Version classiqueVersion mobile

Apprendre à porter sa vue au loin

Première partie. Voyages

Découvrir, nommer et décrire, s’approprier et coloniser : le cas des terres nord-américaines

Annie Jacob

Texte intégral

1Les travaux engagés sur l’initiative de Michèle Duchet dans le cadre de l’équipe « Récits de voyage - textes et images » nous apportent encore aujourd’hui un éclairage sur nos sociétés. Les récits de voyage ont été longtemps considérés, non sans raison, comme des sources d’informations non scientifiques, que cela concerne les faits – présentés comme des épopées idéalisées – ou encore la description des mœurs et usages des populations nouvelles rencontrées – la vision unilatérale ne respectant pas la neutralité supposée que préconise l’anthropologie. Ce corpus est resté longtemps ignoré des historiens comme des anthropologues.

2Cependant, un nouveau regard porté sur les relations établies entre les cultures (« nous et les autres ») est particulièrement intéressant pour ceux qui furent dans les années 1960 témoins ou acteurs, en France notamment, des diverses décolonisations. Aujourd’hui, les discours et débats autour de la « mondialisation » peuvent être enrichis par la lecture des récits de voyage des premières « découvertes ». Le constat des transformations et mutations qui mènent à la situation actuelle donne une acuité toute particulière aux données que l’on peut recueillir en revenant sur un passé quelque peu oublié : le moment qui suit les découvertes espagnoles et portugaises de la fin du XVe siècle, moment de l’histoire où de nouveaux équilibres mondiaux se constituent et ébauchent un avenir qui est devenu notre présent. Et c’est ainsi que l’analyse du lointain (géographique, historique et culturel) met en perspective ce présent qui nous semble parfois si difficile à comprendre.

3Les récits décrivant les voyages de découvertes sont souvent le reflet d’une réalité (telle qu’elle est perçue par l’auteur), mais peuvent être également « inventés » ou encore « piratés ». En tout état de cause, ils ont été des outils stratégiques utilisés par certaines nations d’Europe pour légitimer l’extension de leurs territoires nationaux. Grâce à la découverte de l’imprimerie, qui a de peu précédé de multiples voyages et découvertes de terres vers l’Ouest, les publications des récits de voyage ont été des outils d’information et de communication fort efficaces. Les nouvelles terres devenues accessibles par les voyages maritimes allaient constituer un enjeu de compétition entre les nations de l’Europe déjà vieille, et ce à un moment historique où la puissance des unes et des autres se trouvait rapidement accrue par les conquêtes territoriales.

  • 1 Voir S. Albertan-Coppola et M.-C. Gomez-Géraud, « La collection des Navigationi et Viaggi de G. B. (...)

4À partir du milieu du XVIe siècle, ces récits vont être rassemblés dans des « collections de voyage ». Les deux plus grandes sont élaborées, pour l’une, en Italie par Giovanni Battista Ramusio et, pour l’autre, en Angleterre par Richard Hakluyt. Celle de Ramusio, composée de trois gros volumes datés de 1550, 1556 et 1559, tente de couvrir toutes les parties du monde récemment visitées ; elle marque une intention « marchande » : développer encore, par l’apport de nombreuses informations, le commerce et les échanges entre l’Italie et les vastes territoires lointains de l’Est et de l’Ouest, riches en produits exotiques alors méconnus, telles les épices1. La collection anglaise d’Hakluyt marque des intentions stratégiques de conquête plus offensives. La partie nord du continent américain, celle que nous nommons aujourd’hui Amérique du Nord (le Canada et les États-Unis), nous offre un terrain d’observation intéressant, car nous pouvons comparer les stratégies françaises et anglaises dans cette partie du continent un temps nommée Nouvelle-Angleterre ou Nouvelle-France (aujourd’hui Québec).

La constitution d’une collection de voyages en Angleterre

5Après les découvertes espagnoles et portugaises, à la toute fin du xve siècle, sur le continent nommé « Amérique » (de Amerigo Vespucci), la suprématie hispanique sur les mers est maintenue jusqu’en septembre 1588, date de la première victoire maritime anglaise sur la flotte espagnole, jusque-là dominante : l’Invincible Armada. Or la publication de la collection la plus complète de récits de voyage par Richard Hakluyt (Divers Voyages et Principal Navigations) date de 1589.

6À la fin du XVIe siècle, l’Angleterre traverse des mutations structurelles entraînant des difficultés économiques et sociales, notamment un excédent de population agricole sur un territoire insulaire limité. La conquête de nouvelles terres extérieures devient nécessaire, car la colonisation de l’Irlande, commencée en 1584, s’avère insuffisante ; certains hommes de pouvoir argumentent alors en faveur de colonisations plus lointaines. Le territoire nord-américain est le premier convoité.

7Parmi les protagonistes les plus actifs dans la mise en œuvre de ce projet, deux personnages portent le même nom : Richard Hakluyt. L’un, surnommé the elder (1535-1591), est à la fois conseiller juridique des compagnies marchandes et cosmographe ; il a assuré l’éducation du second, son jeune cousin, the younger (1551-1616). C’est ce dernier, longuement initié dès sa jeunesse à la cosmographie, qui jouera un rôle de premier rang dans la publication des Principal Navigations : la première édition de 1589 est reprise en 1598-1600, dans une version plus complète en trois volumes.

  • 2 David B. Quinn (1909-2002) est un historien et géographe irlandais. Il a publié de multiples ouvra (...)
  • 3 Adventurer : celui qui engage des capitaux à profit dans une entreprise maritime (équivalent frança (...)

8Le jeune Hakluyt œuvrera tout au long de sa vie pour la publication de multiples récits et témoignages de voyages qui précèdent souvent les conquêtes des territoires évoqués dans les textes. Il ne voyagera pas lui-même ; pasteur protestant, il avait été nommé en 1580 chapelain de l’ambassadeur d’Angleterre en France. Il demeure à Paris jusqu’en 1588. À l’occasion de ce séjour à Paris, il rencontre de multiples informateurs sur les voyages des Français outre-mer ainsi que sur les conquêtes espagnoles et portugaises (les Portugais qui n’acceptaient pas la domination de l’Espagne sur le Portugal sont nombreux durant cette période à venir se réfugier en France). David Beer Quinn2, un historien des récits de voyage, affirme même qu’Hakluyt devint alors un « expert en espionnage économique ». Dès son retour en Angleterre en 1588, Hakluyt the younger se consacre à rassembler, traduire ou faire traduire divers récits de l’époque dans l’objectif d’informer les adventurers3 anglais ainsi que les marchands. Il ne sera pas témoin, de son vivant, et malgré plusieurs tentatives d’installation en Amérique du Nord, d’une appropriation de ces terres : les colons européens ne savent pas ou ne se soucient pas, à cette époque, d’assurer leur survie par la culture de produits de subsistance sur ces terres, fort différentes des leurs. Les toutes premières tentatives d’installation (par exemple en Floride ou encore en Virginie) ne seront que des échecs, tout autant pour les Français que pour les Anglais.

9Dès 1582 cependant, dans Divers Voyages, Hakluyt s’était plus particulièrement intéressé aux terres situées au sud du fleuve Saint-Laurent, lieu dont les Espagnols n’ont pas pris possession, et où les Français ne se préoccupent pas encore de revendiquer des titres, même s’ils y avaient déjà prospecté le territoire. Aux divers récits connus à cette époque, et ici traduits en anglais (Verrazano, Thorne, Cartier, Ribault et Thevet), Hakluyt ajoute sa propre liste de produits végétaux, animaux et minéraux susceptibles d’être exploités en Amérique, le tout complété de conseils pratiques.

  • 4 Richard Hakluyt, A Discourse of Western Planting, édité par E. G. R. Taylor, Londres, Hakluyt Soci (...)

10Il n’indique pas explicitement ses intentions dans ces publications. Mais un texte signé de lui, et datant de 1584 (donc de son séjour à Paris), publié seulement en 1877, A Discourse of Western Planting4, nous éclaire sur ses objectifs. Ce texte, demeuré si longtemps manuscrit, était adressé à la reine Elizabeth, sur la demande de Sir Walter Ralegh, personnage très influent à la cour, et associé à la colonisation de l’Irlande (alors en cours) puis de l’Amérique du Nord (Floride et Virginie). Le titre intégral est : A particular Discourse, concerning the great necessity and manifold commodities that are likely to grow to this Realme of England by the Western Doscoveries lately attempted Written in the yere 1584 by Richard Hakluyt of Oxford. Il s’agit en fait d’un document secret dont l’objectif est de convaincre la reine d’entreprendre la colonisation de l’Amérique du Nord.

11Ce texte surprend d’emblée par son pragmatisme. Les arguments développés sont en pleine cohérence avec les objectifs poursuivis : une politique d’expansion, seule réponse possible pour l’auteur aux problèmes que traverse alors l’Angleterre est préconisée. Les modalités de cette expansion sont pensées en fonction des expériences passées, c’est-à-dire des diverses entreprises vainement tentées pour la colonisation du continent américain. Le discours s’apparente à un guide d’expansion territoriale. S’appuyant sur ses multiples lectures des récits français, portugais, ou espagnols de voyage en Amérique, l’auteur considère désormais possible l’expansion anglaise. Cependant, reste encore pour cela à évincer définitivement la puissante Espagne. Hakluyt suppose dans cet écrit, que, par l’installation de colonies en Amérique du Nord, l’Angleterre s’attaquerait à la racine du pouvoir espagnol ; elle se rapprocherait de la route des Indes, couperait la route des Espagnols qui viennent régulièrement pêcher sur la côte nord-américaine. Alors pourrait se réaliser l’alliance avec les dénommés « Indiens » qui, ayant eu affaire aux Espagnols, leur sont devenus foncièrement hostiles.

12Western Planting est un texte marqué par un pragmatisme logique et rationnel. Même les arguments religieux sont de cet ordre : il y est écrit que toute mission auprès des Indiens ne sera que peu efficace si elle n’est précédée de l’installation (plantation en anglais). C’est un projet politico-religieux et économique. Ses propositions concrètes se composent surtout de conseils d’ordre économique pour créer une Angleterre autonome. Selon l’auteur, l’extension vers le Nouveau Monde donnerait l’opportunité de produire tous les biens utiles alors achetés par l’Angleterre en Europe, d’exporter les productions anglaises (la laine par exemple), et d’employer la population excédentaire d’Angleterre (les mendiants, les prisonniers pour petits délits).

13Le programme de colonisation d’Hakluyt est fondé sur un système intégré d’échanges, à la fois pour les produits et pour les hommes. Même si ces objectifs n’ont pas été immédiatement et directement mis en œuvre par le pouvoir royal à la fin du XVIe siècle, on peut constater que les projets énoncés se réalisèrent par la suite : toutes les productions préconisées par Hakluyt ont été réellement assurées par les colons anglais tout au long du XVIIe siècle. Ce texte a véritablement contribué à l’élaboration de la politique coloniale anglaise. Ce choix fait à cette époque pour cette partie du monde, qui deviendra plus tard, en 1787, les États-Unis d’Amérique, avait pour objet à la fois l’appropriation des terres pour une extension du territoire anglais et le développement des productions pour le commerce et les échanges. Plus encore, existait à cette époque l’espoir de trouver, sur ce continent nouveau, une route permettant d’atteindre l’Asie par les terres, et de dominer de la sorte le commerce des épices en Orient. Ainsi, Hakluyt fait preuve d’une vision mondiale des conquêtes et du commerce ; il maintiendra d’ailleurs tout au long de sa vie son attention vers l’Ouest et vers l’Est. Il a aussi observé de près les activités de la Compagnie anglaise de Moscou (Moscovy Company).

  • 5 L’ouvrage a été imprimé à Londres par Thomas Dawson.
  • 6 Voir F. Lestringant, « Les séquelles littéraires de la Floride française, Laudonnière, Hakluyt, The (...)

14C’est durant son séjour en France (1580-1588) qu’Hakluyt s’est engagé dans une démarche de collecte des récits de voyage. On peut suivre par exemple le cheminement d’un texte qui semble l’intéresser tout particulièrement, le récit du Français René de Laudonnière sur la Floride, qu’il publiera dès 1587 sous le titre A notable Historie containing foure voyages made by certayne French Captaynes into Floride written by Monsieur Laudonnière, newly translated out of French into English By R. H.5 Ce texte était, depuis 1566, en la possession d’André Thevet, clerc catholique et cosmographe français6, qui n’avait pas jugé utile de le publier, probablement parce qu’il décrivait des tentatives françaises en Floride qui avaient toutes échoué. Thevet avait prêté ce texte à Hakluyt, qui s’était empressé de le traduire et de le publier. Cette édition nous a sans doute permis d’avoir connaissance d’un récit qui serait sans elle resté oublié ; et elle correspondait tout à fait à la ligne stratégique de Richard Hakluyt : inciter l’Angleterre à prendre la relève des entreprises coloniales espagnoles et françaises, selon les indications données dans Western Planting.

15En mai 1588, Hakluyt rentre définitivement en Angleterre et, dès 1589, moins d’un an après la victoire sur l’Invincible Armada, il publie la première édition de Principal Navigations. L’idéal de conquête qu’illustre ce gros volume se rapproche d’un réel devenu possible grâce à la toute nouvelle victoire sur l’Espagne. La seconde édition, beaucoup plus volumineuse, comprend trois volumes parus successivement entre 1598 et 1600. Le titre intégral est le suivant : The Principal Navigations, Voiages and Discoveries of the English Nation, made by Sea or over Land, to the moste remote and farthest distant Quarters of the earth at any time within the compasse of these 1500 yeeres. Pour les éditions suivantes, le mot traffiques (commerce) est ajouté. Tous les textes ici sont présentés (à tort ou à raison) comme s’ils étaient des textes anglais. Ils ne concernent pas seulement l’Amérique, mais le monde entier (en l’état où il est connu à l’époque). L’auteur évoque donc l’Angleterre face au monde, une Angleterre désormais libérée de la domination espagnole.

  • 7 Principal Navigations, fac-similé photolithographique de D. B. Quinn et R. Sklelton, avec un nouvel (...)

16Ces publications ne sont pas composées majoritairement de récits épiques. Ce sont des manuels pratiques destinés à favoriser l’expansion du commerce et l’installation sur place, de même qu’à répondre aux questions que pourraient se poser les adventurers ainsi que les settlers : indiquer les produits d’ailleurs et s’assurer de leur commerce possible ; informer sur les installations envisageables. Pour une réédition, en 1965, de l’édition de 1589, a été composé un index par thèmes qui illustre bien cette orientation7. Cet index, très détaillé, retient de multiples rubriques (noms de lieux, d’auteurs, de produits…) ; les rubriques les plus fournies sont : Commodities, Fauna, Flora, Indians, Merchants, Ships, Tools, Vocabulary. Parmi celles-ci, l’intérêt accordé aux produits (produits d’échange ou produits de subsistance) domine nettement ; et les références, beaucoup moins nombreuses, concernant les Indiens les présentent comme agents intermédiaires éventuels, secondaires et passifs, parfois aussi dangereux.

17Les publications d’Hakluyt ne comportent ni illustration, ni dessin, ni carte. Et il en sera ainsi pour tous les récits de colonisation édités en Angleterre au XVIIe siècle.

  • 8 John Smith, A Description of New England, Londres, 1616.
  • 9 Voir The Works of Samuel de Champlain (1626), édité par H. P. Biggar, Toronto, Champlain Society, (...)
  • 10 Pour une étude plus précise, voir A. Jacob, Homme économique / homme sauvage, XVIe-XVIIIe siècle, (...)

18Pour ce qui concerne le territoire qui deviendra la Nouvelle-Angleterre, situé entre les 41 et 48 degrés de latitude, la dénomination New England précède de quelques années l’occupation : elle est utilisée pour la première fois dans le récit du voyage de John Smith dans cette région, en 16168. On peut remarquer que cette même côte avait été auparavant longuement observée et décrite par le Français Samuel Champlain en 1603 et 16059. La lecture de ces récits est une des plus riches que l’on puisse faire, notamment dans la description des us et coutumes des populations vivant sur ces côtes10.

19Ce n’est pas sur l’initiative du pouvoir royal anglais que la première installation durable a lieu en Nouvelle-Angleterre. En 1620, lorsque le Mayflower accoste à Plymouth, il s’agit alors de dissidents anglais puritains (pilgrims), participant à un projet collectif précis : s’installer sur une terre nouvelle pour vivre ensemble librement et radicalement leur foi puritaine. Ils se nomment Plymouth Plantation et constituent la première greffe d’un État qui sera appelé Massachusetts. À partir de 1625, Samuel Purchas, successeur d’Hakluyt, édite Purchas his Pilgrimes, en cinq volumes, dont le premier porte le titre Hakluytus Posthumus or Purchas his Pilgrimes. Dans ce volume nous est livrée une version apologétique des actions des Anglais sur les terres américaines.

20La postérité de l’œuvre d’Hakluyt est encore visible aujourd’hui, et directement associée à l’histoire coloniale de l’Angleterre : en 1846, sous le règne de la reine Victoria, alors que l’Angleterre était devenue la plus grande puissance mondiale, maritime et coloniale, fut créée, au British Museum, la Hakluyt Society, société de géographie historique destinée à imprimer et à diffuser les récits de voyage, d’exploration maritime et de conquête. Cette société est toujours vivante et active aujourd’hui ; elle a édité depuis sa création plus de 460 volumes.

Comparaison avec une collection française

  • 11 Voir H. P. Biggar, « The French Hakluyt : Marc Lescarbot of Vervins », The American Historical Revi (...)

21En France, l’Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, découvertes et habitations faites par les François es Indes Occidentales et Nouvelle France, par commission de noz Roys Tres-Chrétiens et les diverses fortunes d’Iceux en l’execution de ces choses depuis cent ans jusques à hui de Marc Lescarbot est éditée une première fois en 1609. Hakluyt en fera immédiatement traduire et publier quelques extraits sous le titre Nova Francia or the description of that Part of New France, which is one continent with Virginia. Et Marc Lescarbot est parfois dénommé par les historiens de l’Amérique du Nord the French Hakluyt11.

22Or, les différences entre ces deux auteurs sont à l’image des politiques coloniales suivies par leurs pays d’origine. Lescarbot limite strictement ses récits aux voyageurs français ; il a lui-même séjourné une année entière en Nouvelle-France (1606-1607), et une bonne part de son texte est un témoignage personnel. Il développe longuement ses observations sur les populations et consacre même un livre entier (le livre III de la première édition) aux « mœurs, coutumes et façons de vivre des Indiens Occidentaux de la Nouvelle France, comparées à celles des anciens peuples de par deça ». En revanche, il ne s’étend pas sur la faune, la flore, et les minéraux susceptibles d’être exploités là-bas.

23Dans les dédicaces de l’édition de 1609, les premières justifications apportées pour la colonisation de ces terres sont les conversions religieuses que l’on pourrait en espérer. Dans la dédicace à Monseigneur le Dauphin, il est écrit : « bons nombres de Français sont prêts à vous servir et passer le grand océan pour l’exaltation du nom de Dieu ». L’auteur suggère de « commencer une habitation en Nouvelle France » et observe que « l’établissement de la Nouvelle France est de facile exécution ».

  • 12 Voir notamment D. Delâge, « Modèles coloniaux, métaphores familiales et changements de régime en A (...)

24Dans la traduction anglaise, immédiatement publiée, la dédicace du traducteur, Erondelle, à Henry, prince de Grande-Bretagne, contient cette formule : « peopling of lands, planting of colonies, erecting of civil governements and propaganting of Gospell of Christ » (« peuplement de terres, implantation de colonies, érection de gouvernements civils et propagation de l’Évangile du Christ »). On peut noter que les deux concepts, celui d’« habitation » dans la dédicace en français et celui de plantation dans la traduction anglaise (terme utilisé tout d’abord pour désigner les propriétés colonisées en Irlande depuis la fin du XVIe siècle), reflètent les différences de représentations et de pratiques concernant les colonisations par chacun de ces deux pays. L’Angleterre se livre à une intense colonisation avec occupation des sols et peuplement (les pilgrims) ; la France préfère un peuplement faible et en partie voué aux échanges et au commerce avec les populations autochtones. De ce fait, les images des natives sont certes construites différemment ; mais ni les uns ni les autres ne mettent en question la légitimité de la colonisation12.

Les images des natives

25Le premier bateau, le Mayflower, le bateau des pilgrims anglais, accoste à Cape Cod, face à Plymouth, le 21 novembre 1620, avec cent quatre passagers à bord (hommes, femmes, enfants), essentiellement des Anglais puritains, venus de Leyde où ils s’étaient réfugiés quelque temps auparavant afin de vivre librement leur foi. Avant leur embarquement, ils avaient élaboré un texte, Patent of Council for New England, rédigé en ces termes :

  • 13 Select Charters and Others Documents Illustrative of American History, 1606-1775, édité par W. MacD (...)

Nous savons que, au cours de ces dernières années, il y a eu, comme punition de Dieu, une peste miraculeuse (wonderful plague) ainsi que de terribles massacres et crimes commis par les sauvages et les peuples bruts […], si bien que Dieu, dans sa bonté et sa munificence à notre égard, considère ces vastes territoires, désertés de leurs habitants naturels, Il nous a dirigés et conduits jusqu’ici […]. Nous travaillerons avec courage à la réduction et à la conversion des sauvages en Dieu, dans la désolation et la détresse.13

26Un membre de l’expédition, William Bradford, précisera, quelques années plus tard, les intentions qui animaient les pilgrims avant leur départ :

  • 14 William Bradford, Of Plymouth Plantation, 1620-1647, réédition, New York, Knopf, 1962.

Le lieu auquel on pensait était une de ces régions non peuplées d’Amérique, qui sont riches et bonnes à habiter, vides de tout habitant civilisé, où il n’y a que des peuples sauvages et brutaux qui vont et viennent de la même façon que les bêtes sauvages.14

  • 15 Thomas Morton, New English Canaan, Amsterdam, J. F. Stam, 1637.

27Les populations de ces terres, les Abénaquis, ont été effectivement victimes, après le passage de John Smith en 1616, de terribles épidémies qui les ont décimés à quatre-vingts pour cent ; ils n’étaient pas immunisés contre ces maladies nouvelles pour eux, et en mouraient rapidement. Or, ces faits ont été interprétés par les colons comme le signe de la main de Dieu, leur indiquant le chemin vers ces terres. Aussi les premiers contacts avec les rares habitants survivants furent d’emblée sous le signe de la peur et du rejet : aux yeux des anglais puritains, les natives portaient tous les signes des réprouvés de Dieu (pauvreté, habillement sommaire, nomadisme et maladies). À propos des maladies qui les avaient anéantis, Thomas Morton écrit en 1637 : « La main de Dieu tomba lourdement sur eux […], ils moururent par grappes. »15

28Ces territoires ont donc été « désertés » par leurs habitants naturels et ainsi les Anglais peuvent-ils en prendre possession et en jouir. Les colons délimitent le territoire qu’ils s’approprient, entre les 41 et 48 degrés de latitude nord, nommé New England in America. Dès lors, nul ne sera autorisé à s’y installer sans avoir fait au préalable allégeance aux croyances des puritains et aux règles qui en découlent. Avant même leur arrivée à Plymouth, les participants à l’expédition avaient signé un pacte collectif, le Mayflower Compact, « afin de conserver au corps des citoyens le caractère d’un groupement d’hommes honnêtes et bons, il est décidé qu’à l’avenir, nul ne sera admis à jouir dans cet État de droits de citoyen s’il n’est membre d’une église du dit État ».

29Une répression très sévère fut pratiquée à l’égard des « dissidents », avec punitions, lourdes condamnations (parfois à mort) et expulsions. Les quakers notamment furent systématiquement pourchassés, torturés et exécutés. C’est une véritable théocratie puritaine qui se mettait en place. Cela n’empêcha pas (bien au contraire) une extension démographique très rapide, une production agricole et artisanale intensive, et rapidement excédentaire : la population des colons en Nouvelle-Angleterre atteint le chiffre de 70 000 dès 1660, alors que, en Nouvelle-France, elle n’est que de 3275 en 1665.

30Concernant les populations déjà installées, l’idée était en fait que ces terres avaient été désignées et libérées par Dieu pour les Anglais, qu’elles étaient libres de toute occupation humaine (vacuum domicilium). Cependant, ce sont les Indiens qui, à la fin du premier hiver, contribuent à sauver une partie des colons qui, n’ayant rien prévu pour leur ravitaillement, sont menacés de mourir de faim. La fête nationale Thanksgiving est censée exprimer la reconnaissance de cette aide.

  • 16 Voir l’excellente analyse des différences culturelles entre les deux sociétés par W. Cronon, Chang (...)

31L’habitant premier de ces terres devient rapidement invisible, décimé par les épidémies, ou exilé plus à l’ouest du territoire : les activités de production agricole des Anglais, fondées sur les clôtures des terres et l’élevage domestique intensif, rendent la cohabitation impossible16. Ainsi, dans tous les récits de ces premières années de colonisation, il est très difficile de trouver des points de vue et des descriptions concernant les Indiens qui ne soient pas conformes à cette représentation collective : dans une vision binaire du bien et du mal, des élus et des réprouvés, le native ne peut être perçu que comme un « réprouvé », selon la représentation des Anglais puritains. Et cela est considéré comme le signe de Dieu sur le destin des Anglais, peuple élu appelé à s’installer et à vivre sur ces terres.

32L’image construite par les Français en Nouvelle-France est fort différente, très marquée par des sentiments mêlés d’admiration et de rejet. Tout au long du XVIIe siècle, ce sont les très catholiques jésuites qui imposent un monopole du contrôle religieux et moral des populations autochtones. Ils tentent ainsi, comme ils le feront également ailleurs, dans les pays conquis de tous les continents, d’observer et de comprendre ces populations. Leur premier objectif est de les mener dans la voie de Dieu par le baptême. Afin de les convertir, ils tentent de mieux les connaître. La grande majorité des récits et des descriptions seront élaborés pour les Relations des jésuites, énorme corpus en 73 volumes, édité par Reuben Gold Thwaites (de 1896 à 1901). Cette collection détient en fait (pour la période des premiers contacts et tout au long du XVIIe siècle) le monopole des témoignages concernant les relations entre les colons, les missionnaires jésuites et les populations autochtones ; elle contient de multiples observations sur les « mœurs et coutumes » des amérindiens, tant et si bien que certains jésuites tels que Charlevoix et Lafitau sont souvent désignés comme étant les premiers anthropologues des sociétés améridiennes d’Amérique du Nord.

  • 17 Voir A. Jacob, Le travail, reflet des cultures, du sauvage indolent au travailleur productif, Pari (...)

33Au XVIIIe siècle, en France, les connaissances sur ces populations vont permettre d’alimenter les vives critiques des philosophes sur la monarchie absolue, et le sauvage américain devient parfois un modèle de liberté, d’égalité, et de fraternité. Les philosophes lui accordent de multiples vertus, tandis que les économistes s’y réfèrent pour illustrer le contre-modèle du bon homo œconomicus, notamment dans tout ce qui concerne ses activités de travail et de production : à leurs yeux, le sauvage n’acceptera jamais de développer ses besoins au-delà de ses capacités de production. Les économistes ont vite compris qu’on ne pourra pas faire de ces sauvages des « travailleurs infatigables »17.

*

34Les effets induits en Europe par la conquête des terres américaines sont sans doute plus importants que nous ne le pensions. Cette expérience nord-américaine, telle qu’elle est rapportée dans les récits de voyages, a inspiré les philosophes que ce soit en Angleterre ou en France.

35Les auteurs anglophones, issus de la mouvance de la Réforme protestante, s’inspirent des observations sur les sauvages pour construire les fondements du droit de la propriété privée. Je ne donnerai ici que quelques citations ; Hugo Grotius (dit « le père du droit des gens ») écrit en 1623 :

  • 18 Hugo Grotius, Droit de la guerre et de la paix, t. I, livre II, chap. II « Des choses qui appartie (...)

Si, dans le territoire d’un peuple, il se trouve quelque contrée déserte et stérile, il faut aussi l’accorder aux étrangers qui en font la demande ; et même peut-elle être valablement occupée par eux, parce qu’on ne doit pas regarder comme possédé ce qui n’est pas cultivé.18

  • 19 Thomas Hobbes, Le Léviathan, traduit par F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971, p. 125-126.

36Thomas Hobbes, en 1651, dans Le Léviathan, considère que, dans l’état de nature, « il n’y a pas de place pour une activité industrieuse, […] il n’y existe pas de propriété […], pas de distinction du tien et du mien »19. Puis, en 1690, John Locke, dans le Deuxième Traité de gouvernement civil, précise : « Toutes les fois qu’il [l’homme] fait sortir un objet de l’état où la nature l’a mis et l’a laissé, il y mêle son travail, il y joint quelque chose qui lui appartient et de ce fait, il se l’approprie. » Ces auteurs ont contribué à construire les valeurs de l’économie libérale.

  • 20 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières (1971), Paris, Albin Michel, 1995.

37Ensuite, ce sont les philosophes en France, ainsi que l’a bien montré Michèle Duchet20, qui s’emparent de ces récits sur les sauvages américains de Nouvelle-France pour élaborer leurs arguments critiques concernant la monarchie absolue et l’intolérance religieuse, critiques qui formeront les prémices des idées révolutionnaires.

38Ainsi, on peut mieux comprendre aujourd’hui comment les relations de voyages, souvent considérées comme de la littérature de second rang, ont servi à un moment de notre histoire à construire et légitimer des conceptions fondamentales en philosophie politique, qui sont aujourd’hui encore, et même plus que jamais en discussion.

Notes

1 Voir S. Albertan-Coppola et M.-C. Gomez-Géraud, « La collection des Navigationi et Viaggi de G. B. Ramusio (1550-1559) », Revue des études italiennes, nouvelle série XXXVI, n° 1-4, janvier-décembre 1990, p. 59-70.

2 David B. Quinn (1909-2002) est un historien et géographe irlandais. Il a publié de multiples ouvrages sur la découverte et la colonisation de l’Amérique, pour la plupart publiés par la Hakluyt Society.

3 Adventurer : celui qui engage des capitaux à profit dans une entreprise maritime (équivalent français : prêt à la grosse aventure).

4 Richard Hakluyt, A Discourse of Western Planting, édité par E. G. R. Taylor, Londres, Hakluyt Society, n° 77, 1935, p. 211-326.

5 L’ouvrage a été imprimé à Londres par Thomas Dawson.

6 Voir F. Lestringant, « Les séquelles littéraires de la Floride française, Laudonnière, Hakluyt, Thevet, Chauveton », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. XLIV, 1982, p. 7-37.

7 Principal Navigations, fac-similé photolithographique de D. B. Quinn et R. Sklelton, avec un nouvel index d’A. Quinn, Cambridge, University Press, 1965.

8 John Smith, A Description of New England, Londres, 1616.

9 Voir The Works of Samuel de Champlain (1626), édité par H. P. Biggar, Toronto, Champlain Society, 1922-1936, 6 volumes.

10 Pour une étude plus précise, voir A. Jacob, Homme économique / homme sauvage, XVIe-XVIIIe siècle, thèse pour le doctorat d’État ès lettres et sciences humaines, Paris, EHESS, 1992, notamment chap. IV, p. 247-315.

11 Voir H. P. Biggar, « The French Hakluyt : Marc Lescarbot of Vervins », The American Historical Review, juillet 1901, p. 671-692.

12 Voir notamment D. Delâge, « Modèles coloniaux, métaphores familiales et changements de régime en Amérique du Nord, XVIIe-XVIIIe siècle », Les Cahiers des dix, n° 60, 2006, p. 19-78.

13 Select Charters and Others Documents Illustrative of American History, 1606-1775, édité par W. MacDonald, New York, 1904, p. 25-28. Nous traduisons les citations.

14 William Bradford, Of Plymouth Plantation, 1620-1647, réédition, New York, Knopf, 1962.

15 Thomas Morton, New English Canaan, Amsterdam, J. F. Stam, 1637.

16 Voir l’excellente analyse des différences culturelles entre les deux sociétés par W. Cronon, Changes in the Land : Indians, Colonists and the Ecology of New England, New York, Hill and Wang, 1983.

17 Voir A. Jacob, Le travail, reflet des cultures, du sauvage indolent au travailleur productif, Paris, PUF, 1994.

18 Hugo Grotius, Droit de la guerre et de la paix, t. I, livre II, chap. II « Des choses qui appartiennent en commun aux hommes », point 17.

19 Thomas Hobbes, Le Léviathan, traduit par F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971, p. 125-126.

20 M. Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières (1971), Paris, Albin Michel, 1995.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search