Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Acteurs et territoires du Sahel

 | 
Abdoul Hameth Ba

Préface

Violette Rey

Texte intégral

1Montrer la facette constructive et innovante de la mobilité sud-nord, tel est le fil rouge du propos de Abdoul H. Ba dans son ouvrage Acteurs et territoires du Sahel, centré sur les « mises en relation » qui « recomposent les territoires » au Sénégal, au Mali, en Mauritanie, le long du fleuve Sénégal. Le sahel, « rivage » (du Sahara) en langue arabe, est la substance même des flux et réseaux : dans cette immense aire de circulation et d’« entre-deux » entre le désert et la savane soumise aux fluctuations d’aridité, les sociétés sahéliennes ont en commun un attachement prioritaire aux liens familiaux et à la communauté d’origine, que n’ont pas rompu les traumatismes de la période coloniale. Les pratiques anciennes de migration s’y renouvellent dans le contexte de la mobilité mondiale contemporaine ; du Sahel part la majorité des migrants ouest-africains, et au Sahel se concentre la majorité des ONG. « Mieux vaut travailler à l’étranger que mourir », dit le dicton soninké (p. 47).

2Sans ignorer l’arrière-plan si souvent dramatique des émigrés échoués et refoulés, sans sous-estimer l’échec des États sahéliens à transformer et développer les villages et à ralentir l’émigration, Abdoul H. Ba s’attache à montrer la manière dont les associations villageoises fortement encadrées par les migrants s’efforcent de trouver des solutions pour leurs villages. Les villages sahéliens, qui par définition sont les groupements de cases mais sans implantation de services de l’État, ont un besoin urgent des équipements élémentaires d’eau, de soins, de desserte, d’alphabétisation. Au cœur de telles initiatives, existent un esprit de solidarité profonde et un fort attachement au village de la part des migrants, mais aussi le rôle de multiples ONG qui tissent une toile de liens et réseaux s’enchevêtrant voire se concurrençant. Ces migrants, qui restent présents à distance dans le village par le fax, le téléphone portable et les allers et retours, Abdoul H. Ba en dessine les portraits sur plusieurs générations depuis les années 1970 ; il observe que tous sont membres d’associations, et que les jeunes diplômés et les femmes viennent grossir les rangs d’hommes des premières cohortes.

3La logique associative fonctionne au départ comme à l’arrivée, inspirée de l’initiative d’en bas et des modèles alternatifs de développement. Une fresque sahélienne de l’univers de la coopération décentralisée est brossée, où transparaît l’effet stimulant des lois de décentralisation prises en Europe sur les montages de partenariats et jumelages, après l’effet d’une autre loi du Nord – celle du regroupement familial (France, 1976).

4Mais qui définit et qui décide ? L’imbrication est croissante entre les différents niveaux, de village à village, de groupe de villages à un autre, de ville à ville (Saint-Louis du Sénégal et Lille), de région à région, avec des acteurs institutionnels multiples (ONG africaines, ONG de pays du Nord, ONG internationales). Si cette imbrication traduit l’émergence d’une solidarité internationale croissante, elle n’évite ni le retour de la dissymétrie financière Nord-Sud, ni la tendance à la récupération des initiatives par les hiérarchies institutionnelles. Avec le sentiment amer pour les leaders de base d’être dépossédés de l’initiative et de la définition du contenu des politiques de coopération dont ils ont besoin.

5Fortes, les dynamiques de recomposition des territoires qui résultent des actions associatives induisent de nouvelles pratiques de territorialités et ne sont pas géographiquement aléatoires. Ce qui vaut pour les zones de forte émigration vaut aussi pour les lieux d’implantation des associations. Routes, zones politiquement sûres, aires de communautés paysannes plutôt qu’aires de pasteurs, bourgades plutôt que groupements isolés bénéficient de la concentration des actions et des antennes ONG dont l’essaimage est orienté dans un sens. Les traditionnelles complémentarités entre le waloo cultivé le long du fleuve et le jeeri pastoral se distendent. De nouveaux bourgs et de nouvelles centralités apparaissent liés à la logique de mise en relation à distance, parfois aux dépens des chefs-lieux implantés dans une logique d’administration territoriale étatique (Podor). L’appartenance culturelle, appuyée sur le partage d’une langue commune comme le soninké, facilite le montage de projets et développe de nouveaux liens ignorant les frontières locales entre le Mali et le Sénégal.

6Pour cibler le noyau des fonctionnements et des conflits entre ces mouvements associatifs, à la fois ascendants et descendants, il fallait être au plus près des acteurs directement impliqués, en partager les objectifs et les attentes. Abdoul H. Ba, par son expérience directe de chercheur mais aussi de migrant et de dirigeant d’association, nous livre un texte fort. Sa profondeur et sa finesse d’observation participante rendent sensibles l’amenuisement du dialogue avec le monde paysan et l’évanescence ici du rôle des États. Le Bamako du cinéaste malien Abderrahmane Sissako en est une autre illustration.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540