Version classiqueVersion mobile

Le voyage excentrique

 | 
Susan Pickford

Chapitre III

Laurence Sterne et les débuts du voyage excentrique

Texte intégral

  • 1 Daniel Sangsue, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, José Corti, 198 (...)
  • 2 Sur l’anti-roman, voir pour la tradition française D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, p (...)
  • 3 De tels exemples ne se restreignent d’ailleurs pas à ces deux traditions littéraires : citons pour (...)
  • 4 Louis-Antoine Caraccioli, Le Livre à la mode, Paris, « de l’imprimerie du Printems au Perroquet », (...)
  • 5 Nathalie Ferrand, « La mise en fiction de l’imprimé dans les romans du xviiie siècle (textes et il (...)
  • 6 J. Barchas, Graphic Design, ouvr. cité, p. 18.

1Sterne est un auteur triplement excentrique, se situant à la confluence de trois traditions littéraires déjà établies de longue date : l’anti-roman1 ; l’extravagance paratextuelle ; et le pastiche ou parodie de récit de voyage, que l’on peut qualifier d’anti-récit de voyage2. L’anti-roman – caractérisé par une contestation des modèles antérieurs, rupture de la continuité narrative, dévoilement des interventions narratoriales, démantèlement des barrières métaleptiques, mise en avant de la matérialité du livre – remonte dans la tradition occidentale au moins à Cervantès ; il reste d’actualité en ce xviiie siècle, que ce soit en France avec Marivaux et Diderot ou en Angleterre avec de nombreux romans aujourd’hui oubliés, comme Young Scarron de Thomas Mozeen (1752) et Angola. An Indian History. A Work destitute of all Probability, ouvrage anonyme datant de 17503. De même, l’exubérance paratextuelle n’est pas chose rare à cette époque, s’étalant autant dans des ouvrages devenus canoniques comme Clarissa de Samuel Richardson (1748) que dans des ouvrages qui ont peu marqué l’histoire littéraire comme The Card de John Kidgell (1755) pour la tradition britannique ou, pour la tradition française, Le Livre à la mode de Louis-Antoine Caraccioli (1759). Ce dernier est imprimé en vert et en rouge car « Ne convient-il pas que l’impression d’un Livre réponde au Livre meme ? »4 ; il se joint au Livre de quatre couleurs, qui dévoile une « narration polychrome et hybride »5 dans ses encres marron, vert, rouge et jaune. Cette tradition commence à décliner au début des années 1760, le roman étant désormais suffisamment ancré dans les paysages tant littéraire qu’éditorial pour qu’émergent des normes de présentation paratextuelle qui suffisent à flécher l’appartenance générique du texte6 ; l’excentricité visuelle se revendique désormais contre la tendance dominante de la neutralité paratextuelle.

  • 7 Voir par exemple Jean-Jacques Lefranc de Pompignan, Voyage de Languedoc et de Provence, Amsterdam, (...)
  • 8 Jean-Daniel Candaux, « Voyager en vers et en prose : permanences et innovations d’un genre », Poés (...)
  • 9 « Après vous avoir témoigné plus d’une fois mon incapacité dans l’art de décrire non seulement des (...)
  • 10 « Nous partîmes, Madame, le quinzième des réchauds de l’année climatérique, saison d’autant plus a (...)

2Sterne a également plusieurs précurseurs dans le domaine de l’anti-récit de voyage en France et en Grande-Bretagne. Le Voyage de Chapelle et Bachaumont (1662), savoureux mélange de prose et de vers truffé d’allusions classiques, introduit le jeu formel dans le récit de voyage7 et inspire une tradition littéraire longue de plus d’un siècle8. Les Relations du royaume de Candavia, ouvrage anonyme de 1715, souscrivent au pacte générique tout en signalant le manque de maîtrise des règles qui en découlent9. Le narrateur substitue systématiquement au vocabulaire du voyage (modes de transport, unités de distance, descriptions des coutumes du pays…) des mots et expressions relevant d’autres isotopies10, créant un effet de coq-à-l’âne lexical qui complique une lecture suivie du texte, car l’accumulation d’unités syntagmatiques faisant sens entre elles fait défaut. Dans ce sens, l’excentricité verbale se double d’une excentricité structurelle en ce que le lecteur, constamment obligé de faire le grand écart entre diverses isotopies est, par cette atomisation sémantique, découragé dans sa tentative de poursuivre une lecture continue du texte. Autre exemple : le Voyage de Paris à Saint-Cloud par mer de Louis-Balthasar de Néel (1748) procède à une distorsion du rapport spatio-temporel en mettant en scène un narrateur amené par une connaissance imparfaite de la géographie à mal interpréter l’échelle de son déplacement, de sorte qu’il adopte le ton d’un grand voyage d’exploration pour un voyage d’à peine quelques kilomètres : il prend les merles de l’île Seguin pour des perroquets, les verreries de Sèvres pour le Vésuve, le pont de Sèvres pour le Pont-Euxin. Le Voyage de Néel connaît une vingtaine d’éditions avant la fin du xixe siècle ; il est possible que Sterne en ait eu connaissance à Paris.

  • 11 Thomas Gray, Poems of Thomas Gray, with a Selection of Letters and Essays, John Drinkwater éd., Lo (...)
  • 12 A. V. Seaton, « Getting socially on the road : The short, happy life of the anapaestic travel narr (...)

3Si l’anti-récit de voyage est une présence plus discrète dans la tradition britannique, le genre n’est pas totalement inconnu. La Peregrination de William Hogarth (1732) est le récit d’un voyage de cinq jours entrepris par l’artiste et ses amis sur un ton héroï-comique, le tout accompagné de dessins humoristiques. D’autres traces de cette pratique littéraire mineure subsistent dans des échanges épistolaires : le poète Thomas Gray emprunte les règles génériques pour une « Proposition pour une impression par souscription […] des voyages de T. G., gentilhomme » qui consistera à décrire par le menu son arrivée à Douvres, son mal de mer lors de la traversée, sa consommation d’une assiette de soupe en arrivant, son étonnement à la vue d’arbres et de maisons tout comme ceux qu’il a cru ne plus voir en quittant l’Angleterre11. Il existe par ailleurs une tradition de poésie satirique prenant le tourisme balnéaire pour cible, remontant à 1766 – donc contemporain des écrits de Sterne – et le New Bath Guide de Christopher Anstey12.

  • 13 Pour une histoire de lectures lockéennes de Sterne, voir Lodwick Hartley, Laurence Sterne in the T (...)

4Sterne n’est donc pas profondément novateur dans chacun de ces trois domaines pris individuellement. Ce qui est réellement nouveau chez lui, c’est le cumul des trois traditions et le succès de librairie qui fait de lui le favori de la scène littéraire à Londres, à Paris et même au-delà. L’œuvre sternienne fait véritablement école en suscitant une foule d’imitations plus ou moins réussies à travers l’Europe, se succédant par vagues au fur et à mesure de ses traductions. Le présent chapitre abordera les excentricités auctoriales dans Le Voyage sentimental ainsi que le septième tome de Tristram Shandy qui met en scène le voyage de Tristram en France, notamment à travers une lecture de leur satire sur le thème du voyage et leur traitement de la pensée lockéenne13 qui induit une manipulation de l’échelle du voyage et de l’acte de narration qui en découle. Le chapitre se termine par un examen des excentricités typographiques si caractéristiques de l’écriture sternienne.

Sterne et le voyage satirique

  • 14 « […] uncouth and unintelligible », « […] touring a country (by which we suppose he means travelli (...)
  • 15 James Buzard, The Beaten Track : European Tourism, Literature, and the Ways to Culture, 1800-1918, (...)

5L’on peut mesurer la diffusion du voyage de type touristique en tant que pratique sociale à travers son vocabulaire. En 1756 Tobias Smollett note dans un compte rendu pour la Critical Review que le Sophronia de Cooper est bourré d’expressions « rustres et inintelligibles » comme « faire le tour d’un pays, expression par laquelle nous supposons qu’il entend y effectuer un voyage ». Selon l’Oxford English Dictionary le premier emploi du mot tourist remonte à 1780, où il paraît dans Ode to the Genius of the Lakes in the North of England [Hymne au génie des lacs du nord de l’Angleterre] de William Cockin, qui note dans l’avertissement au lecteur qu’il rechigne à soumettre l’ouvrage à un lectorat général, le proposant uniquement aux « touristes », supposant par là une diffusion encore limitée du concept ; la Critical Review note qu’il s’agit d’un néologisme, mais conclut que son sens est tout à fait transparent. À la toute fin du siècle, Francis Grose témoigne d’un début de connotation péjorative liée à l’ouverture de la pratique à de nouveaux rangs sociaux lorsqu’il note, en jouant sur l’accent roturier, que le commerçant et sa famille « take a tower, as they term it » aux villes balnéaires de la côte anglaise14. On voit à travers cette évolution linguistique les prémices d’une pratique du tourisme de masse dans lequel se dire voyageur, c’est revendiquer une posture d’exception en marge d’un champ alors en cours de structuration, préfigurant la pleine émergence de cette différentiation sociale au xixe siècle15.

6À la fois reflet et moteur de cette évolution dans la pratique sociale du tourisme, le récit de voyage occupe une place très importante sur le marché du livre dans la seconde moitié du xviiie siècle. C. Worde, bibliothécaire au British Museum, estime en 1795 :

  • 16 « One of the most distinguishing features in the literary history of our age and century, is the p (...)

L’une des caractéristiques les plus saillantes de l’histoire littéraire de notre époque et de notre siècle, c’est la passion que le public voue aux voyages et pérégrinations. Parmi tous les livres récemment publiés, les seuls à faire exception en s’approchant de cette catégorie pour ce qui est de leur nombre, ce sont les romans.16

  • 17 « Every one that goes abroad, now a-days, whether for health, or pleasure, for idleness or busines (...)

7Cette prépondérance provoque une certaine lassitude chez un lectorat averti, comme ce critique dans le Critical Review (1776) qui se plaint : « Quiconque se rend à l’étranger de nos jours, que ce soit pour des raisons de santé, de divertissement, de loisir ou d’affaires, semble persuadé que le public escompte qu’il fournira un compte rendu détaillé des occupations, opinions, observations et élucubrations concomitantes de ses déplacements »17.

  • 18 « […] a comic account of my journey from Calais thro’ Paris to the Garonne. » Arthur Cash, Laurenc (...)

8Le récit de voyage est caractérisé par une forte conscience, partagée par les auteurs et leur lectorat, de son intertextualité. C’est dans ce contexte que Sterne déploie nombre de tactiques pour créer une satire du récit de voyage. Dans une lettre à un ami, Sterne qualifie le septième volume de Tristram Shandy de « récit comique de mon voyage de Calais à Paris puis à la Garonne »18. Le texte satirise à la fois des textes spécifiques et les travers du genre dans son ensemble. Les quatrième et cinquième chapitres du septième volume de Tristram Shandy en offrent l’exemple le plus éclatant :

  • 19 VOTS, p. 426-427 / « “Now before I quit Calais,” a travel-writer would say, “it would not be amiss (...)

« Ah ça, avant de quitter Calais, » dirait un auteur de voyages, « il ne serait pas mal d’en rendre un peu compte ». – Et moi, je crois qu’il est fort mal – qu’un homme ne puisse pas passer tranquillement par une ville et la laisser en repos, quand elle n’a rien à démêler avec lui, mais qu’il doive se tourner et tirer sa plume à chaque ruisseau qu’il traverse, uniquement, sur ma conscience, pour le plaisir de la tirer ; car, si nous pouvons en juger d’après ce qui a été écrit en ce genre par tous ceux qui ont écrit et galopé, – ou qui ont galopé et écrit, ce qui est encore une manière différente ; ou qui, pour plus de rapidité, ont écrit en galopant, ce que je fais en ce moment, – d’après le grand Addison, qui avait sa sacoche de livres de classe pendue au c–, […] il n’y a pas un seul galopeur de nous tous qui n’aurait pu aller à l’amble tranquillement sur sa propre terre […] et écrire tout aussi bien ce qu’il avait à écrire, sans s’aller mouiller les pieds.19

9Dans ce passage, Sterne prend plusieurs aspects du récit de voyage pour cible. Il critique les auteurs qui ne font preuve d’aucune discrimination dans leurs descriptions, dont Joseph Addison, qui charge ses Remarques sur divers endroits d’Italie (1705, traduction française en 1722) d’une érudition lourde en citant abondamment les auteurs classiques. Sterne poursuit en démontrant à quel point, grâce aux nombreux hypotextes à disposition de l’auteur, il est facile d’écrire un récit de voyage :

  • 20 VOTS, p. 427 / « For my own part […] I know no more of Calais […] than I do this moment of Grand C (...)

[…] je ne connais pas plus Calais […] que je ne connais en ce moment le grand Caire […] et pourtant, rien qu’en sachant comment m’y prendre, et en tirant ceci de cela dans une partie de la ville, et en épelant ceci et cela dans une autre, – je tiendrais n’importe quelle gageure, que j’écris à l’instant sur Calais un chapitre aussi long que mon bras ; et avec un détail si distinct et si satisfaisant de chaque article digne de la curiosité d’un étranger dans la ville, – que vous me prendriez pour le secrétaire de la ville de Calais elle-même.20

  • 21 Van Baker, « Sterne and Piganiol de la Force : The making of volume VII of Tristram Shandy », Comp (...)
  • 22 « Les Voyages ont été les premières Écoles, & les Voyageurs les premiers Sçavans. C’est à eux qu’o (...)

10En effet, après une seule nuit passée à Calais, le narrateur fournit une description détaillée de la ville, ses habitants, son église, ses fortifications. Ce chapitre est une version à peine remaniée de la description de Calais dans l’édition de 1755 du Nouveau Voyage de France de Piganiol de La Force21 ; Sterne se joue ici du plagiat, versant illicite de l’intertextualité, qui se pratique tout aussi couramment dans le récit de voyage. Cette satire a d’autant plus de force que Piganiol de La Force débute son ouvrage par un long avertissement qui vante le rôle du récit de voyage dans la formation des mœurs22. C’est donc sans doute par esprit de contradiction que Sterne adopte l’attitude inverse quelques pages plus loin lorsqu’il fustige les voyageurs qui s’érigent en experts après trois jours passés dans une ville en s’inspirant des titres de voyages encyclopédiques :

  • 23 VOTS, p. 446 / « – No ; I cannot stop a moment to give you a character of the people – their geniu (...)

– Non ; je ne puis m’arrêter un moment pour vous donner le portrait des habitants, – de leur génie, – de leurs mœurs, – de leurs usages, – de leurs lois, – de leur religion, – de leur gouvernement, – de leurs manufactures, – de leur commerce, – de leurs finances […] quoique je sois bien en état de le faire, ayant passé trois jours et deux nuits parmi eux, et durant tout ce temps ayant fait de ces choses le seul sujet de mes recherches et de mes réflexions –.23

  • 24 « […] comme il n’était pas plus de huit heures du matin, et que le bateau ne partait pas avant mid (...)
  • 25 VOTS, p. 434. Italiques dans l’original / « – But your worships chuse rather that I give you the l (...)

11Il reprend cette même critique à Lyon et à Avignon24. Ailleurs, Sterne se joue de la tension entre narration et description au sein du texte en privilégiant cette dernière là où le lecteur souhaiterait qu’il développe la première : au moment d’évoquer la belle Jeanneton, fille de l’aubergiste de Montreuil, il feint de se reprendre, car « vos worships [sic] préfèrent que je leur donne la longueur, la largeur, et la hauteur perpendiculaire de la grande église paroissiale »25.

  • 26 J. A. Piganiol de La Force, Nouveau Voyage en France, ouvr. cité, p. vi.
  • 27 « Lemaire mourut peu de temps après la publication de son livre et pour lors Brice se trouvant san (...)

12Le ton satirique se poursuit lors du séjour de Tristram à Paris. Pour le voyageur britannique de cette époque, le séjour à Paris représente le point d’orgue de tout voyage en France. Piganiol de La Force ne souligne-t-il pas que « pour se former le goût & pour bien connoître les mœurs, les Coutumes, & le Gouvernement d’un État, l’on doit commencer par étudier la Capitale & la Cour »26 ? Or, la description que fait Tristram de cette ville est loin de refléter sa place dans l’imaginaire du voyageur. Paris se trouve réduit à quelques vagues impressions : les rues sont sales, on y trouve beaucoup de restaurants et de barbiers. Une description détaillée et personnalisée de Paris se trouve écartée à la faveur d’une liste des rues par quartier – d’une lecture fort aride et parfaitement inutile sans autre contexte –, tirée de la Description de la ville de Paris et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable de Germain Brice (1713). Sterne se joue de nouveau des conventions entourant l’intertextualité, pratiquant un plagiat au carré, étant très certainement au courant que Brice avait été accusé par Piganiol de La Force d’avoir volé le texte d’un certain Lemaire27.

  • 28 « Je n’ai pas vu le Palais-Royal – ni le Luxembourg – ni la façade du Louvre – […] je n’ai pas ess (...)
  • 29 VS, p. 40 / « […] from Boulogne to Paris – from Paris to Rome – and so on – but he set out with th (...)

13Dans Le Voyage sentimental, a contrario, l’effet satirique vise moins les poncifs du genre que l’attitude des voyageurs britanniques en France à la mi-siècle. Les parodies textuelles sont rares, se résumant à la liste des catégories de voyageurs en imitation des listes qui caractérisent le genre ; Yorick fera aussi la liste des monuments qu’il ne visitera pas28. La satire du Voyage sentimental vise avant tout Tobias Smollett, auteur des Voyages à travers la France et l’Italie (1766), qui est l’objet des allusions à peine voilées à « Smelfungus », qui « voyagea de Boulogne à Paris – et de Paris à Rome – et ainsi de suite – mais il partit avec le spleen et la jaunisse, et chaque objet auprès duquel il passa était décoloré ou défiguré – il en écrivit un récit, mais ce n’était que celui de ses misérables sentiments »29. Par extension, Yorick conspue les voyageurs xénophobes, persuadés comme Smollett/Smelfungus et son comparse Mundungus (souvent identifié comme Samuel Sharp, auteur des Lettres d’Italie [1766]) de la supériorité britannique.

14Si Sterne/Yorick critique cette manière de voyager, c’est parce qu’elle est en contradiction avec sa propre philosophie du voyage, qui exige une certaine ouverture d’esprit :

  • 30 VS, p. 15 / « Knowledge and improvements are to be got by sailing and posting for that purpose ; b (...)

Le savoir et les améliorations peuvent s’obtenir en naviguant et courant la poste dans ce but ; mais sera-ce un savoir utile ? Seront-ce des améliorations réelles ? Ce n’est qu’une loterie – et même quand le chercheur d’aventures réussit, le fonds acquis doit être employé avec beaucoup de prudence et de discrétion pour être de quelque profit.30

  • 31 VS, p. 41 / « […] travell’d straight on looking neither to his right hand or his left, lest Love o (...)
  • 32 VS, p. 91-92 / « […] the advantage of travel […] was by seeing a great deal of both men and manner (...)
  • 33 VS, p.10 / « […] peripatetic philosophers », ASJ, p. 13.
  • 34 VS, p. 12 / « […] young gentlemen transported by the cruelty of parents. » ASJ, p. 14.

15Yorick fait donc une vertu de la subjectivité en s’insurgeant contre les voyageurs qui, se refusant à l’ouverture d’esprit nécessaire au voyageur sentimental, campent sur leurs positions : tel Mundungus qui « avait voyagé droit devant lui, ne regardant ni à droite ni à gauche, de peur que l’Amour ou la Pitié le détournassent de sa route »31. En effet, Yorick estime, comme le vieil officier qu’il rencontre à Paris, que « l’avantage de voyager […] était de voir une grande quantité d’hommes et d’usages ; cela nous enseignait une tolérance mutuelle »32. Il commence sa préface en se classant « philosophe péripatéticien »33 : l’objet de son voyage sera d’étudier le cœur des hommes. Il prend alors pour cible la pratique qui consiste à parfaire l’éducation des jeunes aristocrates par un voyage en Europe, accompagné par un tuteur ; ces jeunes messieurs sont « déportés par la cruauté de leurs parents »34. Sterne revient sur cette question dans un sermon intitulé « Le fils prodigue », édité en 1765 :

  • 35 « The love of variety, or curiosity of seeing new things […] seems wove into the frame of every so (...)

L’amour de la variété, ou la curiosité de voir du nouveau […] semble tissé dans la trame même de tout fils et toute fille d’Adam […]. C’est à cet éperon qui nous aiguillonne toujours les côtes que nous devons l’impatience de ce désir de voyager : passion qui n’est en rien néfaste – comme d’autres le sont – si ce n’est par sa mauvaise gestion ou son excès ; pour peu qu’on l’ordonne correctement, les gains justifient qu’on s’y adonne, les principaux consistant à apprendre des langues, des lois et des mœurs, à comprendre le gouvernement et l’intérêt des autres nations et à acquérir une certaine urbanité et aisance de comportement […] en appréciant perpétuellement les variétés de la nature de façon à connaître ce qui est bien et en observant suffisamment l’adresse humaine et les arts pour y discerner ce qui est sincère […] même si l’impulsion à contempler de nouveaux spectacles […] met trop tôt notre jeunesse sur les routes pour que l’entreprise soit concluante […]. Rien n’est autant source de tromperie que les avantages que nous sommes censés tirer des liens que nous établissons avec les hommes de lettres, etc., que nous rencontrons à l’étranger et des discours que nous leur tenons ; cela, en particulier si l’expérience en est faite avant que les années ou les études nous permettent d’atteindre la maturité.35

  • 36 VOTS, p. 21 / « […] Mr. Noddy’s eldest son », LOTS, 1.2.26. Italiques dans l’original.
  • 37 VOTS, p. 136 / « […] a lad of wonderful slow parts », LOTS, 2.19.180.
  • 38 « Je reconnais que les voyages en pays étrangers offrent de grands avantages : mais l’âge que l’on (...)

16Sterne aborde cette question dans Tristram Shandy dans la même perspective, lorsque Tristram promet au lecteur le récit de ses expériences en tant qu’accompagnateur du « fils ainé de M. Noddy »36, noddy signifiant imbécile ; de même, Walter prévoit d’envoyer son fils aîné Bobby, « un garçon d’une merveilleuse lenteur d’intelligence »37, faire le tour de l’Europe avant la mort subite de ce dernier. En cela l’opinion exprimée par Sterne/Yorick fait écho à celle de Locke qui, dans ses Pensées sur l’éducation (1693), reconnaît l’utilité du voyage pédagogique tout en regrettant que la plupart des jeunes hommes qui entreprennent le Grand Tour ne soient pas en mesure d’en profiter38.

Sterne et la philosophie lockéenne

  • 39 Kenneth MacLean, John Locke and the English Literature of the Eighteenth Century, New Haven, Yale (...)
  • 40 A. Cash, Laurence Sterne : The Later Years, ouvr. cité, p. 76.
  • 41 VOTS, p. 73 / « Pray, Sir, […] did you ever read such a book as Locke’s Essay upon the Human Under (...)

17Le philosophe John Locke (1632-1704) est une figure de prime importance dans la littérature britannique du xviiie siècle39. La période 1727-1760 connaît neuf éditions de son Essai sur l’entendement humain (1689) et quatre éditions de ses œuvres complètes. Sterne ne fait nullement figure d’exception lorsque, d’après les Mémoires historiques sur le xviiie siècle et sur M. Suard de Dominique-Joseph Garat (1821), il confie à Suard que l’influence de Locke marque tous ses écrits40. En effet, Sterne fait ouvertement référence à Locke à plusieurs reprises dans Tristram Shandy : « Dites-moi, monsieur, au nombre de tous les livres que vous avez lus, avez-vous lu l’Essai de Locke sur l’entendement humain ? »41

  • 42 VOTS, p. 1 / «[ …] animal spirits », LOTS, 1.1.1.
  • 43 Wilbur Cross, The Life and Times of Laurence Sterne, New York, Macmillan, 1909.
  • 44 John Traugott, Tristram Shandy’s World : Sterne’s Philosophical Rhetoric, Berkeley, University of (...)
  • 45 Arthur Cash, « The Lockean psychology of Tristram Shandy », English Literary History, no 22, 1955, (...)

18Selon un poncif critique qui remonte à la première moitié du xxe siècle, les digressions et autres sauts du coq à l’âne qui caractérisent Tristram Shandy sont la preuve d’un récit construit sur le modèle lockéen de l’association des idées, à commencer par l’épisode où Mme Shandy, occupée à ses devoirs conjugaux, ne peut s’empêcher de penser à l’horloge et donc de poser la question fatale qui disperse les « esprits animaux » de son mari42. La structure du roman serait calquée sur l’associationnisme dans le but soit de rendre hommage à la philosophie lockéenne43, soit de la railler44, en déployant un monologue intérieur inspiré du flux continu d’idées qui passent sans cesse par l’esprit humain45. Sterne aborde également le thème de l’indicibilité de l’expérience humaine chère à Locke : l’incompréhension autour du faux nez de Tristram due au double sens du mot bridge (pont/prothèse) n’en est qu’un exemple.

  • 46 VOTS, p. 483 / « I begin with writing the first sentence – and trusting to Almighty God for the se (...)
  • 47 Theodore Baird, « The time-scheme of Tristram Shandy and a source », PMLA, no LI, 1936, p. 803-820

19Plus important pour notre propos est la manière dont Sterne aborde le traitement lockéen de la subjectivité de l’expérience temporelle. Si les premiers critiques condamnent Sterne pour l’absence de structure temporelle dans Tristram Shandy, prenant au pied de la lettre l’assertion « je commence par écrire la première phrase, – et je m’en rapporte au Tout-Puissant pour la seconde »46, il a été démontré que Sterne développe au contraire une chronologie extrêmement détaillée tout au long du récit47. Cependant, plutôt que de se caler sur le temps constant et absolu de Newton, le traitement de la temporalité tant dans Tristram Shandy que dans Le Voyage sentimental se fonde sur le temps subjectif de Locke.

  • 48 « Nous n’avons aucune perception de la durée, qu’en considérant cette suite d’Idées qui se succède (...)

20En effet, dans la pensée lockéenne, la perception du temps est fonction de l’état psychologique de l’individu48. Ce principe de la subjectivité de l’expérience humaine du temps est extrêmement important chez Sterne : la narration sternienne imite non seulement le passage désordonné et a-chronologique des pensées dans l’esprit humain, mais également l’impression d’accélération ou de ralentissement du temps selon l’état psychologique des personnages. Cette notion de durée psychologique par opposition au temps chronologique permet au narrateur d’ajuster le tempo de sa narration en fonction de l’état psychologique des personnages. Lorsque le narrateur sternien est à son aise, comme après un bon repas à Calais, son tempo de narration est plutôt lent : en termes genettiens, il privilégie la scène, où le temps de narration se calque sur le temps du récit. Lorsqu’il est moins satisfait, il passe au sommaire, résumant les événements d’une certaine durée en quelques lignes, comme pendant ses trois dernières semaines à Paris :

  • 49 VS, p. 166-167 / « I was of every man’s opinion I met. – ‘twas a dishonest reckoning – I grew asha (...)

Trois semaines de suite, je fus de l’opinion de tous ceux que je rencontrai… – Et à ce prix j’aurais pu boire et manger, et passer joyeusement tous les jours de ma vie à Paris mais c’était un écot peu honnête […] et un soir, après la plus vile prostitution de moi-même à une demi-douzaine de personnes différentes, j’eus mal au cœur – je me mis au lit – et j’ordonnai La Fleur de me commander des chevaux le lendemain matin pour aller en Italie.49

  • 50 « […] lorsque nous considérons la puissance et la sagesse infinie de l’Auteur de toutes choses, no (...)
  • 51 Bernard le Bovier de Fontenelle, « Entretiens sur la pluralité des mondes », Œuvres diverses, tome (...)
  • 52 « Dieu qui par sa grâce infinie nous a fait [sic] tels que nous sommes, avec toutes les choses qui (...)

21Un autre aspect de la notion de subjectivité de la perception chez Locke50, repris par Sterne, a été peu abordé par les critiques : la hiérarchie de la vie, engendrée notamment par les perfectionnements de la microscopie au cours du xviie siècle, qui fait qu’« une feuille d’arbre est un petit monde habité par des vermisseaux invisibles, à qui elle paraît d’une étendue immense, qui y connaissent des montagnes et des abîmes »51. Pour Locke, nos organes de perception sont adaptés à notre position médiane dans la hiérarchie de la vie52 ; un homme qui aurait une acuité visuelle très supérieure au commun des mortels aurait une perception du monde tellement unique qu’il serait incapable de communiquer ses impressions. C’est l’un des problèmes majeurs rencontrés par Gulliver lors de son séjour à Brobdingnag : d’abord dégoûté par la vue d’un sein monstrueux mesurant seize pieds de circonférence, par la grosseur des taches de rousseur et autres boutons, il conclut avec sagacité :

  • 53 Jonathan Swift, Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignez, Pierre-François Desf (...)

[…] la peau de nos Dames Angloises, […] nous paroît très belle : mais cela ne viendroit-il pas de ce que ces Dames ne sont pas plus grandes que nous, & de ce que nous ne voyons pas leur peau à travers un Microscope, qui nous convaincroit que le teint le plus blanc & le plus uni, n’est au fond qu’un assemblage raboteux de plusieurs vilaines couleurs.53

22Or, un texte peu connu de Sterne publié en 1870 montre qu’il s’intéresse de près à cette question. Dans ce fragment (qui daterait des années 1740) il aborde la notion de la proportionnalité de la perception sur un ton humoristique : se promenant dans son jardin, le narrateur se met à imaginer que la moindre feuille du prunier est un monde pour les créatures minuscules qui la peuplent.

  • 54 Paul Stapfer, Laurence Sterne : Sa personne et ses ouvrages, Paris, Ernest Thorin, 1870, p. xxiii- (...)

Par l’effet d’une conformation différente de ses sens, une créature percevrait une portion donnée de l’étendue, comme plus grande ou comme plus petite, dans n’importe quelle proportion qu’elle ne nous semble à nous. C’est une chose prouvée par l’optique. Je ne doute pas non plus que, par l’effet d’une conformation différente du cerveau, une créature ne perçût une portion donnée du temps comme plus longue ou plus courte, dans n’importe quelle proportion, qu’elle ne nous semble à nous. Des verres peuvent faire qu’un pouce paraisse un mille.54

23La question l’intéresse toujours lorsqu’il dresse le portrait de l’homoncule au tout début de Tristram Shandy :

  • 55 VOTS, p. 2-3 / « […] the Homunculus is […] endowed with the same locomotive powers and faculties w (...)

[…] l’Homunculus est […] engendré suivant la même loi de nature, – doué des mêmes puissances et facultés locomotives que nous : – il se compose, comme nous, de peau, de poils, de graisse, de chair, de veines, d’artères, de ligaments, de nerfs, de cartilages, d’os, de moelle, de cervelle, de glandes, de génitoires, d’humeurs et d’articulations.55

24Si les critiques sont d’accord pour dire que la subjectivité de la perception du temps est au cœur de l’écriture sternienne, la perception subjective de la distance qui logiquement en découle a été peu abordée. Nous conjuguerons les perceptions subjectives de la durée et de la distance à travers la notion d’échelle de narration.

Distorsions de la perception spatio-temporelle dans Tristram Shandy et Le Voyage sentimental

  • 56 VOTS, p. 530 / « I think the procreation of children as beneficial to the world, said Yorick, as t (...)
  • 57 Stuart Sherman, Clocks, Diaries, and English Diurnal Form, 1660-1785, Chicago, Londres, Chicago Un (...)

25La précision temporelle devient question de société en Angleterre lors de la perte de deux mille hommes en mer suite à une erreur de calcul de longitude en 1707. Un concours doté d’un prix de vingt mille livres est lancé en 1714 pour celui qui inventera un chronomètre fiable ; il sera remporté en 1765 par John Harrison. Grâce aux efforts de Harrison, la question de la précision temporelle reste d’actualité pendant plusieurs décennies : Hogarth fait référence au concours dans sa Carrière d’un libertin (1735) sous forme d’un pauvre fou qui cherche lui-même la solution par la voie mathématique. Sterne évoque le débat dans le huitième volume de Tristram Shandy : « Je crois la procréation des enfants aussi avantageuse au monde, dit Yorick, que la découverte de la longitude – »56. La subjectivité de la perception du passage du temps que Sterne met en scène dans ses écrits de voyage en distendant ou en resserrant le temps de narration va donc à l’encontre d’une standardisation de la perception du temps en marche au xviiie siècle, due notamment aux perfectionnements de l’horlogerie qui sous-tendent l’essor de genres à forte précision temporelle comme le journal intime57.

  • 58 Platon, Phèdre, Victor Cousin trad., dans Œuvres, tome 6, Paris, P. J. Rey, 1849, p. 93.
  • 59 Cité dans Adam Mendilow, Time and the Novel, New York, Humanities Press, 1972, p. 196.
  • 60 « […] a mixt Relation of Places, & Actions, in the same order of time in which they occurred : for (...)

26Dans la tradition classique, « tout discours doit être composé comme un être vivant ; avoir un corps qui lui soit propre, une tête et des pieds, un milieu et des extrémités proportionnées entre elles et avec l’ensemble »58. Alors que le roman se distingue par un traitement du temps adapté aux besoins de l’intrigue – Lenglet du Fresnoy notera dans De l’usage des romans (1734) « en roman le tems ne conte rien, on l’étend aussi loin qu’on veut »59 – le récit à vocation scientifique exige une approche plus rigoureuse. Il est sous-tendu par une chronologie référentielle dictée par la contiguïté spatiale de l’espace du voyage et par une proportionnalité du temps de narration au temps écoulé, et, partant, d’une proportionnalité entre l’espace de narration et l’espace parcouru. Typique de cette nouvelle rigueur est le Nouveau voyage autour du monde de William Dampier (4e édition 1699), qui propose au lecteur « une Description mixte de Lieux & d’Actes, tous évoqués dans l’ordre du temps où je les ai observés : j’ai consigné à cette fin mes Observations quotidiennes dans un journal »60.

27Par conséquent, l’élasticité temporelle qui caractérise le récit sternien a tendance à le rapprocher du pôle fictionnel en l’éloignant du récit factuel et objectif, structuré à la fois par la chronologie et par la durée relative des événements entre eux. Tristram Shandy et Le Voyage sentimental bafouent le principe platonicien en créant une disproportion des parties du texte entre elles ; ce faisant, ils soulignent la nécessaire subjectivité de la perception temporelle. L’espace-temps du récit se dilate ou se rétracte selon les circonstances, comme lors de l’accouchement de Mme Shandy :

  • 61 VOTS, p. 9 / « […] there was no such thing as a midwife […] within less than six or seven long mil (...)

[…] il n’y avait pas moyen de se procurer […] aucune espèce de sage-femme, sans faire moins de six à sept longs milles à cheval : lesquels susdits longs milles par de sombres nuits et d’affreux chemins […] équivalaient presque à quatorze.61

  • 62 VOTS, p. 439 / « […] the chimes being greatly out of order – (as in truth they were through all Fr (...)
  • 63 VOTS, p. 474 / « […] Lippius’s great clock was all out of joints, and had not gone for some years. (...)
  • 64 VOTS, p. 423 / « […] two volumes every year », LOTS, 7.1.575.

28Dans ce contexte, il est significatif que le récit que fait Tristram de son voyage en France se distingue par l’absence de repères temporels. Les clochers ne scandent plus le passage du temps, « les carillons étant grandement dérangés – (du reste, comme dans toute la France) »62. Lorsque Tristram se rend à la cathédrale de Lyon, il apprend, sans s’en émouvoir outre mesure, que « la grande horloge de Lippius était toute détraquée »63. Le voyage de Tristram en France est placé sous le signe de l’imprécision temporelle et représente ainsi en métonymie le rapport au temps qui caractérise la vie de Tristram dès sa conception : si sa mère s’adresse à son père pendant le coït, n’est-ce pas pour demander s’il a pensé à remonter l’horloge ? Tristram essaie tant bien que mal d’imposer une temporalité standardisée à sa vie en s’engageant à rédiger « deux volumes par an »64. Mais il s’aperçoit très vite que

  • 65 VOTS, p. 256 / « […] was every day of my life to be as busy a day as this – And why not ? – and th (...)

si chaque jour de ma vie devait être aussi chargé d’incidents que celui-ci, – Et pourquoi pas ? – et que les faits et opinions dussent prendre autant de description – Et pour quelle raison les tronquer ? Comme de ce train-là je vivrais trois cent soixante-quatre fois plus vite que je n’écrirais, il en résulte […] que plus j’écris, plus j’aurai à écrire.65

  • 66 VOTS, p. 7-8 / « […] write not only my life, but my opinions also. » LOTS, 1.6.9.

29S’il souhaite venir à bout de son récit, il doit accélérer le tempo, figurant l’échec de son projet d’écrire « non seulement [sa] vie, mais [ses] opinions aussi »66.

  • 67 Alan Howes, Yorick and the Critics : Sterne’s Reputation in England, 1760-1868, Hamden, Archon, 19 (...)
  • 68 « […] ‘tis a laughing good temperd Satyr against Traveling. » Alan Howes, Laurence Sterne : The Cr (...)

30Jusqu’au milieu du xixe siècle, la critique sternienne estime que le septième volume de Tristram Shandy est une aberration, preuve que son inspiration s’essouffle67. Or, la citation en exergue, tirée de Pline le Jeune, s’inscrit contre cette interprétation : « Non enim excursus hic ejus, sed opus ipsum est » (ceci n’est pas une digression, mais l’œuvre même). Pour Sterne, le septième volume est « une critique satirique du Voyage empreinte de rire et de bonhomie »68. Ce récit de voyage enchâssé dans le roman lui permet de faire démonstration de la subjectivité de la perception, inspirée par Locke, et, partant, de l’élasticité de l’espace-temps due à l’échelle des perceptions. Le voyage entrepris dans ce livre est la traduction spatiale du voyage métaphorique qu’entreprend Tristram dans son acte de narration, visant à problématiser le modèle linéaire du récit où les digressions sont autant d’écarts par rapport à un chemin tout tracé.

  • 69 VOTS, p. 431 / « When the precipitancy of a man’s wishes hurries on his ideas ninety times faster (...)
  • 70 VOTS, p. 445 / « […] the best principle in the world to travel speedily upon. » LOTS, 7.16.598.

31Le tempo isochronique d’un récit de voyage se calque en principe sur le rythme du déplacement pour créer une narration dont le tempo est, sinon invariable, du moins en cohérence avec l’espace-temps de l’expérience référentielle. Or le voyage sternien, que ce soit celui de Tristram ou de Yorick, distend ou resserre le temps de narration au gré des événements. Par exemple, Tristram consacre onze chapitres aux quatre heures passées à Lyon, puis une ligne au voyage de Lyon à Avignon. De telles distorsions dans le rapport temps de narration / distance reflètent la doctrine lockéenne de la subjectivité de la perception selon l’état émotionnel du sujet. Tristram quitte précipitamment son pays au début du septième volume, l’esprit accaparé par l’idée que la Mort le talonne de près. Cette idée obsédante laisse peu de place à la perception de ce qui l’entoure, et par conséquent il ne peut fournir que quelques impressions éparses de la première partie de son voyage. Souhaitant fuir la mort, son esprit devance son corps de loin, le rendant incapable de donner un compte rendu précis de son environnement : « Quand la fougue des désirs d’un homme lance ses idées quatre-vingt-dix fois plus vite que ne va sa voiture, – malheur à la vérité ! »69 Voyager sous le signe du spleen est « le meilleur mobile du monde pour voyager rapidement »70. Le récit du voyage de Tristram de Montreuil à Abbeville est on ne peut plus succinct :

*de Montreuil à Nampont – poste et demie.
de Nampont à Bernay – poste.

  • 71 VOTS, p. 435 /
    « *de Montreuil a Nampont - poste et demi de Nampont a Bernay - - - poste
    de Bernay (...)

De Bernay à Nouvion – poste.
De Nouvion à Abbeville – poste.71

  • 72 « […] autant de mouvement c’est autant de vie et autant de joie ; – […] n’aller que lentement, c’e (...)
  • 73 VOTS, p. 437 / « […] a cart-wheel groaning round its revolution once in an age. » LOTS, 7.13.593.

32À d’autres moments Tristram se dit frustré par l’extrême lenteur du voyage72 ; les roues du carrosse semblent alors « une roue de charrette plaintive, accomplissant sa révolution une fois par siècle »73.

  • 74 « J’avais maintenant tout le midi de la France […] à traverser à loisir […] car j’avais laissé la (...)

33La santé de Tristram s’améliore en France : il réussit à semer la mort dans sa course effrénée vers le sud. À son arrivée en Languedoc, la peur d’une mort imminente recule, lui permettant de voyager plus lentement et de goûter aux paysages riants de cette belle région74. Son esprit s’ouvre aux impressions sensorielles, induisant un changement d’échelle dans la narration. Au début du voyage, il réduit le voyage aux points les plus saillants, comme une carte à grande échelle :

  • 75 VOTS, p. 439 / « And so making all possible speed, from Ailly au clochers, I got to Hixcourt, from (...)

Faisant donc toute la diligence possible,
D’Ailly aux clochers, j’allai à Flixcourt ;
De Flixcourt à Péquigny ; et
De Péquigny à Amiens75

  • 76 « Il n’y a rien […] de plus terrible pour les auteurs de voyages, qu’une vaste et riche plaine, pr (...)
  • 77 « […] à force de m’arrêter pour causer avec chaque personne que je rencontrais n’allant pas au gra (...)

34Une fois arrivé dans le Languedoc, il décrit son voyage de manière beaucoup plus détaillée, comme sous un microscope. Si les villes fournissent pléthore de matière à description, les plaines sont beaucoup moins riches ; le récit de voyage classique est donc contraint de trahir l’idéal du tempo constant en accélérant la narration en traversant de tels espaces76. Tristram aborde la question autrement en changeant d’échelle pour adopter la perspective du vermisseau sur sa feuille. En considérant les plaines à petite échelle, il découvre un monde d’une grande richesse77.

  • 78 VS, p. 40 / « I pity the man who can travel from Dan to Beersheba, and cry, ‘Tis all barren – and (...)
  • 79 VS, p. 21 / « Now a colloquy of five minutes, in such a situation, is worth one of as many ages, w (...)
  • 80 VS, p. 39 / « […] my time seemed heavy upon the loss of the lady, and knowing every moment of it w (...)

35Les mêmes distorsions temporelles sont à l’œuvre dans Le Voyage sentimental où Yorick oppose sa manière de voyager à celui qui peut voyager « de Dan à Bersabée, et s’écrier : Tout est stérile. – Eh ! Oui sans doute, et la terre entière l’est aussi pour celui qui ne cultivera pas les fruits qu’elle offre »78. Un Smelfungus se fixe un mode de perception avant de partir en voyage et n’en dévie jamais, passant par conséquent à côté de toutes les richesses qui s’offrent à celui qui sait adapter l’échelle de sa perception aux conditions du voyage. Yorick, lui, fait une vertu de la subjectivité de la perception, vivant la temporalité de manière tout aussi élastique que Tristram. Lorsqu’il se trouve seul avec la belle veuve bruxelloise, main dans la main, ces cinq minutes sont l’équivalent « d’autant de siècles la face tournée vers la rue »79. Peu après, la veuve étant partie, « le temps me pesait […] et sentant que chaque instant en vaudrait deux tant que je ne serais pas en mouvement – je commandai sur-le-champ des chevaux de poste »80. L’humeur de Yorick le rend plus ou moins ouvert à des impressions sensorielles, induisant des changements d’échelle de perception et par conséquent de tempo de narration. De fait, sa narration fait état de grands écarts de tempo, variant par un facteur de quarante deux mille, entre 0,00099 et 42 pages par heure :

Tableau 1. Étude comparative du tempo de narration en pages par heure dans Le Voyage sentimental, Paris, Charpentier, 1842.

Ville Durée du séjour Nombre de pages Pages par heure
Calais 1 heure 42 42 page / 1 heure = 42
Montreuil Moins de 24 heures 15 15 pages / 23 heures = 0,65
Nampont Quelques minutes (arrondies à une demi-heure) 4,5 4,5 pages / 0,5 heure = 9
Amiens Une nuit 8 8 pages / 8 heures = 1
Paris/Versailles/Paris Premier jour 77 77 pages / 24 heures = 3,21
Paris Dimanche 20 20 pages / 24 heures = 0,83
Paris Trois semaines 0,5 0,5 page / 504 heures = 0,00099
  • 81 « Dieu ! Dis-je en entendant l’horloge de la ville sonner quatre heures, et me rappelant qu’il n’y (...)
  • 82 La nature des contraintes n’est pas spécifiée mais il s’agit sans doute de l’état de santé de l’au (...)

36Yorick en est déjà à la moitié du premier volume lorsque l’horloge de Calais sonne quatre heures ; il se déclare alors étonné par le rapport temps de voyage / temps de narration de son propre récit81. Or le texte, assujetti à des contraintes de longueur82, l’oblige à accélérer le tempo. Il se voit contraint d’adopter une échelle de narration bien moins détaillée vers la fin du voyage :

  • 83 VS, p. 167 / « […] travel […] through the Bourbonnais, the sweetest part of France […] Just Heaven (...)

Voyager à travers le Bourbonnais, la plus charmante partie de la France […]. Juste ciel ! – ce serait de quoi remplir vingt volumes – et, hélas ! Il ne me reste dans celui-ci que très-peu de pages où l’entasser.83

37Le texte est par ailleurs caractérisé par la discontinuité spatiale. Yorick consacre bien plus de temps à des scènes statiques (l’homme qui pleure son âne mort à Nampont, la visite à l’Opéra, la visite de la fille de chambre à Paris) qu’à ses déplacements, effet renforcé par les titres de chapitres qui sonnent comme autant de tableaux : Nampont. L’âne mort ; La lettre. Amiens ; Le pouls. Paris ; Marie. Moulins.

38L’impression de stase narrative est développée par la présence de fragments digressifs, tant dans Le Voyage sentimental que dans Tristram Shandy. Après sa description écourtée de Paris, Tristram se lance dans la digression de l’abbesse d’Andoüillets. Le récit de voyage reste en suspens pendant cette digression ; le voyageur, lui, avance. La digression accapare les pages normalement consacrées au voyage :

  • 84 VOTS, p. 454 / « What a tract of country have I run ! – how many degrees nearer to the warm sun am (...)

Quelle étendue de pays j’ai parcourue ! – De combien de degrés je me suis rapproché du soleil, et combien de belles et bonnes villes j’ai vues, pendant le temps que vous avez mis, madame, à lire et à méditer cette histoire ! – J’ai vu Fontainebleau, et Sens, et Joigny, et Auxerre, et Dijon […] – je pourrais aussi bien vous parler des villes de la Lune, que vous dire un seul mot d’elles. J’aurais beau faire, voilà pour le moins ce chapitre-ci, et peut-être même le suivant, entièrement perdus.84

  • 85 VOTS, p. 458 / « […] puzzled skein », LOTS, 7.28.621.

39Le narrateur crée par là un niveau métadiégétique qui n’a pas lieu d’être dans le récit de voyage classique, qui vise un effet de métalepse simple, le lecteur s’imaginant dans le niveau diégétique de la description. Cette confusion de niveaux diégétiques est renforcée dans le chapitre sur Auxerre où le narrateur tisse « le plus embrouillé de tous les écheveaux »85 à partir de trois plans diégétiques qui normalement ne devraient jamais s’entrecouper : celui de l’action narrée dans le chapitre précédent, où Tristram, Walter et Toby retournent à l’auberge à Auxerre ; celui où Tristram raconte cette visite en arrivant à Lyon ; et celui où Tristram rédige ce septième volume sur les rives de la Garonne – sans parler du quatrième plan, passé sous silence, où Sterne rédige le texte. Ce tissage de niveaux diégétiques éloigne le texte du mimétisme narratif de la ligne droite du trajet.

Les excentricités typographiques

40Le déséquilibre de la structure temporelle, l’extrême variation des tempos de narration, les digressions sont des facteurs d’excentrification qui éloignent l’acte de narration de celui qui caractérise le récit de voyage référentiel. Ces techniques de narration vont de pair avec les bizarreries typographiques jalonnant le septième volume de Tristram Shandy, qui contribuent à rappeler la matérialité du livre. Sterne/Tristram emploie à plusieurs reprises des accolades pour figurer la simultanéité du discours :

Juste ciel ! { Quels masticateurs ! –
                    quel pain ! – (VOTS, p. 433)

L’abbesse, Bou -- bou -- bou --
Marguerite, } --gre, -- gre, --gre.
Marguerite, } Fou -- fou -- fou --
L’abbesse     -- tre, -- tre, -- tre. (VOTS, p. 453)

Est-ce qu’Amandus
Est-ce qu’Amanda } vit encore ? (VOTS, p. 463)

41De même, il isole plusieurs mots de leur contexte de manière à leur faire porter une charge symbolique lourde. Ils en deviennent autant de panneaux annonçant l’état d’esprit du voyageur, voire des simulacres de pages de titre :

Lequel point étant obtenu maintenant, et afin de pouvoir placer mon mot exactement à ma fantaisie, je l’écris ici –
MAUVAISE HUMEUR.
En quittant Chantilly, j’ai déclaré que c’était le meilleur mobile du monde pour voyager rapidement. (VOTS, p. 445)

Mais être empêché par une vexation – ce doit être assurément ce que la philosophie appelle avec justesse
VEXATION
sur
VEXATION. (VOTS, p. 461)

Au diable ! selon moi, aurait dû venir ici ; – mais je le laisse à décider aux
FAISEURS DE REVUES
DE
MA CULOTTE,
que j’ai apportée tout exprès avec moi. (VOTS, p. 467)

vous le lirez dans la collection des aventures de mon voyage à travers cette plaine ; – et que pour cette raison j’appelle mes
HISTOIRES TOUT UNIES. (VOTS, p. 478)

42Deux autres jeux typographiques typiques de l’écriture sternienne, qui provoquent une rupture de la continuité textuelle, sont le recours à la liste en plein cœur d’un texte narratif – comme la liste du nombre de rues des quartiers de Paris, les listes de postes sur la route de Calais à Paris, ou la liste de catégories de voyageurs dans Le Voyage sentimental – et les lacunes textuelles marquées par des astérisques, tirets, et autres blancs, qui invitent le lecteur à s’engager avec la matérialité du texte tout en imposant le paradoxe d’une forte opacité qui résiste à l’interprétation.

C’est assez, Tristram, je suis satisfaite, repris-tu, en me disant ceci à l’oreille : ********* ; – ********. (VOTS, p. 461)

– Voilà, dis-je, un préambule énergique ; – et je poursuivis ma lecture – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –. (VOTS, p. 470)

l’idée me vint alors… qu’en la vendant, j’avais en même temps vendu mes remarques au petit sellier.

Je laisse cet espace vide, afin que le lecteur puisse le remplir du jurement qui lui est le plus familier. (VOTS, p. 472)

  • 86 Voir Michael Vande Berg, « Pictures of pronunciation : Typographical travels through Tristram Shan (...)

43À cette époque, une typographie plus sobre s’impose dans l’imprimerie, notamment à cause de la multiplication des traités de grammaire qui imposent désormais une vision structurée, spatiale, de la langue dans laquelle la ponctuation joue un rôle fondamental dans l’architecture de la phrase. Par conséquent, la ponctuation et d’autres signes visuels qui permettent de transcrire les caractéristiques du discours oral dans le texte écrit (blancs, marques de paragraphe…) sont plus strictement codifiés et standardisés86. De tels jeux typographiques, certes moins spectaculaires que la page noire marquant la mort de Yorick, la page marbrée, ou encore la page blanche où le lecteur est invité à dessiner la veuve Wadman, participent à l’effet comique et satirique du texte en sapant l’effet mimétique du récit de voyage. Cet aspect du texte est moins présent dans Le Voyage sentimental mais il en subsiste néanmoins quelques traces : les listes de catégories de voyageurs, la préface qui est placée après une dizaine de pages de texte, l’emblème héraldique incorporant un jeu visuel, l’étourneau, emblème du nom de l’auteur (l’étourneau se dit stearn dans certains dialectes anglais), et surtout la phrase finale, susceptible d’au moins trois lectures différentes, soit comme une proposition complète avec effacement du substantif hand après le possessif chambre’s, soit comme une aposiopèse « the fille de chambre’s », soit comme une proposition complète incorporant une marque de la matérialité du texte – « the fille de chambre’s END OF vol. II ». Certes, la présence plus discrète de jeux typographiques signifie que l’excentricité visuelle du Voyage sentimental est moins flagrante que dans Tristram Shandy ; la littérature sentimentale qui y trouve ses origines peut par ailleurs difficilement être qualifiée d’excentrique.

  • 87 Anne Henry, In Ellipsis : The History of Suspension Marks in British Literature with Particular Re (...)
  • 88 « It is feared that Head-pieces […] and Tail-pieces of Flowers will not long continue. » Philip Lu (...)

44Les excentricités typographiques de Sterne sont autant de tentatives de saper la capacité de répétition uniformisée qui est le propre de l’imprimerie. Les fabricants de livres commencent à élaborer une théorie de la mise en pages dans le courant du xviiie siècle, lorsque l’expansion du lectorat et, partant, du marché du livre nécessite une certaine standardisation du format de la chose imprimée. Une certaine homogénéisation dans la présentation typographique du livre résulte de la codification des italiques, ellipses et autres tirets, par exemple87. De même, l’ornementation est en déclin : l’imprimeur anglais Philip Luckombe (1730-1803), auteur entre autres d’une Histoire et art de l’imprimerie (1771), note qu’« il est à craindre que les vignettes […] et culs-de-lampe en forme de fleur ne perdurent guère »88.

  • 89 Armand Camus, Histoire et procédés du polytypage et de la stéréotypie, Paris, Baudouin, 1802.

45Dans ce contexte, les excentricités typographiques participent à une démarche plus globale dans la pratique auctoriale sternienne qui vise à contrer l’uniformisation croissante de l’objet-livre en imposant l’individualisation jusque dans sa fabrication même. En effet, à l’époque de Sterne, on cherche depuis plusieurs décennies déjà à accélérer les cadences de production en atelier d’impression, que ce soit par des techniques de gestion visant à rationaliser le travail en atelier, ou en cherchant des innovations techniques qui permettront notamment de contourner le goulot d’étranglement de la composition. Si les histoires de l’imprimé insistent pour cette période surtout sur les progrès techniques à la toute fin du siècle avec la machine à papier continu de Louis-Nicolas Robert, la presse en fonte de Charles Stanhope, et la lithographie d’Aloys Senefelder entre 1798 et 1800, les historiens retiennent moins les impasses technologiques qui précèdent ces inventions. Citons par exemple la planche stéréotypée, expérimentée à Leyde et à Paris dès la fin du xviie siècle, puis par William Ged à Édimbourg dans les années 1720. S’inspirant peut-être des caractères d’impression présentés en ligature, François Barletti de Saint-Paul expérimente le logotype en 1775 en soudant des caractères en blocs pour former des mots courants89. Ces démarches se soldent par des échecs, mais elles témoignent néanmoins d’une recherche de rationalisation dans la fabrication depuis l’essor du livre-marchandise.

  • 90 Frank Donohue, The Fame Machine : Book Reviewing and Literary Careers, Stanford, Stanford Universi (...)
  • 91 « […] especially if the Author should chance to be a humorous Gentleman […] for then the Composito (...)
  • 92 « […] at your peril, you do not presume to alter or transpose one Word, nor rectify one false Spel (...)

46Suivant sa fameuse remarque selon laquelle il écrit non pas pour l’argent mais pour devenir célèbre, Sterne cherche à se démarquer dans le champ auctorial, alors en voie de professionnalisation, par une posture d’exception90. Pour ce faire, il cherche à distinguer l’objet-livre dont il a la paternité de la masse indifférenciée de publications. Dans ce but, il se fait agent du processus éditorial en s’immisçant dans le travail de mise en page à un point relativement inhabituel pour l’époque. C’est surtout l’imprimeur qui se charge de la présentation visuelle du texte à cette époque, décidant lui-même de la capitalisation et de la ponctuation. Luckombe (1771) condamne les extravagances typographiques pour des raisons esthétiques, estimant que les corrections et la mise en page reviennent à l’imprimeur : surtout si l’auteur « s’avère être un Gentleman qui tient à faire de l’humour […] Car, l’Ouvrier-typographe étant contraint alors de se plier aux caprices de son Auteur, il œuvrera parfois de telle sorte que son travail ne fera honneur ni à lui ni à son maître ; tandis que le Gentleman qui laisse l’Imprimeur décider de l’ornementation de son ouvrage a rarement occasion de s’en plaindre »91. Or Sterne, qui connaît certainement très bien le métier, insiste dès sa Romance politique (1759) sur le fait que l’imprimeur ne doit en aucun cas modifier ne serait-ce qu’un mot, rectifier ne serait-ce qu’un mot mal écrit, ajouter ou retrancher ne serait-ce qu’une virgule ou un iota de son texte92.

  • 93 VOTS, p. 203 / « […] motly emblem of my work », LOTS, 3.36.268.
  • 94 W. G. Day, « Tristram Shandy : The marbled leaf », Library, no 27, 1972, p. 144-145.
  • 95 Andrew Hazucha, Typography as Text : Revisions of Meaning in the Works of Laurence Sterne, thèse d (...)

47Dans la même veine, Sterne individualise ses œuvres d’au moins deux autres manières. Il appose sa signature à chaque exemplaire du cinquième volume de la première et seconde édition et aux septième et neuvième volumes de la première édition, pour un total de presque treize mille signatures. La fameuse page marbrée de Tristram Shandy, « emblème bigarré de mon ouvrage ! »93 témoigne également d’une volonté d’individualiser le livre. Dans la première édition, produite sous la supervision de l’auteur, les pages marbrées sont préparées à la main, une par une. L’opération est longue : elle impose d’encadrer ou de plier chaque feuille de sorte à protéger les marges puis de procéder au marbrage du rectangle central ainsi formé. Pour les cinq couleurs du dessin, l’imprimeur doit tremper, puis faire sécher la feuille pliée cinq fois, puis répéter l’opération pour le verso, avant d’ajouter la pagination à la main, pour un total de huit mille opérations, le tirage étant de quatre mille exemplaires. Le tirage élevé nécessite de renouveler les couleurs dans le bassin dix fois94. On a pu estimer le temps nécessaire à cette étape de production à onze jours de travail ininterrompu95.

  • 96 W. G. Day, « Tristram Shandy : The marbled leaf », art. cité, p. 144.

48Une telle série d’opérations pour une seule page reproduit en quelque sorte le tempo excentrique de la narration, ce travail étant disproportionnément chronophage dans le processus de production. La page marbrée témoigne de la volonté sternienne de faire de son livre un objet artisanal d’exception. Il n’est guère surprenant de constater que les imprimeurs ultérieurs trouvent des parades pour simplifier la procédure, que ce soit en découpant la page dans une grande feuille marbrée, en l’omettant comme dans l’édition Lynch de 176796, ou en reproduisant une image standardisée de la page en monochrome par des moyens mécaniques.

Figure 16. Reproduction mécanique en monochrome de la page marbrée. Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme, Léon de Wailly trad., Paris, Charpentier, 1842, p. 203.

Figure 16. Reproduction mécanique en monochrome de la page marbrée. Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme, Léon de Wailly trad., Paris, Charpentier, 1842, p. 203.

Collection Susan Pickford.

  • 97 D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, p. 34.
  • 98 Ibid. Italiques dans l’original.

49Dans son livre consacré au récit excentrique, qu’il situe chronologiquement surtout au xixe siècle avec Gautier, Maistre et Nerval, Daniel Sangsue note que l’excentricité textuelle émerge à un moment de crise pour les auteurs, qui refusent de se laisser identifier à la bourgeoisie mais qui en même temps sont obligés de se soumettre aux lois d’un marché du livre dominé par cette même bourgeoisie. Sangsue note que les auteurs adoptent une variété de stratégies face à ce marché. Certains s’en accommodent ; d’autres affichent un « refus orgueilleux de se plier à ses mécanismes »97. Ces derniers rationalisent leur manque de succès auprès du grand public par un discours d’automarginalisation qui assimile la production de masse de livres à une baisse de qualité. C’est ainsi que Charles Nodier décrie la « multiplication vertigineuse [qui] plonge les livres dans l’indistinction avant même qu’ils ne retournent en bouillie »98. Cette volonté de différenciation, d’individualisation du livre, peut aller jusqu’à mettre en question la rationalisation industrielle de l’imprimerie en imposant le retour à un modèle artisanal de travail. C’est cette tendance que préfigure Sterne en insistant pour imposer dans le processus de fabrication de l’objet-livre une étape qui est complètement insensée du point de vue de la gestion standardisée et économique du temps.

50En imposant un retour à des méthodes artisanales de production, le livre excentrique exhibe son individualité. Il préfigure ainsi le rejet de la modernité industrielle et l’homogénéité du livre comme objet de consommation de masse, rejet qu’on associe plus communément avec les livres de peintre et les presses privées de la fin du xixe siècle. Le livre excentrique entretient le même rapport au livre de grande consommation que le voyageur au touriste ; ils adoptent tous les deux une posture d’automarginalisation dans un champ en voie de structuration, que ce soit celui de l’édition ou du voyage.

Notes

1 Daniel Sangsue, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, José Corti, 1987.

2 Sur l’anti-roman, voir pour la tradition française D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, pour la tradition britannique Wayne Booth, « The self-conscious narrator in comic fiction before Tristram Shandy », PMLA, no LXVII, 1952, p. 163-185. Sur l’extravagance paratextuelle dans le contexte britannique, voir Janine Barchas, Graphic Design, Print Culture, and the Eighteenth-Century Novel, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

3 De tels exemples ne se restreignent d’ailleurs pas à ces deux traditions littéraires : citons pour l’Allemagne Hinkmars von Repkow [sic] Noten ohne Text [Notes sans texte de Hinkmar von Repkow] de Gottlieb Wilhelm Rabener (1743) et Des Feldpredigers Schmelzle Reise nach Flätz. mit fortgehenden Noten ; nebst der Beichte des Teufels bei einem Staatsmanne [Voyage du petit aumônier militaire Schmelzle à Flätz, accompagné de notes, suivi de la confession du diable auprès d’un homme d’état] de Jean Paul (1809). Sur l’excentricité sternienne dans la sphère germanophone voir Harvey Thayer, Laurence Sterne in Germany : A Contribution to the Study of the Literary Relations of England and Germany in the Eighteenth Century, New York, Columbia University Press, 1905 ; Gertrude Hallamore, Das Bild Laurence Sternes in Deutschland von der Aufklärung bis zur Romantik, Berlin, Ebering, 1936 ; Peter Michelsen, Laurence Sterne und der deutsche Roman des 18. Jahrhunderts, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1962 ; Alain Montandon, La Réception de Laurence Sterne en Allemagne, Clermont-Ferrand, Association des publications de la faculté des lettres et sciences humaines, 1985 et Susan Pickford, Le Récit de voyage excentrique de Laurence Sterne à Gustave Doré : Naissance et évolution d’un genre européen, thèse de doctorat, université Toulouse II-Le Mirail, 2006.

4 Louis-Antoine Caraccioli, Le Livre à la mode, Paris, « de l’imprimerie du Printems au Perroquet », 1759, p. x.

5 Nathalie Ferrand, « La mise en fiction de l’imprimé dans les romans du xviiie siècle (textes et illustrations) », Eighteenth-Century Fiction, no 14.3-4, 2002, p. 424.

6 J. Barchas, Graphic Design, ouvr. cité, p. 18.

7 Voir par exemple Jean-Jacques Lefranc de Pompignan, Voyage de Languedoc et de Provence, Amsterdam, Chareau & Du Villard, 1746, p. 86-87 : « Nous fûmes donc au château d’If, / C’est un lieu peu récréatif, / Défendu par le fer oisif / De plus d’un soldat maladif, / Qui, de guerrier jadis actif, / Est devenu garde passif » : il maintient la rime en « if » sur vingt-sept vers.

8 Jean-Daniel Candaux, « Voyager en vers et en prose : permanences et innovations d’un genre », Poésie et Voyage : De l’énoncé viatique à l’énoncé poétique, Sophie Linon-Chipon, Véronique Magri-Mourgues, Sarga Moussa éd., Mandelieu-La Napoule, La Mancha, 2002, p. 59.

9 « Après vous avoir témoigné plus d’une fois mon incapacité dans l’art de décrire non seulement des Royaumes, mais encore des Provinces, des Villes, des Villages, des Hameaux, que vous dirai-je plus, ma chambre ? Vous voulez cependant malgré toutes ces raisons que je vous décrive la situation, le Gouvernement, les Mœurs et les Coutumes des Habitants du Royaume de Candavia. » Anonyme, Relations du Royaume de Candavia, dans Jean-Michel Racault éd., Voyages badins, burlesques et parodiques du xviiie siècle, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2005, p. 87.

10 « Nous partîmes, Madame, le quinzième des réchauds de l’année climatérique, saison d’autant plus agréable pour voyager, qu’on ne respire d’autre air que celui de Dupont mon ami. […] Un de mes amis et moi ayant résolu de nous mettre en litière pour arriver plus tôt à Strikmou, nous fûmes fort étonnés que les litières de ce pays-là ne sont autres qu’un étui à peigne de faïence tiré par trois chats-huants et un poireau. […] Enfin, malgré les fatigues que l’on est obligé d’essuyer dans les voyages de long cours nous arrivâmes le trente-cinquième des jambons (calcul Turibounas). » Ibid., p. 88-89.

11 Thomas Gray, Poems of Thomas Gray, with a Selection of Letters and Essays, John Drinkwater éd., Londres, Dent, 1922, p. 112.

12 A. V. Seaton, « Getting socially on the road : The short, happy life of the anapaestic travel narrative, 1766-1830 », Travel Writing, Visual Culture and Form, 1760-1900, Mary Henes, Brian H. Murray éd., Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2016, p. 115-138.

13 Pour une histoire de lectures lockéennes de Sterne, voir Lodwick Hartley, Laurence Sterne in the Twentieth Century : An Essay and a Bibliography of Sternean Studies 1900-1965, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1966.

14 « […] uncouth and unintelligible », « […] touring a country (by which we suppose he means travelling through it). » Susie Tucker, Protean Shape : A Study in Eighteenth-Century Vocabulary and Usage, Londres, Bloomsbury, 2013, p. 198.

15 James Buzard, The Beaten Track : European Tourism, Literature, and the Ways to Culture, 1800-1918, Oxford, Clarendon Press, 1998.

16 « One of the most distinguishing features in the literary history of our age and century, is the passion of the public for voyages and travels. Of the books that have lately been published, there are none, novels alone excepted, that, in point of number, bear any proportion to them. » Cité dans Shef Rogers, « Enlarging the prospects of happiness : Travel reading and travel writing, 1695-1830 », Cambridge History of the Book in Britain, vol. 5 : 1695-1830, Michael Suarez, Michael Turner éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 781.

17 « Every one that goes abroad, now a-days, whether for health, or pleasure, for idleness or business, seems to think themselves called upon by the public, to render it a minute account of their occupations, avocations, observations, and lucubrations, during their pilgrimage. » Cité dans Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, 1750-1800 : Authorship, Gender, and National Identity, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 29.

18 « […] a comic account of my journey from Calais thro’ Paris to the Garonne. » Arthur Cash, Laurence Sterne : The Later Years, Londres, Methuen, 1986, p. 197.

19 VOTS, p. 426-427 / « “Now before I quit Calais,” a travel-writer would say, “it would not be amiss to give some account of it.” – Now I think it very much amiss – that a man cannot go quietly through a town, and let it alone, when it does not meddle with him, but that he must be turning about and drawing his pen at every kennel he crosses over, merely o’my conscience, for the sake of drawing it ; because, if we may judge from what has been wrote of these things, by all who have wrote and gallop’d – or who have gallop’d and wrote, which is a different way still ; or who for more expedition than the rest, have wrote-galloping, which is the way I do at present – from the great Addison who did it with his satchel of school-books hanging at his a – […] there is not a galloper of us all who might not have gone on ambling quietly in his own ground […] and have wrote all he had to write, dry shod, as well as not. » LOTS 7.4.579-80. Italiques dans l’original.

20 VOTS, p. 427 / « For my own part […] I know no more of Calais […] than I do this moment of Grand Cairo […] and yet by merely knowing what is what, and by drawing this from that in one part of the town, and by spelling and putting this and that together in another – I would lay any travelling odds, that I at this moment write a chapter on Calais as long as my arm ; and with so distinct and satisfactory a detail of every item which is worth a stranger’s curiosity in the town – that you would take me for the town clerk of Calais itself. Italiques dans l’original. » LOTS 7.4.580.

21 Van Baker, « Sterne and Piganiol de la Force : The making of volume VII of Tristram Shandy », Comparative Literature Studies, no XIII, 1976, p. 5-14.

22 « Les Voyages ont été les premières Écoles, & les Voyageurs les premiers Sçavans. C’est à eux qu’on est redevable de la circulation et du progrès des Sciences et des Arts… Le grand nombre de Livres ausquels [sic] l’Imprimerie a donné le jour a rendu cette communication des hommes presque inutile pour les Sciences : mais les Voyages en sont devenus moins pénibles, & plus propres à orner l’esprit & à former les mœurs. Les Rélations [sic] qui sont exactes sont des guides fidèles. » Jean-Aymar Piganiol de La Force, Nouveau Voyage en France. Avec un itinéraire, et des cartes faites exprès, qui marquent exactement les routes qu’il faut suivre pour voyager dans toutes les provinces de ce Royaume, Paris, Legras, 1755, p. iv.

23 VOTS, p. 446 / « – No ; I cannot stop a moment to give you a character of the people – their genius – their manners – their customs – their laws – their religion – their government – their manufactures – their commerce – their finances […] qualified as I may be, by spending three days and two nights amongst them, and during all that time making these things the entire subject of my enquiries and reflections –. » LOTS 7.19.604.

24 « […] comme il n’était pas plus de huit heures du matin, et que le bateau ne partait pas avant midi, j’avais le temps de voir assez de choses à Lyon pour en assommer tous les amis que j’ai dans le monde », VOTS, p. 461-462 ; « Avant que j’aille plus loin, laissez-moi me débarrasser de ma remarque sur Avignon, et cette remarque c’est – que je trouve mal qu’un homme, par la seule raison que le vent lui a emporté son chapeau de dessus la tête, par hasard, le premier soir de son arrivée à Avignon, se croie le droit de dire “qu’Avignon est plus sujette aux grands vents qu’aucune autre ville de France” », VOTS, p. 476 / « […] as it was no more than eight in the morning, and the boat did not go off till noon, I had time to see enough of Lyons to tire the patience of all the friends I had in the world with it », LOTS 7.30.625 ; « Before I go further, let me get rid of my remark upon Avignon, which is this : That I think it wrong, merely because a man’s hat has been blown off his head by chance the first night he comes to Avignon, – that he should therefore say, “Avignon is more subject to high winds than any town in all France” », LOTS 7.41.644.

25 VOTS, p. 434. Italiques dans l’original / « – But your worships chuse rather that I give you the length, breadth, and perpendicular height of the great parish church. » LOTS 7.9.589.

26 J. A. Piganiol de La Force, Nouveau Voyage en France, ouvr. cité, p. vi.

27 « Lemaire mourut peu de temps après la publication de son livre et pour lors Brice se trouvant sans concurrent et à son aise, multiplia les éditions et le nombre de volumes du sien. Il copia sans choix le livre de Lemaire… Quoique Brice ne connut ni les sciences ni les savants et qu’il n’apportât à la composition de son livre que beaucoup de présomption et un peu de facilité à écrire en notre langue, il ne laissa pas d’avoir quelques partisans. » J. A. Piganiol de la Force, Description de Paris, de Versailles, de Marly, de Meudon, de Saint-Cloud, de Fontainebleau, et de toutes les autres belles maisons et châteaux des environs de Paris, Paris, Théodore Legras, 1742, p. vii.

28 « Je n’ai pas vu le Palais-Royal – ni le Luxembourg – ni la façade du Louvre – […] je n’ai pas essayé d’enfler les listes que nous avons de tableaux, de statues et d’églises. » Laurence Sterne, Le Voyage sentimental en France et en Italie, Léon de Wailly trad., Paris, Charpentier, 1841, p. 123-124, désormais VS / « I have not seen the Palais royal – nor the Luxembourg – nor the Façade of the Louvre – nor have attempted to swell the catalogues we have of pictures, statues, and churches. » A Sentimental Journey and Continuation of the Bramine’s Journal, Melvyn New et Geoffrey Day éd., Gainesville, University of Florida Press, 2002, p. 111, désormais ASJ.

29 VS, p. 40 / « […] from Boulogne to Paris – from Paris to Rome – and so on – but he set out with the spleen and jaundice, and every object he pass’d by was discoloured or distorted – He wrote an account of them, but ‘twas nothing but the account of his miserable feelings. » ASJ, p. 28.

30 VS, p. 15 / « Knowledge and improvements are to be got by sailing and posting for that purpose ; but whether useful knowledge and real improvements, is all a lottery – and even where the adventurer is successful, the acquired stock must be used with caution and sobriety to turn to any profit. » ASJ, p. 16.

31 VS, p. 41 / « […] travell’d straight on looking neither to his right hand or his left, lest Love or Pity should seduce them out of his road. » ASJ, p. 37-38.

32 VS, p. 91-92 / « […] the advantage of travel […] was by seeing a great deal of both men and manners ; it taught us mutual toleration. » ASJ, p. 84.

33 VS, p.10 / « […] peripatetic philosophers », ASJ, p. 13.

34 VS, p. 12 / « […] young gentlemen transported by the cruelty of parents. » ASJ, p. 14.

35 « The love of variety, or curiosity of seeing new things […] seems wove into the frame of every son and daughter of Adam […]. It is to this spur which is ever in our sides, that we owe the impatience of this desire for travelling : the passion is in no way bad, – but as others are, – in its mismanagement or excess ; – order it rightly, the advantages are worth the pursuit ; – the chief of which are – to learn the language, the laws and customs, and understand the government and interest of other nations, – and to acquire an urbanity and confidence of behaviour […] by tasting perpetually the varieties of nature, to know what is good – and by observing the address and arts of man, to conceive what is sincere […] but the impulse of seeing new sights […] carries our youth too early out, to turn this venture to much account […]. There is nothing in which we are so much deceived, as in the advantages proposed from our connections and discourse with the literati &c., in foreign parts ; especially if the experiment is made before we are matured by years or study. » Laurence Sterne, Sermons [1760], M. New, W. G. Day éd., Gainesville, University of Florida Press, 1996, p. 192. Italiques dans l’original.

36 VOTS, p. 21 / « […] Mr. Noddy’s eldest son », LOTS, 1.2.26. Italiques dans l’original.

37 VOTS, p. 136 / « […] a lad of wonderful slow parts », LOTS, 2.19.180.

38 « Je reconnais que les voyages en pays étrangers offrent de grands avantages : mais l’âge que l’on choisit communément pour envoyer les jeunes gens hors de leur pays est de tous, selon moi, celui où ils sont le moins capables d’en retirer ces avantages. » John Locke, Quelques pensées sur l’éducation, Gabriel Compayré trad., Paris, Hachette, 1889, p. 338 / « I confess, Travel into Foreign Countries has great Advantages, but the time usually chosen to send young Men abroad, is, I think, of all other, that which renders them least capable of reaping those advantages. » John Locke, Some Thoughts Concerning Education, Londres, A. and J. Churchill, 1712, p. 318. Italiques dans l’original.

39 Kenneth MacLean, John Locke and the English Literature of the Eighteenth Century, New Haven, Yale University Press, 1936.

40 A. Cash, Laurence Sterne : The Later Years, ouvr. cité, p. 76.

41 VOTS, p. 73 / « Pray, Sir, […] did you ever read such a book as Locke’s Essay upon the Human Understanding ? » LOTS, 2.2.98.

42 VOTS, p. 1 / «[ …] animal spirits », LOTS, 1.1.1.

43 Wilbur Cross, The Life and Times of Laurence Sterne, New York, Macmillan, 1909.

44 John Traugott, Tristram Shandy’s World : Sterne’s Philosophical Rhetoric, Berkeley, University of California Press, 1954.

45 Arthur Cash, « The Lockean psychology of Tristram Shandy », English Literary History, no 22, 1955, p. 125-135.

46 VOTS, p. 483 / « I begin with writing the first sentence – and trusting to Almighty God for the second. » LOTS, 8.2.656.

47 Theodore Baird, « The time-scheme of Tristram Shandy and a source », PMLA, no LI, 1936, p. 803-820.

48 « Nous n’avons aucune perception de la durée, qu’en considérant cette suite d’Idées qui se succèdent les unes aux autres dans notre Entendement. En effet, dès que cette succession d’Idées vient à cesser, la perception que nous avions de la Durée, cesse aussi, comme chacun l’éprouve clairement par lui-même lorsqu’il vient à dormir profondément : car qu’il dorme une heure, ou un jour, un mois, ou une année, il n’a aucune perception de la durée des choses tandis qu’il dort, ou qu’il ne songe à rien. […] Et je ne doute pas, qu’un homme éveillé n’éprouvât la même chose, s’il lui étoit possible de n’avoir qu’une seule idée dans l’Esprit, sans qu’il arrivât aucun changement à cette Idée, & qu’aucune autre vînt se joindre à elle. Nous voyons, tous les jours, que, lors qu’une personne fixe ses pensées avec une extrême application sur une seule chose, en sorte qu’il ne songe presque point à cette suite d’idées qui se succèdent les unes aux autres dans son Esprit, il laisse échapper, sans y faire réflexion, une bonne partie de la Durée qui s’écoule pendant tout le temps qu’il est dans cette forte contemplation, s’imaginant que ce temps-là est beaucoup plus court, qu’il ne l’est effectivement. » John Locke, Essai philosophique concernant l’entendement humain, Pierre Coste trad., Amsterdam, Pierre Mortier, p. 134.

49 VS, p. 166-167 / « I was of every man’s opinion I met. – ‘twas a dishonest reckoning – I grew ashamed of it – it was the gain of a slave – every sentiment of honour revolted against it […] and one night, after a most vile prostitution of myself to half a dozen people, I grew sick – went to bed – order’d La Fleur to get me horses in the morning to set out for Italy. » ASJ, p. 147-148.

50 « […] lorsque nous considérons la puissance et la sagesse infinie de l’Auteur de toutes choses, nous avons sujet de penser que c’est une chose conforme à la somptueuse harmonie de l’univers […] que les différentes espèces de créatures s’élèvent aussi peu à peu depuis nous vers son infinie perfection, comme nous voyons qu’ils vont depuis nous en descendant par des degrés presque insensibles. » J. Locke, Essai philosophique, ouvr. cité, p. 360. Italiques dans l’original.

51 Bernard le Bovier de Fontenelle, « Entretiens sur la pluralité des mondes », Œuvres diverses, tome I, La Haye, Gosse & Neaulme, 1728, p. 149-234, p. 190.

52 « Dieu qui par sa grâce infinie nous a fait [sic] tels que nous sommes, avec toutes les choses qui sont autour de nous, a disposé nos sens, nos facultés & nos organes de telle sorte qu’ils pussent nous servir aux nécessités de la vie, & à ce que nous avons à faire dans ce monde […]. Mais si nos sens recevoient quelqu’altération considérable, & devenoient beaucoup plus vifs & plus pénétrans, l’apparence & la forme extérieure des choses seroit tout autre à notre égard […]. Si, par exemple, notre sens de l’ouïe, étoit mille fois plus vif qu’il n’est, combien serions-nous distraits par ce bruit qui nous battroit incessamment les oreilles. » J. Locke, Essai philosophique, ouvr. cité, p. 306-307. Italiques dans l’original.

53 Jonathan Swift, Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignez, Pierre-François Desfontaines trad., La Haye, G. Vander Poel, 1730, p. 122. Italiques dans l’original / « […] the fair skins of our English ladies, who appear so beautiful to us, only because they are of our own size, and their defects not to be seen but through a magnifying glass ; where we find by experiment that the smoothest and whitest skins look rough, and coarse, and ill-coloured. » Jonathan Swift, Gulliver’s Travels [1726], Londres, Dent, 1941, p. 94-95.

54 Paul Stapfer, Laurence Sterne : Sa personne et ses ouvrages, Paris, Ernest Thorin, 1870, p. xxiii-xxv / « By a different conformation of his senses a Creature might be made to apprehend any given Portion of space, as greater, or less in any Proportion, than it appears to us. This we are assured of from Optics. I doubt not also but that by a different conformation of the Brain a Creature might be made to apprehend any given portion of time as longer or shorter in any proportion than it appears to us. Glasses can make an inch seem a mile. » Italiques dans l’original.

55 VOTS, p. 2-3 / « […] the Homunculus is […] endowed with the same locomotive powers and faculties with us : – That he consists as we do, of skin, hair, fat, flesh, veins, arteries, ligaments, nerves, cartilages, bones, marrow, brains, glands, genitals, humours, and articulations. » LOTS, 1.2.3.

56 VOTS, p. 530 / « I think the procreation of children as beneficial to the world, said Yorick, as the finding out the longitude –. » LOTS, 8.33.721.

57 Stuart Sherman, Clocks, Diaries, and English Diurnal Form, 1660-1785, Chicago, Londres, Chicago University Press, 1996.

58 Platon, Phèdre, Victor Cousin trad., dans Œuvres, tome 6, Paris, P. J. Rey, 1849, p. 93.

59 Cité dans Adam Mendilow, Time and the Novel, New York, Humanities Press, 1972, p. 196.

60 « […] a mixt Relation of Places, & Actions, in the same order of time in which they occurred : for which end I kept a journal of every day’s Observations. » Cité dans S. Sherman, Clocks, Diaries, and English Diurnal Form, ouvr. cité, p. 168.

61 VOTS, p. 9 / « […] there was no such thing as a midwife […] within less than six or seven long miles riding ; which said seven long miles in dark nights and dismal roads […] was almost equal to fourteen. » LOTS, 1.7.11.

62 VOTS, p. 439 / « […] the chimes being greatly out of order – (as in truth they were through all France). » LOTS, 7.15.596.

63 VOTS, p. 474 / « […] Lippius’s great clock was all out of joints, and had not gone for some years. » LOTS, 7.39.642.

64 VOTS, p. 423 / « […] two volumes every year », LOTS, 7.1.575.

65 VOTS, p. 256 / « […] was every day of my life to be as busy a day as this – And why not ? – and the transactions and opinions of it to take up as much description – And for what reason should they be cut short ? as at this rate I should just live 364 times faster than I should write – It must follow, […] that the more I write, the more I shall have to write. » LOTS, 4.13.341-342.

66 VOTS, p. 7-8 / « […] write not only my life, but my opinions also. » LOTS, 1.6.9.

67 Alan Howes, Yorick and the Critics : Sterne’s Reputation in England, 1760-1868, Hamden, Archon, 1971, p. 18 et p. 35.

68 « […] ‘tis a laughing good temperd Satyr against Traveling. » Alan Howes, Laurence Sterne : The Critical Heritage, Londres, Routledge, 1971, p. 158.

69 VOTS, p. 431 / « When the precipitancy of a man’s wishes hurries on his ideas ninety times faster than the vehicle he rides in – woe be to truth ! » LOTS, 7.8.586.

70 VOTS, p. 445 / « […] the best principle in the world to travel speedily upon. » LOTS, 7.16.598.

71 VOTS, p. 435 /
« *de Montreuil a Nampont - poste et demi de Nampont a Bernay - - - poste
de Bernay a Nouvion - - - poste
de Nouvion a ABBEVILLE poste. »
LOTS, 7.10.590-91. Italiques, majuscules et absence d’accents dans l’original. L’astérisque renvoie à une note de bas de page que nous ne reproduisons pas.

72 « […] autant de mouvement c’est autant de vie et autant de joie ; – […] n’aller que lentement, c’est la mort et le diable. – Holà ! Oh ! – tout le monde est endormi ! – amenez les chevaux, – graissez les roues, – attachez la malle, – et mettez un clou à cette moulure ; – je ne veux pas perdre un moment. » VOTS, p. 437 / « […] so much of motion, is so much of life, and so much of joy – and […] to get on but slowly, is death and the devil – Hollo ! Ho ! – the whole world’s asleep ! – bring out the horses – grease the wheels – tie on the mail – and drive a nail into that moulding – I’ll not lose a moment. » LOTS, 7.13.593.

73 VOTS, p. 437 / « […] a cart-wheel groaning round its revolution once in an age. » LOTS, 7.13.593.

74 « J’avais maintenant tout le midi de la France […] à traverser à loisir […] car j’avais laissé la Mort derrière moi […] toujours elle me poursuivait, – mais comme un chasseur qui poursuit sa proie sans espoir ; – […] Aussi […] je changeai encore une fois de manière de voyager ; et après une course aussi précipitée et aussi bruyante que celle que j’avais faite, je caressais l’idée de traverser les riches plaines du Languedoc sur le dos de mon mulet, et aussi lentement que son pied pourrait tomber. » VOTS, p. 477 / « I had now the whole south of France […] to traverse upon my mule at my own leisure […] for I had left Death […] still he pursued – but like one who pursued his prey without hope – […] after so precipitate and rattling a course as I had run, I flattered my fancy with thinking of my mule, and that I should traverse the rich plains of Languedoc upon his back, as slowly as foot could fall. » LOTS, 7.42.645-646.

75 VOTS, p. 439 / « And so making all possible speed, from Ailly au clochers, I got to Hixcourt, from Hixcourt, I got to Pecquignay, and from Pecquignay, I got to AMIENS. » LOTS, 7.15.596. Italiques et majuscules dans l’original.

76 « Il n’y a rien […] de plus terrible pour les auteurs de voyages, qu’une vaste et riche plaine, principalement si elle est sans grandes rivières, ni ponts, et ne présente à l’œil que le tableau monotone de l’abondance ; car une fois qu’ils vous ont dit qu’elle est délicieuse, ou ravissante (selon le cas) ; que le sol est fertile, et que la nature y répand toutes ses largesses, etc. – ils ont alors sur les bras une vaste plaine dont ils ne savent que faire, et qui leur est de peu ou point d’usage, si ce n’est pour les conduire à quelque ville… C’est là une terrible besogne ; jugez si je ne me tire pas mieux de mes plaines. » VOTS, p. 477 / « There is nothing […] more terrible to travel-writers, than a large rich plain ; especially if it is without great rivers or bridges ; and presents nothing to the eye, but one unvaried picture of plenty: for after they have once told you that ‘tis delicious ! or delightful ! (as the case happens) – that the soil was grateful, and that nature pours out all her abundance, &c…. they have then a large plain upon their hands, which they know not what to do with – and which is of little or no use to them but to carry them to some town ; and that town, perhaps of little more, but a new place to start from to the next plain – and so on. – This is most terrible work ; judge if I don’t manage my plains better. » LOTS, 7.43.646.

77 « […] à force de m’arrêter pour causer avec chaque personne que je rencontrais n’allant pas au grand trot, – de joindre tous les voyageurs qui étaient devant moi, – d’attendre tous ceux qui étaient derrière, – de héler tous ceux qui arrivaient par des chemins de traverse, – d’arrêter toute espèce de mendiants, de pèlerins, de joueurs de violon, de moines, – ne passant pas près d’une femme grimpée sur un mûrier, sans faire l’éloge de sa jambe, et sans la tenter à entrer en conversation au moyen d’une prise de tabac ; – bref, à force de saisir toutes les anses et poignées, quelles qu’en fussent la grandeur et la forme, que le hasard me tendait dans ce voyage, – je changeai ma plaine en cité ; – […] je suis convaincu que nous aurions pu passer dans Pall-mall ou dans St-James’s-street, un mois de suite, sans avoir autant d’aventures. » VOTS, p. 479. Italiques dans l’original / « […] by stopping and talking to every soul I met who was not in a full trot – joining all parties before me – waiting for every soul behind – hailing all those who were coming through cross roads – arresting all kinds of beggars, pilgrims, fiddlers, fryars – not passing by a woman in a mulberry-tree without commending her legs, and tempting her into conversation with a pinch of snuff – In short, by seizing every handle, of what size or shape soever, which chance held out to me in this journey – I turned my plain into a city […] I am confident we could have passed through Pall-Mall, or St James’s-Street for a month together, with fewer adventures – and seen less of human nature. » LOTS, 7.43.648.

78 VS, p. 40 / « I pity the man who can travel from Dan to Beersheba, and cry, ‘Tis all barren – and so it is ; and so is all the world to him who will not cultivate the fruits it offers. » ASJ, p. 36.

79 VS, p. 21 / « Now a colloquy of five minutes, in such a situation, is worth one of as many ages, with your faces turned towards the street. » ASJ, p. 21.

80 VS, p. 39 / « […] my time seemed heavy upon the loss of the lady, and knowing every moment of it would be as two, till I put myself in motion – I ordered post horses directly. » ASJ, p. 36.

81 « Dieu ! Dis-je en entendant l’horloge de la ville sonner quatre heures, et me rappelant qu’il n’y en avait guère qu’une que j’étais à Calais – Quel gros volume d’aventures peut être amassé dans ce petit espace de vie par celui qui intéresse son cœur à toutes choses, et qui, ayant des yeux pour voir ce que le temps et le hasard lui présentent sans cesse chemin faisant, ne néglige rien de ce qu’il peut honnêtement s’approprier ! » VS, p. 39-40 / « Lord ! said I, hearing the town clock strike four, and recollecting that I had been little more than a single hour in Calais – What a large volume of adventures may be grasped within this little span of life by him who interests his heart in every thing, and who, having eyes to see, what time and chance are perpetually holding out to him as he journeyeth on his way, misses nothing he can fairly lay his hands on. » ASJ, p. 36.

82 La nature des contraintes n’est pas spécifiée mais il s’agit sans doute de l’état de santé de l’auteur/narrateur. Yorick fait allusion à plusieurs reprises à sa santé fragile ; Sterne rappelle sa propre maladie dans l’avertissement. De fait, il est mort moins de trois semaines après la sortie du Voyage sentimental.

83 VS, p. 167 / « […] travel […] through the Bourbonnais, the sweetest part of France […] Just Heaven ! – it would fill up twenty volumes – and alas ! I have but a few small pages left of this to croud it into. » ASJ, p. 149.

84 VOTS, p. 454 / « What a tract of country have I run ! – how many degrees nearer to the warm sun am I advanced, and how many fair and goodly cities have I seen, during the time you have been reading, and reflecting, Madam, upon this story ! There’s Fontainebleau, and Sens, and Joigny, and Auxerre, and Dijon […] – I might as well talk to you of so many market towns in the moon, as tell you one word about them. It will be this chapter at the least, if not both this and the next entirely lost, do what I will –. » LOTS, 7.26.615.

85 VOTS, p. 458 / « […] puzzled skein », LOTS, 7.28.621.

86 Voir Michael Vande Berg, « Pictures of pronunciation : Typographical travels through Tristram Shandy and Jacques le Fataliste », Eighteenth-Century Studies, no 21, 1987, p. 30.

87 Anne Henry, In Ellipsis : The History of Suspension Marks in British Literature with Particular Reference to the 18th and 19th Century Novel, thèse de doctorat, University of Cambridge, 1999.

88 « It is feared that Head-pieces […] and Tail-pieces of Flowers will not long continue. » Philip Luckombe, The History and Art of Printing, Londres, J. Johnson, 1771, p. 289.

89 Armand Camus, Histoire et procédés du polytypage et de la stéréotypie, Paris, Baudouin, 1802.

90 Frank Donohue, The Fame Machine : Book Reviewing and Literary Careers, Stanford, Stanford University Press, 1996.

91 « […] especially if the Author should chance to be a humorous Gentleman […] for then the Compositor is obliged to conform to the fancy of his Author, and sometimes to huddle his work up in such a manner as is no credit either to him or to his master ; whereas the Gentleman that leaves the gracing of his Work to the judgement of the Printer, seldom finds room to be dissatisfied on that score. » P. Luckombe, The History and Art, ouvr. cité, p. 377.

92 « […] at your peril, you do not presume to alter or transpose one Word, nor rectify one false Spelling, nor so much as add or diminish one Comma or Tittle, in or to my Romance. » Laurence Sterne, Letters of Laurence Sterne, Lewis Perry Curtis éd., Oxford, Clarendon Press, 1935, p. 68.

93 VOTS, p. 203 / « […] motly emblem of my work », LOTS, 3.36.268.

94 W. G. Day, « Tristram Shandy : The marbled leaf », Library, no 27, 1972, p. 144-145.

95 Andrew Hazucha, Typography as Text : Revisions of Meaning in the Works of Laurence Sterne, thèse de doctorat, Washington University, 1993, p. 140.

96 W. G. Day, « Tristram Shandy : The marbled leaf », art. cité, p. 144.

97 D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, p. 34.

98 Ibid. Italiques dans l’original.

Table des illustrations

Titre Figure 16. Reproduction mécanique en monochrome de la page marbrée. Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme, Léon de Wailly trad., Paris, Charpentier, 1842, p. 203.
Crédits Collection Susan Pickford.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/9047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search