Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les théories de l’énoncé dans la grammaire générale

 | 
Valérie Raby

Conclusion

Testo integrale

1Notre parcours des théories de l’énoncé aux xviie et xviiie siècles peut susciter au moins deux ordres de réflexions, selon qu’on adopte le point de vue de l’histoire de la syntaxe ou, plus largement, celui de l’histoire des représentations du langage et des langues. Chacun de ces ordres découpe sa propre temporalité, et détermine un projet historiographique distinct.

2L’histoire de la syntaxe peut être envisagée comme celle des techniques d’analyse développées selon différentes théories – associant des taxinomies et des types d’explication, des méthodes de réduction à la règle – pour rendre compte d’un ensemble de données linguistiques conçues, au moins intuitivement, comme des unités complètes de la communication verbale. Dans cette perspective, on pourra se demander quels sont les gains, les progrès, représentés par les hypothèses de la grammaire générale. La question n’est pas illégitime, mais elle est nécessairement orientée depuis notre présent puisqu’elle tend à évaluer les hypothèses en fonction de l’actualité de leur pertinence. Une partie de la réponse a déjà été apportée par les travaux qui ont montré que la notion de complément, associée à la théorie de la détermination, a permis l’analyse des relations construites par le verbe, le dépassement du canon de la relation attributive et l’ouverture vers un traitement des constituants périphériques. Au terme de notre étude, cette réponse peut être complétée des éléments suivants, qui sont autant d’avancées syntaxiques à porter au crédit de la grammaire générale :

  • a constitution durable de la proposition comme unité syntaxique susceptible d’au moins deux perspectives, ascendante et descendante : si chacune de ces deux visées est très ancienne dans l’histoire des réflexions sur l’énoncé, l’injonction faite aux grammairiens de penser leur articulation est au fondement même du programme théorique de la grammaire générale ;
  • la conception d’un modèle théorique pour l’énoncé, auquel sont rapportées les différences entre l’ordre propositionnel universel et ses réalisations phrastiques particulières. Là encore rien n’est radicalement nouveau, si ce n’est la prise en compte, au moins prospective, de la diversité de langues ;
  • la thématisation de la question des modalités énonciatives, malgré les tentatives de réduction des énoncés modalisés aux énoncés assertifs ;
  • la réflexion sur la subordination propositionnelle et ses différents niveaux, qui se caractérise par une nette dissymétrie de traitement entre le syntagme non verbal et l’unité propositionnelle. À cet égard, il est frappant que l’élaboration de la notion de complément n’implique pas celle des complétives. Plus largement, c’est la construction de la notion de syntagme, forgée au point de rencontre entre analyse logique et analyse grammaticale, qui trouve ici sa limite ;
  • l’élaboration de typologies propositionnelles, qui sont un objet grammatical nouveau, au sein duquel on a pu identifier de véritables nœuds de la réflexion, discutés et travaillés à partir d’un répertoire de données et de méthodes d’analyses relativement stables, et qui génèrent des hypothèses inventives (c’est particulièrement net du statut de que, du traitement des propositions composées copulatives, de l’évolution des catégories incidente et subordonnée).

3Dans cette perspective toujours, les reconstructions doctrinales que nous avons proposées ont mis en évidence une difficulté récurrente du travail historiographique : faut-il travailler avec leurs mots (ceux des grammairiens de l’âge classique) – au risque de cette « ventriloquie » que Carlo Ginzburg (2013, p. 203) qualifie de « maladie professionnelle dont sont souvent victimes les historiens » –, ou bien avec les nôtres ? La première option est subtilement tenue par Seguin (1993), auquel nous avons souvent renvoyé, pour retracer l’évolution des signifiants du mot phrase entre 1705 et 1800 : l’enquête s’arrête quand est identifiée la coïncidence entre nos mots et les leurs. Il en résulte le dessin d’un mouvement de l’histoire fait de la succession des systèmes idiolectaux propres aux différentes grammaires. Notre enquête, comme bien d’autres, s’en est tenue à une position moyenne : restituer la terminologie originale tout en montrant comment, en plusieurs occasions, elle est affaire de mots davantage que de concepts, ou de concepts qui sont bien rarement réductibles à ceux de la linguistique contemporaine. Cette voie moyenne est sans doute la seule qui permette de montrer que, si les modèles de la proposition et de la phrase sont comme on l’a vu partiellement compatibles, c’est parce qu’ils répondent au fond à des questions communes, qui sont d’un autre ordre que celui des solutions techniques apportées à telle ou telle résistance locale à l’analyse des données linguistiques.

4Quels types de problèmes les théories syntaxiques de la grammaire générale cherchent-elles à résoudre ? On peut suivre Formigari (2006, p. 118) pour caractériser la grammaire générale comme une « philosophie de la linguistique » ou « philosophie des langues, qui désigne l’étude des pratiques langagières et, à travers elles, des structures abstraites qui s’y réalisent (principalement la grammaire générale). Elle se définit donc par sa contiguïté avec l’étude des conditions psychiques de ces pratiques (les ‘facultés de l’âme’, les ‘opérations de l’âme’...), à l’étude de l’anthropogenèse (les ‘sciences de l’homme’) et à la description des langues connues ». Dans cette perspective, la relative homogénéité des réflexions de la grammaire générale sur l’énoncé s’explique par leur inscription dans une tradition intellectuelle de représentation du langage et des langues qui situe le travail du grammairien au lieu même de la différence entre la structure de la logique des idées et celle des énoncés linguistiques. En cela la grammaire générale constitue bien, comme l’ont montré Auroux et Mazière (2007), une réponse à la diversité des langues rendue sensible par les progrès constants de la grammatisation des langues du monde depuis le début du xvie siècle. Les hypothèses formulées dans ce cadre sont à la fois contraintes et fructueuses puisqu’elles construisent, avec l’acclimatation grammaticale de la théorie de la proposition, de nouvelles perspectives d’investigation, dont on peut dresser la liste minimale suivante :

  • l’espace compris entre le mot et l’énoncé est susceptible d’être occupé par divers niveaux de structuration intermédiaire, dont la définition doit articuler formes et significations. C’est vraisemblablement la raison pour laquelle la grammaire générale ne peut pas concevoir le syntagme comme une classe d’équivalence fonctionnelle : la syntaxe n’est pas séparable de la sémantique, un groupe nominal ne correspond pas aux mêmes opérations intellectuelles qu’une proposition ;
  • l’énoncé n’est plus la limite, interne ou externe, de l’analyse grammaticale. Le fait que l’énoncé soit progressivement perçu, sous l’espèce propositionnelle ou phrastique, comme l’un des paliers de l’analyse du discours conçu comme un enchaînement diversement hiérarchisé de propositions est la conséquence d’une évolution de la réflexion sur la genèse conjointe des opérations intellectuelles et du langage. Rares sont les grammairiens qui adoptent les thèses de Condillac dans leur radicalité, mais le postulat de la fonction analytique du langage devient dans la seconde moitié du xviiie siècle un lieu commun dont les effets sont sensibles aussi bien dans la réorganisation des disciplines que dans la conception de la syntaxe : si la perception du tout précède celle des parties, l’approche traditionnelle de la grammaire peut être inversée de manière à déduire la proposition du discours, et le mot de la proposition (ce que font en particulier Condillac, Destutt de Tracy, Thiébault, Sicard) ;
  • l’analyse linguistique de l’énoncé peut être menée selon différents « points de vue » ou « considérations », lesquels définissent des types et sous-types de propositions que les grammaires générales tentent de penser comme des répertoires articulés. Il y a loin de cet usage de la notion de point de vue à celui qui, pour les sciences du langage modernes, vise à définir des objets d’étude par leur appartenance à un seul domaine disciplinaire. De telles normes scientifiques sont étrangères au projet de la grammaire générale, qui tente de faire tenir ensemble des analyses de l’énoncé visant la structure des contenus représentatifs, celle des formes linguistiques et celle, moins théorisée, des actes de langage.

5Sur le plus long terme, cette constitution de l’énoncé en objet pluridimensionnel peut apparaître comme la résorption, au sein d’une version étendue de la discipline « grammaire », d’arguments jusqu’alors mobilisés pour délimiter les champs respectifs des trois arts du discours traditionnels (grammaire, logique et rhétorique). Il y a là pour la grammaire une ambition théorique dont on pourrait interroger, dans la suite de l’histoire, les résurgences et les métamorphoses.

© ENS Éditions, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

Offerto da