Version classiqueVersion mobile

Apprendre à porter sa vue au loin

Première partie. Voyages

La noirceur du Noir dans l’Histoire des voyages

Jean Sgard

Texte intégral

  • 1 Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspero, 1971, p. 81-95, (...)
  • 2 Sur le travail de traduction et d’adaptation de Prévost, voir la communication de S. Albertan-Copp (...)

1Il y a trente ans qu’est paru le grand livre de Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières ; et l’on peut, aujourd’hui encore, en admirer la richesse d’information, la force de réflexion. Peu de livres, me semble-t-il, ont aussi bien illustré le mouvement des Lumières et son infinie complexité. Il fallait une singulière énergie intellectuelle pour faire apparaître l’unité des Lumières dans la formation d’un discours anthropologique, à travers la diversité des mythes et des images, et il fallait un sens inné de la diversité des esprits pour aborder successivement, selon la même problématique, l’anthropologie de Buffon, de Voltaire, de Rousseau, d’Helvétius, de Diderot. Prévost, lui, fournissait un exemple parfait du mélange de mythes et d’images, mais il était plus difficile de faire apparaître, dans cette immense compilation qu’est l’Histoire des voyages, une pensée de Prévost. Or dans les quinze pages qu’elle consacre à la présentation de la collection, Michèle Duchet aborde de front le problème, et je ne vois pas qu’on soit allé plus loin dans la voie d’une conclusion1. Le problème est évident : dans les quinze volumes qui ont été publiés sous la direction de Prévost de 1746 à 1759, il n’y a, si l’on excepte les préfaces, pas une ligne qui soit de lui ; et c’est pourquoi Jean-Paul Mas n’avait édité, dans le tome VII des Œuvres de Prévost en 1985, que les préfaces et introductions. En même temps, et Michèle Duchet le mettait en lumière, l’ouvrage appartient à Prévost, et sa pensée anime la collection entière de plusieurs façons : il choisit au départ les relations anglaises, et les traduit2 ; le style même de l’ouvrage, dans ce qu’il a de « périodique », de « nombreux », d’« arrondi », rappelle bien (trop bien parfois) la manière de Prévost. C’est lui aussi qui choisit la méthode de compilation, méthode en elle-même extraordinaire, puisqu’elle consiste à emprunter à chaque relation ce qu’elle a de plus intéressant, à juxtaposer tous ces extraits pour former un seul récit, à mixer le récit principal avec des compléments de diverses origines, pour le rendre plus complet, à unifier enfin cet immense collage par des transitions, des introductions (et à partir du tome VIII, des bibliographies critiques) et des conclusions elles-mêmes faites de pièces empruntées. Ce que relève également Michèle Duchet, c’est la politique suivie d’un bout à l’autre de la collection par Prévost, sous le contrôle du révérend père Charlevoix, du chancelier d’Aguesseau, et sans doute du ministre de la Marine Maurepas. L’Histoire des voyages est sans doute, par sa méthode et ses finalités, une œuvre encyclopédique, mais elle n’est pas, dans sa pensée directrice, affiliée au mouvement philosophique. Prévost s’est réconcilié avec les jésuites, il puise dans les lettres des missionnaires, ménage la religion catholique, quitte à critiquer l’esprit dogmatique des théologiens espagnols, et surtout il expurge les voyages anglais de tout relent de protestantisme ou de francophobie. En même temps, il ménage l’Angleterre qui lui fournit les relations originales en cours de publication, parfois même avant publication, et ce au moment même où éclate la guerre de Sept Ans. L’Histoire des voyages donne donc une version consensuelle de la découverte du monde ; elle efface les conflits ; elle s’efforce de mettre en valeur le rôle des pionniers, même si ce rôle peut être contestable du point de vue de la morale ou de la religion. Elle vise à l’utilité ; elle fournit une somme de connaissances sur l’univers connu, avec toutes les cartes et références nécessaires à leur accès ; cet empirisme et ce pragmatisme appartiennent également à Prévost. À juste titre, Michèle Duchet parle de l’Histoire des voyages comme du « dernier grand ouvrage de Prévost » (p. 81). On peut y trouver, à divers niveaux, une pensée à l’œuvre ; j’essaierai de le montrer, une fois encore, à propos d’un exemple à la fois mineur dans son propos, mais essentiel quant aux enjeux, celui de la noirceur des Nègres.

2Les Nègres sont noirs (et j’écris le mot avec une capitale, comme le fait Prévost, qui les considère d’emblée comme une population distincte). Ils le sont peut-être par nature et, depuis la Création ; ils le sont peut-être par accident, du fait du rayonnement solaire. Michèle Duchet, s’appuyant sur le livre de Jacques Roger Les sciences de la vie dans la pensée française du XVIIe siècle, résume le débat :

  • 3 Voir J. Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, (...)

Comme l’écrit Jacques Roger3, c’était être, vers 1705, un « attardé » que de croire que cette noirceur était une « conformité accidentelle » et de l’attribuer au climat ; que l’on adopte la thèse de Malpighi et de Ruysh sur le reticulum mucosum ou celle de Hanneman sur le fermentum nigricum, que l’on situe le germe de la noirceur sous l’épiderme, ou dans le sang (ou encore dans la bile, comme le fera Barrère), on considère qu’il s’agit d’une qualité « essentielle » qui se transmet par la génération. D’où l’idée que la race noire est une race particulière, différente de toutes les autres races, et séparée d’elles par une sorte de barrière biologique. (p. 268)

  • 4 Le teint de Vendredi, selon la traduction de Petrus Borel, « n’était pas noir, mais très basané, s (...)

3Cependant, nul n’a encore observé les différentes sortes de noirceur, ni tenté de distinguer l’acquis de l’inné à travers les différents peuples de la terre : « … c’est en tenant compte de toutes les variétés de l’espèce humaine qu’on peut expliquer les “singularités” de chacune d’entre elles », écrit Michèle Duchet (p. 268) ; et c’est ce que fera Buffon, avant de conclure que la noirceur des Noirs est un caractère acquis, puis génétiquement transmis, comme on le pense encore aujourd’hui. Or l’évolution de Prévost à travers toute son œuvre permet de voir par quels chemins on est parvenu à cette hypothèse. Déjà dans Cleveland (voir en annexe texte 1, 1731) on comprend qu’il y a noir et noir. Les bons Abaquis ne sont pas véritablement noirs ; ils sont « basanés, mais sans être noirs ni olivâtres », et ce brun foncé, ils l’apportent « presque en naissant ». Prévost est prudent ; mais le problème est posé, dans les termes où le posait Defoe à propos de Vendredi dans Robinson Crusoé4. Entre les Noirs véritables, qui, dans l’Amérique de Cleveland, sont importés, les Indiens « olivâtres » et les « naturels » brun foncé de l’Amérique du Nord, des différences sont perceptibles. Du même coup, les nuances de la noirceur peuvent être attribuées à des causes locales. Mais ces causes sont très diverses, et c’est ce que Prévost montrera dans Le Pour et Contre : les Indiens peuvent devoir leur couleur basanée à des huiles protectrices autant qu’à leur exposition au soleil, comme le prétend une « Histoire de la figure humaine » parue en Angleterre (texte 2, 1737) ; et si les Brésiliens et les Africains, qui vivent sous les mêmes latitudes, n’ont pas la même couleur, c’est que l’insolation, tempérée par la vapeur d’eau, n’a pas la même intensité au Brésil qu’en Libye (texte 3). Cette explication paraît à Prévost très vraisemblable. Cependant, un de ses lecteurs, qui ne partage pas cette conclusion, rappelle les arguments de Thomas Browne, dans la Pseudoxia epidemica (1646) : pourquoi, si la couleur est liée aux climats, les Nègres gardent-ils leur couleur quand ils changent de pays, pourquoi cette couleur se transmet-elle à la naissance, pourquoi trouve-t-on dans le même pays, comme la Libye, des hommes de couleur différente ? Et Prévost de proposer ici une interprétation malebranchiste par le pouvoir de l’imagination : le cadre de vie influe sur cette dernière et cette couleur d’imagination se transfère au « principe séminal », pour se transmettre ensuite de génération en génération (texte 4). Cette explication, un peu bizarre à nos yeux, invoque pour la première fois une sorte de code génétique et rejoint tout au moins l’interprétation de Buffon : les variations de la couleur noire, observée sur tous les continents, sont nées d’effets du climat, mais se sont perpétuées par voie héréditaire. On ne peut affirmer que l’un doive à l’autre, l’Histoire des voyages étant contemporaine de l’Histoire naturelle, mais on peut penser que Prévost et Buffon puisent aux mêmes sources, c’est-à-dire aux relations de voyage.

  • 5 Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 258.
  • 6 Je me réfère ici au contenu des notes fournies par Michèle Duchet à J. Abioyé pour son édition des (...)
  • 7 Les références de l’Histoire des voyages renvoient à l’édition in-8°, contemporaine de l’édition i (...)

4À parcourir l’Histoire des voyages, on n’aura pas de mal à retrouver le mode de réflexion qui apparaissait dans Le Pour et Contre. On s’en rend encore mieux compte si l’on se réfère aux Voyages du capitaine Robert Lade, qui précèdent de peu l’Histoire des voyages et en donnent une sorte de vision en raccourci. Le narrateur, commerçant anglais un peu rude et parfois cynique, fait le tour de l’Afrique noire en abordant de place en place, et s’efforce de classer les variétés de tribus noires. Les Hottentots sont assurément des Noirs, « les plus sales et les plus grossiers de tous ces peuples barbares » (texte 5), mais leur noirceur est augmentée par une saleté délibérée : « Ils se frottent le visage et les mains de la suie de leurs chaudières, ou d’une graisse noire qui les rend puants et hideux. » Leurs femmes s’entourent les jambes de boyaux d’animaux : tous sont « horribles à la vue ». On devine que ce noir renforcé correspond à une noirceur intérieure, qui serait « la férocité et la barbarie ». Pour notre capitaine anglais, qui n’y va pas par quatre chemins, la noirceur de la peau trahit la noirceur de l’âme. Même observation quant aux Caffres : « Ces peuples sont noirs, brutaux et cruels » (texte 6). L’extrême noirceur accompagne donc l’extrême barbarie, caractérisée par l’anthropophagie. Les Cobinas, qui sont anthropophages et mangent même des gens de leur nation, sont « les plus noirs des Nègres ». On aura donc parcouru une sorte d’échelle de la noirceur. Ce que le capitaine anglais dit sans détour, les voyageurs l’ont remarqué de façon plus nuancée, et Buffon saura décrire cette extrême variété « dans la race des noirs »5. Cette noirceur fait donc problème, et Lade invoque à ce sujet l’opinion du docteur Towns, pour mieux la réfuter : Towns, qui, selon Michèle Duchet, a exposé sa thèse dans les Philosophical Transactions6, « prétend que le sang des Nègres est aussi noir que leur peau » (texte 8) ; ce serait affirmer que leur couleur serait spécifique, liée à leur nature. Robert Lade, qui sans doute exprime ici les opinions de Prévost, réplique par divers arguments tirés de l’expérience : le sang des Nègres, la nature de leur épiderme, qui blanchit après une brûlure, la nature de leurs organes en général, ne diffèrent pas de ce qu’ils sont chez les « habitants de l’Europe ». Les variations de l’espèce humaine seraient donc accidentelles. Ces constatations empiriques, l’Histoire des voyages va les multiplier. On y trouvera sans mal la même tentative de classement des Noirs d’Afrique : les passages relatifs aux Caffres, aux Hottentots et à leurs différences nous fournissent d’emblée les sources de Prévost, essentiellement Kolben (t. XVII, p. 390)7 ; mais on note au passage que l’observation de Lade relative aux habits des Hottentotes est vivement démentie : « Quantité d’écrivains ont assuré hardiment que les femmes des Hottentots portent autour des jambes des boyaux de mouton » ; or en fait, il s’agit de joncs (t. XVIII, p. 17). Quant à la couleur de leur visage, Kolben, qui écrivait en 1713 et que Prévost devait connaître déjà en rédigeant les Voyages du capitaine Robert Lade, la décrit avec précision : «… les enfants des Hottentots apportent au monde une couleur d’olive luisante, qui se ternit dans la suite, par l’habitude qu’ils ont de se graisser » (t. XVIII, p. 3). L’information est la même que dans Lade, mais on peut constater la différence entre le style précis et mesuré de Kolben, et le style brutal et hyperbolique de Lade. On va surtout retrouver dans l’Histoire des voyages des thèmes qui sont chers à Prévost, celui de la Négresse blanche et de l’origine de la noirceur, et celui de la beauté des Noirs.

  • 8 Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 270.
  • 9 T. X, p. 6. Buffon pose au même moment la même question : « Si l’on prétend que c’est le sang ou l (...)

5Les Noirs peuvent-ils devenir blancs ? La question était posée dans Lade : il suffisait d’une brûlure pour que la peau noire devienne (ou redevienne) blanche. Il existe donc une possibilité théorique de Nègre ou de Négresse blanche. Brue a rencontré en Guinée-Bissau une Négresse blanche (texte 10) ; il est vrai que les habitants de l’île de Bissau se disent descendants des Portugais, alors qu’ils sont « aussi noirs que des corbeaux ». Voici déjà une noirceur et une blancheur accidentelles. À Loango, partie du Congo, Battel affirme que les enfants naissent blancs et deviennent noirs au bout de deux jours (texte 15). Ici encore, on peut soupçonner une hérédité en partie portugaise ; mais pour les indigènes, il s’agit d’une sorte de miracle, et les enfants blancs, qui sont plus probablement des albinos, sont destinés à la profession de sorciers du roi. Leur existence a été attestée à plusieurs reprises, Dapper les décrit avec une grande précision, Vossius s’est interrogé sur leur origine, Buffon les a pris en considération : tous ces individus « singuliers » ont dégénéré « par quelque cause accidentelle »8. La variété des exemples rapportés par Prévost suggère que la nature hésite entre le noir et le blanc et crée de nombreux modèles mixtes ; c’est le cas des Mores, qui sont blanc teinté, ou des Hottentots, qui sont brun noirci ; le même individu peut être les deux à la fois ou successivement : les Négresses de la Côte d’Or sont parfaitement noires à trente ans, jaunâtres à quatre-vingts (texte 13). Quelle est donc la couleur première ? Prévost aborde directement la question en 1747, dans une dissertation introductive que l’on doit, pour une fois, lui attribuer (texte 12). Dans ces « Réflexions sur la cause de la noirceur dans les Nègres », il confronte les opinions qu’il avait déjà en partie exposées dans Le Pour et Contre : la théorie des climats est incapable d’expliquer pourquoi vivent au même endroit des Mores presque blancs et des Nègres presque noirs. La tradition chrétienne n’explique pas que d’Adam et d’Ève aient pu naître des Noirs, ou que la race maudite de Caïn ou de Cham ait pu être entièrement noire : les femmes ayant été soustraites à la malédiction, cette race aurait dû donner des mulâtres. Peut-être les Nègres de la Côte d’Or sont-ils plus cohérents en disant que Dieu a créé à l’origine des Noirs et des Blancs (texte 14). Aura-t-on montré, comme croit le faire l’Académie des sciences, que la couleur dépend d’un reticulum placé sous l’épiderme, encore faudrait-il en montrer la cause : « Ce qu’on cherche, c’est la cause de la noirceur, et pourquoi ce réticule serait noir dans les Nègres et blanc dans les Blancs. »9 Le révérend père Labat a multiplié les remarques sur les accidents de la nature, sans rien prouver ; Prévost se lasse de ces abstractions : « Revenons à notre récit […]. »

6Dans Le Pour et Contre, il avait posé la question de valeur : le blanc est-il plus beau que le noir ? Y a-t-il une beauté des Nègres ? La question est finalement audacieuse, à une époque où la noirceur est toujours dévalorisée. Il concluait alors à l’universalité des canons esthétiques :

Je ne serais point tout à fait du sentiment de Thomas Browne et de plusieurs autres, qui prétendent qu’il n’y a point de couleur affectée à la beauté, et que les Maures, tout noirs qu’ils sont, ne doivent point passer pour laids ; que l’opinion seule en décide […]. (t. XIII, p. 126)

  • 10 Il faudrait tenir compte des illustrations, très nombreuses dans l’Histoire des voyages. Michèle D (...)
  • 11 Dans la partie américaine de l’Histoire des voyages, dont je ne traite pas ici.

7Selon Prévost, qui sur ce point reste classique, les canons du goût sont immuables, qu’il s’agisse de littérature, de musique ou de beauté féminine, et l’épouse du Cantique des Cantiques le reconnaît quand elle dit « je suis noire, mais belle »… La question est de nouveau posée dans l’Histoire des voyages, mais la réponse est plus nuancée : Barbot parle d’un « extrêmement beau noir » (texte 11), mais Le Maire, avec plus de justesse sans doute, affirme que la couleur ne fait pas tout : « Au contraire, il prétend qu’à l’exception de la couleur, ils [les Yalofs] ont les mêmes idées de beauté que les Français ; qu’ils aiment de beaux yeux, une petite bouche, de belles lèvres, et un nez bien proportionné. » Rennefort, dans une Description de Madagascar que Prévost prise particulièrement, affirme que les femmes madécasses sont parfaitement belles (texte 16), jusque dans leur noirceur : qui sait en effet si ce noir « inaltérable » ne l’emporte pas sur une fragile blancheur ? Ce sont toujours les opinions des voyageurs ; mais on doit considérer que Prévost est là pour choisir les textes (intégralement ou non), les mettre en valeur, les opposer les uns aux autres sur des points qui lui importent particulièrement ; or il est évident que la qualité de la noirceur, son origine et sa beauté sont pour lui des sujets de réflexion10. Cette réflexion progresse, au gré des lectures, de l’expérience, de la confrontation avec ses contemporains. Il était parti, à l’époque du Pour et Contre d’un scepticisme inspiré de Montaigne, de La Mothe Le Vayer, de Thomas Browne ; avec les Voyages de Robert Lade, on le voit s’affronter à un empirisme volontiers cynique ; dans l’Histoire des voyages, il parcourt toute l’expérience humaine, il aborde les problèmes sous un jour plus scientifique, il place en regard les textes les plus divers, dans un incessant « pour et contre », il revient aux questions qui le préoccupent le plus : origine et accidents de la noirceur, beauté des Noirs, sort des Nègres, révolte des esclaves11. De 1745 à 1750, au moment même où Buffon commence à publier l’Histoire naturelle, il pose les mêmes problèmes. Une définition du mot « Nègre » qu’il donne dans son Manuel lexique en 1750 rend compte discrètement de son évolution :

Nègre : l’usage a fait donner ce nom, en général, à toutes les créatures qui ont la peau noire, mais on le donne particulièrement à ces malheureux habitants de diverses parties de l’Afrique que les Européens achètent pour le service de leurs colonies. Les physiciens ont fait de grandes recherches sur l’origine de la noirceur dans un grand nombre de nations.

8Prévost n’est pas Diderot, il n’est pas Raynal ; mais on peut voir naître de l’Histoire des voyages une réflexion sourde et obstinée qui suggère peut-être ceci : on a dévalué la noirceur pour mieux asservir un peuple.

Corpus

9Cleveland (1731), Œuvres de Prévost, t. I, 1978 :

1. Leur figure n’avait rien d’effrayant. Tous les sauvages de cette partie de l’Amérique ont communément la taille haute et droite. Ils sont basanés, mais sans être noirs ni olivâtres. La couleur de leur peau est une espèce de brun foncé qu’ils apportent presque en naissant, et qui se soutient presque dans le même état pendant toute leur vie. (p. 186)

10Le Pour et Contre, Paris, Didot, t. XII et XIII, 1737 :

2. Les Indiens sont tous de couleur olivâtre, ou du moins basanés comme les Espagnols ; non qu’ils naissent tels, mais étant nus pour la plupart, ils s’engraissent le corps et l’oignent d’huile, pour se défendre des mouches qui sont fort importunes. Cette onction change à la fin leur couleur naturelle, surtout avec l’habitude qu’ils ont d’être couchés continuellement sur la terre, et d’être exposés à la chaleur et au vent. (t. XII, p. 315-316)

3. Les ardeurs de la Lybie, qui causent la noirceur des peuples qui l’habitent, viennent de l’immense étendue des terres sur lesquelles le soleil passe avant que d’y arriver, ce qui contribue beaucoup à l’augmentation de la chaleur qu’il entraîne et qu’il laisse après lui. (t. XII, p. 316)

4. Les Nègres, transportés dans des climats froids, conservent leur couleur. Elle se perpétue et ne s’altère en rien dans leurs enfants, à moins qu’ils ne se mêlent avec des blanches, et dans ce cas même, ils n’ont qu’un moindre degré de noirceur […] ; dans la Lybie enfin, les peuples ne sont pas noirs, et Ptolémée les nomme Leuco-Aethiopes, ou les Maures pâles et olivâtres. C’est par exemple vers le Cap Negro, Cesala et Madagascar, qu’ils sont d’un noir de jais. (t. XIII, p. 122-123)

11Voyages du capitaine Robert Lade (1745), Œuvres de Prévost, t. VI, 1984 :

5. Ils [les Hottentots] sont d’une saleté qui surpasse l’imagination, comme s’ils mettaient leur étude à se rendre affreux et dégoûtants. Ils se frottent le visage et les mains de la suie de leurs chaudières, ou d’une graisse noire qui les rend puants et hideux. (p. 39)

6. Ces peuples [les Caffres] sont noirs, brutaux et cruels. Il s’y trouve des anthropophages. (ibid.)

7. Les Cobinas sont au-delà de ceux-ci et passent pour des anthropophages qui rôtissent vifs ceux dont ils peuvent se saisir, sans épargner les gens même de leur nation. Ils sont les plus noirs des Nègres, et portent les cheveux fort longs. (ibid.)

8. Le docteur Towns prétend que le sang des Nègres est aussi noir que leur peau. Il a vu, dit-il, tirer du sang à vingt au moins de ces malheureux, soit dans la santé ou dans la maladie, et la superficie en était aussi noire que le paraît notre sang lorsqu’on l’a conservé pendant quelques jours dans un bassin. Il en conclut que la noirceur est une qualité qui leur est absolument naturelle, et qui ne leur est pas communiquée par l’ardeur du soleil […]. (p. 83)

12Manuel lexique, Paris, Didot, 1750 :

9. Nègre : l’usage a fait donner ce nom, en général, à toutes les créatures humaines qui ont la peau noire ; mais on le donne particulièrement à ces malheureux habitants de diverses parties de l’Afrique que les Européens achètent pour les services de leurs colonies. Les physiciens ont fait de grandes recherches sur l’origine de la noirceur dans un grand nombre de nations.

  • 12 Ce corpus a été constitué à partir de la table très détaillée de Chompré (t. LXI-LXIV de la collec (...)

13Histoire des voyages, édition in-8°, Paris, Didot, 1746-177012 :

10. Les paroissiens [de Bissao] sont environ cent cinquante Nègres et quatre cents femmes, qui se disent Portugais, quoiqu’ils soient aussi noirs que des corbeaux. Brue vit à Bissao une Négresse blanche, née d’un père et d’une mère noirs. Elle fut mariée à un Nègre, dont elle eut des enfants aussi noirs que leur père. (t. XIII, 1747, p. 237)

11. Barbot, parlant en général des Nègres de ces quartiers [les Yolofs], dit qu’ils sont d’un extrêmement beau noir, droits, bien faits, agiles et robustes […].

Au contraire, il [Le Maire] prétend qu’à l’exception de la couleur, ils ont les mêmes idées de beauté que les Français ; qu’ils aiment de beaux yeux, une petite bouche, de belles lèvres, et un nez bien proportionné. (t. IX, 1747, p. 414-415)

12. Quelques réflexions sur la cause de la noirceur dans les Nègres. […]

S’il est certain, comme on le croit généralement, que la race humaine est sortie de deux premiers auteurs, la question sera, quelle était leur couleur ; car soit qu’ils fussent blancs, bruns ou rougeâtres, comme le nom d’Adam le signifie, il paraît impossible qu’ils aient pu produire des Nègres. Mêlez le blanc et le brun dans toutes les proportions imaginables, ce mélange ne produira jamais le noir. (t. X, 1747, p. 3-4)

13. La paume de leurs mains [à la Côte d’Or] et la plante de leurs pieds tirent sur le blanc. Vers l’âge de trente ans, elles sont dans la perfection de leur noirceur ; mais à soixante-dix ou quatre-vingts, cette couleur commence à se flétrir, leur peau devient pâle et jaune, se sèche et se ride comme le vieux maroquin d’Espagne. (t. XIII, 1748, p. 285)

14. Ceux [des Noirs de la Côte d’Or] qui regardent Dieu comme l’unique Créateur, soutiennent que dans l’origine, il créa les Blancs et les Nègres […]. (t. XIII, p. 450)

15. Tous les enfants [de Loango], suivant l’observation particulière de l’auteur [Battel], naissent blancs, et dans l’espace de deux jours, ils deviennent parfaitement noirs. […] On voit quelquefois naître, d’un père et d’une mère Nègres, des enfants aussi blancs que les Européens. On les nomme Dondos. […] Quelques Européens, ajoute l’auteur [Dapper], ont cru que la blancheur de ces Nègres est un effet de l’imagination des mères, comme on prétend que plusieurs femmes blanches ont mis des enfants noirs au monde après avoir vu des Nègres. (t. XVI, 1748, p. 358-359)

16. Les femmes [de Madagascar] y sont bien faites, et d’une complexion fort amoureuse. L’auteur [Rennefort] leur attribue de la bonne mine et de la beauté, des yeux brillants, des dents admirables, une peau fort douce, mais fort noire : et qui voudra, dit-il, considérer sans prévention que le noir est inaltérable et n’a pas les inégalités des teints blancs, y trouvera une beauté plus constante ; elles sont d’ailleurs fort propres. (t. XXXII, 1750, p. 352-353)

17. Il serait bien étrange qu’il se trouvât des hommes noirs si près du pôle, et dans un climat où les ours mêmes sont blancs ; cependant l’esclave de Labrador n’est pas la seule de qui l’on tienne ce fait. Une Relation de la Groenlande, insérée dans les Voyages au Nord, après avoir décrit les habitants, qu’elle représente assez semblables aux Esquimaux, grands et maigres comme eux, vêtus de même, avec des canots tels que les leurs, ajoute qu’on voit aussi parmi eux des hommes aussi noirs que les Éthiopiens. Qu’y trouvera-t-on d’impossible ? Ne se peut-il pas que les Nègres aient été transportés dans la Groenlande ; qu’ils s’y soient multipliés, et que leurs cheveux blancs y soient l’effet du froid, qui en produit de semblables sur la plupart des animaux du Canada ? (t. XLIX, 1757, p. 92-93)

Notes

1 Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Maspero, 1971, p. 81-95, « L’Histoire des voyages de Prévost : originalité et influence ». Ce développement avait été précédé d’une communication remarquée au colloque Prévost d’Aix-en-Provence en 1963 : « L’Histoire des voyages : originalité et influence » (L’abbé Prévost, Aix-en-Provence, Ophrys, 1965). De ce colloque datent notre amitié et notre collaboration. Michèle Duchet avait, plus qu’aucun d’entre nous, le goût du travail collectif et la générosité naturelle qui lui donne son sens. Au moment où John Abioyé préparait pour les Œuvres de Prévost (t. VI, Presses universitaires de Grenoble, 1984) son édition des Voyages du capitaine Robert Lade, elle lui a prêté toutes ses notes.

2 Sur le travail de traduction et d’adaptation de Prévost, voir la communication de S. Albertan-Coppola, « Les voyages portugais dans l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost » (colloque de Lisbonne, 2-4 novembre 1988, Os Descobrimentas portugueses literatura de viagens), publiée dans Dix-huitième siècle, n° 31, 1999, p. 491-506.

3 Voir J. Roger, Les sciences de la vie dans la pensée française du XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 1963, p. 215-216.

4 Le teint de Vendredi, selon la traduction de Petrus Borel, « n’était pas noir, mais très basané, sans rien avoir cependant de ce ton jaunâtre, cuivré et nauséabond des Brésiliens, des Virginiens et autres naturels de l’Amérique » (Daniel Defoe, Vie et aventures de Robinson Crusoé, Paris, Pléiade, 1959, p. 200).

5 Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 258.

6 Je me réfère ici au contenu des notes fournies par Michèle Duchet à J. Abioyé pour son édition des Voyages de Robert Lade, notes rassemblées dans le tome VIII des Œuvres de Prévost, en particulier pour les pages 38, 63, 83, 110, 129, 173 du tome VI (voir ici la note 1 de la page 83).

7 Les références de l’Histoire des voyages renvoient à l’édition in-8°, contemporaine de l’édition in-4°.

8 Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, p. 270.

9 T. X, p. 6. Buffon pose au même moment la même question : « Si l’on prétend que c’est le sang ou la bile qui, par leur noirceur, donnent cette couleur à la peau, alors, au lieu de demander pourquoi les Nègres ont la peau noire, on demandera pourquoi ils ont la bile ou le sang noir » (Histoire générale des animaux, 1749, citée par Michèle Duchet, p. 268). L’information de Prévost reste cependant disparate : il cite successivement Pechlin (De habitu et colore Aethiopium…, 1677), Riolan (Œuvres anatomiques, 1628) et le père Labat (Nouvelle relation de l’Afrique occidentale…, 1728).

10 Il faudrait tenir compte des illustrations, très nombreuses dans l’Histoire des voyages. Michèle Duchet avait réuni une collection de planches du XVIIIe siècle relatives aux représentations de sauvages. Cette collection se trouve maintenant au centre de recherches de l’ENS LSH de Lyon (le Lidisa), en cours de classement.

11 Dans la partie américaine de l’Histoire des voyages, dont je ne traite pas ici.

12 Ce corpus a été constitué à partir de la table très détaillée de Chompré (t. LXI-LXIV de la collection in-8°, t. XVI de la collection in-4°).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search