à moi de faire un chapitre sur cette rose sèche que voilà, si le sujet en valait la peine. » VC, p. 109 ; « Comment et pourquoi cette rose sèche se trouve là sur une tablette de mon bureau, c’est ce que je ne dirai certainement pas, parce que j’ai déclaré qu’une rose sèche ne méritait pas un chapitre. » VC, p. 110.

35 « Je suis décidé à la laisser cinq minutes dans cette attitude, – jusqu’à ce que j’aie ramené les affaires de la cuisine […] au même point. » VOTS, p. 314 / « In this attitude I am determined to let her stand for five minutes : till I bring the affairs of the kitchen […] to the same period. » LOTS, 5.5.427.

36 « Qu’on n’aille pas croire qu’au lieu de tenir ma parole, en donnant la description de mon voyage autour de ma chambre, je bats la campagne pour me tirer d’affaire : on se tromperait fort, car mon voyage continue réellement, et pendant que mon âme, se repliant sur elle-même, parcourait, dans le chapitre précédent, les détours tortueux de la métaphysique, – j’étais dans mon fauteuil sur lequel je m’étais renversé, de manière que ses deux pieds antérieurs étaient élevés à deux pouces de terre ; et, tout en me balançant à droite et à gauche, et gagnant du terrain, j’étais insensiblement parvenu tout près de la muraille. » VC, p. 60.

37 « Il me serait impossible d’expliquer comment et pourquoi je me brûlai les doigts aux premiers pas qui je fis en commençant mon voyage, sans expliquer, dans le plus grand détail, au lecteur, mon système de l’âme et de la bête. » VC, p. 52.

38 « Il ne faut pas anticiper sur les événements : l’empressement de communiquer au lecteur mon système de l’âme et de la bête m’a fait abandonner la description de mon lit plus tôt que je ne devais ; lorsque je l’aurai terminée, je reprendrai mon voyage à l’endroit où je l’ai interrompu dans le chapitre précédent. » VC, p. 63.

39 « Je ne voulus pas non plus m’assujettir à voyager beaucoup en voiture, comme auparavant, persuadé qu’un voyageur pédestre voit beaucoup de choses qui échappent à celui qui court la poste. Je résolus donc d’aller alternativement, et suivant les circonstances, à pied ou à cheval : nouvelle méthode que je n’ai pas encore fait connaître et dont on verra bientôt l’utilité. » Xavier de Maistre, Expédition nocturne autour de ma chambre [1825], Pantin, Le Castor Astral, 1990, désormais EN, p. 36 ; « Enfin, je me proposai de prendre des notes en chemin, et d’écrire mes observations à mesure que je les faisais, pour ne rien oublier. » EN, p. 36.

40 « Cette invention étant spécialement destinée aux personnes qui voudront adopter ma nouvelle manière de voyager, je crois devoir consacrer quelques chapitres à leur instruction. » EN, p. 64.

41 « Je pris un crayon et me mis à l’ouvrage […] les vers coulaient d’eux-mêmes sous ma plume ; j’en remplis deux pages en moins d’une heure […]. Je ne donnerai cependant pas au lecteur ceux que je fis alors. » EN, p. 44.

42 « Dans le poème en vingt-quatre chants que j’ai composé depuis lors […] je n’ai pas cru nécessaire jusqu’à présent de commencer les vers ; mais j’ai mis au net cinq cents pages de notes. » EN, p. 44-45.

43 La nature digressive du texte fait l’objet d’une explication dans le chapitre 33, dans lequel le narrateur semble regretter sa propre incapacité à suivre un fil continu dans son discours : « J’avais une vieille parente de beaucoup d’esprit, dont la conversation était des plus intéressantes ; mais sa mémoire, à la fois inconstante et fertile, la faisait passer souvent d’épisodes en épisodes, et de digressions en digressions, au point qu’elle était obligée d’implorer le secours de ses auditeurs : “Que voulais-je donc vous raconter ?” disait-elle, et souvent aussi ses auditeurs l’avaient oublié, ce qui jetait toute la société dans un embarras inexprimable. Or, l’on a pu remarquer que le même accident m’arrive souvent dans mes narrations, et je dois convenir en effet que le plan et l’ordre de mon voyage sont exactement calqués sur l’ordre et le plan des conversations de ma tante. » EN, p. 90.

44 « Il ne faut pas anticiper sur les événements : je reviens à mon sujet, ne voulant pas intervertir l’ordre méthodique et sévère auquel je me suis assujetti dans la rédaction de mon voyage. » EN, p. 94.

45 « Ce chapitre n’est absolument que pour les métaphysiciens », VC, p. 52 ; « […] je ne l’écris que pour les esprits curieux et inquisitifs », VOTS, p. 5 / « […] ‘tis wrote only for the curious and inquisitive », LOTS, 1.4.5.

46 VOTS, p. 479 / « […] my plain into a city », LOTS, 7.43.648. Italiques dans l’original.

47 « Dans les montagnes, la patrie a une physionomie ; dans les plaines, elle n’en a point. Que reste-t-il, en effet, de sa patrie locale à l’habitant d’un village de bois, lorsqu’après le passage de l’ennemi le village est brûlé et les arbres coupés ? Le malheureux cherche en vain, dans la ligne uniforme de l’horizon, quelque objet connu qui puisse lui donner des souvenirs : il n’en existe aucun. Chaque point de l’espace lui présente le même aspect et le même intérêt. » EN, p. 88.

48 VC, p. 133. Rappelons à cet égard cette charmante anecdote : vers la fin de sa longue vie, Xavier rend visite à des amis près de Chambéry. Il sort se promener dans le jardin ; il ne revient pas. On craint un accident. Au bout de quelques heures, on le retrouve allongé au bord de la mare dans le jardin, observant les scarabées d’eau. Il explique : « Je me rappelle que quand j’étais enfant, cette distraction m’amusait beaucoup ; j’ai voulu voir s’il en serait de même aujourd’hui que me voilà vieux, et, ma foi, à dire vrai, je n’y ai pas trouvé une bien grande différence. » Xavier de Maistre, Œuvres, Paris, Flammarion, 1898, p. 21.

49 L’intérêt que Xavier de Maistre porte à la pensée de Locke est rendu explicite dans le dernier chapitre du texte lorsque le narrateur fait intervenir Platon dans son rêve. Parmi les « merveilles » qui « auront sans doute contribué à rendre les hommes meilleurs », Platon cite « les découvertes de Locke sur la nature de l’esprit humain ». VC, p. 130.

50 Étienne Bonnot de Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines [1746], Paris, Vrin, 2002, p. 14-15.

51 « Les vapeurs de la digestion, se portant à mon cerveau, obstruèrent tellement les passages par lesquels les idées s’y rendent en venant des sens, que toute communication se trouva interceptée [par le] fluide électrique [du cerveau]. » VC, p. 127 ; « […] des millions de ces idées nagent tous les jours tranquillement au milieu du clair fluide de l’entendement d’un homme. » VOTS, p. 147 / « […] millions of [propositions] swimming quietly in the middle of the thin juice of a man’s understanding. » LOTS, 3.9.197.

52 « “Quoi ! dis-je alors en moi-même, il y a donc des hommes qui décrottent les souliers des autres pour de l’argent ?” Ce mot d’argent fut un trait de lumière qui vint m’éclairer. Je me ressouvins tout à coup qu’il y avait longtemps que je n’en avais point donné à mon domestique. » VC, p. 77 ; « J’entends le gazouillement confus des hirondelles qui se sont emparées du toit de la maison […] : alors mille idées riantes occupent mon esprit […] quelle foule de pensées agréables et tristes se pressent à la fois dans mon cerveau ? » VC, p. 50-51.

53 Le Voyage d’un catholique autour de ma chambre évoque cette interprétation érotique : « Et le tertre ! Et ces dix lignes de points […] ! Des points, sache-le bien, où nos corrompus veulent voir un abîme de réticences impudiques. » Léon Gautier, Voyage d’un catholique autour de sa chambre, Paris, Victor Palmé, 1875, p. 38.

54 Sur ce phénomène, voir Betty Schellenberg, « The measured lines of the copyist: Sequels, reviews, and the discourse of authorship in England, 1749-1800 », On Second Thought : Updating the Eighteenth-Century Text, Debra Taylor Bourdeau, Elizabeth Kraft éd., Newark, University of Delaware Press, 2007, p. 25-42, et Susan Pickford, « Combe and Rowlandson’s Dr Syntax, Pierce Egan’s Life in London, and the illustrated character as a form of literary property », Book Practices & Textual Itineraries : Tracing the Contours of Literary Works, Nathalie Collé-Bak, Monica Latham, David Ten Eyck éd., Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011, p. 45-66.

55 Cité dans Daniel Sangsue, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, José Corti, 1987, p. 166-167.

56 Pour une description plus complète de ces récits, voir Susan Pickford, Le Récit de voyage excentrique de Laurence Sterne à Gustave Doré : Naissance et évolution d’un genre européen, thèse de doctorat, université Toulouse II-Le Mirail, 2006.

57 A. Berthier, Xavier de Maistre, ouvr. cité, p. 76.

58 Étienne François, « Les échanges culturels entre la France et les pays germaniques au xviiie siècle », Französische Literatur in deutscher Sprache, Bernd Kortländer, Fritz Nies éd., Düsseldorf, Droste, 1986, p. 35.

59 Voir Jeffrey Freedman, Books without Borders in Enlightenment Europe, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012.

60 « Eh quoi parce que Christophe Colomb, et Americ Vespus [sic] furent les premiers qui osèrent pousser leurs courses hardies jusque dans des climats ignorés, ceux qui dans la suite ont porté leurs pas vers les terres découvertes par eux sont-ils donc des plagiaires ? Et moi parce que je voyage dans des contrées que M. le Chevalier de X.O.A.S.D.S.M.S. vient de faire connoître, dois-je mériter des reproches ? » Anonyme, Nouveau Voyage autour de ma chambre, Brunswick, Fauche, 1797, p. 6.

61 Anonyme, Voyage dans mes poches, Genève, J. J. Paschoud et Paris, Maradan, An VII [1798-1799], p. 7-9. Italiques dans l’original.

62 « Mais, me disais-je hier au soir, si par l’intérêt de mon amour propre, je n’ose voyager autour de ma chambre, n’est-il donc que ce point dans l’univers, où l’on puisse faire des découvertes heureuses ? […] Cherchons de nouvelles terres, de nouvelles mers. – Vous frémissez, lecteur, vous me croyez déjà, nouveau Colomb, affrontant les orages, disposé à pénétrer au-delà de notre horizon, pour fournir quelques nouveaux chapitres à la Géographie, & un paragraphe de plus à l’histoire des erreurs humaines !..... Rassurez-vous : j’ai déjà découvert le pays que je veux parcourir : pays bien connu, & souvent visité : successivement riche & désert ; quelquefois tranquille, & quelquefois bouleversé de fond en comble ; enfin que tout le monde connaît ; mais sur lequel jusqu’à présent, je crois que personne n’a encore écrit – Et ce pays, Monsieur ? – ce sont mes poches. » Ibid., p. 12-14.

63 « Oh ! mes chers confrères, Messieurs les auteurs, je sens aujourd’hui pour la première fois, de quelle utilité peut être une préface : il ne tient qu’à moi d’allonger un peu celle-ci, d’y ajouter ensuite cinq ou six chapitres, que je pourrais fournir tant bien que mal, sur-tout si je faisais pour ma commodité quelques larcins par-ci, par-là : & joignant ensuite à ce compendium, une ample table de matières, flanquée d’une approbation et d’un errata, je me trouverais tout-à-coup métamorphosé en auteur, en homme d’importance […] si […] on ôtait de beaucoup de […] romans, le titre, la préface, les estampes, les vignettes, le bavardage, l’inutile et l’indécent, il n’en resteroit souvent pas vingt lignes. » Ibid., p. 73.

64 Cité dans D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, 1987, p. 34.

65 Parmi ses autres œuvres on peut citer La Nuit anglaise, ou les aventures, jadis un peu extraordinaires, mais aujourd’hui toutes simples et très-communes, de M. Dabaud, Marchand de la rue Saint-Honoré, à Paris ; Roman comme il y en a trop. Traduit de l’arabe en iroquois, de l’iroquois en samoyède, du samoyède en hottentot, du hottentot en lapon, et du lapon en français. Par le R. P. Spectroruini, moine italien. Se trouve dans les ruines de Paluzzi, de Tivoli ; dans les caveaux de Ste-Claire ; dans les abbayes de Grasville, de St-Clair ; dans les châteaux d’Udolphe, de Mortymore, de Montnoir, de Lindenberg, en un mot dans tous les endroits où il y a des revenans, des moines, des ruines, des bandits, des souterrains et une tour de l’ouest (1799), parodie de roman gothique caractérisée par une utilisation exubérante de notes de bas de page, et un Voyage de M. Candide fils au pays d’Eldorado vers la fin du xviiie siècle (1803).

66 Louis-François-Marie Bellin de La Liborlière, Voyage dans le boudoir de Pauline, Paris, Maradan, 1800, p. 10-11.

67 « Permettez, mesdames : vous aimez ces belles histoires où l’on vous tient en suspens pendant trois ou quatre volumes, pour vous donner ensuite l’explication la plus simple et la plus puérile : d’après cela, j’ai cru vous faire plaisir en faisant de ce petit paragraphe un roman anglais, auquel il manque uniquement d’avoir une trentaine de chapitres, pour en valoir beaucoup d’autres. » Ibid., p. 129-130.

68 René Périn, Voyage autour de ma chambre, Vaudeville en un acte [1803], Paris, Fages, 1816, p. 6.

69 « A.L.O.F. », Voyage sans bouger de place, Paris, Lenormand, 1809, p. vii.

70 Ibid., p. 2. Italiques dans l’original.

71 Frédéric Barbier, « L’économie éditoriale », Histoire de l’édition française, vol. 2 : Le Livre triomphant, Roger Chartier, Henri-Jean Martin éd., Paris, Fayard / Cercle de la Librairie, 1990, p. 751.

72 « […] every Way as entertaining […] contrary to the Usage of Second Parts ». Cité dans B. Schellenberg, « The measured lines », art. cité, p. 26.

73 Stig Strömholm, Le Droit moral de l’auteur, en droit allemand, français et scandinave, avec un aperçu de l’évolution internationale, étude de droit comparé, tome I : L’Évolution historique et le mouvement international, Stockholm, P. A. Norstet & Söners, 1967.

74 Cette tendance est particulièrement visible dans les comptes rendus des imitations de Sterne : « Cet ouvrage ne ressemble au Voyage sentimental de Yorick en rien sauf la brièveté des chapitres, les transitions abruptes et les digressions lunatiques. Rien n’y touche le cœur ni enchante l’imagination. Bref, la copie ressemble à l’original autant que l’ombre d’une femme magnifique ressemble à sa belle substance. La forme est là, mais où sont les yeux, le teint, le sourire, la grâce ? – O imitatores servum pecus ! » / « This work is like the Sentimental Journey of Yorick, in nothing but the shortness of the chapters, the abrupt transitions, and the whimsical digressions. There is nothing to touch the heart, or delight the imagination. In short, the copy resembles the original, as much as the shadow of a fine woman resembles the beautiful substance. There is the form, but where are the eyes, the complexion, the smiles, the graces ? – O imitatores servum pecus ! » Cité dans B. Schellenberg, « The measured lines », art. cité, p. 35.

75 Charles Nodier, Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux, Paris, Delangle, 1830, p. 28.

76 Cité dans Richard Sieburth, « Une idéologie du lisible, le phénomène des Physiologies », Romantisme, no 47, 1985, p. 43.

77 Charles Nodier, De la littérature légale [1828], Genève, Droz, 2003, p. 115.

78 Anonyme, « New travels round my chamber », Édimbourg, Cadell & co, et Londres, Simpkin & Marshall, 1828. L’influence diffuse du modèle maistrien est apparente dans Caroline Halsted, Investigation ; or, Travels in the Boudoir, Londres, Smith, Elder & co, 1837.

79 Citons à titre d’exemples Marc Michel et Louis Dugard, Voyage autour de ma femme, comédie mêlée de couplets, Paris, A. Daix, 1854 ; Émile Mignot de Lyden, Voyage autour d’une robe à volans, Bourges, Jollet-Suchois, 1856 ; René Esse, Voyage autour d’un mandat de poste, Paris, G. Poivilliers, 1889.

80 Adolphe Poujol et Édouard Scheidig, Voyage autour de ma chambre, monologue mêlé de chants, Paris, Isidore Perron, 1851 ; Albert Grisar, Voyage autour de ma chambre ! Opéra, Paris, Colombier, 1859 ; Xavier de Saintine, Félix-Auguste Duvert et Augustin-Théodore de Lauzanne de Vauroussel, Voyage autour de ma chambre, opéra comique en un acte, Paris, Beck, 1859.

81 Arthur Mangin, Voyage scientifique autour de ma chambre, Paris, Bureau du Musée des familles, 1862 ; Jules Poret, Voyage scientifique autour de l’aquarium, Le Havre, Lepelletier, 1868 ; Marie O’Kennedy, Inventaire de ma chambre, Paris, V. Sarlit, 1885.

82 Emma Faucon, Voyage d’une jeune fille autour de sa chambre, Paris, Victor Sarlit, 1870 ; Jean-Baptiste Vuillemin, Voyage autour de ma chambre, Lyon, J.-B. Pélagaud, 1873 ; Léon Gautier, Voyage d’un catholique autour de sa chambre, Paris, Victor Palmé, 1875.

83 A. Mangin, Voyage scientifique, ouvr. cité, p. 6.

Table des illustrations

Titre Figure 17. Le chapitre à deux mots. Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, Turin [Lausanne], 1794, p. 45.
Crédits © Beineke Rare Book and Manuscript Library, Yale University.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 18. La page de ponctuation excentrique. Anonyme, Nouveau Voyage autour de ma chambre, Brunswick, P. Fauche, 1797, p. 200.
Crédits © Sterling Memorial Library, Yale University.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search