Version classiqueVersion mobile

Apprendre à porter sa vue au loin

De la force des idées

Sylviane Albertan-Coppola

Texte intégral

1Lorsque Michèle Duchet s’est éteinte en l’an 2001, la dispersion des vacances et la torpeur estivale ont eu pour effet conjugué de laisser quelque peu dans l’ombre le triste événement. C’est seulement au mois de février de l’année suivante qu’à l’initiative de son époux, Claude Duchet, un hommage vibrant lui fut rendu à l’École normale supérieure du boulevard Jourdan, dont elle fut l’élève. À son tour l’ENS Lettres et sciences humaines (aujourd’hui sise à Lyon), où elle fut professeur, s’attache à honorer sa mémoire par le présent volume. Elle y fut en effet un moteur de la recherche, comme en témoignent ici Jacqueline Bonnamour, qui en était la directrice, ainsi que ses anciens élèves et collègues, qui ont fidèlement répondu à cet appel tardif en dépit de leurs diverses obligations. Quelque confidence échappée de leurs savants articles, tel amical clin d’œil à celle qui dans nos cœurs et nos esprits est encore vivante, le sujet seul parfois de leur contribution diront mieux que je ne saurais le faire l’attachement et la reconnaissance de la communauté scientifique à la grande chercheuse, de renommée internationale, qu’elle a été.

2Car l’influence de Michèle ne se limitait pas aux cours stimulants qu’elle donnait à l’ENS de Fontenay, où elle faisait pénétrer les dernières avancées de la recherche. Grâce à un séminaire interdisciplinaire et largement ouvert sur l’extérieur, qu’elle avait fondé et qu’elle animait avec ferveur, sa réputation irradiait largement en dehors des murs de l’École et par-delà les frontières. Elle y accueillait sans distinction d’âge ni de rang ni d’origine d’éminents spécialistes français ou étrangers, venus notamment du Canada, du Portugal, d’Italie ou d’Israël, mais aussi des débutants, dont j’étais, élèves de l’École comme auditeurs libres.

3C’est là, au sein du groupe de recherche sur le monde des relations de voyage, que j’ai eu la chance de mieux la connaître. J’ai pu apprécier d’abord, comme tous ceux qui l’ont approchée, son ouverture aux autres, sa générosité tant humaine qu’intellectuelle. Le souvenir qu’évoque plus loin Jean Sgard, dans la première note de son article, atteste que le « partage des savoirs », ce beau titre qu’elle donna à l’un de ses livres, n’était pas chez elle une idée vaine. À travailler avec elle, j’ai pu remarquer en outre l’ouverture de la dix-huitiémiste passionnée qu’elle était sur l’avenir. L’interdisciplinarité qu’elle promouvait avec conviction à l’École et ailleurs n’était pas en ce temps-là une valeur acquise. Quant au projet d’informatisation des images de collections de voyages, qu’elle mena avec dévouement et obstination en dépit de tous les obstacles, il paraissait presque futuriste dans les années 1970. Indéniablement, Michèle était en avance sur son temps, à la fois comme femme et comme chercheuse.

4Ainsi s’explique sans doute la portée étendue de ses travaux, dont témoigne le florilège qui suit, composé d’articles très divers tant par leurs thèmes que par leur forme et leur ton. À les parcourir, on est aussitôt saisi néanmoins par le lien étroit qu’ils entretiennent tous avec la pensée et les préoccupations de Michèle. Nous pouvons être reconnaissants aux participants d’avoir accompli ce petit miracle de la faire revivre ainsi une dernière fois. On ne trouve point en effet dans ce recueil de ces hommages compassés qu’elle aurait détestés, mais une réflexion vivante et collective comme elle les aimait.

5À lire les essais qu’elle a inspirés, une évidence s’impose : au-delà des aspects thématiques et formels de son influence, l’héritage de Michèle est avant tout, comme chez tous les pionniers, d’ordre conceptuel. Et les concepts que ces textes écrits en son honneur véhiculent, en illustrant de la sorte leur vitalité, peuvent, me semble-t-il, se ramener à trois : émergence, inversion, altérité.

6Si Michèle Duchet n’en a évidemment pas été la seule instigatrice, elle a notablement participé à ce mouvement de réflexion sur l’émergence des sciences humaines qui a marqué la deuxième moitié du XXe siècle. Comme le démontre avec une grande précision Claude Blanckaert dans le texte d’ouverture, elle a contribué, par l’attention nouvelle qu’elle a portée aux récits de voyage, à la réflexion sur les conditions concrètes de la connaissance due aux voyages et sur l’élaboration du protocole de l’observation qui s’affine aux XVIIIe et XIXe siècles. Pour ceux qui, comme Michèle, faisaient leur thèse dans les années 1970-1980, l’archéologie du savoir était une discipline qui s’imposait. Une époque que l’article de Jean Marie Goulemot aide à comprendre par les questions qu’il pose sur l’émergence de l’anthropologie. En parcourant l’analyse intertextuelle que Gianluigi Goggi fait d’une lettre de Diderot à Sophie Volland, on voit bien aussi comment, dans un autre domaine, celui de la philosophie, cher à la dix-huitiémiste, les idées naissent et s’affirment en se confrontant. Il en va de même, en matière d’esthétique, avec l’étude de Georges Benrekassa qui confronte les aventures et les postures de Denis et Jean-Jacques pour s’interroger sur le pouvoir de l’écrivain et l’avènement de l’œuvre de génie.

7Quelle fortune eut aussi au cours de ces années-là l’idée d’inversion, que les textes ci-après déclinent à l’envi et de manière si féconde ! Inversion du regard dans l’article du Canadien Gilles Thérien sur Lafitau. Inversion des rôles dans ces cas de martyrs amérindiens malicieusement présentés par Pierre Berthiaume. Inversion même du statut de l’homme et de la femme dans cette littérature libertine que Michel Delon examine avec soin. Et, d’une certaine manière, inversion des genres et du propos dans les Entretiens des voyageurs sur la mer de Flournois que nous révèle Frank Lestringant. Tous ces chercheurs partagent avec Michèle cette manière de prendre les choses à rebours, tel encore Jean Goldzink qui rompt ici quelques lances avec les maniaques du libertinage ou encore Patrick Thierry qui examine les paradoxes de l’attitude du loyaliste Jonathan Boucher face à la révolution américaine. On s’aperçoit alors que de l’inversion à la subversion la distance est minime.

8Mais point n’est besoin toujours d’inverser pour subvertir. Il suffit parfois de porter plus loin son regard et ce n’est pas le moindre mérite de Michèle que d’avoir étendu son champ d’étude à l’Autre, celui qu’on ne connaît guère, celui dont par conséquent on se méfie. À commencer par ce sauvage qu’elle a réhabilité en récusant le fameux mythe du bon sauvage pour lui substituer une approche plus objective du primitivisme. Dans son sillage, Odile Gannier jette des ponts entre le sauvage et le philosophe de l’Antiquité, en décelant par exemple dans l’éloquent vieillard du Supplément au Voyage de Bougainville un « Diogène des Antipodes ». C’est un cri semblable que lance la voix collective de la cinquième chanson madécasse de Parny, étudiée par Jean-Michel Racault : « Méfiez-vous des blancs, habitants du rivage. » Mais dans la pensée française du XVIIIe siècle, l’altérité radicale est représentée par le Noir, dont la couleur suscite bien des interrogations chez les écrivains. La question de l’origine et du mode de transmission de cette noirceur est posée de manière lancinante par Prévost, notamment dans l’Histoire générale des voyages, comme l’explique de façon éclairante Jean Sgard. À cet intérêt pour l’Autre se rattachent aussi ces figures de « passeurs culturels » qu’évoque Jacques Proust entre l’Orient et l’Occident, en particulier le cas passionnant du huguenot Jacques-Alexandre de Chalmot. Voltaire lui-même, ce voyageur intermittent mais assidu, joue, selon Daniel Roche, un rôle de passeur entre la France et le reste de l’Europe, entre l’Europe et le reste du monde.

9Pareille réflexion sur les relations de voyage et leur contribution à la connaissance de l’autre connaît encore des échos aux siècles suivants dans les récits de Balzac et de Nodier qu’examine Roland Le Huenen et ceux de Daudet présentés par Anne-Simone Dufief. Certes il arrive parfois que le projet documentaire cède le pas à l’imaginaire, mais la critique de la colonisation, amorcée au XVIIIe siècle, n’y est pas absente. Frappant, à cet égard, est le lien qu’établit Annie Jacob entre Nouveau Monde et mondialisation, des premières découvertes jusqu’à la décolonisation. C’est également à la dénonciation de la mondialisation, exigeant de mercantiliser les œuvres de l’esprit, qu’aboutit Léon Robel en parlant de la situation de la poésie russe après la fin de l’Union soviétique.

10On peut interpréter toutes ces analyses, tous ces témoignages qui, chacun à sa manière, perpétuent l’œuvre de Michèle comme autant de signes de la force des idées. Le temps passe, les modes changent, les sociétés évoluent, les idées restent ou plus exactement elles ont le pouvoir de se transformer positivement jusqu’à s’accomplir. De cette transformation nous voulons être, pour Michèle, en unissant ici nos voix, les modestes témoins.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search