Version classiqueVersion mobile

Apprendre à porter sa vue au loin

Deuxième partie. Écritures

« Méfiez-vous des blancs, habitants du rivage » : anticolonialisme et intertextualité dans les Chansons madécasses de Parny

Jean-Michel Racault

Texte intégral

  • 1 L’édition utilisée est celle des Œuvres de Parny, t. II, Paris, Hiard, 1831, p. 121-134. Pour la bi (...)

1De prime abord, les Chansons madécasses ne peuvent guère être considérées comme un texte d’idées, encore moins comme un témoignage engagé1. Leur intérêt le plus évident est ailleurs : dans la radicale nouveauté de la forme, celle du poème en prose, dont Évariste Parny a semble-t-il été le vrai créateur ; dans le dépaysement culturel qui réinvente en l’exotisant la tradition élégiaque gréco-latine ; dans le primitivisme esthétique, peut-être inspiré des poèmes d’Ossian prétendument « traduits » par Macpherson, qui réalise le programme contenu dans la fameuse formule de Diderot : « La poésie veut quelque chose d’énorme, de barbare, de sauvage. »

  • 2 Nous n’avons pu consulter l’article de E. D. Seeber, « Parny as an opponent of slavery », Modern La (...)

2Mais on peut aussi les lire autrement. Sous les conventions de l’idylle néoclassique renouvelée par l’exotisme madécasse, il y a la réaction d’un poète créole installé en France de longue date, mais qui n’a jamais rompu avec son île natale, face à une réalité socio-économique qu’il désapprouve intellectuellement, mais dans laquelle il a grandi, celle du système esclavagiste alimenté par la traite en provenance de Madagascar2. Ce contexte personnel cohabite tant bien que mal avec le discours généreux mais stéréotypé d’un lecteur des philosophes des Lumières, imprégné de textes dénonciateurs, affronté à une entreprise coloniale dont il est malgré lui partie prenante.

3Je souhaiterais d’abord souligner l’importance de ces thèmes qu’on pourrait qualifier de « politiques » au sein d’un texte dont l’apparente légèreté semble exclure de telles préoccupations. Je voudrais également les replacer dans une certaine réalité sociale et historique où Parny a baigné, celle des relations entre les Mascareignes et Madagascar au XVIIIe siècle ; et enfin montrer que ces considérations sur l’esclavage et la colonisation qui convoquent et réarticulent un abondant intertexte antérieur sont aussi l’expression du débat idéologique des Lumières.

*

4Sans pour autant former une suite, les douze Chansons madécasses sont librement associées entre elles par une unité de lieu – un royaume de la côte de Madagascar – et par une très vague trame narrative à peine suggérée : un jeune étranger – peut-être européen – est accueilli par le roi malgache Ampanani qui lui offre pour la nuit, conformément à l’usage, sa fille Nélahé. Un combat sanglant – qui peut-être oppose le souverain aux envahisseurs étrangers – entraîne la mort de son fils et suscite un appel vengeur à l’extermination des colonisateurs. Les textes font alterner deux registres, l’un positif, l’autre négatif, incarnés respectivement par le dieu du Bien, Zanhar, et par l’esprit malin nommé Niang, les scènes voluptueuses d’hospitalité érotique faisant contrepoint avec des évocations plus sombres de combats, de massacres, de sacrifices d’enfants nés un jour néfaste, de vengeances cruelles tirées d’amants infidèles.

5Les motifs de l’esclavage et de la colonisation sont très brièvement indiqués dans l’Avertissement liminaire qui présente l’argument des Chansons :

L’île de Madagascar est divisée en une infinité de petits territoires qui appartiennent à autant de princes. Ces princes sont toujours armés les uns contre les autres, et le but de toutes ces guerres est de faire des prisonniers pour les vendre aux Européens. Ainsi, sans nous, ce peuple serait tranquille et heureux […]. Ceux qui habitent les côtes se méfient avec raison des étrangers. (p. 121)

6Le thème est repris dans la Chanson x, consacrée aux lamentations d’une jeune fille que sa mère s’apprête à vendre aux Blancs (p. 131), et surtout dans la Chanson V, qui s’ouvre et se referme sur la même formule reprise en refrain : « Méfiez-vous des blancs, habitants du rivage ». En voici le texte :

Méfiez-vous des blancs, habitans du rivage. Du temps de nos pères des blancs descendirent dans cette île ; on leur dit : Voilà des terres ; que vos femmes les cultivent. Soyez justes, soyez bons, et devenez nos frères.

Les blancs promirent, et cependant ils faisaient des retranchemens. Un fort menaçant s’éleva ; le tonnerre fut renfermé dans des bouches d’airain ; leurs prêtres voulurent nous donner un dieu que nous ne connaissons pas ; ils parlèrent enfin d’obéissance et d’esclavage : plutôt la mort ! le carnage fut long et terrible ; mais, malgré la foudre qu’ils vomissaient, et qui écrasait des armées entières, ils furent tous exterminés. Méfiez-vous des blancs.

Nous avons vu de nouveaux tyrans plus forts et plus nombreux planter leur pavillon sur le rivage. Le ciel a combattu pour nous ; il a fait tomber sur eux les pluies, les tempêtes et les vents empoisonnés. Ils ne sont plus, et nous vivons, et nous vivons libres. Méfiez-vous des blancs, habitans du rivage. (p. 126-127)

7Qui parle ? L’identité de l’énonciateur n’est pas spécifiée. Ni personnalisé ni même individualisé, le narrateur de la Chanson V s’exprime sur le mode du nous, non sur celui du je (« Nous avons vu de nouveaux tyrans […]. Le ciel a combattu pour nous […]. Ils ne sont plus, et nous vivons, et nous vivons libres »). Il apparaît donc comme le porte-parole collectif du peuple madécasse, dont il embrasse toute l’histoire passée et présente, face aux « Blancs » pareillement désindividualisés en une entité collective indifférenciée. Le texte se présente comme un récit à la fois historique et mythique retraçant les relations entre les « habitants du rivage » et les Blancs débarqués dans l’île ; relations jadis d’abord pacifiques et même fraternelles, bientôt transformées en une sujétion dont les insulaires se libérèrent par le massacre des envahisseurs. Plus tard, c’est le ciel lui-même qui a repoussé une nouvelle invasion étrangère, faisant tomber sur les « nouveaux tyrans » « les pluies, les tempêtes et les vents empoisonnés ». Le morceau s’achève comme il avait commencé, sur une reprise de l’exhortation adressée aux insulaires (« Méfiez-vous des blancs, habitants du rivage »), qu’il faut aussi comprendre cette fois comme un avertissement lancé aux futurs colonisateurs.

  • 3 « Zanhar et Niang ont fait le monde. Ô Zanhar ! nous ne t’adressons pas nos prières : à quoi servir (...)

8La première question que soulève cette mise en garde violemment dénonciatrice, c’est son apparente contradiction avec la tonalité voluptueuse qui prévaut dans d’autres pièces du recueil. Sous le double signe antagoniste de Zanhar et de Niang3, le principe du Bien et celui du Mal, c’est en somme une logique manichéenne qui préside à la rencontre du Blanc et du Noir : accueil sensuel et même fusion charnelle entre la belle Nélahé et le jeune étranger, affrontement brutal de deux races ennemies dans les rapports entre les Madécasses et les envahisseurs européens. Dans la relation interindividuelle, rien ne perturbe la langueur heureuse de l’idylle ; mais la relation collective entre les deux peuples n’échappe pas à la violence esclavagiste et n’ouvre d’autre perspective historique que la guerre et l’extermination.

  • 4 Voir sur ce point comme sur les autres indications biographiques ci-après la thèse de C. Seth, Évar (...)
  • 5 Antoine Boucher, Mémoire pour servir à la connoissance particuliere de chacun des habitans de l’isl (...)
  • 6 C. Seth, Évariste Parny, p. 109, p. 221, p. 241. On notera qu’un poème mythologique des Mélanges da (...)

9Le contexte d’écriture des Chansons madécasses peut expliquer cette contradiction. Elles paraissent en mars 1787, peu de temps après le retour définitif du poète de l’île Bourbon (août 1786), ce second séjour dans l’île natale succédant à un autre une dizaine d’années auparavant (1774-1776). Le texte, on peut le penser, est donc tributaire d’une réalité sociale où l’auteur lui-même est impliqué. Sa famille se trouve de fait associée aux aspects les plus sombres de l’histoire de l’esclavage à Bourbon. Son aïeul Pierre Parny épousa en 1701 Barbe Mussard, dont le nom évoque celui d’un célèbre chasseur de Noirs marrons4. Le Mémoire d’Antoine Boucher dresse des deux époux un portrait peu favorable, notamment dans leur comportement envers leurs esclaves : Pierre Parny, dit-il, est « cruel jusqu’à la barbarie à l’égard de ses noirs », et sa femme « encore plus cruelle à ses noirs que son mari »5. Les esclaves du père de Parny, nous apprend Catriona Seth, étaient pour la plupart d’origine malgache ; c’était le cas de la Négresse Léda, dont le poète eut une fille, Valère, née le 9 mai 1775 à l’occasion de son premier séjour, et probablement aussi d’une autre esclave, Zette, avec qui il aurait eu une liaison à son second séjour6.

  • 7 D’après Léon de Forges de Parny, cité par C. Seth, Évariste Parny, p. 241.

10Ces relations entre les maîtres et leurs esclaves, banales à l’époque à Bourbon comme aux Antilles, sont peut-être la version prosaïque du fantasme poétique d’hospitalité érotique. En tout cas il n’y a rien là qui qualifie Parny comme adversaire de l’esclavage, même s’il s’est effectivement occupé de sa fille naturelle Valère, confiant à sa sœur Geneviève (« Javotte ») le soin de son éducation. Les évocations anti-esclavagistes et anticolonialistes de la Chanson V invitent pourtant à s’interroger sur l’ancrage documentaire, autrement dit sur la réalité de la situation coloniale aussi bien à Madagascar, où semble-t-il Parny n’a jamais mis les pieds7, qu’à l’île Bourbon, la seule dont il ait une connaissance directe.

  • 8 Voir J.-M. Filliot, La traite des esclaves vers les Mascareignes au XVIIIe siècle, Paris, ORSTOM, 1 (...)

11Laissons de côté la question, qui divise les historiens, de l’existence ou non d’un système esclavagiste autochtone à Madagascar avant l’instauration de la traite8, hypothèse implicitement écartée par l’Avertissement de Parny, puisque « sans nous ce peuple serait tranquille et heureux » (p. 121). Cette traite fut d’abord arabe, puis européenne et particulièrement française, la première opération de vente d’esclaves par les Français de Fort-Dauphin étant la livraison par Pronis aux Hollandais de soixante-treize indigènes attirés traîtreusement au Fort en 1646, épisode auquel semble faire allusion le début de la Chanson V.

  • 9 J.-M. Filliot, La traite des esclaves…, p. 62.
  • 10 Voir ibid., p. 132, ainsi que H. Deschamps, Histoire de Madagascar, Paris, Berger-Levrault, 1972, p (...)
  • 11 Lanux, dans son Mémoire sur la Traite, précise qu’un esclave équivaut à deux fusils, 25 livres de p (...)

12Toutefois la traite vers les Mascareignes ne se développe qu’après un autre événement que le texte évoque également, le massacre de la garnison de Fort-Dauphin le 27 août 1674 et le repli à l’île Bourbon des débris de la colonie. Les chiffres d’importations d’esclaves en provenance de Madagascar à destination des Mascareignes – un millier par an vers la fin de l’Ancien Régime selon Jean-Michel Filliot – font apparaître un total d’environ 110 000 individus pour la période 1767-18109, où pourtant il n’existe plus d’implantations coloniales dans la Grande Île, mais seulement des postes de traite localisés principalement sur la côte est : Antongil, Mananara, Fénérive, Tamatave, Fort-Dauphin et surtout Foullepointe, principal centre d’opérations dirigé par l’écrivain de la Marine Dumaine et alimenté par les razzias du roi de Foullepointe Janhar (Zanahary) puis de son successeur Yavi, selon une répartition des tâches assez bien décrite par Parny dans son Avertissement10. Les objets de traite sont les fusils, la poudre, la toile bleue, l’arack, les miroirs11.

13Reste l’allusion de Parny à une seconde tentative de colonisation, plus tardive, sanctionnée cette fois par la colère divine (« Le ciel a combattu pour nous ; il a fait tomber sur eux les pluies, les tempêtes et les vents empoisonnés »). Elle peut renvoyer à deux épisodes historiques qui eurent aux Mascareignes un grand retentissement. Le premier est le désastre de l’expédition Maudave à Fort-Dauphin dans les années 1768-1771. Le comte de Maudave, philosophe, correspondant de Voltaire, mais aussi gros propriétaire d’esclaves de l’île de France, avait conçu un projet grandiose de recolonisation de la région de Fort-Dauphin, à étendre ensuite à l’ensemble de l’île, sur la base d’une coopération pacifique avec les Malgaches et d’une suppression de la traite :

  • 12 Cité par H. Deschamps, Histoire de Madagascar, p. 81.

Je compte leur laisser l’exercice paisible de leurs droits et de leur autorité sur leurs sujets. Je les tiendrai dans une dépendance dont ils ne s’apercevront pas […]. Je ne fais aucun doute que, si le gouvernement entre dans mes vues, j’embrasserai l’île dans la totalité d’un établissement général.12

  • 13 « Quant au chef, ce Platon, on me dit que c’était un habitant ruiné de l’Ile de France qui avait am (...)
  • 14 Voir H. Deschamps, Histoire de Madagascar, p. 81.

14Bernardin de Saint-Pierre, recruté par Maudave – avant de se brouiller avec lui – comme ingénieur de la future colonie, évoque l’atmosphère d’enthousiasme philosophique entourant cette utopie concrète qui entend dissocier radicalement esclavagisme et colonisation. Il met aussi en doute a posteriori la sincérité des motivations de Maudave13. De fait le seul résultat concret de l’entreprise semble avoir été l’envoi par Maudave d’une centaine d’esclaves pour ses plantations de l’île de France, où furent également rapatriés les restes de l’expédition décimée par les fièvres14 ; bel exemple de perversion d’un certain idéalisme colonisateur, qui asservit après s’être implanté au nom d’un discours de fraternité et justifie pleinement le « Méfiez-vous des blancs » de la Chanson V.

  • 15 On trouvera une présentation succincte des tentatives de Maudave et de Benyowski dans l’ouvrage d’H (...)

15L’autre épisode historique, achevé en mai 1786 avec la mort de son protagoniste et donc tout récent à la date de la publication des Chansons madécasses, concerne l’étonnante épopée malgache de l’aventurier Benyowski, d’abord au service de la France, puis contre elle. Escroc, imposteur et mythomane, le baron ou prétendu baron de Benyowski avait réussi à se faire attribuer par les bureaux ministériels la reprise du projet d’« établissement de Madagascar » après l’échec de Maudave et s’était installé en 1774 dans la baie d’Antongil, d’où il prétendait avoir soumis l’île entière, s’attribuant même le titre d’empereur de Madagascar. Ici encore, l’aventure s’acheva de façon désastreuse par la mort de quelque trois cents hommes victimes des fièvres et plus tard celle de Benyowski lui-même, tué dans un affrontement avec les troupes françaises après avoir perdu l’appui des ministères15.

*

16Tels sont les éléments de l’histoire coloniale à l’arrière-plan des Chansons madécasses. Si les allusions sont beaucoup trop vagues pour désigner un référent historique précis, il apparaît clairement qu’elles renvoient bien à deux époques distinctes, l’une correspondant à la première colonisation française à Fort-Dauphin dans les années 1643-1674, l’autre aux tentatives coloniales des années 1768-1786 menées par Maudave puis par Benyowski, toutes également marquées par une sorte de fatalité de l’échec et une dérive vers la folie sanglante qui évoque les romans de Conrad. Mais, même conforme à la réalité historique attestée, l’image assez sombre que Parny donne de la colonisation à Madagascar, où il n’est jamais allé et dont il n’a aucune connaissance directe, a dû passer par divers filtres.

  • 16 Voir S. Meitinger, « Les Chansons madécasses d’Évariste Parny. Exotisme et libération de la forme p (...)

17Sans doute d’abord par des témoignages oraux recueillis à Bourbon, soit auprès de certains esclaves eux-mêmes, soit grâce aux récits rapportés qui circulaient sans doute dans le milieu des colons et des négociants engagés dans la traite. La première hypothèse revient à se demander s’il y a quelque chose de « madécasse » dans les Chansons madécasses, autrement dit si Parny aurait pu s’inspirer de formes et de contenus authentiquement malgaches ; piste séduisante, malheureusement difficile à valider, car s’il existe bien quelques vagues similitudes avec les genres poétiques malgaches traditionnels comme les Haintenys, il s’agit d’analogies de forme plutôt que de contenu, relevant de caractéristiques très générales de la « rhétorique naturelle » censée caractériser la « poésie ethnique »16.

  • 17 Poésies érotiques, à l’Isle de Bourbon, 1778 (Bibliographie, n° 54).

18Il serait donc naïf de croire que les Chansons madécasses transcrivent de véritables emprunts à la tradition orale. Que Parny les présente dans son Avertissement comme recueillies et traduites par ses soins relève d’une convention littéraire usée en une époque où les prétendues « traductions » vont de pair avec l’expression du primitivisme poétique ; Ossian en est la preuve. On peut même y voir un badinage ironique, dans le ton de la plaisanterie pour initiés qui donnait l’édition originale des Poésies érotiques pour publiée à l’île Bourbon, où n’existait encore aucune imprimerie17.

19C’est plutôt du côté de l’intertexte écrit et particulièrement de la littérature de voyage qu’il faut chercher pour éclairer l’anticolonialisme des Chansons madécasses, qui réinterprète selon l’idéologie des Lumières diverses informations recueillies ici et là. Les sources potentielles de Parny sont trop nombreuses pour être sérieusement examinées ; on s’en tiendra donc à quelques textes particulièrement suggestifs.

20Le premier document émane de Parny lui-même. Il s’agit de la lettre écrite en janvier 1775 de l’île Bourbon à son ami et compatriote Bertin, où il dresse un tableau fort critique de leur pays natal à tous deux. Oubliant apparemment qu’il est lui-même créole comme son correspondant, Parny s’en prend à l’ignorance, à la vanité et à la paresse des Créoles de Bourbon, imputant ces défauts à l’influence corruptrice de l’esclavage, avant de consacrer une tirade éloquente au sort des Nègres :

  • 18 Parny, Mélanges, dans Œuvres, t. I, p. 255. Les lettres de Parny à son frère et à son ami Bertin on (...)

Ils sont hommes, ils sont malheureux ; c’est avoir bien des droits sur une âme sensible. Non, je ne saurais me plaire dans un pays où mes regards ne peuvent tomber que sur le spectacle de la servitude, où le bruit des fouets et des chaînes étourdit mon oreille et retentit dans mon cœur. Je ne vois que des tyrans et des esclaves, et je ne vois pas mon semblable. On troque tous les jours un homme contre un cheval : il est impossible que je m’accoutume à une bizarrerie si révoltante.18

21Il signale aussi la nostalgie des esclaves déportés de Madagascar, qui parviennent quelquefois à rejoindre leur pays à bord d’une pirogue volée, mais c’est ordinairement pour y périr massacrés par leurs compatriotes. Comme plus tard dans l’Avertissement des Chansons madécasses, il évoque la vente des enfants par les parents eux-mêmes « pour un fusil ou pour une bouteille d’eau-de-vie », crime dont les Européens esclavagistes sont en dernière analyse responsables, et la conversion forcée de ces hommes qui pourtant « reconnaissent un Être suprême » – il s’agit de Zanahar, le Grand Dieu malgache – à un christianisme aliénant et absurde qu’ils associent à leur servitude (p. 256).

22Conçue pour la publication, cette lettre en prose mêlée de vers sur le modèle du célèbre Voyage de Chapelle et Bachaumont, qui s’adresse au lecteur autant qu’à son destinataire théorique, contient dès 1775 à peu près tous les thèmes critiques de la Chanson V – y compris l’appel au soulèvement contre les colonisateurs (« Malheureux ! ce sont plutôt ces mêmes blancs qu’il faut repousser de vos paisibles rivages », p. 256) –, mais aussi une anecdote personnelle vraisemblablement apocryphe qui n’y a pas été reprise : Parny rapporte que, choisi (on se demande bien pourquoi !) pour administrer un baptême d’urgence à un esclave mourant, il essuie un refus de ce dernier, avec cet argument cinglant : « Je ne veux point d’une autre vie, car peut-être y serai-je encore votre esclave » (p. 257).

  • 19 Voir sur ce point la thèse de C. Seth, Évariste Parny, p. 107-108.

23Ces thèmes sont-ils originaux ? L’anecdote de l’esclave mourant qui refuse le baptême semble appartenir à un fonds commun du discours anti-esclavagiste ; elle est présente notamment chez Voltaire et dans l’Histoire des deux Indes de Raynal19. À peu près tous les autres éléments sont repérables dans la lettre xii (« Des Noirs ») et son post-scriptum (« Réflexions sur l’esclavage ») du Voyage à l’île de France de Bernardin de Saint-Pierre (1773), parfois sous une forme étonnamment similaire. On comparera par exemple avec la conclusion du développement de Bernardin :

  • 20 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’île de France, Y. Benot éd., Paris, La Découver (...)

J’ai vu chaque jour fouetter des hommes et des femmes pour avoir cassé quelque poterie, oublié de fermer une porte […]. Ma plume se lasse d’écrire ces horreurs ; mes yeux sont fatigués de les voir, et mes oreilles de les entendre […]. Ici, je vois de pauvres Négresses courbées sur leurs bêches avec leurs enfants nus collés sur leur dos, des Noirs qui passent en tremblant devant moi ; quelquefois j’entends au loin le son de leur tambour, mais plus souvent celui des fouets qui éclatent en l’air comme des coups de pistolet, et ces cris qui vont au cœur… « Grâce, Monsieur !… Miséricorde. »20

  • 21 Voir C. Seth, Évariste Parny, p. 250 ; S. Meitinger signale seulement que la Chanson V « pourrait (...)

24Un autre rapprochement, qui paraît de prime abord s’imposer, a été fait avec le Supplément au Voyage de Bougainville de Diderot, rédigé pour l’essentiel en 177221. Le thème de l’hospitalité érotique sert de point de départ, voire d’argument, à l’entretien de l’aumônier et du Tahitien Orou, lequel lui offre ses trois filles et même sa femme comme Ampanani propose à l’étranger sa fille Nélahé dans les Chansons I et II ; le discours du vieillard tahitien développe longuement les arguments anticolonialistes de la Chanson v après leur présentation en sommaire dans l’exorde :

  • 22 Diderot, Supplément au Voyage de Bougainville, dans Œuvres philosophiques, P. Vernière éd., Paris, (...)

Pleurez, malheureux Tahitiens ! pleurez ; mais que ce soit de l’arrivée, et non du départ de ces hommes ambitieux et méchants : un jour vous les connaîtrez mieux. Un jour, ils reviendront, le morceau de bois que vous voyez attaché à la ceinture de celui-ci, dans une main, et le fer qui pend au côté de celui-là, dans l’autre, vous enchaîner, vous égorger, ou vous assujettir à leurs extravagances et à leurs vices ; un jour vous servirez sous eux, aussi corrompus, aussi vils, aussi malheureux qu’eux.22

  • 23 Ibid.

25À cette dénonciation de la perfidie des Européens face à la bonne foi naïve des indigènes et de l’usurpation territoriale par la violence guerrière combinée à l’aliénation religieuse, il ne manque même pas, pour compléter le parallélisme avec la Chanson V, l’appel suggéré au soulèvement, ici voilé par la réticence dénégatoire : le vieillard résistera, annonce-t-il, à la tentation d’exposer à ses compatriotes le « moyen d’échapper à un funeste avenir », à savoir l’extermination des envahisseurs23.

  • 24 Voir l’introduction de P. Vernière, ibid., p. 450.
  • 25 Sur la collaboration de Diderot à l’Histoire des deux Indes, l’ouvrage de référence demeure l’étude (...)

26Malheureusement la lecture du Supplément ne saurait expliquer ces convergences effectivement frappantes, puisque le texte de Diderot, quoique rédigé en 1772, est resté inédit jusqu’en 1796 et que Parny n’a donc pu en avoir connaissance, sinon, hypothèse très improbable, via la copie manuscrite de Naigeon24. Mais un texte peut en cacher un autre : Diderot, on le sait aujourd’hui, fut l’un des principaux collaborateurs occultes de l’abbé Raynal pour l’Histoire des deux Indes, et ce semble-t-il dès la première édition (1770), mais surtout pour la version de 1780, considérablement remaniée et augmentée, qui reprend et développe les diatribes anticolonialistes du Supplément25.

  • 26 Dans une épître en vers adressée à son frère et datée de Pondichéry, septembre 1785, Parny fait all (...)
  • 27 Voir notre article « L’effet exotique dans l’Histoire des deux Indes et la mise en scène du monde c (...)
  • 28 Formule de M. Merle, L’anticolonialisme européen de Las Casas à Karl Marx, Paris, A. Colin, 1969, p (...)
  • 29 Elles ont été analysées par Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris (...)

27Comme tout le monde ou peu s’en faut, Parny avait lu cet ouvrage26, probablement l’un des plus largement diffusés dans la France prérévolutionnaire – il ne connut pas moins de 48 éditions jusqu’à la mort de Raynal en 1796 –, y compris aux Mascareignes comme le montrent les inventaires des bibliothèques privées27, ce succès étrange pour un texte qui passe pour un « monument de l’anticolonialisme »28 pouvant en suggérer déjà les ambiguïtés. De fait, à côté d’appels à la diffusion des Lumières parmi les peuples sauvages et de conseils pratiques pour le commerce colonial, l’Histoire des deux Indes contient des dénonciations d’une violence inouïe29, qui mettent en accusation le colonisateur européen et lui prédisent le sort funeste réservé à l’oppresseur :

Les nations subjuguées soupirent après un libérateur ; les nations vexées soupirent après un vengeur ; et ce vengeur elles ne tarderont pas à le trouver […].

Continuerez-vous à massacrer, emprisonner, dépouiller ceux qui se sont mis sous votre protection ? […]

  • 30 Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des E (...)

Qu’attestent ces forts dont vous avez hérissé toutes les plages ? Votre terreur et la haine profonde de ceux qui vous entourent. Vous ne craindrez plus, quand vous ne serez plus haïs. Vous ne serez plus haïs, quand vous serez bienfaisans.30

28La conclusion est donc claire, comme le suggèrent les dernières pages du quatrième livre ; il faut évacuer les colonies si l’on veut éviter le massacre des colonisateurs :

À quoi bon vous opposer à une révolution éloignée, sans doute, mais qui s’exécutera malgré vos efforts ? Il faut que le monde que vous avez envahi s’affranchisse de celui que vous habitez. Alors les mers ne sépareront plus que deux amis, que deux freres. (t. II, chap. XXXIII, p. 356)

29Dans le premier livre, chapitre XXIV, Raynal ou plutôt Diderot, auteur probable de cette tirade, exprime en clair ce qui n’était que suggéré dans le Supplément et s’abandonne – en paroles – à une sorte de lyrisme sanguinaire de la trahison rédemptrice :

Barbares Européens ! l’éclat de vos entreprises ne m’en a point imposé ! Leur succès ne m’en a point dérobé l’injustice. Je me suis souvent embarqué par la pensée sur les vaisseaux qui vous portaient dans ces contrées lointaines ;
mais descendu à terre avec vous, et devenu témoin de vos forfaits, je me suis séparé de vous, je me suis précipité parmi vos ennemis, j’ai pris les armes contre vous, j’ai baigné mes mains dans votre sang ! (t. I, p. 167-168)

30Mais c’est un autre passage dû également à Diderot (livre II, chapitre XVIII), le plus célèbre peut-être de toute l’Histoire des deux Indes, qui évoque le plus directement le texte de Parny ; il s’agit de la fameuse apostrophe aux Hottentots du Cap à la veille du débarquement des Hollandais, cultivant « au milieu des forêts » « le bonheur, l’innocence et le repos de la vie patriarchale » :

Fuyez, malheureux Hottentots, fuyez ! enfoncez-vous dans vos forêts. Les bêtes féroces qui les habitent sont moins redoutables que les monstres sous l’empire desquels vous allez tomber. Le tigre vous déchirera peut-être : mais il ne vous ôtera que la vie. L’autre vous ravira l’innocence et la liberté. Ou si vous vous en sentez le courage, prenez vos haches, tendez vos arcs, faites pleuvoir sur ces étrangers vos flèches empoisonnées. Puisse-t-il n’en rester aucun pour porter à leurs concitoyens la nouvelle de leur désastre ! (t. I, p. 258)

  • 31 Voir sur ce point les deux analyses également perspicaces, quoique idéologiquement opposées, de W.  (...)

31On retrouve ici une fois de plus l’appel à l’extermination du colonisateur – étrange fantasme sur lequel il y aurait beaucoup à dire31 –, mais cette fois pris en charge, comme dans la Chanson V, par un énonciateur difficilement situable, s’il est clair qu’il s’adresse sur le mode de l’exhortation à la collectivité indigène, on ne sait trop s’il en constitue l’émanation, ou bien s’il incarne toujours une instance de discours européenne, ou encore s’il doit être identifié à la voix anonyme d’une sorte de Justice supérieure.

32Raynal – ou peut-être faudrait-il écrire Diderot – est celui qui a donc vraisemblablement fourni à Parny le modèle rhétorique de la Chanson V, c’est-à-dire l’interpellation imaginaire des colonisés devenus destinataires du discours et, corrélativement, le glissement de la position de parole du locuteur, lequel n’est plus le représentant de son monde réel d’appartenance – l’Europe – mais celui d’une puissance vengeresse identifiée aux intérêts suprêmes des autochtones asservis. Mais il reste à expliquer un autre glissement qui, prenant le contre-pied du discours des colonisateurs ou des voyageurs européens dans leurs relations avec les indigènes de Madagascar, intervertit les rôles stéréotypés attribués à chacun des deux camps, celui de l’agresseur perfide et intéressé, celui de la victime innocente dont la bonne foi naïve a été abusée.

  • 32 Raynal, pour sa part, disqualifie ces accusations soit comme calomnieuses, soit, lorsqu’elles sont (...)
  • 33 François Martin, Mémoires (1665-1669), A. Martineau éd., Paris, Société d’éditions géographiques, m (...)
  • 34 Urbain Souchu de Rennefort, Mémoires pour servir à l’Histoire des Indes orientales…, Paris, Arnould (...)

33À lire les « classiques » du voyage à Madagascar, un motif appuyé d’une multitude d’anecdotes sanglantes revient de façon obsessionnelle, celui de la perfidie et de la cruauté des Malgaches envers les étrangers32, accompagné de sévères mises en garde aux futurs visiteurs européens. François Martin, futur fondateur de Pondichéry, estime que « le peuple de Madagascar, généralement parlant, est traître, vindicatif, remuant, capable de tout entreprendre en corps, ennemi de la sujétion », reconnaissant d’ailleurs que, si les Français « se plaignent de leur manque de bonne foi », « les Noirs pourraient user de retour sur eux »33, comme le prouve la traîtrise de Pronis, qui attira à Fort-Dauphin pour les vendre aux Hollandais des fils de chefs indigènes ; affaire souvent rappelée et qui semble-t-il a choqué tous les témoins. Le secrétaire de la Compagnie des Indes Souchu de Rennefort, quoique assez favorable aux Malgaches, met en garde les futurs colonisateurs contre « leurs vengeances et leurs cruautez », car « les Madagascarois sont remuans, jaloux de la liberté, défians, vindicatifs, et ne pardonnent point »34. Les propos de Robert Challe, qui se borne à répéter ce qu’il a entendu puisqu’il est passé au large de l’île sans débarquer, sont tout à fait représentatifs du discours dominant :

  • 35 Robert Challe, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales (1721), F. Deloffre et M. Menemenciogl (...)

Ce pays est sans contredit un des plus heureux que le soleil éclaire ; mais les habitants sont les plus perfides, les plus cruels et les plus traîtres de tous les hommes ; supposé que le nom d’homme puisse et doive se donner à qui n’a rien d’humain que sa figure.35

34L’appréciation la plus féroce émane du gouverneur de Fort-Dauphin Étienne de Flacourt, le plus illustre de tous les voyageurs français à Madagascar, auteur d’une somme sur la Grande Île qui resta l’ouvrage de référence jusqu’aux travaux d’Alfred et Guillaume Grandidier à l’aube du XXe siècle :

  • 36 Étienne de Flacourt, Histoire de la Grande Isle Madagascar (1658 ; édition complétée : 1661), C. Al (...)

S’il y a nation au monde adonnée à la trahison, dissimulation, flatterie, cruauté, mensonge et tromperie, c’est celle-ci […]. C’est la nation la plus vindicative du monde ; et de la vengeance et trahison, ils en font leurs deux principales vertus, estimant ceux-là niais et sans esprit qui pardonnent.36

  • 37 Mais ces précisions figurent également pour la plupart dans les chapitres de l’Histoire des deux I (...)
  • 38 On trouvera l’inscription et la relation qui l’accompagne, d’après la transcription qu’en donne le (...)

35Que Parny ait connu l’Histoire de la Grande Isle Madagascar de Flacourt, c’est ce que suggèrent diverses observations ethnographiques relatives à la civilisation malgache comme le sacrifice des enfants nés un jour néfaste, les sépultures entourées de crânes de bœufs, l’absence de culte spécifique rendu à Zanahar, l’Être suprême37 ; mais aussi et surtout la formule d’incipit de la Chanson V, « Méfiez-vous des blancs, habitants du rivage », qui semble bien être la réplique ironique à une page célèbre du récit de Flacourt. Celui-ci relate que, s’apprêtant à quitter l’île en 1653, il a fait dresser sur le rivage de Fort-Dauphin une stèle portant une inscription latine, reproduite sur une gravure de l’édition de 1661 : « O Advena lege monita nostra tibi tuis vitæque tuæ profitura : Cave ab incolis. Vale » (p. 289) ; « Ô toi qui débarques, lis nos avertissements destinés à être utiles à toi, aux tiens et à ta vie : garde-toi des habitants. Adieu. » Ce texte, accompagné d’une longue relation latine détaillant les péripéties sanglantes des rapports franco-madécasses à Fort-Dauphin38, constitue une mise en garde contre la perfidie des indigènes adressée aux futurs colonisateurs. Pendant plus d’une centaine d’années, il a donné le ton des échanges ultérieurs et fortement contribué à façonner l’image négative associée aux populations de la Grande Île.

36Le « Méfiez-vous des blancs, habitants du rivage » constitue sans le moindre doute le retournement ironique de la formule de Flacourt : même cadre symbolique, le rivage, lieu de rencontre de l’indigène et de l’étranger ; mêmes acteurs, les autochtones de l’île et les nouveaux arrivants ; même contenu, l’exhortation à la méfiance contre les desseins perfides d’un peuple hypocrite. Mais les rôles sont inversés, de même que les instances de discours : c’est désormais à l’« habitant du rivage » que s’adresse la mise en garde face au péril incarné par la colonisation étrangère. Justifié certes par de cruelles expériences passées – les deux invasions européennes évoquées dans la Chanson V –, l’avertissement prend aussi valeur pour l’avenir d’incitation implicite à l’extermination préventive des envahisseurs, si on le replace dans son intertexte, le discours du vieillard tahitien du Supplément ou l’apostrophe aux Hottentots de l’Histoire des deux Indes.

  • 39 Avertissement à Guillaume Raynal, Histoire philosophique et politique des deux Indes, textes choisi (...)
  • 40 Bernardin détaille le chargement transporté par ses esclaves au cours de son voyage à pied autour d (...)
  • 41 Cité par C. Seth, Évariste Parny, p. 109.

37Il n’en demeure pas moins que l’instance réelle de discours est bel et bien l’auteur, blanc et européen quoique créole, et le lecteur français le véritable destinataire de la harangue vengeresse théoriquement adressée aux « habitants du rivage ». On peut alors comprendre le texte de deux manières : soit comme une condamnation politique de l’entreprise coloniale et bien entendu de l’esclavage lancée à l’opinion, la menace de l’insurrection venant appuyer l’urgence de la décolonisation ; soit comme une posture personnelle et à vrai dire un peu trouble visant à s’exonérer par le radicalisme du discours d’on ne sait quelle culpabilité, sans que ces proclamations entraînent pour celui qui les prononce la moindre conséquence pratique. Raynal, l’éloquent auteur de tant d’appels au soulèvement des peuples opprimés, était aussi, selon Yves Benot, un « affairiste, soucieux de s’enrichir par tous les moyens y compris la traite des Noirs »39. Son anti-esclavagisme proclamé n’empêcha nullement Bernardin de Saint-Pierre d’utiliser ses propres esclaves comme bêtes de somme en les surchargeant très au-delà du maximum autorisé, comme il le relate sans la moindre gêne dans son Voyage à l’île de France40. Parny n’échappe pas à ces contradictions, dans lesquelles il baigne encore plus directement par ses origines familiales qui le rendent, malgré lui il est vrai, partie prenante d’un système que ses écrits condamnent. Cependant il est un peu gênant d’apprendre qu’au moment même où paraissent les Chansons madécasses, il écrit à sa sœur Javotte (lettre du 6 avril 1787) pour lui demander de vendre – mais non pas d’affranchir – le nègre Auguste, dont il est resté propriétaire41.

  • 42 Elle est attribuée à Leconte de Lisle, autre poète créole originaire de l’île Bourbon.

38On se gardera d’en déduire que tous les élégiaques sont des canailles, pour reprendre une formule célèbre42. On en conclura plutôt que si la littérature offre à la bonne conscience de précieuses ressources, il est des situations historiques auxquelles on n’échappe que par la rupture, ou à défaut par une certaine dose de mauvaise foi.

Notes

1 L’édition utilisée est celle des Œuvres de Parny, t. II, Paris, Hiard, 1831, p. 121-134. Pour la bibliographie de Parny, on se reportera à C. Seth, Bibliographie des écrivains français, XIII. Les poètes créoles du XVIIIe siècle : Parny, Bertin, Léonard, Paris et Rome, Memini, 1998, ci-après Bibliographie. L’édition originale de notre texte a été publiée sous le titre Chansons madécasses traduites en français, suivies de poésies fugitives, Paris, Hardouin et Gattey, 1787 (Bibliographie, n° 111).

2 Nous n’avons pu consulter l’article de E. D. Seeber, « Parny as an opponent of slavery », Modern Language Notes, t. XLIX, n° 6, juin 1934, p. 360-366.

3 « Zanhar et Niang ont fait le monde. Ô Zanhar ! nous ne t’adressons pas nos prières : à quoi servirait de prier un Dieu bon ? C’est Niang qu’il faut apaiser » (Chanson VII, Œuvres, p. 129). Si Zanhar (Zanahary) est bien en effet le dieu suprême dans la croyance malgache, le nom de Niang semble avoir été inventé par Parny. Toutefois les conceptions dualistes des Malgaches et le paradoxe qui les conduit à honorer le diable plutôt que Dieu constituent des lieux communs repris par de nombreux voyageurs ; ainsi Charles Dellon s’étonne-t-il que « par une indigne obstination ils disent qu’il n’est pas necessaire de prier celuy qui ne fait jamais de mal et reservent leur veneration et leurs vœux pour le demon qui les tourmente » (Nouvelle relation d’un voyage fait aux Indes Orientales par M. Dellon, Docteur en médecine [1685], Amsterdam, Paul Marret, 1699, p. 21).

4 Voir sur ce point comme sur les autres indications biographiques ci-après la thèse de C. Seth, Évariste Parny (1753-1814), Université Paris IV, 1994, 2 volumes, exemplaire dactylographié, p. 18.

5 Antoine Boucher, Mémoire pour servir à la connoissance particuliere de chacun des habitans de l’isle de Bourbon (1710), J. Barassin éd., Aix-en-Provence, Association des chercheurs de l’océan Indien et Institut d’histoire des pays d’outre-mer, 1978, p. 178-179.

6 C. Seth, Évariste Parny, p. 109, p. 221, p. 241. On notera qu’un poème mythologique des Mélanges daté de 1787 est intitulé Léda (Œuvres, t. II, p. 42-45). Rien n’y évoque cependant la liaison avec l’esclave malgache ainsi baptisée, sinon peut-être sa tonalité voluptueuse et même scabreuse.

7 D’après Léon de Forges de Parny, cité par C. Seth, Évariste Parny, p. 241.

8 Voir J.-M. Filliot, La traite des esclaves vers les Mascareignes au XVIIIe siècle, Paris, ORSTOM, 1974, p. 118, ainsi que les études réunies dans les actes du colloque international sur l’esclavage d’Antananarivo, 24-28 septembre 1996, L’esclavage à Madagascar, aspects historiques et résurgences contemporaines, Antananarivo, Institut des civilisations – musée d’Art et d’Archéologie, 1997.

9 J.-M. Filliot, La traite des esclaves…, p. 62.

10 Voir ibid., p. 132, ainsi que H. Deschamps, Histoire de Madagascar, Paris, Berger-Levrault, 1972, p. 84-91.

11 Lanux, dans son Mémoire sur la Traite, précise qu’un esclave équivaut à deux fusils, 25 livres de poudre et 5 pièces de salempouris en 1729 (J.-M. Filliot, La traite des esclaves…, p. 206).

12 Cité par H. Deschamps, Histoire de Madagascar, p. 81.

13 « Quant au chef, ce Platon, on me dit que c’était un habitant ruiné de l’Ile de France qui avait amusé [?] les premiers commis pour se procurer des noirs à bon marché », écrit Bernardin de Saint-Pierre dans les ajouts manuscrits à son Voyage à l’Isle de France recueillis dans l’édition critique de R. Chaudenson, île Maurice, Éditions de l’océan Indien, 1986, p. 69.

14 Voir H. Deschamps, Histoire de Madagascar, p. 81.

15 On trouvera une présentation succincte des tentatives de Maudave et de Benyowski dans l’ouvrage d’H. Deschamps (p. 80-83). Les Mémoires et voyages de Benyowski ont été récemment réédités : Maurice-Auguste Beniowski [sic], Mémoires et voyages, Paris, Noir sur Blanc - Seuil, 1999, 3 volumes.

16 Voir S. Meitinger, « Les Chansons madécasses d’Évariste Parny. Exotisme et libération de la forme poétique », L’exotisme, actes du colloque de Saint-Denis de la Réunion, A. Buisine et N. Dodille éd., Paris, Didier-Érudition (Cahiers CRLH-CIRAOI, n° 5), 1988, p. 295-304.

17 Poésies érotiques, à l’Isle de Bourbon, 1778 (Bibliographie, n° 54).

18 Parny, Mélanges, dans Œuvres, t. I, p. 255. Les lettres de Parny à son frère et à son ami Bertin ont été publiées initialement sous le titre Voyage à l’Île Bourbon, A. M., Londres, 1777 (Bibliographie, n° 50).

19 Voir sur ce point la thèse de C. Seth, Évariste Parny, p. 107-108.

20 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’île de France, Y. Benot éd., Paris, La Découverte - Maspero, 1983, p. 120.

21 Voir C. Seth, Évariste Parny, p. 250 ; S. Meitinger signale seulement que la Chanson V « pourrait être prononcée par un personnage proche de celui du vieux Tahitien mis en scène par Diderot » (art. cité, p. 303).

22 Diderot, Supplément au Voyage de Bougainville, dans Œuvres philosophiques, P. Vernière éd., Paris, Garnier, 1964, p. 466.

23 Ibid.

24 Voir l’introduction de P. Vernière, ibid., p. 450.

25 Sur la collaboration de Diderot à l’Histoire des deux Indes, l’ouvrage de référence demeure l’étude fondatrice de Michèle Duchet, Diderot et l’Histoire des deux Indes, ou l’écriture fragmentaire, Paris, Nizet, 1978.

26 Dans une épître en vers adressée à son frère et datée de Pondichéry, septembre 1785, Parny fait allusion au célèbre tableau consacré aux bayadères de l’Inde « Dont l’Histoire philosophique / Se plaît à peindre le danger » et fait part de sa déception : « Raynal vous a trop embellies, / Et vous trompez mon fol espoir » (« À mon frère », Mélanges, Œuvres, t. II, p. 36).

27 Voir notre article « L’effet exotique dans l’Histoire des deux Indes et la mise en scène du monde colonial de l’océan Indien », L’Histoire des deux Indes : réécriture et polygraphie, H. J. Lüsebrink et A. Strugnell éd., Oxford, Voltaire Foundation (Studies on Voltaire, n° 333), 1996, p. 119-132 (p. 119).

28 Formule de M. Merle, L’anticolonialisme européen de Las Casas à Karl Marx, Paris, A. Colin, 1969, p. 79.

29 Elles ont été analysées par Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspero, 1971, p. 170-177.

30 Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, Genève, Pellet, 1782, 10 volumes, t. II, livre IV, chap. XXVIII, p. 354.

31 Voir sur ce point les deux analyses également perspicaces, quoique idéologiquement opposées, de W. R. Womack, « Eighteenth-Century themes in the Histoire philosophique et politique des deux Indes of Guillaume Raynal », Studies on Voltaire, n° 96, 1972, p. 129-265, et de J. Mander, « La rhétorique de la vengeance dans l’Histoire des deux Indes », La vengeance dans la littérature d’Ancien Régime, E. Méchoulan éd., Montréal, Département d’études françaises de l’Université de Montréal (Paragraphes), 2000, p. 153-168.

32 Raynal, pour sa part, disqualifie ces accusations soit comme calomnieuses, soit, lorsqu’elles sont vérifiées, comme des réactions imputables à la perfidie des Européens (Histoire des deux Indes, t. II, livre IV, chap. IV, p. 190-198) et donc légitimées par une « antipathie de ressentiment » qui ne remet pas en cause le « bon naturel » des insulaires ; ce qui semble être également la position de Parny.

33 François Martin, Mémoires (1665-1669), A. Martineau éd., Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1931, t. I, p. 19 et p. 256.

34 Urbain Souchu de Rennefort, Mémoires pour servir à l’Histoire des Indes orientales…, Paris, Arnould Seneuze et Daniel Horthemels, 1688, p. 402.

35 Robert Challe, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales (1721), F. Deloffre et M. Menemencioglu éd., Paris, Mercure de France, 1979, p. 224.

36 Étienne de Flacourt, Histoire de la Grande Isle Madagascar (1658 ; édition complétée : 1661), C. Allibert éd., Paris, Inalco-Karthala, 1995, p. 170-171.

37 Mais ces précisions figurent également pour la plupart dans les chapitres de l’Histoire des deux Indes consacrés à Madagascar (t. II, livre IV, chap. IV et V, p. 185-198).

38 On trouvera l’inscription et la relation qui l’accompagne, d’après la transcription qu’en donne le manuscrit, dans l’édition critique de C. Allibert, p. 609-613. Nous traduisons.

39 Avertissement à Guillaume Raynal, Histoire philosophique et politique des deux Indes, textes choisis par Y. Benot, Paris, Maspero, 1981, p. 6.

40 Bernardin détaille le chargement transporté par ses esclaves au cours de son voyage à pied autour de l’île : 120 livres pour Côte et 80 pour Duval, soit beaucoup plus que les 60 livres par tête autorisées par l’ordonnance de l’intendant Pierre Poivre pour les esclaves mâles (Voyage à l’île de France, édition citée, p. 151-152).

41 Cité par C. Seth, Évariste Parny, p. 109.

42 Elle est attribuée à Leconte de Lisle, autre poète créole originaire de l’île Bourbon.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search