Version classiqueVersion mobile

Le voyage excentrique

 | 
Susan Pickford

Introduction

Texte intégral

  • 1 Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, Paris, Flammarion, 2003, p. 41.

J’ai entrepris et exécuté un voyage de quarante-deux jours autour de ma chambre. Les observations intéressantes que j’ai faites, et le plaisir continuel que j’ai éprouvé le long du chemin, me faisaient désirer de le rendre public […]. Mon cœur éprouve une satisfaction inexprimable lorsque je pense au nombre infini de malheureux auxquels j’offre une ressource assurée contre l’ennui, et un adoucissement aux maux qu’ils endurent.1

  • 2 Le terme est calqué sur celui d’anti-roman. Voir Daniel Sangsue, Le Récit excentrique : Gautier, d (...)
  • 3 Voir Percy Adams, Travelers and Travel Liars, Berkeley, University of California Press, 1962.
  • 4 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques sur les Américains, ou mémoires intéressans pour serv (...)

1À l’instar de Xavier de Maistre, ce livre entreprend de voyager autour d’un domaine peu exploré à ce jour : le récit de voyage excentrique. Il prend pour objet un certain nombre de récits de voyage qui s’échelonnent des années 1760 aux années 1850 et qui ont pour caractéristique de se jouer des codes du genre en étalant dans leurs pages jeux textuels et paratextuels, problématisant par là le devoir de référentialité qui sous-tend le genre. La pratique n’est certes pas une spécificité de cette époque. Nombreux sont les anti-récits de voyage2 qui subvertissent le pacte de vérité qui caractérise le récit de voyage classique3 ; en effet, depuis les origines de la littérature occidentale, il se trouve des auteurs pour manipuler, désavouer, contourner, casser les codes du récit de voyage. Dès le iie siècle de notre ère, Lucien de Samosate prend les récits géographiques d’un Hérodote pour cible dans son Histoire véritable, qui voit son narrateur – menteur avéré – effectuer un voyage sur la lune. À la toute fin du xviie siècle, c’est au tour de l’allemand Christian Reuter de faire entreprendre un « curieux, vrai et très dangereux voyage par mer et par terre » à son héros burlesque Schelmuffsky. On pourrait multiplier les exemples à l’infini ; Cornélius de Pauw ne note-t-il pas dans sa Défense des recherches philosophiques (1774), « [...] on peut établir comme une règle générale que sur cent voyageurs, il y en a soixante qui mentent sans intérêt, et comme par imbécillité, trente qui mentent par intérêt, ou si l’on veut par malice, et enfin dix qui disent la vérité »4 ?

  • 5 Voir A.V. Seaton, « The tourist experience in graphic satire, 1796-1914 », Travel, Tourism and Art(...)
  • 6 Voir James Buzard, The Beaten Track : European Tourism, Literature, and the Ways to Culture, 1800- (...)
  • 7 « […] the anti-tourist does not visit places that are in any way desirable. The anti-tourist esche (...)

2L’anti-récit de voyage se jouant des codes du récit classique est un courant (ou plus précisément contre-courant) littéraire fortement ancré dans la tradition occidentale. Or, le propos de ce livre sera de cerner un nouveau type d’anti-récit de voyage qui émerge au cours du xviiie siècle, parallèlement à l’évolution des pratiques sociales du voyage. Le voyage se démocratise ; l’anti-récit de voyage, comme d’autres formes d’expression culturelle comme la gravure et la poésie populaire5, prend dès lors une nouvelle cible : le touriste. Le mot est né dans la littérature anglaise à la fin du xviiie siècle en réponse à une nouvelle réalité sociale, qu’il tourne en ridicule pour le décalage entre le faible capital social de cette nouvelle race de voyageur et le capital culturel auquel elle prétend par une pratique du voyage qui singe le Grand Tour aristocratique6. Cette tradition va perdurer jusqu’à nos jours. En 2005, Daniel Kalder énumère les règles de l’anti-tourisme : « […] l’anti-touriste s’abstient de visiter des lieux qui ont quoi que ce soit d’attrayant. L’anti-touriste fuit le confort. L’anti-touriste veut connaître la faim, les hallucinations, les hôtels merdiques »7.

  • 8 Voir Paul Kaufman, Libraries and their Users : Collected Papers in Library History, Londres, Libra (...)
  • 9 Yasmin Marcil, La Fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), (...)
  • 10 Voir Susan Pickford et Alison Martin, « Travel writing, translation and world literature », InTRAl (...)

3Le récit de voyage excentrique s’inscrit dans la tradition de l’anti-récit de voyage. Cependant, il s’en différencie dans la mesure où, là où l’anti-récit de voyage s’attaque principalement à la pratique sociale du voyage, le récit de voyage excentrique s’attaque en outre à la pratique sociale de l’écriture du voyage. Il émerge notamment en parallèle de l’essor du récit de voyage en tant que catégorie éditoriale. Au siècle des Lumières, le récit de voyage représente la deuxième catégorie la plus empruntée dans les bibliothèques derrière les romans8. De même, les revues littéraires accordent une place de plus en plus prépondérante aux récits de voyage à partir des années 1750 ; la presse française recense quatre récits en allemand pour la période 1750-1759, quarante-sept pour la période 1780-17899. Le livre, et a fortiori le récit de voyage, devient un produit de consommation courante destiné à l’exportation à l’échelle européenne. Pour n’en citer qu’un exemple, le récit que fait le suédois Olof Torén de son voyage en Chine, En Ostindise Resa til Suratte, China, publié à Stockholm en 1757, est traduit d’abord en allemand en 1765, puis en anglais et en français en 1771. Cette dernière édition, reprise par la Société typographique de Neuchâtel, est diffusée à travers toute l’Europe, de Lisbonne à Varsovie10.

  • 11 D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, p. 9.
  • 12 Robert Darnton, « What is the history of books? », Daedalus, no 111, 1982, p. 65-83.
  • 13 Jeffrey Sammons, Heine : A Modern Biography, Princeton, Princeton University Press, 1979, p. 122.

4Le but de ce livre est donc d’examiner comment le récit de voyage excentrique se définit contre le récit de voyage classique non seulement en matière de contenu, mais également de mise en livre. C’est ici que notre définition de l’excentricité littéraire se distingue quelque peu de celle proposée par Daniel Sangsue dans son étude désormais classique du récit excentrique. Si les récits de voyage étudiés dans ce livre se caractérisent, tout comme ceux étudiés par Sangsue, par « [la] discontinuité, une composition problématique, des digressions, une hypertrophie du discours narratorial et une atrophie de l’histoire racontée »11, ils font également tous état d’une certaine excentricité typographico-paratextuelle, qui vise à contester, non seulement le statut générique du texte, mais aussi sa place dans un circuit de communication12 caractérisé par la mise en place de techniques de transport, de distribution et de commercialisation de plus en plus rodées. Pour ne citer qu’un exemple issu de la sphère germanophone, les Reisebilder [Tableaux de voyage] de Heinrich Heine comporte dans l’un de ses volets, Ideen. Das Buch Le Grand [Idées. Le livre de Le Grand, 1827] un chapitre d’une extrême brièveté : quatre mots accompagnés d’environ quatre-vingt-dix tirets. Or, ces quatre mots sont « Die deutschen Zensoren » (les censeurs allemands) et « Dummköpfe » (idiots) ; ce commentaire acerbe sur les capacités intellectuelles des censeurs allemands permet à l’auteur astucieux… de dépasser les vingt feuillets d’impression pour l’ouvrage et ainsi d’échapper à la censure en amont de la publication13. Bel exemple de la manière dont la manipulation paratextuelle peut avoir un impact direct sur le circuit de communication dans lequel s’insère l’ouvrage.

  • 14 Peter de Voogd et John Neubauer, The Reception of Laurence Sterne in Europe, Londres, Thoemmes, 20 (...)
  • 15 Simon Burrows et Mark Curran, « The French book trade in Enlightenment Europe database, 1769-1794  (...)

5Il convient de proposer un cadre chronologique pour ce nouveau sous-genre littéraire. Le point de départ est clair : l’expression paratextuelle de l’excentricité dans le récit de voyage prend racine avant tout dans les écrits de Laurence Sterne. Toutes les caractéristiques du voyage excentrique y trouvent déjà une expression embryonnaire qui n’est pas sans rappeler le fameux « homoncule » de Tristram Shandy : la digression érigée en principe de narration, les excentricités typographiques et paratextuelles, la problématisation du rapport entre texte et image. La mode s’étend rapidement à travers l’Europe, suivant la diffusion de masse des écrits sterniens, tant en anglais qu’en traduction14 : pour ne citer que les traductions en français, Tristram Shandy et Le Voyage sentimental se vendent au cours du xviiie siècle jusqu’à Moscou, Varsovie, Stockholm, Lisbonne15.

6Dans la mesure où l’excentricité paratextuelle relève d’un désir de problématiser la mise en livre, nous avons pris le parti de fixer la fin de notre période au début des années 1850, période à laquelle le processus d’industrialisation du circuit de communication est bien établi, tant au niveau de la production que de la distribution.

  • 16 « […] preferred to uphold established linguistic practices, and who attempted to make their work e (...)
  • 17 « In all cases where [the printer] perceives an unusual spelling or use of words ; a changing and (...)
  • 18 « Let the young writer sedulously avoid all eccentricity or affectation in the preparation of his (...)

7L’auteur d’un récit de voyage excentrique jouit rarement d’une réputation littéraire majeure de son vivant. De ce fait, il se trouve dans un rapport de forces plutôt défavorable avec les ateliers d’impression qui « préféraient s’en tenir aux pratiques linguistiques établies et tentaient de se simplifier la tâche tout autant que d’accroître la rentabilité de leurs activités en amenant chaque auteur à se plier à leurs propres besoins »16. Thomas Hansard, le doyen des auteurs de manuels d’imprimerie du xixe siècle pour la sphère anglophone, soutient en 1825 que « partout où [le compositeur] perçoit une orthographe ou un choix de mots insolite, une modification ou un ajout de points, de majuscules, ou tout autre élément relevant uniquement du caprice, il lui incombe de dépouiller l’ouvrage de toutes ces affectations »17. Un manuel destiné aux auteurs datant de 1886 invite même les auteurs à « éviter soigneusement toute excentricité ou affectation dans la préparation de son manuscrit. Plus il s’approche de l’apparence d’un document juridique ou, disons, mercantile, mieux ce sera »18. Il n’est dès lors guère surprenant de constater que l’excentricité typographique reste un phénomène marginal et qu’elle disparaît (ou plus précisément qu’elle évolue dans son mode d’expression) avec l’industrialisation des processus éditoriaux.

  • 19 Ibid., p. 6.
  • 20 Michael Winship, « Manufacturing and book production », History of the Book in America, vol. 3 : T (...)
  • 21 Marius Vachon, Arts et industries du papier en France, 1871-1894, Paris, Librairies-Imprimeries ré (...)
  • 22 Lucien Legros et John Cameron Grant, Typographical Printing Surfaces : The Technology and Mechanis (...)
  • 23 M. Winship, « Manufacturing and book production », art. cité, p. 43.
  • 24 Legros et Grant, Typographical Printing Surfaces, ouvr. cité, p. 128.

8En effet, le troisième tome du History of the Book in America ne se trompe pas dans sa chronologie en s’intitulant The Industrial Book, 1840-1880. C’est au cours des années 1840 que disparaissent deux obstacles majeurs à l’automatisation de l’impression, avec l’adoption de la presse à vapeur (employée depuis plusieurs décennies dans la presse) dans le domaine du livre19 et la fabrication industrielle de caractères d’imprimerie. Au tout début du siècle, la production artisanale de caractères culmine à quatre mille pièces par jour20. Les premières décennies du siècle voient une nette augmentation du rendement avec l’introduction des moules à refouloir et polyamatypes inventés par Henri Didot vers 1806, « donnant une fonte simultanée de cent quarante lettres »21, mais ce n’est que dans les années 1830 que la fonte de caractères est automatisée de manière satisfaisante avec l’invention de machines telles que la fonderie à pompe pour laquelle Michael Mann et Stephen Sturdevant obtiennent un brevet aux États-Unis en 183122, qui permettent d’obtenir jusqu’à cent caractères par minute23. Le prix des caractères chute, permettant aux imprimeurs d’en acquérir des stocks plus importants. Fournier (1764) part du principe qu’une police contient cent mille caractères ; au début du xxe siècle, une police complète contient un million de caractères24.

  • 25 Pierre-Simon Fournier, Manuel typographique, utile aux gens de lettres & à ceux qui exercent les d (...)
  • 26 Voir par exemple John Smith, Printers’ Grammar, Londres, John Smith, 1755, p. 55, qui évoque ce pr (...)
  • 27 Voir en ligne [http://www.alembicpress.co.uk/Typecases/QTYCASE.HTM] (consulté le 13 avril 2016). S (...)
  • 28 Walker Rumble, The Swifts : Printers in the Age of Typesetting Races, Charlottesville, University (...)

9Cette avancée est à double tranchant. Vers le milieu du xviiie siècle, une police de cent mille caractères ne fournit qu’une centaine de points d’exclamation pour tout un atelier25. Une présentation typographique excentrique exigeant, par exemple, le déploiement sur une page de vingt-trois points d’exclamation, comme c’est le cas pour le Neue Reise in meinem Zimmer herum [Nouveau voyage autour de ma chambre] de Friedrich Freiherr von Zinck en 1798, risque donc de représenter un réel frein à la fluidité du travail en obligeant le compositeur à interrompre son travail pour se réapprovisionner dans d’autres casses ou dans les bardeaux (casses de réserve), sous peine d’en priver les compositeurs à l’œuvre sur d’autres projets. Le risque du chômage technique est réel dans les ateliers de composition lorsqu’une police de caractères est entièrement mobilisée pour un projet donné26. La mécanisation de la fonte des caractères supprime partiellement ce goulot d’étranglement potentiel en baissant le prix des caractères, de sorte que l’imprimeur puisse en garder un stock plus important ; en 1916, une police complète inclut 880 points d’exclamation et 1 320 points d’interrogation, même si, vers la fin du xixe siècle, une casse ne contient toujours qu’une quinzaine de points d’exclamation27. Or, la même période voit une accélération des cadences dans l’atelier d’impression peu compatible avec une mise en page atypique qui risque de ralentir le travail des compositeurs professionnels, qui se targuent de travailler vite et bien – en moyenne sept mille cadratins dans une journée de travail de dix heures – au point de participer à des concours de vitesse où ils atteignent des pics de productivité de deux mille cadratins à l’heure28.

10S’il reste des avancées techniques à venir vers la fin du siècle, notamment l’automatisation de la composition (problème résolu en 1885 par Ottmar Mergenthaler, inventeur de la linotype), le livre tend nettement vers le statut d’un produit de masse dès le milieu du siècle. En ceci il suit globalement la même chronologie que le voyage : Thomas Cook, fondateur de l’agence de voyages éponyme, organise sa première excursion en groupe en 1841.

11Au milieu du xixe siècle, donc, la problématisation de la mise en livre par le déploiement de pratiques typographico-paratextuelles atypiques soulève des difficultés techniques qui représentent un réel obstacle aux processus de composition et d’impression, autrement plus perturbateur pour le circuit de communication qu’un siècle plus tôt, lorsque ces étapes de la production livresque étaient encore largement dominées par le modèle artisanal, bien plus souple lorsqu’il s’agit de prendre en charge des tirages aux caractéristiques atypiques. L’excentricité en matière de voyage cède alors le terrain de la mise en livre et de l’acte de narration pour se nicher plutôt dans les caractéristiques spatio-temporelles du voyage, désormais souvent soumises à contraintes chez un Jules Verne ou un Paul d’Ivoi (Les Cinq Sous de Lavarède, 1894).

  • 29 P. de Voogd et J. Neubauer, The Reception of Laurence Sterne, ouvr. cité.
  • 30 Daniel Sangsue, « Le récit de voyage humoristique (xviie-xixe siècles) », Revue d’histoire littéra (...)

12Le défi majeur de ce travail a été la constitution d’un corpus qui vise à être représentatif sans atteindre l’exhaustivité. En l’absence d’une littérature critique concernant notre objet de recherche, ce corpus a été constitué essentiellement grâce à un dépouillement minutieux des catalogues collectifs européens. Il en est ressorti une centaine de textes (voir la bibliographie en fin d’ouvrage) dont une grande majorité a connu une seule édition avant de sombrer sans trace dans un oubli bicentenaire. C’est à regret que nous avons renoncé à fournir une description détaillée de titres aussi alléchants que A Sentimental Journey through Margate and Hastings, by Dr. Comparative, Junior(anonyme, 1814), le Voyage autour du monde sans la lettre A (Jacques Arago, 1853), ou encore le Voyage pittoresque et industriel dans le Paraguay-Roux et la palingénésie Australe ; par Tridace-Nafé-Théobrôme de Kaout’t’Chouk, gentilhomme Breton, sous aide à l’établissement des clyso-pompes, etc. (Henri-Florent Delmotte, 1841). Par ailleurs, à en juger par la réception enthousiaste de Sterne à travers l’Europe, de la Russie jusqu’en Italie29, nul doute qu’il reste encore bien des voyages excentriques à découvrir dans d’autres traditions littéraires. Cette bibliographie partielle d’anti-récits de voyage et voyages excentriques permet néanmoins de juger de l’étendue de ce nouveau champ que l’on a pu qualifier de « province de la littérature de voyage […] peu explorée »30.

13Champ peu exploré, certes ; libre au chercheur défricheur, donc, d’en poser les bornes. Nous avons pris le parti dans le présent ouvrage d’aborder l’objet d’étude sous plusieurs angles intellectuels, nous sentant libre d’explorer ce terrain en pionnier à l’aide d’un équipement « cartographique » emprunté à diverses disciplines à divers stades de notre enquête. Cet ancrage intellectuel multiple comprend la narratologie lejeunienne, surtout en première partie lorsqu’il s’agit de cerner la nature du pacte qui engage l’auteur du récit de voyage avec son lecteur, puis genettienne lorsqu’il s’agit de déterminer les entorses faites par le voyage excentrique non pas au temps du récit, mais à son espace. L’ouvrage puise aussi, de manière plus ponctuelle, dans la traductologie et la sociologie de la littérature, vue sous l’angle bourdieusien. Toutefois, à l’instar de la collection qui lui fait l’honneur de l’accueillir et qui met l’accent sur « comment le texte devient livre, comment le livre et l’imprimé, du volumen au numérique, se constituent et comment ils se transforment et se transmettent », l’affiliation intellectuelle majeure du présent ouvrage est l’histoire du livre. Ce n’est qu’en étudiant les conditions de production et de circulation des ouvrages en question que l’on peut comprendre l’essor, puis la disparition, de l’épiphénomène éditorial qu’est la multiplication des jeux typographico-paratextuels sur une période d’environ cent ans, correspondant à une lente maturation du marché du livre en tant qu’objet commercial.

14Les récits qui font l’objet d’une étude approfondie dans le présent ouvrage ont en commun non seulement le fait de saper les conditions du pacte de récit de voyage, mais également de subvertir la finalité référentielle du récit de voyage en exhibant leur propre matérialité à travers des jeux (para)textuels. Pour ce faire, il importe dans un premier temps de situer le pacte classique régissant le genre du récit de voyage dans une approche narratologique s’inspirant des travaux désormais classiques de Philippe Lejeune pour l’autobiographie. Ce premier pas permet dans le deuxième chapitre de démontrer en quoi le récit de voyage excentrique s’inscrit contre cette démarche en rompant volontairement les conditions du pacte par plusieurs démarches excentricisantes. Ce chapitre, après une rapide esquisse de l’évolution conceptuelle de l’excentricité, surtout dans le contexte britannique, et un tour d’horizon de sa diffusion dans la littérature britannique et française, notamment à travers les écrits de Laurence Sterne, se penche sur la catégorisation des formes d’excentricité littéraire que l’on peut recenser à cette époque. Il s’agit d’autant de manières de saper les conditions du pacte du récit de voyage classique en détournant ses caractéristiques thématiques, structurelles, linguistiques, paratextuelles ou typographiques. Ce sont ces deux dernières catégories qui caractérisent réellement le voyage excentrique au cours de cette période ; le chapitre se poursuit donc en examinant le rôle d’une typographie visuellement marquée dans le contexte d’un marché éditorial exigeant des produits de plus en plus formatés. Il se tourne ensuite vers un examen de l’espace du livre en abordant la notion de l’échelle de narration, variante spatiale du temps de narration genettien ; là où le récit de voyage classique s’efforce de maintenir une adéquation entre l’échelle du voyage entrepris sur le terrain et celle de sa narration, le voyage excentrique problématise volontiers cette adéquation des deux échelles en pratiquant des variations extrêmes d’échelle sous forme de zooms avant ou arrière. Autres pratiques excentricisantes : la digression, la citation, la liste, autant de perturbations programmées – thématiques ou visuelles – de la marche avant de la narration et du texte qui est la finalité du récit de voyage classique.

15Le troisième chapitre, le premier des trois consacrés à des études de cas, porte sur celui que nous avons identifié comme le père fondateur de cette nouvelle pratique littéraire, Laurence Sterne. Après un tour d’horizon des pratiques satiriques dans lesquelles s’inscrit l’écriture sternienne, le chapitre se focalise sur l’usage que fait Sterne de la philosophie lockéenne, notamment à travers la notion de l’échelle de perception, qu’il couple à celle de l’échelle de narration étudiée dans le deuxième chapitre. Cela nous amène à examiner les distorsions volontaires apportées par Sterne à la perception du temps et de l’espace tant dans Tristram Shandy que dans Le Voyage sentimental. Le chapitre se termine par une étude approfondie des excentricités typographiques si caractéristiques du style sternien et de l’impact de tels éléments sur le travail en atelier d’impression, concluant qu’ils ne visent rien de moins qu’une excentricisation du processus de fabrication du livre lui-même.

16Le quatrième chapitre présente de nouveau une étude de cas, se penchant sur l’un des avatars francophones de Sterne, le Savoyard Xavier de Maistre (1763-1852). Peu connu de nos jours, cet auteur a connu le succès de son vivant grâce à son charmant Voyage autour de ma chambre qui, comme son titre l’indique, procède à une radicalisation du traitement de l’échelle narrative déjà fortement manipulée chez Sterne. Après un aperçu de sa carrière littéraire, le chapitre aborde les échos de l’excentricité sternienne dans les premiers textes issus de sa plume, dont non seulement le Voyage autour de ma chambre – aujourd’hui réédité à plusieurs endroits – mais également deux pamphlets restés confidentiels, narrant les exploits du jeune officier pionnier de l’aérostatique qui a pratiqué un vol en montgolfière à Chambéry en 1784, moins d’un an après le premier vol des frères Montgolfier. Outre de nombreux échos textuels, de Maistre emprunte à Sterne l’idée de créer une disparité d’échelle entre le voyage et la narration qui en est faite ; il adopte aussi l’excentricité typographique dans un jeu subtil qui vise à se jouer de l’associationnisme des pensées tel qu’il est pensé dans la philosophie lockéenne. Le chapitre se tourne ensuite vers les nombreux hypertextes (au sens genettien) que de Maistre a inspirés à son tour, tant en français qu’en allemand (sa réception dans l’espace anglophone restera très limitée). Ces petits ouvrages reprennent les ficelles d’une excentricité qui désormais risque de tourner au procédé. D’une qualité littéraire généralement fort réduite, ils sont intéressants en ce qu’ils témoignent de l’émergence dans la librairie moderne d’un marché de masse capable d’absorber une série de produits peu différenciés, signe d’une économie du livre de plus en plus moderne.

  • 31 Jeffrey Freedman, Books without Borders in Enlightenment Europe, Philadelphie, University of Penns (...)

17Le cinquième et dernier chapitre est consacré à un auteur issu de la Suisse francophone, Rodolphe Töpffer (1799-1846). Töpffer, longtemps oublié, connaît un certain regain d’intérêt depuis quelques années dans son rôle d’« inventeur » de la bande dessinée. Or, ce chapitre prend le parti de se pencher non pas sur son travail novateur dans ce domaine, terrain désormais assez largement balisé par Kunzle et Groensteen, mais sur les récits que fait le maître d’école des voyages qu’il entreprend régulièrement avec ses élèves. Le chapitre commence par situer le goût de Töpffer pour l’excentricité sternienne tel qu’il s’exprime dans sa correspondance ; il aborde ensuite l’évolution de ses Voyages en zigzag, petits carnets en exemplaire unique rédigés à plusieurs mains par Töpffer et ses élèves, vers la consécration d’une édition parisienne dans la maison de son cousin, Jacques-Julien Dubochet. Nous retracerons surtout l’histoire technique et éditoriale du projet, d’une rédaction à la main de carnets voués à rester confidentiels vers la lithographie, qui permet une diffusion à l’échelle de la ville de Genève, puis vers l’édition parisienne, fleuron de la librairie romantique. Nous verrons en quoi ces évolutions techniques amènent Töpffer à remodeler ses récits de sorte à packager l’excentricité qui en fait tout le charme pour un grand public, passant notamment de jeux paratextuels à une excentricité plus strictement textuelle, de manière à internationaliser le texte, pour emprunter un terme à la traductologie, en supprimant tout ce qui peut faire entrave à sa circulation sur un marché éditorial qui se conçoit désormais à l’échelle européenne31.

  • 32 Ian Hacking, Les Fous voyageurs, Françoise Bouillot trad., Paris, Les Empêcheurs de penser en rond (...)

18L’ouvrage se termine par une brève conclusion qui trace le devenir du récit de voyage excentrique des années 1850 jusqu’à nos jours ; longue période de latence, d’abord, où les obstacles techniques à l’impression et la psychiatrisation croissante de l’excentricité font reculer son expression typographico-paratexuelle et la déplacent sur d’autres terrains, notamment l’illustration, la logophilie, le mode de voyage dans l’épiphénomène du « fou voyageur »32 et, dans les voyages fictionnels, l’excentricité thématique. Puis, vers la fin du vingtième siècle, regain de la pratique avec l’émergence de la PAO (publication assistée par ordinateur), qui supprime les obstacles techniques aux jeux paratextuels en même temps que la sphère littéraire post-nouveau roman s’ouvre de plus en plus à l’expérimentation de type oulipienne, notamment dans la littérature anglo-saxonne avec des titres comme House of Leaves de Mark Danielewski (2000), A Heartbreaking Work of Staggering Genius de Dave Eggers (2000), Everything is Illuminated de Jonathan Safran Foer (2002) et The Curious Incident of the Dog in the Night-Time de Mark Haddon (2003).

  • 33 Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag, ou Excursions d’un pensionnat en vacances dans les cantons su (...)

19Le récit de voyage excentrique s’oppose au récit de voyage classique dans ses thèmes, sa présentation et sa finalité utilitaire ; il érige la flânerie – narrative autant que voyageuse – en art. Ce livre se conçoit comme la carte d’un nouveau territoire, qui vise à cartographier, non pas les fleuves et les montagnes, mais les méandres des ruisseaux et les petits chemins. Suivons l’exemple de Rodolphe Töpffer et de ses Voyages en zigzag en préférant toujours « le zigzag à la ligne droite, l’ardu au plain, le sinueux à l’uni et les broussailles aux prairies »33.

Notes

1 Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, Paris, Flammarion, 2003, p. 41.

2 Le terme est calqué sur celui d’anti-roman. Voir Daniel Sangsue, Le Récit excentrique : Gautier, de Maistre, Nerval, Nodier, Paris, José Corti, 1987.

3 Voir Percy Adams, Travelers and Travel Liars, Berkeley, University of California Press, 1962.

4 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques sur les Américains, ou mémoires intéressans pour servir à l’histoire de l’espèce humaine, Paris, Jean-François Bastien, 1794, p. 409.

5 Voir A.V. Seaton, « The tourist experience in graphic satire, 1796-1914 », Travel, Tourism and Art, Tijana Rakić, Anne Lester éd., Farnham, Ashgate, 2013, p. 13-33, et « Getting socially on the road : The short, happy life of the anapaestic travel narrative, 1766-1830 », Travel Writing, Visual Culture and Form, 1760-1900, Mary Henes, Brian H. Murray éd., Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2016, p. 115-138.

6 Voir James Buzard, The Beaten Track : European Tourism, Literature, and the Ways to Culture, 1800-1918, Oxford, Clarendon Press, 1998.

7 « […] the anti-tourist does not visit places that are in any way desirable. The anti-tourist eschews comfort. The anti-tourist embraces hunger and hallucinations and shit hotels. » Daniel Kalder, Lost Cosmonaut, Londres, Faber and Faber, 2005, p. ix. Sauf mention contraire, les traductions sont les miennes.

8 Voir Paul Kaufman, Libraries and their Users : Collected Papers in Library History, Londres, Library Association, 1969, p. 31.

9 Yasmin Marcil, La Fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Paris, Honoré Champion, 2006, p. 84.

10 Voir Susan Pickford et Alison Martin, « Travel writing, translation and world literature », InTRAlinea, Translating 18th and 19th Century European Travel Writing, 2013. En ligne : [http://www.intralinea.org/specials/article/introduction_travel_writing_translation_and_world_literature] (consulté le 26 avril 2016).

11 D. Sangsue, Le Récit excentrique, ouvr. cité, p. 9.

12 Robert Darnton, « What is the history of books? », Daedalus, no 111, 1982, p. 65-83.

13 Jeffrey Sammons, Heine : A Modern Biography, Princeton, Princeton University Press, 1979, p. 122.

14 Peter de Voogd et John Neubauer, The Reception of Laurence Sterne in Europe, Londres, Thoemmes, 2004.

15 Simon Burrows et Mark Curran, « The French book trade in Enlightenment Europe database, 1769-1794 ». En ligne : [http://fbtee.uws.edu.au/main/] (consulté le 26 février 2016).

16 « […] preferred to uphold established linguistic practices, and who attempted to make their work easier and more profitable by bending the author to their own needs. » Allan Dooley, Author and Printer in Victorian England, Charlottesville, University Press of Virginia, 1992, p. 8.

17 « In all cases where [the printer] perceives an unusual spelling or use of words ; a changing and thrusting in of points, capitals or any thing [sic] else that is ill-judged and has nothing but fancy to warrant it, it is requisite for him to divest a work of all such pedantries. » Ibid., p. 10.

18 « Let the young writer sedulously avoid all eccentricity or affectation in the preparation of his “copy”. The more nearly he approaches to the character of a legal, or, let us say, a mercantile document the better. » Ibid., p. 14.

19 Ibid., p. 6.

20 Michael Winship, « Manufacturing and book production », History of the Book in America, vol. 3 : The Industrial Book, 1840-1880, Scott Casper, Jeffrey Groves, Stephen Nissenbaum, Michael Winship éd., Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2007, p. 43.

21 Marius Vachon, Arts et industries du papier en France, 1871-1894, Paris, Librairies-Imprimeries réunies, 1894, p. 42.

22 Lucien Legros et John Cameron Grant, Typographical Printing Surfaces : The Technology and Mechanism of their Production, Londres, Longmans, Green & Co, 1916, p. 17.

23 M. Winship, « Manufacturing and book production », art. cité, p. 43.

24 Legros et Grant, Typographical Printing Surfaces, ouvr. cité, p. 128.

25 Pierre-Simon Fournier, Manuel typographique, utile aux gens de lettres & à ceux qui exercent les différentes parties de l’art de l’imprimerie, Paris, chez l’Auteur, 1764, p. 239.

26 Voir par exemple John Smith, Printers’ Grammar, Londres, John Smith, 1755, p. 55, qui évoque ce problème.

27 Voir en ligne [http://www.alembicpress.co.uk/Typecases/QTYCASE.HTM] (consulté le 13 avril 2016). Selon le manuel de Thomas Mackellar The American Printer (1870), 800 livres en poids d’une police de taille pica fournit 200 points d’interrogation et 150 points d’exclamation (p. 46) ; or, 500 livres en poids remplit quatre casses de compositeur (p. 110), donnant environ trente points d’interrogation et vingt-trois points d’exclamation par casse.

28 Walker Rumble, The Swifts : Printers in the Age of Typesetting Races, Charlottesville, University of Virginia Press, 2003, p. 23.

29 P. de Voogd et J. Neubauer, The Reception of Laurence Sterne, ouvr. cité.

30 Daniel Sangsue, « Le récit de voyage humoristique (xviie-xixe siècles) », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 101, no 4, 2001, p. 1139.

31 Jeffrey Freedman, Books without Borders in Enlightenment Europe, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012.

32 Ian Hacking, Les Fous voyageurs, Françoise Bouillot trad., Paris, Les Empêcheurs de penser en rond / Seuil, 2002.

33 Rodolphe Töpffer, Voyages en zigzag, ou Excursions d’un pensionnat en vacances dans les cantons suisses et sur le revers italien des Alpes, Paris, Jacques-Julien Dubochet, 1844, p. 117.

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search